Previous 1 ... 161 162 163 164 ... 263 362 461 560 ... 561 Next Exact page number ? OK

‎CAZIN Paul‎

Reference : 6399

‎Bourguignons‎

‎Texte de Paul Cazin sur les Bourguignons dont il se sentait très proche; il a du reste longtemps habité Autun. 2 photos (signées Blanc et Demilly, photographes à Lyon de 1924 à 1962), l'une dédicacée à Abel Moreau (25 janvier 1931). 2 photos d'amateur le montrant en compagnie d'Abel Moreau. 1 feuillet dactylographié et 4 photos. Très bon 1 feuillet dactylographié et 4 photos‎


Librairie Seigneur - Le Poêt en Percip

Phone number : 06 79 21 01 07

EUR150.00

‎CEARD Henry - (Bercy 1851 - Paris 1924) - écrivain français ‎

Reference : GF15985

‎Lettre Autographe Signé à Christian Melchior Bonnet - Le 2 mai 1922 - ‎

‎ 1 page in4 + enveloppe - bon état -‎


‎"Mr Gustave Geoffroy ayant seul qualité pour répondre sur la question dont vous voulez bien m'entretenir, je m'empresse de lui transmettre votre lettre..." - le magasin est ouvert du jeudi au samedi matin, et sur RV l'après midi -‎

Galerie Fert - Nyons

(SNCAO)

Phone number : 33 04 75 26 13 80

EUR50.00

‎CECILE GOLDSCHEIDER‎

Reference : 6407

‎La sculpture contemporaine 1900-1960.‎

‎ Editions de l'Illustration, 1961, grand in 4 sous coffret, bon état, 10 pages de texte + 1 notice + 44 planches noir et blanc, photos Emmanuel Sougez.‎


Librairie des deux frères

Phone number : 06.80.85.37.77

EUR35.00

‎ Celia BERTIN- [Paris 1920 - 2014] - Ecrivain et journaliste française - Prix Renaudot 1953 -‎

Reference : GF26803

‎Lettre Autographe Signée à René Laporte - Saint Paul (06) le 21 janvier 1948 -‎

‎ 2 pages in8 - bon état -‎


‎Remerciement pour un article - "Ne le redoutiez vous pas un peu, ce second roman?" [La Bague tait brisée - 1947] - Elle trouve ses articles d'une sensibilité rare et le remercie de mettre l'accent sur la construction du livre et la rigueur qu'elle a taché d'observer - le magasin est ouvert du jeudi au samedi matin, et sur RV l'après midi -‎

Galerie Fert - Nyons

(SNCAO)

Phone number : 33 04 75 26 13 80

EUR50.00

‎ Celia BERTIN- [Paris 1920 - 2014] - Ecrivain et journaliste française - Prix Renaudot 1953 -‎

Reference : GF26804

‎Lettre Autographe Signée à René Laporte - Bruxelles le 12 janvier 1954 -‎

‎ 4 pages in8 + enveloppe - bon état -‎


‎Elle a trouvé son livre en rentrant de Brest et s'est "jetée dessus après l'avoir flairé", poussée par l'amitié - Elle a eu l'impression de le reconnaitre à travers ses poèmes - "J'ai éprouvé ce choc... que j'ai eu à 15 ans en découvrant Eluard" - Pour elle, la poésie, "c'est avant tout l'essence" - Et elle tenait à lui exprimer vite la "grande joie" qu'elle avait eu - le magasin est ouvert du jeudi au samedi matin, et sur RV l'après midi -‎

Galerie Fert - Nyons

(SNCAO)

Phone number : 33 04 75 26 13 80

EUR80.00

‎CELINE Louis Ferdinand‎

Reference : 012056

(2014)

‎Voyage au bout de la nuit‎

‎Paris Editions des Saints Pères 2014 fort in-8 Cartonnage toilé de L'éditeur, étui ‎


‎Facsimile du manuscrit du célèbre roman de Céline. Tirage à 1000 exemplaires numérotés du second tirage. >>Voyage au bout de la nuit paraît en 1932 chez Denoël. Louis-Ferdinand Céline rate le Goncourt, mais obtient le Renaudot. En mai 1943, il vend son manuscrit à Etienne Bignou, marchand d'art de la rue la Boétie. La transaction se fait contre 10000 FF et un petit tableau de Renoir. Le manuscrit disparaît alors pendant près de 60 ans. Lorsqu'ill réapparait, en 2001, par l'entremise du libraire Pierre Bérès, le manuscrit est mis aux enchères à Drouot, suscitant immédiatement les convoitises et les offres. La BNF l'emporte, faisant jouer son droit de préemption, pour plus de 12 millions de francs. TRES BON ETAT 0‎

Librairie-Galerie Emmanuel Hutin - Paris

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR600.00

‎CELINE Louis Ferdinand ‎

Reference : 388

‎Préfaces et Dédicaces, Préfaces Inédites à Scandale Aux Abysses et Au Livre De Quelques-uns ....‎

‎Du Lérot . Tusson 1987‎


‎Bon état .... De R. Poulet . Etats Successifs De La Préface De 1949 à Voyage Au Bout De La Nuit . Textes établis et présentés par Henri Godard. Ouvrage broché, largement illustré de ( fac -similé décrits de Céline) Un rond rouge proprement collé sur le dos. Littérature XXe Céline Etude Autographe Manuscrit Envoi - largeur/hauteur :15x23 cm - poid : 170 g - nombre de pages : 77 p. - langue : Français‎

L'Avenir du Passé - Saint Médard en Jalles

Phone number : 05 56 05 69 88

EUR20.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 68804

(1941)

‎Bagatelles pour un massacre‎

‎Denoël, Paris 1941, 14x22,5cm, broché.‎


‎Nouvelle édition sur papier courant. Agréable exemplaire au regard de la médiocre qualité de ce papier de guerre en dépit d'un minuscule manque en pied du dos qui comporte également une claire mouillure. Signature manuscrite de Louis-Ferdinand Céline sur la page de dédicace imprimée, légère décharge d'encre sur la dédicace. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR800.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 63228

(1950)

‎Lettre autographe inédite signée à Paul Marteau : "Quand elle vous court après le fantôme elle devient comique la haine"‎

‎s.l. [Klaskovgaard] 11 [janvier 1951], 20,5x33,5cm, 2 pages sur un feuillet, enveloppe jointe.‎


‎Lettre autographe inédite signée de Louis-Ferdinand Céline, adressée à Paul Marteau, datée du 11 [janvier 1951], une indication bibliographie indique la date erronée de 1950, démentie par la mention du procès de Céline le 21 février 1951. 27 lignes à l'encre bleue, plusieurs ratures et corrections de la main de l'expéditeur, enveloppe jointe. Structurée autour des traits cyniques de l'auteur, cette lettre dévoile l'ampleur de l'affaiblissement qui saisit Céline, tourmenté par sa condamnation imminente. Grand admirateur de Céline, le riche industriel Paul Marteau devient un correspondant régulier de l'écrivain pendant ses années d'exil et se révèlera d'une aide inébranlable lors du procès et à son retour en France. Ereinté par l'isolement et la maladie, à l'image de son double Bardamu dans l'épisode africain du Voyage, «cloué au lit à grelotter, la grippe, le paludisme, et des vertiges. Des vertiges couché!Le bateau vraiment craque bute échoue partout », Céline se réfugie dans l'humour sarcastique, ultime ressource contre ses tourments: «Cette famille de ma fille [...] a su donc par vous que j'existais - C'est déjà agréable. » Sous les traits ironiques transparaît l'anxiété de Céline à l'approche de son procès («Et il paraît en plus qu'ils vont me condamner à je ne sais quoi le 21 fév...») et la peur, récurrente du séjour au Danemark, d'être oublié de ses contemporains, la prolifique correspondance cherchant à enrayer ce mouvement : «Quand je dis que j'existe je me vante un peu - Ce n'est plus beaucoup exister où nous en sommes !» Les maximes grinçantes qui referment la lettre, emblématiques du style célinien, incarnent l'indissociabilité de l'humeur noire et de la dérision dans l'écriture de Céline, exacerbée par les affres de l'exil: «Quand elle vous court après le fantôme elle devient comique la haine... et pour des fantômes de crimes... C'est à rigoler bien sûr. Je veux dire en spectateur » - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,000.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 63409

(1934)

‎Lettre autographe signée adressée à Léon Deffoux‎

‎Paris [3 mai 1934], 21x27cm, 2 pages sur un feuillet, une enveloppe jointe.‎


‎ Lettre autographe signée «L.F. Destouches» adressée au journaliste Léon Deffoux qui consacra plusieurs articles à l'uvre de Céline. 24 lignes rédigées à l'encre noire, plusieurs soulignements et ratures de la main de Céline. Enveloppe antérieure tamponnée du 25 février 1933 jointe. Pliures inhérentes à la mise sous pli du courrier ainsi que quelques très infimes trou d'épingles en marge haute droite du feuillet. Intéressante lettre dans laquelle Céline communique à son correspondant la liste du jury du prix Blumenthal, bourse distribuée depuis 1920 au profit de jeunes artistes talentueux. Céline y brosse un portrait de son«candidat»et«amiHenri Mahé», rencontré quelques années plus tôt :«25 ans réformé pour baullose(?) actuellement en traitement à Camaret Finistère. Sans fortune il travaille entre les périodes de dépression. Il est marié. Fort généreux et désintéressé de nature. Un excellent artiste à tous égards parfaitement recommandable. Ni arriviste, ni bluffeur.» Céline dresse ensuite un inventaire des ses travaux les plus emblématiques avant de conclure: «Tout ceci, fresques amples, dans le style Gauguin-Lautrec.» C'est à l'automne 1929 que Céline fait la connaissance d'Henri Mahé qui vit alors sur une péniche, la Malamoa, sur laquelle il reçoit une ribambelle d'amis chaque semaine. Le jeune peintre, de treize ans le cadet de Céline, connaît déjà à cette époque un franc succès. Fantaisiste, Mahé se spécialise dans la décoration des lieux de plaisir parisiens: maisons closes, boîtes de nuit et autres cabarets. «Au printemps 1933, son complice Henri Mahé, libéré par une réforme de ses obligations militaires, a abandonné sa péniche et quitté la région parisienne pour la Bretagne, plus précisément Camaret, où il fait construire un voilier l'Enez Glaz (l'Île bleue). De Paris, Céline s'emploie pour lui trouver des ressources, d'abord en le ventant auprès d'Abel Gance qui peut lui procurer des commandes de décor, puis en le recommandant auprès de plusieurs membres de l'entourage de Lucien Descaves, en vue d'un prix Blumenthal de décoration que Mahé obtiendra en effet en juillet 1934, et auprès de Denoël - qui déclinera - pour une édition illustrée du Voyage.» (Henri Godard, Céline) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,350.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 63242

(1947)

‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline à Henri Mahé "Le martyr, c'est le crachat des imbéciles"‎

‎s.l.[Copenhague] 23 avril [1947], 22,5x28,4cm, 6 pp. in-folio.‎


‎Lettre autographe signée de Céline à Henri Mahé, datée du 23 avril [1947], 113 lignes à l'encre noire sur trois feuillets, corrections de la main de l'expéditeur. Pliures inhérentes à la mise sous pli, quelques petites taches sur le premier feuillet sans manque de texte. Empreinte de l'emblématique style célinien, cette longue lettre à l'un de ses plus intimes amis, révèle un exilé fébrile, tiraillé entre mal du pays et rancur vis-à-vis de ses détracteurs. En 1947, Céline, poursuivi par la justice française pour son engagement collaborationniste, est reclus au Danemark. Cette période de grande solitude, pénible à l'écrivain, est marquée par une importante correspondance avec ses contacts parisiens et notamment avec «[son]cher vieux», Henri Mahé, l'un des rares fidèles qui lui rendront visite dans sa captivité. L'artiste peintre, rencontré en 1929, entretient une relation amicale privilégiée avec Céline, immortalisée par son avatar dans le Voyage, et dont on perçoit toute la portée dans la lettre que Céline lui adresse. Retenu prisonnier contre son gré, Céline fantasme une Bretagne mythifiée, berceau de son amitié avec Mahé: les filles de celui-ci, filleules des Destouches, deviennent des «fées», images de la «Bretagne en fleur». La pensée nostalgique de ce pays devient un refuge récurrent durant les années difficiles: «Mon Dieu, que vous devez être heureux». Articulée autour de «la petite musique» célinienne, la lettre, à l'image de toute la correspondance, fait partie intégrante de l'uvre de l'auteur où se côtoient grotesque et tragique: «Jojo n'a pas de veine alors. [...] La ténacité, bien agréable dans le cas, est souvent récompensée. Tuset représente admirablement le géniteur fin, philosopheet magnifiquement vivant... Je n'irai tout de même pas jusqu'à le recommander à Madame Jojo!»/«J'ai vu finalement l'attaché de presse Raynaud et sa femme, deux petites ambitions promenades d'Alger satisfaites sans aucun sacrifice ni risques, champignons poussés sur le fumier de la catastrophe et des décombres». A l'instar des romans, cette lettre met en exergue le talent d'argotiste de Céline: «Là je te dis que l'on ergote, trafouille, cafouille que c'est une joye.» Son ressentiment n'est pas seulement perceptible dans ses mots mais transparaît aussi par sa graphie, de plus en plus irrégulière, espacée et démesurée au fur et à mesure qu'il s'échauffe, certains mots étant rageusement soulignés de plusieurs traits : «Vous, vous, chère petit tête précieuse, bien habile et bien planquée, que ferez-vous, vous, pas un autre, pas le Pape, vous?». L'ennui qui ronge Céline se devine dans l'empressement avec lequel il enjoint Mahé de lui rapporter des nouvelles de la France, qu'elles soient privées ou politiques: «Comment est l'enfant Mourlet? Sont-ils bêcheurs? Et Desse?[...] Que pense-t-on de de Gaulle? Boulanger? Badinguet? Kerensky?». La plume agitée de Céline jette les informations sur le papier, multipliant les noms, sans organisation ni transitions entre les différentes affaires qui l'intéressent: «Tu ne me parles pas des Mondains? Je te recommande une jolie revue «Courrier du Continent» [...] Le cinéma français me semble bien mort...» La régularité et l'ardeur que Céline met à sa correspondance est signe de sa détermination à ne pas être oublié ni de ses amis ni de ses défenseurs potentiels: «Je lui [Naud] ai envoyé tout mon dossier, et puis une aucune nouvelle! Je voudrais bien qu'on le stimule. Qu'on lui demande ce qui se passe? [...] Tu vois comme tout ceci est critique [...] Il faudrait prouver à Naud que j'ai des amis distingués à Paris». La haine de Céline face aux hommes, déjà profondément enracinée dans le Voyage, s'intensifie durant l'exil et face aux accusations, qu'il subit: «Pas un jour de peine, tout en bénéfice. Ecurant! Tout perdre, tout souffrir pour des petits cafouilleux pareils. J'ai honte.» Mais Céline, impuissant, déplore au-delà de cette injustice présumée, la bêtise de ses accusateurs: «Il [Charbonnière] a écrit des lettres aux Danois dont la bêtise, la gafferie, la balourdise, me font pleurer, pas le crime, la sottise, les sottises ». La lettre est progressivement envahie par l'aigreur de Céline qui, accablé par ses prises de positions précédentes, choisit de rester ironiquement sur ses gardes face aux événements présents: «Moi je dis: je serai cette fois avec le plus fort et que l'on rira bien ». Belliqueux, Céline pousse la provocation jusqu'à l'image crue: «Je ne prendrai parti que lorsque tous les vainqueurs auront leurs organes coupés et enfoncés dans la bouche au plus profond, plus bas que les sophages». À travers cette agressivité, transparaît une misanthropie, plus précisément dirigée contre ses compatriotes, dont il se présente comme la victime: «Je ne reproche pas aux Français de m'avoir baisé, mais ils me font mal. Ils me butent. Tout ce qu'ils racontent pour m'accabler est idiot, m'atteint tout de travers. Ils me font mal». Cette position, dans laquelle il s'enfermera après son retour en France, causant d'ailleurs la rupture avec Mahé, entretient l'idée qu'il est seul contre tous: «Chez moi rien n'est gratuit. J'ai payé pour tout, effroyablement payé. A la guerre - et dans la paix. Les autres trichent, truquent. Je suis toujours prêt à mettre ma peau sur ma table et mes malheureux 4 sous. D'ailleurs s'il la veut, me parler, d'Honneur, homme à la disposition! au pistolet à 25 mètres, quand on veut, comme on veut, où l'on veut, tout tordu de rhumatismes que je suis. Mais on ne sait que m'envoyer en cellule, me faire pourrir en cachot ». L'isolement atteint Céline bien plus que tout autre châtiment au point qu'il en vient presque à émettre des regrets : «Quelle misère, morale, mentale! Avoir été se foutre là-dedans! Quel imbécile! Je suis éreinté par «la France du Sud-Ouest»! Voyez-vous ça! Que sait la France du Sud-Ouest! C'est atroce. Ce sont des coups de pieds de l'âne perpétuels. Le martyr, c'est le crachat des imbéciles ». Ultime trait sarcastique, la lettre se clôt sur un jugement sans appel: «Mais le peuple, ce peuple qui ne veut se battre qu'à 10.000 contre un, qu'osera-t-il?» Ces pages acerbes dévoilent l'état d'esprit de Céline, épuisé par son exil forcé, et offrent un rare aperçu de l'effondrement que représente cet épisode qu'il lui permettra de cultiver son image de vaincu. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR3,800.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 63243

(1949)

‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline à Paul Marteau: " Henri MAHÉ, français, breton et parisien."‎

‎Korsør, Danemark 24 [juillet 1949], 20,2x33cm, 2 pages sur un feuillet, enveloppe jointe.‎


‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline à Paul Marteau, datée du 24 [juillet 1949] à Korsør Danemark,23 lignes à l'encre bleue sur un feuillet de papier vergé, enveloppe jointe. Pliures inhérentes à la mise sous pli. Témoignage significatif des liens que l'auteur s'efforce de conserver avec la France lors de ses années d'exil, cette lettre montre la volonté de Céline de présenter, à travers une chaleureuse recommandation, son vieil ami Henri Mahé à une nouvelle connaissance alors encore purement épistolaire: Paul Marteau. Cette lettre se distingue par son ton relativement enjoué, remarquable dans la correspondance de cette époque, qui peut être attribué à «la visite icid'un admirable ami et admirable peintre», Henri Mahé, l'un des rares amis de l'auteur à venir le soulager de son isolement à Korsør. Céline y dresse l'un de ses portraits les plus connus de Mahé, après son avatar du Voyage, dont la citation se retrouve dans les ouvrages bibliographiques du peintre sur l'écrivain, Brinquebale avec Céline et l'inachevé Genèse avec Céline: «Henri MAHE. Français, breton et parisien». C'est en Mahé que se rejoignent les lieux chers au cur de l'exilé, Montmartre à travers Paris et la Bretagne dont la pensée ne quitte pas l'auteur durant ses heures sombres. «Un artiste et un cur généreux [...] pas tapeur! pas pleurnichard!». Dans ses éloges où pointe la reconnaissance de l'écrivain envers Mahé, Céline espère encourager une rencontre entre les deux hommes autour d'un «petit projet» qui demeure mystérieux. Admirable lettre d'exil où se distingue la portée des amitiés céliniennes, véritable échappatoire à la solitude qui accule l'auteur. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 64327

(1947)

‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline au docteur Tuset et à Henri Mahé "Ces choses-là ne s'oublient pas. Tout est poésie ! "‎

‎Copenhage 10 avril [1947], 22,5x28,4cm, 6 pages sur 3 feuillets.‎


‎Très longue lettre autographe signée "Dest" au docteur Tuset et à Henri Mahé, datée du 10 avril [1947] à Copenhage, 130 lignes à l'encre bleue sur six pages pleines, corrections et soulignements de la main de l'auteur. La date indiquée par l'auteur du 10 mars est erronée, Naud n'acceptant de défendre Céline qu'en avril 1947. Pliures inhérentes à la mise sous pli ayant provoqué d'infimes déchirures sans manque de texte. Affaibli par son exil, Céline se réfugie dans sa correspondance où les multiples évocations du passé constituent des repères qui le rattachent à la vie. En 1947, Céline, poursuivi par la justice française pour son engagement collaborationniste, est reclus à Korsør, au Danemark. Epuisé par son isolement, Céline tente de maintenir un contact permanent avec son cercle d'amis français et parmi eux, le docteur Augustin Tuset, figure autour de laquelle gravite le monde des arts de Quimper, «cette petite Athènes au bord de l'Odet». La période d'exil permet à Céline de renouer avec le monde de l'avant-guerre ressurgissant à travers les abondantes listes de noms parfois non identifiés: «et Mme. Le Gallou? Et votre assistante? Et Desse? [...] Et les frères confitures, et leur grand-père divin! et Le Floche? Et Rosbras? [...] Et Troulalaire? Et notre si gentille crêpière. Je n'en aurais pas fini». Les différentes époques de la vie de Céline s'entrecroisent dans la correspondance du Danemark, donnant à la mémoire un rôle à la fois néfaste et salvateur pour l'auteur: «Je suis inépuisable aux souvenirs. L'atroce est que je n'oublie jamais rien. Il faudrait bien que j'oublie certaines choses [...] Ah Marie Bell, mes amours! [...] elle était vraiment extraordinaire dans Armide! Ces choses-là ne s'oublient pas. Tout est poésie!». L'écriture de la lettre épouse le fil de la pensée de l'auteur, n'effectuant aucune transition entre les sujets: «Maria le Bannier nous écrit souvent. Je l'aime bien. C'est un tempérament et tout un trésor de Bretagne. Et Saudemont? Vers quelles ivresses? Serre bien la main de Pipe. Affection à Stève. [...] comment va la mère de Madeleine? Nous parlons souvent de la «Puce». Leur pauvre petite chatte... » Aucune affaire n'est épargnée par la soif de Céline de retrouver les repères familiers dans sa solitude où finit par poindre la fatigue qui l'accable: «Jusqu'où vont nos souvenirs...» A l'instar de plusieurs autres missives de la correspondance danoise, cette lettre est destinée à deux interlocuteurs: le docteur Tuset, mais aussi le peintre Henri Mahé, qui présenta d'ailleurs le premier à Céline. Le ton change significativement lorsque l'écrivain, s'adressant à son ami de longue date, quitte cette bienveillance nostalgie pour laisser éclater sa colère: «[...] prévenez Henri que Karen est à rayer une fois pour toutes!». Ici s'ouvre le long et virulent récit de l'un des tournants principaux de l'épopée du Danemark. Céline avait, avant son exil, confié de l'or à la danseuse Karen Jensen (dédicataire de L'Eglise). Assistée d'Ella Johansen, cette dernière mit des appartements à la disposition des Destouches qui s'y réfugièrent à leurs sorties respectives de prison. Dépositaires de l'or de Céline dont la réserve diminue de manière suspecte, les deux femmes sont ici violement prises à partie: «Elle [Karen] et son amie se sont comportées comme des sorcières de Macbeth et en plus pillardes, canailles. Des monstres. Elles ont littéralement torturé la pauvre Lucette. Deux mégères en délire [...] Son amie Johansen, ivrogne aussi hystérique, méchante, envieuse, un monstre.». Céline va même jusqu'à les comparer à «Landru [...] plus timides, plus sournoises, mais textuelles». La colère doublée de frustration de Céline n'épargne personne, pas même sa propre fille: «La mienne d'enfant, Colette, végète à Paris, la pauvre conne» L'exil mais surtout la période de prison que Céline a endurée lui fournissent une source intarissable de fureur qui lui inspire des lignes aussi percutantes que celles qui forment ses romans : «Ce fut un cauchemar de 17 mois, méticuleux. Et avec toute la monstrueuse hypocrisie protestante! Pour notre bien! toujours de superbes alibis pour les pires crimes, les plus écurantes lâchetés. Au résultat, j'ai été dépouillé de quelques millions, le plus hypocritement du monde, sous chantage, et rien à dire, absolument rien». Les aphorismes, particulièrement présents dans cette lettre, sont le signe de la fusion permanente entre style et écriture épistolaire: «L'or rend fou, vous le savez, et folle, car tout ce monde est rastaquouère, vit bien au-dessus de ses moyens. Voyages, robes, alcools, jeu, etc... Victimes du cinéma!». L'éloignement de Céline le rend d'autant plus soucieux de l'évolution de sa situation dans la capitale, auprès de ses amis comme de ses ennemis, parmi lesquels se distinguent une fois encore toutes les relations artistiques de Céline: «Daragnès, qui me condamnait fort à la pendaison en juin 1943 [...] se rachète, il semble, en se remuant un petit peu auprès de ses amis: . du Quai d'Orsay. Il le faut.» La mention de Gen Paul, autre figure de peintre qu'il a quitté sur une dispute, est significative de son affection pour celui qui appelle «son frère» et dont il fera un personnage central de Féerie pour une autre fois, alors en travail à cette époque: «Quant à Popaul, jaloux comme trente-six tigres, maléficieux comme 40 sorcières, je l'aime bien et tout est dit. Il a au moins l'immense avantage de ne jamais être emmerdant». Cette lettre d'une grande densité constitue un témoignage quotidien des étapes de «l'affaire Céline» notamment du côté de sa défense: «[...] Maître Naud, l'avocat de Laval, qui veut bien prendre ma défense». On note aussi l'une des premières occurrences de Milton Hindus «un très affectueux défenseur [...] un juif professeur de littérature à Chicago» qui manifeste à l'auteur son admiration pour son écriture et qui lui rendra visite en 1948. Céline ne ménage pas ses opposants, armé de son sarcasme habituel: «[...] son attaché de presse Raynaud, un petit merdeux chienlit, maquisard, pénible scribouilleux de quelque Marmande, mais communiste, qui me relance dans les canards danois. Bref on s'amuse. Que de coups de pieds au cul...» Cette précieuse lettre saisit un moment clef de l'exil danois où apparaît un Céline qui ne vit qu'à travers sa correspondance: «Positivement nous ne tenons plus debout ni l'un ni l'autre. Même Bébert en fut. Il nous fait bien plaisir d'avoir de vos nouvelles qui nous rendent un peu d'espoir et d'existence.» - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR4,000.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 62588

(1949)

‎Lettre autographe signée à son ami lyonnais Charles Deshayes "... l'affaire Céline me paraît le meilleur comme l'Affaire Dreyfus..."‎

‎Korsor (Danemark) 12 Novembre (1949), 21x34cm, deux pages sur un feuillet.‎


‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline à Charles Deshayes datée du 12 novembre [1949] et rédigée depuis son exil danois de Korsor. Lettre de deux pages, de 25 lignes à l'encre bleue, enveloppe jointe. Traces de pliures centrales inhérentes à la mise sous pli. Charles Deshayes était un jeune journaliste lyonnais qui s'était proposé de prendre la défense de Céline. Il se lia rapidement d'amitié avec l'écrivain, alors abandonné de tous. Leur précieuse correspondance est riche d'informations sur les péripéties céliniennes d'après-guerre et son propre regard sur les années passées. Louis-Ferdinand Céline débute sa lettre en proie aux doutes et aux avanies: «C'est un coup bien moche. Que tenter? Moi-même je n'arrive plus à m'éviter nulle part. J'ai des plaintes en contrefaçon au cul. C'est tout. Tous ces gens ont peur au fond. Ils ne l'avoueront jamais. Qu'espérer?» Tandis que Deshayes qui uvre activement à la réhabilitation de l'écrivain lui soumet son mémoire en défense, Céline lui promet «(très peut-être) un possible (?) éditeur Valby» et des contacts parisiens: «J'écris à ce sujet à mon bon ami le DrBecart.» Mais ce n'est que pour adoucir sa véritable intervention que l'écrivain très directif et cinglant glisse en fin de lettre: «J'ai changé votre titre. Par l'amour de Dieu laissez la nuit tranquille! Et surtout le bout! C'est un cauchemar.» Avec une formidable, mais coutumière, indécence, il lui impose un autre titre violemment provocateur: «L'Affaire Céline me paraît le meilleur comme l'Affaire Dreyfus.» Céline changera finalement d'avis tandis que, ironie de l'Histoire, sous le titre L'Affaire Céline, l'histoire d'un cadavre, le Comité d'action de la Résistance publiera en 1952 les documents à charge contre le sulfureux écrivain. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,500.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 68097

(1936)

‎Mort à crédit‎

‎Denoël & Steele, Paris 1936, 13,5x21,5cm, relié.‎


‎Edition postérieure de 15 jours à l'édition originale (achevé d'imprimer le 23 Mai 1936, l'édition originale datant du 8 Mai), fausse mention de 49ème édition. Quelques petites rousseurs. Reliure en demi maroquin noir, dos lisse, date dorée en queue, plats ornés d'un plaque de papier marbré, un petit accroc avec manque de papier en pied du second plat, gardes et contreplats de papier noir, couvertures et dos doublés comportant de petits manques angulaires restaurés conservés, tête dorée, élégante reliure signée Loutrel. Envoi autographe signé de Louis-Ferdinand Céline : "A mons. Dumoulin, bien cordialement. Du "Champlain" L.F. Céline." Cet exemplaire de Mort à crédit devait être initialement attribué à un autre dédicataire puisque Louis-Ferdinand Céline a, pour effacer ce premier nom, gratté le papier pour l'offrir finalement à ce monsieur Dumoulin qu'il rencontra sans doute à bord du Champlain lors de son voyage à New-York en 1934. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,800.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 34126

(1932)

‎Voyage au bout de la nuit‎

‎Denoël & Steele, Paris 1932, 12x19cm, relié.‎


‎Edition de l'année de l'originale. Reliure en plein maroquin bordeaux, dos à cinq nerfs, date en queue, gardes et contreplats de papier à la cuve, couvertures et dos conservés, tête dorée, étui bordé de maroquin bordeaux, plats recouverts de papier à la cuve, reliure signée de Patrice Goy. Exceptionnel et précieux envoi autographe signé de Louis-Ferdinand Céline à Abel Gance : "A mon ami Abel Gance fidèle dans un voyage autour de tout. LF Destouches." Quelques repère de lecture marginaux au crayon de papier in-fine. Ami de Gance depuis 1917, Céline lui voue une grande admiration: "Il restera dans cent ans bien plus de votre cinéma que de mon gros tambour mortuaire". L'estime est réciproque et Gance sera le premier à envisager, dès le mois de novembre 1932, une adaptation cinématographique du Voyage, projet auquel Céline tenait beaucoup. Abel Gance acheta les droits à Denoël pour 300.000 francs. Impossible défi, il abandonna le projet un an plus tard. Lui succéderont : Claude Autant-Lara, Michel Audiard, Sergio Leone, Federico Fellini, François Dupeyron... Autant d'échecs, malgré la ferveur des cinéastes ("Le voyage n'est pas un film, c'est un renvoi d'ascenseur, le père Céline on lui doit tout !" - Audiard) et les efforts de Céline (il se rendit à Hollywood en 1934 pour "signer une option de six mois avec Lester Yard [...] De tous les agents, il m'a semblé le plus apte, le plus coquin"). Rendez-vous manqué ou rencontre impossible, Céline conclura : "Je laisse rien au cinéma ! Je lui ai embarqué ses effets ! ... toute sa rastaquouèrie-mélo! ... tout son simili-sensible ! [...] j'ai capturé tout l'émotif ! ..." (Entretiens avec le professeur Y). Abel Gance ayant, par la suite, détruit une grande partie de sa correspondance avec son sulfureux ami, cette dédicace constitue un des rares témoignages de la rencontre de deux pionniers du langage artistique moderne. Bel et unique exemplaire parfaitement établi. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR10,000.00

‎CELMS, THEODOR. - HEIDEGGER. - [HEIDEGGER'S OWN COPY]‎

Reference : 43443

‎Martin Heidegger, Kant und das Problem der Metaphysik.‎

‎Bonn, 1929. 4to. Original machine-written manuscript for the essay, which was published in "Deutsche Literaturzeitunh, Heft 49 (1930). With M. Heidegger's signature to upper corner of fist page. Folded on the middle and with paperclip-marking at upper left corner. 7 ff., printed on rectos only. Heidegger's own copy, with his original handwritten ownership signature ("M. Heidegger"), of the original machine-written manuscript for Celm's essay on one of Heidegger's most important works, which was originally planned to constitute the second part of "Sein und Zeit". <br><br>The prominent Latvian Professor of Philosophy, Theodor Celms had studied political economy and then philosophy at the University of Moscow. In 1923 he received his doctorate summa cum laude from the University of Freiburg in Germany, where he studied under and worked with Edmund Husserl. From 1927 to 1944 Celms taught at the University of Latvia, which awarded him a second doctorate in 1936.<br>Celms and his family returned to Germany in 1944, fleeing the Soviet invasion of Latvia. Celms taught at the University of Goettingen until 1949, when he and his family were placed in a displaced persons camp. He was brought to Augustana College later that year with assistance from the Lutheran World Federation. He published a large amount of influential works on various philosophical issues. <br><br>Celms and Heidegger both studied with Husserl in Freiburg and thus knew each other well from that period, having been classmates and two of the most brilliant of Husserl's students. The present essay is probably the earliest that Celms wrote on Heidegger.<br><br>"Prof. Theodor Celms (1893-1989), the most prominent Latvian philosopher of his day, in the twenties and thirties conducted phenomenological investigations and published significant philosophical works in Latvian and German... What attracts our attention now is that Celms has intuitively aimd at a phenomenology of life. In 1922-1925 Celms went to Germany and took courses in philosophy conducted by Rickert and Husserl. Husserl recognized him as one of his best pupils in phenomenology... Celms became famous as one of the deepest critics of Husserl's transcendental phenomenology, as one who tried to find a way out of phenomenology's discrepancies." (Maija Küle, "Theodor Celms: Forerunner of the Phenomenology of Life",in: Analecta Husserliana, vol LIV, 1998, pp. 295-96).‎


Herman H. J. Lynge & Son - Copenhagen

Phone number : +45 33 155 335

DKK12,500.00 (€1,676.52 )

‎CENDRARS Blaise‎

Reference : 68519

(1945)

‎Enveloppe envoyée à son ami Jacques-Henri Levesque à son adresse parisienne‎

‎Lourmarin 21 Février 1945, 14,5x11,5cm, une enveloppe.‎


‎Enveloppe adressée par Blaise Cendrars à son ami Jacques-Henri Levesque et postée le 21 Février 1945 depuis Aix-en-Provence. "Monsieur Jacques Levesque. 6 rue Armand Moisant Paris XV." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR80.00

‎CENDRARS Blaise‎

Reference : 70344

(1919)

‎Lettre autographe signée adressée à Charles-Henry Hirsch‎

‎Paris 15 mai 1919, 21,6x28cm, une feuille.‎


‎Lettre autographe signée adressée à Charles-Henry Hirsch rédigée à l'encre noire sur un très joli papier à en-tête illustré du journal littéraire hebdomadaireLa Rose rouge. Deux pliures inhérentes à la mise sous pli de la lettre ainsi qu'une petite déchirure sans manque ni atteinte au texte en marge basse gauche du feuillet. Cher Monsieur, Ci-joint une lettre. Je vous confirme que vous avez jusqu'à samedi pour votre copie qui paraîtra le jeudi suivant à la condition de bien vouloir l'envoyer directement par pneu à l'imprimerie: Imprimerie Rapp 130 rue de Paris à Vanves (Seine). Ainsi votre copie de samedi dernier et de 8 jours à l'avance. Envoyez donc encore un papier ce samedi. Croyez-moi bien vôtre Blaise Cendrars La Chronique dramatique de Charles-Henry Hirsch, destinataire de cette lettre, parut dans La Rose rouge, éphémère revue qui ne connut que seize numéros et réunit André Salmon, Blaise Cendrars, Francis Carco, Pierre Benoît, Paul Claudel ou encore André Suarès. Blaise Cendrars y fut, quant à lui non seulement chroniqueur, mais également secrétaire de rédaction et, comme en témoigne cette lettre, centralisait les écrits des collaborateurs. Jolie lettre très décorative avec le grand logo de La Rose rouge. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR600.00

‎[Joseph HECHT] - ‎ ‎CENDRARS, Blaise‎

Reference : 002343

(1926)

‎L'Eubage aux antipodes de l'unité‎

‎Paris Au Sans Pareil 1926 In-8 Broché, couv. rempliée Ed. originale ‎


‎Edition originale dédiée à Jacques Doucet, commanditaire de l'ouvrage, et à Conrad Moricand. 5 gravures originales au burin hors texte de Joseph Hecht. Tirage à 1000 exemplaires numérotés. Un des 45 sur Hollande avec une SUITE des 5 GRAVURES (rousseurs éparses). €€€€€€ Le manuscrit de ce texte fut proposé à trois maisons avant d'être publié Au Sans Pareil : Félix Fénéon le refusa à la Sirène, puis il resta un an et demi aux Editions de la Nouvelle Revue Française, et le projet d'une publication illustrée aux Editions de l'Esprit Nouveau resta sans suite. René Hilsum l'édite donc enfin en 1926, orné de gravures de l'artiste polonais Joseph Hecht. N'appréciant pas les estampes, Cendrars aurait demandé un tirage du texte seul pour le service de presse Bon exemplaire 0‎

Librairie-Galerie Emmanuel Hutin - Paris

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR500.00

‎CERCYde. Sylvain Bon-Mariage de Cercy d'Erville‎

Reference : 10730

(1930)

‎CERCYde. Sylvain Bon-Mariage de Cercy d'Erville‎

‎L.A.S. où il parle de Loti ("le petit bonhomme fardé") et de ses diverses publications… En feuilles Très bon Paris 1930 ‎


Librairie Seigneur - Le Poêt en Percip

Phone number : 06 79 21 01 07

EUR35.00

‎CERCYde. Sylvain Bon-Mariage de Cercy d'Erville‎

Reference : 10938

(1929)

‎Lettre autographe signée‎

‎Belle lettre de 4 pages, non datée. Il parle de "La Messe des Oiseaux", de l'éditeur Bresle, etc … En feuille Très bon s.l. 1929 27 x 17,5‎


Librairie Seigneur - Le Poêt en Percip

Phone number : 06 79 21 01 07

EUR35.00

‎Certificats‎

Reference : 10581

(1746)

‎3 curieux documents datés de 1746, témoignant du paiement fait par le directeur de la poste de Nîmes, pour des courses à pied ou à cheval : D'alais à Langogne, du Vigan à Sauve et de Nîmes à Orgon … En feuilles Très bon 1746 ‎


Librairie Seigneur - Le Poêt en Percip

Phone number : 06 79 21 01 07

EUR45.00

‎Cervoni ?‎

Reference : 21684

‎Quelques notes sur Bastia ,tapuscrit original avec corrections manuscrites ; non signé‎

‎ IN4 broché vers 1965,,87p.,coupures de presse jointes et une enveloppe adressée a Cervoni ancien batonnier ,Marseille 1967.survol historique sur Bastia ancien jusqu’a l’empire etc‎


‎bon etat,non publié ‎

Livres Anciens Komar - Meounes les Montrieux

Phone number : 33 04 94 63 34 56

EUR60.00

‎CESBRON Gilbert‎

Reference : 11077

(1970)

‎Lettre autographe signée‎

‎16 août 1970. À propos de son article "Mandarins déconcertés". En feuille, avec enveloppe. Très bon Paris 1970 ‎


Librairie Seigneur - Le Poêt en Percip

Phone number : 06 79 21 01 07

EUR25.00
Previous 1 ... 161 162 163 164 ... 263 362 461 560 ... 561 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Manuscripts

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !