‎GONZAGUE SAINT BRIS ‎
‎LA FAYETTE ‎

‎ Reliure avec jaquette - 16 x 24,5 - 407 pp - année 2007 - editions france loisirs‎

Reference : 16392
ISBN : 2298003157


‎‎

€10.00
Bookseller's contact details

Bouquinerie70
M. Jean-Pierre Ison
29 rue du Breuil
70000 Vesoul
France

ison@wanadoo.fr

09 67 76 84 33

Contact bookseller

Payment mode
Cheque
Others
Sale conditions

Les livres sont complets et en bon état sauf défauts dûment décrits. -Le port est à la charge du client. COMMENT COMMANDER : =1- Vous reservez par e-mail (ou téléphone) en précisant références, titres et auteurs. =2- Nous vous indiquons par e-mail (ou téléphone) si les livres sont disponibles ainsi que les frais de port. =3- Vous nous réglez par chèque français ou par mandat international (IMO). =4- A réception de votre règlement, nous vous expédions les ouvrages aux frais réels.

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

‎Etienne Taillemite‎

Reference : 7120

(1989)

‎La Fayette‎

‎État : Bon état - Année : 1989 - Format : in 8° - Pages : 623pp - Editeur : Fayard - Lieu d'édition : Paris - Type : Broché - Divers : Franges des plats de couv un peu frottées avec qqes légers plis de lecture. Intérieur bien propre. - Commander rapidement : https://www.bons-livres.fr/livre/etienne-taillemite/7120-la-fayette?lrb‎


‎La Fayette est bien connu, bien que très imparfaitement, pour son role dans la guerre d'indépendance américaine, dans les prémices de la Révolution française, dans la déchéance de Napoléon et dans l'avénement de la monarchie de Juillet. En fait, cette homme aux idées ˮavancéesˮ issues des ˮLumièresˮ a été, selon l'auteur, un homme du XXème siècle qui a vu triompher ses idées. ˮQuel fut véritable cet homme, avec ses grandeurs et ses faiblesses? Quels furent ses idées, ses conceptions politiques,ses chimères? Les accusations portées contre lui par ses ennemis de tous bords sont-elles fondées? ce livre tentera de répondre à ses questions.ˮ‎

Phone number : 09 63 58 85 14

EUR11.00

‎CHAFFANJON (Arnaud).‎

Reference : 2109

(1976)

‎La Fayette et sa descendance.‎

‎ Berger-Levrault, 1976, pt in-4°, 327 pp, une peinture sur toile inédite en couleurs représentant La Fayette en frontispice, 14 portraits et gravures sur 6 pl. hors texte, 8 tableaux généalogiques, annuaire de la descendance de La Fayette, biblio, index, broché, jaquette illustrée, bon état‎


‎La Fayette est à la fois, en lui-même, une institution et un phénomène social, dont le nom est l'un des plus connus du monde, sinon le plus prestigieux, parce qu'il est le symbole de la liberté pour tout un peuple, sinon pour tout un continent, voire pour le monde entier. Sa descendance, riche en hommes de valeur, donnera une pléïade d'hommes politiques : représentants du peuple, députés, sénateurs, ministres, conseillers généraux et maires, qui serviront la France à travers tous les régimes... — "Cet ouvrage exhaustif peut être considéré par sa richesse et sa clarté comme un modèle du genre. Il comporte d'abord une généalogie très complète des du Motier, maison d'origine chevaleresque, l'une des plus anciennes et des plus illustres d'Auvergne, depuis Pons Motier, seigneur de La Fayette, cité en l'an mil et père d'un Gilbert qui participa à la première croisade. Trois personnages brillent dans cette lignée d'un particulier éclat : un autre Gilbert qui fut comblé de faveurs par Charles VII et créé maréchal de France en 1420 ; Louise, sa descendante au septième degré, fille d'une Bourbon-Busset, qui inspira à Louis XIII un sentiment d'ailleurs partagé et, pour ne pas céder à une inclination coupable, prit le voile chez les religieuses de la Visitation ; Marie- Madeleine, comtesse de La Fayette, l'auteur de l'immortelle “Prìncesse de Cleves” dont l'unique petite-fille, avec laquelle s'éteignit la branche aînée, épousa en 1706 le duc de La Trémoille, et dont le fils avait substitué la branche cadette des Motier de Champetières, celle du général, aux nom et armes des La Fayette. Cette généalogie est suivie de celle de la maison de Noailles à laquelle appartenait l'épouse de Gilbert, Adrienne, l'une des filles du duc, puis de la filiation en ligne féminine de saint Louis jusqu'au héros de la guerre d'Indépendance, du tableau de ses seize quartiers, de l'héraldique de sa maison et de la généalogie de deux autres familles originaires de la même province mais dépourvues de tout lien du moins apparent avec les du Motier, les Calemard de La Fayette et les Alloues de La Fayette, aujourd'hui éteints. La seconde partie du livre est consacrée à la postérité de Gilbert et d'Adrienne, issue de leurs quatre enfants : Henriette, morte en bas âge, Anastasie, comtesse Charles de La Tour Maubourg, George-Washington, et Virginie, marquise de Lasteyrie. C'est parmi leurs très nombreux descendants que le jeu des alliances et le hasard des inégalités de fortune produiront ces saisissants contrastes qui donnent à de tels travaux leur intérêt psychosociologique. Ainsi, tandis que par les Perrone di San Martino, dont deux frères épousèrent deux sœurs La Tour Maubourg, et surtout par le mariage de l'une des filles avec un comte Rignon, Gilbert de La Fayette est maintenant l'ancêtre de princes Orsini, Pignatelli, Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, d'archiducs de Habsbourg-Lorraine, de princes de Liechtenstein, de Prusse, d'Oettingen-Wallerstein, d'Orléans, Ruffo di Calabria et, depuis que Paola est devenue princesse de Liège, de Saxe-Cobourg-Gotha, la postérité de George-Washington est moins prestigieuse. Ses filles, qui seules firent souche, épousèrent l'une Adolphe Périer, (d'où Octavie mariée à Sigismond de Pourcet, baron de Sahune), la deuxième Maurice Bureaux de Pusy et la dernière le comte Gustave de Beaumont. Les Sahune et les Pusy furent autorisés à ajouter à leur patronyme le nom de La Fayette, les premiers par un décret de 1904, les seconds par un décret de 1928. L'auteur traite ensuite la question de la citoyenneté américaine de ses descendants. Gilbert, lors de son voyage triomphal aux Etats-Unis, reçut la nationalité de l'Etat de Maryland. Ce privilège fut étendu à ses héritiers mâles qui devinrent ainsi citoyens américians. Huit tableaux généalogiques, dont trois montrent les alliances des descendants de François II empereur d'Autriche, de Louis-Philippe et du roi Jérôme avec les siens, et la liste alphabétique – noms et adresses – de ces derniers, terminent ce travail considérable auquel ne manque pas la moindre date, et où chaque notice biographique, même sur des personnages secondaires, est particulièrement substantielle, travail qui a demandé à Arnaud Chaffanjon douze années de recherches." (Jacques de Ricaumont, Revue des Deux Mondes, ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 45 41 59 20

EUR50.00

‎Pièce manuscrite / LA FAYETTE ou LAFAYETTE (Gilbert du Motier, Marquis de La Fayette)(1757-1834). ‎

Reference : 69460

‎Pièce manuscrite 'ORDRE DONNÉ PAR M. DE LA FAYETTE, le 8 Juin 1792'. ‎

‎ . s.d. (1792) - Pièce manuscrite de l'époque (copie) en un double feuillet de papier vergé filigrané ivoire [31,5x20 cm], 3 pages manuscrites. Pliure horizontale. Bon exemplaire. ‎


‎ORDRE DONNÉ PAR M. DE LA FAYETTE, le 8 Juin 1792. Le Général d'Armée voit avec beaucoup de peine, que malgré ses ordres réitérés, les distributions ont été faites avec une inconcevable négligence: il charge les officiers généraux, ainsi que l'Etat Major et les chefs de corps, de lui rendre compte de toutes les fautes commises par les différents préposés des administrations, afin qu'il les fasse punir sur le champ de la manière la plus exemplaire. Il sera donné demain avant 11 heures du matin par les chefs des admons, et sous leur responsabilité, un état signé d'eux de tous les préposés aux differents services de l'armée, dont ils sont chargés, de leur distribution dans les differentes divisions de l'Armée, et toutes les fois qu'il y aura un changement à cet egard dont le chef donnera les motifs par écrit: il sera rendu compte du changement, et de la manière dont le remplacement aura été fait: ces etats seront remis au commissaire général, de manière à ce qu'il puisse avant 11 heures, les porter au chef de l'Etat Major de l'Armée. Toutes les fois que l'armée montrera (?) les chefs des différents Services, ainsi que les préposés aux distributions générales donneront à l'etat Major un etat signé d'eux, des fonctions dont ils sont chargés, ainsi que du logement qu'ils ont pris; lequel sera toujours hors des villes, où il est deffendu d'entrer, et entre les deux lignes de l'armée, soit sous des tentes, soit au bivouac: ils ne s'écarteront de cette règle que d'après une permission signée du chef de l'etat major. Les préposés aux distributions particulières dans les divisions de l'armée se conduiront de même, envers les chefs de ces divisions. Lorsqu'un préposé aura manqué au rendés vous, qui aura été donné, où que sur la demande signée d'un chef de corps, il aura refusé la distribution dont il est chargé, il sera sur le champ envoié une ordonnance au quartier Gal, où le Général d'Armée a laissé un ordre permanent, d'envïer chercher sur le champ par la Gendarmerie Nationale le préposé délinquant; lequel sera puni de son inéxactitude, à moins qu'il ne dénonce par un état signé de lui, celle de son supérieur qui auroit négligé de faire trouver en suffisance aux points convenus, les objets dont la distribution a été indiquée; à tous le général d'armée autorise les officiers généraux et supérieurs, commandantsdes corps détachés, à ordonner ses punitions du préposé qui auroient manqués à leurs devoirs. Le Général d'Armée déclare, que tout emploié qui, après de der avis, aura été coupable de négligence, sera puni avec la rigueur la plus immédiate, et la plus sevère. Le Commissaire Général de l'Armée et à son défaut, un commissaire de guerre de service, se trouvera tous les jours à l'ordre: comme ils sont responsables de l'exactitude du service, le Général de l'Armée recevra d'eux une feuille pareille à celle qui est donnée par les chefs de corps, qui indique toutes les fautes commises dans l'administration, et toutes les punitions ordonnées; le tout sous la même responsabté de leur part, pour le maintien de la discipline dans cette partie de l'armée, que celle à laquelle les chefs du corps sont soumis. Le Général d'Armée previent les chefs de corps qui ont laissé partir du chariot qu'ils avoient ordre de retirer, qu'ils ne pourront s'en prendre qu'à eux mêmes si leurs equipages restent en arrière. Il sera accordé jusqu'a nouvel ordre, l'augmentation ... ... qui avait lieu à ...: les troupes qui n'ont pas de couvertures et d'autres effets de campement, en rendront compte sur le champ à l'Etat Major. Le Général d'Armée signé Lafayette Et audessous, Pour Copie ******************************** DÉSTOCKAGE - LA BOUTIQUE FAIT UNE REMISE DE 50 % SUR TOUT LE CATALOGUE: LES PRIX AFFICHÉS TIENNENT COMPTE DE LA REMISE DE 50 %. - librairie.passe-temps@orange.fr - 06 78 36 86 46 *************************** ‎

Phone number : 06 78 36 86 46

EUR30.00

‎ARNAUD (Raoul).‎

Reference : 31929

(1913)

‎Sous la Rafale. Etudes d'histoire révolutionnaire, d'après des documents inédits. Une héroïne de la piété conjugale : Madame de La Fayette. – La fin tragique d'un mariage d'amour : Madame de Bellescize. – La Terreur à Nîmes : Mademoiselle Chabaud de Latour.‎

‎ Perrin, 1913, fort in-8°, 391 pp, 6 pl. de gravures hors texte, broché, état correct‎


‎"M. Raoul Arnaud ajoute une étude très solide et très intéressante à celles qu'il a déjà publiées sur la Rvolution. “Sous la Rafale” est un ouvrage documentaire. Mais les récits, simplement traités, sont si émouvants par eux-mêmes ; ils nous font pénétrer la psychologie. des personnages de l'époque d'une façon si précise, que je ne connais guère de lecture plus attachante. Les romans d'aventures sont fades à côté de ces histoires tragiquement vécues, et c'est bien là qu'il faut rechercher la vérité sur le jacobinisme, la Terreur, et toutes les illusions « libérales » qui les ont enfantées. La Fayette est le type achevé des illusionnistes « constitutionnels » de 1789. Sa femme, – « héroïne de la piété conjugale, » comme la qualifie M. Arnaud, – a suivi pas à pas son mari dans toutes ses erreurs. Dans son salon se pressèrent « en foule » les « républicains de la plus belle eau » (Gouv. Morris). Le marquis, « dont toutes les préférences étaient pour la République, » avait employé une grande partie de sa fortune à « mettre son nom à la tète de la Révolution, » et cette « sainte folie » se perpétua. En son château de Chavagnac, Mme de La Fayette, devenue « suspecte, » préférait toujours la compagnie des « patriotes » à celle des aristocrates. Le supplice de Louis XVI lui fit horreur, mais les régicides, – Vergniaud, Desmoulins, Hérault, Danton, Robespierre – n'étaient-ils pas ses anciens commensaux ? Qu'avait-elle à en redouter ?.... En 1794, elle fut incarcérée au collège du Plessis, – la « boutique à Fouquier, » – où dix-sept cents détenus attendaient la guillotine. Parmi eux, se trouvait sa soeur, la vicomtesse de Noailles, dont le mari avait, lui aussi, donné tant de gages aux démagogues. Cependant, « elle ne fut jamais assaillie d'aucune crainte ; » elle était « patriote » et n'avait fait que du bien... Les « fournées » vidaient la prison : il y eut alors jusqu'à treize cent soixante-seize exécutions en sept semaines ! Mme de La Fayette, d'ailleurs bonne chrétienne, restait calme : « Je pardonne de tout mon coeur à mes ennemis, écrivit-elle dans son testament...., à mes persécuteurs quels qu'ils soient et même aux persécuteurs de ceux que j'aime. » Ces « persécuteurs, » c'étaient les guillotineurs de la maréchale de Noailles qui monta sur l'échafaud à l'âge de soixante-dix-sept ans, avec sa fille, la duchesse d'Ayen, sa petite-fille, la vicomtesse de Noailles, et une demi-douzaine d'autres dames... Le 9 thermidor sauva Mme de La Fayette qui, très courageusement, alla s'enfermer avec son mari dans la prison autrichienne d'Olmültz, où le « héros des deux mondes » expiait « le crime d'avoir été l'apôtre de la liberté. » Elle crut y mourir du scorbut. Délivrée en 1797, la famille alla s'établir à Witmold (Holstein), chez la soeur du duc d'Ayen, la comtesse de Tessé, toujours « libérale et voltairienne, » puis à Vianen, en Hollande, où La Fayette « se réjouissait de voir un arbre de la liberté devant sa fenêtre, » enfin à la Grange-Blesneau (en Brie). Elle mourut, en 1807, à Paris, chez Mme de Tessé, et fut enterrée au cimetière de Picpus : là reposaient seize cents victimes de la Révolution, parmi lesquelles sa mère, sa grand'mère et sa soeur, guillotinées cinq jours avant la chute de Robespierre... “Sous la Rafale” renferme deux autres récits intitulés : La fin tragique d'un mariage d'amour, Mme de Bellescize, et La Terreur à Nîmes : Mlle Chabaud de Latour. Le premier de ces « épisodes » présente de curieux détails sur les massacres de Pierre-en-Cise, – la « Bastille lyonnaise, » – dont le marquis de Bellescize était gouverneur, et sur les émigrés de Turin. Fille unique du marquis de Troussebois, l'héroïne épouse, malgré son père, Charles de Bellescize, vagabond déclassé qui s'est fait colporteur et vient à Paris traîner sa misère. Il se dit « bon patriote » : la section des Tuileries lui accorde des « mentions civiques ; » il monte la garde au Comité et au Temple ! Au reste, la situation du jeune couple est épouvantable : tandis qu'Armande se meurt de faim et de froid dans sa mansarde, Charles court à la recherche d'un morceau de pain ; la nuit, il se terre où il peut, et « deux fois il dormit avec les dogues qui gardaient les halles. » Dénoncé par son beau-père, – que son acte infâme ne sauve pas, du reste, de l'échafaud, – il est ar¬rêté comme conspirateur (!) et guillotiné le 26 ventôse an II : Fouquier-Tinville s'est servi contre lui du réquisitoire déjà prononcé contré Troussebois... Folle de douleur, Armande ne veut pas survivre à son amour : elle va se livrer elle-même aux administrateurs de la police, se nomme, se garde de dire qu'elle est sur le point d'être mère, comparaît, le 7 flôréal, devant le tribunal révolutionnaire, n'entend même pas qu'on l'accuse « d'avoir conspiré contre le peuple français, » et monte, le soir même, sur l'échafaud. – Son corps rejoignit au cimetière de la Madeleine ceux de son mari et de son père... Mlle Chabaud de Latour n'eut pas une fin si tragique : mais elle n'y échappa et ne sauva son frère, le lieutenant-colonel Antoine Chabaud, que grâce à sa merveilleuse énergie. L'auteur trace du mouvement révolutionnaire à Nîmes un tableau qui nous paraît trop favorable aux protestants devenus les maîtres de la cité. Au reste, M. Arnaud ne tarde pas à étaler leur lâcheté : en juillet 1793, leur simulacre de résistance à la Montagne conventionnelle aboutit à la plus servile des soumissions. A Pont-Saint-Esprit, les « guerriers » nîmois se rendirent sans verser une goutte de sang. Parmi les marchands, qui avaient « voué au mépris public » les proconsuls jacobins, ce fut « à qui, le plus tôt, ferait amende honorable. » Et Nîmes fut livré à de féroces terroristes qui firent tomber jusqu'à trente et une têtes en une seule journée : « Les jours d'exécution, de véritables orgies avaient lieu chez Courbis, dont la maison donnait sur l'Esplanade. Le représentant Borie, les juges au tribunal, les membres de la municipalité et du Comité révolutionnaire, viennent là comme au spectacle. » Vers thermidor, plus de quatre mille personnes étaient en prison. Mme Chabaud était parmi elles : la chute de Robespierre obligea le tribunal à l'acquitter, et elle put rejoindre son mari, que Mlle Chahaud avait réussi à faire évader de la citadelle quelques heures avant sa comparution devant les exécuteurs." (Gustave Gautherot, Revue des Questions historiques, 1914) ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 45 41 59 20

EUR25.00

‎COLLECTIF‎

Reference : RO30024694

(1996)

‎ICARE N°158 - L'ESCADRILLE LA FAYETTE - TOME 1‎

‎ICARE. 1996. In-Folio. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 129 pages. Nombreuses photos en noir et blanc dans et hors texte.. . . . Classification Dewey : 629.1-Aviation‎


‎Sommaire: Le La Fayette Flying Corps et l'escadrille La Fayette, Entraînement au pilotage, Au front, l'ennemi, Un pilote de bombardement, Un célèbre écrvain, Lufbery, Thomas Cassady, du La Fayette Flying Corps, un grand ami de la France, Le monument de l'escadrille La Fayette, Les bases de l'escadrille La Fayette. Classification Dewey : 629.1-Aviation‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 57 411 411

EUR29.80
Get it on Google Play Get it on AppStore
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !