Previous 1 ... 483 484 485 486 ... 643 800 957 1114 ... 1116 Next Exact page number ? OK

‎GIAUQUE Francis:‎

Reference : 7176

(1987)

‎C'est devenu ça ma vie.‎

‎Les Ponts-de-Martel, Hughes Richard, 1987. In-8 broché de 105-[6] pages, couverture imprimée. ‎


‎Illustré de photographies en noir de Eric Sandmeier. Edition originale de ces lettres du poète à Hughes Richard, avec un envoi autographe signé de ce dernier à Isabelle Martin, journaliste culturelle. ‎

Phone number : +4122 310 20 50

CHF40.00 (€37.73 )

‎GIBAULT François‎

Reference : 76100

(1985)

‎Céline. 1932-1944 : Délires et persécutions ‎

‎Mercure de France, Paris 1985, 15x21,5cm, broché.‎


‎Edition originale pour laquelle il n'a pas été tiré de grands papiers. Amusant envoi autographe daté et signé de François Gibault à sa nièce Marielle : "... son parrain avare et lâcheur, très affectueusement..." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR60.00

‎GIBAULT François‎

Reference : 56706

(1985)

‎Céline. Tome II : 1932-1944 délires et persécutions ‎

‎Mercure de France, Paris 1985, 15x21,5cm, broché.‎


‎Edition originale sur papier courant. Envoi autographe signé de François Gibault à Annie Coppermans. Agréable exemplaire complet de sa jaquette illustrée qui comporte de petites déchirures sans gravité en tête du dos. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR50.00

‎GIBBAL Jean-Marie‎

Reference : 60305

(1984)

‎Guérisseurs et magiciens du Sahel‎

‎A.M. Métaillé, Paris 1984, 12x21,5cm, broché.‎


‎Edition originale pour laquelle il n'a pas été tiré de grands papiers. Envoi autographe signé de Jean-Marie Gibbal à ses amis Françoise et Pierre Dumayet. Agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR50.00

‎GIBEAU Yves‎

Reference : 71298

(1961)

‎La guerre, c'est la guerre...‎

‎Calmann-Lévy, Paris 1961, 14,5x21cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 40 exemplaires numérotés sur vergé alfa, seuls grands papiers. Bel exemplaire en dépit du dos et des plats légèrement et marginalement insolés sans gravité. Envoi autographe daté et signé d'Yves Gibeau à l'éditeur d'art Alex Grall et sa femme Monique : "Pour Alex, pour Monique, du fond du coeur." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR120.00

‎Gibrat Jean-Pierre: ‎

Reference : 74

(2005)

‎Diptyque [Cécile]. ‎

‎ La comète de Carthage, 2005. Diptyque représentant Cécile, l'héroine du Sursis, reproduction en deux versions, l'une crayonnée, l'autre en aquarelle, imprimées sur un beau papier vergé. ‎


‎Tirage limité à 299 exemplaires numérotés. Signé par l'artiste. ‎

La Bergerie - Carouge

Phone number : +41 79 689 98 41

CHF40.00 (€37.73 )

‎[Presses Universitaires de France] - ‎ ‎GIBRAT, Robert‎

Reference : 57068

(1966)

‎L'Energie des Marées [ Livre dédicacé par l'auteur ]‎

‎1 vol. in-8 br., Presses Universitaires de France, Paris, 1966, 219 pp.‎


‎Bel envoi de l'ingénieur et homme politique Robert Gibrat. Major de Polytechnique, Robert Gibrat (1904-1980) est secrétaire d'Etat aux Communications sous le gouvernement Laval en avril 1942. Démissionnaire lors de l'invasion de la zone libre en novembre, il sera condamné par la Haute Cour de Justice à 10 ans d'indignité nationale. Il s'intéressera par la suite à l'énergie marémotrice puis à l'énergie nucléaire. En économie, il est l'auteur de la 'loi de Gibrat' ou 'loi de l'effet proportionnel'. Bon état ( couv. très lég. frottée avec petit choc au dos en tête). On joint une carte de visite de Jean Terray, PDG de l'Union Européenne Industrielle et Financière, complétée à la main d'un message évoquant la "merveilleuse réception donnée par le Baron Empain".‎

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR95.00

‎[GOOR (G.)] - ‎ ‎GIDE]‎

Reference : 83079

(1928)

‎André Gide. Etudes, portraits, documents, biographies.‎

‎Paris Éditions du Capitole, coll. "Les Contemporains" 1928 1 vol. relié in-4, bradel de toile marron avec papier reprographié de couleurs brune et verte contrecollé sur les plats et le dos lisse, pièce de titre de maroquin fauve, doublures de papier vert, gardes de papier marron, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Honnelaître), 330 pp., fac similé dépliant, portrait-frontispice par Albert Laurens, et nombreuses photographies et vignettes par Goor. Édition originale. Un des 200 exemplaires numérotés sur Madagascar avec un portrait inédit de l'auteur gravé sur cuivre par Foujita. Montée sur onglet in fine : une longue et belle lettre autographe signée de Gide adressée à Jean Denoël, médecin et homme de l’ombre de la Nrf (4 p. in-8, s.l. [Alger], 16 décembre 1943) : « Vous avez la Foi ; je n'ai pas la foi ; ou même : j'ai la non-foi, l'anti-foi ; et vous le savez bien ; mais n'importe : nous sommes de même religion et nous le sentons tous deux, en dépit de Jammes et de ce que je peux penser ou écrire qui lui paraît impie, blasphématoire ; et notre cœur s'émeut de même, a de semblables battements devant la misère de l'homme, et tolère aussi impatiemment l'injustice ; enfin : auprès de vous, j'y vais de mon meilleur. Vous me manquez beaucoup. » Gide évoque ensuite sa famille dont il a de tristes nouvelles (le décès de son beau-frère Marcel Drouin), le premier numéro à venir de la revue L’Arche, qu'il dirige avec Camus et dont Jean Amrouche est le rédacteur en chef, et la demande de Charlot qui veut utiliser sa préface pour une nouvelle édition des Fleurs du Mal. Ce recueil est le cinquième de la collection « Les contemporains » dirigée par Gustave Pigot. Gide succède à Maurras, Daudet, Proust et Valéry. Il s’agit pour l‘éditeur de laisser la parole à ceux de ses amis ou admirateurs qui n’avaient jusque-là pas eu l’occasion de s’exprimer à son sujet. Gide se mêla bien entendu de la composition de cet ouvrage dédié à sa gloire... Parmi les vingt-et-un contributeurs, on compte des confrères (Mauriac, Maurois, Montherlant, Morand...), des intimes (Copeau, Martin du Gard, Schlumberger...), des critiques (Crémieux, Jaloux, Thibaudet...). De manière particulièrement cocasse, le volume débute par une lettre de Valéry s’excusant de n’avoir pu se joindre à ce concert d’éloges, mais insistant sur leurs différences mutuelles. Comment mieux exprimer son embarras… Et pour faire écho aux polémiques dont il est l’objet, Gide prend le soin de citer perfidement « quelques phrases de M. Henri de Régnier (qui) risquent de se perdre » où son ancien ami dénonce les « pages dégoûtantes » de Si le grain ne meurt et les « élucubrations absurdes » des Caves du Vatican et des Faux-Monnayeurs... ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR900.00

‎GIDE].‎

Reference : 82901

(1952)

‎ Hommage à André Gide. ‎

‎Genève Revue des Belles-Lettres n° 6 1952 1 vol. broché in-4, broché, 64 pp., reproductions et fac-similé. Édition originale de ce numéro double consacré à André Gide. Textes de Blaise Allan, Pierre Beausire, Jean Coa, Édouard Dubois, Marc Eigeldinger, Robert Hari, Richard Heyd, Jean-Pierre Leyvraz, Auguste Martin. Un des 100 exemplaires de luxe numérotés sur papier Fabriano. Exemplaire truffé in fine de 4 lettres autographes signées de Julien Green adressées à son éditeur Richard Heyd qui signe dans ce numéro l'article « André Gide dramaturge » (au total 3 p. et demie in-4 et 3 p. in-8, chacune avec enveloppe, 5 mars et 14 mars 1949, 4 août 1951 et 2 août 1952). Il le remercie de l'envoi de ses publications et fait l'inventaire de sa propre bibliothèque. Il mentionne Gide a trois reprises, notamment dans la dernière lettre (1952, année de la parution de cet hommage) dans laquelle il explique : « D'autre part, écrire sur Gide m'ennuie. Je pense à lui affectueusement, mais du point de vue littéraire, la page est tournée et j'ai dit tout ce que j'avais à dire. »‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR250.00

‎GIDE André‎

Reference : 68078

(1906)

‎Amyntas‎

‎Mercure de France, Paris 1906, 11x17cm, relié sous étui.‎


‎Edition en partie originale et imprimée à 350 exemplaires sur vergé d'Arches, "Feuilles de route" étant paru précédemment. Reliure en plein maroquin bleu marine, dos à quatre nerfs, date dorée en queue, gardes et contreplats de papier marbré, encadrement d'un double listel de maroquin bleu marine et bleu ciel sur les contreplats, couvertures et dos conservés, tête dorée, étui borcé de maroquin bleu marine, plats de papier marbré, reliure signée de Jean-Etienne. Précieux envoi autographe signé d'André Gide à Lucie Delarue-Mardrus : "A madame Lucie Delarue-Mardrus pour le duc Tancrède et pour qu'un peu de moi l'accompagne au désert. En hommage André Gide". - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,800.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 81026

(1900)

‎De l'influence en littérature. Conférence faite à la Libre Esthétique de Bruxelles le 29 mars 1900.‎

‎Paris Petite Collection de l'Ermitage 1900 1 vol. relié in-8, demi-maroquin à gros grain noir, dos à fins nerfs, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés, étui bordé (P.-L. Martin), 38 pp.Édition originale [Naville 42] tirée à 150 exemplaires tous numérotés sur Hollande van Gelder, celui-ci enrichi d’un spirituel envoi autographe signé à « Madame Rachilde avec prière de ne pas lire et tous les hommages de André Gide ». L’exemplaire provient de la bibliothèque de Michel Bolloré consacrée à Gide et dispersée en 1954 ; le catalogue de vente énonçait malicieusement : « La prière fut exaucée, l'exemplaire est non coupé » (il était alors broché). Epouse du fondateur et directeur du Mercure de France Alfred Vallette, Mme Rachilde (1860-1943) publiait des critiques dans la revue de son mari, ce qui rend pour le moins cocasse la dédicace de Gide. Elle avait émis une note enthousiaste sur le Prométhée paru en 1899. Gide n’a pas pratiqué que des interviews imaginaires. Il a aussi donné nombre de conférences en France ou à l’étranger pour exposer ses convictions et asseoir son autorité d’intellectuel. Précisément cette conférence, à l’invitation d’Octave Maus, traite de l’influence en littérature. Pour lui, toute influence est en soi profitable dès lors qu’elle n’est pas subie passivement. Il s’agit de construire sa propre personnalité en se nourrissant des exemples fournis par autrui. La peur de l’influence ne vaut ainsi que pour les esprits fragiles. L’âme forte, au contraire, décèle sa propre voie dans la confrontation et la découverte des sentiers des autres. Gide exprime aussi cette volonté de rassembler des amitiés et talents qui le guida dans sa vie et ses projets : « souvent une grande idée n’a pas assez d’un seul grand homme pour l’exprimer, pour l’exagérer tout entière » (p. 31). ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR900.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 20364

‎L.A.S. à André Malraux (?)‎

‎1 page 22 x 18,8 cm sur papier ligné, [Moscou], 23 juin 1936. Très beau document : Gide durant son voyage en U.R.S.S. 16 juin-24 août 1936 : dix ans à peine après son retour du Congo, voyage triomphal de Gide en U.R.S.S., accompagné cette fois de Pierre Herbart : « Je puis dire vraiment que j’ai connu ce que l’on appelle la gloire, et qu’elle n’a pas toujours très bon goût ». Gide est à cette époque, après Romain Rolland, le plus célèbre des « compagnons de route » du Parti. Partout, de Moscou, où il prononce le 20 juin l’éloge funèbre de Gorki qui vient de mourir, à Leningrad, et du Caucase à la Crimée, il est adulé, fêté, embrassé.“J’avais promis d’envoyer aussitôt une liste pour le service des Nouvelles Pages du Journal. A la réflexion je pense qu’il vaudra mieux lancer le livre à mon retour (mais vous l’avez peut-être déjà annoncé?) avec Geneviève, dont vous trouverez le texte dans la Revue de Paris et avec vous pourrez faire composer aussitôt (justification de l’Ecole des femmes). Oui : faire paraître les deux ensemble en octobre, cela vaut mieux. Si je vous trouve encore à Paris à la fin de juillet, nous en reparlerons.Moscou était si éreintant que j’ai été me réfugier dans une maison de repos à 50 kms de la ville ; j’y retourne coucher chaque soir. Dans quelques jours j’irai, avec Pierre Herbart, à Leningrad, à la rencontre de Jef Last, Schiffrin, Dabit et Guilloux, qui doivent s’embarquer à Londres le 27. Tout ce que je vois ici, l’excellent, le médiocre et le pire, est d’un intérêt prodigieux. Trop neuf pour que je puisse encore en rien dire...”‎


Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 48 04 82 15

EUR1,500.00

‎GIDE André‎

Reference : 76036

(1893)

‎La tentative amoureuse‎

‎Librairie de l'Art indépendant, Paris 1893, 15x19,5cm, relié.‎


‎Edition originale imprimée à 162 exemplaires, le nôtre un des 150 exemplaires numérotés sur vélin teinté, seul tirage avec 12 Whatman. Reliure à la bradel en demi maroquin vert émeraude, dos lisse estampé d'un titre en long doré, plats de papier caillouté, premier plat de couverture conservé, reliure signée P. Goy et C. Vilaine. Envoi autographe signé d'André Gide "au poëte Angiolo Orvieto en témoignage de sympathie". Rare témoignage de sa relation avec Angiolo Orvieto, poète et librettiste florentin, qui fonda en 1896 le périodiqueIl Marzocco, et consacra l'année suivante une étude à l'écrivain. Les deux poètes furent réunis autour de leur admiration pour Chopin, qui inspira à Orvieto un opéra et à Gide desNotes sur Chopin(1948). - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,000.00

‎GIDE André‎

Reference : 53289

(1928)

‎Le retour du Tchad‎

‎Nrf, Paris 1928, 12x19cm, broché.‎


‎Edition originale, un des exemplaires du service de presse. Envoi autographe d'André Gide à René Didier. Papier jauni comme généralement, une petite déchirure en pied du premier plat. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR250.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 80989

(1891)

‎Les Cahiers d'André Walter. Oeuvre Posthume. ‎

‎Paris Librairie Académique Didier - Perrin et Cie 1891 1 vol. relié in-12, plein maroquin à gros grain bleu nuit, dos à nerfs, bordures intérieures de même maroquin, doublures de maroquin à gros grain grenat encadrées d'un double filet doré puis d'un triple filet doré aux angles en pointe, gardes de soie moirée bleu nuit, doubles gardes de papier marbré, filets dorés sur les coupes, coiffes guillochées, tranches dorées, couvertures et dos conservés, étui bordé (Semet & Plumelle), IV + 279 pp. Édition originale avec un avertissement liminaire de l’auteur, mais signé P.C. soit Pierre Chrysis, pseudonyme de Pierre Louÿs, qui ne sera pas repris dans les éditions ultérieures [Naville 3]. Un des 3 ou 4 exemplaires connus avec le prénom Madelène. Parfaite reliure signée portant l’ex-libris Robert Moureau.Saisir ces Cahiers, c’est d'abord connaître l'émotion de tenir entre ses mains un livre imprimé il y a plus d’un siècle, à l’état neuf, comme sorti de presse : son éclat abolit le temps et nous rend un instant contemporain d'un écrivain qui en 1891, à 22 ans, entame son oeuvre.L’exemplaire ici proposé est l'un des rarissimes où Gide a donné à son héroïne son véritable prénom, « Madelène » et non pas « Emmanuèle », manifestant ainsi la dimension personnelle de ce livre où art et intimité se mêlent. Henri Clarac a d’ailleurs relevé dans ses notes : « A la page 11 où l’héroïne est citée pour la première fois, il n’y a pas d’astérisque à la droite du prénom ni de note en bas de page indiquant qu’il s’agit d’un pseudonyme ». Le récit est bien inspiré de la vie de Gide, où il puisera inlassablement. L'authenticité affleure sous la fiction.Ambitieux, Gide avait prévu une édition de luxe à la Librairie de l'Art Indépendant et une édition plus « commune » à la Librairie Académique Didier-Perrin et Cie, qui parut d'abord, et constitue donc l'originale. Consterné par le nombre de coquilles, Gide, inaugurant sa politique d'extrême vigilance en matière d'impression, décida de condamner cette « petite édition » au pilon : il raconte, dans Si le grain ne meurt (tome II, p. 203), « je l'y portai moi-même, l'ayant été cueillir dans sa presque totalité chez le brocheur (moins, je pense soixante-dix exemplaires environ, employés au service de presse) et fus fort réjoui de recevoir quelque argent en échange. » Et d'ajouter, avec un rien de coquetterie et de feint détachement : « Mais tout ceci n'a d'intérêt que pour les bibliophiles »… auxquels il n'aura cessé de songer ! Ce livre, dira-t-il, était alimenté « de toutes mes interrogations, de tous mes débats intérieurs, de tous mes troubles, de toutes mes perplexités ; de mon amour, surtout, qui formait proprement l'axe du livre... », ajoutant : « une autre résolution que j'avais prise, c'était celle d'épouser ma cousine. Mon livre ne m'apparaissait plus, par moments, que comme une longue déclaration, une profession d'amour ; je la rêvais si noble, si pathétique, si péremptoire, qu'à la suite de sa publication nos parents ne pussent plus s'opposer à notre mariage, ni Emmanuèle me refuser sa main » (idem, t. II, p. 192).Le sens psychologique de Gide est totalement pris en défaut car Madeleine l'éconduit et déplore le procédé dans son Journal : « tout est à nous là-dedans. Tu n'avais pas le droit de les écrire. Et ce premier essai – si plein de promesses au point de vue de l'Art – est une faute devant la conscience » [cité par Jean Delay dans La jeunesse d’André Gide, tome II, p. 30]. L'on songe à Nietzsche : le Poète n’a pas la pudeur de ses sentiments, il les exploite. Il faut aussi admettre que ces cahiers posthumes étaient de nature à effrayer Madeleine : on y voit André Walter, qui compose un roman intitulé Allain, sombrer progressivement dans la folie après que sa mère l'a dissuadé d'épouser sa propre cousine, laquelle convole avec un autre.Avec ces Cahiers, Gide fait une entrée remarquée dans le monde des lettres suscitant une trentaine d'articles et de multiples encouragements d'auteurs de renom (Barrès, Mallarmé) qui distinguent et saluent ce jeune et prometteur talent. Henri de Régnier lui consacre dans « La Wallonie » un article des plus élogieux, qui affermit leur amitié naissante. En Belgique, Verhaeren salue l'œuvre sur l'invitation d'une certaine Maria Van Rysselbergue : la Petite Dame dès la première heure avait été sensible au « son inconnu » de cet auteur pour qui, clin d'œil de l'histoire, elle rédigera à son tour des cahiers posthumes.Les Cahiers d'André Walter ne laissent guère supposer ou deviner l'œuvre ironique, de combat et d'émancipation en devenir, qui sera marquée par Les Nourritures Terrestres, Paludes, Corydon, Les Faux-Monnayeurs, le Retour de l'U.R.S.S…. Mais ils sont ainsi parfaitement à leur place pour inaugurer une vie où Gide sera, selon son expression, touché par les extrêmes.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR9,000.00

‎GIDE (André)‎

Reference : 202100275

(1935)

‎Les nouvelles nourritures. ‎

‎Paris, Nouvelle Revue Française, 1935; in-12, 162 pp., broché, couverture imprimée. Édition originale, exemplaire du service de presse comportant un envoi autographe signé de l'auteur à René Peraux. 1935‎


Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 03 88 32 11 72

EUR120.00

‎GIDE André‎

Reference : 60886

(1935)

‎Les nouvelles nourritures‎

‎Gallimard, Paris 1935, 11x16,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 1020 exemplaires numérotés sur vélin pur fil. Envoi autographe signé d'André Gide à Louis Daniel Hirsch. Agréable exemplaire malgré une petite tache en tête du dos. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR350.00

‎GIDE André‎

Reference : 63864

(1935)

‎Les nouvelles nourritures‎

‎Gallimard, Paris 1935, 11x17cm, relié.‎


‎Edition originale, un des exemplaire du service de presse. Reliure à la bradel en demi vélin à coins, dos lisse, pièce de titre de maroquin rouge, couvertures et dos conservés, reliure signée Gauché. De pâles rousseurs sur le deuxième plat de couverture. Précieux envoi autographe signé d'André Gide à Sacha Guitry. Agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,350.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 80992

(1892)

‎Les Poésies d'André Walter. Œuvre posthume.‎

‎Paris Librairie de l'Art Indépendant 1892 1 vol. relié in-8 carré, demi-maroquin à gros grain ébène à coins, dos à fins nerfs, plats de papier marbré, doublures et gardes de papier peigné, tête dorée, non rogné, couvertures bleutées et dos muet conservés (Bellevallée), 40 pp.Édition originale [Naville 14]. Exemplaire sur vélin teinté non justifié, enrichi d’un envoi autographe à l'encre violette « à Marcel Schwob / André Walter ». Aîné de deux ans seulement de Gide, Schwob est à l'époque déjà intégré dans le milieu littéraire et journalistique. Il fréquente Claudel, Valéry et Wilde dont il a corrigé les épreuves de Salomé.Prétendant éconduit et poète vexé, Gide transcrit les dialogues directs de deux âmes qui ne savent plus être heureuses. Il compose ces poésies « presque toutes en moins de huit jours, peu de temps après la publication des Cahiers, ce qui explique leur titre et cette attribution à un André Walter imaginaire, encore que celui-ci fût déjà mort en moi », explique-t-il dans une préface de 1930.Autant les Cahiers étaient déclamatoires, dramatiques et graves, autant les Poésies sont marquées par la désinvolture... Jamais plus Gide ne sera aussi familier que dans ces poésies où il fait clairement payer à Madeleine son refus de l'épouser. La réaction de celle-ci sera sans appel : « Lu les Poésies d'A.W. Bien ennuyeux et mauvais. Je t'assure que tu n'as pas été long à descendre du piédestal – oh, très petit piédestal – sur lequel t'avaient juché les Cahiers et le Narcisse. Sérieusement j'ai été désappointée. Pourquoi as-tu écris cela ? » [cité par Jean Delay dans La jeunesse d’André Gide, tome II, p. 112].La conclusion du poème final confirme la saveur toute grinçante de ce recueil : « Tu m'as dit : "Je crois que nous vivons dans le rêve d'un autre Et c'est pour cela que nous sommes si soumis" Ça ne peut pas durer toujours comme çà. "Je crois que ce que nous avons de mieux à faire Ce serait de tâcher de nous rendormir." » !! ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR2,000.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 83136

(1911)

‎Lettre autographe signée adressée à [Paul Fort]. ‎

‎ 1911 1 vol. 4 p. in-12. S.l.n.d., « Jeudi » [15 février 1912].Lettre au directeur de Vers et Prose. « Votre excellente lettre me touche et m'embarrasse : je n'ai rien d'achevé - mais peut-être n'est-il pas nécessaire, après tout, que je confie à Vers et Prose un tout aussi bouclé que l'Enfant Prodigue ou Bethsabé ; et je risquerais de vous faire attendre ce "tout" trop longtemps. » Il pense à deux fragments, mais « entre les deux, lequel choisir ? Une scène d'Ajax (prose) entre Ulysse et Minerve. Une scène de Proserpine (soit une suite d'une cinquantaine d'alexandrins) ». Il sollicite un rendez-vous pour « causer de tout cela avec vous de vive voix… Et des livres que vous nous proposez pour la N.R.F. ». On joint un exemplaire broché du n°28 de Vers et Prose (janvier-mars 1912) contenant le second fragment proposé, embryon de la pièce Perséphone créée en 1934 à l’opéra de Paris. Cette lettre a été publiée dans la Correspondance (1893-1934) d’André Gide et Paul Fort, édition établie, présentée et annotée par Akio Yoshii.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR500.00

‎GIDE André‎

Reference : 55252

(1900)

‎Lettres à Angèle‎

‎Mercure de France, Paris 1900, 10x15cm, broché.‎


‎Edition originale imprimée à 300 exemplaires sur Hollande. Envoi autographe signé d'André Gide à Henry Lerolle. Infimes manques angulaires sans gravité en tête et en pied du dos et des plats. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR800.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 82974

(1900)

‎Lettres à Angèle. 1898-1899. ‎

‎Paris Mercure de France 1900 1 vol. broché in-16, broché, 176 pp., index.Édition originale [Naville 41] tirée seulement à 300 exemplaires sur Hollande (non justifiés), celui-ci enrichi d'un envoi autographe signé de l'auteur « à Paul-Louis Garnier, bien cordialement ». Paul-Louis Garnier (1879-1916) était secrétaire de rédaction de la revue mensuelle La Cité de l’Art. Dans ce volume Gide a remanié et réduit à douze les treize lettres qui avaient paru dans la revue L’Ermitage entre juillet 1898 et novembre 1900. Avec coquetterie, il précise limiter le tirage de ces « courts essais de critique » au motif qu’ils doivent avoir perdu tout intérêt d’actualité… Mais il prendra soin de les republier dans Prétextes dès 1903 et de les insérer dans ses œuvres complètes, preuve de l’intérêt qu’il leur porte. De fait, l’artifice qui consiste à recourir à une interlocutrice fictive pour commenter les dernières parutions littéraires, donne à ces critiques des accents de conversation vivante, qui rendent ces lettres aussi savoureuses que spirituelles : une pique à Mirbeau « [Ses articles] sont stupides. Certainement c’est parce qu’il a du génie ; mais c’est fâcheux qu’il n’ait pas plus de talent » (première lettre, p. 9), la perte de Mallarmé, « comment parlerais-je aujourd’hui de rien d’autre ? La figure si belle qui disparaît vit presque encore » (huitième lettre, p. 101), l’admiration pour Nietzsche : « Oui, Nietzsche démolit, il sape, mais ce n’est point en découragé, c’est en féroce ; c’est noblement, glorieusement, surhumainement, comme un conquérant neuf violente des choses vieillies » (douzième lettre, p. 158). Avec ses critiques, Gide mesure l’influence des autres et surtout construit la sienne. ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR600.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 83061

(1946)

‎Lettres à Christian Beck. Suivi de quelques notes biographiques sur Christian Beck.‎

‎Bruxelles Editions de l'Altitude 1946 1 vol. relié in-16, demi-maroquin noir à coins, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés, 103 pp., index, notes bibliographiques. Édition originale tirée uniquement à 21 exemplaires numérotés sur vergé de Hollande [Naville 431]. On joint une intéressante lettre autographe signée de l'auteur (1 p. in-8, s.l., 20 avril 1946) relative à cette édition. « J'ai conservé un très vif et ému souvenir de Christian Beck - mais plus du tout des lettres que j'avais pu lui écrire. Heureux de savoir qu'elles ont été conservées, je ne puis qu'approuver ce projet dont vous me faites part d'une édition de ces lettres (tirées à très petit nombre ; mais je préfère 21 à 20, s.v.p. »… Ex-libris du neurologue et bibliophile belge Ludo von Bogaert.Né près de Liège en 1879, le poète Christian Beck « monte » à Paris en 1896 et s’immisce dans la bohême littéraire où son visage poupin et son élocution laborieuse en font le souffre-douleur préféré de Charles-Louis Philippe et d’Alfred Jarry. Gide s’en souviendra pour le personnage de Lucien Bercail des Faux-Monnayeurs. Décédé de tuberculose en 1916, il est le père de Béatrix Beck, que Gide embaucha comme secrétaire en 1950, et qui obtint Prix Goncourt en 1952 avec Léon Morin, prêtre.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR900.00

‎GIDE, André‎

Reference : YQV-130

(1902)

‎L’IMMORALISTE‎

‎Le faux-titre porte un envoi autographe signé de l’auteur à Octave Mirbeau. ‎


‎Paris, Société du Mercure de France, 1902 In-12 (167 x 107 mm) de 257-[3] pp. ; bradel demi-maroquin bleu-nuit avec coins, couverture conservée (sans le dos), non rogné, tête dorée (Paul Vié). Édition originale. Elle a été tirée à 300 exemplaires, tous sur vergé d'Arches. Le chef-d’œuvre romanesque de Gide, « d'une lumineuse cruauté » (Charles du Bos). « Bien accueilli par la critique, le livre, s'il ne conquit pas à Gide la grande notoriété que lui vaudraient plus tard La Porte étroite et Les Caves du Vatican, consacra son originalité et sa maîtrise aux yeux du public lettré » (En français dans le texte). Plus tard, le régime de Vichy accusa L'Immoraliste, non seulement l'ouvrage mais l'auteur ainsi surnommé, d'avoir corrompu la jeunesse. « Le succès précédent de Gide, Les Nourritures terrestres, eut plus d'influence sur la jeunesse, mais il est somme toute vague et sirupeux. Ici les tendances destructrices implicites dans l'obsession païenne du corps, l'homosexualité latente que le désert fait ressortir, sont annonciatrices de certains aspects de sa propre vie, si profondément modifiée par sa rencontre avec Wilde et Douglas » (Cyril Connolly. Envoi autographe signé de l’auteur à la plume, sur le faux-titre : À Octave Mirbeau, en cordial hommage André Gide. Attentives, prudentes, discontinues, mais jamais interrompues et empreintes d’une admiration mutuelle – en dépit des différences artistiques et de caractère –, les relations entre Octave Mirbeau et André Gide s’épanouirent au tournant du siècle et connurent leur pic justement à l’époque de la publication de L’Immoraliste. C’est grâce à un retentissant article dans le Figaro du 24 août 1890 que Gide lit La Princesse Maleine de Maeterlinck. La même année, il fait à ses cousines la lecture du Calvaire de Mirbeau, mais en « censurant » les passages qu’il jugeait trop osés. Gide s’intéressait aux questions sociales qui obsédaient Mirbeau, lequel n’était pas indifférent à la vague symboliste qui envahissait alors les lettres par l’entremise des petites revues. Tous deux furent des admirateurs (et des préfaciers) de La Faim de Knut Hamsun, dont la tonalité antibourgeoise et vitaliste les enchantait ; tous deux partageaient un dreyfusisme sincère. Autant de proximités, d’affinités et de « différences électives » qui maintenaient une sorte de champ magnétique entre les deux écrivains. Dès la publication de son premier livre, Gide adressera régulièrement un exemplaire dédicacé de ses ouvrages à son influent confrère. Si la phase « individualiste » et sensuelle de l’écriture gidienne, qui débute en 1893 avec son premier voyage en Algérie et l’affirmation de son homosexualité, éloigne pour un temps les deux écrivains, la crise de l’éthique conquérante exprimée dans Les Nourritures terrestres et l’élaboration de L’Immoraliste rapprochent à nouveau Gide de Mirbeau. Le premier continuera cependant à critiquer en privé les livres du second, et ce n’est qu’avec la publication en 1903 de la fameuse pièce-brûlot de Mirbeau, Les Affaires sont les affaires, qu’une entente (presque) cordiale laissera la place à une véritable estime. Quant à Mirbeau, il fera l’éloge de Gide et de L’Immoraliste lors d’une interview au journaliste Vauxcelles publiée le 8 août 1904 dans Le Matin : « Citez-moi, dis-je enfin, des "jeunes" intéressants, originaux. Octave Mirbeau me loua vivement L’Immoraliste d’André Gide, "admirable livre dont on n’a pas parlé". » Agréable exemplaire, sobrement relié à l’époque par Paul Vié, qui cédera son atelier en 1907. Dos de la reliure en partie reteinté. Provenance : Octave Mirbeau, 1848-1917 (envoi). ‎

Phone number : 0660877546

EUR3,000.00

‎GIDE (André).‎

Reference : 31222

(1934)

‎Perséphone.‎

‎Paris Gallimard 1934 1 vol. Broché in-16 carré, broché, couverture illustrée d'une vignette, 53 pp. Édition originale [Naville 320]. Exemplaire du service de presse numéroté sur alfa et enrichi d'un envoi autographe signé de l'auteur à François Le Grix.Le projet de Perséphone est très ancien puisque Gide l’évoque dès 1892 dans la lettre inédite qui figure en tête de notre édition du Voyage d’Urien (voir n° 4). Moultes fois repris puis abandonné, le texte est d’abord paru à la Nrf en mai 1934 sous la mention « mélodrame ». La première de la pièce eut lieu le 30 avril 1934 à l’Opéra de Paris ; elle fut l’occasion d’une collaboration musicale de Stravinsky. Dans la mythologie, la belle Perséphone, fille de Déméter, est enlevée par Hadès qui veut en faire sa femme. Pour éviter tout conflit, Zeus trouve ce compromis : Perséphone sera six mois de l’année aux enfers et les six mois suivants s’en retournera sur terre faire la joie de sa mère, symbolisant le printemps et l’été. Fidèle à sa manière, Gide détourne le mythe, l’héroïne ne subit pas une situation mais provoque son destin. Dans son récit c’est Perséphone qui, malgré les alertes du chœur, décide d’aller aux enfers : « Comment pourrais-je avec vous, désormais, / Rire et chanter, insouciante, / A présent que j’ai vu, à présent que je sais / Qu’un peuple insatisfait souffre et vit dans l’attente. / Ô peuple douloureux des ombres, tu m’attires. / Vers toi, j’irai… » (p. 21). Le texte gidien se teinte ainsi d’inspiration communiste. Lors de la préparation de la pièce, des divergences apparurent entre Gide et le groupe constitué de Copeau – en charge de la mise en scène – Ida Rubinstein et Stravinsky, qui mettaient en avant une allégorie chrétienne. Symboliquement, Gide bouda les représentations. Présent à Paris lors la troisième et dernière, il préféra assister à un meeting en faveur d’un militant communiste allemand ! Si l’accueil fut mitigé, la pièce a depuis donné lieu à de multiples reprises ou adaptations.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR200.00
Previous 1 ... 483 484 485 486 ... 643 800 957 1114 ... 1116 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Autographs

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !