‎CHAPPEE, Julien.‎
‎POEMES‎

‎Editions de la "société littéraire du Maine" 1959, in-8° broché, 147 pages. Bel état‎

Reference : 0258


‎‎

€25.00 (€25.00 )
Bookseller's contact details

Bedot Bouquiniste
Dominique Bedot

bedot.bouquiniste@laposte.net

06 66 55 13 42

Contact bookseller

Payment mode
Cheque
Others
Sale conditions

Conformes aux usages de la librairie ancienne, tous nos livres, sauf mention contraire, sont en bon ou très bon état. Les prix indiqués sont nets, en euros. les frais de port, calculés au plus juste sont à la charge de l'acheteur. Les livres sont expédiés sous emballage soigné dès réception du règlement par chèque, virement bancaire ou paypal.

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

‎COLLECTIF‎

Reference : R110067317

(1971)

‎POESIE 1 N° 17 - DIX POETES DU MYSTERE EVIDENT. Alain BOSQUET : la marquise n’ose plus sortir. Poèmes. Andrée CHEDID : Terre et poésie II. Poèmes. Pierre DALLE XOGARE : La dissimulation révélée. Poèmes. Françoise DELCARTE‎

‎LIBRAIRIE SAINT-GERMAIN-DES-PRES. JUILLET 1971. In-12. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 128 pages.. . . . Classification Dewey : 841-Poésie‎


‎Sommaire : DIX POETES DU MYSTERE EVIDENT. Alain BOSQUET : la marquise n’ose plus sortir. Poèmes. Andrée CHEDID : Terre et poésie II. Poèmes. Pierre DALLE XOGARE : La dissimulation révélée. Poèmes. Françoise DELCARTE : Une syntaxe musicale? Poèmes. Jacques IZOARD : Fêter chaque parole. Poèmes. Roger KOYVALSKI : Noires armes. Poèmes. Bernard NOËL : Sept notes. Poèmes. Jean-Claude RENARD : Une transcendance ambiguë. Poèmes. Robert SA BATI ER : Je marche, je marche. Poèmes. Jude STEFAN : Rien à savoir. Poèmes Classification Dewey : 841-Poésie‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 57 411 411

EUR24.90 (€24.90 )

‎ARAGON Louis‎

Reference : 64357

(1945)

‎Exceptionnel recueil de onze poèmes autographes de Louis Aragon sélectionné par celui-ci pour paraître dans sa première anthologie‎

‎s.d. (circa 1945), 22x27,5cm, 18 feuillets reliés sous chemise et étui.‎


‎Il est de la race des poètes de tous les temps. De la race des pères de la poésie. Pierre Seghers. Exceptionnel ensemble de onze poèmes autographes de Louis Aragon, rédigés au premier semestre de l'année 1945, avec une page de sommaire de la main de l'auteur. Il s'agit d'une sélection personnelle d'Aragon en vue de leur parution dans sa première et célèbre anthologie poétique, dans la Collection «?Poètes d'Aujourd'hui?» (Aragon, chez Pierre Seghers éditeur à Paris, n° 2, 20 juillet 1945). Ce choix de poèmes manuscrits a été adressé par l'auteur au directeur de la publication, Claude Roy, et enrichi à l'attention de son ami d'une page de sommaire recensant les poèmes et la chronologie des recueils. Notre ensemble comprend les manuscrits de «?Fugue?», «?Pour demain?» et «?Casino des lumières crues?» (parus dans Feu de Joie, 1920), «?Un air embaumé?», «?Persiennes?», «?Poème de cape et d'épée?» (Le Mouvement perpétuel, 1924), «?Portrait?» «?Ancien combattant?», «?Litanies de [trois étoiles]?» (La Grande Gaîté, 1929), «?Tant pis pour moi?» (Persécuté persécuteur, 1931), «?Couplets du beau monde?» (Les Communistes ont raison, 1933), et «?Magnitogorsk 1932?» ainsi que la «?Ballade des vingt-sept suppliciés de Nadiejdinsk?» (Hourra l'Oural, 1934). Les poèmes manuscrits sont reliés en demi maroquin noir, plats de papier à motifs stylisés, contreplats doublés d'agneau noir, et un étui bordé du même maroquin, ensemble signé Leroux. Ces manuscrits offrent un panorama unique de quinze ans d'écriture placée sous le signe de l'insolence poétique et politique. Parmi ces poèmes d'exception, on retrouve «?Fugue?» et «?Casino des lumières crues?», issus de Feu de Joie, composés durant ses années de jeunesse pré-surréaliste?: «?Une joie éclate en trois Temps mesurés de la lyre Une joie éclate au bois Que je ne saurais pas dire?» («?Fugue?») Les poèmes les plus anciens choisis par Aragon pour l'anthologie sont également l'occasion de rendre hommage aux maîtres et amis du jeune poète - tels Paul Valéry («?Pour demain?», publié dans Feu de Joie), ou Guillaume Apollinaire, à qui il dédie «?Un air embaumé?» dans Mouvement Perpétuel, s'inspirant des Calligrammes?: «?Sur la tombe Mille regrets Où dort dans un tuf mercenaire Mon sade Orphée Apollinaire?» Témoignant de l'influence décisive de l'amitié d'André Breton, rencontré en 1917 dans la librairie d'Adrienne Monnier, les uvres du jeune Aragon prônent déjà une joyeuse déconstruction verbale. Le poème plein d'humour «?Casino des lumières crues?», annonce subliminalement l'arrivée de Dada à Paris?: «?Un soir des plages à la mode on joue un air Qui fait prendre aux petits chevaux un train d'enfer?» Cet exemple de «?cubisme littéraire?» empreint de préciosité et d'hermétisme répond aux poèmes de Breton qui formeront son premier recueil Mont de piété, et nous plonge dans l'enthousiasme des trois inséparables Aragon, Soupault et Breton. Leur collaboration prendra dès 1919 la forme du journal Littérature, bientôt renommé en Révolution surréaliste pour servir de tremplin à leurs idées de renouvellement poétique. Avec l'irruption en 1920 de Tristan Tzara et de son manifeste dadaïste dans le paysage de l'avant-garde parisienne, l'écriture d'Aragon opte pour la radicalité, culminant dans le fameux «?Persiennes?». La formidable répétition de «?Persienne?», typique du nihilisme de Dada, constitue avec les autres manuscrits extraits de Mouvement Perpétuel autant de manifestes de la révolution qui s'opère à l'aube du Surréalisme. Adoptant le terme au printemps 1924, Aragon, Breton et Soupault tournent une page de l'histoire littéraire, résumée dans l'ironique «?Portrait?» qu'en fait l'auteur dans La Grande Gaîté parue en 1929?: «?Rêvé de l'auteur de la Marche lorraine Pensé à l'aurore aux Bourgeois de Calais Pour l'apéritif lu la Jeune Parque?». Dans le même recueil, Aragon résume ironiquement la relative vacuité de l'expérience dadaïste par un comique poème intitulé Ancien Combattant?: «?J'ai fait le Mouvement Dada Disait le dadaïste J'ai fait le mouvement Dada Et en effet Il l'avait fait?» La fin de la décennie est également marquée par sa liaison avec Nancy Cunard, égérie des Années folles au magnétisme érotique, qui l'entraîne dans ses voyages à travers l'Europe de 1926 à 1928. Elle apparaît en filigrane dans les «?Litanies de ***?» toujours extrait de la Grande Gaîté?: «?Elle a les plus doux seins du monde Ah la belle la belle la belle jambe Que ça nous fait?» Au début des années 1930, dans l'incapacité de continuer son errance aux côtés de Nancy avec son maigre salaire, Aragon est alors partagé entre ses obligations journalistiques que désapprouve Breton et ses séances de réflexion collective avec les Surréalistes. Les débats stériles suivant le congrès de Kharkov et le penchant d'Aragon pour le genre romanesque, honni des Surréalistes, précipitent l'éclatement du mouvement. Aragon s'éloigne de Breton et se réfugie dans l'écriture de poèmes d'une grande violence, qui formèrent son recueil maudit Persécuté persécuteur, signant sa rupture définitive avec le Surréalisme. Il se souviendra de ces poèmes au sortir de la deuxième Guerre Mondiale, et choisira «?Tant pis pour moi?» pour la présente anthologie. Il devient à cette époque le prophète d'une utopie communiste sanglante : «?Le grisou sautera dans Paris Avec un long bruit de luxe brisé Les enfants regarderont la dernière passe du bordel Éclaté comme une grenade?» et annonce sans détour son ralliement au communisme militant dans son recueil de 1932 Les Communistes ont raison. Son indéfectible confiance dans le régime bolchévique lui vaut de visiter la même année les chantiers soviétiques du Caucase au sein de la «?Brigade Gorki?», réunissant une sélection d'écrivains étrangers acquis à la cause stalinienne. Ce voyage en URSS aux côtés d'Elsa Triolet inspira l'écriture du recueil Hourra l'Oural, dont il conserve deux admirables poèmes dans sa sélection manuscrite. La longue épopée «?Magnitogorsk 1932?» célèbre le surgissement des villes soviétiques et le concert des machines de la nouvelle ère industrielle?: «?Le paysage est un géant enchaîné dans des clous d'usines Le paysage s'est pris les collines dans un filet de baraquements Le paysage a mis des colliers de fumées Le paysage a plus d'échafaudages qu'un jour d'été n'a de mouches Le paysage est à genoux dans le socialisme et l'électricité?» Aragon achève sa sélection sur la «?Ballade des vingt-sept suppliciés de Nadiejdinsk?», qui résonne en 1945 comme un hommage tant aux communistes tombés durant la révolution russe que sous le régime nazi?: «?Ils étaient vingt-sept bien vivants Et leurs yeux étaient de lumière Leurs cheveux comme auparavant Parlent du ciel avec le vent?» Ce choix personnel d'uvres offertes à la postérité résume magistralement le parcours poétique et politique de Louis Aragon, tour à tour dada, surréaliste, puis communiste exalté. L'ensemble figure parmi les très rares poèmes autographes de Louis Aragon encore en mains privées, l'auteur ayant fait don en 1977 de ses archives personnelles et littéraires à la nation française. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR40,000.00 (€40,000.00 )

‎Vigny, Alfred de (1797-1863) ‎

Reference : KXI-17998

(1864)

‎Les destinées, poëmes philosophiques ‎

‎Paris Michel Lévy frères, libraires éditeurs, à Librairie nouvelle, rue Vivienne, 2 bis et Bd des Italiens, 15 1864 [4] , 191 , [4] p. faux-titre, titre, texte, table, portrait en frontispice d'après la photographie d'Adam Salomon (glymmatographie Baudran) in-8 Demi-maroquin cerise à coins de l'époque, dos à 5 nerfs cloisonné et fleuronné, double filet doré sur les plats, tête dorée Rousseurs éparses, très acceptables pour ce type d'édition, bel exemplaire ‎


‎par le Cte Alfred de Vigny Vicaire, VII, 1068. Edition originale posthume assurée après la mort de Vigny par Louis Ratisbonne, héritier de ses oeuvres littéraires, exemplaire bien complet du portrait sur Chine monté. L'ouvrage contient : "Les Destinées", écrit au Maine-Giraud (Charente), 27 août 1849 ; "la Maison du berger, à Éva ; les Oracles, destinée d'un roi", 28 mars 1862 ; "la Sauvage" 1843 ; "la Colère de Samson", écrit à Shavington (Angleterre), 7 avril 1839 ; "la Mort du loup", écrit au château du M***, 1843 ; "la Flûte ; le Mont des Oliviers, le silence", 2 avril 1862 ; "la Bouteille à la mer", conseil à un jeune homme inconnu au Maine-Giraud, octobre 1853 ; "Wanda", histoire russe, 5 novembre 1847 ; "l'Esprit pur, à Éva", 10 mars 1863. Pour le poème "les Destinées", entre l'esquisse en prose du 19 avril 1847 et le manuscrit définitif, les titres "Constellations et l'Inflexible" semblent avoir été retenus un moment. Le texte porte ici des variantes. "La Maison du berger" était encore appelée "Lettre à Éva". Le "Postscriptum" des "Oracles" ne faisait pas partie du plan de 1862 et le manuscrit porte : "à refaire, 8 janvier 1863". On connaît deux ébauches en prose de "la Sauvage", et une en vers de décembre 1839, avec les titres "le Sein de la mère", puis "l'Onéida", dont un manuscrit "écrit du 27 au 28 mars 1842 dans la nuit" a servi à la présente édition ; le texte est légèrement différent de celui publié dans la "Revue des deux mondes" du 15 janvier 1843, sous le titre : "Poèmes philosophiques, n° 1, la Sauvage", sans date. Le texte est suivi de la note : Les "Poèmes philosophiques", dont celui-ci est le premier, formeront un recueil qui doit faire suite aux "Poèmes antiques et modernes". La rédaction en prose de "la Colère de Samson", faite à Tours en novembre 1838, porte le titre de "Dalila". Ce poème ne fut publié qu'après la mort de Vigny dans la "Revue des deux mondes" du 15 janvier 1864, avec la note : "le recueil d'oeuvres posthumes auquel appartient "la Colère de Samson" ne tardera pas à être publié à la librairie Michel Lévy. Les lecteurs de la "Revue" connaissent déjà quelques-uns des "Poèmes philosophiques" qui trouveront place dans ce volume, digne complément de l'ensemble d'oeuvres délicates et fortes que les "Poèmes antiques et modernes" avaient commencé". On conserve une ébauche de "La Mort du loup", de 29 vers, et un texte complet datés du "Maine-Giraud, le 31 octobre 1838", qui ne fut publié que dans la "Revue des deux mondes" du 1er février 1843, sous le titre : "Poèmes philosophiques, n° II", sans date. "La Flûte" a été partiellement rédigée en novembre 1840, achevée en novembre 1842 et publiée dans la "Revue des deux mondes" du 15 mars 1843, sans date, sous le titre, "Poèmes philosophiques, n° III". Un manuscrit du "Mont des Oliviers", daté du 12 novembre 1839, ne comporte pas la dernière strophe, non plus que le texte publié, sans date, dans la "Revue des deux mondes" du 1er juin 1843. On trouve, avec une variante, les derniers vers dans le "Journal" à la date de 1851, sous le titre "Stances, le silence". "La Bouteille à la mer" était datée par erreur de 1858 dans l'édition de 1863. Une esquisse en prose de "Wanda" porte la date du 22 juin 1845, tandis que le manuscrit a reçu celle du "5 novembre 1847, à 1 h. après minuit" et porte "bon à imprimer, Alfred de Vigny, 20 décembre 1861". Les manuscrits portent trace de versions plus anciennes des deux billets. Le manuscrit de "l'Esprit pur", Bibl. nat. n. a. fr. 25086, première rédaction des strophes, 1-2 et 9, portait comme titre "le Musée idéal", corrigé en l'"Epreuve du temps, note pour le poëme de Wanda". Le volume est la continuation des Oeuvres complètes, publiées à la même époque par la Librairie nouvelle, comme le prévoyait Vigny le 16 septembre 1861 : "au texte exact revu et corrigé en 1860 et 1861, de ma main, qui compose l'édition in octavo de la Librairie nouvelle... si je cessais de vivre avant que le volume nouveau de mes "Poèmes philosophiques" fût complet à mes yeux et digne d'être publié, on ajouterait seulement au volume de mes "Poèmes antiques et modernes" une troisième partie sous le titre de "Poèmes philosophiques" (voir également notre référence AT 11040, édition originale de l'étude de Pierre Moreau (1895-1972), spécialiste de Vigny)‎

Phone number : 01 43 26 03 88

EUR600.00 (€600.00 )

‎CÉSAIRE (Aimé)‎

Reference : 5873

(1947)

‎4 poèmes autographes (Cheval, ...mais il y a du mal, Viscères du poème, Et tâtant le sable du tambour de mes songes) et 6 LAS adressées à Maurice Nadeau‎

‎1947 à 1976 6 LAS, 4 au format in-4, 2 au format in-12, formant un ensemble de 6 pp., la plupart sur papier à en-tête de l'Assemblée Nationale accompagnés de 4 poèmes autographes (3 signés) Correspondance adressée à Maurice Nadeau, qui fut un ardent défenseur de l'oeuvre d'Aimé Césaire dès ses débuts. Il lui consacra deux chroniques suite à la publication de son deuxième recueil poétique Les Armes miraculeuses, paru chez Gallimard : "Un poète en éruption" dans Combat le 14 juin 1946, "Aimé Césaire surréaliste" dans la revue Internationale le 1er novembre 1946. Il publia ensuite quelques poèmes d'Aimé Césaire en revue. Aimé Césaire lui envoie des poèmes pour publication dans Combat et dans Les Lettres Nouvelles. LAS, enveloppe conservée : "12 avril 1947 / Mon cher Nadeau / Je m'excuse de vous avoir fait / faux bond l'autre jour. / Je suis terriblement pris et pas mal / fatigué. / Ci-joint 3 poèmes pour votre Revue. / Le quatrième que je vous destinais me / paraît trop long pour convenir. / J'espère avoir bientôt l'occasion / de vous voir plus longuement et mieux / qu'à notre dernière rencontre. / Croyez à mes sentiments les meilleurs / Aimé Césaire / 6, rue Vercingétorix Paris 14e". LAS, enveloppe conservée : "25 avril 1945/ Mon cher Nadeau, Je vous prie d'excuser ma très grande / étourderie. / En ouvrant l'hebdomadaire Action / de cette semaine, je constate avec confusion / que je vous ai envoyé pour votre revue deux / poèmes que j'avais déjà envoyés à Action. / J'avoue que j'en avais perdu tout / souvenir, cela remontant à des temps / pas mal anciens. / Voulez-vous m'excuser et accepter en / remplacement de "L'Ex-voto" et de "Depuis Elam" ces deux autres textes que / je joins à ma lettre ? / Cordialement vôtre / Césaire". On joint : Cheval, poème autographe rédigé à l'encre sur 2 ff. in-4. Le poème dédié à Pierre Loeb paraîtra dans Soleil cou coupé chez K éditeur en 1948. LAS : "1er mars 1955 / Mon cher Maurice Nadeau / Voilà deux ans vous me demandiez ma / collaboration pour les "Lettres Nouvelles". Je n'ai pu / alors rien vous donner, étant à ce moment-là / loin de tout activité littéraire. Si aujourd'hui / vous êtes dans les mêmes dispositions à mon égard, / faites-le-moi savoir : Je peux vous donner un / certain nombre de poèmes pour un de vos prochains / numéros. Croyez à mes sentiments amicaux / Aimé Césaire / Assemblée Nationale Paris VIIe". LAS : "8 mars 1955 / Mon cher Nadeau, Merci de votre mot amical. Ci-joint les / poèmes promis. Vous en disposerez pour le mieux. / A vous bien cordialement / Césaire / Villa Week-End Rond-Point / Petit Clamart (Seine)/ PS : Je vous envoie les textes dans l'ordre que j'aimerais voir suivre / lors de la publication : Vampire liminaire, Mais il y a du mal, Viscères du poème, Ferrements, Pour Ina, Et tâtant le sable du tambour de mes songes". On joint 3 poèmes autographes signés, rédigés à l'encre bleue sur 4 ff. in-4 : "...mais il y a du mal", "Viscères du poème", "Et tâtant le sable du tambour de mes songes" (2 pp.) qui seront recueillis dans Ferrements en 1960 (éditions du Seuil). LAS : "17 juin 1959 / Mon cher Maurice Nadeau, / je vous envoie ci-joint les poèmes (5) / que vous m'avez fait l'amitié de me / demander pour "Lettres Nouvelles" / À vous de tout cur / Aimé Césaire". LAS : "15 nov [1976] / Cher Maurice Nadeau, / Vous me demandez des renseignements / concernant les "uvres complètes". / Il s'agit d'une édition strictement / martiniquaise : les éditions Désormeaux / non représentées à Paris. / Mais je demande à la personne qui / est en contact avec mon fils de vous faire / tenir un exemplaire que je vous offre / en tout amitié. / Je vous prie de croire à mes sentiments / les meilleurs. / Aimé Césaire / 8, rue Albert Bayet / Paris (13e)".‎


‎. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 06 67 17 08 42

EUR7,500.00 (€7,500.00 )

‎DE CIRCOURT, Comte Adolphe ; VALAORITIS, Aristote ; [ VALAORITY, Aristote ]‎

Reference : 44697

(1836)

‎[ Recueil d'articles de Critique littéraires, tirés-à-part, et compte-rendus divers par le Comte Adolphe de Circourt, avec une L.A.S. d'Aristote Valaoritis ] Recension de : Noticia Intorno, etc. Notice sur les travaux historiques d'Ibnu-Khaldin, par le Chev. Graberg de Hemso, Florence, 1834 [ Suivi de : ] Recension de :Chronique d'Abou-Djafar-Mohammed Tabari par Louis Dubeur [ Suivi de : ] Recension de : Les PSaumes d'après l'Hébreu par F. de La Jugie [ Suivi de : ] Recension de : Island, Hvitramannaland, Groenland, und Vinland, von Karl Wilhelmi, Heidelberg, 1842. Chroniques Scandinaves, Episode de Björn et Thurid [ Suivi de : ] La Saga de Viga Glum, par Adolphe de Circourt [ Suivi de : ] Recension de : Poèmes Populaires des Persans, des Tourkmans, des Tatares d'Astrakhan et des Kalmouks par Alexandre Chodzko [ Suivi de : ] Recension de : Poésies populaires de l'Italie. Agrumi. Egeria. Saggio di Canti Populari [ Suivi de : ] Chronique : Littérature Populaire de l'Espagne. [ Suivi de : ] Recension de : Le Comte Lucanor. Apologues et fabliaux du Quatorzième siècle, traduits pour la première fois de l'Espagnol par M. Adolphe de Puibusque [ Suivi de : ] Chronique : Le Brésil Littéraire. Recension de Histoire de la Littérature brésilienne par Ferdinand Wolf [ Suivi de : ] De Braziliaansche letterkunde door A. de Circourt [ Suivi de : ] Appréciations des Poëmes d'Aristote Valaoritis par M. le Comte A. de Circourt [ Avec une L.A.S. d'Aristote Valaoritis ] [ Suivi de : ] Recension : Literarische Bilder aus Russland. Tableaux de la Littérature Russe, par M. Koenig [ Suivi de : ] Compte-Rendu de : Boris Godounoff, Drame historique par Alexandre Pouchkine [ Suivi de : ] Recension : Rimes inédites ou dispersés de Torquato Tasso, par le Professeur Rosini [ Suivi de : ] Recension : Torquato Tasso, par le Professeur Rosini [ Suivi de : ] Recension : Luisa Strozzi, histoire du seizième siècle, par Giovanni Rosini [ Suivi de : ] Recension : Poètes allemands contemporains. Poésies par Ernest baron de Feuchtersleben [ Suivi de : ] Recension : Poésies de Ferdinand Freiligrath [ Suivi de : ] Recension : Poésies Allemanniques de Hebel [ Suivi de : ] Recension de : Poèmes Populaires des Persans, des Tourkmans, des Tatares d'Astrakhan et des Kalmouks par Alexandre Chodzko [ Suivi de : ] Recension de : Poésies lyrique d'Auguste, Comte de Platen [ Suivi de : ] Recension de : Yarrow revisited and other poems, by William Wordsworth. Nouveaux Poëmes de Wordworth [ Suivi de : ] Recension de : Athéanis ou la Première Croisade par William Stigand [ Suivi de : ] Recension de : Poems etc. Poésies de William Cullen Bryant, Philadelphie 1847 [ Suivi de : ] Recension de : La Littérature Française à l'Etranger pendant le dix-huitième siècle [ Suivi de : ] Recension de : Histoire de la Littérature française sous la Restauration et Histoire de la Littérature française sous le Gouvernement de Juillet [ Suivi de : ] Recension de : Historic Devices, Badges and War Cries by Mrs Bury Palliser [ Suivi de : ] Recension de : Origine et Histoire de la Langue Anglaise. The origin and history of the English language and of the early literature it embodies‎

‎1 vol. in-8 reliure de l'époque demi-basane verte, tomaison marquée : "7 - Critique, Littérature" : Recension de : Noticia Intorno, etc. Notice sur les travaux historiques d'Ibnu-Khaldin, par le Chev. Graberg de Hemso, Florence, Tiré de la Bibliothèque Universelle, 1834, 6 pp. et 1 f. [ Suivi de : ] Recension de :Chronique d'Abou-Djafar-Mohammed Tabari par Louis Dubeur, Tiré de la Bibliothèque Universelle, Novembre 1836, 12 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Les Psaumes d'après l'Hébreu par F. de La Jugie, Revue Critique, pp . 242-426 [ Suivi de : ] Recension de : Island, Hvitramannaland, Groenland, und Vinland, von Karl Wilhelmi, Heidelberg, 1842. Chroniques Scandinaves, Episode de Björn et Thurid, s.n., pp. 469-479 [ Suivi de : ] La Saga de Viga Glum, par Adolphe de Circourt, Aux Bureaux de la Revue Britannique, 1867, 15 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Poèmes Populaires des Persans, des Tourkmans, des Tatares d'Astrakhan et des Kalmouks par Alexandre Chodzko, Tiré de la Bibliothèque de Genève, Juin 1844, 18 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Poésies populaires de l'Italie. Agrumi. Egeria. Saggio di Canti Populari, Etudes Provinciales, pp. 57-75 [ Suivi de : ] Chronique : Littérature Populaire de l'Espagne, Novembre 1860, pp. 534-554 [ Suivi de : ] Recension de : Le Comte Lucanor. Apologues et fabliaux du Quatorzième siècle, traduits pour la première fois de l'Espagnol par M. Adolphe de Puibusque, Tiré de la Bibliothèque de Genève, Juin 1854, 12 pp. [ Suivi de : ] Chronique : Le Brésil Littéraire. Recension de Histoire de la Littérature brésilienne par Ferdinand Wolf, pp.91-115 [ Suivi de : ] De Braziliaansche letterkunde door A. de Circourt, De Globe, 1866, pp. 40-61 [ Suivi de : ] Appréciations des Poëmes d'Aristote Valaoritis par M. le Comte A. de Circourt, Imprimerie Wiesener, Lutier et Compagnie, Paris, 1869, Extrait de ka Revue Moderne, Livraison du 25 Septembre 1869, 15 pp. [ Avec une L.A.S. d'Aristote Valaoritis ] [ Suivi de : ] Recension : Literarische Bilder aus Russland. Tableaux de la Littérature Russe, par M. Koenig, Extrait de la Revue Française et Etrangère, 36 pp. [ Suivi de : ] Compte-Rendu de : Boris Godounoff, Drame historique par Alexandre Pouchkine, pp. 352-393 [ Suivi de : ] Recension : Rimes inédites ou dispersés de Torquato Tasso, par le Professeur Rosini, Tiré de la Bibliothèque, Août 1832, 39 pp. [ Suivi de : ] Recension : Torquato Tasso, par le Professeur Rosini, Tiré de la Bibliothèque Universelle, Octobre 1832, 27 pp. [ Suivi de : ] Recension : Luisa Strozzi, histoire du seizième siècle, par Giovanni Rosini, Tiré de la Bibliothèque Universelle, Avril 1834, 25 pp. [ Suivi de : ] Recension : Poètes allemands contemporains. Poésies par Ernest baron de Feuchtersleben, Tiré de la Bibliothèque Universelle, Janvier 1841, 20 pp. [ Suivi de : ] Recension : Poésies de Ferdinand Freiligrath, Tiré de la Bibliothèque Universelle, Août 1842, 27 pp. [ Suivi de : ] Recension : Poésies Allemanniques de Hebel, Tiré de la Bibliothèque Universelle, Juin 1844, 21 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Poèmes Populaires des Persans, des Tourkmans, des Tatares d'Astrakhan et des Kalmouks par Alexandre Chodzko, Tiré de la Bibliothèque Universelle de Genève, Juin 1844, 17 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Poésies lyrique d'Auguste, Comte de Platen, Tiré de la Bibliothèque Universelle de Genève, Mars et Avril 1843, 52 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Yarrow revisited and other poems, by William Wordsworth. Nouveaux Poëmes de Wordworth, pp. 427-443 [ Suivi de : ] Recension de : Athéanis ou la Première Croisade par William Stigand, pp. 259-312 [ Suivi de : ] Recension de : Poems etc. Poésies de William Cullen Bryant, Philadelphie 1847, Tiré de la Bibliothèque Universelle de Genève, 12 pp. [ Suivi de : ] Recension de : La Littérature Française à l'Etranger pendant le dix-huitième siècle, 32 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Histoire de la Littérature française sous la Restauration et Histoire de la Littérature française sous le Gouvernement de Juillet, Tiré de la Bibliothèque Universelle de Genève, 1856, 38 et 35 pp. [ Suivi de : ] Recension de : Historic Devices, Badges and War Cries by Mrs Bury Palliser, pp. 373-378 [ Suivi de : ] Recension de : Origine et Histoire de la Langue Anglaise. The origin and history of the English language and of the early literature it embodies, pp. 461-483‎


‎Recueil original d'articles (le plus souvent en tirés-à-part originaux) du Comte Adolphe de Circourt, dont plusieurs avec sa signature autographe et ses annotations. Une lettre autographe signée du poète grecque Aristote Valaoritis a été insérée en tête de l'article qui lui a été consacré par le Comte de Circourt : "Sainte Maure, 25 Juin 1870. Monsieur le Comte. J'ai lu dans l'Annuaire de l'Association pour l'Enseignement des Etudes Grecques le charmant article sur mes deux derniers poèmes Athanase Diakos et Astropagiannos. Ce n'est pas la première fois, Monsieur le Comte, que vous m'honorez de votre précieuse sympathie. Mais dans un temps où la pauvre Grèce est devenu le but de tant d'injures et de calomnies, permettez-moi de vous dire que votre bonté pour moi a été ma seule consolationet que c'est à elle que je dois l'adoucissement de toutes les douleurs morales que nous avons endurées après le massacre d'Oropès". Le salon d'Anastasie de Circourt et de son mari le Comte Adolphe de Circourt fut l'un des plus célèbres du XIXe siècle. Comme l'écrit Sainte-Beuve, "aucune prévention, aucun préjugé n’arrêtait cette personne, si pieuse d’ailleurs et si ferme dans ses croyances, dès qu’elle sentait qu’elle avait affaire à un esprit de valeur et à un homme de talent". Correspondant de Tocqueville, le Comte collabora à de nombreuses revues (Revue Britannique, Revue Contemporaine, Revue Britannique, etc...). . Etat très satisfaisant (mq. de papier au second plat, ex-libris Bibliothèque des Bruyères, très bon état par ailleurs) pour cet recueil établi par l'auteur, le Comte de Circourt et provenant de sa bibliothèque des Bruyères, à La Celle-Saint-Cloud.‎

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR450.00 (€450.00 )
Get it on Google Play Get it on AppStore
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !