Número de resultados : 1.535 (62 Página(s))
[1] 2 3 4 5 6 7 ... 14 21 28 35 42 49 56 ... 62 Página seguinte Ultima página

Referência : 26141

‎"Construction pour enfants n°33 : Basse-cour, poulailler, lapinière, pigeonnier"‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Une petite déchirure restaurée en marge gauche (3 cm) sans atteinte à la gravure, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. A small repaired tear in left margin (3 cm) without damage to the engraving, otherwise good condition, very well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 26694

‎"Constructions mécaniques n°63, fonctionnant au moyen du sable : les Forgerons"‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Légères et marginales rousseurs, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. And light marginal foxing, otherwise good condition, very well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 25454

‎"Grandes constructions : Le Marengo, vaisseau cuirassé. Imagerie d'Épinal n° 376"‎

‎" - Encre et lavis sur papier s.d. (circa 1880-1900), 39 x 49 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Une infime pliure dans l'angle inférieur droit, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. Metz et Nancy sont également des villes où l'on trouve des centres d'imagerie ayant une une importante production . À l'origine l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, color lithograph, large format, printed on paper fort.Une tiny fold in the lower right corner, otherwise fine condition, colors very well conservées.Ces boards are constructions or cardboard models, on which a patron was printed. This pattern must be cut and assembled to build various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models which cut the ""Broad Constructions"" at size 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were published with the object architecture, costumes, boats and other vehicles. During the same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until World War II. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to publish series such images, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or drawn from successful novels. Imaging of Epinal has its roots in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. Metz and Nancy are also cities where there are imaging centers with significant production .At behind the image is engraved on a wooden board and printing is carried out using a hand press. It is then colored using stencils. In the nineteenth century, is produced from wood carved moldings lead: stereotypes, which increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, finer designs. In 1900, the setting is always color stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Encre et lavis sur papier _s.d. (circa 1880-1900) 39 x 49 cm ‎

Referência : 35325

‎"Moyennes constructions : Express américain en trois feuilles. Imagerie d'Épinal Pellerin n°1092, n°1092bis & n°1092ter. "‎

‎" - Pellerin & Cie, Epinal s.d. (circa 1890), 29,5 x 40,5 cm, une feuille. - Express américain : 1ère feuille - Locomotive ; 2ème feuille - Tender et fourgon ; 3ème feuille - Wagon. Image d'Épinal, lithographie couleurs, moyen format, imprimée sur papier fort. 3 planches agrafées ensemble. Coins gauches des trois planches très légèrement émoussés, couleurs légèrement passées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. ?À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] American Express: 1st sheet - Locomotive; 2nd sheet - Tender and van; 3rd leaf - Wagon. Image of Epinal, lithograph in colors, medium format, printed on heavy paper. 3 boards stapled together. Left corners of boards slightly bumped three colors slightly past. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Pellerin & Cie Epinal _s.d. (circa 1890) "29,5 x 40,5 cm" une feuille‎

Referência : 35323

‎"Moyennes constructions : Le ZEPPELIN, Ballon dirigeable militaire allemand. Imagerie d'Épinal Pellerin n°920. "‎

‎" - Pellerin & Cie, Epinal s.d. (circa 1890), 29,5 x 40,5 cm, une feuille. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, moyen format, imprimée sur papier fort. Plis au niveau des coins supérieur et inférieur droits, légère déchirure en marge de droite sans atteinte à l'estampe, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. ?À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, medium format, printed on heavy paper. Folds at the upper corners and lower right, slight tear in right margin without affecting the print, well preserved colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Pellerin & Cie Epinal _s.d. (circa 1890) "29,5 x 40,5 cm" une feuille‎

Referência : 005223

‎20 CONTES CHOISIS‎

‎ LIBRAIRIES IMPRIMERIES REUNIES L. MARTINET PARIS Sans date ( fin XIXéme , début XXéme ) , 1 volume in-folio broché de 20 planches en couleurs , premier plat illustré , très légères pliures sur quelques pages , petites déchirures sans gravité de quelques millimètres sur chaque page au niveau de la gouttière , autrement bon exemplaire . ‎

Referência : 13403

‎[Affaire Dreyfus]. Zola. 32 Caricatures par Lebourgeois.‎

‎Paris E. Bernard et Cie 1898 2 séries en 1 vol. grand in-8, titre et 32 planches, demi-percaline rouge à coins, couvertures conservées (Carayon).‎

‎Recueil contenant l'ensemble des caricatures en simili aquarelle croquant l'oeuvre de Zola avec un regard anti-dreyfusard. Les dessins de Lebourgeois furent publiés fin juillet 1898 ; Zola était présenté dans une situation violemment comique. L'Assommoir : un ouvrier vomit sur le coin d'un mur, avenue de la Grande Armée ; Pot-bouille : Zola séduit une cuisinière ; L'Argent : Zola se courbe devant un financier ventru, polytechnicien ; La Débâcle : Zola, en italien, quitte Paris en courant vers Bordeaux ; La Curée : Zola mange l'Assiette au beurre avec un porc et un chien ; Germinal : Zola contemple une femme qui montre son postérieur à un soldat ; Le Rêve : Zola en académicien ; La Confession de Claude : Zola en bateleur de foire tape sur un tambour sur lequel sont inscrit les mots J'Accuse… Pour conclure, Lebourgeois présente le romancier comme un aliéné : Rochefort et Drumont accompagnent Zola portant une camisole de force à la porte de l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne. Bel exemplaire.‎

Referência : 12628

‎[Affaire Dreyfus]. Zola. 32 Caricatures par Lebourgeois.‎

‎Paris E. Bernard et Cie 1898 2 séries en 1 vol. grand in-8, titre et 32 planches sous chemise demi-percaline brune, titre doré sur le 1er plat (chemise de l'éditeur).‎

‎Recueil contenant l'ensemble des caricatures en simili aquarelle croquant l'oeuvre de Zola avec un regard anti-dreyfusard. Les dessins de Lebourgeois furent publiés fin juillet 1898 ; Zola était présenté dans une situation violemment comique. L'Assommoir : un ouvrier vomit sur le coin d'un mur, avenue de la Grande Armée ; Pot-bouille : Zola séduit une cuisinière ; L'Argent : Zola se courbe devant un financier ventru, polytechnicien ; La Débâcle : Zola, en italien, quitte Paris en courant vers Bordeaux ; La Curée : Zola mange l'assiette au beurre avec un porc et un chien ; Germinal : Zola contemple une femme qui montre son postérieur à un soldat ; Le Rêve : Zola en académicien ; La Confession de Claude : Zola en bateleur de foire tape sur un tambour sur lequel sont inscrit les mots J'Accuse. Pour conclure, Lebourgeois présente le romancier comme un aliéné : Rochefort et Drumont accompagnent Zola portant une camisole de force à la porte de l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne. Bel exemplaire.‎

Referência : 15425

‎[BERRY (Charles Ferdinand de Bourbon, duc de)]. Le Duc de Berry, ou Vertus et belles actions d'un Bourbon.‎

‎Paris Papy Descabane 1821 12 planches sous serpente reliées en 1 vol. in-4, demi-basane fauve, plats recouverts de papier maroquiné rouge, dos lisse orné de filets dorés, les 2 plats de couverture imprimée conservés (reliure de l'époque).‎

‎Joli livre destiné aux enfants, Suite complète dont un portrait du duc de Berry dessiné par Colin et gravé par Jazet et onze planches hagiographiques gravées à la manière noire par Charron, Hocquart jeune, Jazet et Paul d'après Chasselat, Defenne, Fragonard, Lordon, Martinet et Pêcheux - les mêmes que celles qui avaient illustré l'ouvrage de Hocquart paru chez Didot l'année précédente suite à la mort du duc de Berry le 14 février 1820 victime d’un attentat perpétré la veille à sa sortie de l’opéra. Charles-Ferdinand d’Artois, duc de Berry, né à Versailles le 24 janvier 1778 était un prince de la maison de Bourbon, fils du comte d’Artois, futur Charles X et de Marie-Thérèse de Savoie. Très bon exemplaire. Mors et coins frottés.‎

[BERRY (Charles Ferdinand de Bourbon, duc de)]. Le Duc de Berry, ou Vertus et belles actions d'un Bourbon..

Referência : 12112

‎[Canard]. Relation circonstanciée de l'Arrêt rendu par la Cour d'assises de Versailles qui condamne à la peine de mort, les nommés Morinet, Péchard et Morin, atteints et convaincus de meurtre et de vol à main armée au presbytère du Curé de Guillerval, près d'Etampes.‎

‎Paris De l'imprimerie de Vigor Renaudiere 1820 In-folio de 2 pages (43 x 28 cm).‎

‎Canard de 1820 illustré d'un bois gravé (18,5 x 12,5 cm) qui relate l'affaire des chauffeurs assassins du curé de Guillerval et les « moyens employés par ces scélérats pour s'introduire pendant la nuit au domicile de M. Travers ; détails des persécutions que ces monstres ont fait endurer à leur victime ; cruautés commises par ces brigands qui ont chauffé les pieds du respectable vieillard âgé de 77 ans pour lui faire avouer où était son argent ; comment ils lui mirent un pistolet sous la gorge menaçant de le tuer ; intrépidité de ce vénérable ecclésiastique lorsque les brigands voulurent emporter les vases sacrés, récit douloureux sur la fin déplorable de ce malheureux pasteur ».‎

[Canard]. Relation circonstanciée de l'Arrêt rendu par la Cour d'assises de Versailles qui condamne à la peine de mort, les nommés Morinet, Péchard et ...

Referência : 15661

‎[Iconographie jésuitique. 1755-1764]. Recueil de figures historiques, symboliques et tragiques pour servir à l'histoire du XVIII.e siècle.‎

‎Amsterdam chez Ray, libraire, Iver, graveur, sur le Dam 1762 Suite de 22 figures dont 1 titre gravé. Evénemens mémorables, Déclaration du Roi. Arrêts du Parlement contre le Schisme. Les Sacremens administrés. Au Législateur Pacifique, 1755. Suite de 12 figures dont 1 titre gravé. Les deux pièces reliées en 1 vol. in-4 (25 x 19 cm), demi-vélin souple, dos lisse, pièce de titre en maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque).‎

‎Réunion de deux suites complètes très rares relatives à la suppression de l'Ordre des Jésuites, la première signée "Montalais inv." gravée par François Montulay qui exerça à Paris de 1754 à 1785 (Cohen signale 19 figures contre 21 dans notre exemplaire) - la seconde Événemens mémorables non signée, composée de figures allégoriques avec texte gravé, conforme à la table gravée in fine. Sont reliées ensemble 23 planches diverses illustrant le même épisode, gravées entre 1759 et 1764 par Jean-Pierre Norblin de la Gourdaine, Antoine Radigues, Jacques-Philippe Caresme, Courteille, Schauwab. Après avoir été expulsée du Portugal en 1759, la Compagnie de Jésus est bannie de France en 1763 suite à la condamnation du Parlement de Paris qui déclara, après examen de ses statuts, l'ordre « nuisible à l’ordre civil, destructeur de la religion et de la moralité, corrupteur de la jeunesse ». Ses collèges furent fermés et la Compagnie universellement supprimée en 1773. De la Bibliothèque du Commandeur Abbé Gazzera avec son ex-libris armorié et la note manuscrite suivante : « Collection très rare des gravures, pamphlets etc. etc. qui ont paru à l'époque de la destruction des Jésuites ». De la bibliothèque William Bates, 1885 (ex-libris). Pâles mouillures et petites rousseurs éparses. Cohen-De Ricci, Guide de l'amateur de livres à gravures du XVIIIe siècle, 366, 857.‎

[Iconographie jésuitique. 1755-1764]. Recueil de figures historiques, symboliques et tragiques pour servir à l'histoire du XVIII.e siècle..

Referência : 25671

‎Bigoudi, 14 planches‎

‎ imagerie Pellerin 14 planches de l'imagerie Pellerin, Epinal, illustrations couleurs. n°2 : Bigoudi fait mieux,n°3 : Bigoudi volé, n°4 : Bigoudi virtuose, n°6 Bigoudi machiniste, n°7 : Bigoudi obstiné, n°9 : Bigoudi pedestrian, n°12 : Bigoudi apiculteur, n°13 : Bigoudi gagne son pari, n°14 : Bigoudi homme d'affaires, n°15 : Bigoudi se défend, n°17 : Bigoudi puni, n°18 : Bigoudi au Zoo, n°19 : Bigoudi astronome, n°20 : Bigoudi dompteur.‎

‎Très bon état général ‎

Referência : 26145

‎Construction n° 42 : Corbeille à ouvrage‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Good condition, well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 35353

‎Construction n°16 : Voiture-Phaëton. Imagerie d'Epinal OLIVIER-PINOT‎

‎" - OLIVIER-PINOT, Epinal s.d. (circa 1890), 29,5 x 40,5 cm, une feuille. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, moyen format, imprimée sur papier fort. Coins manquants, importantes déchirures en marges de droite et inférieure avec manque mais sans atteinte à l'estampe, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. ?À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, medium format, printed on heavy paper. Corners missing, significant tears in margins and lower right with lack but without affecting the print, well preserved colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" OLIVIER-PINOT Epinal _s.d. (circa 1890) "29,5 x 40,5 cm" une feuille‎

Referência : 26130

‎Construction pour enfants n°15 : le Puits de la ferme‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Good condition, well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 26114

‎Constructions mécaniques n°49 : Scierie (ce sujet fonctionne au moyen du sable)‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Infimes manques marginaux sans aucune atteinte à la gravure, sinon très bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Marginal minute without damage to etching gaps, otherwise very good condition, very well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 26135

‎Constructions n° 31 bis : Meubles & accessoires‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Une petite déchirure restaurée en marge gauche, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. A small repaired tear in left margin, otherwise good condition, very well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 26107

‎Constructions n°31 : Meubles & accessoires‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 39 x 49 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Une petite déchirure restaurée en marge (2 cm) sans aucune atteinte à la gravure, sinon très bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. A small restored tear in margin (2 cm) without any damage to the engraving, otherwise very good condition, very well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 39 x 49 cm ‎

Referência : 25467

‎Constructions pour enfant : Cassette n°22. ‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 39 x 49 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Trois petites déchirures restaurées en marge (1 cm) sans aucune atteinte à la gravure, sinon très bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Three small tears restored margin (1 cm) without any damage to the engraving, otherwise very good condition, very well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 39 x 49 cm ‎

Referência : 26407

‎Constructions pour enfants n°16 : Moulin à vent‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Infimes déchirures en marge inférieure, sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Tiny tear in the lower margin, otherwise good condition, very well preserved colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 26655

‎Constructions pour enfants n°23 : Petits meubles‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Légères rousseurs marginales sinon bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Marginal light foxing otherwise good colors very well preserved. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 26399

‎Constructions pour enfants n°9 : La messe au camp‎

‎" - Olivier-Pinot, Epinal s.d. (circa 1880-1900), 49 x 39 cm. - Image d'Épinal, lithographie couleurs, grand format, imprimée sur papier fort. Bel état, couleurs très bien conservées. Ces planches sont des constructions ou maquettes en carton, sur lesquelles un patron était imprimé. Ce patron doit être découpé puis assemblé pour construire divers objets ou scènes de vie. L'imagerie d'Épinal publia plusieurs séries de modèles à découper dont les ""Grandes Constructions"" au format de 39 x 49 cm, les ""Moyennes Constructions"" et les ""Petites Constructions"". De 1880 à 1908, des constructions furent éditées avec pour objets l'architecture, les costumes, les bateaux et divers véhicules. Durant cette même période, les théâtres de papier ou ""théâtre chez soi"" connurent également un grand succès. Ce modèle de jouet se développa et perdura jusqu'à la seconde Guerre Mondiale. ?Vendues autrefois par des colporteurs, les images d'Épinal doivent leur nom à Jean-Charles Pellerin, qui fut le premier imprimeur à éditer en série ce type d'image, et qui habitait la ville d'Épinal (Vosges). Les sujets sont très variés mais généralement tournent autour de la religion, de l'histoire (Révolution française, batailles, uniformes militaires), ou tirés de romans à succès. L'imagerie d'Épinal prend ses origines dans l'imagerie, art populaire né au XVème siècle destiné principalement au public illettré des campagnes. À l'origine, l'image est gravée sur une planche de bois et l'impression s'effectue à l'aide d'une presse à bras. Elle est ensuite mise en couleur au moyen de pochoirs. Au XIXème siècle, on réalise à partir des bois gravés des moulages en plomb : les stéréotypes, qui permettent d'augmenter la production. En 1820, on passe à la lithographie, qui induit un changement de style radical, des dessins plus fins. En 1900, la mise en couleurs se fait toujours au pochoir, grâce à une machine qui peut colorier 300 images à l'heure, l'Aquatype. - Photos sur www.Edition-originale.com - [AUTOMATIC ENGLISH TRANSLATION FOLLOWS] Image of Epinal, lithograph in colors, large format, printed on heavy paper. Good condition, well maintained colors. These boards are constructions or cardboard models, on which a pattern was printed. This pattern must be cut and assembled to construct various objects or scenes from everyday life. Imaging of Epinal published several series of models with cutting ""Great Buildings"" format 39 x 49 cm, the ""Average Constructions"" and ""Small Buildings"". From 1880 to 1908, buildings were edited with objects of architecture, costumes, boats and other vehicles. During this same contemporary, the paper theaters or ""home theater"" also enjoyed great success. This toy model developed and lasted until the Second World War. ly sold by hawkers, images of Epinal their name from Jean-Charles Pellerin, who was the first printer to edit this series of image type, and who lived in the town of Epinal (Vosges). The subjects are varied but generally revolve around religion, history (French Revolution, battles, military uniforms), or derived from successful novels. Imaging of Epinal has its origins in the imagery, born in the fifteenth century for mainly illiterate public campaigns folk art. The original image is engraved on a wooden board and printing is done using a hand press. It is then colored by means of stencils. In the nineteenth century, is produced from woodcuts castings Lead: stereotypes, which can increase production. In 1820, we move to lithography, which induces a radical change of style, the finest drawings. In 1900, the last color is always stencil with a machine that can color 300 images per hour, the aquatype. --- Please note that the translation in english is done automatically, we apologize if the formulas are inaccurate. Contact us for any information!" Olivier-Pinot Epinal _s.d. (circa 1880-1900) 49 x 39 cm ‎

Referência : 100557

‎Contes de fées.‎

‎ Pellerin Série Bleue 1980 Epinal, Imagerie Pellerin, Série Bleue, 1980, cartonnage éditeur, environ 39x30cm, 1 conte par page (impression au recto seulement), des frottements sur les coupes, coins émoussés, cartonnage un peu sali, bon état pour le reste, intérieur bien propre.‎

‎Toues les images de cet album on été dessinées au XIXe siècle par les artistes de l'imagerie. Les 40 contes de fées de la Série Bleue sont réunis dans cet album. Merci de nous contacter à l'avance si vous souhaitez consulter une référence au sein de notre librairie.‎

Contes de fées.. Contes de fées.. Contes de fées.. Contes de fées..

Referência : na282

‎Croque-Noisettes et Greluchet‎

‎Gérardin G. Dos agrafé sans date In-8 (23.5x15.5 cm), dos agrafé, couverture illustrée en couleurs, non paginé, illustrations en couleurs ; mouillures, bon état. Nos envois des ouvrages de moins de 60 Euros se font par colissimo (tarif de La Poste), et en colissimo Recommandes au-dela sauf avis contraire de votre part.‎

Croque-Noisettes et Greluchet.

Referência : 3401

‎DIJON. Publicité. "plus de va-nu-pieds-cordonerie Piron-25 rue Piron. Dijon Cheu l'antoène "‎

‎ au dos côté face belle planche coloriée et dorée de grenadiers de la garde impériale (24 soldats avec drapeau et 2 tambours) planche 24 imp. Silberman à Strasbourg et planche 27 (23 zouaves et officiers) Fin 19ème. Chaque‎

Número de resultados : 1.535 (62 Página(s))
[1] 2 3 4 5 6 7 ... 14 21 28 35 42 49 56 ... 62 Página seguinte Ultima página