Previous 1 ... 726 727 728 729 ... 832 935 1038 1141 ... 1145 Next Exact page number ? OK

‎LEFORT Claude‎

Reference : 55834

(1978)

‎Sur une colonne absente. Ecrits autour de Merleau-Ponty‎

‎Gallimard, Paris 1978, 14,5x20,5cm, broché.‎


‎Edition originale pour laquelle il n'a pas été tiré de grands papiers, un des exemplaires du service de presse. Envoi autographe signé de Claude Lefort au professeur Jean-Philippe Méry : "... en signe (redoublé) d'amitié..." Dos légèrement insolé, sinon agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR60.00

‎LEFRANCOIS-PILLION Louise‎

Reference : 43509

(1946)

‎L'esprit de la cathédrale‎

‎Plon, Paris 1946, 12x19cm, broché.‎


‎Edition originale pour laquelle il n'a pas été tiré de grands papiers, un des exemplaires du service de presse. Précieux envoi autographe signé de Louise Lefrancois-Pillion à Maurice Blanchot : "pour Maurice Blanchet" (sic). Ouvrage illustré de 10 croquis dans le texte ainsi que de 16 gravures hors-texte. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR50.00

‎Lefèvre Frédéric .‎

Reference : 11479

‎Samson, fils de Samson. Roman d'une famille de sorciers‎

‎. Flammarion Paris, 1930 (dixième mille), in-12 br., 257pp.-2ff. Récit autours d'une famille de sorciers-guérisseurs en Bas-Maine. Envoi autographe de l'auteur à Germain Delatousche. Bon état.‎


Librairie ancienne Lis Tes Ratures - Nantes
EUR20.00

‎LEFÈVRE Raymonde‎

Reference : 11108

(1934)

‎Lettre autographe signée‎

‎Lettre autographe signée datée 25 novembre 1934 En feuille, avec enveloppe. Très bon Paris 1934 ‎


Librairie Seigneur - Le Poêt en Percip

Phone number : 06 79 21 01 07

EUR15.00

‎LEGER (Jack-Alain).‎

Reference : 65543

(1995)

ISBN : 9782260013389

‎Selva oscura.‎

‎Paris Julliard 1995 1 vol. broché in-8, broché,318 pp. Réédition de ce livre paru sous le nom de Dashiell Hedayat en 1974. Bande éditeur conservée. Très bon état.‎


‎ 2 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR15.00

‎LEGER (Nadia)‎

Reference : 009629

(1957)

‎[Musée Fernand Léger]‎

‎ 1957 En feuilles ‎


‎Billet tapuscrit et autographe signé, 1957. Deux ans après la disparition de Fernand Léger, sa femme informe Pierre Descargues du bon déroulement de la construction à Biot du musée consacré à l'artiste, dont elle espère l'ouverture l'année suivante. Très bon 0‎

Librairie-Galerie Emmanuel Hutin - Paris

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR25.00

‎LEGER Fernand‎

Reference : 64417

(1915)

‎L'une des plus sublimes lettres de Fernand Léger‎

‎La Maison-Forestière (Argonne) 28 mai 1915, 13,4x21,3cm, 4 pp. sur un feuillet double.‎


‎Fabuleuse lettre autographe du peintre Fernand Léger rédigée en première ligne durant la bataille d'Argonne, adressée au marchand d'art parisien Adolphe Basler. 92 lignes à l'encre noire, quatre pages sur un feuillet double, daté par Léger du 28 mai 1915. La lettre autographe est présentée sous une chemise en demi maroquin vert sapin, plats de papier vert à motif stylisé, contreplats doublés d'agneau vert, étui bordé du même maroquin, ensemble signé Goy & Vilaine. La lettre a été choisie pour l'anthologie de Cécile Guilbert, Les plus belles lettres manuscrites de Voltaire à Édith Piaf, Robert Laffont, 2014. Véritable chef-d'uvre de la correspondance, cette exceptionnelle missive de Fernand Léger révèle l'importance fondamentale de l'expérience des tranchées sur son uvre à venir. Mobilisé dans les troupes du Génie en 1914, Léger reste deux ans en poste sur le front d'Argonne, dans le secteur de la Maison-Forestière, d'où il écrit cette lettre le 28 mai 1915, «?pendant que les obus [lui] passent au-dessus de la tête?». En toute liberté de ton et de forme, la lettre surprend par le charme célinien de son style et annonce la période «?mécanique?» de sa peinture d'après-guerre. On assiste entre les lignes à l'éveil de sa conscience politique au contact des hommes rencontrés sur le front, dont le mérite et la bravoure marquèrent durablement le peintre. Son analyse particulièrement lucide de l'inhumanité de la guerre place cette missive parmi les plus belles lettres de combattant de la première Guerre Mondiale. Fernand Léger répond à Adolphe Basler, critique d'art polonais, qui fut le secrétaire de Guillaume Apollinaire et négociant de tableaux. Basler fit probablement la rencontre de Léger autour de 1910, alors que celui-ci fréquentait la «?bande à Picasso?» et subissait fortement l'influence du cubisme aux côtés de Derain, Maurice de Vlaminck et Max Jacob. S'essayant au monochrome puis à l'abstraction, Léger applique les préceptes de décomposition des formes et de distorsions de perspectives. Son travail auprès des cubistes devient prémonitoire de l'apocalypse à venir. Quelques années plus tard, ce vocabulaire cubiste devient en effet pour Léger la parfaite illustration de la guerre, qu'il décrit ainsi à Basler?: «?C'est linéaire et sec comme un problème de géométrie. Tant d'obus en tant de temps sur une telle surface, tant d'hommes par mètre et à l'heure fixe en ordre.?» Plus que jamais, l'innovation cubiste permet de traduire le monde contemporain oscillant entre rationalisme et chaos. Le contact des tranchées opère chez le peintre un véritable bouleversement tant intellectuel qu'artistique. Comme le remarque Blaise Cendrars «?cest à la guerre que Fernand Léger a eu la révélation soudaine de la profondeur d'aujourd'hui...?». Léger confie à Basler sa vision d'une guerre industrielle, inhumaine et dépersonnalisée?: «?Le flottement c'est fini. C'est une guerre sans «?déchet?», une guerre moderne. Tout vaut. Tout s'organise pour un maximum de rendement. Cette guerre-là, c'est l'orchestration parfaite de tous les moyens de tuer, anciens et modernes. C'est intelligent jusqu'au bout des ongles. C'en est même emmerdant, il n'y a plus d'imprévu?». Cette pertinente analyse de Léger se traduisit dans ses toiles d'après-guerre par une véritable esthétique du calcul et de l'équilibre, un «?rendement pictural?», à l'image de la guerre moderne à laquelle il prit part. Chez Léger en effet, la leçon cubiste s'accompagne d'une profonde réflexion sur la modernité et «?les hommes modernes?» qu'il désire représenter dans sa peinture. La lettre révèle la gestation de son style pictural d'après-guerre, gardant la fragmentation cubiste tout en faisant vibrer ses toiles de couleurs et de motifs saisis au contact des tranchées. En effet, Léger donne à Adolphe Basler un aperçu de sa célèbre «?période mécanique?» des années 1920, dont on peut voir une préfiguration dans la prophétique sentence?: «?Tout cela se déclenche mécaniquement?». Les armes de destruction massive hantent le quotidien de l'artiste-soldat autant qu'elles l'inspirent?: «?C'est terrible une attaque, quand des bonhommes qui pendant des heures ont subi une préparation d'artillerie infernale aplatis dans des trous, réduits à l'état de pauvres petites choses, quand on donne l'ordre à ces hommes-là de sortir de leur abris, de franchir un parapet et d'aller sur des mitrailleuses avec leur baïonnette?». à la suite de cette expérience, les structures tubulaires et circulaires des obus, mitrailleuses et baïonnettes furent élevées au rang de langage pictural. Léger avait compris que la peinture devait entrer en compétition avec l'objet manufacturé, et prendre en marche le train de la modernité. Entre droites et courbes, il les emploie en tant que sujet propre (Eléments mécaniques, 1920, Metropolitan museum of Art, Les Hélices, 1918, Museum of Modern Art) ou matériau pour ses portraits (Le Mécanicien, 1919, Boston Museum of Fine arts). Ses camarades soldats «?réduits à l'état de pauvres petites choses?» donnent naissance à une anatomie nouvelle, composée de formes géométriques restreintes?: cubes pour la tête et le tronc, tubes circulaires pour les bras, cercles pour les articulations. Léger dévoile une nouvelle fois ses talents de visionnaire par un passage d'une clairvoyance saisissante sur les enjeux véritables de la guerre, qu'il devine dans cette lettre dès le début de l'année 1915. Il anticipe la défaite allemande dans la course aux armes de pointe, effectivement battue sur le plan technique deux ans plus tard avec l'arrivée des chars d'assaut américains?: «?Les Boches ont cela d'épatant qu'ils font la guerre avec des moyens les plus modernes possibles. Ils ont parfaitement raison. Mais où ils ont eu tort c'est de ne pas avoir su les employer assez supérieurement dès le début et assez vite pour empêcher les autres de juger leurs trucs et de leur retourner la balle?». Après cette démonstration pleine d'ironie de la supériorité du camp français, Léger achève sa lettre à Basler, lui-même engagé volontaire, sur l'assurance de la victoire?: «?En septembre [1914] on faisait une guerre de primaire ridicule, mais maintenant c'est autre chose on les a pillé et supérieurement à notre tour, on a décidément plus de talent qu'eux et comme ils n'ont pas le génie, on les aura?». Par ailleurs, la guerre a éveillé en lui une conscience politique qui guidera toute son uvre à venir, jusqu'à son illustration du poème Liberté d'Eluard. Ses frères d'armes, qu'il prend pour modèle durant ses années de guerre, lui inspirent de célèbres toiles et l'orientent après-guerre vers un art résolument populaire, né de la camaraderie qu'il mentionne au début de la lettre?: «?Je suis tranquille les artilleurs m'ont appris que j'étais dans une «?position d'angle?» c'est-à-dire inviolable pour les obus boches. J'ai confiance en ces gens-là ils connaissent bien leur métier?». Ce fut pendant ces deux ans de combats qu'il découvre la fonction sociale de l'art, délaissant sa brève période d'abstraction pour un art figuratif servant la cause communiste. Bien qu'il n'adhère officiellement au Parti communiste français qu'en 1945, il déclare déjà dans sa lettre de 1915?: «?il n'y a que des hommes modernes pour pouvoir encore un pareil effort. Une armée de métier ne tiendrait pas, mais un peuple qui a vécu la vie tendue et dure de ces 50 dernières années, peut le fournir.?» Se considérant lui-même comme un peintre-ouvrier, parfois qualifié de «?paysan de l'avant-garde?», il manifeste dans la lettre et dans son uvre son profond respect pour le travailleur moderne. Sous couvert de célébrer l'invincibilité de l'homme contemporain, Léger dénonce ici son asservissement?: «?Une guerre comme celle-ci n'est possible que par les gens qui la font. C'est aussi vache que la lutte économique. Les temps de paix aussi à cette seule différence qu'on tue du monde. Ça ne suffit pas pour renverser les facteurs. C'est la même chose. Ces gens là qui la font, nous autres, nous sommes dressés à cette momerie-là.?». Son engagement politique et artistique commence dès 1917, avec sa célèbre toile «?La Partie de cartes?» (Kröller-Müller Museum, Otterlo), qui confond formes organiques et mécaniques des hommes meurtris par les combats. Privé de la peinture pendant les trois années de sa mobilisation, Léger entretient sur le front une riche correspondance avec ses proches restés à l'arrière. Notre lettre constitue un exemple exceptionnel de la beauté et de l'aisance du style épistolaire du peintre - sa réponse à Basler est ponctuée de passages dignes de la gouaille de Céline ou de son ami Cendrars, avec la même violence sinistre et perverse?: «?Il n'y a qu'à l'arrière où on est assez mou pour pleurnicher sur des histoires de cathédrale de Reims bombardée ou de femmes enfilées par les Boches. Ici ça ne mord pas du tout. Et monsieur Barrès n'a aucun succès. On n'a pas idée de demander à des gens qui s'octroient le droit de tuer de respecter des monuments plus ou moins historiques ou des femmes qui souvent n'ont sans doute pas demandé mieux.?». La guerre a produit chez Léger un langage singulier, celui des Poilus, populaire et argotique, dont le dénuement, l'aridité et le cynisme rejaillit sur le lecteur. Doté d'un véritable talent d'écriture, il sera par la suite l'auteur de conférences, d'articles de théorie picturale, de récits de voyages et de textes poétiques. C'est par sa correspondance avec Basler qu'il renoue avec les cénacles de la peinture parisienne, et s'échappe des combats pour quelques instants. Il pousse un véritable cri du cur à la fin de sa lettre («?Mon cher Monsieur Basler, parlez-moi de la peinture?») - lui qui ne retrouvera l'occasion de peindre qu'en 1917, après avoir frôlé la mort à Verdun. Ses dernières lignes évoquent probablement un projet d'exposition de son uvre aux Etats-Unis?: «?Je pense bien à l'Amérique aussi mais quand tout cela sera fini?». Sa première rétrospective américaine fut réalisée à New York dès 1925, et marque le début d'une longue série de voyages et de toiles célébrant la vie moderne américaine. Prodigieuse et terrifiante lettre de Fernand Léger, artiste combattant exilé de sa peinture, qui a su déceler la beauté du monde moderne dans le spectacle du chaos. Le peintre nous livre un saisissant témoignage de son éveil politique et pictural, façonné et imprégné par son expérience du feu. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR10,000.00

‎LEGER Fernand‎

Reference : 65249

(1948)

‎Lettre sur le jazz et la peinture?: «?J'ai souvent pensé en les écoutant à des équivalences colorées possibles?»‎

‎[s.d.] circa 1948, 14,6x19cm, 2 pages sur un feuillet.‎


‎Magnifique lettre autographe signée et inédite de Fernand Léger sur le jazz américain et les couleurs, adressée à Gaston Criel, auteur d'un essai pionnier sur le «?Swing?». Le peintre se remémore son exil aux États-Unis de 1940 à 1945, parle de Louis Armstrong et de sa captivante découverte du jazz expérimental à New York, en compagnie des peintres afro-américains de la Harlem Renaissance. 29 lignes à l'encre noire, rédigées sur un feuillet. La lettre autographe est présentée sous une chemise en demi maroquin vert sapin, plats de papier vert à motifs stylisés, contreplats doublés d'agneau vert, étui bordé du même maroquin, ensemble signé Goy & Vilaine. Léger répond à Georges Criel et le félicite de son essai sur le jazz américain?: «?Votre «?swing?» m'intéresse. Vous avez trouvé un style sonore qui colle au sujet?». Criel avait en effet adopté dans son essai, intitulé Swing, le style très rythmé du «?bebop?» que Léger avait eu l'occasion d'entendre à New York. Cette première étude sur le jazz en langue française fut unanimement saluée, de Sartre à Stravinsky en passant par Gide, Senghor, ou Poulenc. La lettre, non-datée, fut écrite en 1948, l'année de publication de l'essai de Criel. Après un long exil aux Etats-Unis entre 1940 et 1945, Léger était reparti pour la France et avait pris sa carte au parti communiste. Installé à Paris, il réouvre à la même période son académie de peinture dans un nouveau local boulevard de Clichy, qui lui vaudra un afflux d'étudiants américains, anciens GI démobilisés, comme Sam Francis ou Kenneth Noland. Dès 1924, Léger avait fait la rencontre simultanée du jazz et de l'Amérique par son film expérimental Ballet mécanique, tourné par les Américains Dudley Murphy et Man Ray, sur des musiques de Duke Ellington et George Antheil. Trois séjours à New York entre 1931 et 1939, pleins de projets et de rencontres - avec l'écrivain Dos Passos notamment - avaient familiarisé Léger avec cette métropole emblématique de la modernité. Mais c'est son exil durant la guerre qui l'introduisit réellement à l'Amérique et à la musique jazz?: «?J'ai pu pendant 5 ans d'Amérique réagir pour ou contre cette expression nègre?». En 1941, il découvrit le pays lors d'une traversée en bus vers l'Ouest, donna des conférences en Californie et fit projeter son Ballet Mécanique à la célèbre université expérimentale de Black Mountain en Caroline du Nord. C'est également aux Etats-Unis qu'il inventa en 1942 un nouvel usage de la couleur, en s'inspirant du jeu des projecteurs publicitaires balayant les façades de Times Square?: la couleur se trouve désormais dissociée du dessin, et donne naissance à sa toile Starfish (Solomon R. Guggenheim Museum), sa série des «?Cyclistes?» (Biot, Musée national Fernand Léger) et des «?Plongeurs?», dont il réalise un exemplaire monumental en 1943 pour la maison de l'architecte de Rockefeller, Wallace K. Harrison, à Long Island. Le jazz, synonyme de modernité et de libération, fut également l'occasion d'explorer la couleur. Léger donne une saisissante description synesthésique de ses expériences sonores?: «?J'ai souvent pensé en les écoutant à des équivalences colorées possibles. Les sardanes espagnols par exemple c'est de la couleur pure. Jaune bleu rouge. Le Jazz comporterait souvent des nuances?». Il assista dans les clubs new-yorkais à la naissance du bebop, nouvelle forme de jazz au rythme effréné et à la virtuosité époustouflante, dont les innovations harmoniques et rythmiques marquèrent le peintre dans ses compositions. Le peintre se remémore la découverte de ce jazz furieux des années 1940?: «?La confusion du départ m'intéressait surtout. Leur côté animal instinctif s'y donnant à plein; des cris sourd aigus. Des bruits incontrolable [sic] ayant une valeur spontanée étonnante, ensuite la domestication de cette jolie sauvagerie s'établissait en bon ou en mal.?» Les cuivres brillants aux «?cris aigus?», rappellent les formes et les sons des machines si chères au peintre, qu'il emploie depuis sa «?période mécanique?» des années 1920. Il achève sa lettre sur un vibrant hommage à Louis Armstrong, faisant en même temps ressurgir son passé de soldat?: «?Armstrong lui ça va plus loin, c'est de l'acier sous la lumière. La magie d'une culasse de 75 ouverte en plein soleil. Éblouissant?». En quête permanente de modernité, Léger s'était immergé dans la vie de bohème de Greenwich Village et fit la découverte de la culture afro-américaine new-yorkaise, alors en pleine effervescence dans les années 1940?: «?Mes camaraderies de jeunes peintres noirs m'ont permis d'assister à des «?entrainements?» pour des recherches de jazzs nouveaux.?». Son contact avec l'avant-garde artistique noire se poursuivit après son départ des Etats-Unis dans son académie de peinture parisienne, où il enseigna au peintre John Wilson, membre éminent du mouvement de la Harlem Renaissance, à Robert Colescott, et au jamaïcain Karl Parboosingh. C'est aussi à ce moment, vers 1948, que le jeune Ellsworth Kelly, grande figure du minimalisme, vint solliciter ses conseils. Par ailleurs, le style et la philosophie moderniste de Léger laissèrent une empreinte immortelle dans le paysage artistique américain en tant que précurseur de l'esthétique du Pop Art. Témoignage rare et inédit des expériences new-yorkaises de Fernand Léger et de l'impact sensoriel du jazz sur sa peinture. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR3,500.00

‎LEGER Jean‎

Reference : 44698

(1923)

‎Poèmes de la Genèse suivis du Chant de la vie‎

‎Edition du Bon plaisir, Toulouse 1923, 19,5x29cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 446 exemplaires numérotés sur Marais, le nôtre un des 46 hors commerce, seuls grands papiers avec 29 Japon et 75 Hollande. Envoi autographe de l'auteur au docteur Paul Voivenel enrichi d'un hommage autographe signé de l'illustrateur. Ouvrage illustré de 25 bois originaux de Max Bugnicourt.Préface de J.H. Rosny. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR80.00

‎LEGONIDEC Joseph Julien, magistrat français, Lannion 1763 - Paris 1844.-‎

Reference : ORD-6252

‎Lettre ou Copie (?) de lettre autographe signée du 24 août 1808.-‎

‎A l'Empereur, il fait état de ses services antérieurs et: je la supplie de me nommer à une place de procureur général, ou de Président dans l'institution judiciaire qu'elle forme en Toscane...avec un état de ses services (à la 3°personne).(2pp.1/2 (330x215mm). On joint 4 lettres signées par Régnier, duc de Massa, concernant cette démarche et sa nomination de Procureur Général Impérial près la cour d'appel de Rome, 2 sont destinées au Duc d'Otrante (1810), 1 à Legonidec (1810), 1 au sénateur Roger Ducos (1808).( chacune d'une page, même format, avec en-tête. ‎


‎Ce magistrat connut une intéressante carrière: avocat au Parlement de Paris en 1787, il passa à St-Domingue de 1789 à 1793, époque à laquelle, proscrit par les commissaires du gouvernement, il s'enfuit aux Etats-Unis sans ressources, sans en connaître la langue, il y fonda un journal et se fit nommer Chancelier du Consulat français à Boston. En 1797 il est Procureur général des Landes puis membre du Tribunat, il passe quelque temps comme commissaire de justice aux Iles de France et de la Réunion, il est à Rome en 1810 et, de 1815 à sa mort, il est conseiller à la Cour de Cassation. ‎

Librairie Les Vieux Ordinaires - Toulon
EUR130.00

‎LEGOUAIS Francis‎

Reference : 7658

(1974)

‎DES MACLES DES ROHAN AU BONNET REPUBLICAIN (NANTES, BLAIN, LE GAVRE)‎

‎ 1974 broché (paperback) grand in-octavo carré sous jaquette illustrée (dustjacket illustrated), dos muet (spine - no title) blanc, envoi autographe manuscrit de l'Auteur sur la page de garde de la première de couverture (author's autograph on the flyleaf), illustrations hors-texte (full page engraving), 232 pages, 1974 à Nantes Marcel Buffé Editeur,‎

‎préface par Michel Mollat du Jourdin - bon état (very good condition) ‎


Librairie Guimard

Phone number : 06 81 28 61 70

EUR40.00

‎LEGOUVE (Ernest).‎

Reference : 80761

(1888)

‎Soixante ans de souvenirs. Tome quatrième.‎

‎Paris Hetzel 1888 1 vol. Relié in-12, demi-maroquin vert à coins, dos à nerfs, tête dorée, 262 pp. Edition originale du quatrième tome de l'autobiographie du dramaturge (1807-1903), avec des propos sur Mlle Rachel, Jean Reynaud, Lamartine, Hugo, Musset, l'Académie française, etc. Excellent exemplaire enrichi d'un envoi de l'auteur à la comédienne Julia Bartet, avec une lettre autographe signée d'accompagnement reliée en début de volume : "Vous m'avez aujourd'hui si bien rappelé Mlle Rachel, que je vous demande la permission de vous envoyer ces quelques pages écrites sur elle. Il me semble que le portrait d'une artiste comme elle doit intéresser une artiste comme vous". Bel exemplaire, finement relié à l'époque, avec l'ex-libris gravé de la comédienne.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR100.00

‎LEGOUVE (Ernest).‎

Reference : SES-10105

‎Un Tournoi au XIXe siècle. Paris Alphonse Lemerre, 1872.‎

‎Grand in-8 carré br. de 23pp., (1)p. n. ch., (2)ff. bl. Couverture éditeur un peu défraîchie (des petites usures et petits manques de papier en bordure et dos).‎


‎Exemplaire grand de marge, sur beau papier. Notre exemplaire est enrichi d'une envoi autographe signé de l'auteur à "un compagnon d'armes".Gelli, 390 : "L'opuscule est très intéressant et donne une idée historique des assauts dans la salle d'armes de Robert aîné. De nombreuses considérations philosophiques augmentent la valeur de cet ouvrage." ‎

Le Jardin des Muses

Phone number : 02 32 57 41 77

EUR40.00

‎LEGOUVE Ernest (Jean Baptiste Ernest Wilfrid Legouvé )‎

Reference : 10903

(1832)

‎MORTS BIZARRES POEMES DRAMATIQUES SUIVIS DE POESIES‎

‎ 1832 un volume, broché (paperback) in-octavo, dos et fausse couverture gris-bleu, avec collé au centre du 1er plat un morceau découpé de la couverture originale marron , titre, date et éditeur imprimés en noir, titre manuscrit au dos à l'encre brune, tête lisse (top edge smoothe), tranches non rognées (edges no smooth) gouttière en partie non coupée (fore-edge partly uncut), long papier (fore-edge - great paper) rousseurs sur les tranches (redness marks on the edges), envoi autographe manuscrit de l'Auteur sur la page de faux-titre (author's autograph on the half title page) : "...a Monsieur Rochelle, par son tout dévoué de coeur...signé Le Gouvé..", sans illustrations, 252 pages, 1832 Paris H. Fournier Jeune Libraire Editeur, ‎

‎Jean Baptiste Ernest Wilfrid Legouvé était un poète, moraliste, critique et auteur dramatique français né à Paris le 5 février 1807 et mort le 14 mars 1903. Edition Originalede ce curieux recueil de vers.Références : Vicaire 5 col 170, tout premier livre de l'auteur, .... rareté... en bon état malgré les petits défauts signalés (very good condition in spite of the smalls defects indicated). ‎


Librairie Guimard

Phone number : 06 81 28 61 70

EUR160.00

‎LEGRAND (Edy) - ‎

Reference : 33725

‎2 dessins à l'encre signés -‎

‎ Une vieille femme assise avec un châle, la main droite aux doigts cagneux dressée vers la poitrine, dans un cadre à la main levée au crayon (environ 13x8 cm); hors cadre deux études de la main - signature en bas à droite du cadre - le tout sur une feuille (14x19 cm) + Porte d'une ville fortifiée dans le désert, vers laquelle progresse une automobile, dans un cadre à la main levée au crayon (environ 13,2x7,5 cm) - signature en bas à droite du cadre - le tout sur une feuille (14x19 cm) - bon état - ‎


Le Livre à Venir - Cuisery

Phone number : 03 85 40 17 88

EUR50.00

‎LEGRAND Gérard‎

Reference : 44389

(1974)

‎Le retour du printemps‎

‎Le soleil noir, Paris 1974, 13x18cm, broché.‎


‎Edition originale. Précieux envoi autographe signé de Gérard Legrand à Maurice Blanchot. Couverture illustrée par Hervé Télémaque.Infimes piqûres sans gravité sur les plats. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR120.00

‎LEGRAND Gérard‎

Reference : 56675

(1969)

‎Marche du lierre‎

‎Eric Losfeld, Paris 1969, 21x27cm, broché.‎


‎Edition originale pour laquelle il n'a pas été tiré de grands papiers. Envoi autographe signé de Gérard Legrand à Jean Tardieu : "... avec ma fidèle admiration et le regret de son silence..." Une très légère éraflure sans gravité sur le premier plat au niveau du titre de l'ouvrage, agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR60.00

‎LEGRAND Gérard‎

Reference : 61989

(1973)

‎Siècles ciselés‎

‎Editions Maintenant, Paris 1973, 10,5x15cm, en feuilles.‎


‎Edition originale, un des 75 exemplaires numérotés sur Ingres, seuls grands papiers. Agréable et rare exemplaire. Signature manuscrite de Gérard Legrand au colophon. . - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR80.00

‎[PUF, Presses Universitaires de France] - ‎ ‎LEGRAND, Louis‎

Reference : 24099

(1991)

‎Enseigner la morale aujourd’hui ? [ Livre dédicacé par l'auteur ]‎

‎1 vol. in-12 br., coll. l’éducation PUF, Presses Universitaires de France, Paris, 1991, 175 pp.‎


‎Envoi de l’auteur au Professeur Jean Bernard ( avec signature de l’auteur). Bon exemplaire (très bon état)‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR19.00

‎LEGRAND-CHABRIER.‎

Reference : 52814

(1910)

‎Liroquois. Roman.‎

‎Paris Sansot 1910 1 vol. broché in-12, broché, 303 pp. Edition originale, avec un hommage signé de l'auteur. Très bon état.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR20.00

‎LEGRAND-CHABRIER.‎

Reference : 51114

(1906)

‎Mangwa.‎

‎Paris Louis Theuveny 1906 1 vol. broché in-12, demi-veau prune, dos à nerfs avec fleurons dorés, couvertures conservées, 251 pp. Edition originale avec un envoi des auteurs à Charles Doury. Dos insolé. Très bon état.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR30.00

‎LEGUY Raoul‎

Reference : 9852

(1919)

‎La rondes des bleuets‎

‎Eugène Figuière, Paris 1919, 13x16cm, broché.‎


‎Edition originale imprimée à petit nombre sur vergé. Envoi autographe signé de Raoul Leguy. Un manque marginal affectant le premier plat, sinon rare et bel exemplaire dont les pages ont été écrites en Novembre 1917 à Quaedypre dans le Nord et qui sont dédiées au frère de l'auteur tombé au champ d'honneur le 11 Juin 1918 à Château-Thierry. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR70.00

‎LEHON Jean‎

Reference : 16606

(1904)

‎Chansons actuelles et pensées philosophiques‎

‎J. Caraguel, Toulouse 1904, 14x21,5cm, broché.‎


‎Edition originale imprimée à petit nombre. Envoi de Jean Lehon. Belle couverture illustrée, rare et agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR90.00

‎LEIBRICH Louis‎

Reference : 61722

(1954)

‎Thomas Mann‎

‎Editions Universitaires, Paris & Bruxelles 1954, 11,5x18cm, broché.‎


‎Edition originale sur papier courant. Annotations au stylo bille en têtes des plats, petites taches sur le premier plat, déchirures en têtes des derniers feuillets. Envoi autographe signé de Louis Liebrich au Robert Kanters. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR20.00

‎LEIRIS (Michel)‎

Reference : 011653

(1966)

‎Fibrilles. La règle du jeu III‎

‎Paris Gallimard 1966 In-8 Broché, couverture à rabats Edition originale Dédicacé par l'auteur‎


‎EDITION ORIGINALE, avant-dernière partie de La Règle du jeu. ENVOI autographe signé de Michel Leiris à Etienne Hajdu et à sa femme. Très bon exemplaire 0‎

Librairie-Galerie Emmanuel Hutin - Paris

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR80.00
Previous 1 ... 726 727 728 729 ... 832 935 1038 1141 ... 1145 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Autographs

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !