Previous 1 ... 105 106 107 108 ... 208 308 408 508 ... 509 Next Exact page number ? OK

‎[s. n.] - ‎ ‎BARRES, Maurice ; REPPELIN, Léon‎

Reference : 46952

(1916)

‎Lot de 2 Lettres autographes signées par le poète Léon Reppelin et par l'oncle du sous-lieutenant tombé au front en septembre 1916 adressées à Maurice Barrès, on joint 17 enveloppes affranchies adressées à Maurice Barrès, et un discours de Maurice Barrès évoquant l'Alsace-Lorraine, daté du 26 juillet 1915‎

‎Ensemble comprenant : 1 carte postale autographe signée de Léon Reppelin (auteur de Sous les Ailes de la Mort, poèmes du front), datée du 31 août 1916 / 1 LAS de l'oncle d'un sous-lieutenant : "Monsieur le député... le 22 septembre dernier, j'apprenais par un de ses camarades que mon neveu, Louis de Montera, docteur en droit, sous-lieutenant de réserve au 1er tirailleurs, avait été tué le 12 septembre à Boucharesnes d'une balle en pleine tête au moment où, avec sa section de mitrailleurs, il atteignait la tranchée allemande. La confirmation de sa mort ne nous a pas encore été annoncée et sa pauvre mère affolée me demande si elle est bien réelle. ... Si j'ai bonne mémoire, M. Millerand, alors ministre de la Guerre, avait, à la suite d'une interpellation, annoncé que des instructions étaent données pour que les familles soient avisées dans le plus bref délai des malheurs qui les frappent [ ... ] " On joint un extrait des lettres du sous lieutenant Louis de Montera / 14 enveloppes de provenance diverses (Pierre Benoît, Jean Tharaud...) / Un discours format in-8 de 8 feuillets, un indication manuscrite précise : Imprimerie Sirven, 26 juillet 1915 (avec petit manque sur la pliure centrale)‎


‎Bon ensemble.‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR195.00

‎BARRES/COPPEE/HOUSSAYER/MITTY/D'ALMERAS/MAZE...‎

Reference : R320107868

‎LA VIEILLE GARDE IMPERIALE .‎

‎MAISON ALFRED MAME ET FILS. NON DATE. In-Folio Carré. Relié toilé. Etat d'usage. Plats abîmés. Dos abîmé. Intérieur frais. 245 pages augmentées de nombreuses illustrations en couleurs et en noir et blanc dans et hors texte - dont certaines souss serpente - 2 PHOTOS DISPONIBLES - ‎


‎ILLUSTRATIONS DE JOB.‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR199.00

‎BARRET P.‎

Reference : RO40143032

‎PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES DU MINISTERE DE L'AIR 32, UN NOUVEAU MANOGRAPHE PHOTO-ELECTRIQUE‎

‎Ed. Blondel La Rougery - Gauthier-Villars. 1950. In-4 Carré. Broché. Etat d'usage. Couv. défraîchie. Dos satisfaisant. Mouillures. 14 pages. Illustré de schémas et photos en noir et blanc. Etiquette de code sur le 1er plat, et annotations et tampons de bibliothèque sur le 1er plat et en page de titre. Spécimen.‎


‎Notes techniques. CNRS, Centre de Recherches Scientifiques Industrielles et Maritimes de Marseille.‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR24.90

‎BARRET P.‎

Reference : RO40143033

‎PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES DU MINISTERE DE L'AIR 33, LA MESURE DES TEMPERATURES DE FLAMMES‎

‎Ed. Blondel La Rougery - Gauthier-Villars. 1950. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 41 pages. Illustré de nombreux graphiques, schémas et photos en noir et blanc. Etiquette de code sur le 1er plat, et annotations et tampons de bibliothèque sur le 1er plat et en page de titre. Spécimen.‎


‎Notes techniques. CNRS, Centre de Recherches Scientifiques Industrielles et Maritimes de Marseille.‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR29.80

‎BARRET PIERRE, CANAC FRANCOIS‎

Reference : RO40143048

‎PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES DU MINISTERE DE l'AIR 48, ETUDE DU MECANISME DE LA PULVERISATION DES SOLUTIONS ELECTROLYTIQUES PAR L'ETINCELLE ANODIQUE‎

‎Ed. Blondel La Rougery - Gauthier-Villars. 1953. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 94 pages. Illustré de nombreux graphiques et schémas en noir et blanc. Annotations et tampons de bibliothèque sur le 1er plat et en page de titre.‎


‎Notes techniques. Préface de M. Fr. Canac.‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR59.25

‎BARRET PIERRE, RIBAUD G.‎

Reference : RO40143273

‎PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES DU MINISTERE DE L'AIR 273, TEMPERATURE ET EQUILIBRE THERMIQUE DANS UNE FLAMME DE DIFFUSION‎

‎Ed. Blondel La Rougery - Gauthier-Villars. 1952. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos satisfaisant. Intérieur frais. 114 pages. Illustré de nombreux graphiques, schémas et photos en noir et blanc. Etiquette de code sur le dos, et annotations et tampons de bibliothèque sur le 1er plat et en page de titre.‎


‎Préface de M.G. Ribaud. Notion de température d'une flamme. Application de la méthode de renversement des raies aux flammes éclairantes...‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR79.00

‎Barril‎

Reference : 59897

(1984)

ISBN : 9782258013858

‎Missions tres speciales‎

‎Presses de la Cité 1984 in8. Broché. 254 pages. Bon Etat‎


Livres-sur-sorgue

Phone number : 04 90 26 49 32

EUR4.50

‎Barril Paul ( Capitaine)‎

Reference : 5271

ISBN : 2080680021

‎L'Enquête Explosive‎

‎ Flammarion In 8 broché au format 15x24cm, couverture souple de l'éditeur, et un ensemble à l'état de neuf, si ce n'est un accident (déchirure de couverture sans gravité) sur le premier plat, 368 pages.‎


‎ COMME NEUF Paiement immédiat de vos achats avec Paypal en renseignant l'adresse librairie@gmail.com ou par virement bancaire EBAN N° FR76 1027 8072 4400 0617 8520 193. Port payé pour vos commandes dépassant 30 euros **** livraison en dépôt MONDIAL RELAY renseigner si besoin votre lieu de retrait HABITUEL **********‎

Librairie Artlink

Phone number : +33477870476

EUR10.00

‎Bart H. Vanderveen‎

Reference : CBL-2913

(1969)

ISBN : 723210349

‎Observer's Fighting Vehicles Directory‎

‎Frederick Warne - 1969 Cartonné - 336 pages‎


‎Bon exemplaire. Jaquette couleurs conservée (frottements en bords extérieurs). Texte en anglais.‎

Culture Bis

Phone number : 0662343676

EUR25.00

‎BART, Léo ; BART, Jean ; BART, Charlemagne‎

Reference : 55268

(1915)

‎Belle correspondance personnelle et originale, adressée aux deux frères Charlemagne et Jean Bart par leur frère Léo Bart, du 4 janvier 1915 au 21 août 1917. Jean Bart fut successivement matelot mécanicien à la Caserne Eblé au Havre, puis marin à l’Arsenal de Cherbourg, puis embarqué à bord du sous-marin Denis-Papin. Remarquable correspondance, car pour l'essentiel non soumise à la censure militaire, d’environ 94 lettres et cartes, auxquelles nous joignons quelques photos personnelles des protagonistes.La première lettre est datée du 29 septembre 1914 de Nomain Andignies, adressée des parents Bart à leur « Cher Fils », dont ils ont appris qu’il était blessé mais peu gravement. Ils racontent le passage des allemands, la fuite des habitants de Nomains vers Douai, « et les allemands sont restés pendant 15 jours à Orchies pour préparer leurs mauvais coups il y a eu des anglais qui sont venus les dénicher alors ils sont partis pour Valenciennes [ etc… ] depuis le 24 août nous n’avons plus de courrier nous sommes obligés de faire porter nos lettres à Lille. Nous avons été tranquille jusque le 24 septembre la nous avons eu un combat à Archies les français ont pris 3 auto et dans un fossé on a trouvé un officier tué avec un ordre dans la poche que l’on devait incendier Orchies à 7 heures du soir [… ] et le lendemain ils ont mis le fin à tout Orchies [ …] A l’heur ou je t’écrit on vient de nous dire qu’il y a des Hulans qui viennent reconnaître le terrain et ce matin nous avons vu deux aéroplanes une allemande et une française qui lui a fait la chasse [etc…] ». Il s’agit de l’unique lettre de l’ensemble provenant des parents de Jean Bart, Nomain ayant ensuite été occupée par les allemands.Un frère (manifestement Léo Bart) écrit le 7 décembre 1914 « je ne travaille plus pour l’armée depuis 8 jours car en général tous les patrons parisiens se figurent que parce que nous sommes des réfugiés nous devons subir toutes leurs humiliations et faire des bassesses. J’ai fait 3 boutiques depuis mon arrivée à Paris, et je rentre demain dans la 4e comme contremaître [… ] Je me suis fait inscrire pour passer le conseil mais j’ai bien stipulé « automobiliste » mais c’est une ressource car je ferai tout ce qu’il m’est possible de faire pour me faire réformer de nouveau et si je ne puis l’être au conseil j’aurai au moins la chance de l’être en arrivant au corps ».[ … ] je suis ici avec l’oncle de Germaine, le directeur de chez Thiriez. [ … ] Il a envoyé un télégramme à Germazine « par la voie d’un consul de Hollande » [… ] « tout ce que l’on sait c’est que les Allemands ont tout organisés comme s’ils étaient chez eux à Roubaix ils ont rouvert les écoles, il font marcher les usines en autres la maison Thiriez ». Il évoque la guerre qui va durer au moins l’hiver, s’inquiète de son frère : « Et ton bras, comment va-t-il ? Fais bien attention de ne plus retourner à cette orgie sanguinaire et si les mouvements de ton bras ne sont plus complets ils ne pourront certainement pas de renvoyer au feu si tu sais te débrouiller, maintenant si à force d’insister on voulait te réformer ne te laisse surtout pas réformer n°2 il faut te faire réformer n°1 c’est-à-dire avec pension car il ne faut pas que tous ces messieurs c’en tire à si bon compte [ … ] Maintenant je voudrais bien savoir l’état exact de ton bras, car je crois que tu ne me dis pas toute la vérité [ …] ». Il lui conseille de se faire inscrire comme décolleteur.Suivent deux autres CP datées du 20 puis du 28 décembre 1914. On y apprend que leur frère Charlemagne, blessé, est à Périgueux, et que lui-même, Léo, a dû abandonner côté allemand sa femme et sa fille…Le même écrit le 4 janvier 1915 (1914 par erreur sur la lettre) à Jean, depuis le Grand Hôtel du Pont du Cher, à Saint-Florent, et l’informe qu’il s’y trouve « non comme soldat, mais comme militarisé pour monter une usine pour la fabrication des gaines d’obus. Je suis ici dans un sale patelin et on s’y fait crever à travailer je t’assure que je préfèrerais être sur le front ». Il est sans nouvelles de sa femme et de sa petite-fille, restées à Loos. Le 12 février 1915, il s’inquiète pour son frère « il paraît que chaque fois que tu sors du bois et te rends malade ce n’est pas digne d’un jeune homme tel que toi, que dirais-je moi qui ait laissé ma femme et ma petite-fille à Loos », [ …], « prends patience un grand coup se prépare et avant 1 mois soit persuadé que tous ces bandits seront chassés de chez nous ». Le 9 juin 1915, automobiliste dans le secteur Postal 63, il lui reproche d’avoir fait « de la caisse ». Il sait bien que l’on souhaiterait savoir ce qui se passe sur le front ; leur frère Charlemagne « pourrait te raconter bien des choses, mais la guerre du mois d’août dernier n’était pas celle que l’on fait en ce moment. Je puis t’en causer car ce matin encore je suis allé à 1500 mètres des tranchées boches et je t’assure que ça barde quand tu vois des chevaux coupés en deux par des éclats d’obus il faut pas demander quand cela arrive dans groupe d’hommes [ …] ». Les 11 et 15 mars 1915, Léo Bart écrit à Jean, sur papier à en-tête de l’Hôtel franco-russe à Paris. Il est désormais automobiliste et compte « monter sur le front avec une auto-mitrailleuse ou une auto-canon ou auto-projecteur. Je te conseillerai de faire une demande pour être versé comme moi au 13ème Artillerie comme automobiliste car on en demande beaucoup » [ … ] Charlemagne me dit que tu désires aller voir comment ça se passe sur le front, ne fait jamais cette bêtise là moi j’en reviens j’y ai passé 8 jours et je t’assure que ce n’est pas amusant ». Le 17 mars, Léo lui envoie une des lettres les plus émouvantes : « Je reviens du front où j’ai fait des convois de chevaux et maintenant je suis automobiliste mais malheureusement je crois que je vais repartir bientôt comme auto-mitrailleur. Enfin si jamais j’y laissai ma peau je compte sur toi pour aller voir Germaine et l’embrasser pour moi. Surtout ne dit jamais que c’est moi qui ai demandé à partir, tu me le jureras dans ta prochaine lettre [ souligné six fois !] car je le regrette amèrement ». […] « Ne te fais pas de mousse pour moi, je ne suis pas encore parti et tu sais que je suis débrouillard ». Suivent six missives plus brèves adressées à Jean et Charlemagne (lequel est arrivé au centre des Convalescents de La Force en Dordogne). Léo est désormais au service du courrier.Le 17 juillet 1915, Léo écrit qu’il lui est « arrivé une sale blague, nous étions en train de discuter dans la cour de chez nous quand arriva le lieutenant un copain cria 22, ce lieutenant a peut-être cru que c’était moi qui avait crié et depuis 8 jours je suis sur les épines [ … ] figure toi que le fautif est parti en permission, mais je dois te dire que ce lieutenant est du Midi et soit certain qu’il ne doit pas gober les gens du Nord, et il n’est pas sans savoir que les Gars du Nord détestent les mauvais soldats du Midi. Mais vois-tu la Guerre finira un jour et il faut espérer qu’on les houspillera un peu car ils n’ont rien à souffrir ils sont les bienvenus dans les hautes sphères, ils sont en communication avec les leurs enfin ils ont tou pour être heureux tandis que nous, il nous manque tout cela et non content d’être ainsi favorisé ces salauds là rient de notre malheur et nous tourne en risées [… ] Lorsque j’ai demandé ma permission pour Bergerac au bureau ont ma demandé si c’était pour aller voir Cyrano, j’aurai bien pu leur répondre que s’ils étaient un peu moins fénéants et un peu plus patriotes nous pourrions faire comme eux aller embrasser les nôtres [ … ] ».Le 19 septembre il expose la manière de correspondre avec Lille (« l’enveloppe ne doit pas être cacheté et ne pas parler de la guerre »). Le 20 septembre, Léo annonce avoir reçu des nouvelles de sa femme et de sa fille. Le 22 octobre (à Charlemagne et Jean, tous deux à Cherbourg) : « hier ont a demandé des volontaires pour la Serbie, et je vous prie de croire que si je n’avais pas femme et enfant je me serai fait inscrire car j’en ai assez de vivre au milieu de tous ces salauds là. Qu’est-ce que c’est que la guerre pour eux, ce n’est rien au contraire ils font de l’automobile toute la journée, ils ont de l’argent plein leurs poches, ils font venir leurs femmes quand ils veulent. Tu vois que ces gens là voudraient bien que la guerre dure éternellement [ …] Maintenant dans notre secteur c’est plus calme depuis quelques jours les boches attaquent plus à l’Ouest du côté de Reims mais ils ramassent la purge [ … ] ces vaches là tiennent bon quand même et quand on fait des prisonniers c’est parce qu’ils sont prix par les tirs de barrages qui empêchent les vivres d’arriver sans cela il se font tuer jusqu’au dernier même étant prisonnier ils nous engueulent encore ».Le 1er novembre 1915 puis le 6 novembre, Léo écrit, précisant que « si je t’envoie un lettre par un civil, c’est pour ne pas que ma lettre passe à la censure militaire et farceur que tu es tu mets sur ton adresse pour remettre à un militaire farceur va enfin ça y est tout est arrivé à bon port [ … ] » Dans les lettres suivantes (novembre et décembre ), il essaie d’envisager la réunion des 3 frères à Cherbourg, mais avec prudence, car les mensonger exposent aux enquêtes de gendarmerie.Le 21 janvier 1916, il indique avoir reçu une photo de sa femme dont il est resté marqué, « elle fait pitié tellement elle a maigri ».Le 20 février 1916, il s’inquiète de ne plus recevoir de nouvelles. Il a appris par son oncle que l’explosion du dépôt de munition de la Porte des postes a causé des dégâts considérables, « tout le quartier de Moulins-Lille est rasé il y a 600 immeubles de démolis, 2000 victimes civiles et 300 soldats boches, tout cela demande confirmation bien entendu mais c’est le bruit qui coure ».Le 1er avril 1916 il écrit : « nous sommes de nouveau au repos et tu as dû lire la citation de tous les automobilistes du front de Verdun ». Le 19 mai 1916 il écrit (Motocycliste 551 T. M. Convois auto B.C.M. Paris) : « Pour le moment nous sommes très surmenés avec cette sacrée bataille de Verdun qui n’en fini pas, qui est très fatiguant pour nous car il faut marcher jour et nuit pour le transport des munitions ».Nous ne détaillons pas l’intégralité de la correspondance. En juillet 1916, il raconte que des « nuées d’avions sillonnent continuellement le ciel nuit et jour et les boches ne peuvent plus monter leurs saucisses car on les abat aussitôt ». Le 216 octobre 1916 il évoque un tuyau de l’Intendance anglaise prétendant que Lille sera repris pour la fin du mois. « Contrairement à ce que je t’avais dit, au lieu d’aller dans l’infanterie, c’est pour les tracteurs d’artillerie, ou dans les « Tancks » (crème-de-menthe ») et on relèvera jusqu’à la classe 1902. En novembre « j’ai bien peut d’être expédié à Salonique, car en ce moment c’est une vraie pétaudière ». La dernière lettre du temps de guerre date du 21 août 1917‎

‎94 cartes et LAS, auxquelles nous joignons quelques photos et quelques lettres postérieures. Belle correspondance personnelle adressée aux deux frères Charlemagne et Jean Bart par leur frère Léo Bart, du 4 janvier 1915 au 21 août 1917, adressée à Jean Bart, matelot mécanicien à la Caserne Eblé au Havre, puis marin à l’Arsenal de Cherbourg, puis embarqué à bord du sous-marin Denis-Papin. Remarquable correspondance, car non soumise à la censure militaire, d’environ 94 lettres et cartes, auxquelles nous joignons quelques photos personnelles des protagonistes.La première lettre est datée du 29 septembre 1914 de Nomain Andignies, adressée des parents Bart à leur « Cher Fils », dont ils ont appris qu’il était blessé mais peu gravement. Ils racontent le passage des allemands, la fuite des habitants de Nomains vers Douai, « et les allemands sont restés pendant 15 jours à Orchies pour préparer leurs mauvais coups il y a eu des anglais qui sont venus les dénicher alors ils sont partis pour Valenciennes [ etc… ] depuis le 24 août nous n’avons plus de courrier nous sommes obligés de faire porter nos lettres à Lille. Nous avons été tranquille jusque le 24 septembre la nous avons eu un combat à Archies les français ont pris 3 auto et dans un fossé on a trouvé un officier tué avec un ordre dans la poche que l’on devait incendier Orchies à 7 heures du soir [… ] et le lendemain ils ont mis le fin à tout Orchies [ …] A l’heur ou je t’écrit on vient de nous dire qu’il y a des Hulans qui viennent reconnaître le terrain et ce matin nous avons vu deux aéroplanes une allemande et une française qui lui a fait la chasse [etc…] ». Il s’agit de l’unique lettre de l’ensemble provenant des parents de Jean Bart, Nomain ayant ensuite été occupée par les allemands.Un frère (manifestement Léo Bart) écrit le 7 décembre 1914 « je ne travaille plus pour l’armée depuis 8 jours car en général tous les patrons parisiens se figurent que parce que nous sommes des réfugiés nous devons subir toutes leurs humiliations et faire des bassesses. J’ai fait 3 boutiques depuis mon arrivée à Paris, et je rentre demain dans la 4e comme contremaître [… ] Je me suis fait inscrire pour passer le conseil mais j’ai bien stipulé « automobiliste » mais c’est une ressource car je ferai tout ce qu’il m’est possible de faire pour me faire réformer de nouveau et si je ne puis l’être au conseil j’aurai au moins la chance de l’être en arrivant au corps ».[ … ] je suis ici avec l’oncle de Germaine, le directeur de chez Thiriez. [ … ] Il a envoyé un télégramme à Germazine « par la voie d’un consul de Hollande » [… ] « tout ce que l’on sait c’est que les Allemands ont tout organisés comme s’ils étaient chez eux à Roubaix ils ont rouvert les écoles, il font marcher les usines en autres la maison Thiriez ». Il évoque la guerre qui va durer au moins l’hiver, s’inquiète de son frère : « Et ton bras, comment va-t-il ? Fais bien attention de ne plus retourner à cette orgie sanguinaire et si les mouvements de ton bras ne sont plus complets ils ne pourront certainement pas de renvoyer au feu si tu sais te débrouiller, maintenant si à force d’insister on voulait te réformer ne te laisse surtout pas réformer n°2 il faut te faire réformer n°1 c’est-à-dire avec pension car il ne faut pas que tous ces messieurs c’en tire à si bon compte [ … ] Maintenant je voudrais bien savoir l’état exact de ton bras, car je crois que tu ne me dis pas toute la vérité [ …] ». Il lui conseille de se faire inscrire comme décolleteur.Suivent deux autres CP datées du 20 puis du 28 décembre 1914. On y apprend que leur frère Charlemagne, blessé, est à Périgueux, et que lui-même, Léo, a dû abandonner côté allemand sa femme et sa fille…Le même écrit le 4 janvier 1915 (1914 par erreur sur la lettre) à Jean, depuis le Grand Hôtel du Pont du Cher, à Saint-Florent, et l’informe qu’il s’y trouve « non comme soldat, mais comme militarisé pour monter une usine pour la fabrication des gaines d’obus. Je suis ici dans un sale patelin et on s’y fait crever à travailer je t’assure que je préfèrerais être sur le front ». Il est sans nouvelles de sa femme et de sa petite-fille, restées à Loos. Le 12 février 1915, il s’inquiète pour son frère « il paraît que chaque fois que tu sors du bois et te rends malade ce n’est pas digne d’un jeune homme tel que toi, que dirais-je moi qui ait laissé ma femme et ma petite-fille à Loos », [ …], « prends patience un grand coup se prépare et avant 1 mois soit persuadé que tous ces bandits seront chassés de chez nous ». Le 9 juin 1915, automobiliste dans le secteur Postal 63, il lui reproche d’avoir fait « de la caisse ». Il sait bien que l’on souhaiterait savoir ce qui se passe sur le front ; leur frère Charlemagne « pourrait te raconter bien des choses, mais la guerre du mois d’août dernier n’était pas celle que l’on fait en ce moment. Je puis t’en causer car ce matin encore je suis allé à 1500 mètres des tranchées boches et je t’assure que ça barde quand tu vois des chevaux coupés en deux par des éclats d’obus il faut pas demander quand cela arrive dans groupe d’hommes [ …] ». Les 11 et 15 mars 1915, Léo Bart écrit à Jean, sur papier à en-tête de l’Hôtel franco-russe à Paris. Il est désormais automobiliste et compte « monter sur le front avec une auto-mitrailleuse ou une auto-canon ou auto-projecteur. Je te conseillerai de faire une demande pour être versé comme moi au 13ème Artillerie comme automobiliste car on en demande beaucoup » [ … ] Charlemagne me dit que tu désires aller voir comment ça se passe sur le front, ne fait jamais cette bêtise là moi j’en reviens j’y ai passé 8 jours et je t’assure que ce n’est pas amusant ». Le 17 mars, Léo lui envoie une des lettres les plus émouvantes : « Je reviens du front où j’ai fait des convois de chevaux et maintenant je suis automobiliste mais malheureusement je crois que je vais repartir bientôt comme auto-mitrailleur. Enfin si jamais j’y laissai ma peau je compte sur toi pour aller voir Germaine et l’embrasser pour moi. Surtout ne dit jamais que c’est moi qui ai demandé à partir, tu me le jureras dans ta prochaine lettre [ souligné six fois !] car je le regrette amèrement ». […] « Ne te fais pas de mousse pour moi, je ne suis pas encore parti et tu sais que je suis débrouillard ». Suivent six missives plus brèves adressées à Jean et Charlemagne (lequel est arrivé au centre des Convalescents de La Force en Dordogne). Léo est désormais au service du courrier.Le 17 juillet 1915, Léo écrit qu’il lui est « arrivé une sale blague, nous étions en train de discuter dans la cour de chez nous quand arriva le lieutenant un copain cria 22, ce lieutenant a peut-être cru que c’était moi qui avait crié et depuis 8 jours je suis sur les épines [ … ] figure toi que le fautif est parti en permission, mais je dois te dire que ce lieutenant est du Midi et soit certain qu’il ne doit pas gober les gens du Nord, et il n’est pas sans savoir que les Gars du Nord détestent les mauvais soldats du Midi. Mais vois-tu la Guerre finira un jour et il faut espérer qu’on les houspillera un peu car ils n’ont rien à souffrir ils sont les bienvenus dans les hautes sphères, ils sont en communication avec les leurs enfin ils ont tou pour être heureux tandis que nous, il nous manque tout cela et non content d’être ainsi favorisé ces salauds là rient de notre malheur et nous tourne en risées [… ] Lorsque j’ai demandé ma permission pour Bergerac au bureau ont ma demandé si c’était pour aller voir Cyrano, j’aurai bien pu leur répondre que s’ils étaient un peu moins fénéants et un peu plus patriotes nous pourrions faire comme eux aller embrasser les nôtres [ … ] ».Le 19 septembre il expose la manière de correspondre avec Lille (« l’enveloppe ne doit pas être cacheté et ne pas parler de la guerre »). Le 20 septembre, Léo annonce avoir reçu des nouvelles de sa femme et de sa fille. Le 22 octobre (à Charlemagne et Jean, tous deux à Cherbourg) : « hier ont a demandé des volontaires pour la Serbie, et je vous prie de croire que si je n’avais pas femme et enfant je me serai fait inscrire car j’en ai assez de vivre au milieu de tous ces salauds là. Qu’est-ce que c’est que la guerre pour eux, ce n’est rien au contraire ils font de l’automobile toute la journée, ils ont de l’argent plein leurs poches, ils font venir leurs femmes quand ils veulent. Tu vois que ces gens là voudraient bien que la guerre dure éternellement [ …] Maintenant dans notre secteur c’est plus calme depuis quelques jours les boches attaquent plus à l’Ouest du côté de Reims mais ils ramassent la purge [ … ] ces vaches là tiennent bon quand même et quand on fait des prisonniers c’est parce qu’ils sont prix par les tirs de barrages qui empêchent les vivres d’arriver sans cela il se font tuer jusqu’au dernier même étant prisonnier ils nous engueulent encore ».Le 1er novembre 1915 puis le 6 novembre, Léo écrit, précisant que « si je t’envoie un lettre par un civil, c’est pour ne pas que ma lettre passe à la censure militaire et farceur que tu es tu mets sur ton adresse pour remettre à un militaire farceur va enfin ça y est tout est arrivé à bon port [ … ] » Dans les lettres suivantes (novembre et décembre ), il essaie d’envisager la réunion des 3 frères à Cherbourg, mais avec prudence, car les mensonger exposent aux enquêtes de gendarmerie.Le 21 janvier 1916, il indique avoir reçu une photo de sa femme dont il est resté marqué, « elle fait pitié tellement elle a maigri ».Le 20 février 1916, il s’inquiète de ne plus recevoir de nouvelles. Il a appris par son oncle que l’explosion du dépôt de munition de la Porte des postes a causé des dégâts considérables, « tout le quartier de Moulins-Lille est rasé il y a 600 immeubles de démolis, 2000 victimes civiles et 300 soldats boches, tout cela demande confirmation bien entendu mais c’est le bruit qui coure ».Le 1er avril 1916 il écrit : « nous sommes de nouveau au repos et tu as dû lire la citation de tous les automobilistes du front de Verdun ». Le 19 mai 1916 il écrit (Motocycliste 551 T. M. Convois auto B.C.M. Paris) : « Pour le moment nous sommes très surmenés avec cette sacrée bataille de Verdun qui n’en fini pas, qui est très fatiguant pour nous car il faut marcher jour et nuit pour le transport des munitions ».Nous ne détaillons pas l’intégralité de la correspondance. En juillet 1916, il raconte que des « nuées d’avions sillonnent continuellement le ciel nuit et jour et les boches ne peuvent plus monter leurs saucisses car on les abat aussitôt ». Le 216 octobre 1916 il évoque un tuyau de l’Intendance anglaise prétendant que Lille sera repris pour la fin du mois. « Contrairement à ce que je t’avais dit, au lieu d’aller dans l’infanterie, c’est pour les tracteurs d’artillerie, ou dans les « Tancks » (crème-de-menthe ») et on relèvera jusqu’à la classe 1902. En novembre « j’ai bien peut d’être expédié à Salonique, car en ce moment c’est une vraie pétaudière ». La dernière lettre du temps de guerre date du 21 août 1917‎


‎Passionnant ensemble, à analyser en profondeur. Prix de l'ensemble, non séparable.‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR950.00

‎BARTHE DE SANDFORT Dr.-‎

Reference : ORD-811

Librairie Les Vieux Ordinaires - Toulon
EUR18.00

‎[Ambroise Dupont et Cie] - ‎ ‎BARTHELEMY ; MERY‎

Reference : 35572

(1829)

‎Napoléon en Egypte. Poëme en huit chants.‎

‎Huitième édition, 1 vol. in-8 reliure de l'époque demi-basane prune, dos à 4 nerfs dorés, Ambroise Dupont et Cie, Libraires, Paris, 1829, 303 pp.‎


‎Agréable exemplaire en intéressante reliure du temps. Etat très satisfaisant (rel. lég. frottée, des rouss.)‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR85.00

‎BARTHELEMY, Ch.‎

Reference : 47304

‎Le deuxième Empire. 1848 - 1870.‎

‎ Paris, Henri Gautier sans date, vers 1888, 180x110mm, XI - 301pages, reliure demi-chagrin. Plats papier marbré. Faux nerfs. Auteur et titre dorés au dos. Coins inférieurs légèrement pliés. Bel exemplaire.‎


‎ Cachet de bibliothèque.‎

Bouquinerie du Varis - Russy

Phone number : 41 26 323 23 43

CHF50.00 (€47.17 )

‎BARTHELEMY.‎

Reference : R300260309

(1832)

‎Douze journées de la Révolution. Poèmes.‎

‎Perrotin. 1832. in-8. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. Paris, Perrotin, 1832, in 8, reliure demi veau, dos orné de fleurons, 1 fac-similé d'un fragment manuscrit de l'ouvrage, 396 pp. Ex-Libris.. . . . Classification Dewey : 355.021-Militaria‎


‎HM-016 - Lieu d'édition : Paris‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR30.00

‎BARTHELL, Max.‎

Reference : 45093

Bouquinerie du Varis - Russy

Phone number : 41 26 323 23 43

CHF20.00 (€18.87 )

‎BARTOLI Cosimo, Gentilhuomo, et Accademico Fiorentino.-‎

Reference : ORD-819

‎Discorsi Historici Universali.-‎

‎Venetia. Francesco de Franceschi Senese. 1569. In-4 (165 x 223mm) plein vélin écru à dos lisse portant le titre à l'encre, plats à légers rabats, tranches bleutées, 12ff.n.ch., 350 pages. Page de titre ornée d'une grande gravure allégorique sur bois, portrait de l'auteur au verso, nombreuses lettrines. Quelques annotations marginales anciennes à l'encre, cachets en marge de la page de titre, qq. pages brunies, dos en partie décollé, sinon bel exemplaire. Impression en cursives. Peu courant. ‎


Librairie Les Vieux Ordinaires - Toulon
EUR1,200.00

‎BARZINI Luigi ‎

Reference : QWA-12772

‎La guerre moderne. Sur terre, dans les airs et sous les eaux vue par Luigi Barzini ‎

‎Payot & Cie, 1917, in-8 br., 262 p., traduit de l'italien par Jacques Mesnil ("La guerra d'Italia. Sui monti, nel cielo e nel mare", 1916), minimes rousseurs sur le plat sup., intérieur propre, bon état. ‎


‎Luigi Barzini (1874 - 1947) était un journaliste italien, correspondant de guerre et homme politique. Voir le sommaire sur photos jointes. ‎

Librairie de la Garenne

Phone number : 01 42 70 11 98

EUR30.00

‎BASCHET, René ; Collectif‎

Reference : 55572

(1901)

‎Le Panorama. Les Fêtes de l'Alliance. Nicolas II et l'Armée Russe - Dunkerque - Compiègne - Reims - Bétheny [ Edition originale ]‎

‎1 vol. grand in-4 oblong cartonnage éditeur demi-percaline jaune, Ludovic Baschet, Paris, s.d. [ 1901 ]‎


‎Rare et bon exemplaire de cet album consacré à la visite en France du Tsar Nicolas II (petite faiblesse à un feuillet, très bon état par ailleurs). Arrivé à Dunkerque le 18 septembre 1901, le Tsar assista auprès du président de la République Emile Loubet aux importantes et diverses revues militaires (notamment à Compiègne). Très richement illustré, il propose de très nombreuses vues des différents navires russes de l'escadre ou français accueillant celle-ci, des photos des différents membres du gouvernement ou des manoeuvres militaires. Il ne faut pas confondre cet album avec celui publié en 1897.‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR250.00

‎BASCHET, Roger.‎

Reference : R300261160

(1938)

‎Le Gï¿œnï¿œral Daumesnil, "l'Ange gardien de Napolï¿œon".‎

‎Hachette. 1938. in-12. Brochï¿œ. Bon ï¿œtat, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Non coupï¿œ. Paris, Hachette, 1938, in 12, brochï¿œ, ouvrage non coupï¿œ, 253 pp.. . . . Classification Dewey : 355.021-Militaria‎


‎HM-053 - Lieu d'ï¿œdition : Paris‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR20.00

‎BASS J.‎

Reference : RO40143227

‎PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES DU MINISTERE DE L'AIR 227, APPLICATIONS DE LA MECANIQUE ALEATOIRE A L'HYDRODYNAMIQUE ET A LA MECANIQUE QUANTIQUE‎

‎Ed. Blondel La Rougery - Gauthier-Villars. 1949. In-4 Carré. Broché. Bon état. Couv. convenable. Dos frotté. Intérieur frais. 143 pages. Etiquettes de code sur le dos et le 1er plat, et annotations et tampons de bibliothèque sur le 1er plat et en page de titre. Spécimen.‎


‎Les hypothèses fondamentales et la théorie du transfert. Les variables aléatoires en mécanique quantique et les pseudo-lois de probabilité...‎

Le-livre.fr / Le Village du Livre - Sablons

Phone number : 05 57 411 411

EUR99.00

‎BASSE Martin.‎

Reference : 1313

(1924)

‎À Sathonay. Les petites filles des soldats. Oeuvre de Saint-Maurice.‎

‎Lyon, impr. du Salut public, 1924. 1 brochure in-8°. 39 pp. 2 illustrations en noir.‎


Mille et Une Feuilles - Beaune

Phone number : 33 03 80 24 67 71

EUR15.00

‎BASSECHES, Nicolas.‎

Reference : 23366

‎L’armée inconnue. Caractère et évolution de l’armée russe.‎

‎ Lausanne, Marguerat 1942, 210x145mm, 172pages, broché. ‎


Bouquinerie du Varis - Russy

Phone number : 41 26 323 23 43

CHF20.00 (€18.87 )

‎BASSINS MINIERS ENTRE LA MEUSE ET LE RHIN‎

Reference : 29670

(1917)

‎Commission de Géographie du Service Géographique de l'Armée. Région comprise entre la Meuse et le Rhin. Bassins miniers et métallurgiques.‎

‎ 1917 1 Grand in-8, broché, 185 p., 38 planches et cartes. Paris, Imprimerie Nationale, 1917.‎


Librairie Hatchuel, Livres anciens et rares - Paris

Phone number : 33 01 47 07 40 60

EUR70.00

‎BASSOMPIERRE François de ‎

Reference : 22459

(1666)

‎MEMOIRES DU MARESCHAL DE BASSOMPIERRE contenant l'histoire de sa vie et de ce Qui s'est fait de plus remarquable à la Cour de France pendant quelques années.Reveus & Corrigés en cette nouvelle edition. [Volume I & II]‎

‎Cologne Pierre du Marteau 1666 in-12 plein-veau 2 Tomes, reliure plein veau havane raçiné petit in-douze (binding full calfskin in-12) (13,2 x 7,6), RELIURE D'EPOQUE, dos long (spine without raised band), décoré or (gilt decoration), titre frappé "or", pièce de titre et de tomaison sur fond vert foncé avec filet "or" de part et d'autre pour le titre et filet "or" et roulette "or" de part et d'autre pour la tomaison, double filets "or" en encadrement (label of title with gilt line), quadruple filets "or" en place des nerfs, entre-nerfs à fleuron "or" au fer plein dans un encadrement d'un filet "or" avec fleurons "or" aux angles, plats décorés "or" d'un double "or" en encadrement, toutes tranches lisses rouges (red edges), orné d'un Portrait de lauteur hors-texte gravé sur bois en noir, Pagination continue pour les deux Tomes : [(8 p.) + 552] + [813] Pages, 1666 A Cologne, Chez Pierre du Marteau Editeur, ‎


‎Éditeur : Marteau, Pierre (16..-19.. ; imprimeur-libraire imaginaire).........Note(s) : Fausse adresse. - Marque à la sphère (Rahir M. 49) et fleuron (Rahir 219) des frères Steucker de La Haye. - Le titre du vol. II ne porte pas la mention de nouvelle édition. - Portrait de l'auteur non signé. - Titre courant : "Journal de ma vie".......Référence : Willems 891 note. - Rahir 2265.... « L'édition de 1666, copiée textuellement sur la précédente, est très estimée. Sans être tout à fait aussi jolie que celle de 1665, elle mérite à bon droit de figurer dans la collection elzévirienne » (Willems)..........BEL EXEMPLAIRE.....TRES RARE.......en Bon Etat (good condition). bon état ‎

Librairie Guimard

Phone number : 06 81 28 61 70

EUR750.00

‎BASSOMPIERRE, (François de):‎

Reference : 91533aaf

‎Mémoires du Mareschal de Bassompierre contenant l’histoire de sa vie et de ce qui s’est fait de plus remarquable à la Cour de France pendant quelques années. En 2 volumes.‎

‎Cologne, Jean Sambix, le Jeune, 1703, pt. in-8vo, 412 p. / 534 p., quelques marges faiblement rongées, sans atteinte au texte (premières 10 pages du vol. 2), reliures d’époque en plein veau marron, dos à nerfs richement ornés, pièces de titre rouges, coiffes sup. manquantes, coins dénudés.‎


‎Fils aîné de Christophe de Bassompierre et de Louise de Radeval, gentilhomme lorrain, François de Bassompierre voyage en Italie et dans le royaume de Naples; il se fixe ensuite à la cour d’Henri IV puis à celle de Louis XIII. Se distinguant dans la plupart des guerres que mèneront Henri IV puis Louis XIII, il fut nommé en 1614 colonel général des Suisses et en 1622 Maréchal de France. Louis XIII l'emploiera dans diverses ambassades. Il épousera secrètement Louise Marguerite de Lorraine, fille d'Henri Ier de Guise, ce qui sera la véritable cause de sa disgrâce. Selon St-Simon, à cause de cette alliance, et malgré les services rendus, Louis XIII, cédant aux instances et conseils du cardinal de Richelieu, le fait arrêter pour complot et emprisonner à la Bastille (1631). Il y reste 12 ans et il n'en sortira qu'à la mort du roi en 1643. Pourtant, Bassompierre n'avait jamais comploté. Bravant l'adversité, il sut aménager sa captivité qui, sans être douce, ne fut point trop cruelle. Il mourut d'apoplexie, à Provins chez le duc de Vitry, en Brie, en 1646. ‎

Harteveld Rare Books Ltd. - Fribourg

(SLACES, NVVA)

Phone number : 41 (0)26 3223808

CHF250.00 (€235.83 )
Previous 1 ... 105 106 107 108 ... 208 308 408 508 ... 509 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Military arts

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !