Previous 1 ... 319 320 321 322 ... 364 406 448 490 ... 494 Next Exact page number ? OK

‎Louis Antin (de Gondrin de Pardaillan, duc d') (1707-1743) Deuxième duc d'Antin (1722-1743), maréchal de camp, grand maître de la maçonnerie, surintendant des bâtiments du Roi.‎

Reference : 8770

(1727)

‎Le duc d'Antin fait remettre les livres de l'Imprimerie Royale au chapitre de Lille.‎

‎Le duc d'Antin transmet un ordre de Louis XV pour la remise de l'ensemble des livres sortant de l'Imprimerie Royale au chapitre Saint-Pierre de Lille. "Suivant les ordres du Roy, le S. Anisson directeur de l'Imprimerie Royale fera donner à Messieurs du Chapitre de Lille un exemplaire relié de tous les livres anciens et nouveaux de l'Imprimerie Royale et de ceux qui seront imprimés à l'avenir". En-dessous de la signature du duc d'Antin, une note, d'une autre main, rectifie l'ordre : "le présent ordre ne sert que pour les livres qui seront imprimés à l'avenir, le corps des livres du Louvre délivrés en conséquence ayant esté remis à M. l'abbé de Valory avant l'inventaire [...]". Et au dos, l'abbé de Valory, prévôt et doyen du chapître Saint-Pierre de Lille, ajoute cette note, qu'il signe : "Reçu tous les livres de l'imprimerie royalle conformément à l'ordre [...]".‎

‎. Date : 11/05/1727. Lieu : Petitbourg [château de Petit-Bourg d'Evry-sur-Sein. Format : In-4. Etat : rousseurs. Nombre de documents : 1. Type de document : pièce signée. Nombre de pages : 1 p. 1/4‎


Le duc d'Antin fait remettre les livres de l'Imprimerie Royale au chapitre de Lille.. Louis Antin (de Gondrin de Pardaillan, duc d') (1707-1743) ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR400.00

‎Louis Antoine Antin (de Gondrin de Pardaillan, duc d') (1665-1736) Fils du marquis et de la marquise de Montespan, lieutenant général, surintendant des bâtiments. Il est le premier duc d'Antin.‎

Reference : 3211

(1713)

‎Le duc d'Antin veut faire la paix.‎

‎«Vous épuisez, monsieur, tous les complimens qu'on peut faire et c'est à tout moment un nouveau service rendu, celuy cy n'est pas des moins considérables et j'espère que les suites en seront succulentes. Il faudroit bien que vous eussiez le diable au corps si vous ne souhaitiez pas la paix, que voudrez-vous de plus et la figure que vous faites faire au prince Eugène ne doit elle pas servir de lesson à tous les gens sages sur l'inconstance des faveurs de la fortune. Allez, monsieur, faites la paix pour faire voir que vous êtes omnis homo».‎

‎. Date : 23/11/1713. Lieu : Marly. Format : In-4. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe non signée. Nombre de pages : 1 p. 1/2‎


Le duc d'Antin veut faire la paix.. Louis Antoine Antin (de Gondrin de Pardaillan, duc d') (1665-1736) Fils du marquis et de la marquise de Montespan, ... Le duc d'Antin veut faire la paix.. Louis Antoine Antin (de Gondrin de Pardaillan, duc d') (1665-1736) Fils du marquis et de la marquise de Montespan, ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR460.00

‎Louis Antoine Augustin Pavy (1805-1866) Deuxième évêque d'Alger (1846-1866).‎

Reference : 6075

(1866)

‎Mgr Pavy fait le choix de ses évêques d'Oran et de Constantine.‎

‎Au moment où les autorités impériales doivent ratifier la création des évêchés d'Oran et de Constantine, Mgr Pavy, évêque d'Alger, tente d'imposer ses choix pour la nomination des évêques, même s'il doit aller contre l'Empereur qui avait souhaité des hommes nouveaux pour occuper ces postes. Il rappelle l'argumentaire développé, en trois points, au ministre des Cultes, dans lequel il développe sa perception de l'Eglise algérienne, pour imposer les différents hommes qu'il propose. «J'exposais la nécessité de fonder sur l'unité une Eglise où l'esprit provincial n'entretenait déjà que trop de pelouses concurrentes ; je rappelais le péril de voir entamer par des innovations une discipline que vingt ans d'efforts n'avaient que faiblement enracinée dans un clergé aussi hétérogène que le mien, l'état de subordination forcée où se trouveraient les évêques privés de séminaires pendant longtemps et dont les propositions budgétaires pour créations nouvelles seraient forcément soumises à mon contrôle, tous les prêtres élevés, ordonnés et appelés en retraite à Alger, les relations épiscopales aboutissant à Alger pour la moindre demande par suite de la concentration des pouvoirs aux mains du gouverneur-général, etc., choses faciles pour les vicaires généraux habitués depuis de longues années à ce régime exceptionnel et plus que difficile à des arrivants, ne sachant rien à cette situation délicate [...]». Il passe en revue les différentes personnes qu'il suggère. [Aucune de ses propositions ne sera finalement retenue].‎

‎En-tête de l'Evêché d'Alger.. Date : 03/04/1866. Lieu : Alger. Format : In-4. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 2‎


Mgr Pavy fait le choix de ses évêques d'Oran et de Constantine.. Louis Antoine Augustin Pavy (1805-1866) Deuxième évêque d'Alger (1846-1866).
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR320.00

‎Louis Antoine Bertellet (de) (1728-0) Consul général de France à Livourne (1763-1796) ; il avait succédé à son père, Pierre Jean, dans cette fonction.‎

Reference : 7072

(1795)

‎Lettre du Consul général de Livourne avec superbe vignette emblématique.‎

‎En zélé serviteur de la République, le consul général de la République française en Toscane, Louis Antoine de Bertellet, dresse un bilan de son activité au représentant du peuple en mission Ritter. Il fait part des rapports qu'il a adressés relativement aux mouvements des forces navales anglaises dans la Méditerranée, mais aussi «des échelles de Barbarie et celles du levant». «Dans ces derniers tems de crise, j'ay suivi ce même sistème, et fait part aux citoyens Cacault et successivement Miot à Florence et ailleurs de tout ce que j'ay cru utile pour affermir les Républicains, n'oubliant pas d'en informer immédiatement le Comité de Salut Public [...]», en particulier «relativement aux mouvements de contre-révolution qui se manifestoient dans les départemens du Midy, par le moyen des cabales des émigrés qui continuent à être icy en grand nombre. J'insinuois que le moyen de rompre leurs mesures étoit de les éloigner de Livourne, et de ne les tolérer tout au plus que dans l'intérieur de la Toscane, dont la neutralité doit être pour les puissances, et non pour les individus rebelles. On a vu l'utilité de cette mesure par les mouvements de contre-révolution en France à diverses époques, notamment lorsque ces mêmes émigrés donnèrent lieu icy à la scène scandaleuse entre eux et les officiers prisonniers de guerre des vaisseaux [...]».‎

‎Superbe vignette du Consulat général de Toscane.. Destinataire : François Joseph Ritter (1758/1809), conventionnel, envoyé en mission à l'armée d'Italie.. Date : vers 1795. Lieu : Livourne [Italie]. Format : In-folio (grand). Etat : quelques réparations anciennes. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 2‎


Lettre du Consul général de Livourne avec superbe vignette emblématique.. Louis Antoine Bertellet (de) (1728-0) Consul général de France à Livourne ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR380.00

‎Louis Antoine de Gontaut, duc de Lauzun et de Biron (1701-1788) Militaire français.Il reçuten 1757 le bâton de maréchal de France.‎

Reference : 12153

(1774)

‎Le Maréchal de Biron demande une faveur pour un soldat prisonnier‎

‎Lettre du Maréchal de France Louis Antoine de Gontaut, duc de Biron, rédigée un mois avant la mort de Louis XV. "Je reçois dans le moment, Monsieur le Duc, la lettre que vous mavez fait lhonneur de mécrire le 8 de ce mois au sujet du S. dAgoust capitaine en 1erau corps Royal dartillerie, détenu au château de Guise pour un an et un jour.Il vous demande la permission, que son père nétant point en état de monter au château, il puisse pouvoir descendre àla ville et de donner cette satisfaction à son père.Cette demande est si naturelle que je serois le premier à solliciter auprès de vous cette marque de bonté de la part du Roy [...]".‎

‎Encre brune sur papier vergé, large filigrane circulaire.. Destinataire : "Monsieur le Duc". Date : 9 avril 1774. Lieu : Paris. Format : In-folio. Etat : Bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 1 p.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR160.00

‎Louis Antoine Garnier-Pagès (1803-1878) Homme politique et historien.‎

Reference : 5953

(1869)

‎Garnier-Pagès met en place sa stratégie électorale.‎

‎Garnier-Pagès refuse d'ajourner la réunion prévue. «Appelle ton monde pour vendredi ou pour samedi soir. Il n'y a pas de temps à perdre. Les communes de l'arrondissement de Sceaux sont éloignées et à toutes les extrémités du département. Il est indispensable de les parcourir sans exception. 20 jours ne suffiraient pas à ce travail colossal. Crois en ma vieille expérience! Le gouvernement usera de tous ses moyens d'influence. Multiplions tous nos efforts et adressons nous, sur le champ, à tous les dévouements [...]».‎

‎. Date : 18/11/1869. Lieu : Paris. Format : In-8. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1 p. 1/2‎


Garnier-Pagès met en place sa stratégie électorale.. Louis Antoine Garnier-Pagès (1803-1878) Homme politique et historien.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR250.00

‎Louis Antoine Pille (1749-1828) Général de la Révolution (1793), commissaire de l'organisation et du mouvement des armées (1794).‎

Reference : 3532

(1795)

‎Le général Pille nomme un commissaire à l'armée des Alpes.‎

‎«Sous l'autorisation du Comité de Salut Public, la commission ayant jugé convenable de vous conserver aux armées des Alpes et d'Italie et de vous y employer en votre qualité de commissaire des guerres, elle adresse au citoyen Denniée, commissaire ordonnateur en chef, de celle des Alpes, l'ordre de service qui vous a été expédié [...]».‎

‎Datée du 19 fructidor an 3. Vignette, en-tête et marque postale de la Commission de l'Organisation et du Mouvement des Armées de Terre. Adresse au dos et cachet du ministère de la Guerre.. Destinataire : Douradon, commissaire des guerres à Mont-Lyon (Hautes-Alpes). Date : 05/09/1795. Lieu : Paris. Format : In-4. Etat : un coin déchiré. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 2‎


Le général Pille nomme un commissaire à l'armée des Alpes.. Louis Antoine Pille (1749-1828) Général de la Révolution (1793), commissaire de ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR160.00

‎Louis Antraigues (comte d') (1753-1812) Député, auteur du mémoire sur les états généraux, leurs droits et la manière de les convoquer. Assassiné à Milan.‎

Reference : 2575

(1784)

‎Louis d'Antraigues écrit à Saint-Huberti.‎

‎Il lui demande d'indiquer au sculpteur Ricour, la place où elle souhaite installer le buste d'Etienne Montgolfier.‎

‎Adresse au dos.. Destinataire : La chanteuse d'opéra Saint-Huberti qui deviendra sa femme.. Date : 15/05/1784. Format : In-4 (petit). Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1/2‎


Louis d'Antraigues écrit à Saint-Huberti.. Louis Antraigues (comte d') (1753-1812) Député, auteur du mémoire sur les états généraux, leurs droits et ... Louis d'Antraigues écrit à Saint-Huberti.. Louis Antraigues (comte d') (1753-1812) Député, auteur du mémoire sur les états généraux, leurs droits et ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR250.00

‎Louis Aragon (1897-1982) Poète français, proche du Dadaïsme et du Surréalisme.‎

Reference : 11179

(1953)

‎Aragon à Georges Besson : sa maladie, Boudaille, Courbet, Elsa, Bernard Lorjou, etc.‎

‎Lettre d'Aragon adressée au critique dart français et directeur des Cahiers daujourdhui Georges Besson : « Cher Georges, Tu es un peu fou et je taime bien. J'aurais dû te répondre comme on dit par retour... je n l'ai pas fait pas fait parce que la pénicilline ne me lâche pas, et bien que jaie ces jours réapparu aux Lettres,je suisencore malade. Boudaille me dit que tu lui annonces un article. Bon. De toute façon, peux-tu croire que je trouve mauvais quon remette ça sur Courbet ? Le fait que le journal devait se débarrasser la semaine dernière de la fin de cette enquête que nous traînons (personnellement je suis contre les enquêtes, ça tourne toujours comme ça) nest pas une invention dirigée contre toi. Courbet peut attendre huit jours sans aucun mal, mais lenquête cétait sa dernière chance, après les remises successives. Pour le reste, on ne te supporte pas puisque justement tu es insupportable, mais quon taime bien, et pas seulement moi, tu devrais le savoir. Est-ce que tu ne sais pas que je tiens à ta collaboration ? Jai plus de suites dans les idées que tu sembles le croire. Le vrai est que jai été hors jeu du fait dun mois dItalie et dun moi de rechute de la septicémie de lan dernier. Je fais tout de même mon possible pour éviter linsertion dans le journal de larticle nécrologique dont jaurais bien pu te donner loccasion. Avec tout ça, noublie pas que le nommé Lorjou ma écrit une lettre (entre autres) où il parlait dElsa avec un langage ordurier : et précisément qu'il se prenne pour Courbet me paraît démesuré [...]. Excuse cette lettre encore fortement marquée par les colibacilles [...]". »‎

‎Encre bleue sur papier filigrané.. Destinataire : Georges Besson. Date : « Le 6 juin » [après 1953]. Lieu : S.l. . Format : In-4. Etat : Pliures centrales.. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1 p. 1/2‎


Aragon à Georges Besson : sa maladie, Boudaille, Courbet, Elsa, Bernard Lorjou, etc.. Louis Aragon (1897-1982) Poète français, proche du Dadaïsme et ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR1,100.00

‎Louis Aragon (1897-1982) Poète français, proche du Dadaïsme et du Surréalisme.‎

Reference : 11252

(1930)

‎Aragon évoque les effets de sa Critique du Traité du style‎

‎Aragon évoque les turbulences créées par saCritique au Traité du Style, texte enflammé qu'il écriviten juin 1930. Ilexplique le délaiqu'il a mis à répondre à son correspondant, par divers événements dont la presse lui aura peut-être fait écho. "Je pense que la question de prix est affaire d'estimation réciproque, et puisque vous pensez que mille francs est un prix qui vous convient, je crois que mieux vaut nous y tenir. J'ai donc commencé à travailler pour vous. Je pense vous envoyer le texte dans une huitaine. Cela vous convient-il ?".‎

‎Encre violette. Aragon indique son adresse : "5 R. Campagne Première" ; il y vécut avec Elsa Triolet de 1929 à 1935.. Destinataire : "Cher Monsieur". Date : [vers 1930]. Lieu : [Paris]. Format : In-4. Etat : Pliures centrales . Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 2/3 p.‎


Aragon évoque les effets de sa Critique du Traité du style. Louis Aragon (1897-1982) Poète français, proche du Dadaïsme et du Surréalisme.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR600.00

‎Louis Aragon. Edition établie, annotée et préfacée par Marc Dachy, à partir du manuscrit original inédit de 1923.‎

Reference : 74341

(1994)

ISBN : 9782070735563

‎Projet d'histoire littéraire contemporaine‎

‎Paris Digraphe 1994, in-8, Broché, 159 pages. Bon état. ‎


Librairie Christian Chaboud - Bruxelles

Phone number : (33) 6 11 46 34 00

EUR17.00

‎Louis ARAGON - [Neuilly-sur-Seine 1897 - 1982] - Ecrivain et poète français‎

Reference : CX899

‎Dédicace autographe signée à "Pierre Humbourg" - le 30 septembre 1990 -‎

‎ 1 page in8 - 15 lignes - trés bon état - au dos de la couverture du tome premier des "Communistes" dans le livre de poche -‎


‎Trés belle et interessante dédicace: ce livre le plus m..? des miens "que pour en rouvrir le procès, j'ai réécrit de a à z en 1966-67, comme preuve du bien fondé à proclamer la pluralité, non seulement des partis et croyances, mais des formes du roman....." - ‎

Librairie CHARMOY - Nyons

Phone number : 0686182277

EUR450.00
Free shipping

‎Louis Armstrong (1901-1971) Trompettiste de jazz américain.‎

Reference : 10913

(1970)

‎Louis Armstrong attentif aux nouveaux talents‎

‎Louis Armstrong, en tournée à Las Vegas après avoir triomphé à lEmpire Room du Waldorf Astoria,répond à un musicien qui lui a adressé ses compositions. "I've received your record and will give it a big listening to when I return back home in Corona N.Y. I only have my portable Tape Recorder with me, on this trip, witch is only a two weeks' engagement. I can't play the Record of yours' otherwise - elsewhere because, right now, I am as busy (?) as a Cat on a Tin Roof [...]. I can relax at home an lend all ears to your platter. One too many sweet hearts' it sounds like a good one already [...]".‎

‎Lettre rédigée au dos d'un programme d'Armstrong : "Lose weight, The Satchmo Way! As copied from the Harpers Bazaar - by Louis Armstrong".. Destinataire : Danny J. Kruslatz. Date : 12/09/1970. Lieu : Las Vegas. Format : In-4. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1 p.‎


Louis Armstrong attentif aux nouveaux talents. Louis Armstrong (1901-1971) Trompettiste de jazz américain.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR1,200.00

‎Louis-Auguste Beaujour (Félix baron de) (1765-1836) Diplomate, consul à Salonique (1794-1799), consul de France à Washington (1803-1810), membre de l'Institut.‎

Reference : 12398

(1806)

‎Certificat signé par Félix de Beaujour et Turreau de Lignères, à Philadelphie‎

‎[ÉTATS-UNIS]. Congé accordépar Louis-Auguste Félix de Beaujour, commissaire général des relations commerciales auprès des États-Unis, en faveur de M.Arcambal, commissaire de Baltimore, gravement malade. Il lui est accordé "un congé provisoire, pour aller se faire traiter en France, et lui prescrit en même tems, autant que son état le lui permettra, de se retirer [...]". Document contresigné par le général Louis-MarieTurreaude Lignières, le fameux organisateur des colonnes infernales, alors ambassadeur de Napoléon aux États-Unis.‎

‎Encre brune sur papier vergé filigrané. En-tête manuscrit "Empire français - Commissariat-Général des États-Unis". Sceau sou papier.. Date : 15 mai 1806. Lieu : Philadelphie. Format : In-folio. Etat : Bon, très légères salissures du temps. Nombre de documents : 1. Type de document : pièce signée. Nombre de pages : 1 p.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR600.00

‎Louis Auguste Blanqui (1805-1881) Théoricien communiste et révolutionnaire, fondateur du journal Ni Dieu Ni Maître.‎

Reference : 7142

(1870)

‎Blanqui fait ce qu'il peut.‎

‎«De peur que je ne sois pas ici quand vous viendrez, voici cher Birman, un billet de cent francs, en attendant mieux». Signé de son paraphe "Bl".‎

‎Daté du 1er décembre.. Date : vers 1870. Format : In-16. Etat : papier jauni et un peu sali, taché au dos.. Nombre de documents : 1. Type de document : billet autographe signé. Nombre de pages : 1‎


Blanqui fait ce qu'il peut.. Louis Auguste Blanqui (1805-1881) Théoricien communiste et révolutionnaire, fondateur du journal Ni Dieu Ni Maître.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR160.00

‎Louis Auguste Blanqui (1805-1881) Théoricien communiste et révolutionnaire, fondateur du journal Ni Dieu Ni Maître.‎

Reference : 11529

(1848)

‎Deux rares documents sur Société Républicaine Centrale de Blanqui‎

‎Ensemble de deux pièces relatives à laSociété Républicaine Centrale, d'Auguste Blanqui En 1848, après la révolution de Février, Blanqui fonda la Société républicaine centrale,appeléele « club Blanchi » à laquelle adhérèrent deshommes tels queBaudelaire, Leconte de Lisle, Sainte-Beuve, etc. -Laissez-passer imprimé avec informations manuscrites de la Société Républicaine Centrale : "Entrée personnelle de la citoyenne Chamot. Profession : rentier demeurant 109 f. St Honorévalable pour le mois mai". In-16 sur papier bleu. Tampon au verso "République française.Société Républicaine Centrale". -Tract imprimé de la Société Républicaine Centrale, adressé au gouvernent provisoire après les massacres de Rouen. 2 pp. in-4. Il porte le texte suivant : "Citoyens, La contre-révolution vient de se baigner dans le sang du peuple.Justice, justice immédiate des assassins ! Depuis deux mois, la bourgeoisie royaliste de Rouen tramait dans lombre une Saint-Barthélemy contre les ouvriers. Elle avait fait de grands approvisionnements de cartouches. Lautorité le savait. Des paroles de mort éclataient çà et là, symptômes précurseurs de la catastrophe :il faut en finir avec ces canailles ! Canailles, en effet, qui avaient en février, après trois jours de résistance, contraint la garde bourgeoise à subir la République ! Citoyens du gouvernement provisoire, doù vient que, depuis ces deux mois, les populations ouvrières de Rouen et des vallées environnantes navaient pas été organisées en gardes nationales ? Doù vient que laristocratie possédait seule lorganisation et les armes ? Doù vient quau moment de lexécution de son affreux complot elle na rencontré devant elle que des poitrines désarmées ? Doù vient la présence à Rouen du 28e régiment de ligne, ce sinistre héros du faubourg de Vaise en 1834 ? Doù vient que la garnison obéissait aux ordres de généraux, ennemis déclarés de la République, dun général Gérard, créature et âme damnée de Louis-Philippe ? Ils avaient soif dune sanglante revanche, ces sicaires de la dynastie déchue ! Il leur fallait un massacre davril pour consolation dun second Juillet ! Leur attente na pas été longue. Les journées davril, deux mois à peine après la Révolution, cest aller vite, citoyens du gouvernement provisoire ! Et rien ny a manqué, à ces nouvelles recrues davril ! Ni la mitraille, ni les boulets, ni les maisons démolies, ni létat de siège, ni la férocité de la soldatesque, ni linsulte aux morts, linsulte unanime des journaux, ces lâches adorateurs de la force ! La rue Transnonain est surpassée ! À lire linfâme récit de ces exploits de brigands, on se retrouve au lendemain des jours néfastes qui naguère ont couvert la France de deuil et de honte. Ce sont bien les mêmes bourreaux et les mêmes victimes ! Dun côté, des bourgeois forcenés, poussant par derrière au carnage des soldats imbéciles quils ont gorgés de vin et de haine ; de lautre, de malheureux ouvriers sans défense sous la balle et la baïonnette des assassins ! Pour dernier trait de ressemblance, voici venir la Cour royale, les juges de Louis-Philippe, se ruant comme des hyènes sur les débris du massacre et remplissant les cachots de deux cent cinquante républicains. À la tête de ces inquisiteurs est Franck Carré, lexécrable procureur général de la Cour des Pairs, ce Laubardemont qui demandait avec rage la tête des insurgés de mai 1839. Les mandats damener poursuivent jusquà Paris les patriotes qui fuient la proscription des royalistes. Car cest une terreur royaliste qui règne à Rouen, lignorez-vous, citoyens du gouvernement provisoire ? La garde bourgeoise de Rouen a repoussé avec fureur la République au mois de février. Cest la République quelle blasphème et quelle veut renverser. Tout ce quil y avait de républicains de la veille a été jeté dans les fers. Vos propres agents sont menacés de mort, destitués, gardés à vue. Les magistrats municipaux, Lemasson, Durand, ont été traînés par les rues, les baïonnettes sur la poitrine, leurs vêtements en lambeaux. Ils sont au secret de par lautorité des rebelles ! Cest une insurrection royaliste qui a triomphé dans la vieille capitale de la Normandie, et cest vous, gouvernement républicain, qui soutenez ces assassins révoltés ! Est-ce trahison ou lâcheté ? Êtes-vous des pleutres ou des complices ? On ne sest pas battu, vous le savez bien ! On a égorgé ! Et vous laissez raconter glorieusement les prouesses des égorgeurs. Serait-ce quà vos yeux, comme à ceux des rois, le sang du peuple nest que de leau bonne à laver de temps en temps des rues trop encombrées ? Effacez donc alors, effacez de vos édifices ce détestable mensonge en trois mots que vous venez dy inscrire : Liberté, Égalité, Fraternité ! Si vos femmes, si vos filles, ces brillantes et frêles créatures qui promènent dans de somptueux équipages leur oisiveté tissée dor et de soie, étaient jetées tout à coup à vos pieds, la poitrine ouverte par le fer des ennemis sans pitié, quels rugissements de douleur et de vengeance vous feriez retentir jusquaux extrémités du monde ! Eh bien, allez ! allez voir, étendus sur les dalles de vos hôpitaux, sur la paillasse des mansardes, ces cadavres de femmes égorgées, le sein troué de balles bourgeoises, ce sein, entendez-vous, qui a porté et nourri les ouvriers dont la sueur engraisse les bourgeois ! Les femmes du peuple valent les vôtres et leur sang ne doit pas, ne peut pas rester sans vengeance !Justice donc, justice des assassins ! Nous demandons : 1) La dissolution et le désarmement de la garde bourgeoise de Rouen. 2) Larrestation et la mise en jugement des soi-disant membres de la cour dappel, séides nommés par Louis-Philippe, qui, agissant au nom et pour le compte de la faction royaliste victorieuse, ont emprisonné les magistrats légitimes de la cité et rempli les cachots des républicains. 3) Léloignement immédiat de Paris des troupes de ligne, quen ce moment même les réacteurs poussent, dans des banquets fratricides, à une Saint-Barthélemy des ouvriers parisiens. [...] ». Signé : Auguste Blanchi, Lacambre, Flotte, Béraud, Loroué, Robert, Lachambeaudie, Crousse, Pujol, Javelot, Brucker et Fomberteaux.‎

‎Encre noire.. Date : [2 Mai 1848]. Lieu : [Paris]. Format : In-16 et in-4. Etat : Pliures au tract. Nombre de documents : 2. Type de document : Pièce manuscrite et document imprimé. Nombre de pages : 3 pp. ‎


Deux rares documents sur Société Républicaine Centrale de Blanqui. Louis Auguste Blanqui (1805-1881) Théoricien communiste et révolutionnaire, ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR350.00

‎Louis-Auguste d'Albert d'Ailly, duc de Chaulnes (1676-1744) Militairefrançais. Il fut élevé à la dignité de maréchal deFrance en 1741.‎

Reference : 12149

(1728)

‎Chaulnes accorde des pensions aux chevau-légers de la garde du Roi‎

‎Note signée du futur maréchalde France, Louis-AugustedAlbert dAilly, 4éme duc de Chaulnes, mentionnant différentes pensions accordéespar le roi, aux chevau-legers de sa garde : "Le Roy a accordé une augmentation de pension de 800livresa chacun des Sieurs : Des Isles, DeKeralno, De Louchard et des Mollieres, Brigadiers, une de 600 livres au Sieur de Bailly sousbrigadiers et une de 300 livres au Sieur de Fontenay cadet Chevauleger, et une pension de 300 livres au Sieur de Bougis aussy chevauleger tous en considération de leurs services et pour se retirer. Plus une augmentation de pension de 200 au Sieur de Boullainvilliers chevauleger et une de cent livres a chacun des nommés Luard et Du Breuil trompette, avec une pension de 300 au Sieur de Fontaines chevauleger. Tous en considération de leurs services et pour les continuer [...]". Une pension de 300 livres est accordée à la veuve de Joinville pour "pour luy ayder a subsister". Apostille "bon" d'une autre main.‎

‎Encre brune sur papier vergé filigrané.. Date : 15 mai 1728. Lieu : Versailles. Format : In-4. Etat : Bon. Nombre de documents : 1. Type de document : pièce signée. Nombre de pages : 1 p.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR180.00

‎Louis Auguste de Bourbon Maine (duc du) (1670-1736) Fils légitimé de Louis XIV et de madame de Montespan, duc d'Aumale, prince de Dombes et comte d'Eu.‎

Reference : 12577

(1700)

‎Le duc du Maine confirme un congé pour M. de Mezières, à Bethune‎

‎Lettre signée du duc du Maine, au lieutenant-colonel du régiment royal des carabiniers d'Aubeterre, à Bethune. Il fait savoir à son correspondant que le congé qu'il désirait lui a été accordé. "Je souhaitte de tout mon coeur que vous en profitiez utilement pour rétablir vostre santé, à laquelle vous ne devez pas douter que je ne m'intéresse".‎

‎Encre brune sur feuillet double de papier vergé. Adresse au verso du second feuillet avec achat de cire rouge conservé.. Destinataire : M. de Mezières. Date : 17 avril 1700. Lieu : Versailles. Format : In-8. Etat : Pâles piqûres. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 1 p. ‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR280.00

‎Louis Auguste Lapito (1803-1874) Peintre de paysages.Auguste Panseron (1795-1859) Compositeur et professeur de chant, prix de Rome (1813).Pierre Justin Ouvri? (1806-1879) Peintre. Elève d'Abel de Pujol et de Chatillon. il se spécialise dans les vues urbaines et les paysages aux architectures grandioses.‎

Reference : 3753

(1857)

‎Deux pétitions pour les artistes en difficulté.‎

‎Deux lettres sous forme de pétitions, signées par les membres de l'Association des Artistes Musiciens et de l'Association des Lettres et des Arts, en faveur de l'organisation de soirées théâtrales à Alger et d'une "loterie de bienfaisance du Vase d'Argent," au profit des caisses de secours des deux associations. La première porte 12 signatures (Panseron, Truliers, Le Bel, Forestier aîné, etc.), la seconde en porte 29 (baron Taylor, Justin Ouvrié, Lapito, Picot, Ad. Moreau, etc.).‎

‎Avec une troisième pétition en fac-similé (1866).. Destinataire : M. Liogier, délégué des deux associations à Alger.. Date : 1856-1857. Lieu : Paris. Format : In-4. Etat : rousseurs, l'une froissée sur un bord avec deux trous dus à l'encre.. Nombre de documents : 2. Type de document : lettres signées. Nombre de pages : 3‎


Deux pétitions pour les artistes en difficulté.. Louis Auguste Lapito (1803-1874) Peintre de paysages.Auguste Panseron (1795-1859) Compositeur et ... Deux pétitions pour les artistes en difficulté.. Louis Auguste Lapito (1803-1874) Peintre de paysages.Auguste Panseron (1795-1859) Compositeur et ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR160.00

‎Louis Augustin Bosc d'Antic (1759-1828) Naturaliste. Il dirigea la chaire de Culture au Muséum d'histoire Naturelle, de 1825 à 1828.Louis Jacques Thénard (1777-1857) Chimiste, doyen de la faculté des sciences, découvreur de l'eau oxygénée et du bore (avec Gay-Lussac).Joseph Marie Gérando (baron de) (1772-1842) Engagé dans l'armée insurrectionnelle de Lyon, le Baron de Gérando lutte contre la Convention et est condamné à mort, mais réussit à s'évader. Il a, sous l'Empire, une brillante carrière administrative et entre au Consul d'Etat en 1808 (jusqu'en 1830). Membre de l'Académie des sciences morales et politiques, il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages philosophiques. Il s'attache, notamment, à la création d'une langue universelle.‎

Reference : 9582

(1818)

‎Les commissaires de la Société d'Encouragement rendent leurs conclusions.‎

‎Conclusions de la commission chargée de l'examen du travail d'Etienne Guillard de Senainville (1777/1835) sur "l'origine de la Société d'Encouragement, le but de son intention et le résultat de ses travaux depuis sa création". Le rapport est signé par : Louis Jacques Baron THENARD (1777/1857), chimiste ; Léonor MERIMEE (1757/1836), peintre et chimiste, père de Prosper ; comte Charles Philibert de LASTEYRIE DU SAILLANT (1759/1849), savant fondateur du premier établissement lithographique à Paris ; Joseph BERARD (1763/1843), mathématicien ; Louis Augustin Guillaume BOSC D'ANTIC (1759/1828), naturaliste ; Joseph-Marie baron de GERANDO (1772/1842), philosophe et publiciste + un autre non identifié. Ils préconisent d'imprimer cette notice à 2000 exemplaires.‎

‎. Date : 09/09/1818. Lieu : Paris. Format : In-folio. Etat : quelques rousseurs. Nombre de documents : 1. Type de document : pièce signée. Nombre de pages : 1 p œ‎


Les commissaires de la Société d'Encouragement rendent leurs conclusions.. Louis Augustin Bosc d'Antic (1759-1828) Naturaliste. Il dirigea la chaire ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR250.00

‎Louis Auvray (1810-1890) Sculpteur.‎

Reference : 3599

(1867)

‎Lettre du sculpteur Louis Auvray.‎

‎Il communique l'adresse de M. Charles Lucas. En-tête de la Société libre des Beaux-Arts.‎

‎. Destinataire : M. Guérin (enveloppe jointe).. Date : 17/10/1867. Format : In-8. Etat : nombreuses rousseurs. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1‎


Lettre du sculpteur Louis Auvray.. Louis Auvray (1810-1890) Sculpteur.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR80.00

‎Louis Barthou (1862-1934) Homme politique, président du Conseil, il est assassiné à Marseille avec le roi Alexandre 1er de Yougoslavie.‎

Reference : 9982

(1919)

‎Louis Barthou hostile à toute annexion.‎

‎Intéressante note de Louis Barthou, destinée à être publiée par l'agence Havas, écrite durant la Conférence de paix de Paris, préliminaires qui précédèrent la signature du Traité de Versailles. "Pour couper court à des polémiques de presse, dont le point de départ repose sur une inexactitude matérielle, M. Louis Barthou, ancien Pt du Conseil, nous prie de déclarer : 1° qu'il n'a pas assisté à la séance du groupe des républicains de gauche où une démarche a été décidée auprès du Pt du Conseil pour l'entretenir des conditions de la paix. 2° qu'il a été délégué en son absence. 3° que, partisan des garanties nécessaires pour assurer sur la rive gauche du Rhin la sécurité de la France, il est hostile à l'annexion et qu'il n'a fait et ne fera aucune démarche en ce sens auprès du Pt du Conseil".‎

‎Avec un billet d'envoi et deux cartes de visite autographes, l'une de juin 1936, transmettant un discours prononcé à Liège. Enveloppe jointe (en-tête du Sénat).. Destinataire : M. Barbier, directeur de l'Agence Havas.. Date : 11 mars 1919 (selon une note). Format : In-8. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : manuscrit autographe. Nombre de pages : 1‎


Louis Barthou hostile à toute annexion.. Louis Barthou (1862-1934) Homme politique, président du Conseil, il est assassiné à Marseille avec le roi ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR350.00

‎Louis Benjamin Francoeur (1773-1849) Mathématicien et astronome, auteur des premiers manuels pour l'enseignement des sciences.‎

Reference : 1469

(1809)

‎Le mathématicien Francoeur interroge Ampère sur son ouvrage.‎

‎Il l'entretient de l'ouvrage qu'il vient de publier (Cours complet de mathématiques pures). «Mon libraire vous a sans doute fait tenir depuis longtemps un exemplaire de mon livre, qui vous est déjà connu. Peut-être dans l'ensemble de l'ouvrage trouverez-vous à louer ce que dans les détails vous n'avez pas toujours approuvé. J'ai souvent profité d'ailleurs de vos judicieux avis». Il souhaiterait qu'Ampère puisse en faire un compte-rendu dans les journaux, et se propose, dans la seconde lettre, d'aller le voir à son domicile pour lui faciliter le travail.‎

‎Adresses et marques postales au dos.. Destinataire : André Marie Ampère (1775/1836).. Date : août-décembre 1809. Lieu : Lyon et Paris. Format : In-4. Etat : déchirures à louverture.. Nombre de documents : 2. Type de document : lettres autographes signées. Nombre de pages : 2‎


Le mathématicien Francoeur interroge Ampère sur son ouvrage.. Louis Benjamin Francoeur (1773-1849) Mathématicien et astronome, auteur des premiers ... Le mathématicien Francoeur interroge Ampère sur son ouvrage.. Louis Benjamin Francoeur (1773-1849) Mathématicien et astronome, auteur des premiers ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR250.00

‎Louis-Benoît Picard (1769-1828) Dramaturge et directeur de troupes, il dirigea le Théâtre Louvois et le Théâtre de l'Odéon. Membre de l'Académie française (1807).‎

Reference : 10206

(1805)

‎Engagement d'un musicien à l'Opéra Buffa du Théâtre de l'Impératrice.‎

‎Contrat d'engagement de "Martin Noirblanc, artiste musicien", au "Théâtre de l'Impératrice", théâtre de la rue de Louvois, "pour les parties de basse qui lui seront distribuées par le Chef de l'Orchestre, soit pour l'Opéra Buffa, les concerts, le service de la Comédie une semaine par mois, les Ouvertures, les Ballets et tout spectacle qu'il plaira à monsieur Picard de faire représenter (tant Français qu'Italien) sans pouvoir s'y refuser ni se faire remplacer [...]". Contrat pour une durée de un an, rémunéré à hauteur de 70 livres et 16 sols par mois. Document signé par le directeur du théâtre, Louis-Benoît Picard. [Il s'agit peut-être du violoncelliste Louis Pierre Martin Norblin (1781/1854), qui intégra l'orchestre du Théâtre italien de Paris en 1809, avant de faire une grande carrière avec son quatuor].‎

‎Datée du 2 messidor an 13.. Destinataire : Martin Noirblin. Date : 21/06/1805. Lieu : Paris. Format : In-4. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : pièce en partie imprimée, signée. Nombre de pages : 2‎


Engagement d'un musicien à l'Opéra Buffa du Théâtre de l'Impératrice.. Louis-Benoît Picard (1769-1828) Dramaturge et directeur de troupes, il dirigea ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR200.00

‎Louis-Benoît Picard (1769-1828) Dramaturge et directeur de troupes, il dirigea le Théâtre Louvois et le Théâtre de l'Odéon. Membre de l'Académie française (1807).‎

Reference : 12164

(1792)

‎"Le factionnaire à la tour du temple", manuscrit de Louis-Benoît Picard‎

‎Ensemble de deux manuscrits intitulés Le factionnaire àla tour du templeet une lettre, de Louis-Benoît Picard, dramaturge, acteur, directeur de troupe et ancien directeur du théâtre de lOdéon (1769-1828). -2 manuscrits autographesde lélégie Le factionnaire àla tour du temple,poème en vers irréguliers et rimes croisées, exprimant la douleur et la peine de voir la famille royale emprisonnée et lespoir de la voir un jour rétablie sur le trône. La mise au propre, qui est également la plus courte est accompagnée dune notice explicative. La version la plus longue, comptedeux strophes supplémentaires et porte la date biffée du 11 février 1792.8 pp. in-4. Ajouts, ratures et corrections. Lacopie mise au propre était probablement destinée à un journal et porte la mention "Le Factionnaire [...] Jal des Pauvres [?]". Il est fait mention de ce texte de Picard dans le journal royaliste La Quotidienne, du 21 janvier 1817 (n°21). «Me voila donc sentinelle à la Tour /tour formidable! enceinte affreuse! /quà mes regrets, quà mon pieux amour /tu fais naître une image et chère et douloureuse /cest là quils sont: sous ces horribles murs /par delà ces cachots obscurs; /languit des Rois lhéritier plein de charmes; /là, près de lui, mais sans le voir, /sa jeune sur sur livrée au désespoir, /voit consumer la fleur de ses ans dans les larmes /quaucune main ne daigne recueillir /mais quau prix de mon sang, moi je voudrais tarir / [...]Comment peux tu, mon Roi, dans cette tour,/tromper léternité des heures? /triste, isolé, tu gémis tout le jour; /triste, isolé, la nuit, tu pleures [...]Dieu! tu pleures /ton trône [...]oh non cest un père innocent /Dont les tygres burent le sang /Parce quil fut de leur sang trop avare /Cest une mère quimmola /Lorgueil jaloux de son grand cur voilà, /Voilà la perte affreuse et que rien ne répare! /non, mon Roi, non; ton trône rétabli/ne te rendra jamais tout ce quon ta ravi []chaque français rappelant à lenvi /lhéritier des Bourbons au trône de son père/la France, un jour, lasse de liberté/ne se reposera que dans la Royauté [...]/Un rameau tombe; un autre est reproduit/de larbre de Louis la tige est immortelle /et, si jamais Louis Dix-Sept périt /tous les français criront: Vive Louis XVIII". -L.A.S. adressée à Monsieur Barré, directeur et co-fondateur du Vaudeville jusquen août 1815.Paris, s.d.2 pp. 1/2 in-4.Encre brune sur feuillet double depapier vergé filigrané "Pro Patria". Ilsollicite le directeur du théâtre dans le but dy faire jouer une pièce. «Jai le vif désir de pénétrer au Vaudeville et, pour y réussir, jessaye dexciter votre bienveillance personnelle en vous rappellant [sic] celle dont mhonorait le bon Mr Monnier, dont je sais que vous chérissez la mémoire. [] M. Monnier, qui connaissait mon zèle, vint me prier de laider, dans sa malheureuse affaire, et den rendre compte dans le journal des débats dont alors je rédigeais, entrautres, larticle Tribunaux. Je publiai successivement, dans le sens quil désirait deux articles qui lui firent grand plaisir et dont il vint me remercier avec des transports de joie et despérance, il moffrit réciprocité des services, promit de mouvrir la voie du Vaudeville et de vous faire partager ses sentiments de bienveillance.[...] Ainsi donc, Monsieur, ce que vous daignerez faire pour moi vous le ferez pour votre malheureux ami [].Oh! Si, après la lecture de ma pièce, vous aviez la bonté de lui donner le moindre des éloges, que, journaliste, jai donné aux vôtres, je serais bien sûr quelle serait acceptée de Messieurs du comité de lecture[] ».‎

‎. Date : [1792]. Lieu : S.l.. Format : In-4. Etat : Papier légèrement bruni par endroit. Nombre de documents : 3. Type de document : Deux manuscrits autographes et une lettre autographe signée. Nombre de pages : 10 pp. 1/2‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR450.00
Previous 1 ... 319 320 321 322 ... 364 406 448 490 ... 494 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Manuscripts

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !