1 2 3 4 ... 21 38 55 72 ... 76 Next Exact page number ? OK

Reference : 20171

(1877)

‎Album de l'Ile des Pins (Premier du nom).‎

‎Directeur Léonce Rousset ; l’Ile des Pins, chez M. Hocquard, imprimeur, s.d. [1877] ; pas de numéros, in-4° (22,5 x 17,5 cm), numérotation continue, 36 pages en tout, dessins de Ed. Massard.‎


‎C’est le plus rare des journaux parus à l’Ile des Pins. Nous avons : pp. 1 à 4 (bord extérieur absent sur quelques millimètres, plus la marge), 9 à 24, 29 à 36 ; dessins : le premier dessin représente une femme à genoux sur un promontoire, en deuil, un mouchoir à la main, tenant son fils dans son bras gauche et au loin, un bateau à voile qui s’éloigne, pour illustrer le premier article : “L’Ile des Pins, ce qu’elle fut, ce (qu’elle) est. La déportation” ; le texte est encadré ; p. 9, dessins de Tenériffe, Dakar, Gorée qui étaient des escales des navires qui allaient en Nouvelle-Calédonie ; f. 13 : arrivée des déportés à l’Ile des Pins ; p. 17, portrait de Samuel, chef de la tribu de Gadji (campagne de l’Ile des Pins) ; p. 21, portrait de Hortense, soeur de Samuel ; p. 29 : une case canaque ; p. 33 : Pilou-Pilou. Nous avons également un feuillet, imprimé au recto seul qui s’intitule “Conditions de l’Abonnement” suivi d’une présentation : L’Album de l’Ile des Pins paraitra toutes les semaines et contiendra une page de dessins et trois pages de texte. Il formera à la fin de l’année un beau volume de 208 pages ; suivent le prix de l’abonnement de 1 F par mois pour l’Ile des Pins et 1 F 50 pour Nouméa, etc. sur la partie droite, il y a l’amorce d’un dos comme s’il s’agissait de la couverture prévue. Ensemble un peu défraichi avec quelques taches et des déchirures avec très peu de perte, l’ensemble reste exceptionnel et très intéressant, on imagine la prouesse technique pour réaliser ces lithographies sur un petite presse à bras et les difficultés de se procurer le papier, l’encre, etc.Nous avons donc 7 numéros sur les 11 parus, l’album ne fut jamais achevé. Port et assurance inclus pour tout envoi en France Métropolitaine (sauf mention contraire).‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 04 78 37 21 35

EUR800.00

Reference : 3198

‎Album lithographié de modèles pour les peintres (imp. D'Aubert et cie, place de la Bourse), 23 lithographies‎

‎bel alb. à l'italienne, 30x22,5 - 1/2 rel. bas. prune, plats marbrés‎


‎bel ex.parfait ét.‎

Phone number : 05 56 91 36 79

EUR280.00

Reference : CCC-614

(1927)

‎ALBUMS LITHOGRAPHIQUES ET ESTAMPES MODERNES. COLLECTION D' UN AMATEUR. 07/06/1927. ‎

‎101. broche, tres abime, illustrations noir/blanc, 31 pages, 24 cm X 15,5 cm, photos possible‎


‎Pas de frais port‎

Librairie Cella - Savigny le temple

Phone number : 0611998002

EUR14.00

‎[Pechstein - Munch - Kokoschka - Slevogt - Janthur - Jaeckel - Geiger - Corinth - Heckel - Kokoschka ] - ‎ ‎‎

Reference : 011333

(1918)

‎Almanach auf das Jahr 1919. Herausgegeben vom Verlag Fritz Gurlitt. ‎

‎Berlin Verlag Fritz Gurlitt 1918 In-8 broché, couverture illutrée ‎


‎Edition originale de cet almanach de l'éditeur allemand Gurlitt, dont le catalogue figure in fine. Couverture en couleurs de Cesar Klein, un peu brunie. Textes et illustrations de Eulenbreg, Biermann, Daubler, Swift, Polgar, Grossmann, Pechstein, W. Wagner, O. Kokoschka, M. Slevogt, R. Janthur, W. Geiger, L. Corinth,... Hors texte, 3 ESTAMPES ORIGINALES: 2 lithographies de Richard JANTHUR et Lovis CORINTH, et 1 gravure sur bois de Max PECHSTEIN. Très bon 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR150.00

‎[Rooskens] - ‎ ‎‎

Reference : 010109

(1972)

‎Anton Rooskens - Ariel 20‎

‎Paris Galerie Ariel 1972 In-4 En feuilles, couv. illustrée ‎


‎Catalogue de l'exposition organisée en janvier 1972 . Texte et 7 illustrations de l'artiste . En couverture et double page centrale, 2 LITHOGRAPHIES ORIGINALES en couleurs de Rooskens. Tirage à 600 exemplaires numérotés.> Bel exemplaire. Très bon 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR80.00

‎[Lindstrom] - ‎ ‎‎

Reference : 010107

(1968)

‎Bengt Lindstrom- Ariel 11‎

‎Paris Galerie Ariel 1968 In-4 En feuilles, couv. illustrée ‎


‎Catalogue de l'exposition organisée en mars 1968. Texte "Le Chant de Hamdir" tiré de l'ancien chant héroïque de l'Edda, et 9 illustrations de l'artiste. En couverture et en double page centrale, 2 LITHOGRAPHIES ORIGINALES en couleurs de Lindström . Tirage à 500 exemplaires numérotés. >Petite fente au dos, mais bel exemplaire contenant en plus une carte de voeux de Lindstrom, LITHOGRAPHIE en couleurs signée dans la pierre et justifiée 229/400. Très bon 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR140.00

Reference : 010116

(1971)

‎Carte blanche à la galerie Stéphane Jansen à Bruxelles - Ariel 18‎

‎Paris Galerie Ariel 1971 In-4 En feuilles, couv. illustrée ‎


‎Catalogue de l'exposition organisée en avril 1971. Texte de Jean Pollac. Portraits photographiques d'Alechinsky, Appel, Bitran, Dominguez, Georges, Gillet, Jorn, Reinhoud, Stenne, Tabuchi, Valdivieso, Vandercan, Bram Van Velde, . En couverture et en double page centrale, 2 LITHOGRAPHIES ORIGINALES en couleurs de Pierre COURTIN et Serge VANDERCAN. Tirage à 750 exemplaires numérotés.> Bel exemplaire. Très bon 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR50.00

‎[Bernard Cathelin] - ‎ ‎‎

Reference : 001347

(1958)

‎Cathelin‎

‎New York Findlay Galleries 1958 In-8 à l'italienne En feuilles, couv. illustrée Ed. originale ‎


‎Edition originale. Catalogue de la première exposition de Cathelin aux Etats Unis à la galerie Findlay en 1958. Illustré de 2 lithographies originales en couleurs, une en couverture et l'autre hors texte à double page . Un des 250 exemplaires sur vélin avec une lithographie originale supplémentaire de Cathelin, signée par l'artiste. Exemplaire dédicacé par l'artiste. Trés bon état 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR180.00

Reference : 19374

(1957)

‎Chagall Das Graphische Werk‎

‎ Hatje in-4° No Dust Jacket Toile Éditeur Décorée Stuttgart 1957 151 pp, texte en allemand ‎


‎Bon ‎

Librairie Le Cosmographe - Vernou sur Brenne

Phone number : 33 02 47 29 11 95

EUR15.00

Reference : 35353

(1890)

‎Construction n°16 : Voiture-Phaëton. Imagerie d'Epinal OLIVIER-PINOT‎

‎OLIVIER-PINOT, Epinal s.d. (circa 1890), 29,5 x 40,5 cm, une feuille.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, moyen format, imprimée sur papier fort. Coins manquants, importantes déchirures en marges de droite et inférieure avec manque mais sans atteinte à l'estampe, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. ?À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR60.00

Reference : 26145

(1890)

‎Construction n° 42 : Corbeille à ouvrage‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR100.00

Reference : 26130

(1890)

‎Construction pour enfants n°15 : le Puits de la ferme‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 26114

(1890)

‎Constructions mécaniques n°49 : Scierie (ce sujet fonctionne au moyen du sable)‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Infimes manques marginaux sans aucune atteinte à la gravure, sinon très bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 26694

(1890)

‎Constructions mécaniques n°63, fonctionnant au moyen du sable : les Forgerons‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Légères et marginales rousseurs, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 26135

(1890)

‎Constructions n° 31 bis : Meubles & accessoires‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Une petite déchirure restaurée en marge gauche, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 26107

(1890)

‎Constructions n°31 : Meubles & accessoires‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 39 x 49 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Une petite déchirure restaurée en marge (2 cm) sans aucune atteinte à la gravure, sinon très bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 25467

(1890)

‎Constructions pour enfant : Cassette n°22. ‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 39 x 49 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Trois petites déchirures restaurées en marge (1 cm) sans aucune atteinte à la gravure, sinon très bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR100.00

Reference : 26407

(1890)

‎Constructions pour enfants n°16 : Moulin à vent‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Infimes déchirures en marge inférieure, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 26655

(1890)

‎Constructions pour enfants n°23 : Petits meubles‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Légères rousseurs marginales sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 26399

(1890)

‎Constructions pour enfants n°9 : La messe au camp‎

‎Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm.‎


‎Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les "Grandes Constructions" au format de 39 x 49 cm, les "Moyennes Constructions" et les "Petites Constructions". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou "théâtre chez soi" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR150.00

Reference : 8692

(1987)

‎Corpet, Desgrandchamps, Moignard. ‎

‎ 1987 Daviot, Paris, 1987. Un volume in-4 en feuilles sous couverture couleur beige imprimée et rempliée, sous étui pleine toile rouge, non paginé, 84 lithographies originales. Très bon état, l'un des 150 (le n°75), signé par les trois artistes. ‎


‎ La librairie est ouverte du mardi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h00. Commandes par courriel ou téléphone. Envoi rapide, emballage soigné. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 02 31 86 36 38

EUR150.00

‎[Cueco] - ‎ ‎‎

Reference : 004314

‎Cueco‎

‎Sarlat Ancien évéché In-8 Agrafé Edition originale ‎


‎Rare catalogue illustré de 3 LITHOGRAPHIES originales hors texte en couleurs de Henri Cueco, l'une sur double page. Biographie de l'artiste et liste des oeuvres exposées. Bon exemplaire 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR80.00

‎[marc chagall] - ‎ ‎‎

Reference : 16916

(1950)

‎Derrière le Miroir.‎

‎Paris, Maeght ; N°27-28, mars-avril 1950, in-folio, broché : Chagall. Couverture, lithographie originale de Marc Chagall ; page 4-5, lithographie originale de Chagall, signée et datée 1950 dans la pierre. Cinq dessins en noir et blanc de Chagall.‎


‎Petite tache de café en bord de marge de la couverture et en intérieur, sans gravité ; petites traces de poussière et de manipulation mais bon exemplaire dans l'ensemble, aux couleurs fraiches. Port et assurance inclus pour tout envoi en France Métropolitaine (sauf mention contraire).‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 04 78 37 21 35

EUR350.00

‎[Tumuc-Humac] - ‎ ‎‎

Reference : 2093

(1954)

‎Derrière le miroir, dessins indiens du Tumuc-Humac. ‎

‎Paris, Pierre à Feu, 1954 ; in-folio, en feuillets sous chemise illustrée en couleurs, 12 planches de dessins hors-texte dont les pages de garde et le dernier plat, 4 planches photographiques noir et blanc hors-texte ; 8 ff.‎


‎Numéro entièrement lithographié par Mourlot. Dessins exécutés par les Indiens Oyanas du village de Yanamalé, sud de la Guyane Française, à la frontière du Brésil, et rapportés par l'expédition Guyane-Tumuc-Humac (1951-1952). Francis Mazière, chef de l'expédition, photographies de Dominique Darbois. Exemplaire en bel état. Port et assurance inclus pour tout envoi en France Métropolitaine (sauf mention contraire).‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 04 78 37 21 35

EUR70.00

‎[UBAC] - ‎ ‎‎

Reference : 003404

(1961)

‎Derrière le miroir n° 130 Ubac‎

‎Paris Maeght 1961 Grand In-4 En feuilles ‎


‎PREMIER TIRAGE. Numéro édité pour l'exposition UBAC à la Galerie Maeght en novembre 1961. Textes de Francis Ponge " L'Ardoise " et Pierre Volboudt " Stèles ". 7 lithographies originales en couleurs de Ubac dont deux en couverture et une sur double page. 13 reproductions. Bon exemplaire 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR35.00
1 2 3 4 ... 21 38 55 72 ... 76 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Lithographs

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !