‎[Revue : Le Crapouillot], Galtier-Boissière Jean ‎
‎Les Jésuites‎

‎Le Crapouillot, n° 24 1954 In-4 agrafé 31,5 cm sur 25. État correct d’occasion.‎

Reference : 98971


‎ Etat correct d’occasion ‎

€16.00
Librairie de l'Avenue
Bookseller's contact details

Librairie de l'Avenue
M. Henri Veyrier
Marché aux Puces. 31, rue Lecuyer
93400 Saint-Ouen
France

contact@librairie-avenue.fr

01 40 11 95 85

Contact bookseller

Payment mode
Cheque
Others
Sale conditions

Conforme aux usages de la profession

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

Reference : 10626

(1761)

‎[Jésuites]. Collection de 37 pièces réunis au XVIIIe siècle sur la question des Jésuites.‎

‎ 1761-1764 5 1761-1764. 37 pièces reliées en 5 vol. in-12, basane havane marbrée, dos orné à nerfs, pièces de titre et de tomaison en maroquin rouge, tranches marbrées (reliure de l'époque). ‎


‎Remarquable et importante collection sur le processus d'anéantissement de la puissante et redouté Société de Jésus, qui débuta par une banale affaire de droit commercial, le scandale financier du RP. Lavalette (1761). Le parlement de Paris se chargea rapidement d'en faire une immense affaire politico-religieuse et en fit le procès global de la Compagnie de Jésus de sa présence et de ses activités en France. On y trouve entre autre les écrits en 1761 des deux opposants les plus acharnés des jésuites qui mirent le feu aux poudres : l'abbé Chauvelin et l'avocat général Omer Joly de Fleury. Cet ensemble à été rassemblé à l'époque par un farouche opposant aux Jésuites qui à placé en tête des volumes une table avec une pagination manuscrite très détaillée, et des notes personnelles en marge et en bas de page. Tome I. Paris. 1761. Affaires des Jésuites avec les Lioncy, frères & Gouffre ; 5 pièce reliées en 1 vol. [LALOURCÉ (Jean Charlemagne)]. Mémoire a consulter, et consultation pour Jean Lioncy, créancier & syndic de la masse de la raison de commerce, établie à Marseille, sous le nom de Lioncy frères & Gouffre, contre le corps & Société des PP. Jésuites. Paris, De l'imprimerie de P. Alex. Le Prieur, 1761. In-12 de (4)-531-(1) pp. Signé, Me Laourcé, Avocat. Lambert, Proc. Barbier III, 123 ; Sommervogel XI-1775 (12). Mémoire à consulter et consultation pour les Jésuites de France. A Paris, De l'Imprimerie de L. Cellot,1761. In-12 de (2)-60 pp. Délibéré à Paris le dix Mars mil sept cens soixante -un. Signé, Lherminier , Gillet, Mallard, Taboué, De La Monnoie, Babille, Thevenot, D'essaule. Au sujet d'une sentence, du 30 janvier 1760, qui les condamne solidairement au paiement des lettres de change tirées sur les sieurs Lioncy et Gouffre par le P. La Valette (10 mars 1761). [LE PELLETIER DE SAINT FARGEAU (Etienne-Marcel) & LAGET BARDELIN (Marc-Antoine)]. Mémoire pour les Jésuites des provinces de Champagne, Guyenne, Toulouse et Lyon, opposans et défendeurs, contre le syndic des créanciers Lioncy et Gouffre défenseur à l'opposition & demandeur. Et encore contre les sieurs Lioncy et Gouffre, intervenans et demandeurs, en présence des Jésuites de la province de France. A Paris, chez J. Chardon, 1761. In-12 de 50 pp. Signé : Monsieur De Saint-Fargeau, Avocat Général. Me Laget-Bardelin, Avocat. Chalumeau, Proc. Mémoire sur les demandes formées contre le général de la société des Jésuites, au sujet des engagemens qu'elle a contractés par le Ministère du Père de La Valette. Paris, 1761. In-12 de 96 pp. Le titre de départ, p. 3. porte : Mémoire pour le sieur Cazotte, Commissaire Général de la Marine, et pour la Demoiselle Fouque, contre le Général de la société des Jésuites et in-fine Cette éditionest faite sur l édition in-4°, signée de MM. Rouhette & Target fils, avocat au parlement. Arret de la cour du parlement. Sans lieu, (1761). In-12 de 8 pp. Le titre de départ p. 3. porte : Arrêt de la cour du parlement, qui condamne le Supérieur Général, &, en sa personne, le Corps et Société des Jésuites, à acquitter la somme de 1 502266 l. 2 sols 2 den., de Lettres de change tirées par le Frere de La Valette, sur les Lioncy freres, & Gouffre, Négociants à Marseille, en 50 000 liv. de dommages & intérêts, & à tous les frais dépens : Fait dépenses au Freres de la Valette Jésuites, & à tous autres, sous telles peines qu'il appartiendra, de s'immiscer directement ni indirectement dans aucun genre de trafic, &c. Du 8 mai 1761. Signé : Dufranc. Tome II. Paris. 1761. COUDRETTE (Abbé Christophe). Idée générale des vices principaux de l'institut des Jésuites, tirée de leurs constitutions & des autres titres de leur Societe. Et leur état en France. Sans lieu ni date (1761). In-12 de (2)-68 pp. Détaille point par point les griefs qui pèsent sur la Société. Virulent pamphlet de L'abbé Christophe Coudrette (1701-1774) l'un des meneurs du parti janséniste et des plus farouches opposants aux jésuites est l'auteur de plusieurs pamphlets contre la Compagnie de Jésus. Ce brûlot anti-jésuite fut aussitôt l'objet d'une riposte écrite restée anonyme. Sommervogel, XI, 1272. [CHAUVELIN (Henri-Philippe de)]. Discours d'un des Messieurs des Enquêtes au Parlement, toutes les chambres assemblées, sur les Constitutions des Jésuites. Du dix-sept avril mil sept cents soixante-un. Sans lieu ni date (1761). In-12 de 46 pp. Henri Philippe de Chauvelin (1714-1770) chanoine de Notre-Dame de Paris et conseiller au Parlement de Paris, proche des jansénistes, fut l'un de ceux qui osa s'attaquer aux Jésuites, et fut enfermé par lettre de cachet au Mont Saint-Michel. Dès qu'il fut libéré il reprit son combat jusqu'au banissement de la Compagnie. Ce libelle fut sa première attaque. Le compte rendu du procureur général Omer Joly de Fleury ne vint qu'après et Chauvelin eut l'honneur de cette initiative dans cette terrible affaire. JOLY DE FLEURY (Omer). Compte rendu des Constitutions des Jésuites par MM. les Gens du Roi, M. Omer Joly de Fleury, Avocat dudit Seigneur Roi, portant la parole, les 3, 4, 6 & 7 juillet 1761, en exécution de l'Arrêt de la Cour du dix-sept avril précédent, & de son Arrêté du deux juin audit an. Sans lieu, (1761). In-12 de 310 pp. Omer Joly de Fleury présenta et commenta en plusieurs séances les Constitutions, et démontra que, d'après ces textes, le Général de l'Ordre était au-dessus des conciles, des papes, des évêques, des rois et de la justice ; nul Jésuite ne pouvait, en matière civile ou criminelle, répondre aux magistrats sans l'autorisation de ce chef ; et la puissance du personnage était d'autant plus redoutable que des hommes de toutes conditions, ecclésiastiques ou laïques, célibataires ou gens mariés, pouvaient s'affilier à l'Ordre et lui apporter le secours de leurs relations dans le monde. Omer Joly de Fleury insista sur le vœu d'obéissance des Jésuites. Sur les conclusions de l'Avocat général, il fut ordonné qu'une commission examinerait les Constitutions. [CHAUVELIN (Henri-Philippe de)]. Discours d'un des Messieurs des Enquêtes au Parlement, toutes les chambres assemblées, sur la doctrine des Jésuites. Du 8 juillet mil sept cents soixante-un. Sans lieu ni date (1761). In-12 de 108 pp. Second discours de Chauvelin après celui sur les Constitutions des Jésuites ; il eu pour collaborateurs l'abbé Terray, conseiller à la Grand'Chambre comme lui, et L'Averdy, homme intègre et grand travailleur, très influent aux Enquêtes, Janséniste passionné, dont la vie se passait à rédiger des mémoires contre les Jésuites. Déclaration du roi qui ordonne que, dans six mois pour tout délai les Supérieurs de chacune des Maisons de la Société des Jésuites seront tenus de remettre au Greffe du Conseil les Titres de leurs établissemens en France. Donné à Versailles le 2 Août 1761, imprimé à la suite les Arrest de la cour de Parlement, extrait des registres du Parlement. Du 6 Août 1761. Sans lieu ni date (1761). In-12 de 55 pp. Tome III. Paris. 1761. Assertions soutenues, enseignées & publiées perséveramment & dans tous les temps par les soi-disans Jésuites, extraites des auteurs de la Société mentionnés en l'Arrêt du six août dernier et autres, & présentées au Roi le quatre septembre suivant par M. le Premier Président, en exécution de l'Arrêté de la Cour. Arrêté du 31 août 1761. Premières assertions présenté au roi puis envoyé à tous les archevêques et évêques du ressort de la cour et à tous les autres parlements. Sans lieu, (1761). In-12 de 155 pp. Cette compilation présenté par le président Rolland d'Erceville fut composée par les jansénistes Goujet, Minard, Roussel de La Tour ; on y trouve rassemblé, en mettant en regard des textes latins une traduction française, tout ce que des Pères avaient écrit de contraire à l'autorité des rois, tout ce qu'il y avait d'immoral, toutes les erreurs dont on les accusait : simonie, blasphème, sacrilège, magie et maléfice, astrologie, idôlatrie, impudicité, suicide, régicide. Ce document fut une pièce majeure dans la cabale montée par les ennemis de la Compagnie de Jésus, pour sa suppression définitive. Arrest de la cour de parlement du 3 septembre 1761 avec la traduction françoise du décret de l'université du 24 mars 1733. Sans lieu, 1761. In-12 de 16 pp. Le 6 août 1761, le parlement de Paris ordonne que les écrits de 23 jésuites dont Bellarmin, Toledo et Lessius soient bannis comme « contraires à la morale et nuisibles à la jeunesse »Arrêt du parlement contre le livre du JésuiteTorsellini, Orazio Historiae sacrae et prophanœ epitome, bannis comme « contraires à la morale et nuisibles à la jeunesse ». Mémoire sur un projet au sujet des Jésuites. Sans lieu, (1761). In-12 de 120 pp. Violent réquisitoire contre une éventuelle réorganisation de l'institut des jésuite de France. Louis XV, favorable aux jésuites, défendit par une déclaration du 2 août 1761, que pendant un an il ne fût rien statué, définitivement ni provisoirement, sur tout ce qui pouvait concerner l'institut, les constitutions et les établissements de la société ; des compromis successifs sont proposés aux jésuites, entre autre la nomination d'un vicaire qui résidât en France. Principes sur la validité des voeux solennels. Sans lieu, ni date (1761). In-12 de (2)-13 pp. Afin d'établir son incompatibilité non seulement avec l'Eglise gallicane mais également avec la monarchie française de droit divin. Observations sur les moyens d'abus proposés au Parlement de Paris, contre l'institut des Jésuites, et sur lesquels est intervenu l'Arrêt de cette Cour du 6 août 1761. Sans lieu ni date (1761). In-12 de (2)-68 pp. Ecrit anonyme en faveur de la Compagnie. [CHAUVELIN (Henri-Philippe)]. Réplique aux Apologies des Jésuites. S. l.,1762. [Première et deuxième partie]. In-12 de 56 pp. et de 55 pp. VOLTAIRE (François-Marie Arouet de). Petit avis à un jésuite. Sans lieu ni date (Genève, Cramer, 1762). In-12 de 4 p. Edition originale. Une note manuscrite à l'encre du temps en bas de la dernière page porte : de la part de M. de la Chalotais. Louis-René de Caradeuc de La Chalotais (1701-785), magistrat breton. Janséniste, et farouche opposant au Jésuites. Ecrit en réponse à l''Acceptation du défi hazardé par l'auteur des Répliques aux Apologies des jésuites, publiée à Avignon en 1762, dont l'auteur était le P. A.-C. Balbany d'après Sommervogel. Quant à l'auteur des Répliques aux Apologies des jésuites, publiées en 1761 et 1762, c'était l'abbé Henri-Philippe Chauvelin d'après Voltaire (La lettre au Cardinal de Bernis du 26 mai 1762, Besterman, n 9668), attribution adoptée par Barbier, tandis que Sommervogel affirme qu'elles sont de Ripert de Monclar. C'est sans doute de « cette plaisanterie légère » qu'il est question dans les Mémoires secrets du 16 juin 1762. Bengesco, II, 1673 ; L'Oeuvres imprimé de Voltaire à la BN, 3940. Avis des évêques de France sur l'utilité, la doctrine, la conduite et le régime des Jésuites de France. Sans lieu ni date (1761). In-12 de 39 feuillets paginés de 45 à 82. Longue note manuscrite d'une écriture du temps, au bas de la dernière page. FITZ-JAMES (François, duc de). Avis de Monseigneur l'Evêque de Soissons, Duc de Fitz-James, Pair de France, donné dans l'Assemblée des évêques du mois de Décembre 1761, & envoyé par ce Prélat au Roi. Au sujet des Jésuites, & pour répondre aux quatre questions sur lesquelles S. M. demandait l'avis de ces Prélats. A Paris, 1763. In-12 de 46 pp. Jugement de la Sénéchaussée de Lyon qui supprime une brochure ayant pour titre : Réponse aux objections publiées contre l'institut des Jésuites, &c. MDCCLXI, comme séditieuse & attentatoire à l'honneur & à l'autorité de la magistrature. Du 17 décembre 1761. Extrait des registre de la sénéchaussée de Lyon. Sans lieu ni date (1761). In-12 de 48 p. Tome IV. Paris 1762-1763. Arrestés de la Cour de parlement. Du vendredi 5 mars 1762. A Paris, De l'Imprimerie de Simon, 1762. In-12 de 7 pp. Sur les extraits des livres collationnés par les Commissaires de la cour qui devront être présentés au roi et envoyés aux évêques. [ROUSSEL DE LA TOUR ]. Maximes de la morale des jésuites, prouvées par les extraits de leurs livres déposés au Greffe du Parlement : ou Table analytique des assertions dangereuses & pernicieuses en tout genre des soi-disans jésuites, présentées au roi, & envoyées aux archevêques & évêques du Ressort du Parlement de Paris, en exécution de l'Arrêt du 5 mars 1762. Sans lieu ni date (1762). In-12 de 111 pp. « Ce qu'on donne ici n' est qu'un relevé des Extrait remis au roi par M. le Premier Président, & déposé au Greffe du Parlement » (Avis). Compilation composée avec l'aide des jansénistes Goujet, Minard. On y trouve rassemblé, tout ce qu'il y avait d'immoral, toutes les erreurs dont on les accusait : Probabilisme ; Péché philosophique ; Simonie et confidence ; Blasphème ; Sacrilège ; Magie ; Astrologie ; Irréligion ; idolâtrie chinoise ; Idolâtrie Malabare ; Impudicité ; Parjure, fausseté ; Prévarication des juges ; Vol, compensation occulte ; Homicide et Parricide ; Suicide ; Lese-Majesté et régicide. Extrait des registres du parlement du 23 avril 1762. Paris, chez P. G. Simon, 1762. In-12 de 33 p. concernant les créanciers, les biens, les écoles, etc…e la Compagnie de Jésus. In fine : Extrait des registres du Parlement qui condamne un imprimé qui à pour titre: Remarques sur un écrit intitulé Compte rendu des constitutions des Jésuites. Extrait des registres du parlement du 30 avril 1762. Paris, chez P. G. Simon, 1762. In-12 de 24 p. Administration des biens des collèges des Jésuites par un économe-séquestre, nomination du sieur Bronod le jeune aux fonctions d'économe séquestre des biens des Jésuites situés dans la vicomté de Paris. Arrest du conseil provincial et supérieur d'Artois. Du 20 mai 1762. A Arras, de l'Imprimerie de Michel Nicolas, 1962. In-12 de 83 pp. Le Conseil d’Artois s'opposa un certain temps aux différent arrêt du Parlement de Paris, prise sans consultation, certes pour affirmer ses privilèges institutionnels, mais aussi par attachement. Certains parmi ses membres étaient d’anciens élèves des collèges de jésuite. Arrest de la Cour de Parlement, du 6 août 1762, qui juge l'appel comme d'abus interjeté par M. le procureur général, des Bulles, Brefs, Constitutions & autres règlemens de la Société se disant de Jésus ; fait défenses aux soi-disants jésuites & à tous autres, de porter l'habit de la Société, de vivre sous l'obéissance au Général & aux Constitutions de ladite Société, & d'entretenir aucune correspondance directe ou indirecte avec le Général & les supérieurs de cette Société, ou autres par eux préposés ; enjoint aux soi-disans Jésuites de vuider les maisons de ladite société ; leur fait défenses de vivre en commun, réservant d'accorder à chacun d'eux, sur leur requête, les pensions alimentaires nécessaires, &c. Du six août 1762 à la suite : Extrait des registres du Parlement du 6 août 1762, du 11 août 1762, du 13 août 1762, 18 août 1762. Sans lieu ni date (1762). In-12 de 168 pp. Arrêt de la condamnation des Jésuites. FITZ-JAMES (François, duc de). Ordonnance et Instruction pastorale de Monseigneur l'évêque de Soissons, au sujet des Assertions extraites par le Parlement, des livres, thèses, cahiers composés, publiés et dictés par les Jésuites. A Soissons, Chez Pierre Courtois, 1762. In-12 de 42-(2) pp. Quarante-cinq évêques déclaraient qu'on ne pouvait rien reprocher aux pères jésuites, ni sur la conduite, ni sur les doctrines. Le seul évêque de Soissons, Fitz-James (1709-1764) protecteur de la Congrégation de l'Oratoire, ordre rival des jésuites., déclara la Société inutile et dangereuse. Longue note manuscrite du temps en bas de la dernière page et sur sur le dernier feuillet blanc. Arrest de la Cour du parlement séant à Rouen, qui ordonne la suppression d'un Decret de l'Inquisition de Rome du 13 Avril 1763, portant condamnation d'une Ordonnance & Instruction Pastorale de M. l' Evêque de Soissons. Extrait Des Registres Du Parlement. Du Lundi 18 Juillet 1763. Sans lieu ni date (1763). In-12 de 11 pp. GRASSE (Jacques de). Ordonnance et instruction pastorale de Monseigneur l'évêque d'Angers portant condamnation de la doctrine contenue dans les Extraits des Assertions. A Angers, De l'imprimerie de Pierre-Louis Dubé, 1763. In-12 de (2)-19 pp. Observations sur un ouvrage intitulé : Lettre pastorale de M. l'évêque de Lavaur au sujet de l'envoi qui lui a été fait par M. le procureur Général de la part du Parlement de Toulouse, en vertu de son arrêt du 19 Juin 1762, d'un Volume in-4° contenant 542 pages, ayant pour titre: Extrait des Assertions pernicieuses & dangereuses en tout genre, &c. &c. Sans lieu, 1763. In-12 de 34 pp. Question adressée aux théologiens & aux jurisconsultes de France & des pays voisins. Si les Jésuites sont, ou non, ceux dont parle le premier chapitre de l'Epître de S. Paul à Timothée. Sans lieu ni date (1763). In-12 de 11 pp. Or sachez que dans les derniers jours, il viendra des tems fâcheux : car il y aura des hommes amoureux d'eux-mêmes, avares, glorieux, superbes, médisants, désobéissants à leurs pères & à leurs parens, ingrats, impies, dénaturés, ennemi de la paix, calomniateurs , intempérans, inhumains, sans douceur, traîtres, insolens, enflés d'orgueil, & plus amateurs de la volupté que de Dieu. Remerciement de la France au Parlement. Sans lieu ni date (1763). In-12 de 12 pp. Dois je en croire mes yeux est ce un songe (…) … jésuites proscrits ! quel bonheur pour la France ! Juge, par les bienfait, de la reconnaissance Permet pour le payer que je t'offre en ce jour Un gage solennel du plus parfait amour… To…V. 1763-1764 BEAUMONT (Christophe de) (1703-1781). Instruction pastorale de Monseigneur l'Archevêque de Paris, sur les atteintes données à l'autorité de l'église par les jugemens des tribunaux séculiers, dans l'affaire des jésuites. A Paris, 1763. In-12 de Christophe de Beaumont (1703-1781), archevêque de Paris (25 août 1746) souvent en conflit avec le Parlement de Paris, fut exilé hors de Paris en 1763. [LAMBERT DE SAINT OMER (Jean-René)]. Discours d'un de Messieurs des Enquêtes, au Parlement, toutes les chambres assemblées, les princes du sang et pairs de France y séans, sur l'Instruction pastorale de M. l'archevêque de Paris, et sur l'imprimé intitulé : Nouvelles observations &c. Du lundi 16 janvier 1764.Sans lieu ni date (1764). In-12 de 82 pp. Arrest de la Cour de Parlement, qui condamne deux imprimés ayans pour titres : le premier, Nouvelles Observations &c., le second, Instruction Pastorale de M. l'Archevêque des Paris, sur les atteintes données à l'autorité de l'église par les jugemens des Tribunaux Séculiers dans l'affaire des Jésuites, à Paris 1763, contenant trois cent vingt pages, à être lacérés & brûlés par l'exécuteur de la Haute-Justice. Extrait des registres du Parlement. Du vingt Janvier 1764. A Paris, chez Pierre P. G. Simon, 1764. In-12 de 39 pp. Arrest de la Cour de Parlement, qui condamne quatre Imprimés, intitulés, Le premier : Lettre d'un Docteur de Sorbonne, &c. Le second : Il est tems de parler, &c. Le troisieme : Tout se dira, &c. Le quatrieme & dernier : Examen du Mandement portant condamnation de trois Parties de l'Histoire du Peuple de Dieu, &c. à être lacérés & brulés par l'Exécuteur de la Haute-Justice ; Ordonne une information sur la distribution de l'Ecrit intitulé : Instruction Pastorale, &c. faite depuis l'Arrêt du 21 Janvier 1764 ; & ordonne, dans huitaine, la prestation d'un serment à tous les Membres de la ci-devant Société se disant de Jesus, étant actuellement dans le Ressort de la Cour. Du 22 Février 1764. A Paris, chez P. G. Simon, 1764. In-12 de 34-(1) pp. Signé : Dufranc et Ysabeau. Arrest de la Cour de Parlement, extrait des registres du Parlement. Du 9 Mars 1764. A Paris, chez P. G. Simon, 1764. In-12 de 10 pp. Signé : Dufranc. Arrêt qui signifia définitivement l'expulsion des jésuites de France. « que ceux des Prêtres, Ecolier, & autres de la dite ci-devant Société, qui se trouvoient dans les Maisons & Etablissemens d'icelle Société au 6 Août 1761, ne pourroient remplir des Grades dans aucunes des Univerités de son Ressort, posséder des Canonicats ni des Bénéfices à charges d'ame, Vicariats, Emplois, ou fonctions ayant même Charges, Chaires ou Enseignemens publics, Offices de Judicatures ou Municipaux, ni généralement remplir aucunes Fonctions publiques, qu'ils n'ayent préalablement prêté le Serment porté par ledit Arrêt ». Brefs de notre S. Père le Pape Clément XIII, au Roi de Pologne, et à Mr. l'Archevêque de Paris. Donné à Rome, à Sainte Marie-Majeure, sous l'anneau du Pêcheur, le 24 Août 1763 la sixième année de notre Pontificat et donné à Rome, le 15 février 1764 & la sixième année de notre Pontificat. Rome, 1764. Le texte latin ce trouve en regard du texte français. Suivi de : Reflexions sur les deux nouveaux Bref donnés par la cour de Rome, sous le nom de Notre Très-Saint Père le Pape Clément XIII. Sans lieu ni date. In-12 de 64 pp. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR2,000.00

Reference : 165130

‎"Extinction des Jésuites par le Parlement de Paris [par le Parlement de Rouen ; par plusieurs Parlements et Conseils souverains]."‎

‎À Paris, relié au mois d'octobre-novembre 1763, 42 pièces en 5 vol. in-12. veau marbré, dos lisse orné de caissons fleuronnés dorés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, roulette dorée int. et sur les coupes, tranches rouges (rel. de l'époque). Menus défauts (plats et coupes légt frottés, petit manque de cuir sur le plat des tomes 1er et 4, et au coiffe des tomes 3 et derniers, les coins usés), mais cependant, reste un bon exemplaire. Pages de titres manuscrites.‎


‎"Intéressant recueil regroupant les textes majeurs touchant la condamnation des Jésuites en France sous Louis XV. Détail sur demande. - Tome 1. Discours d'un de messieurs des enquestes au Parlement, toutes les chambres assemblées, sur les Constitutions des Jésuites, du 17 avril 1761. 46 pp. - Compte-rendu des constitutions des Jésuites, par MM. les Gens du Roi, M. Omer Joly de Fleury, avocat (…) portant la parole, les 3, 4, 6 & 7 juillet 1761, en exécution de l'Arrêt de la Cour du 17 avril précédent, & de son arrêté du 2 juin (…). 310 pp. - Discours d'un de messieurs des enquestes au Parlement, (…) sur la Doctrine des Jésuites, du 8 juillet 1761. 108 pp. - Tome 2. Déclaration du Roi, qui ordonne que, dans six mois pour tout délai, les Supérieurs de chacune des Maisons de la Société des Jésuites seront tenus de remettre au Greffe du Conseil les Titres de leurs établissemens en France. Donné à Versailles, le 2 août 1761. [Contenant :] Arrest de la Cour de Parlement (…) du 6 août 1761 ; (…) du 7 août 1761. 55 pp. et 1 planche gravée dépl. - Coup d'œil sur l'arrest du Parlement de Paris du six aoust 1761, concernant l'Institut des Jésuites, imprimé à Pragues en 1757. A Avignon, chez J. Chambeau, s.d. En 2 parties, pagination continue 1-149 et 1-151-243 pp. - Lettres patentes du Roi, pour suspendre l'exécution des Arrêts du Parlement du six de ce mois. Données à Versailles, le 29 du mois d'août 1761. [Suivi de :] Arrest de la Cour de Parlement, du 3 septembre 1761. 16 pp. - Tome 3. Dénonciation faite à nos seigneurs du Parlement de Normandie, de la conduite que les Jésuites ont tenue depuis leur entrée dans cette Province jusqu'à présent, où ils sont convaincus d'excès en tous genres, d'usurpation, calomnies, persécutions envers leurs Bienfaiteurs ; de blasphèmes ; d'outrages envers les Evêques ; d'être corrupteurs de la Jeunesse ; criminels de lèze-Majesté divine & humaine, &c. avec les pièces justificatives. En France, 1762. VIII-CCXXXIX pp., planche gravée dépl. en frontispice, table in fine. - Recueil de pièces non imprimées, extraites des Registres du Parlement de Rouen et de l'Hôtel-de-ville de Caen, pour prouver que les Jésuites sont coupables de toutes sortes d'excès, notamment du crime de lèze-Majesté, dont ils sont accusés dans la dénonciation faite au Parlement de Normandie. En France, 1762. [2] pp. de table et 131 pp. - Dénonciation à la très-célèbre Université de Caën, de plusieurs propositions extraites des Thèses & Cahiers des Jésuites du Collège de Mont, renouvellant la Doctrine déjà condamnée par cette Université (du 10 mars) 1762. 21 pp. - Tome 4. Dénonciation à Monseigneur Pierre-Jules-César de Rochechouart, évêque de Bayeux, de la Doctrine enseignée par les Jésuites de Caen dans leurs Thèses, Cahiers, Prédications, &c. (en janvier et rendüe publique le 10 mars) 1762. 136 pp. [En 4 parties contenant :] Métaphysique des Jésuites de Caen, fausse et dangereuse ; Erreurs des Jésuites de Caen sur la Religion Chrétienne (…) ; Morale des Jésuites de Caen, corrompue & détestable ; Les Jésuites de Caen attaquent lse droits du Souverain & les libertés de l'Eglise Gallicane. - Apologie des anecdotes ecclésiastiques, jésuitiques du diocèse de Rouen. Avec l'histoire des cruelles persécutions suscitées à deux bons & sçavans pasteurs (…). Aux dépens de la Compagnie (du 10 décembre) 1761. XII et paginé à la suite 145-417 pp. - Tome 5. Arrest de la Cour de Parlement (de Bordeaux), qui ordonne que le Sieur Nau, prêtre, maître de pension au Fauxbourg de S. Seurin-lès-Bordeaux, remettra à Monsieur le Procureur général, un exemplaire du Livre d'Horace Turselin (…) du 22 septembre 1761. 7 pp. - Extrait des Registres du Parlement séant à Bordeaux, du 8 mars 1762. 8 pp. - Arrest du Parlement de Bordeaux, du 26 mai 1762. 24 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, du 23 juin 1762. 30 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, du 23 juillet 1762. 12 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, concernant les Collèges, Bénéfices, Unions & Biens possédés cidevant par les ci-devant Jésuites, &c. Du vendredi 13 août 1762. 7 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, concernant le Serment que doivent faire les ci-devant Jésuites, relativement à l'arrêt du 26 mai dernier. Du mercredi 18 août 1762. 6 pp. - Arrests de la Cour du Parlement de Bordeaux, (…) concernant l'exemption bourgeoise de Messieurs de la Cour, du mercredi 18 août 1762. 8 pp. -Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, du vendredi 3 septembre 1762 ; (…) qui fait inhibition & défenses à tous Professeurs de Théologie dans le ressort de la Cour, de dicter à l'avenir à leurs écoliers (…) aucunes Propositions qui pourraient se trouver dans le Recueil intitulé : Extraits des Assertions (…), du vendredi 27 août 1762. 14 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, qui nonobstant l'opposition des Syndics de l'union des Créanciers des ci-devant se disans Jésuites, autorise le sieur Lassus, économe préposé à la régie des biens desdits ci-devant Jésuites, payer les réparations, frais d'établissement, appointemens des nouveaux Maîtres destinés par la Cour pour le remplacement des Collèges (…), du 3 décembre 1762. 12 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, qui homologue le Traité passé le 18 septembre 1762, par les différens Corps de la ville d'Agen, & de l'avis de M. l'Evêque, avec les Religieux dominicains, pour le remplacement du Collège de cette ville, ci-devant tenu par les ci-devant soi-disans Jésuites. Du 22 décembre 1762. 21 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, portant que les Principal, sous-Principal & Professeurs qui doivent remplacer les ci-devant soi-disans Jésuites dans le Collège de la Magdeleine de cette ville, seront installés vendredi prochain dans les places et chaires auxquelles la Cour les a nommés, par MM. les Commissaire nommés à cet effet. Du 1er février 1763. 7 pp. - Arrest de la Cour du Parlement de Bordeaux, qui homologue le Traité & Accord passé le 21 octobre 1762, par les différens Corps de la ville de Sainte, & l'avis de M. l'Evêque, avec les Religieux bénédictins, pour le remplacement du Collège (…). Du 22 décembre 1762. 16 pp. Extrait des registres du Parlement de Bordeaux (qui condamne au feu les Mémoires que le Président d'Equille, a présenté en faveur de la cause des Jésuites). Du 28 mars 1763. 16 pp. - Arrest du Parlement de Bordeaux, qui ordonne qu'un Imprimé anonyme, contre le régime de la Congrégation de Saint-Maur, sera brûlé par l'Exécuteur la Haute Justice. Du 28 mars 1763. 11 pp. - Arrest du Parlement de Bordeaux, qui ordonne que les Créanciers des ci-devant Jésuites des trois Maisons de Bordeaux, s'uniront dans la personne d'un Syndic. Du 29 mars 1763. 7 pp. - Extrait des Registres du Parlement de Bordeaux, du 23 juillet 1763. 8 pp. - Compte-rendu de l'institut et constitution des soi-disans Jésuites, par M. de SALELLES, Conseiller, sous-doyen du Conseil Souverain de Roussillon, en conséquence de l'Arrêt de la Cour du 20 mars 1762. A Perpignan, Chez J.-B. Reynier, 1762. 91 pp. - Ordonnance rendue par Messieurs les officiers du Bailliage & Siège présidial de Tours. Exrtait des Registres de la Sénéchaussé de Lyon ; Extrait des Registres du Conseil souverain de Roussillon. Des 31 mars, 3 & 4 avril 1762. 21 pp. - Requisitoire de M. le Procureur général du Roi, au Conseil souverain de Perpignan, au sujet d'une feuille de la Gazette d'Avignon, dans laquelle on avance des calomnie contre le Parlement de Douai. 4 pp. - Arrest du Parlement de Bretagne, rendu, chambres assemblées, qui nomme un Econome-sequestre pour la régie & administration des biens des soi-disans Jésuites. Du 10 mai 1762. [Suivi de :] Jugement de la Sénéchaussée de Lyon. Du 12 mai 1762. 14 pp. - Extrait des Registres de la Cour du Conseil souverain de Roussillon. Du 12 juin 1762. 24 pp. - Extrait du Registre secret du Conseil souverain de Roussillon. Du 12 juin 1762. 8 & 8 pp. - Arrest du Conseil Souverain de Roussillon. Des 24 & 28 août 1762. 15 pp. - Arrest du Conseil Souverain de Roussillon, qui accorde main-levée des biens & revenus du Séminaire ci-devant occupé par les soi-disans Jésuites, au Supérieur nommé par M. l'Evêque (…). Du 1er septembre 1762. 11 pp. - Arrest du Conseil souverain de Roussillon, portant des réglemens provisoires pour l'administrations des fonds & revenus du Collège de Perpignan, ci-devant occupé par les soi-disans Jésuites, pour la nomination de nouveaux Maîtres, & l'instruction & lenseignement de la Jeunesse. Du 9 septembre 1762. 15 pp. - Extrait des Registres du Conseil souverain de Roussillon, qui ordonne que l'imprimé intitulé Mémoires présentés au Roi par deux Magistrats du Parlement d'Aix, contre des Arrêts et Arrêtés de leurs Compagnie, soit lacéré et brûlé au pied de l'Escalier du Palais (…). Du 11 janvier 1763. 7 pp. - Arrest de la Cour souveraine de Roussillon, qui ordonne que les Mémoires traduits en langue espagnole, seront et demeureront déposés au Greffe de la Cour, pour y être soigneusement gardés, jusqu'à ce qu'il en sera autrement ordonné, &c. Du 1 janvier 1763. 4 pp. - Extrait des Registres du Conseil souverain de Roussillon. Du 8 janvier 1763. 14 pp. - Arrest de la Cour du Conseil souverain du Roussillon, qui défend la publication & l'usage de la Bulle In Cœnâ Domini, de Paul V, du 16 des calendes de mai 1609. Du 8 mars 1763. 16 pp. - Comptes, Arrest et Arrestés du Conseil souverain de Roussillon. [contenant :] Compte-rendu du dire par écrit et des conclusions de M. le Procureur général du Roi, sur l'analogie de la doctrine & morale des ci-devant soi-disant Jésuites, avec leur Institut (…) du 18 avril 1763 ; Arrest (…) qui ordonne que les livres dénommés dans le présent Arrêt, seront lacérés & brûlés en la Cour du Palais (…) du 18 avril 1763 ; Arrestés, comptes et arrests (…) sur l'analogie & liaison de la morale & doctrine constante des ci-devant soi-disans Jésuites, avec l'Institut de la ci-devant Société (…). 57 pp. "‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR600.00

‎LaValette (Antoine), sur - Lioncy (Jean) et Gouffre - Le Pelletier de Saint Fargeau et Maitre Le Gouvé - Rouhette et Target - Lherminier, Gillet, Maillard, Taboue, de la Monnoie, Babille, Thevenot d'Essaule - Me Laget-Bardelin - Dufranc - La Valette‎

Reference : 79330

(1761)

‎Mémoire à consulter et consultation pour Jean Lioncy contre le Corps et Société des P.P. Jésuites - Plaidoyer pour le Syndic des créanciers des sieurs Lioncy frères et Gouffre, négocians à Marseille contre le Général et la Société des Jésuites (2 volumes réunis ensemble dans une reliure homogène d'époque, avec tomaison au dos) suivi de divers mémoires et pièces jointes, Mémoire sur les demandes formées contre le Général et la Société des Jésuites au sujet des engagemens qu'elle a contracté par le Ministère du Père de la Valette - Second mémoire pour le sieur Cazotte et la demoiselle Fouque contre le Général et la Société des Jésuites - Mémoire à consulter et consultation pour les Jésuites de France - Mémoire pour les jésuites des provinces de Champagne, Guyenne, Toulouse et Lyon, opposans et défendeurs - Arrêt de la Cour du Parlement contre le Général et la Société des Jésuites (Procès de Lavalette, 1761)‎

‎Imprimerie de P. Alex Le Prieur à Paris, M.DCC.LXVI et Imprimerie d'Houry à Paris, M.DCC.LVI - J. Chardon à Paris Malicorne sur Sarthe, 72, Pays de la Loire, France 1761 Book Condition, Etat : Bon relié , plein veau d'époque, dos lisse orné de fleurons, pièce de titre bordeaux, et tomaison I et II In-12 2 vol. - 1154 pages‎


‎ 1ere édition "Contents, Chapitres : Volume 1. Mémoire à consulter et consultation pour Jean Lioncy contre le Corps et Société des P.P. Jésuites - Le Prieur, 1761. Texte principal, 531 pages, errata, i - Pièces envoyées d'Italie qui peuvent servir à l'instruction du Procès des Jésuites, 48 pages - Volume 2. - 2.1. Plaidoyer pour le Syndic des créanciers des sieurs Lioncy frères et Gouffre, négocians à Marseille contre le Général et la Société des Jésuites. Texte principal, par Le Pelletier de Saint Fargeau et Maitre Le Gouvé, 219 pages - Mémoire sur les demandes formées contre le Général et la Société des Jésuites au sujet des engagemens qu'elle a contracté par le Ministère du Père de la Valette, par MM. Rouhette et Targez, 96 pages - Second mémoire pour le sieur Cazotte et la demoiselle Fouque contre le Général et la Société des Jésuites, par Rouhette et Target, 112 pages - Mémoire à consulter et consultation pour les Jésuites de France, par Lherminier, Gillet, Maillard, Taboue, de la Monnoie, Babille, Thevenot d'Essaule, 77 pages - Mémoire pour les jésuites des provinces de Champagne, Guyenne, Toulouse et Lyon, opposans et défendeurs (Chez J. Chardon à Paris), par M. de Saint-Fargeau et Me Laget-Bardelin, 62 pages - Arrêt de la Cour du Parlement contre le Général et la Société des Jésuites, par Dufranc, 8 pages - Antoine Lavalette, né « Valete » le 26 octobre 1708 à Martrin (France) et décédé le 13 décembre 1767 à Toulouse, était un prêtre jésuite français, missionnaire en Martinique. Bien qu'il ait quitté la Compagnie de Jésus en 1762, Lavalette est à l'origine d'un scandale financier qui contribua beaucoup à jeter l'opprobre sur la Compagnie de Jésus et précipita son bannissement de France en 1763. - En 1751, les premières accusations de participations à des opérations commerciales furent lancées contre le jésuite français. Antoine Lavalette fut rappelé de Martinique en 1753 pour justifier sa conduite. Juste avant qu'il ne meure, le supérieur général de la Compagnie de Jésus Ignacio Visconti l'autorisa à rentrer dans sa mission, où il devint le Supérieur des Missions Françaises de l'Amérique du Sud en 1754, mais avec un ordre explicite d'arrêter toute entreprise commerciale. Cet ordre fut ignoré par Lavalette et, quelque temps plus tard, quand plusieurs de ses navires furent saisis par les pirates anglais à leur retour en Europe, la compagnie commerciale fit faillite. En mars 1762 un Visiteur canonique envoyé par le Supérieur Général à la Martinique confronta Lavalette devant plusieurs témoins. Après avoir nié, ce dernier finalement admit lévidence devant les documents produits. Il fut canoniquement suspendu jusquà décision du Supérieur Général. Mais avant que décision soit prise Lavalette quitta la Compagnie de Jésus (1762). Il passa deux ans à Amsterdam et retourna à Toulouse en 1764 où, après le bannissement des jésuites du royaume de France, il répudia formellement ses liens avec les Jésuites en prononçant le serment qui, en condamnant le caractère pernicieux de lOrdre religieux, permettait aux anciens jésuites de recouvrer leur statut et droits comme citoyens français. Retiré dans son village natal de Valette il y meurt le 13 décembre 1767. Ce scandale et le refus des jésuites français d'accepter d'engager leur responsabilité financière donnèrent l'opportunité aux ennemis de la Compagnie en France de déclencher des attaques contre celle-ci. Le 6 août 1762, le Parlement de Paris prit un arrêt bannissant la Compagnie de Jésus de France. Malgré l'intervention du pape Clément XIII, Louis XV fut amené à expulser les jésuites le 26 novembre 1767. (source : Wikipedia) - Le 8 mai 1761, sur les conclusions de l'Avocat général Le Pelletier de Saint-Fargeau, le Parlement condamna les Jésuites : ils devaient rembourser ses créances à la maison Gouffre et Lioncy et lui verser, à titre de dommages-intérêts, 50.000 livres ; défense leur était faite de se mêler à l'avenir d'aucun genre de trafic. Au Palais, la foule accueillit le prononcé du jugement avec des cris d'enthousiasme ; les Jésuites présents furent couverts de huées, et le Premier Président et l'Avocat général portés en triomphe. Des inconnus s'embrassaient, comme si la France eût remporté une grande victoire. (source : Lavisse)" Tome 1, 580 pages, Tome 2, 574 pages (sommaire détaillé sur demande) - bel exemplaire, complet en 2 tomes homogènes, reliure d'époque, mors à peine frottés, avec une infime déchirure à l'extrémité du mors du plat supérieur sur les deux tomes sans gravité, belle provenance, président de Conseil Général, (1808-1884), intérieur frais et propre, quelques rousseurs discrètes et quelques pages brunies, sans gravité, cela reste un bel ensemble complet et propre. Ces deux volumes regroupent les principaux actes et mémoire du célèbre procès de La Valette et de l'Ordre des Jésuites de 1761, opposés notamment à ses créanciers Lioncy et Gouffre de Marseille.‎

Librairie Internet Philoscience - Malicorne-sur-Sarthe
EUR300.00

‎CARVALHO e MELO Sebastiao José Marquis de POMBAL-PINAULT Pierre Olivier ‎

Reference : 114415

(1758)

‎Importante et rare réunion de 20 divers titres sur l'expulsion des Jésuites du Portugal, de ses colonies et d'Espagne et sur l'attentat contre Joseph 1er roi du Portugal ‎

‎ Sans lieu ni date, Amsterdam, 1758. In-12 relié plein veau dos à nerfs très orné, pièce de titre de maroquin rouge. Reliés en un seul volume : Relation abrégée concernant la République que les religieux, nommés Jésuites des provinces de Portugal et d'Espagne, ont établie dans les pays et domaines d'Outre Mer de ces deux monarchies et de la guerre qu'ils y ont excitée et soutenu contre les armées Espagnoles et Portugaises, dressée sur les registres de secrétariat des deux commissaires respectifs principaux et plénipotentiaires des deux couronnes et sur d'autres pièces authentiques. Texte en français et en portugais. Reliés en suivant, même auteur : Recueil de pièces pour servir d'addition et de preuve à la relation abrégée concernant la république établie par les Jésuites dans les domaines d'Outre ler des rois d'Espagne et de Portugal, et la guerre qu'ils y soutiennent contre les armées de ces deux monarques. ans lieu, 1758 91 pages. Texte français et portugais. Second recueil de pièces, concernant les usurpations des Jésuites dans l'Amériqaue espagnole et portugaise. Sans lieu 1758, 40 pages, texte français et portugais. Lettres en forme de bref, de N.S.P Le Pape Benoist XIV, par lesquelles de son propre mouvement, il établit et constitue l'eminentissime et revendissime François de Saldanha, cardinal diacre de la sainte église romaine, visiteur et réformateur des clercs réguliers de la compagnie de Jésus, dans les royaumes de Portugal et des Algarves et dans tous les pays des Indes Orientales et Occidentales, soumis à la domination du roi très fidèle. A Lisbonne 1758 de l'Imprimerie de Michel Rodriques. 24 pages, texte latin et français. Décret du cardinal Saldanha pour la réforme des Jésuites de Portugal et des domaines qui en dépendent du 15 mai 1758. Sans lieu, 1758, 17 pages, texte français et portugais. Refléxions sur l'attentat commis le 3 septembre 1758 contre la vie du roi de Portugal. Sl Sd , 36 pages. Edit du roi de Portugal par lequel sa majesté très fidèle promet à ceux qui révèleront les auteurs et les complices de la conjuration formée par quelques uns de ses sujets et de l'attentat commis le 3 septembre 1758 sur sa personne, abolition de leur crime, s'ils en sont eux mêmes coupables (les chefs de la conspiration néanmoins exceptés), la noblesse aux roturiers, aux nobles et aux grands un accroissement de noblesse, d'honneurs, d'élévation, de grandeurs et de dignités. Sl Sd, 9 pages, texte en français. Manifeste du roi de Portugal contenant les erreurs impies et séditieuses que les religieux de la compagnie de Jésus ont enseignées aux criminel qui ont été punis, et qu'ils se sont efforcés de répandre parmi les peuples de ce royaume. A Lisbonne de l'Imprimerie de Miguel Rodriguez, sans date, 50 pages. Texte en français. Erros impios e sediciosos, que os religiosos da companhia de Jesus ensinarao aos eos, que forao justicados, e pertenderao espalhar nos povos destes reynos. Lisboa Officina Miguel Rodrigues Sans date, 81 pages. Texte en portugais. Lettres royales de sa majesté très fidèle le roi de Portugal, portant (après un court exposé des crimes dont les Jésuites de ses royaumes sont rendus coupables) que tous les biens, meubles et immeubles, qu'ils y possédaient, seront mis en séquestre et que tous ces religieux seront enfermés dans leurs principales maisons, sans aucune communication avec les autres sujets du roi, nourris et entretenus à raison de douze sols par tête chaque jour, jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné. Lisbonne, Imprimerie Miguel Rodrigues, 1759, 24 pages. Texte français et portugais. Lettres pastorales, l'une du chapitre de l'église d'Elvas, l'autre du collège de la Sainte église de Lisbonne, en exécution de la lecture royale du 19 janvier 1759, pour détruire et anéantir les erreurs impies et séditieuses que les Jésuites ont voulu semer dans ces royaumes. Avec un coup d'oeil de leur usurpation dans l'Amérique espagnole et portugaise. Sans lieu, 1759, 24 pages. Texte français. Lettre pastorale de M. L'Evêque de Leira. Lisbonne Imprimerie Patriarchale de François Louis Ameno, 1759, 54 pages. Texte en français et en portugais. Jugement du conseil souverain, chargé par sa majesté très fidèle d'instruire le procès au sujet de l'attentat commis sur sa personne sacrée qui contient l'exposé des faits principaux qui résultent des informations et les noms des principaux chefs et complices de la conspiration et qui condamne une partie des coupables à divers supplices. Sans lieu, 12 janvier 1759, gravure en frontispice, 67 pages. Texte en français et en portugais. Instructions de sa majesté très fidèle, à son ministre en cour de Rome. Du 8 octobre 1757, du 10 février 1758 et du 10 avril 1759. 41 pages. Edit d'expulsion des Jésuites de tous les états de la couronne de Portugal, Lisbonne 3 octobre 1759, gravure en frontispice, 16 + 12 pages. Texte en français et en portugais. Mandement de S.E. le cardinal de Saldanha, patriarche de Lisbonne, au sujet de l'expulsion des Jésuites. 16 pages. Discours de l'auteur des nouvelles ecclésiastiques, pour l'année 1760 contenant la récapitulation des forfaits des Jésuites dans les étts du roi de Portugal. 23 pages. Edit de sa majesté très fidèle, le roi de Portugal par lequel elle abolit les écoles d'humanités des Jésuites, défend de se servir de leur méthode d'enseigner et en presscrit une nouvelle. A Lisbonne, imprimerie Michel Rodriguez, 1759, gravure en frontispice, 72 pages. Texte en français et en portugais. Reflexions des Jésuites de Rome sur le célèbre jugement rendu à Lisbonne le 12 janvier 1758, qu'ils appellent le "manifeste de Portugal". Avec notes sur ces reflexions. 74 pages. Texte en français et en portugais. Apologie des RR. PP. Jésuites. Chanson sur l'air des pendus. 7 pages. En français. Petit manque de cuir à la coiffe et en queue sans grande gravité, coins légèrement émoussés, intérieur en très bon état. Soit 20 publications reliées en un seul volume constituant, en soi, un ensemble fort rare sur le sujet. ‎


Librairie Gil - Artgil SARL - Rodez

Phone number : 05 65 42 95 21

EUR1,700.00

‎[Dentu] - ‎ ‎ANONYME ; BELLEMARE, J. F.‎

Reference : 54077

(1827)

‎Le Siècle de Fer des Jésuites ou Les Persécutions après Décès [ Avec : ] Les Jésuites sauvés, ou La Vérité demandée par le Roi [ Avec : ] Le Collège de Mon Fils [ Avec : ] Le Conseiller des Jésuites [ Avec : ] Les Trois Procès dans Un, ou La Religion et la Royauté poursuivies par les Jésuites ‎

‎1 vol. in-8 reliure de l'époque pleine basane racinée : Le Siècle de Fer des jésuites ou Les Persécutions après Décès, Imprimerie Librairie de J.-G. Dentu, Paris, 1828, 77 pp. [ Avec : ] Les Jésuites sauvés, ou La Vérité demandée par le Roi, Imprimerie Librairie de J.-G. Dentu, Paris, 1828, 115 pp. [ Avec : ] Le Collège de Mon Fils, J.-G. Dentu, Paris, 1827, IX-88 pp. [ Avec : ] Le Conseiller des Jésuites, Imprimerie Librairie de J.-G. Dentu, Paris, 1827, 208 pp. [ Avec : ] Les Trois Procès dans Un, ou La Religion et la Royauté poursuivies par les Jésuites, Seconde édition, J. G. Dentu, Paris, Mai 1827, IV-202 pp.‎


‎Rare recueil de 3 ouvrages défendant la cause des Jésuites, par Jean-François Bellamre. Jean-François Bellemare (1768-1848), eut un parcours étonnant : Ingénieur, sous-officier pendant la Révolution, il est arrêté et condamné à mort. Sauvé par la chute de Robespierre, il est ensuite libéré et quitte l'armée pour fonder un journal très critique envers le Directoire. De nouveau condamné, il s'enfuit en Amérique. Autorisé à rentrer en France en 1802, il achète La Gazette de France, le célèbre journal fondé au XVIIe par Th. Renaudot et le transforme en un journal toujours à la pointe de l'actualité. Ce journal est tellement bien informé que Napoléon nomma Bellemare Commissaire de Police à Anvers, tout en le laissant diriger son journal. En sus de ce poste officiel de commissaire, Napoléon lui avait également confié la mission secrète de discréditer les Jésuites. Mais cette mission allait à l'encontre des convictions profondes de Bellemare, qui restait attaché à la monarchie et à la religion chrétienne. Cela explique les différents ouvrages qu'il a ensuite écrit sur le sujet, dont les plus connus furent "Le Collège de mon fils" (Dentu, 1826) et "Le Conseiller des Jésuites" (Dentu, 1827). Pour la petite histoire, Jean-François Bellemare est l'arrière-arrière-grand-père de l'animateur de radio-télévision Pierre Bellemare. Etat satisfaisant (reliure frottée avec mq. en coiffes et plats, bon état intérieur).‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR95.00
Get it on Google Play Get it on AppStore
[Revue : Le Crapouillot], ...

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !