Previous 1 ... 69 70 71 72 ... 311 550 789 1028 ... 1030 Next Exact page number ? OK

‎[BALTAZAR] - ‎ ‎BALTAZAR (Julius).‎

Reference : 66207

(1997)

‎Livres imprimés, manuscrits peints, reliures.‎

‎Paris BnF & revue Arts & Métiers du livre 1997 1 vol. broché in-8 carré, brochage avec perforations et 2 faveurs de soie bleue, couverture de papier bleu imprimée, non paginé. Catalogue d'exposition avec 128 numéros décrits et des textes de Michel Déon et Philippe Delaveau. Tirage limité à 200 exemplaires sur Rives justifiés et signés par Baltazar, avec un bel envoi de l'artiste assorti d'une composition à l'encre noire. Bon état.‎


‎ 7 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR60.00 (€60.00 )

‎[Segui] - ‎ ‎BALTHAZAR André‎

Reference : 012738

(1995)

‎Elle‎

‎La Louvière Le Daily-bul - Collection "Babli" 1995 In-8 carré En feuilles, couverture illustrée à rabats Dédicacé par l'auteur‎


‎EDITION ORIGINALE illustrée hosr texte de 18 dessins d'Antonio Segui sur fond beige , dont un repris sur la couverture. Exemplaire numéroté sur Leykam, portant un ENVOI AUTOGRAPHE signé de l'auteur. Très bon 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR30.00 (€30.00 )

‎[Segui] - ‎ ‎BALTHAZAR André‎

Reference : 012737

(1982)

‎L'Enfance de l'age‎

‎La Louvière Le Daily-bul 1982 In-8 carré En feuilles, couverture illustrée à rabats Dédicacé par l'auteur‎


‎EDITION ORIGINALE illustrée hosr texte de 9 dessins d'Antonio Segui, dont un repris sur la couverture rose. Exemplaire sur Flashprint justifié "H.C. pour les amis", portant un ENVOI AUTOGRAPHE signé de l'auteur. Très bon 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR35.00 (€35.00 )

‎BALTHAZAR André ALECHINSKY Pierre‎

Reference : 63340

(1963)

‎La personne du singulier‎

‎Daily Bul, La Louvière 1963, 21x18cm, broché.‎


‎Edition originale illustrée de 8 lithographies en couleurs et à pleine page de Pierre Alechinsky, un des 400 exemplaires numérotés sur hyacinth. Agréable exemplaire. Bel envoi autographe signé d'André Balthazar à André Lorent. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR350.00 (€350.00 )

‎[MIRO, Joan] - ‎ ‎BALTHAZAR André - DUPIN Jacques‎

Reference : 011169

(1970)

‎Derrière le miroir n° 186 Miro‎

‎Paris Maeght 1970 In-2 En feuilles, couverture illustrée Edition originale Dédicacé par l'illustrateur‎


‎PREMIER TIRAGE de ce numéro édité pour l'exposition de sculptures de MIRO à la Galerie Maeght Textes d'André Balthazar et de Jacques Dupin. 2 LITHOGRAPHIES originales en couleurs de Joan MIRO, en couverture et à double page. Six autres lithographies en couleurs hors texte sont réalisées d'après des compositions de l'artiste. Reproductions et liste des 53 oeuvres exposées in fine. >>Couvrant la première page blanche, ENVOI autographe signé au crayon de MIRO avec le dessin d'une étoile. Très bon exemplaire 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR2,600.00 (€2,600.00 )

‎BALTHUS Balthasar Klossowski, dit‎

Reference : 75937

(1970)

‎Carte de voeux autographe signée ‎

‎s.d. (ca 1970), 14x18,5cm, une carte de voeux.‎


‎Carte de voeux autographe signée de Balthus à deux amis, sur le devant est contrecollée la reproduction d'une image issue des très riches heures du duc de Berry. Arrière de la carte un peu bruni. "Durant l'été 1952, Balthus trouve un château dans la Nièvre, entre Autun et Avallon qu'il décide de louer et où il s'installe au printemps de l'année suivante. Les moyens lui en sont donnés par ses marchands, Henriette Gomès, Pierre Matisse et avec eux un collectif de collectionneurs, dont Maurice Rheims, Alix de Rotschild et Claude Hersent. Ils lui versent une pension en échange de ses derniers tableaux qu'ils répartissent entre eux. Le château est fort dégradé et Balthus y vit modestement dans un continuel chantier de remise en état. Il a pour lui tenir compagnie, l'aider à s'installer et assurer une présence quand il se rend à Paris la poétesse Léna Leclercq, rencontrée par l'intermédiaire de Giacometti. Cette dernière reste jusqu'au printemps 1955. Entre temps, Balthus a commencé une relation amoureuse avec sa nièce par alliance, Frédérique Tison, fille d'une précédente union de l'épouse de son frère Pierre." (Fondation Balthus) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR700.00 (€700.00 )

‎BALTHUS Balthasar Klossowski, dit‎

Reference : 75938

(1953)

‎Lettre autographe signée adressée à Henriette Gomès‎

‎Chaumard (Nièvre) juillet 1953, 21,8x27,9cm, une page sur un feuillet.‎


‎Lettre autographe signée de Balthus adressée à la galerisre Henriette Gomès. Une page rédigée à l'encre noire sur un feuillet, enveloppe jointe. Pliures transversales inhérentes à l'envoi. "Impossible de me souvenir de l'adresse de Baladine Bd St Michel..."Baladine est le surnom de Merline Klossowska, la mère de Balthus qui fut également la maîtresse de Rilke. "Durant l'été 1952, Balthus trouve un château dans la Nièvre, entre Autun et Avallon qu'il décide de louer et où il s'installe au printemps de l'année suivante. Les moyens lui en sont donnés par ses marchands, Henriette Gomès, Pierre Matisse et avec eux un collectif de collectionneurs, dont Maurice Rheims, Alix de Rotschild et Claude Hersent. Ils lui versent une pension en échange de ses derniers tableaux qu'ils répartissent entre eux. Le château est fort dégradé et Balthus y vit modestement dans un continuel chantier de remise en état. Il a pour lui tenir compagnie, l'aider à s'installer et assurer une présence quand il se rend à Paris la poétesse Léna Leclercq, rencontrée par l'intermédiaire de Giacometti. Cette dernière reste jusqu'au printemps 1955. Entre temps, Balthus a commencé une relation amoureuse avec sa nièce par alliance, Frédérique Tison, fille d'une précédente union de l'épouse de son frère Pierre." (Fondation Balthus) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR800.00 (€800.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 52101

(1842)

‎Les Ressources de Quinola‎

‎Hippolyte Souverain, Paris 1842, 13,5x22cm, relié.‎


‎Edition originale rare. Reliure en demi maroquin caramel, dos à cinq nerfs, contreplats et gardes de papier peigné, couvertures restaurées conservées, toutes tranches peignées. Rousseurs. Important envoi autographe signé d'Honoré de Balzac sur la page de faux-titre à son ami Laurent-Jan, dédicataire de Vautrin, modèle de Bixiou, de Léon de Lora et de nombreux autres personnages de La Comédie humaine. Il fut pour Balzac à la fois son meilleur ami, son secrétaire fondé de pouvoir, son nègre littéraire et peut-être même... son « dilectus ». « ... le singulier fait de l'inventeur qui fit manuvrer à Barcelone, au XVIème siècle un vaisseau par la vapeur, et qui le coula devant trois cent mille spectateurs sans qu'on sache ce qu'il est devenu, ni le pourquoi de cette rage. Mais j'ai deviné le pourquoi et c'est ma comédie. » (lettre à Mme Hanska) Les Ressources de Quinola, c'est tout à la fois Les Fourberies de Scapin et Les Noces de Figaro. L'ambition de Balzac à partir des années 1840 et jusqu'à sa mort fut en effet de conquérir une renommée semblable à celle de ses illustres prédécesseurs. Espoir aussi vain que tenace, il ne douta pourtant jamais, échec après échec, de l'imminence de son succès. Peut-être l'auteur de La Comédie humaine pensait-il que le principal ressort comique tient au personnage principal et à ses réparties cinglantes. Or justement, ce personnage, cet arlequin féroce et éloquent, Balzac le connaissait bien, il se nommait Laurent-Jan et ce fut le plus proche et le plus fidèle ami des dernières années de sa vie. Bien que la majeure partie de leur correspondance semble avoir disparu, on estime que leur rencontre est antérieure à 1835.(Albéric Second fait mention d'un diner rue Cassini où Balzac demeura de 1829 à 1835). Personnage excentrique et provocateur, Laurent-Jan occupe une place de choix dans la vie de bohème que Balzac mène durant ces années avec notamment Léon Gozlan, Charles Lassailly, Paul Gavarni et Albéric Second, auprès desquels l'écrivain « s'encanaille avec plaisir et profit » (Maurice Regard, Balzac et Laurent-Jan). Tous sont restés discrets sur les « excès » de ces années tumultueuses dont on conserve pourtant d'éloquentes traces dans leurs correspondances, comme cette missive dans laquelle Balzac invite Gavarni à une soirée chez Laurent-Jan pour « [s]'élonger un brin une chotepis très bien habillée » signée « TicTac dit vit d'ours ». Laurent-Jan fut le principal organisateur de ces orgies balzaciennes, dans sa demeure du 23 rue des Martyrs, qui ont inspirées quelques scènes de la Comédie Humaine : «Le sérail offrait comme le salon d'un bordel des séductions pour tous les yeux et des voluptés pour tous les caprices. Il y avait une danseuse nue sous des voiles de soie, des vierges factices, mais qui respiraient une religieuse innocence, des beautés aristocratiques, fières mais indolentes, une anglaise blanche et chaste des jeunes filles engageant la conversation en assénant quelques vérités premières comme : - La vertu, nous la laissons aux laides et aux bossues !» (cf. Hervé Manéglier, Les artistes au bordel, 1997) Ces années folles coïncident dans l'uvre de Balzac avec la création de personnages sexuellement ambivalents ou clairement homosexuels comme Zambinella et Séraphita les androgynes, Raphaël de Valentin qui a « une sorte de grâce efféminée», Louis Lambert, « toujours gracieux comme une femme qui aime », Lucien de Rubempré, et surtout celui que l'on considère aujourd'hui comme le premier homosexuel de la littérature française : Vautrin. Au regard de cet intérêt particulier pour les différentes formes de sexualité dont témoigne La Comédie humaine durant les années 1830 à 1836 (ni avant, ni après si l'on en croit Maurice Regard), de nombreux critiques se sont intéressés à la sexualité de Balzac durant cette période lors de laquelle l'écrivain connut la presque totalité de ses jeunes collaborateurs. Ainsi S. J. Bérard et P. Citron s'interrogent-ils sur les surprenantes saillies qui parsèment la correspondance de Balzac avec ses jeunes « protégés ». « Vous qui m'envoyez faire foutre [...], vous me prenez [...] par le sentiment que j'ai pour vous, venez donc vous faire foutre ici; et au plus vite» écrit-il à Latouche. Plus étranges encore, ses correspondances avec Eugène Sue se concluent par des formules pour le moins étonnantes: « à vous de glande pinéale » ; « à vous de périnée» ; « j'admire votre prépuce et je suis le vôtre » ... On n'a retrouvé aucune correspondance avec Laurent-Jan avant 1840, mais à cette date, celui-ci lui adresse des lettres s'ouvrant sur un « très aimé» ou « mon chéri » et s'achevant par un explicite « je me presse sur ton gros sein ». D'après les allusions de certains de ses contemporains, la double sexualité de Balzac semble avérée. Albéric Second compare ses relations masculines à celles de Nisus et Euryale, Roger de Beauvoir le surnomme « Seraphitus », et Edward Allet légende sa caricature de Balzac : « le R.P. dom Seraphitus culus mysticus Goriot(...) conçoit (...) une foule de choses inconcevables et d'incubes éphialtesticulaires.» [Référence à Ephialte qui prit à Revers Léonidas aux Thermopyles]. Pour les critiques actuels en revanche, la question de ce que Pierre Citron nomme « l'ambisexualité » de Balzac, reste posée. Parmi les hypothèses avancées par P. Citron, S. J. Bérard ou P. Berthier, les relations de Balzac avec Laurent-Jan, auquel on ne connaîtra pas d'aventures féminines, concordent avec l'hypothèse d'une homosexualité active ou fantasmée de Balzac. Si l'on ajoute que la pièce Vautrin est dédiée à Laurent-Jan - pour le remercier, écrira Gautier, d'avoir « sérieusement mis la main à la pâte » - Laurent-Jan apparaît comme une des principales figures liées aux « zones obscures de la psychologie de Balzac » (titre de l'étude que Pierre Citron consacre à ce sujet). à partir de 1841, la correspondance entre Balzac et Laurent-Jan s'avère moins ambiguë, et les excès de langage font place aux déclarations d'amitié et d'admiration réciproques jusqu'à la mort du Maître dont Laurent-Jan signe le 18 août 1850 l'acte de décès. Durant ces dix dernières années, celui que Gozlan considérait comme le « meilleur ami de Balzac » et Philibert Audebrant comme « le bras droit de l'auteur de La Comédie humaine » fut plus particulièrement le principal partenaire de Balzac dans sa grande aventure théâtrale, passion qui allait consumer le romancier endetté en quête de reconnaissance et de succès financier. Théophile Gautier relate qu'en 1840, lorsque Balzac le convie avec Laurent-Jan, Ourliac et de Belloy à lui écrire la pièce Vautrin qu'il a déjà vendue au théâtre de la Porte-Saint-Martin mais pas encore composée, seul Laurent-Jan se prête au jeu : « Balzac a commencé par me dire, en parlant de Vautrin, votre pièce puis, peu à peu, notre pièce et enfin... ma pièce. » Laurent-Jan héritera toutefois d'une prestigieuse dédicace imprimée, un honneur qu'il partage avec quelques illustres contemporains dont Victor Hugo, George Sand ou Eveline Hanska, auxquels Balzac dédia également certaines de ses uvres. L'interdiction de la pièce ne décourage pas Balzac qui persiste dans son rêve de fortune théâtrale, avec la collaboration active et enthousiaste de Laurent-Jan auquel le Maître confie l'écriture, la correction ou la réécriture de nombreuses pièces et ouvrages : Lecamus, Monographie de la presse parisienne, Le Roi des mendiants (« un scénario superbe pour une pièce à deux »), etc. « Aussi recevras-tu plusieurs scénarios qui pourront occuper tes loisirs, car je veux ta collaboration » lui écrit Balzac de Wierzchownia en 1849. L'année précédente, avant son départ en Pologne, Balzac avait officialisé cette collaboration par une procuration littéraire à Laurent-Jan établie le 19 septembre 1848 : « Je déclare avoir investi Monsieur Laurent-Jan de tous mes pouvoirs, en tout ce qui concerne la littérature. [...] Il pourra faire les coupures ou les ajouts, enfin tous les changements nécessaires ; [...] Enfin il me représentera entièrement. » Laurent-Jan accomplira sa mission avec le plus grand sérieux comme en témoignent ses multiples échanges avec le malheureux démiurge. Balzac ne connaîtra jamais le succès espéré, contrairement à ses amis Dumas et Hugo auxquels il se compare pourtant, même dans l'échec. Ainsi, après le four des Ressources de Quinola, écrit-il à Mme Hanska : « Quinola a été l'objet d'une bataille mémorable, semblable à celle d'Hernani. » Dont acte ! Le 10 décembre 1849, c'est un Balzac presque mourant qui associe encore Laurent-Jan à tous ses projets dans une lettre admirable de courage et d'espoir : « Allons mon ami, encore un peu de courage, et nous nous embarquerons sur la galère dramatique avec de bons sujets, pour aller vers les terres de Marivaux, de New-Beaumarchais, et de la nouvelle Comédie ». Il est très probable que le personnage de Quinola soit en partie inspiré de cet ami fidèle et admiré de Balzac qui concluait ses lettres de « mille amitiés » ; « tout à toi de cur » ou « ton maître respectueux et fier de son prétendu valet » (en réponse au titre que s'attribuait Laurent-Jan). Cet homme d'un esprit aussi brillant que vain ne produisit aucune uvre digne de ce nom mais fut sans doute une source d'inspiration considérable pour Balzac qui lui doit nombre de « bons mots » ponctuant ses uvres. Dans La Comédie humaine en particulier, Bixiou et Léon de Lora, sont directement inspirés de ce bohème excentrique, mais au-delà de ces deux personnages, écrit Maurice Regard : « Bien des ombres balzaciennes accompagnent ce vieux corps bossu et sec: Schinner, Steinbock, Gendrin » lui doivent «un peu d'eux même [et] beaucoup de leur esprit ». Balzac n'aura de cesse de communiquer à ses proches l'indéfectible affection qu'il éprouve pour son « misanthrope sans repentir » qui n'eut pas toujours bonne presse. « Il vaut mieux que ses apparences. Moi je l'aime beaucoup et sérieusement » (lettre à Laure de Surville). Quelques jours avant la mort de son mari, Eve de Balzac rapportait encore à sa nièce Sophie de Surville, l'effet salvateur des visites de son dilectus. « Votre oncle va beaucoup mieux, il a été fort gai, fort animé, toute la journée, et je l'attribue à une bonne visite de notre ami Laurent-Jan, qui a été plus éblouissant que jamais hier soir - il nous a fasciné véritablement, et mon cher malade a répété plusieurs fois hier et aujourd'hui : « avouez qu'on n'a pas plus d'esprit que ce garçon ». - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR20,000.00 (€20,000.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 77791

(1830)

‎Lettre autographe signée inédite : "Aussitôt que j'ai été arrivé à Tours, j'ai été lancé sur les côtes de la Bretagne par l'envie la mieux conditionnée qui jamais ait empoigné un homme de fermer l'atmosphère de Paris et ses idées en allant courir sur les beaux rochers qui bordent la mer en Bretagne et là, parvenu, y suis resté quinze notables jours, les plus délicieux du monde, courant sur les baies, sur les goémons, ramassant des pucelages qui sont en grand nombre sur le sable marin, au rebours de la rue Vivienne."‎

‎Tours 23 juin [1830], 13,2x19,9cm, une feuille.‎


‎Lettre autographe signée inédite d'Honoré de Balzac, une page et demie rédigée à l'encre noire sur un feuillet de papier blanc.Pliures transversales et encre un peu passée en bas de la première page, sans difficulté pour la lecture. Le Tourangeau raconte d'une manière très poétique ses errances sur les côtes bretonnes, à l'occasion d'un séjour qu'il effectua en compagnie de Madame de Berny. Ensemble, ils ont remonté la Loire en Bateau et se sont rendus au Croisic :«Aussitôt que j'ai été arrivé à Tours, j'ai été lancé sur les côtes de la Bretagne par l'envie la mieux conditionnée qui jamais ait empoigné un homme de fermer l'atmosphère de Paris et ses idées en allant courir sur les beaux rochers qui bordent la mer en Bretagne et là, parvenu, y suis resté quinze notables jours, les plus délicieux du monde, courant sur les baies, sur les goémons, ramassant des pucelages qui sont en grand nombre sur le sable marin, au rebours de la rue Vivienne.» Les «pucelages» sont ici des coquillages, ainsi nommés en raison de leur forme vulvoïdale, permettant à Balzac une grivoise allusion à la prostitution - très en vogue à l'époque - occupant la galerie Vivienne. Cette amusante s'adresse à l'un des rédacteurs de la revue La Silhouette comme en témoignent notamment les salutations de la fin de la lettre, évoquant le fondateur du périodique: «Mille bonnes amitiés n'oubliez pas d'en donner partie grande à notre ami [Victor] Ratier.» Balzac y évoque également plusieurs articles: «[...] je vous écris pour vous donner signe de vie, preuve d'intérêt et d'amitié, mais je vous écris succinctement parce que j'ai vingt lettres à répondre, et que je vous promets une lettre pour ... le 1er juillet laquelle contiendra, la fin du charlatan 2° la bella dona et enfin des articles qui m'auront passé par la tête et dont vous serez garni de manière à ne me rien demander d'ici à un mois ou deux et de manière à ce que vers le mois d'août vous soyez mon éditeur [...]» Nous n'avons trouvé aucune trace de ladite lettre dans la correspondance de l'écrivain, pas plus d'ailleurs que la suite du Charlatan (dont la première partie avait paru dans la deuxième livraison de La Silhouette). Aucun article sous le titre de «Bella Dona» n'apparaît non plus dans les numéros suivants, bien que Balzac souligne dans sa lettre le désir de fournir d'autres textes, «attendu qu'il ne faut pas que les charmes de la Loire [lui] fassent oublier qu'[il est] le plus pauvre de ceux qui vivent d'une plume d'oie» Belle et piquante lettre inédite. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR10,000.00 (€10,000.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 80345

(1839)

‎Lettre autographe signée à Louis Desnoyers : "j'assiste aujourd'hui à un dîner diplomatique de bons enfants qui veulent rire et boire, et comme je suis hébété de travail je n'ai pas le courage de me refuser cette débauche" ‎

‎s.d. (ca 1839), 13x8cm, une feuille.‎


‎Lettre autographe signée d'Honoré de Balzac adressée à Louis Desnoyers rédigée sur un feuillet de papier blanc à l'encre noire. «?Mon cher monsieur Desnoyers, par extraordinaire, j'assiste aujourd'hui à un dîner diplomatique de bons enfants qui veulent rire et boire, et comme je suis hébété de travail je n'ai pas le courage de me refuser cette débauche; je ne serai donc pas chez moi. Venez dimanche matin de bonne heure. / Tout à vous / de Balzac?» Louis Desnoyers joua un rôle important dans la fondation de la Société des gens de lettres, qui visait à la protection de la propriété littéraire et artistique et la création d'un fonds de solidarité. Honoré de Balzac soutint la création de cette Société dont Desnoyers fut le vice-président. Amusante lettre, témoignage de l'amour de Balzac pour la bonne chère. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR5,800.00 (€5,800.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 51941

(1858)

‎Louis Lambert - Les proscrits - Séraphita‎

‎Librairie nouvelle 1858, 11x17cm, relié.‎


‎Nouvelle édition, volume seul des uvres complètes. Reliure de lecture en demi percaline verte, dos carré, pièces de titre de papier encollées, habiles restaurations aux mors, coins émoussés, modeste reliure de l'époque.Exemplaire présenté sous chemise en demi veau tabac, dos lisse orné de double filets dorés, date en queue, étui bordé de veau tabac, ensemble signé de Goy & Vilaine. Précieux envoi autographe signé d'Ewelina Hanska, «Madame de Balzac, Princesse Hanska», à Angelo de Sorr. Angelo de Sorr, pseudonyme de Ludovic Sclafer, est un écrivain bordelais ami d'Aurélien Scholl, Charles Monselet et des frères Goncourt. Il publia en 1855 Les Pinadas qui connut un grand retentissement. Ce premier roman sur les landes de Bordeaux fut encensé, notamment par Théophile Gautier qui déclara: «Son auteur, disciple de Balzac, nous a révélé les superstitions et les murs de cescontrées étranges.» D'autres critiques relevèrent à la suite les influences balzaciennes du roman. Ainsi Paul d'Amby dans L'Artiste: «L'auteur des Pinadas s'est vivement préoccupé de la manière de Balzac, et nous l'approuvons dans le choix de son guide.» Lorsque Madame Hanska lui offre cette histoire d'un génie mort à la tâche, Angelo Sorr vient de publier Les Inutiles dont le style està nouveau comparé, dans la presse, à son modèle: «On devine une préoccupation de la manière de Balzac; la route du maître est la bonne; nous n'en voulons détourner personne et nous estimons le talent de M. de Sorr» (inLa Correspondance littéraire, 1858). Emouvant envoi de la célèbre amoureuse épistolaire et éphémère épouse de Balzac qui cultive ainsi le souvenir de son amant, mort quelques mois à peine après leur mariage. Leur histoire d'amour vécue à distance futrésumée ainsi par Gonzague Saint Bris:«dix-huit ans d'amour, seize ans d'attente, deux ans de bonheur et six mois de mariage». Huit ans après la disparition du poète, cette émouvante dédicacede la légataire au disciple témoigne de la force d'un amour qui sut résister à toutes les séparations. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,500.00 (€2,500.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 59614

(1830)

‎Louis Lambert suivi de Séraphîta‎

‎Mame et Delaunay-Vallée & Levavasseur, Paris 1830, 13x21,5cm, 2 volumes reliés.‎


‎Premières éditions définitives, en partie originales. Reliure en demi chagrin rouge à coins, dos à quatre faux nerfs orné de caissons et filets estampés à froid, chiffre enlacé de Jules Hetzel en pied, exemplaire non rogné, reliure de l'époque. Quelques rares rousseurs. Précieux envoi autographe signé d'Honoré de Balzac à Jules Hetzel «en témoignage de l'amitié de l'auteur». Dans les années 1840, Balzac «collabore à un recueil collectif illustré de vignettes de Grandville Scènes de la vie privée et publique des animaux, publié en livraisons par un nouvel éditeur, Pierre-Jules Hetzel (1814-1886), qui va devenir un ami et jouer un rôle essentiel dans l'association d'éditeurs qui publieront la Comédie humaine. [Balzac] aide également Hetzel dans la rédaction des textes signés P.-J. Stahl, pseudonyme de l'éditeur.» (Roger Pierrot, Honoré de Balzac, Paris, Fayard, 1994) Remarquable exemplaire, portant un précieux envoi autographe, dans une charmante reliure du temps. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR20,000.00 (€20,000.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 2925

(1950)

‎Physiologie du mariage‎

‎Librairie E. Droz, Paris 1950, 16,5x25cm, broché.‎


‎Edition établie sur la préoriginale de 1826 et présentée par maurice Bardèche, il n'a pas été tiré de grands papiers. Envoi autographe signé de Maurice Bardèche. Bel exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00 (€150.00 )

‎BALZAC Honoré de‎

Reference : 54224

(1830)

‎Scènes de la vie privée‎

‎Mame et Delaunay-Vallée & Levavasseur, Paris 1830, 13x21,5cm, 2 volumes reliés.‎


‎Édition originale rare et recherchée. Reliures en demi basane fauve, dos lisses ornés d'arabesques dorées ainsi que de motifs typographiques à froid, pièces de titre et de tomaison de basane bleu marine renouvelées, guirlandes dorées en tête et en queue, plats de papier marbré, gardes et contreplats de papier à la cuve, exemplaire réemboîté, reliures romantiques de l'époque. Quelques petites rousseurs. Précieux envoi autographe signé d'Honoré de Balzac: «à Monsieur Leroy comme un témoignage de la reconnaissance de l'auteur. Avril 1831. De Balzac». Exceptionnel envoi politique à Henry Leroy, dédicataire de l'ultime Lettre sur Paris publiée dans Le Voleur et témoin, aux lendemains des Trois Glorieuses, des velléités électorales de Balzac qui influenceront profondément ses écrits. Au-delà du geste politique, le don de ces Scènes de la vie privée pour satisfaire à ses ambitions publiques inscrivent, dès l'origine de son engagement, la prééminence du projet littéraire sur l'action politique de l'auteur de La Comédie Humaine. Bien qu'il considère la monarchie de Juillet comme une trahison, celle-ci offre à Balzac la possibilité de réaliser un rêve déjà ancien, celui de l'action politique. Déjà en 1819, il écrivait à sa sur: «Si je suis un gaillard [...], je puis avoir encore autre chose que la gloire littéraire, il est beau d'être un grand homme et un grand citoyen.» La modification des conditions d'éligibilité offre au démiurge l'occasion de participer à l'écriture de la grande Histoire. Balzac, «sur les traces de son modèle, Chateaubriand, veut cumuler les fonctions de penseur et d'acteur du politique» (cf. P. Baudouin in Balzac et le politique). La maturation de cette ambition se fait au travers des Lettres sur Paris, 19 articles publiés dans Le Voleur entre septembre 1830 et mars 1831 et se concluant sur la célèbre Enquête sur la politique des deux ministères. Jamais signés, ces articles constituent la plus importante réflexion politique de Balzac et ont suscité, à ce titre, de très nombreuses études et commentaires. Chacune des Lettres est symboliquement adressée à un destinataire désigné uniquement par son initiale et sa ville. S'ils furent longtemps considérés comme fictifs, la plupart d'entre eux sont aujourd'hui identifiés, notamment parmi les proches de l'auteur et des personnalités politiques influentes. Ainsi, c'est à la suite de la Lettre XVI du 26 février 1831 qui lui est adressée, que son ami Samuel Henry Berthoud suggère à Balzac de se présenter dans sa commune. Enthousiasmé par ce projet, Balzac annonce officiellement sa candidature dans la Lettre du 15 mars puis, toujours sur les conseils de Berthoud, adresse la Lettre XIX du 29 mars à M. L*** à Cambrai, astéronyme derrière lequel doit se reconnaitre l'avocat Henry Leroy, dont Balzac espère obtenir un soutien cambraisien décisif. Les principaux espoirs politiques de Balzac se portent en effet sur Cambrai, dont il tente de séduire les élites tandis que Berthoud, rédacteur en chef de la Gazette de Cambrai, assure sa promotion et sa popularité auprès du peuple: «M. de Balzac n'est point seulement un écrivain célèbre, il est plus encore peut-être un publiciste profond. Il ne faut citer à l'appui de cette assertion que les Lettres sur Paris publiées dans Le voleur et dans lesquelles on remarque un jugement si sûr, une précision si lucide [...]. En outre, M. de Balzac s'occupe d'une publication de politique populaire qui doit contribuer puissamment à répandre, parmi les classes pauvres, l'instruction et mieux encore: les idées saines.» Ce faisant, le journaliste écrivait à son ami et champion: «Hâtez-vous [...] de venir à Cambrai. Nous ferons aller la grosse caisse et la Société d'émulation servira d'instrument.» C'est donc naturellement auprès d'Henry Leroy, président de cette influente Société d'émulation, que Balzac, devenu membre correspondant, déploie ses charmes. S'enquérant auprès de Berthoud de l'«espèce d'ouvrage politique [qui] pourrait appuyer [s]a candidature à Cambrai», Balzac choisit étrangement cette édition des Scènes de la vie privée, pourtant très peu «politique», qu'il offre à Henry Leroy par l'intermédiaire de son ami. En témoigne la lettre de remerciement que lui adresse l'avocat le 7 mai 1831: «M.Berthoud m'a fait remettre de votre part deux volumes des Scènes de la vie privée. [...] je me félicite [...] d'en devoir la possession à son auteur, que tout le monde s'accorde à placer au rang des meilleurs écrivains». Dès le 19 mars, Berthoud annonçait dans sa Gazette le don de deux ouvrages de Balzac à la Société d'émulation, les Scènes de la vie privée et Physiologie du mariage. La missive de Leroy semble modérer cette information puisqu'il ne remercie l'auteur que pour les Scènes. Balzac «électeur éligible» comme il se plaisait à se présenter durant sa campagne, n'obtiendra aucun siège et moins de deux mois après avoir annoncé publiquement ses ambitions, il se retire de la course. Malgré les éloges médiatiques de quelques inconditionnels partisans du grand homme dont Le Voleur, L'Avenir ou la Revue encyclopédique qui prédisent à l'auteur un grand avenir politique, ou encore de La Mode qui ne craint pas de le poser en successeur de Chateaubriand, «digne d'allier les deux titres d'écrivain et d'homme d'État» (30 avril 1831), l'éphémère parcours politique de Balzac se solda par un cuisant échec. Fustigeant à part égale les châtelains légitimistes dont il se réclame pourtant, et le peuple républicain - qu'il célèbre par ailleurs en affirmant connaître les attentes «de la partie solide de la nation, celle qui laboure, qui travaille» - Balzac se révèle un piètre politicien. Il n'abandonnera pourtant jamais ses espoirs et subira de nouveaux revers en 1832 et en 1848 car, comme le note Stefan Zweig dans sa biographie, le romancier s'est toujours trouvé «dans la politique pratique - comme dans les affaires - du mauvais côté». Cependant, au-delà du constat d'échec, ce premier épisode détermine autant qu'il révèle la complexité de la relation de Balzac à la politique qui se caractérise par une subordination du politique au littéraire. Dans Balzac et le politique Boris Lyon-Caen relève l'évidente «polyphonie littéraire» des Lettres sur Paris, tandis que Pierre Laforgue soupçonne une élaboration très précoce (contemporaine de cette première aventure électorale) des Scènes de la vie politique qui ne paraîtront qu'en 1842 mais qui hantent l'uvre depuis 1830. Enfin, Pierre Barbéris met l'accent sur l'importance déterminante sur l'uvre balzacienne de la désillusion de 1831. Quelles que soient ses déclarations d'allégeance ultérieures, Balzac, dès 1831, ne peut plus être un acteur politique. En effet, l'exhaustive Comédie Humaine qu'il élabore, se nourrissant des échecs de l'homme, absorbera toutes les formes d'actions politiques et les velléités partisanes de son auteur. Ainsi de cet article de 1832 intitulé Du gouvernement moderne qui se mue en l'un de ses chefs d'uvre: Le Médecin de campagne. Or, en choisissant ses Scènes de la vie privée comme «ouvrage politique» pour appuyer sa candidature auprès de Leroy, Balzac témoigne, dès l'aube de son engagement, de la prédominance de son uvre littéraire sur ses aspirations personnelles. Nul doute que le destinataire ne pouvait rien lire de politique dans cette uvre totalisante, car, comme l'écrira lui-même bientôt Balzac dans Louis Lambert: «La politique est une science sans principes arrêtés, sans fixité possible; elle est le génie du moment, l'application constante de la force, suivant la nécessité du jour.» Pour découvrir dans ces Scènes un engagement politique plus vaste que ses ambitions électorales, il eut fallu que ce notable de Cambrai eut la perspicacité de Victor Hugo qui, aux funérailles de Balzac, déclarera: «À son insu, qu'il le veuille ou non, qu'il y consente ou non, l'auteur de cette uvre immense et étrange est de la forte race des écrivains révolutionnaires.» Remarquable exemplaire, portant un précieux envoi autographe, dans une élégante reliure du temps. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR30,000.00 (€30,000.00 )

‎BALZAC (Honoré de).‎

Reference : 10581

(1947)

‎Vautrin.‎

‎Paris La Jeune Parque, coll. "Le cheval parlant" 1947 1 vol. Broché in-8, broché, couverture rempliée, non coupé, 415 pp. Edition originale de ce recueil de textes choisis par Jean-Louis Bory et précédés d'un essai : "Balzac et les ténèbres". Exemplaire du service de presse avec un très bel envoi de Jean-Louis Bory à Justin Saget, alias Maurice Saillet. En excellent état.‎


‎ 2 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR40.00 (€40.00 )

‎BALZAC Honoré de & COLLECTIF GAVARNI Paul & DELACROIX Eugène & DAUMIER Honoré‎

Reference : 77055

(1840)

‎Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle - Le prisme [Avec] Les Anglais peints par eux-mêmes‎

‎Léon Curmer, Paris 1840-1842, 18x26,5cm, 11 volumes reliés.‎


‎Édition originale en premier tirage, un des exemplaires de luxe comportant un double état des illustrations pour les 8 volumes des Français?: en noir sur papier teinté et rehaussées à l'aquarelle puis vernis, selon la technique du «?coloris gommé?», sur papier blanc. Les Anglais peints par eux-mêmes comportent les gravures en noir. Il n'a pas été tiré d'exemplaires de luxe rehaussés en couleur pour cette rare suite des Français. Exemplaire complet de toutes ses gravures et enrichi de gravures non annoncées soit 930 gravures dont 415 rehaussées en couleur. Pages de titres à la date de 1841 pour tous les tomes des Français sauf pour le tome 5 des Parisiens et le tome 3 de la Province qui sont à la date de 1842. Les Français peints par eux-mêmes comporte 415 gravures en noir, (dont celle de Napoléon à cheval) au lieu des 405 annoncées et 415 en couleurs dont a carte de France en double page du tome III de la Province. Le volume des Anglais, illustré par Kenny Meadous, pour sa part, est complet des 100 planches en noir, soit pour cet ensemble unique?: presqu'un millier de gravures hors texte en noir et couleur et plus de 1500 illustrations in-texte. Reliures en demi maroquin brun à coins, dos à cinq nerfs rehaussés de pointillés et double caissons dorés richement ornés de motifs floraux dorés encadrant un médaillon mosaïqué de maroquin vert avec, au centre, une rose estampée à l'or, cartouches en tête ornés d'une guirlande dorée, cartouches en queue ornés de guirlandes dorées encadrant le lieu et la date de publication, quelques légers frottements sans gravité sur certains nerfs, filets dorés sur les plats de papier caillouté, gardes et contreplats de papier peigné, têtes dorées, élégantes reliures fin dix-neuvième signées Durvand Thivet. Rares rousseurs affectant essentiellement le Prisme et les Anglais. Célèbre galerie de portraits gravés sur bois des classes sociales du XIXè siècle réalisés par les plus grands artistes de l'époque?: Gavarni, Daumier, Delacroix, Grandville, Johannot, Bellangé, Charlet, Daubigny, Vernet, Isabey, Lami, Meissonnier, Monnier, Traviès, etc... Les portraits sont tous accompagnés de contributions originales des plus fameux auteurs romantiques dont?: Balzac (qui écrit le premier article, «?l'épicier?»), Nodier, Gautier, Nerval, Gozlan, Janin, Karr, etc... Les textes et les illustrations de l'ouvrage sont consacrés aux métiers, ainsi qu'aux habitants des régions de la France métropolitaine et des colonies. L'ensemble constitue la genèse d'un genre nouveau?: la littérature panoramique - définie par Walter Benjamin in Charles Baudelaire. Un poète lyrique à l'apogée du capitalisme. Outre ces portraits des Français, «?l'apport de tout un aréopage de grands et petits auteurs et illustrateurs?» (Ségolène Le Men, «?La «?littérature panoramique?» dans la genèse de la Comédie Humaine?: Balzac et Les Français peints par eux-mêmes?», L'Année balzacienne 2002/1 (n°3) CAIRN) rassemble les plus grands acteurs de l'art et la littérature de son temps. On compte parmi «?l'aréopage?» des contributeurs certains des plus grands auteurs et dessinateurs de l'époque qui contribuent chacun de manière originale au projet. Cette fresque protéique est dirigée par un éditeur, Léon Curmer, qui est déjà connu alors pour le succès éditorial de Paul et Virginie entre 1836 et 1838 - il est d'ailleurs représenté dans son propre livre par un article, «?l'éditeur?», au tome IV, écrit par Elias Regnault. Ce dernier prend pour modèle le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier, publié en 1781, dont il étend la perspective en représentant la province. C'est grâce à ce chef d'orchestre que l'uvre ne se réduit pas à une simple compilation de portraits et trouve un sens plus large?: «?l'éditeur a élargi son cadre, et au lieu de laisser quelques portraits fugaces se perdre dans l'immense tourbillon quotidien qui engloutit toutes choses, il a cherché à réunir les physionomies les plus saillantes de cette époque.?» (Ségolène Le Men, Ibid.) En effet, c'est lui qui sélectionne les auteurs et dessinateurs en fonction des types qu'ils auront à dépeindre pour que le portrait des Français dressé par le livre se rapproche autant que cela est possible d'un autoportrait?: «?Il s'agit donc de faire appel à des auteurs et à des illustrateurs bien sélectionnés en fonction des «?types?» qu'ils auront à dépeindre.?» (Ségolène Le Men, Ibid.). De plus, la forme que prend la publication est celle de la livraison - format très commun à l'époque. Celle-ci permet un investissement plus fort du public qui souscrit à la publication et dont l'avis compte pour l'orientation des articles à venir. Les lecteurs sont appelés à contribution comme en témoigne la «?Correspondance des Français?» conservée dans notre exemplaire du Prisme où l'éditeur répond aux propositions d'articles des lecteurs?: «?Le Coiffeur de M. Paul Tén... est un article des plus spirituels. Nous regrettons que ce type ayant été pris nous ne puissions pas l'accepter.?» (Prisme, Livraison 84) L'ouvrage est richement illustré dans le texte par des vignettes et des culs-de-lampe mais ce sont surtout les illustrations hors-texte, les «?types?» - figure en-pied dans un paysage esquissé en pleine page mises au regard du texte - qui inaugurent une nouveauté pour le livre illustré. Ces dessins d'habitants de régions ou de professions se rapprochent de la science de la physiologie en vogue à l'époque. Cette science consiste en une étude des groupes sociaux. Elle a pour objectif de déterminer une représentation d'un individu qui serait l'exemple de son groupe, cela la pousse à une forme de caricature. Ce «?projet d'encyclopédie morale qui résume toute la société?» (Léon Curmer) est le témoignage accompli d'une époque. Ses contemporains trouvent dans l'ouvrage?: «?une sorte d'autoportrait collectif où se succèdent "Paris" et "la province", et où chaque groupe pourra, dans une livraison ou une autre, se reconnaître.?» (Ségolène Le Men, Ibid.). Dès sa conception, il a déjà pour vocation de cristalliser un présent fugace qui vit selon la mode baudelairienne pour «?faire un portrait des murs contemporaines, amusant pour le présent, instructif pour l'avenir.?» (Ségolène Le Men, Ibid.) Superbe et rare exemplaire de ce grand chef-d'uvre du livre illustré romantique en tirage de luxe avec Le Prisme et auquel sont joints Les Anglais peints par eux-mêmes, établi dans de parfaites reliures uniformes et mosaïquées signées Durvand Thivet. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR10,000.00 (€10,000.00 )

‎BALZAC]. MAURIAC (Claude).‎

Reference : 84739

(1945)

‎Aimer Balzac.‎

‎ La Table Ronde 1945 1 vol. broché in-12, broché, 240 pp. Envoi de l'auteur à Jean Duché. Couverture et dos défraîchis, intérieur frais.‎


‎ 7 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR15.00 (€15.00 )

‎BAMBOTE Pierre‎

Reference : 63505

(1962)

‎Chant funèbre pour un héros d'Afrique‎

‎Société nationale d'édition et de diffusion, Tunis 1962, 14x19cm, broché.‎


‎Edition originale sur papier courant. Texte précédé d'un chant populaire adapté par Sembène Ousmane. Envoi autographe daté et signé de Pierre Bamboté à Armand Monjo. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR30.00 (€30.00 )

‎BANCAL Jean‎

Reference : 6461

‎L'EPREUVE DU FEU ( envoi )‎

‎EDITIONS PIERRE SEGHERS 1968‎


‎édition originale sur papier d'édition, poésie, broché, in f° 12 ( 125 x 190 ), ouvrage enrichi d'un bel envoi autographe de l'auteur à Loys Masson ( écrivain et critique littéraire ), 109 pages, bon état‎

Patrick Chirouleu - Toulouse

Phone number : 06 79 83 76 02

EUR20.00 (€20.00 )

‎[PESSIN (Marc).] - ‎ ‎BANCQUART (Marie-Claire).‎

Reference : 91135

(1991)

‎Mouvantes.‎

‎Saint-Laurent du Pont (Isère) Le Verbe et l'Empreinte 1991 1 vol. broché in-8 étroit, en feuilles, sous couverture à rabats, 33 pp. Edition originale imprimée par Thierry Bouchard et illustrée de 4 gravures originales par Marc Pessin. Tirage limité à 50 exemplaires numérotés sur vélin d'Arches, tous signés par l'auteur et l'artiste. Envoi de l'auteur sur une carte jointe, complet du bulletin de souscription. En belle condition.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR120.00 (€120.00 )

‎BANCQUART (Marie-Claire).‎

Reference : 16146

(1972)

‎Paris des surréalistes.‎

‎Paris Seghers, coll. "L'Archipel" 1972 1 vol. broché in-8, broché, 230 pp., 16 planches hors-texte, index. Edition originale avec un envoi de l'auteur à Jean Guéhenno. Bon état.‎


‎ 3 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR30.00 (€30.00 )

‎BANCQUART Marie-Claire PESSIN Marc‎

Reference : 62073

(1979)

‎Voix‎

‎Le verbe et l'empreinte, Saint-Laurent-du-Pont 1979, 12,5x21cm, en feuilles.‎


‎Edition originale imprimée à 150 exemplaires numérotés sur pur fil Lama. Ouvrage illustré de 8 reliefs de Marc Pessin. Rare et agréable exemplaire en dépit du dos et des plats légèrement insolés sans gravité. Envoi autographe signé de Marie-Claire Bancquart à Charles Dobzynski sur un bristol. . - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR60.00 (€60.00 )

‎BANCQUART Marie-Claire SEREE Gérard‎

Reference : 76497

(2005)

‎Peut-être Qui‎

‎Atelier Gestes et Traces, Saint-Laurent-du-Pont 2005, 12,5x10,5cm, en feuilles.‎


‎Edition originale entièrement manuscrite et imprimée à 15 exemplaires numérotés sur vélin. Ouvrage illustré de 10 gravures originales de Gérard Serée. Rare et agréable exemplaire. Signatures manucrites de Marie-Claire Bancquart et Gérard Serée au colophon. . - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00 (€150.00 )

‎BANIER (François-Marie).‎

Reference : 5900

(1985)

ISBN : 9782070704712

‎Balthazar, fils de famille.‎

‎ Gallimard 1985 1 vol. broché in-8, broché, 259 pp. Edition originale avec un bel envoi de l'auteur à Françoise Ducout, critique littéraire au Magazine "Elle". Cet ouvrage reçut justement le Prix des lectrices de "Elle". Très bon état.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR40.00 (€40.00 )

‎[NRF Gallimard] - ‎ ‎BANIER, François Marie‎

Reference : 23758

(2000)

‎Je ne t’ai jamais aimé - Balthazar, fils de famille [ Lot de 2 livres dédicacés par l'auteur ]‎

‎2 vol. in-8 br. (le second sous jaquette illustré), NRF, Gallimard, 2000, 1985, 99, 259 pp.‎


‎Bon ensemble dont chacun des 2 volumes a été dédicacé par François Marie Banier à son confrère l’académicien, grand médecin, poète et humaniste, le professeur Jean Bernard, dont un magnifique envoi enrichi d’un dessin de l’auteur sur double page. Avec signature de l'auteur‎

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR75.00 (€75.00 )
Previous 1 ... 69 70 71 72 ... 311 550 789 1028 ... 1030 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Autographs
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !