‎MAUPASSANT‎
‎Sur L'Eau‎

‎La Tirème.1951.Gd.in-4 en feuilles sous chemise et étui.43 bois originaux de Paul Baudier.Ex.150 sur vélin d'Arches dédicacé par l'Artiste.‎

Reference : 43482


‎Bel exemplaire avec qques piqures.‎

€180.00
Librairie Ancienne Laurencier
Bookseller's contact details

Librairie Ancienne Laurencier
M. Patrick Laurencier
7 rue du Chai des Farines
33000 Bordeaux
France

livresanciens.laurencier@wanadoo.fr

33 05 56 81 68 79

Contact bookseller

Payment mode
Others
Cheque
Others cards

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

‎Jean Raspail‎

Reference : 7360

(2005)

‎En canot sur les chemins d'eau du roi. Une aventure en Amérique‎

‎État : Bon état - Année : 2005 - Format : in 8° - Pages : 343pp - Editeur : Albin Michel - Lieu d'édition : Paris - Type : Broché avec jaquette illustrée - Divers : Légers plis de lecture au dos (dos un peu arrondi). tranches très (très) légèrement salies. - Commander rapidement : http://www.bons-livres.fr/livre/jean-raspail/7360-en-canot-sur-les-chemins-d-eau-du-roi-une-aventure-en-amerique?lrb‎


‎1949, Jean Raspail a vingt-trois ans et un rêve: descendre en canot du Saint-Laurent à la Nouvelle-Orléans sur les traces des premiers explorateurs français. Sept mois durant, avec trois compagnons, il va effronter intempéries, accidents et naufrages, tenant chaque soir son journal de bord. Ce livre retrace cette épopée. Un magnifique voyage initiatique avec ce merveilleux conteur qu'est Jean Raspail où l'on découvre au fil de l'eau des pages de l'histoire de la ˮFrance américaineˮ et la vie de nos grands explorateurs et missionnaires qui ont fait la grandeur de la France et qui restent dans la mémoire des populations rencontrées.‎

Bons Livres du général au particulier

Phone number : 09 63 58 85 14

EUR11.00

‎Jean Raspail‎

Reference : 7336

(2005)

‎En canot sur les chemins d'eau du roi. Une aventure en Amérique‎

‎État : Très bon état - Année : 2005 - Format : in 8° - Pages : 343pp - Editeur : Albin Michel - Lieu d'édition : Paris - Type : Broché avec jaquette illustrée - Commander rapidement : http://www.bons-livres.fr/livre/jean-raspail/7336-en-canot-sur-les-chemins-d-eau-du-roi-une-aventure-en-amerique?lrb‎


‎1949, Jean Raspail a vingt-trois ans et un rêve: descendre en canot du Saint-Laurent à la Nouvelle-Orléans sur les traces des premiers explorateurs français. Sept mois durant, avec trois compagnons, il va effronter intempéries, accidents et naufrages, tenant chaque soir son journal de bord. Ce livre retrace cette épopée. Un magnifique voyage initiatique avec ce merveilleux conteur qu'est Jean Raspail où l'on découvre au fil de l'eau des pages de l'histoire de la ˮFrance américaineˮ et la vie de nos grands explorateurs et missionnaires qui ont fait la grandeur de la France et qui restent dans la mémoire des populations rencontrées.‎

Bons Livres du général au particulier

Phone number : 09 63 58 85 14

EUR13.00

‎Holst Ulrich‎

Reference : 9822

ISBN : 2853272958

‎Purifier et Dynamiser votre eau :Energies naturelles et techniques de pointe destinées à : la purification de l'eau du robinet et de l'eau de table l'assainissement des grandes étendues d'eau.‎

‎ Editions Médicis In-8°, broché, couverture souple glacée ill (verre d'eau), 165 pages, nombreuses illustration et bel ouvrage.‎


‎ Très Bon Etat FRAIS DE PORT INCLUS DANS LE PRIX DU LIVRE ( Franco de Port ) Uniquement SUR - LIVRE RARE BOOK - **** MONDIAL RELAY merci de renseigner votre lieu de retrait **********‎

Librairie Artlink

Phone number : +33477870476

EUR14.00

‎Fouilhoux, Antoine de (?-?)‎

Reference : C-0642

(1592)

‎Discovrs de l’origine des fontaines. Ensemble quelques histoires de la guarison de plusieurs grandes et difficiles maladies, faicte par l’usaige de l’eau medicinale des fontaines de Pougues en Nivernoys, par M. Anthoine du Fouilhoux Docteur en Medicine, demeurant à Neuers. Item le traicté de la faculté & maniere d’vser de ladicte eau de Pougues, composé par M. P. Qui a esté imprimé d’autresfois à Paris.‎

‎A Nevers: Par Pierre Roussin, Imprimeur de Monseigneur le Duc de Neuers, MDXCII [1592].- // 4º minor (156x99mm); 103 p.; sign.: A-N4.- Au verso, xylographie à toute page de Pougues - Nevers, montrant la situation des sources de Saint Léger et de Saint Marcel.- // Reliure magnifique de la moitié du XXe siècle en chevreau grenat, filet gaufré sur les plats, dos avec nerfs, entrenerf gravé en doré, chants avec filet doré et contrechants dorés à la roulette, toutes les tranches dorées. État superbe d’un exemplaire très bien relié auquel, avec effort, il faudrait seulement reprocher d’être légèrement court de marges, une tache sur la page 19 et une minuscule et fine galerie sur le bord de la marge inférieure des pages 51 et 53.- // Prov.: De la bibliotheque du Château de La Chaux.- // Refs.: Brunet, IV, 639-640; Lelong, 3166.‎


‎[Pour les commandes à livrer hors d'Espagne, s'il vous plait, voyez les conditions de vente et de livraison, type A].- // Cela peut actuellement surprendre, mais en matière d’hydrologie, jusqu’à 1674 on n’avait pas compris que toute l’eau des rivières venait du ciel, aussi bien celle qui descendait des neiges accumulées que celle qui ruisselle sur la surface lorsqu’il pleut ou qu’il neige, comme celle qui, après s’être infiltrée dans la terre, finit par surgir dans les sources. Pendant ce temps, étant donné que la terre était le centre du monde, dans la terre (et qui dit la terre dit aussi la mer), et non dans le ciel, se trouvait l’origine de tout. De cette manière, toute explication sur l’origine de l’eau dans les sources devait en être une qui l’expliquerait depuis le protagonisme de la terre et de la mer. L’exception fut Bernard Palissy mais, en son temps, personne ne l’écouta(1). Ainsi, il ne faut pas s’étonner que la conception scientifique d’Antoine du Fouilloux, médecin à Pougues à la fin du XVIe siècle, fût absolument aristotélique, pour la physique de l’eau et les sources, et hippocratique, pour ses vertus médicinales et la manière de les vérifier. Ainsi, après avoir consacré les premières pages à examiner les différentes théories sur la formation des sources, il finit en disant : « Dont nous pouvons seurement conclurre, que entre toutes les autres opinions, celle que Aristote apporte pour l’origine & source des fontaines, est la plus probable, & la mieux receue : Combien que l’on peult dire qu’il n’a pas assigné seulement le commencement des fontaines proceder d’vne seule cause, c’est à sçavoir de la mutation, & changement, de la vapeur en eau, faicte par la force du froid, dans les concauitez de la terre des montaignes, mais aussi, de l’aggregation des pluyes faicte aux cauins de la terre. La premiere, est la principale, l’autre n’est sinon qu’vne aide, & secours pour faire etoistre les dites eaux. Que si quelquesfois il nous semble que l’eau monte en hault, eu esgard au lieu d’où la fontaine prend son commencement, quand cela suruient il ne fault point attribuer à la condition de sa nature, ny à l’ordre vniversel, mais à vne force, & violence d’vne eau poussant l’autre, comme l’on void faire par certains engins & instruments, où toutesfois il fault remarquer que l’eau ne monte iamais plus hault qu’est la source d’ou elle est tiree, tellement qu’elle rebrousse son cours quant elle est venue à l’egal de ceste haulteur : & quant elle n’y est venue, elle deualle, bien qu’elle semble monter. Quant est des parolles du Sage qui dit, que les riuieres sortent de la mer, elles ne se doiuent point entendre uniuersellement, mais indeterminément de quelques riuieres seulement, non point de toutes. » Ceci fut ainsi imaginé pendant dix-huit siècles : que la mer était connectée sous terre avec des cavernes dans lesquelles l’eau était réchauffée avec le feu intérieur et montait sous forme de vapeur par des tubes jusqu’à ce que le froid des montagnes lui redonne la forme d’eau pour surgir dans les sources, dans un système dont était était seulement discuté la contribution ou non des pluies en entrant dans la terre. Une fois établi l’origine des sources, Fouilloux se mit à traiter de l’eau comme simple médicinal, ses vertus pour différentes maladies et les qualités concrètes de l’eau de Pougues, pour, ensuite en venir à l’essence de son texte, rendre compte des différentes « expériences » qu’il mena à bien (le dernière, en avril 1592), dans lesquelles il vérifia comme changeaient les symptômes et les affections des personnes qui étaient traitées avec elle. Le second des traités, à partir de la p. 59, est l’œuvre de Jean Pidoux, le grand-père maternel de la Fontaine et le médecin d’Henry III. Le titre complet de l’œuvre, qui avait été imprimée huit années auparavant, à Paris, par Nicolas Nivelle est 'De la vertu et maniere d’vser de ladite eau des fontaines de Pougues. Ensemble un advertissement sur les bains chauds de Bourbon l’Arcambault'. Ce fut Pidoux qui incita Henry III à faire traiter ses quelques coliques avec l’eau des sources de Pougues et ceci lui fit visiblement tant de bien que sa mère, Catherine de Médicis, ne douta pas non plus à aller elle aussi à la recherche du remède, la ville devenant un centre thermal. Première édition extraordinairement rare (Brunet la cite en s’en remettant à Lelong) de cette œuvre à succès, dont nous avons seulement pu localiser cinq exemplaires dans des bibliothèques l’Europe et d’Amérique : l’un en Espagne, dans la Real Academia de Medicina de Séville, deux en France, dans la Bibliothèque de l’Institut et dans la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, et deux aux États-Unis, dans les universités de Harvard et d’Illinois.- // (1) 'Discours admirables de la nature des eaux et fontaines tant naturelles qu’artificielles...', Paris, Martin le Jeune, 1580.‎

Andarto B.

Phone number : +34 600 450 767

EUR4,500.00

‎FLEURET (ancien professeur d'Architecture à l'École Militaire de Paris) ‎

Reference : 21313

(1807)

‎L'ART DE COMPOSER DES PIERRES FACTICES AUSSI DURES QUE LE CAILLOU, et Recherches sur la manière de bâtir des Anciens, sur la préparation, l'emploi et les causes du durcissement de leurs mortiers. Ouvrage dans lequel on enseigne les moyens de fabriquer en pierre factice, des conduites d'eau, des pompes, des auges, des bassins, aquéducs, résevoirs, terrasses, grands carreaux pour construire des murailles, tablettes pour couvrir les murs et où l'on donne la manière d'exécuter des pavés en compartimens ou mosaïques avec des mortiers colorés , imitant le marbre ; de mouler des bas-reliefs , et autres constructions dans l ' eau et en plein air;... 1 Vol. (Texte + Atlas). ‎

‎Pont-A-Mousson; Nancy; Paris Delahaye-Haener; Magimel 1807 -in-4 demi-basane 1 tome de texte et 1 tome d'Atlas reliés en 1 volume, reliure demi-basane (half binding sheepskin in-4) vert foncé grand in-quarto (30 x 23 cm), dos long (spine without raised band), décoré or (gilt decoration), à filets et roulette or (gilt line and fillets), titre et tomaison frappés or (gilt title), triple filets "or" en place des nerfs avec deux filets fins "or" intercalés, papier marbré vert et noir aux plats (cover with marbled paper), petit manque à la coiffe de tête, dos au cuir fatigué frotté mais intérieur parfait, toutes tranches lisses (all smooth edges), 298 pp + Atlas de 32 planches hors-texte gravées en noir (certaines dépliantes), 1807 Pont-à-Mousson : [Fleuret] ; Nancy : Delahaye-Haener ; Paris : Magimel Editeurs, ‎


‎INTRODUCTION. Raison pourquoi nos bâtimens n'ont pas la solidité des anciens monumens (p.1), CHAPITRE Ier De la Pierre factice (p.11), CHAPITRE II. De la Pierre de taille. Cette pierre se trouve, en général, disposée par lits ou bancs de différentes épaisseurs, dans les carrières. Les premiers lits donnent la meilleure. Idée que nous avons sur sa formation. De quoi dépend sa bonne qualité. Comment on doit la placer dans les constructions. Raison pourquoi elle ne doit être employée que deux ans après avoir été tirée de la carrière (p.22), CHAPITRE III. De la Chaux. Elle détruit les substances végétales et animales. Son extinction cause une vapeur capable d'enflammer les corps combustibles, et qu'il est très-important de conserver. Il faut employer la chaux le plutôt possible après qu'elle a été tirée du four; ou la conserver dans un lieu sec, et bien couverte dans des caisses ou dans des tonneaux (p.31), CHAPITRE IV. De la Chaux fusée suivant les Anciens. Les anciennes lois défendaient aux Entrepreneurs d'employer la chaux avant qu'elle n'eut trois ans de fusion (p.34), CHAPITRE V. Manière de préparer la chaux pour le mortier de construction. Chaux en poudre; M. de la Faye a découvert ce précieux procédé, et il l'explique d'après les Auteurs anciens (p.38), CHAPITRE VI. Manière d'éteindre la chaux suivant notre coutume; ses défauts (p.42), CHAPITRE VII. Du Sable. Ses espèces, ses qualités, comment on les distingue, signes auxquels on reconnaît le meilleur. Celui qui provient du grès ne vaut rien; on ne doit employer celui de mer qu'après l'avoir bien lavé; celui de pouzzolane est de tous les sables le meilleur. Moyens de suppléer au sable quand il manque (p.46), CHAPITRE VIII. De l'eau qu'il saut employer pour éteindre la chaux et à la composition des mortiers (p.53), CHAPITRE IX. De la régénération de la pierre calcaire (p.56), CHAPITRE X. De la préparation que nous donnons au mortier, ses défauts; raison pourquoi notre manipulation nuit à la bonté du mortier (p.60),CHAPITRE XI. Manière de faire le mortier de construction en général. On doit toujours l'employer à mesure qu'on le prépare, sans jamais y remettre d'eau (p.64),CHAPITRE XII. De la composition des mortiers propres à la fabrication de la pierre factice. De l'atelier où elle se fabrique et de son emplacement. Des instrumens dont il doit être meublé. Précaution qu'exige la chaux pour sa conservation. Des matières qui entrent dans le mortier avec lequel on fabrique des conduites d'eau, des carreaux, etc., et de leur mélange (p.69), CHAPITRE XIII. Des différentes espèces de maçonneries qui étaient en usage chez les Anciens. Constructions faites en blocage par encaissement, en observant le procédé de massivation. Manière de former l'encaissement et de le changer de place. Des avantages qu'offre cette maçonnerie (p.82)CHAPITRE XIV. Chemins militaires faits par les Romains (p.96), CHAPITRE XV. Sur les Terrasses qui couvrent les bâtimens; des avantages qu'elles procurent. Inconvénient de celles qu'on établit sur la charpente (p.98), CHAPITRE XVI. Des Pavés simples et des Terrasses; de leur construction (p.103), CHAPITRE XVII. Moyen d'étancher l'eau dans les caves (p.110), CHAPITRE XVIII. Des Crépis et enduits extérieurs. Causes de leur peu de durée. Moyen de leur donner de la solidité. Des Enduits de chape (p.113), CHAPITRE XIX. Des Planchers ou pavés en compartimens ou mosaïque; manière de les construire (p.118), CHAPITRE XX. De la manière de fabriquer des conduites d'eau dans un atelier. Description d'un moule de tuyau. De leur fabrication. Manière de les vider; nécessité d'avoir plusieurs moules (p.124), CHAPITRE XXI. Sur la forme qu'on doit donner aux bouts des tuyaux (p.132), CHAPITRE XXII. Du remplacement des coins par des vis, dans l'emploi des moules. Développement d'un moule avec quelques changemens. Il est nécessaire que les tuyaux restent dans les moules dix à douze heures avant de les vider. Moyen d'empêcher que les bouts des tuyaux ne cassent en sortant des moules (p.138), CHAPITRE XXIII. Du posage et du jointoyement des tuyaux. De la tranchée. Du mortier ou ciment propre au jointoyement. Conduite que doivent tenir les ouvriers en posant les tuyaux. De la jonction de deux conduites (p.148), CHAPITRE XXIV. Des Regards. Leur construction. Petits regards sans robinet. Manière de les couvrir (p.159), CHAPITRE XXV. Des moyens d'établir une conduite d'eau formée de tuyaux de pierre factice, dans des terrains sujets à s'affaisser (p.165), CHAPITRE XXVI. Des moyens de faire traverser une rivière à une conduite formée de tuyaux de pierre factice. Du passage d'un grand ruisseau (p.170), CHAPITRE XXVII. De la nécessité de placer des ventouses dans les conduites d'eau. Manière de les y placer et de les y disposer le plus avantageusement possible (p.175), CHAPITRE XXVIII. De la manière d'enclaver les ventouses et les robinets dans les tuyaux de pierre factice. Suppression des tuyaux de plomb auxquels sont adaptés les robinets. Explication d'un moule pour fabriquer les tuyaux qui portent un robinet (p.185),CHAPITRE XXIX. De la manière de construire des conduites d'eau d'un seul jet et sans joints, avec un cylindre dans une tranchée. Construction du tuyau. Manière très-simple d'y pratiquer des ventouses lorsque la conduite a peu de charge d'eau (p.190), CHAPITRE XXX. De la manière de construire des conduites d'eau en maçonnerie, sans se servir de cylindre et dont le canal aura depuis six pouces jusqu'à douze en carré. Développement d'un robinet; moyen d'agrandir le canal d'une conduite (p.196),CHAPITRE XXXI. Des moyens de trouver les eaux souterraines. Du temps et des lieux où il faut les chercher. De l'importance de bien connaître la nature des principes que contiennent les terres que l'eau traverse (p.205), CHAPITRE XXXII. Des Caniveaux ou chenaux et rigoles propres à l'irrigation et à l'usage des maisons. Manière de les fabriquer dans des moules et de les construire sur les lieux dans les terrains (p.214), CHAPITRE XXXIII. Description de deux moules, dont l'un pour fabriquer des caniveaux et l'autre pour des dalles ou carreaux (p.220), CHAPITRE XXXIV. De la construction des pierres creuses ou auges (p.225), CHAPITRE XXXV. De la construction des bassins et réservoirs (p.236), CHAPITRE XXXVI. Des Citernes, de leur utilité; l'eau de pluie qu'elles conservent, est, de toutes les eaux, la plus salubre. Une maison de quarante toises de superficie, peut ramasser, chaque année, 2,160 pieds cubes d'eau (p.242), CHAPITRE XXXVII. De la construction des citernes. Moyen de rectifier les citernes pour n'y recevoir que des eaux extrêmement pures (p.246), CHAPITRE XXXVIII. Sur l'emplacement des citernes, dans les souterrains et dans les maisons, à la hauteur que l'on jugera à propos (p.254), CHAPITRE XXXIX. De la manière d'établir des pompes en pierre factice; avantages de ces pompes. Des pompes aspirantes et des pompes aspirantes et refoulantes; des soupapes, pistons et de leur jeu (p.258), CHAPITRE XL. Manière de construire des carreaux avec des mortiers colorés propres à faire des pavés ornés de divers compartimens (p.277)........TRES RARE....en bon état malgré le léger défaut signalé(good condition in spite of the light defect indicated). bon état ‎

Librairie Guimard

Phone number : 06 81 28 61 70

EUR850.00
Get it on Google Play Get it on AppStore
MAUPASSANT - Sur L'Eau

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !