Previous 1 ... 124 125 126 127 ... 192 257 322 387 ... 389 Next Exact page number ? OK

‎COLETTE‎

Reference : CX2

‎Lettre Dactylographiée Signée "Colette de Jouvenel" à Fernand Demeure - ‎

‎ 1 page in4 - Paris le 29 aout 1921 - En tête "Le Matin"- bon état -‎


‎Le Comité de lecture n'a pu retenir le conte envoyé pour les "Mille et un matins"- Elle lui retourne son manuscrit afin que son "idée ne s'égare pas" et qu'il puisse "reprendre [sa] liberté" - ‎

Librairie CHARMOY - Nyons

Phone number : 0686182277

EUR200.00
Shipping price: €0.00

‎COLETTE‎

Reference : 53457

(1961)

‎Lettres de la vagabonde‎

‎Flammarion, Paris 1961, 15x21cm, broché.‎


‎Edition originale, un des exemplaires du service de presse. Texte établi par Roberte Forbin et Claude Pichois. Envoi autographe daté et signé de Claude Pichois au professeur Georges Blin. Une tache en pied du second plat, une autre en pied du dos. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR50.00

‎COLETTE - Ecrivain français‎

Reference : CX1

‎Lettre Autographe Signée "Colette" au peintre André Dulaurens à Autun - le 4 juillet 1950 -‎

‎ 1 page in4 - enveloppe jointe - trés bon état -‎


‎ A son "cher peintre" : elle est à Monte-Carlo et non à St Tropez - Elle ne peut rien rédiger à cause d'une "assez cruelle" arthrite - Elle termine: "compatriotiquement à vous"- ‎

Librairie CHARMOY - Nyons

Phone number : 0686182277

EUR500.00
Shipping price: €0.00

‎Colette BEAUNE‎

Reference : LFA-126723208

(1997)

‎Les MANUSCRITS des ROIS de FRANCE au MOYEN AGE‎

‎Un ouvrage de 189 pages, format 210 x 300 mm , illustré, broché couverture couleurs rempliée, publié en 1997, Bibliothèque de l'Image, bon état‎


‎Le miroir du Pouvoir. Introduction de François Avril‎

Lettre de France, L'Art de Vivre à la Française

Phone number : 04 74 33 45 19

EUR25.00

‎COLETTE BERG Camille‎

Reference : 68723

(1951)

‎L'ingénue libertine‎

‎Editions du Madrigal, Annemasse 1951, 13,5x19cm, relié.‎


‎Edition illustrée de 40 dessins de Camille Berg, un des exemplaires numérotés, seul tirage. Agréable exemplaire. Reliure en demi chagrin rouge, dos à quatre nerfs sertis de filets noirs, plats de papier à effet moiré, gardes et contreplats de papier à la cuve, couvertures conservées, tête mouchetée. Bel envoi autographe signé de Colette à Denise Bonde "... que j'ai appelée Josette Fabre et j'en confesse mon grave remords ! En souvenir d'un très vieil écrivain (qui préfère les jeunes, naturellement !) Colette." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR250.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82355

(1940)

‎Chambre d'hôtel.‎

‎Paris Arthème Fayard 1940 1 vol. relié in-12, demi-maroquin à gros grain bleu de Prusse à coins, dos à fins nerfs, plats de papier caillouté, doublures et gardes de même papier, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Alix), 217 pp. Edition originale. Un des 60 exemplaires hors commerce numérotés sur papier vélin azuré de Voiron, celui-ci enrichi d'un envoi autographe signé de l'auteur à Germaine [Patat] : "c'est notre deuxième guerre, mon enfant Germaine. Au moins laissez-moi me réjouir que nous ayons passé la seconde comme la première : coeur à coeur". Exemplaire également truffé d'une belle lettre autographe signée à la même (2 p. in-4 sur papier bleu, s.l.n.d. [vers 1940]). Composé à la façon de Bella-Vista (voir n°47), Chambre d’hôtel réunit deux nouvelles parues précédemment dans la presse: «La Lune de pluie» publiée en 6 livraisons dans Match du 25 août au 28 septembre 1939 et, pour la 1ère partie du texte, une nouvelle parue sous le titre «Gîte de hasard» dans Paris-Soir en 14 livraisons du 16 au 29 avril 1940. Leur rédaction eut lieu dans les premiers mois de la guerre et lors de l'exode. «Gîte de hasard» aurait été en partie écrit à Lyon où Maurice Goudeket et Colette séjournèrent, un peu contraints, sur le chemin qui de Curemonte devait les ramener à Paris. C’est le premier texte que Colette publie aux éditions Fayard après le départ en zone libre des frères Ferenczi. Comme beaucoup de textes publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, les deux nouvelles s’inspirent de souvenirs personnels liés à la Belle Époque. Colette poursuit ici un procédé littéraire initié avec La Naissance du jour qui consiste à mettre en scène une narratrice nommée Colette et à mêler à la fiction des personnages réels, ce que la critique contemporaine nomme autofiction et que Colette pratiquait à la manière de Monsieur Jourdain pour la prose.Si «Chambre d’hôtel» permet à Colette de retrouver l’univers du théâtre et des comédiens, qu’elle connaît bien, «La Lune de pluie» est un texte plus étonnant dans la production de l’écrivaine puisqu’il témoigne de son goût pour la voyance: «Je la tiens pour simple, réservée aux simples, inexpliquée, inexplicable autant que certains resplendissants coloris, certains dessins mystérieusement figurés sur le papillon, l’oiseau, le fauve, le poisson.» Colette eut souvent recours à des voyantes – quatre ou cinq confie-t-elle dans L’Étoile Vesper - moins, d’ailleurs, pour connaître l’avenir que pour attester de la présence des morts dans nos vies. Dans «La Lune de pluie», le don de Mme Elise prend un tour inquiétant puisqu’à l’art de la divination elle mêle sorcellerie et magie noire au service d’un sentiment souvent éprouvé par les héros de Colette: la jalousie et le dépit amoureux.De jalousie il fut d’abord question entre la couturière Germaine Patat et Colette, la première entretenant une liaison avec l’époux de la seconde, Henry de Jouvenel. Mais nul besoin de sortilège pour l’écrivaine qui avait très tôt éprouvé le pouvoir de la solidarité féminine contre l’infidélité des hommes et sut faire de sa rivale une de ses meilleures amies.Témoins de cette amitié la longue et abondante correspondance que les deux femmes échangèrent - aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale de France - et les ouvrages de Colette dédicacés à Germaine Patat souvent enrichis de fragments de manuscrits ou de lettres autographes inédites.La lettre reliée dans l’exemplaire peut être datée du début du mois de novembre 1940 alors que Colette corrige les épreuves de Chambre d’hôtel: «Je finis à peine ce travail minutieux et em…nnuyeux de la correction d’épreuves sur deux volumes, l’un pour tout de suite (Chambre d’hôtel) l’autre dans deux ou trois mois (Journal à rebours). Vous voyez que je tâche de me défendre du chômage.» Une urgence à gagner sa vie qui s’exprimera tout au long de cette période alors que se font ressentir de plus en plus durement le froid et les privations de nourriture.Les exemplaires de Germaine Patat sont très recherchés. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR1,500.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82301

(1918)

‎Dans la foule. ‎

‎Paris Georges Crès et Cie 1918 1 vol. relié petit in-12 carré, bradel demi-maroquin ocre rouge à coins, dos lisse avec pièce de titre de maroquin vert gris, plats de papier moucheté ocre, doublures et gardes de papier marbré, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Stroobants), 158 pp. Edition originale de cette série d’articles d’actualité, chacun décoré de jolis bandeaux et culs-de-lampe à motifs floraux. Un des 6 exemplaires de tête numérotés sur Chine, celui-ci truffé d'une belle lettre autographe signée "Colette Willy" à propos de "l'affaire Steinheil" (3 p. in-16, à l'en-tête imprimé du "25, rue Torricelli", s.l.n.d., infimes perforations ne gênant pas la lecture). Bel exemplaire dans une sobre reliure de Stroobants.Un an après Les Heures longues, Colette rassemble d’autres articles du Matin, parus cette fois avant-guerre, pour former la matière d’un nouveau recueil, dont le titre reprend celui d’un article paru le 2 mai 1912 consacré à «l’arrestation» de Jules Bonnot. Les sources d’inspiration des textes réunis ici sont multiples:faits divers (affaire de la bande à Bonnot, procès Guillotin), politique intérieure (élection législative), sport (arrivée du Tour de France, match de boxe, course cycliste, vol en dirigeable). Dans chaque texte s’exprime magistralement cet art de la chose vue dont Colette journaliste fit sa marque: «voir et non inventer».Le manuscrit joint répond à l’enquête féministe du journal Fin de siècle sur l’affaire Steinheil, intitulée «Opinions de quelques femmes célèbres». Rappelons que Marguerite Steinheil, maîtresse de Félix Faure, fut accusée d’être la complice du meurtre de son mari. La réponse de Colette fut intégralement publiée dans le journal du 7 mars 1909: «Une «faible femme» n’a nullement besoin, pour tuer une, deux, trois ou dix personnes, d’un complice effectif. Une femme, toute seule, aura toujours assez de force nerveuse pour tuer, et pour se livrer ensuite, avec un génie enfantin et inégal, à une mise en scène intelligente qui pêchera toujours par plus d’un point. Force nerveuse incalculable, duplicité, fausse légèreté, mépris du risque, inconscience – très relative –, machiavélisme imparfait servi par l’insuffisance des juges et de la police… Voilà ce que je démêle, à peu près, en madame Steinheil.» (extrait)On pourrait s’étonner qu’Henri Clarac ait choisi de truffer son exemplaire d’une lettre antérieure de plusieurs années au recueil, mais ce choix témoigne au contraire d’une lecture très attentive, puisque dans le texte intitulé «À Tours» - reprenant deux articles parus dans Le Matin le 27 et le 28 juin 1912 consacrés à l’affaire Guillotin -, Colette fait un parallèle entre Mme Guillotin, elle-même accusée d’être la complice de son cousin dans le meurtre de son mari, et Mme Steinheil. On notera, d’ailleurs, que le titre du second article initialement publié dans Le Matin était «Que c’est solide une femme!» qui reprend l’idée développée dans la réponse de Colette à l’enquête sur l’affaire Steinheil et que l’on trouvait déjà exprimée dans La Vagabonde (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac). ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR2,500.00

‎[DIGNIMONT, DARAGNES, MOREAU (Luc-Albert), DUNOYER DE SEGONZAC.] - ‎ ‎COLETTE.‎

Reference : 82391

‎Les Cahiers de Colette (n°1 à 4). ‎

‎Paris Les Amis de Colette [Atelier de Daragnès] 1935-1936 4 vol. broché 4 vol. gr. in-4, brochés, couvertures rempliées, sous chemise et étui de papier bois, 99, 88, 91 et 95 pp. Collection complète, en édition originale, illustrée pour le premier cahier de 6 eaux-fortes par André Dignimont, pour le deuxième de 6 eaux-fortes par Jean-Gabriel Daragnès, pour le troisième de 6 lithographies par Luc-Albert Moreau et pour le quatrième et dernier cahier de 6 eaux-fortes par André Dunoyer de Segonzac. Tirage limité, pour chaque cahier, à 175 exemplaires numérotés sur Arches, tous signés par l'auteur. Très bel ensemble ayant appartenu à Ernest Simon, avec son ex-libris. Chaque volume porte un envoi de l'illustrateur à lui adressé, et le premier cahier est enrichi d'un envoi autographe signé de Colette : "Pour Monsieur Ernest Simon, en échange d'un feuillet bien plus bleu, bien plus suave, et qui en outre a le mérite d'être vierge!". On joint également à ce cahier 3 lettres autographes signées de Colette (1 p. in-4, 2 p. in-8 obl. et 1 p. in-4, s.l.n.d.) toutes relatives à la couleur bleue de son papier à lettres. Le troisième cahier est enrichi de deux gravures de Luc-Albert Moreau : l'une représentant Colette en train de danser, datée de 1941 et dédicacée à Ernest Simon ; l'autre un portrait de l'écrivain avec cette légende autographe de l'artiste : "Tirage particulier du frontispice de Mes Cahiers (1941)". Alors que Colette devait sans cesse imaginer de nouveaux projets pour assurer son indépendance financière, Maurice Goudeket, son dernier mari, ancien courtier en perles converti au commerce du livre ancien grâce aux conseils avisés de Pierre Bérès, eut l’idée de réunir des manuscrits inédits de Colette en une publication de luxe destinée à un petit cercle d’amateurs. C’est ainsi que naquirent «Les Amis de Colette» dont le comité était composé de Tristan Bernard, Pierre Brisson, Francis Carco, Jean Giraudoux, Édouard Herriot, François Mauriac et Paul Morand, Pierre Bérès assurant le rôle de trésorier. Quatre volumes furent édités, trois en 1935, et le dernier au début de l’année 1936. Chaque volume était tiré à 175 exemplaires réservés aux membres de l’association qui devaient s’acquitter de 1.000 francs pour recevoir l’ensemble de la collection. L’illustration fut confiée aux peintres amis de Colette: André Dignimont, Luc-Albert Moreau, André Dunoyer de Segonzac et Jean-Gabriel Daragnès qui fut également chargé de l’impression.Si on en croit les confidences de Pierre Bérès, les souscriptions furent lentes à venir et Colette se désintéressa du projet dont elle confia la conduite et le suivi à Maurice Goudeket. C’est lui qui choisit les différents inédits: les premières versions de Chéri, les notes marocaines, des notes de tournée et quelques portraits. En résultèrent quatre magnifiques ouvrages longtemps prisés par les collectionneurs. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)Rare ensemble dédicacé par les illustrateurs et par Colette à Ernest Simon, enrichi de 3 lettres autographes de Colette et de deux gravures de Luc-Albert Moreau dont un portrait qui servira de frontispice à Mes Cahiers (Aux Armes de France, 1941). Bien que son nom n’ait pas laissé de trace dans les biographies consacrées à Colette, l’envoi et les lettres jointes à l’exemplaire suggèrent qu’Ernest Simon fut sinon papetier du moins pourvoyeur de papier bleu, la couleur élue par Colette. Dans ses lettres, l’écrivaine se confie sur le choix des bleus: «le bleu plus pâle c’est pour les lettres. Mais pour le travail, il faut assombrir mon champ…», remercie pour l’envoi d’un nouveau papier «j’étrenne pour vous ce champ d’azur» ou «ce papier d’un bleu si doux». «Est-on un vieil écrivain sans être maniaque?» s’interroge-t-elle ingénument, elle qui avait hérité de son père, le Capitaine, la manie papetière… ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR3,000.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82351

(1973)

‎Lettres à ses pairs. Texte établi et annoté par Claude Pichois et Roberte Forbin.‎

‎Paris Flammarion 1973 1 vol. broché in-8, broché, 454 pp., index. Edition originale de ce recueil de lettres classées par correspondants. Un des 35 exemplaires numérotés sur vélin pur chiffon d'Arches, tirage de tête, celui-ci non justifié, mais parfaitement conservé sous un double emboîtage signé d'Alain Devauchelle avec dos bordé de demi-maroquin bleu et doublures de daim chamois contenant deux documents (inédits ?) : d'une part une intéressante lettre autographe signée "Colette Willy" adressée en 1904 à Rachilde pour la remercier de son "si joli article sur 'Minne'" (4 p. in-16 sur papier bleu à en-tête du Domaine des Monts-Bouccons, s.d.) ; d'autre part une lettre autographe signée de Jean Cocteau adressée à Colette après le décès de Marguerite Moreno (une page in-4, à en-tête de la Maison du Bailli à Milly, 16 juillet 1948) : "Ma Colette, Tu dois avoir du chagrin de la mort de notre amie. Tu es la seule famille que je lui connaisse. C'est pourquoi je voudrais être auprès de toi et te demander les mille histoires que tu racontes et qui l'empêcheront d'être morte. Je t'aime. Jean". La réponse de Colette à cette lettre est publiée en page 439 du volume. En parfait état.Ce volume est sans doute un des plus ambitieux de ceux dirigés par Claude Pichois et Roberte Forbin qui ont tenté d’y rassembler l’essentiel des lettres de Colette aux grands auteurs de son temps (Pierre Louÿs, Anna de Noailles, Marcel Proust, Marcel Schwob, Léon-Paul Fargue, Lucie Delarue-Mardrus, Francis Carco, Rachilde, etc.). S’y dessinent des réseaux d’amitiés autant littéraires que mondaines qui replacent l’écrivaine dans une époque et un milieu dont elle fut pendant un demi-siècle, de façons certes diverses, un des points d’attraction. À la différence des autres correspondances plus homogènes, en raison de la chronologie ou du nombre restreint des destinataires et du caractère plus intime, cet ensemble témoigne de la capacité de Colette à s’adapter à son correspondant sans jamais rien perdre d’elle-même, passant de l’évocation d’un livre en cours ou reçu à celle d’un spectacle plus ordinaire (fleur, bête, nourriture, paysage) avec ce même élan vital et ce même bonheur d’expression que lui connaissent et reconnaissent ses lecteurs les plus illustres.Exemplaire somptueusement enrichi de deux lettres inédites. La première, très rare, à en-tête des Monts-Bouccons, la propriété que Willy avait offerte à Colette sur les hauteurs de Besançon (voir n°3), datable de juillet ou août 1904, est adressée à Rachilde après son article élogieux sur Minne paru dans Le Mercure de France: «Avez-vous réellement aimé Minne? Peut-être nous aimez-vous assez pour tâcher de mentir. Minne eût été une nouvelle charmante en 150 pages ou moins, mais la dureté des temps obligea vos amis Willy et Colette à l’étirer jusqu’au roman, hélas.» Bien que le roman soit signé Willy, il est évident à la lecture de cette lettre que la collaboration de Colette n’était déjà plus un mystère, au moins pour les proches et les plus attentifs des lecteurs. Colette évoque dans cette même lettre l’écriture des premiers dialogues de bêtes: «J’ai déjà commis deux nouveaux dialogues pour Vallette.» La lettre, enfin, est toute remplie du bonheur de ces étés bisontins que Colette transposera dans La Retraite sentimentale: «J’y rentre chaque été comme un goujon reglisse dans l’eau, sans plus de bruit et avec autant de bonheur.» Sans oublier le spectacle des bêtes qui passionnent Rachilde et Colette: «J’ai pensé à vous en voyant, spectacle insolite, un matou poursuivi par une douzaine d’hirondelles qui lui donnaient la chasse et lui piquaient les oreilles. Affolé, le malheureux s’est roulé, ventre et griffes en l’air, avant de fuir sous un buisson les guerrières ardoisées défendant leurs nids.»La seconde lettre, également inédite, plus brève mais non moins émouvante, est adressée par Jean Cocteau à Colette depuis Milly, le 16 juillet 1948, après la mort de Marguerite Moreno, la meilleure amie: «Ma Colette, Tu dois avoir du chagrin de la mort de notre amie. Tu es la seule famille que je lui connaisse. C’est pourquoi je voudrais être auprès de toi et te demander les mille histoires que tu racontes et qui l’empêcheront d’être morte. Je t’aime. Jean». Elle vient compléter la réponse de Colette à cette même lettre publiée dans le volume.Très bel ensemble, parfaitement établi par Alain Devauchelle. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR1,500.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82314

(1913)

‎Manuscrit autographe du chapitre "Amour" de L'Envers du Music-Hall. ‎

‎S.l. 1913 relié in-8 carré, bradel de parchemin crème, dos lisse avec nom de l'auteur et titre dorés en long, doublures et gardes de papier blanc tapissé de fins motifs dorés, tête dorée, étui bordé de même papier à motifs dorés (M.-P. Trémois), 10 pages à l'encre montées sur onglet (infimes perforations en marge des feuillets ne gênant pas la lecture). Titre en tête du premier feuillet ajouté à la mine de plomb : "Amour". Manuscrit autographe de premier jet avec de nombreuses ratures et corrections correspondant aux pp. 65-72 de l'édition originale (Paris, Flammarion, 1913). Le manuscrit, inconnu des éditeurs des œuvres de Colette dans la Pléiade, correspond au texte publié dans Le Matin le 18 avril 1912 et repris en 1913 dans L’Envers du music-hall sous le titre «Amour». Colette y dresse le portrait d’une petite danseuse anglaise, Dolly, «gentille et touchante, anonymement», et suit le progrès de son «idylle quasi muette» avec «Mâss’l» (Marcel), ténor-danseur qui officie dans le même théâtre et qui a été séduit par le charme blond de la jeune étrangère.La parfaite maîtrise de la forme brève éclate dans ce texte, comme dans tous ceux regroupés dans L’Envers du music-hall: sûreté du trait simple et vif, plus pointilliste qu’impressionniste, efficacité des dialogues et art subtil de la clausule dans le retournement final. Les abondantes ratures et corrections témoignent du travail difficile de l’écrivain en recherche constante du«mot meilleur que meilleur».Très rare manuscrit de cette période où Colette utilisait encore du papier crème ligné qui lui rappelait ces années sur les bancs de l’école de Saint-Sauveur-en-Puisaye… Le papier bleu ou vert sera définitivement adopté après la Première Guerre mondiale. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR5,000.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82348

(1936)

‎Mes apprentissages. Ce que Claudine n'a pas dit.‎

‎Paris Ferenczi 1936 1 vol. relié in-8, demi-maroquin à gros grain noir, dos lisse, plats de papiers marbré de tonalités bleu et jaune moutarde, doublures de papier bleu, gardes de papier jaune moutarde, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Honnelaître), 218 pp., nombreuses planches hors-texte. Edition originale. Un des 80 exemplaires hors commerce numérotés sur simili japon de couleur imprimés spécialement pour l'auteur, celui-ci de couleur crème et enrichi d'un envoi autographe signé de Colette au critique Gérard Bauër. Exemplaire par ailleurs truffé en tête d'ouvrage d'une lettre autographe signée adressée à l'écrivain et journaliste Henri Bauër (2 p. et demies in-8 sur papier bleu - Paris, 29 septembre 1900, avec enveloppe) et en fin d'ouvrage d'une carte autographe signée adressée à Catulle Mendès (2 p. in-32, obl., s.l.n.d.). Très bel exemplaire. Cinq ans après la mort de Willy, Mes apprentissages vient mettre un terme définitif à la guerre que se livraient par voie de presse, depuis près d’un quart de siècle, les ex-époux Gauthier-Villars.Apprenant en 1909, la vente des droits des Claudine aux éditeurs, au profit exclusif de Willy (seul signataire «officiel» des livres et des contrats), Colette se rebiffe et réclame que soit reconnue sa part dans l’écriture de ce qui fut longtemps le plus gros succès éditorial de la Belle Époque. Mais quelle part exactement? C’est sur ce point, et sur quelques autres, que les deux anciens collaborateurs s’opposent. Les premiers manuscrits ayant disparu, chacun convoque ses témoins (amis, auteurs, éditeurs ou typographes…) et use de sa notoriété pour alimenter la gazette littéraire. La Première Guerre mondiale avait semblé éteindre la querelle, mais la publication des Souvenirs littéraires… et autres de Willy en 1925, puis, surtout, quelques semaines après sa mort, des «Willyana», ces commentaires en forme de révélation qu’il avait inscrits à la demande de Jules Marchand, le directeur de la revue Sur la Riviera, en tête des exemplaires des quatre Claudine (voir n°96), avaient piqué au vif la principale intéressée. Mes apprentissages est en quelque sorte la réponse de la bergère au berger.La vengeance étant, on le sait, un plat qui se mange froid, le texte est d’abord publié dans Marianne, sans doute à la demande de son directeur Emmanuel Berl, du 16 octobre au 18 décembre 1935, avant de paraître chez Ferenczi au mois de janvier 1936, illustré de nombreuses photographies «à charge» et accompagné d’un sous-titre éloquent: «ce que Claudine n’a pas dit». C’est une véritable mise à mort littéraire posthume. Maladivement impuissant, menteur, infidèle, tyrannique et peut-être même violent, Willy dont la gloire passée était déjà oubliée est définitivement enterré. Pour la postérité, il ne sera plus désormais que ce «vieux salaud» qui avait exploité le talent des autres, à commencer par celui de son épouse.Mais on se tromperait en ne voyant dans cet ouvrage qu’un ultime règlement de compte. En se replongeant dans ses années d’apprentissages, Colette retrouve les figures d’un passé suffisamment éloigné pour inspirer aux lecteurs une forme de nostalgie. Sous sa plume revivent avec force et vivacité celles et ceux qu’elle a côtoyés: Caroline Otero, Polaire, Mata-Hari, Marcel Schwob, Jean Lorrain ou bien encore Claude Debussy… À moins que cédant à une pente désormais familière à ses lecteurs elle ne retrouve les paysages de sa jeunesse et notamment ceux de sa Puisaye natale dont elle livre ici une des plus belles évocations.Certains proches du couple reprochèrent à Colette ce coup de griffe qui n’était peut-être pas tout à son honneur (c’était mal la connaître). Il est vrai que Willy n’en méritait pas tant et François Caradec a largement contribué à le montrer. Mais la gloire littéraire pour Colette était peut-être à ce prix: faire disparaître les fantômes qui erraient encore dans les coulisses, et, en faisant oublier Claudine, devenir Colette. Cet exemplaire dédicacé au critique Gérard Bauër – fidèle soutien de Colette qu'il rejoindra à l'Académie Goncourt – est truffé de deux très rares lettres de jeunesse qui prennent ici un tour ironique. Dans l’une, adressée le 29 septembre 1900 au journaliste Henry Bauër, le père de Gérard Bauër, comme dans l’autre écrite en 1893 à Catulle Mendès, un ami proche du couple, celle qui signe déjà «Colette» endosse sans déplaisir apparent le rôle de «secrétaire de mon mari». Au premier, elle tient à défendre la probité de Willy en lui adressant un fragment de son article écrit après la première du Rêve d’Alfred Bruneau d’après le roman d’Émile Zola et avec la collaboration de ce dernier. La création à l’Opéra-Comique en 1891 fut un événement considérable largement relayé par la presse. Si Henry Bauër avait salué la naissance «d’un art national et nouveau», Willy, quant à lui, avait accueilli l’œuvre à grand renfort de jeux de mots et de calembours qui étaient sa marque de fabrique. S’adressant au critique qui avait sans doute rappelé cette opposition de Willy, près de dix ans après la création – et en pleine affaire Dreyfus –, Colette tient à sauver l’honneur de son époux et s’excuse «d’avoir assez de jeunesse pour tenir, par dessus tout, à l’honnêteté littéraire de mon mari. Cette jeunesse-là à défaut de l’autre qui défaille si vite, persistera»... Au second, Catulle Mendès, elle présente les excuses de Willy de n’avoir pu assister «à la tournée sur le zinc des Menus-plaisirs», le théâtre (aujourd’hui théâtre Antoine-Simone-Berriau) où avait été créé, le 2 avril 1893, le mimodrame Le Docteur Blanc sur une musique de Gabriel Pierné: «je vous conjure de nous offrir le mêlé-cass du pardon, à la prochaine fête de l’intelligence». Ces deux lettres offrent un contrepoint savoureux à la version du mariage donnée dans Mes apprentissages… (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR3,000.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82407

(1929)

‎Philippe Berthelot. Leur "beau physique". Manuscrit autographe signé.‎

‎ S.l.n.d. 1929 1 vol. relié 9 feuillets in-4 au recto sur papier bleu montés sur onglets et reliés en un vol. in-4, bradel demi-veau olive à petits coins, dos lisse avec auteur et titre dorés en long, plats recouverts de papier à la colle dans les tons verts et rouille, contreplats et gardes de papier vert d'eau, non rogné (Honnelaître), 9 ff. Beau manuscrit avec de nombreuses ratures et corrections de ce portrait du diplomate publié en 1929 dans la revue "Bravo" (trace de pliure centrale). On joint le volume d'hommage "Philippe Berthelot, 1866-1934" (Paris, Imp. Ducros et Colas, s.d., in-8, broché, couverture rempliée, 67 pp., portrait-frontispice) où ce texte est repris (p. 32-33) avec un bel envoi autographe signé de la veuve du diplomate, Hélène Berthelot, à Colette.Manuscrit autographe inconnu des biographes, abondamment corrigé. Cette évocation de Philippe Berthelot parut d’abord dans Bravo, le 29 novembre 1929, dans la rubrique «Leur beau physique» où il était accompagné d’un portrait du diplomate par Paul Colin. Colette le reprendra dans Prisons et paradis en 1932 puis dans la très rare plaquette d’hommages hors commerce, publiée en 1934, illustrée d’un portrait par Félix Bonnet et où figurent également des textes de Paul Morand, Jean Giraudoux, Paul Claudel, etc.Colette avait sans doute croisé Philippe Berthelot à l’époque de son mariage avec Willy. Ainsi leurs trois noms figurent parmi les invités du dîner donné le 27 mars 1905 au Cercle des arts et de la mode pour le lancement de la revue Le Damier. Mais c’est après la Première Guerre mondiale, sans doute en raison des missions diplomatiques d’Henry de Jouvenel, qu’elle devient une habituée des réceptions données par Philippe et Hélène Berthelot.Fils du célèbre chimiste Marcelin Berthelot, Philippe Berthelot fit une brillante carrière au sein de la diplomatie française, au point d’avoir été considéré pendant de nombreuses années comme l’éminence grise du Quai d’Orsay, dont il fut le secrétaire général. Ce rusé diplomate était aussi un esthète et un fin lettré qui aimait la compagnie des artistes et des écrivains. C’est lui qui présenta à Colette la jeune Mireille Havet, étoile filante des lettres françaises, dont la romancière préfaça le premier ouvrage La Maison dans l’œil du chat (1917). C’est grâce à lui encore qu’elle rencontra Paul Claudel et, rencontre ô combien plus marquante, Bâ-Tou, l’ocelot qu’un dignitaire africain avait offert à Philippe Berthelot et qui paraissait mal assorti aux ors et aux velours du quai d’Orsay. Quelle solution plus «diplomatique» que d’offrir l’animal à celle qui en parlait si bien: Colette! Cette dernière raconta avec passion cette éphémère proximité avec la bête sauvage dans La Maison de Claudine. En retour, Colette offrit à son ami le plus bel éloge dont on puisse rêver sous sa plume: «Combien d’amants peuvent dire, sans erreur ni hésitation de mémoire, la teinte des yeux qu’ils chérissent? L’habitude d’interroger longuement des visages privés de parole, dont les prunelles sont fendues d’un iris oblong, rétractile, m’a rendue plus curieuse, peut-être plus subtile. Il ne me fallait pas moins que mes hautes et anciennes relations avec la gent que je préfère pour que je reconnusse, dissimulée sous les traits d’un homme occidental, la face du Seigneur Chat.» Cette comparaison qui avait valeur de suprême récompense sera reprise et modulée par Daniel Rondeau dans le beau texte qu’il consacra au diplomate ami des écrivainsdans La Revue des deux mondes, intitulé : «L’homme-fauve au plumage d’aigle». Ce manuscrit présente de nombreuses corrections et des ajouts qui ne figurent pas dans l’édition de La Pléiade et qui témoignent du labeur de l’écrivaine, fût-ce pour un article à paraître dans la presse«légère».Bibliographie : Jean-Luc Barré, Philippe Berthelot. L’éminence grise, 1866-1934, Plon, 1999. - Daniel Rondeau, «Philippe Berthelot, homme-fauve au plumage d’aigle», La Revue des deux mondes, décembre 1988. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR4,000.00

‎COLLECIF‎

Reference : ROD0116846

‎CATALOGUE DE LA LIBRAIRIE AUGUSTE BLAIZOT N°300 - MAISON FONDEE EN 1840 / LIVRES ANCIENS - BELLES RELIURES / LIVRES ILLUSTRES & EDITIONS ORIGINALES ROMANTIQUES ET MODERNES - EXEMPLAIRES UNIQUES / MANUSCRITS ET AUTOGRAPHES.‎

‎PARIS. NON DATE. In-8. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 92 pages. Nombreuses illustrations en noir et blanc dans et hors texte.. . . . Classification Dewey : 56-Catalogue‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR49.50

‎COLLECTIF‎

Reference : R320051914

‎1 CARTE DEPLIANTE EN COULEURS N°202 - DE CONTIS-LES-BAINS - N.E. - S.E. - DIMENSION 39 Cm X 80 Cm ENVIRON + 1 PLAN MANUSCRIT DE LA VILLA "DES ECUREUILS".‎

‎SERVICE GEOGRAPHIQUE DE L'ARMEE. 1926. In-Plano Carré. En feuillets. Etat d'usage. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 1 CARTE DEPLIANTE EN COULEURS N°202 - DIMENSION 39 Cm X 80 Cm ENVIRON + + 1 PLAN MANUSCRIT DE LA VILLA "DES ECUREUILS". en noir et blanc - Sous pochette, type envoloppe.‎


‎CARROYAGE KILOMETRIQUE - PROJECTION LAMBERT - III - ZONE SUD.‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR39.80

‎COLLECTIF‎

Reference : RO30095729

‎1 CATALOGUE DE VENTE AUX ENCHERES - LIVRES DE COLLECTION, EDITIONS ORIGINALES DE TEXTES CLASSIQUES MANUSCRITS, LIVRES DEDICACES ETANNOTES MEMOIRES HISTORIQUES ETLITTERAIRES‎

‎***. Mars 1961. In-8 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. Non paginé, environ 100 pages + 1 article de journal. Nombreuses planches illustrées en noir et blanc et en couleurs. Couverture rempliée.‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR19.80

‎COLLECTIF‎

Reference : RO30088821

‎1 CATALOGUE DE VENTES : CENT LIVRES RELIURES AUTOGRAPHES ET MANUSCRITS DE 1484 A 1956 LIVRES RARES, ERIC SPEECKAERT‎

‎***. non daté. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. Non paginé, environ 50 pages. Quelques illustrations en noir et blanc dans le texe et hors texte.‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR10.95

‎COLLECTIF‎

Reference : RO30088777

‎1 CATALOGUE MANUSCRITS ET LIVRES‎

‎***. 03-06-2002. In-8 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. Non paginé, environ 40 pages. Nombreuses illustrations en noir et blanc dans le texte. Nombreuses écritures au stylo.‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR10.95

‎COLLECTIF‎

Reference : R300192252

‎2 DEVIS MANUSCRITS DE A.GUMERY ENTREPRENEUR DE COUVERTURES BORDEAUX .‎

‎A.GUMERY. NON DATE. In-4 Carré. En feuillets. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 2 DEVIS MANUSCRITS DE UNE PAGE CHACUN DE A.GUMERY ENTREPRENEUR DE COUVERTURES BORDEAUX .‎


‎Devis pour travaux de couvertures et zinguerie pour la maison n°10 cours de l'intandance.‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR29.80

‎COLLECTIF‎

Reference : R300192226

‎2 DEVIS MANUSCRITS DE P.COUTURIER ENTREPRENEUR DE PLATRERIE BORDEAUX DATANT DE 1881 ET 1882 - DEVIS SIGNES + MEMOIRE DES TRAVAUX DE PLATRERIE EXECUTES POUR LE COMPTE DE MONSIEUR TRABUT CUSSAC - DATANT DE 1882.‎

‎P.COUTURIER. 1881-1882. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 2 DEVIS MANUSCRITS DE P.COUTURIER ENTREPRENEUR DE PLATRERIE BORDEAUX DATANT DE 1881 ET 1882 - DEVIS SIGNES + MEMOIRE DES TRAVAUX DE PLATRERIE EXECUTES POUR LE COMPTE DE MONSIEUR TRABUT CUSSAC DATANT DE 1882 DE 9 PAGES SIGNES .‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR59.25

‎COLLECTIF‎

Reference : R200091176

‎4 MAI 2016 - ORIENTALISME - AFRICANISME - LIVRES - MANUSCRITS - IMAGERIE - GROS & DELETTREZ / CATALOGUE DE VENTE AUX ENCHERES‎

‎GROS & DELETTREZ. 2016. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 45 pages. Nombreuses photos et/ou reproductions d'oeuvres en couleurs, dans et/ou hors texte.‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR24.90

‎COLLECTIF‎

Reference : RO30047657

‎45 LIVRES ET MANUSCRITS‎

‎THOMAS-SCHELER. 2000. In-8 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 70 pages. Nombreuses illustrations en couleurs dans le texte et hors texte.‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR19.80

‎COLLECTIF‎

Reference : RO30093676

‎A SELECTION OF BOOKS, AUTOGRAPHS AND MANUSCRIPTS‎

‎ANTIQUARIAT INLIBRIS. non daté. In-8 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 104 pages. Nombreuses photos en couleurs hors texte.Couverture rempliée. Catalogue en anglais.‎


Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR14.90

‎Collectif‎

Reference : 46204

(1826)

‎Album Amicorum [ à "Anaïs", avec 5 dessins et aquarelles ]‎

‎1 album in-8 format à l'italienne reliure de l'époque plein maroquin rouge, filet doré d'encadrement aux plats, "Anaîs" gravé au premier plat, circa 1826-1828 avec 7 pages annotées par divers annotateurs, et 5 dessins et aquarelles dont : Vues des ruines du château de Brandennburg ; Petit chemineau ; Hussard ; Le dessous du Palais de Capodi Monti à Naples‎


‎Joli "album amicorum", resté assez largement vierge, dans sa jolie reliure du temps. Bon état.‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR220.00

‎Collectif‎

Reference : 39089

(1847)

‎Album de dessin du milieu XIXe. Avec un beau dessin au crayon : "Mostaganem en 1847. Demeure du "Général" logé par le Génie.‎

‎1 album format à l'italienne grand et long in-8, reliure pleine percaline estampée, contenant (pour l'essentiel) : 1 - un grand et beau dessin d'époque (débroché) au crayon sur double avec titre volant : "Mostaganem en 1847. Demeure du "Général" logé par le Génie, signé Chamut (Chamuet ? Charnut ?) ; 2 - 4 aquarelles de bouquets (de facture naïve) ; 3 - 12 lithographies contrecollées (Château, portrait, paysan breton, ...) ; 4 - Dessin naïf au crayon (château) ; 5 - 6 lithographies (d'après Hans L. Reusch, tiré des recueils de Georg Prahl) rehaussées à l'aquarelle de vues pittoresques norvégiens : Fra Jedderen C.S. - 1,2,3 fra Soelbo, 4 fra Saelbo, 4 fra Byenaesset T.S. - Sans titre - Fiskere fra Selloe, samt Prospect af St. Synneve Kloster-Ruiner, B.S. - Bonder fra Wigoer - Hallingdoler ‎


‎Album de dessin, intéressant par le très beau dessin panoramique au crayon représentant la demeure du "Général" (Bugeaud ? Lamoricière ?) à Mostaganem en 1847, et par les lithographies coloriées et pittoresque de la Norvège de l'époque (qq. ff. faibles ou débrochés, rel. frottée). ‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR750.00

‎COLLECTIF‎

Reference : RO60066351

‎AMERICANA BOOKS & MANUSCRIPTS (CATALOGUE)‎

‎Parke-Bernet Galleries Inc.. 1969. In-8 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. Plaquette de 39 pages illustrée de quelques reproductions en noir et blanc. Avec un feuillet tiré à part (Bid List)‎


‎Various owners. Public auction, april 15 1969. First printing of the United States Constitution...‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR19.80
Previous 1 ... 124 125 126 127 ... 192 257 322 387 ... 389 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Manuscripts

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !