‎BAUM Vicki‎
‎Marion‎

‎Jeheber. 1946. In-8. Broché. Etat d'usage, Couv. partiel. décollorée, Dos abîmé, Rousseurs. 511 pages, traduit de l'anglais par Hélène Godart.. . . . Classification Dewey : 0-GENERALITES‎

Reference : RO40026080


‎ Classification Dewey : 0-GENERALITES‎

€9.95 (€9.95 )
Bookseller's contact details

Le-livre.fr / Le Village du Livre

ZI de Laubardemont
33910 Sablons
France

serviceclient@le-livre.fr

05 57 411 411

Contact bookseller

Payment mode
Others
Cheque
Others cards
Sale conditions

Les ouvrages sont expédiés à réception du règlement, les cartes bleues, chèques , virements bancaires et mandats cash sont acceptés. Les frais de port pour la France métropolitaine sont forfaitaire : 6 euros pour le premier livre , 2 euros par livre supplémentaire , à partir de 49.50 euros les frais d'envoi sont de 8€ pour le premier livre et 2€ par livre supplémentaire . Pour le reste du monde, un forfait, selon le nombre d'ouvrages commandés sera appliqué. Tous nos envois sont effectués en courrier ou Colissimo suivi quotidiennement.

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

‎[J.-A. Beaucé] DUMAS (Alexandre)‎

Reference : 5789

(1876)

‎La femme au collier de velours [suivi de :] Le capitaine Marion [et de :] La Junon‎

‎Paris, Calmann Lévy, 1876. 300 g Grand in-8 broché, 96-16-32 pp.. Illustré par J.-A. Beaucé et autres. Petits défauts sur la couverture. . (Catégories : Littérature, Livres illustrés, )‎


Phone number : 0148009159

EUR25.00 (€25.00 )

‎LOREDAN , Jean ‎

Reference : 3501

‎La grande misère et les voleurs au XVIIIème siècle - Marion du Faouët et ses "Associés" 1740 - 1770 de Jean LOREDAN ‎

‎ Paris, Editions Perrin et Cie, 1910 - In-8 - Reliure pleine toile - 1 è edition - Gravures & plans HT - XV + 402 pages - Bel Ex. très propre ‎


‎SOMMAIRE Marion du Faouët et sa bande (1740-1755) I. Les paysans au 18ème siècle en Bretagne II. Histoire et légende. Les parents et l'enfance de Marie Tromel III. L'adolescencede Marion IV. Une alerte V. Conflits judiciaires VI. Retour d'Henri Pezron. Histoire galantes et autres VII. Premières infortunes de Marion VIII. Au sortir des prisons de Rennes IX. Voleurs d'églisesX. Le Véhut XI. Un scandale. Par les chemins d'exil XII. Au sortir des prisons de Vannes. Un autre galant de Marion XIII. La fortune des Finefont XIV. Etienne Prévost, Alice et Cie XV. OlivierGuilherm XVI. Quelques inquiétudes. Une lettre royale XVII. Prisons bretonnes XVIII. Décadence de Marion XIX. Un fait sérieux et dramatique XX. Fugitifs XXI. Dernier procès et mort de Marion - Après la mort de Marion, les Parents, amis et sucesseurs de Marion (1755-1770) I. Corentin, Jeanne, Joseph, Guillaume Tromel et Cie II. Autres parents et amis de Mariondu Faouët III. Conclusion IV. Deux mendiantes. - ATTENTION: Colis recommandé uniquement sur demande (parcel recommended on request). Si vous désirez un remboursement équivalent au montant de votre achat, en cas de perte détérioration ou spoliation, demandez-nous expressément un envoi en recommandé (Attention : if you wish a repayment equivalent to the amount of your purchase, in case of loss - deterioration or despoliation, ask us expressly for a sending recommended)- Conditions de vente : Les ouvrages sont payables à la commande. Nous acceptons les règlements par chèque ou virement, PAS DE PAIEMENT PAYPAL -- Les frais de port sont affichés à titre Indicatifs. Nous pouvons être amené à vous contacter pour vous signaler le prix du supplément de port en fonction du poids - Possibilité d'envoi par Mondial-Relay - Réception en boutique sur rendez-vous. Librairie G. PORCHEROT - SP.Rance - 0681233148 ‎

A l's.p.rance - Brest

Phone number : 06 81 23 31 48

EUR150.00 (€150.00 )

‎LORÉDAN (Jean).‎

Reference : 70942

(1933)

‎La Grande Misère et les voleurs au XVIIIe siècle. Marion de Faouët et ses “associés”, 1740-1770, d'après des documents inédits.‎

‎ Perrin, 1933, in-8°, xv-402 pp, 2e édition, 5 pl. hors texte et une carte dépliante hors texte, notes, biblio, broché, bon état‎


‎"M. Lorédan a écrit un curieux chapitre d'histoire sociale, aussi abondamment documenté qu'on peut le souhaiter. Il a consulté plus de cinq cents pièces d'archives dans les différents dépôts des départements bretons avant de nous conter par le menu les destinées de Marion du Faouët et de sa bande. Assignations, monitoires, procès-verbaux de capture, interrogatoires, dépositions des témoins, testaments de mort, rapports d'exécution nous édifient complaisamment sur les faits et gestes de ces malandrins. Ces voleurs bretons n'ont rien d'héroïque. Ce sont de pauvres diables, merciers ou colporteurs, qui rançonnent le paysan, forcent les sacristies et quêtent insolemment, avant de finir à la potence ou sur la roue, parfois pour un maigre profit, un couvert volé ou un méchant chaudron. La justice ne leur est pas tendre, elle les laisse languir dans d'infectes prisons dont ils s'évadent, il est vrai, sans trop de peine, et après un procès sommaire leur applique le plus souvent la peine capitale et au préalable la question ordinaire et extraordinaire. Le livre de M. L. a le mérite de nous offrir un vivant tableau du régime judiciaire de l'ancienne France, de ses lenteurs, de ses complications et de ses duretés. Quant à l'héroïne même, il a suivi ses, traces dans des pièces nombreuses. Marie Tromel, simple fille de journaliers, née en 1717 près du Faouët, mène de bonne heure une existence errante, court les foires et les pardons, en compagnie de vagabonds et de voleurs dont elle devient vers 1743 le chef de bande. Incarcérée à Rennes en 1747, à Vannes en 1748, condamnée au bannissement, elle vit tranquillement au Faouët, mettant la région en coupe réglée ; arrêtée de nouveau en 1752, elle s'évade de la prison de Quimper ; reprise en 1755, elle y est exécutée la même année. La bande continue longtemps encore ses exploits ; M. L. suit jusqu'en 1770 les démélés que ces associés de Marion, souvent ses parents ou ses anciens galants, eurent avec la justice. Cette étude sera une utile contribution à l'histoire des moeurs de l'ancienne France et de la condition des paysans." (Revue critique d'histoire et de littérature, 1910) — "C'est un curieux chapitre d'histoire sociale que le volume très vivant, très richement documenté, que M. Lorédan a consacré à une Basse-Brette du XVIIIe siècle, Marie-Louise Tromel, dite Marion du Faouët. On y voit comment la misère jetait les pauvres « ménagers » de la mendicité dans le brigandage, et comment, dans ce pays coupé, à fermes dispersées, à routes impraticables, une bande d'énergiques partisans pouvait terroriser les populations, prélever une sorte d'impôt régulier sur les cultivateurs et sur les merciers, se rire des archers et des tribunaux ; comment les lenteurs de la justice, combinées avec les atrocités de la législation criminelle, les rivalités des juridictions entre elles, le délabrement des prisons, favorisaient les évasions. L'espèce de Mandrin femelle qui occupe une position centrale dans le récit de M. Lorédan a pu régner sur la lande de 1740 à 1755, malgré plusieurs arrêts de bannissement et plusieurs condamnations à mort. Après son supplice, « la bande à Marion » continue, quinze ans encore, à opérer entre Rosporden et Pontivy. – De pareilles études permettent de mesurer retendue du bienfait que fut, pour nos populations rurales, l'établissement d'un régime de paix publique. Celle de M. Lorédan fait, en outre, comprendre comment a pu s'organiser la chouannerie." (Henri Hauser, Revue Historique, 1910) — L’Ile-de-France a eu Cartouche ; le Dauphiné, Mandrin... la Bretagne a eu Marie Tromel, surnommé « Marion du Faouët », chef redouté d’une bande de brigands dont les actions défrayèrent la chronique durant plus de quinze années. Aujourd’hui le souvenir de cette héroïne hors-la-loi qui terrorisa tout le pays breton et qui fut pendue à Quimper en 1755 sous le règne de Louis XV, demeure un souvenir vivace dans la mémoire collective bretonne. Mais cette femme hors du commun est aussi la figure emblématique du petit peuple des campagnes et des bourgs de Bretagne ; elle est à sa manière le témoin vivant de l’époque noire du XVIIIe siècle, l’époque terrible de la Grande Misère. Et surtout elle est l’image de la révolte, du courage et de l’audace par l’énergie farouche qu’elle a su développer pour refuser le sort commun. L’oeuvre maîtresse de Jean Lorédan, éminent historien disparu en 1937, est sans conteste ce livre sur Marion du Faouët. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 45 41 59 20

EUR50.00 (€50.00 )

‎LORÉDAN (Jean).‎

Reference : 119787

(1910)

‎La Grande Misère et les voleurs au XVIIIe siècle. Marion de Faouët et ses “associés”, 1740-1770, d'après des documents inédits.‎

‎ Perrin, 1910, in-8°, xv-399 pp, 10 planches hors texte (8 illustrations et photos, 2 plans dont 1 sur une planche-double), notes, biblio, reliure papier fantaisie, dos lisse, pièce de titre chagrin carmin (rel. moderne), bord des feuillets jauni, bon état‎


‎"M. Lorédan a écrit un curieux chapitre d'histoire sociale, aussi abondamment documenté qu'on peut le souhaiter. Il a consulté plus de cinq cents pièces d'archives dans les différents dépôts des départements bretons avant de nous conter par le menu les destinées de Marion du Faouët et de sa bande. Assignations, monitoires, procès-verbaux de capture, interrogatoires, dépositions des témoins, testaments de mort, rapports d'exécution nous édifient complaisamment sur les faits et gestes de ces malandrins. Ces voleurs bretons n'ont rien d'héroïque. Ce sont de pauvres diables, merciers ou colporteurs, qui rançonnent le paysan, forcent les sacristies et quêtent insolemment, avant de finir à la potence ou sur la roue, parfois pour un maigre profit, un couvert volé ou un méchant chaudron. La justice ne leur est pas tendre, elle les laisse languir dans d'infectes prisons dont ils s'évadent, il est vrai, sans trop de peine, et après un procès sommaire leur applique le plus souvent la peine capitale et au préalable la question ordinaire et extraordinaire. Le livre de M. L. a le mérite de nous offrir un vivant tableau du régime judiciaire de l'ancienne France, de ses lenteurs, de ses complications et de ses duretés. Quant à l'héroïne même, il a suivi ses, traces dans des pièces nombreuses. Marie Tromel, simple fille de journaliers, née en 1717 près du Faouët, mène de bonne heure une existence errante, court les foires et les pardons, en compagnie de vagabonds et de voleurs dont elle devient vers 1743 le chef de bande. Incarcérée à Rennes en 1747, à Vannes en 1748, condamnée au bannissement, elle vit tranquillement au Faouët, mettant la région en coupe réglée ; arrêtée de nouveau en 1752, elle s'évade de la prison de Quimper ; reprise en 1755, elle y est exécutée la même année. La bande continue longtemps encore ses exploits ; M. L. suit jusqu'en 1770 les démélés que ces associés de Marion, souvent ses parents ou ses anciens galants, eurent avec la justice. Cette étude sera une utile contribution à l'histoire des moeurs de l'ancienne France et de la condition des paysans." (Revue critique d'histoire et de littérature, 1910) — "C'est un curieux chapitre d'histoire sociale que le volume très vivant, très richement documenté, que M. Lorédan a consacré à une Basse-Brette du XVIIIe siècle, Marie-Louise Tromel, dite Marion du Faouët. On y voit comment la misère jetait les pauvres « ménagers » de la mendicité dans le brigandage, et comment, dans ce pays coupé, à fermes dispersées, à routes impraticables, une bande d'énergiques partisans pouvait terroriser les populations, prélever une sorte d'impôt régulier sur les cultivateurs et sur les merciers, se rire des archers et des tribunaux ; comment les lenteurs de la justice, combinées avec les atrocités de la législation criminelle, les rivalités des juridictions entre elles, le délabrement des prisons, favorisaient les évasions. L'espèce de Mandrin femelle qui occupe une position centrale dans le récit de M. Lorédan a pu régner sur la lande de 1740 à 1755, malgré plusieurs arrêts de bannissement et plusieurs condamnations à mort. Après son supplice, « la bande à Marion » continue, quinze ans encore, à opérer entre Rosporden et Pontivy. – De pareilles études permettent de mesurer retendue du bienfait que fut, pour nos populations rurales, l'établissement d'un régime de paix publique. Celle de M. Lorédan fait, en outre, comprendre comment a pu s'organiser la chouannerie." (Henri Hauser, Revue Historique, 1910) — L’Ile-de-France a eu Cartouche ; le Dauphiné, Mandrin... la Bretagne a eu Marie Tromel, surnommé « Marion du Faouët », chef redouté d’une bande de brigands dont les actions défrayèrent la chronique durant plus de quinze années. Aujourd’hui le souvenir de cette héroïne hors-la-loi qui terrorisa tout le pays breton et qui fut pendue à Quimper en 1755 sous le règne de Louis XV, demeure un souvenir vivace dans la mémoire collective bretonne. Mais cette femme hors du commun est aussi la figure emblématique du petit peuple des campagnes et des bourgs de Bretagne ; elle est à sa manière le témoin vivant de l’époque noire du XVIIIe siècle, l’époque terrible de la Grande Misère. Et surtout elle est l’image de la révolte, du courage et de l’audace par l’énergie farouche qu’elle a su développer pour refuser le sort commun. L’oeuvre maîtresse de Jean Lorédan, éminent historien disparu en 1937, est sans conteste ce livre sur Marion du Faouët. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 45 41 59 20

EUR70.00 (€70.00 )

‎LE THEATRE N°205‎

Reference : RO10032636

(1907)

‎LE THEATRE N°205 - Mme Bartet - rôle de Marion de Lorme - Marion de Lorme - Comédie française - Marion delorme par Vcitor Hugo illustré de nombrueses photos pleine page (acteurs et scènes). La carrière dramatique de MArion De Lorme par emile Mas avec..‎

‎Manzi,Joyant et Cie.. juillet 1907. In-12. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 26 pages environ illustrées de nombreuses photographies noir et blanc et couleur.. . . . Classification Dewey : 792-Théâtre‎


‎Comédie française - Marion delorme par Vcitor Hugo illustré de nombrueses photos pleine page (acteurs et scènes). La carrière dramatique de MArion De Lorme par emile Mas avec photos dans le texte. Théâtre national de l'Opéra Comique - Fortunio (d'après Le Chandelier d'Alfred de Musset, poème de De Cavaillet et De Flers , musique de Messager A;) illustré de photos dans et hors texte , article par De Curzon. Théâtre national de l'Odéon - Monsieur de Prévan par Delaquys et Gumpel avec photo hors texte et in texte,article par Montcornet. la mode à la ville et au théâtre, illustré d'un encadré de voiles et chapeaux de Henry à la Pensée (5 faubourg Saint Honoré, photo in texte du sac valise Ernest Kees. Classification Dewey : 792-Théâtre‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 57 411 411

EUR29.80 (€29.80 )
Get it on Google Play Get it on AppStore
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !