Previous 1 2 3 4 ... 99 194 289 384 ... 388 Next Exact page number ? OK

Reference : KXI-7407

(1794)

‎[Manuscrit] Registre de compte de différentes terres agricoles : La Bougaudiere, Marboué, La Bouhourdiere, Ferriere, La Brosse, Rochefort, le grand et le petit Boismorin, le pré des Votiers, Gérinier, la Guénaudiere, la Bouloniere, avec la mention d'une " maison au bourg Beaumanoir " et de vignes à Saint-Denis, recettes et dépenses, tenu à partir de 1794, jusqu'en 1825, avec une partie inachevée concernant 1863 Avec en fin de volume : Récapitulation du produit de la terre de la Guénaudière par chaque année (1798 à 1825), net, sans déduction de réparations‎

‎s.l s.n 1794-1863 193 f. 193 feuillets dont 112 feuillets réglés, vierges de toute écriture, avec 3 feuillets de tableaux récapitulatifs en fin de volume in-folio Plein vélin ancien avec deux lacets subsistants et traces de deux autre lacets Plat supérieur gondolé, avec travaux de vers, mouillures avec atteinte aux premiers feuillets et atteinte au texte (manque de papier aux 4 premiers feuillets, encre délavée) ‎


‎ Intéressant registre de comptes tenu de manière continue, sur papier bleuté, surtout entre 1798 et 1825. Le volume commence avec la mention "1794, première année", avec plusieurs feuillets donnant les recettes et dépenses pour différentes terres, avec des mentions plus tardives ajoutées allant jusqu'en 1818, concernant une maison dans le bourg, des vignes, des moulins (un moulin à eau et un moulin à vent). A partir de 1798, le registre semble mieux organisé, avec les recettes regroupées sur la page de gauche, les dépenses sur la page de droite. Le dernier feuillet de 1825 est suivi de deux pages blanches et d'un début de tenue de compte pour la terre de la Guénaudiere pour 1863, un premier feuillet de recettes pour 1863 : vente de froment, vente d'orge et d'avoine, poulets, canards, etc, mais le feuillet de dépenses ne porte qu'un titre et n'a pas été rempli comme les quelques feuillets qui suivent‎

Jean-Denis Touzot Libraire - Paris

Phone number : 01 43 26 03 88

EUR150.00

Reference : 15397

(1828)

‎[Manuscrit]. Dictionnaire de pensées détachées et spirituels (sic). Correspondance du Philosophe mécontent. (Epigraphe :) De l'homme corrompu garde toi bien d'approcher C'est avec les boîteux qu'on apprend à clocher.‎

‎Saint-Denis 1828 1 Saint-Denis, 1828. Manuscrit in-4 (15 x 19,5 cm) de 150 pp. (212) pp. dans un encadrement à 16 lignes par page et 36 aquarelles en fausse page (70 x 85 mm) chacune suivie d'un feuillet blanc intercalaire, table, cuir de Russie rouge, dos lisse orné (reliure de l'époque). ‎


‎Choix de préceptes moraux et modèles de correspondances établi en 1828 par le franc-maçon Poncelle avec son ex-libris autographe copié sur le second contreplat : Le Présent Livre Appartient Au S…oncelle A Saint Denis Fait En 1828 suivi d'une note rédigée en alphabet maçonnique qui peut être transposée ainsi : IANV. CHEZ ALLIER DUCHAPITRE. DARAS ALLE DE PARIS SALU. Il réunit sous le voile de l'anonyme 36 extraits édifiants des oeuvres de Racine, La Fontaine, Fénelon, Jean-Jacques et Jean-Baptiste Rousseau mais aussi Pigault-Lebrun, Oxenstiern, Colardeau etc., établi sur le modèle des vade-mecum du XVIIIe comme le Dictionnaire de pensées ingénieuses ou l'Esprit des Meilleurs Écrivains François. Soigneusement calligraphié, il est orné de 36 aquarelles titrées dont seule la première est signée Gayant ft. (inconnu par ailleurs). Inventaire : (1). Sur l'Aveuglement des hommes du Siècle (2). Sur la Providence (3). De la Puissance de Dieu (4). Sur les Mortels (5). Ivresse de l'Amour (6). Les Folies humaines (7). Les Conseils de la Sagesse Par Fénelon Evêque de Cambrai (8). La Mort d'Hypolite (9). Conte morale (sic) (10). Le Jugement dernier (11). Revue de la Vie (12). Néant des Rois (13). Sur la mort (14). Sur la misère de l'Homme (15). Plainte sur la vie humaine (16). Le devoir des Mortels (17). L'Insensibilité de la mort de l'Ame (18). La Prévoyance (19). Le Printems (20). Eloge des fleurs (21). Heureux sort des oiseaux (22). L'Agriculture (23). Le Laboureur et ses Enfants (24). Invocation à l'auteur de la Nature (25). Déclaration d'Amour (26). La Ville et les Champs (27). Epitre à l'Amitié (28). Le Monde (29). Le Bouton de Rose (30). L'Enfant du Régiment (31). Mécontentement d'un Philosophe (32). Hommage à la Vérité (33). La Contrition (34). Correspondance (35). Dictionnaire à l'Ignorance (sic) (36). A la Reunions (sic). Notes manuscrites diverses à l'encre du temps sur le premier contreplat en écriture phonétique : Extrait de genève une once thériaque… 1… 2 gros Confection d'hiacinte et alhermes de chaque de gros (en regard sur la garde supérieure ) le 9 juin 1837 le tonair a tombé sur la flèche du cloché de ST Denis et lui a fait 4 trous a 7 heur 1/2 du soir - le 16 juin méme pluie d'orage alamem heur comme ilnavais poinvu 4 rier d'un au 4 rue. lecoque du cloché St denis furemi le 15 juin 1838 à 4 heures 1/2 du soir. Cachet ex-libris Bernier sur le titre. Quelques pâles rousseurs, traces noires légères sur la reliure, mors fendus en tête et en pied. Rare et curieux manuscrit de provenance maçonnique illustré dans un style naïf de trente-six aquarelles symboliques. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR2,500.00

Reference : S180

‎ [Manuscrit]. Eloge de Monseigneur Denis-Auguste Affre, archevêque de Paris. Par M. l'abbé Du Chesne. 1848.‎

‎ In-8, 63 pp., maroquin noir, dos à nerfs, armes dorées sur le premier plat, gardes de moire violette, tranches dorées.‎


‎Soigneuse écriture, très lisible.Aux armes de Mademoiselle de Termes, danseuse à lOpéra. Cest elle-même qui calligraphia ce texte ; elle termine ainsi cette copie : « Ce discours fut fini de copier le 1er jour du mois de juin de l'an de grâce mille huit cent soixante treize, en la Fête de la Pentecôte. Priez Dieu pour la copiste ». Sans doute avait-elle beaucoup à se faire pardonner...! ‎

Jacques Chaminade

Phone number : 06 87 10 26 56

EUR450.00

Reference : S179

‎[Manuscrit]. Processiones extrà Eccles. Cathedral. Ad usum Dñi Augustini de BONNAY vic. gen. necnon Insignis Eccl. Matisconensis Canonici. anno Dñi 1787. - Processionale extrà Ecclesiam cathedralam Ad usum D. de BONNAY vic. gen. necnon Insignis Ecclesiae Matisconensis canonici. Proprium Sanctorum. Pars 2°. Matiscone, 1787.‎

‎ Matiscone (Macon), 1787. 2 volumes in-8, (2) ff., 64 pp. et (1) f., 47, (11) pp., maroquin rouge, dos lisse orné, dentelle dorée encadrant les plats avec fleurons dangle aux pointillés, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure de lépoque). ‎


‎Luxueux processionnel à lusage de M. de Bonnay, vicaire général de lévêché de Macon, daté 1787.Belle calligraphie, avec musique notée, sur un papier fort légèrement azuré. Les deux pages de titre, avec ornements, sont traitées à la manière des livres imprimés.Sont concernées ici les fêtes solennelles propres à la cathédrale de Macon, avec cantiques particuliers pour chacune dentre elles : St François de Paule (2 avril), St Nicet (3 avril), St Jean Baptiste (24 juin), St Simphorien (18 juillet), Ste Marie Madeleine (22 juillet), Invention du corps de St Étienne (3 août), Transfiguration (6 août), St Roch (16 août), St Michel Archange (29 septembre) et St Jean Evangéliste (27 décembre). Divers textes liturgiques émaillent ce beau manuscrit.Jolies et peu habituelles gardes de papier bleu orné de jeux de pointillés blancs.Une coiffe manquante, épidermure au dos du tome 2, coins émoussés. ‎

Jacques Chaminade

Phone number : 06 87 10 26 56

EUR800.00

Reference : 467

(1760)

‎[Manuscrit]. Recueil de trois poëmes : Proserpine, poëme de Claudian, traduit en vers héroïques et achevé par M. le président Nicole ; Les Satyres de Perse, traduites en vers françois par M. le président Nicole. Eclogue Damon, Agon.‎

‎ [1760 ca] 1 sans date [1760 ca]. In-12 de 67 feuillets, vélin souple de l'époque. ‎


‎Ce petit manuscrit à l'encre brune, d'une écriture fine et très lisible est une copie de deux poèmes traduit par Claude Nicole ; ils ont été publiés en 1658 à Paris par Charles de Sercy. Le premier poème est illustré de quatre dessins hors-texte finement exécutés à la plume, reproduisant les gravures de l'édition imprimée de1658. Le troisième poème, d'une écriture différente, est anonyme et ne figure pas dans les oeuvres de Nicole. Claude Nicole (1611-1625) fut conseiller du roi, puis Président de l'élection de Chartres, il consacra ses loisirs à la poésie. Ses compositions comprennent de nombreuses traductions d'Horace, d'Ovide et de Pétrone. Rousseurs en bas de pages atteignant le texte de quelques feuillets ; petit manque de papier marginal sur quatre feuillets. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR800.00

Reference : 15490

(1741)

‎[Marie-Thérèse de Habsbourg (1717-1780) archiduchesse d'Autriche. 1741]. Lettres de noblesse.‎

‎Vienne 1741 1 Vienne, 1741. Manuscrit sur vélin (30 x 21 cm) in-4 de (7) ff. calligraphiés à l’encre brune à 14 lignes par page en écriture cursive et 1 diplôme plié sur double page (40 x 30 cm), sceau de cire rouge et lacet de soie jaune dans une boîte de fer-blanc (diamètre 6,5 cm), cachet désolidarisé avec son lacet de soie rose, cartonnage de papier bleu gaufré doublé de soie blanche (reliure de l'époque). ‎


‎Manuscrit daté et contresigné de lettres de noblesse en faveur de Pietro Andreoli marquis de Milan "titulum Marchionis in Mediolanensi" accordées par l'Impératrice Marie-Thérèse aux mois de mai puis novembre 1741 avec le sceau de cire rouge à ses armes. Le duché de Milan était sous domination autrichienne depuis 1706, conséquence de la Guerre de Succession d'Espagne. Marie-Thérèse de Habsbourg (Vienne 1717-1780) archiduchesse d'Autriche, reine de Hongrie, de Bohème et de Croatie gouverna le Saint-Empire longtemps au XVIIIe siècle avec l'Empereur François puis son fils Joseph II d'Autriche né en 1741, l'année même de ce document. L'Impératrice fut aussi la mère de Marie-Antoinette d'Autriche (1755-1793). Ex-libris manuscrit italien daté 1875 sur la garde supérieure. Cartonnage frotté, manque de papier sur le dos. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR1,500.00

Reference : 15110

(1892)

‎[Montmartre. Manuscrit]. 50 années d'indivision à Montmartre. Historique (de 1842 à 1892) des terrains de Montmartre indivis entre les familles Potier et Boudet.‎

‎ 1892 1 1892. Manuscrit in-4 illustré à 34 lignes par page de (4)-169 pp., sommaire, demi-toile noire muette, dos lisse (reliure moderne). ‎


‎Intéressante pièce d'archives manuscrite qui fait état d'un demi-siècle d'indivision entre deux familles dans le quartier Clignancourt à Montmartre, avant et après l'annexion de 1860. Le document, établi et copié par Mme Marchand en 1892, est illustré de 23 plans légendés en couleurs dont le Plan indicatif de l'emplacement des voies nouvelles en 1869 entre les quartiers de Clignacourt et des Grandes carrières, précieux pour l'évolution urbaine. Mr. Levraud et Mr Boudet forment une société civile à l'effet de mettre en commun les terrains ainsi possédés par Mr Levraud et tous autres qu'ils jugeraient à propos d'acheter dans le même but (…) Ainsi a été formulée le convention qui a créé l'indivision entre les 2 familles et a fait jusqu'ici sans le moindre dissentiment ni la moindre divergence de vues (hâtons-nous de la dire!) la loi des Parties, aussi bien avant que depuis l'expiration du terme fixé pour la durée de la Société. Cette convention est restée du reste, sans être enregistrée jusqu'au décès de Madame Potier, époque où bien que la durée qui y était prévue, fut expirée depuis plus de 18 ans, la présence d'une mineure, parmi les héritiers de ladite dame, a fait reconnaître la nécessité de rendre ostensible la situation de la famille Boudet. Document rare relatif à une Société civile immobilière parisienne qui couvre cinquante ans d'histoire montmartroise au XIXe siècle. Etiquette papeterie "G. Préau". ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR1,000.00

Reference : 208142

‎[Mélanges]. ‎

‎S.l., s.d., (septembre 1902), in-8, 65 ff. paginés 1-112 avec des erreurs, couverts d'une écriture moyenne et très lisible, avec des partie rubriquées, demi-toile noire à coins modeste, dos lisse, tranches rouges (reliure de l'époque). Exemplaire déboîté, toile salie, essais de plume sur les dernières gardes.‎


‎"Dédié de façon très originale ""A ma mère chérie"", et daté du 4 septembre 1902 (date de l'anniversaire de cette génitrice adorée), ce petit cahier regroupe une série d'essais en prose : 1. Prise du cutter anglais ""L'Union"" (ff. 3-17). - 2. La Mort d'un zouave, 1870 (ff. 19-23). - 3. Boërs de France (ff. 25-44). - 4. Pyrame (ff. 46-58). - 5. Ceux que l'on méconnaît et que l'on insulte (ff. 60-61). - 6. Marius contre Tartarin (ff. 63). Il est bien difficile de trouver un point commun à ces petites nouvelles empruntées à la réalité normande et bretonne de la petite et moyenne bourgeoisie de la fin du XIXe siècle. Certaines se lisent avec plaisir finalement. A la fin un ex-dono : ""Donné à Yvonne Bordeaux par son père"" (Institution de l'Ange-Gardien à Gacé -Orne), auquel fait écho une mystérieuse mention au crayon de bois du début du volume : ""Volé à Y. Bordeaux"" ...."‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR120.00

Reference : 209618

‎[Mémoire sur la capitulation de 1795 avec l'Angleterre]. ‎

‎S.l.n.d., (vers 1795), in-folio, 12 pp. couvertes d'une écriture moyenne et lisible (environ 40 lignes par page), en feuilles.‎


‎"Se présentant comme un long développement sans titre ni division, non signé par ailleurs, ce mémoire des plus intéressants présente la version du comte Etienne-Charles de Damas-Crux (1754-1846) sur les circonstances qui l'ont poussé à accepter la proposition du gouvernement anglais de prendre à sa charge la Légion de Damas qu'il avait formée en 1793 et qui était au service du Stadhouder des Pays-Bas. L'invasion presque totale du territoire des Etats-Généraux rendant très précaire la situation d'une unité qui avait par ailleurs subi d'importantes pertes, Damas-Crux finit, après une longue résistance, par accepter les conditions imposées par l'Angleterre et qui sont, comme d'habitude, drastiques. Sur le modèle de celle de la Légion de Béon en février 1795, il signa fin avril 1795 la capitulation avec le colonel Nesbitt (ce dernier comme inspecteur général des troupes étrangères levées sur le continent). Il fut plus difficile de faire accepter ce changement de fidélité aux hommes, et ce sont les difficultés et tractations le concernant qui font l'objet de notre texte. L'opposition se montra en effet des plus vives pour concéder le serment d'usage à S.M.B. et pour signer la déclaration pourtant très conciliante qui avait été négociée entre Nesbitt et Damas. Ce dernier craignit d'avoir à recourir à des mesures de contrainte (""frémissant de l'idée d'avoir peut-être à employer des moyens déshonorans pour un corps de gentilshommes, tel que de faire cerner le corps par des troupes étrangères""), et employa tous les arguments de la persuasion pour convaincre ses hommes de la cavalerie (l'infanterie prêta serment sans difficulté). Comme il l'explique dans une proclamation écrite du 9 mai 1795 : ""La seule chose qui pourroit répugner à des gentilshommes dans le serment, seroit l'expression : 'Tous ses ennemis quelconques', mais elle a été prévuë dans la capitulation, et il est dit expressément 'que le corps ne pourra jamais être employé contre les héritiers légitimes de la Maison de Bourbon, ni contre la Maison d'Orange notre bienfaitrice'. Ainsi nulle difficulté à jurer fidélité à la puissance qui nous a accueillis et qui s'est engagée à ne jamais employer nos bras contre les sentimens de nos devoirs"". Cela ne suffit pas, et il fallut l'habileté du général William Shaw Cathcart (1755-1843) venu inspecter le 10 mai les nouvelles troupes pour dénouer heureusement la situation. Tout le récit est à lire soigneusement, tant il illustre à merveille les immenses défauts de ces corps de nobles recrutés pour la contre-révolution : indiscipline, prétentions souvent exorbitantes, sens de l'honneur tout personnel, etc. La majeure partie de ce corps disparut la même année 1795 dans l'Affaire de Quiberon, et les vestiges en furent réunis par le comte de Damas-Crux dans une autre formation, Les Hussards de la Légion de Damas, intégrés dans l'armée du Prince de Condé, et licenciés en janvier 1798 après une brève intégration dans l'armée russe."‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR600.00

Reference : 209634

‎[Mémoire sur le séjour de Louis XVIII en Angleterre]. ‎

‎Mitau, 25 avril 1808, in-4, [4] ff. n. ch., couverts d'une écriture fine et très lisible (environ 35/40 lignes par page), quelques ratures et biffures, en feuilles.‎


‎"Malheureusement incomplet, ce mémoire d'émigration forme une réflexion des plus intéressantes sur les avantages et désavantages du séjour de Louis XVIII en Angleterre. Il fut rédigé juste après le calamiteux voyage qui conduisit le frère de Louis XVI de Mitau [Jelgava] à Gosfield Hall (septembre-octobre 1807). Le premier bifeuillet est complet, mais le second ne le continue pas : il manque au moins un feuillet entre les deux. De plus, un petit manque de papier en haut de la p. [5] prive le lecteur d'une phrase au moins p. [6]. 1. Premier bifeuillet. Pour le reste, le rédacteur, proche des Princes et apparemment demeuré dans le Palais de Mitau après le départ de Louis XVIII se montre au minimum sceptique sur le séjour anglais de ce dernier, d'autant que les conditions mises par le cabinet britannique s'étaient révélées drastiques : ""Il se présente aujourd'hui une question de la plus haute importance : le Roi cherchera t-il à fixer sa résidence en Angleterre ? Il ne nous appartient pas de le décider ; mais jusqu'à ce que l'intention de Sa Majesté nous soit signifiée, il n'y a ni témérité ni présomption à se permettre d'en discuter les résultats. Nous ne raisonnerons que dans l'hyppothèse [sic] où le Roi pourroit se décider à rester en Angleterre, et d'abord nous demanderons ce que Sa Majesté peut espérer des Anglois, lorsque s'étant mis dans leur dépendance, elle ne pourra plus faire une démarche, ni entretenir aucune correspondance sans leur aveu et sans leur permission ? Est-on bien assuré des dispositions du gouvernement britannique en faveur de la famille des Bourbons ?"" Tout le raisonnement respire une méfiance innée de l'Angleterre, traditionnelle en France, mais ravivée par le rôle réel ou supposé de la rivale dans les événements de la Révolution, depuis les émeutes de 1789 jusqu'à l'affaire de Quiberon. Le rédacteur incline manifestement en faveur de la Russie d'Alexandre Ier, même s'il faut se résigner à un séjour très à l'intérieur du pays, mais il estime que la Cour n'avait pas à quitter précipitamment Mitau. 2. Second bifeuillet. Il concerne le même objet (le séjour de Louis XVIII en Angleterre), mais est formé apparemment d'une très longue citation d'un périodique politique anglais, bien informé et exposant la façon de voir des Britanniques sur cet événement, servant sans doute de pièce justificative à l'exposé précédent : ""Nous croyons que le fait se réduit à ceci - il est certain que, malgré les paragraphes des journaux étrangers touchant l'intention de Louis XVIII de venir en Angleterre, notre gouvernement, loin d'avoir reçu aucun avis d'un pareil projet de la part de Sa Majesté Très Chrétienne, avoit toute raison de croire que les bruits répandus dans les papiers étrangers étoient entièrement dénués de fondement ; et ce n'a été que vers le milieu de la semaine dernière que l'on a reçu l'intimation de la résolution prise par cet illustre prince de venir dans ce pays ..."" Le reste de l'article se montre plus que réticent à ce que l'Angleterre relève l'étendard des Bourbons et s'embarrasse de la personne du prétendant sur son sol, alors que, seule puissance encore en lutte contre Napoléon, elle a besoin de saisir toute ouverture ou perspective d'accomodement pour terminer le conflit."‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR200.00

Reference : 209563

‎[Mémoires sur les journées de juillet 1789]. ‎

‎Paris, 16 juillet 1789-23 juillet 1789, 4 pièces in-folio, couvertes d'une écriture moyenne et lisible (environ 30 à 35 lignes par page), en feuilles.‎


‎"Récit inédit des événements de juillet 1789. Très intéressant ensemble de quatre documents composés par un habitant de Limoges monté à Paris à l'occasion des Etats Généraux : 1. De Paris, le 16 [19] juillet 1789 : [2] ff. n. ch. Mémoire sur la journée du 14 juillet à Paris. ""La France a été mardy à deux doits de sa perte. La retraite de Mr. de Necker, la manière honteuse dont il a été renvoyé, ont rendu le peuple trahi par la Cour, furieux et capable de tout entreprendre (...)"". S'ensuit un récit abrégé des événements des Invalides, de la Bastille, de la visite de Louis XVI aux Etats Généraux, puis à Paris le 17 juillet. 2. Paris, le 23 juillet 1789 : [2] ff. n. ch., 2 ff. vierges. Revient sur les meurtres, la veille, de l'intendant Bertier de Sauvigny et de son beau-père Foulon de Doué, et sur la fureur populaire comparée à un début de Saint-Barthélémy. L'auteur, manifestement ""patriote"" s'inquiète plus des bruits de ""conspiration contre le bien public"" que des exactions de tout genre dont il est témoin. 3. Cayer des remonstrances, plaintes & doléances & moyens à aviser présenté par la paroisse de St.-Martial d'Albarède en Périgord, à l'assemblée généralle de la province de Périgord pour, par des députés de cette province, être remis à Sa Majesté et aux Etats Généraux : [5] ff. n. ch. Saint-Martial-d'Albarède est actuellement une commune du département de la Dordogne. Mais elle mouvait d'Excideuil, dépendnt de la vicomté de Limoges sous l'Ancien Régime, ce qui explique en partie la présence de ce texte dans les papiers de notre écrivain, qui a peut-être (?) collaboré à sa rédaction. 4. Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : [3] pp. n. ch. Contient la copie du préambule et des neuf premiers articles de la Déclaration de 1789, adoptée le 26 août. Il est possible que notre exemplaire ait été copié exactement le 22 août, date à laquelle les articles 7 à 9 furent adoptés, et cela expliquerait la curieuse absence des dix derniers, pourtant proposés par le projet présenté le 17 août à l'Assemblée, mais qui ne furent à leur tour adoptés que du 23 au 26. Rien ne permet de lever l'anonymat du rédacteur, ni de savoir s'il était ou non membre des Etats."‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR3,500.00

Reference : 15231

(1903)

‎[Nantes. Journée du 4 mai 1903. Les Pères Prémontrés au Tribunal. Cas du Lieutenant Alphonse de Burgat].‎

‎ 1903 1 1903. Ensemble correspondances et copies manuscrites, coupures de presse, photographies et cartes postales rangées sous enveloppes. ‎


‎Archives personnelles du lieutenant Alphonse de Burgat chargé du service d'ordre le 4 mai 1903 à Nantes le jour où les Pères Prémontrés étaient convoqués au tribunal. La deuxième expulsion des congrégations religieuses de France menée par le président du Conseil Émile Combes commencée à l'été 1902, s'intensifia avec la loi du 4 décembre qui frappait d'amende ou de prison "toute personne qui après ordonnance de fermeture continuerait les activités de l'établissement ou en favoriserait l'organisation ou le fonctionnement". A Nantes, dans un climat particulièrement tendu, les républicains voulurent appliquer à la lettre les décrets de mars 1880 et interdire tout enseignement aux congrégations. Le 4 mai 1903, les autorisations d'associations religieuses furent refusées ; les pères Prémontrés, ordre religieux installé dans le quartier Saint-Donatien, refusèrent d'obtempérer et furent convoqués au tribunal. Le Maire de la Ville de Nantes, Vu la lettre de M. le Procureur de la République en date du 3 mai et les rapports de M. le Commissaire Central, A l'honneur de le requérir M. le Général Commandant le 11ème Corps d'armée, Commandant d'armes de la place de faire sortir un demi escadron de cavalerie pour stationner sur la Place Louis XVI et ainsi qu'il en sera donné avis par MM. les Commissaires de police, interdire les attroupements tumultueux sur cette place et dans les rues de la ville et en se conformant à leurs indications. Nantes, le 4 mai 1903 Le Maire, Em. Sarradin. [En marge :] Reçu à 10h du matin et transmis pour exécution à Mr le Lieutenant de Burgat. Nantes le 4 mai 1903. Le Capitaine R. de Remy. En vertu de la loi du 10 juillet 1791 concernant la conservation et le classement des places de guerre et postes militaires, le lieutenant de Burgat opposa un mutisme absolu à un commissaire de police venu lui ordonner sans réquisition écrite une manoeuvre place Louis XVI le 4 mai 1903. Malgré un rapport favorable à l'officier, qui établit avec preuves la fausseté du rapport du policier, le lieutenant de Burgat fut puni de 30 jours d'arrêts de forteresse, le lendemain du retour du général Dupuis à Nantes. Alphonse de Burgat né le 28 juin 1862 à Dracy-le-Fort, s'engagea le 21 octobre 1880 au 7e dragons, passa par tous les grades de sous-officier avant d’être nommé sous-lieutenant le 30 octobre 1888 et muté au 12e dragons. Promu lieutenant le 1er novembre 1891, il rejoignit le 3e dragons le 5 octobre 1895. Muté au 13e dragons le 4 juin 1903, il fut promu capitaine le 12 juillet 1903. Il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur le 30 décembre 1905. Il reprit du service en 1914 et partit au front mais trahit par sa santé, il dut rejoindre don domicile. Alphonse de Burgat est décédé le 16 décembre 1917. (Informations site "3e régiment de dragons"). L'année même des événements, l'officier réunissait pour mémoire de nombreuses pièces relatives à ce qu'il nomma "l'Affaire de Nantes", classées et inventoriées par ses soins en sept enveloppes chronologiques depuis la prise d'ordre du 4 mai 1903, l'enquête et la condamnation, la détention à la forteresse de Port-Louis, son élargissement, enfin sa nomination au grade de capitaine au mois de juin 1903. Certaines lettres mentionnées par Burgat dans ses bordereaux ne figurent pas dans le dossier. [Inventaire]. I. Bordereau des pièces ayant trait à mon affaire de Nantes 4 Mai 1903. 1. Réquisition du maire de Nantes 2. Note du Général Grisot relative au port du Manteau 3. Réquisition du Commissaire de police Cléro 4. Copie du rapport du commissaire de police (Note de Burgat - Ce rapport a été envoyé : une copie à la mairie de Nantes dans lequel le nom de Mr de Burgat ne figurait pas. Une seconde copie à la Préfecture, sur ce dernier le nom de Mr de Burgat figurait. Ces deux pièces ont été entre mes mains. Burgat.) 5. Copie du rapport adressé au colonel de Seroux chargé de l'enquête prescrite le 16 mai 1903 au sujet de l'incident de la place Louis XVI. 6. Ordre d'Arrêts. Le Général commandant le corps d'armée inflige au Lieutenant de Burgat 30 jours d'arrêt de forteresse - Une lettre (de Feriet) inscrite dans le bordereau de Burgat manque II. Coupure de presse et liste de lettres sans pièces jointes III. Carte de la rade de Lorient (40x30 cm) et 2 photographies de "Port Louis en forteresse" (9 x 6 cm) et 1 photographie de la "Place Louis XVI - mon peloton" (107 x 78 mm) IV. Argus de la Presse le plus ancien Office de coupures de journaux : 50 coupures de presse relatives à l'affaire V. Correspondance adressée à Burgat relative à Lestapis démissionnaire ; "petit dossier Lestapis" VI. 12 photographies de la manifestation du 4 mai 1903 (12x10 cm) VII. Brochure in-32 : Instructions en cas de troubles, d'après les lois et règlements, mises à jour au 1er mars 1893. Paris, Baudoin, 1893. 6 cartes postales de Port louis (dont 3 identiques, Vue générale), 1 coupure de presse et 1 copie de note VIII. 7 courriers adressés à Burgat après sa promotion au grade de capitaine. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR1,500.00

Reference : 16306

(1778)

‎[Nantes. Manuscrit. 1778]. Ville de Nantes ou Histoire des événements remarquables qui s'y sont passés, les Sièges qu'elle a soutenue, les noms des monastères d'hommes, de femmes, cathédrale, collégiale, paroisses tant de la ville que du diocèse avec l'année de leur fondation &c. &c. &c. Rédigé à Nantes par M. L:provost m.e.a. L'an 1778.‎

‎Nantes 1778 1 Nantes, 1778. Manuscrit in-12 de (331) pp. à 15 lignes par page, veau brun, dos lisse orné, pièce de titre en maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque). ‎


‎Manuscrit inédit sur l'histoire de Nantes, encore très peu étudiée en 1778. L'historiographie nantaise consignée à la même époque dans la rubrique "Histoires de Bretagne" de la Bibliothèque historique de Jacques Lelong (édition 1768-1778, III, p. 409) mentionne l'histoire de la ville de Nantes de Gérard Mellier, maire de la commune, dont le manuscrit fut achevé en 1719 (publié par Léon Maître en 1872) celle de l’abbé Nicolas Travers, dans le manuscrit de son Histoire des évêques, du Comté et de la ville de Nantes, rédigé entre 1730 et 1750 ne fut publié qu'en 1836, enfin les travaux érudits également manuscrits de Guy Lobineau. L'Épître dédicatoire aux Nantais est adressée par son auteur Leprovost ou Le Provost à ses "chers concitoyens" en ces termes : « Je sais que rien ne vous plaît davantage que l'histoire de ce qui s'est passé autrefois de plus remarquable parmi nos ancêtres ; je saisis avec empressement l'occasion favorable de vous conter ici en forme de recueil l'histoire de votre ville, trop heureux si le désir de me rendre utile peut mériter votre estime et votre approbation qui sera toujours flatteuse à celui qui est Votre très-humble serviteur L:p.m.e.a. ». Chapitres sur Nantes, Ville, Evêché et Comté, Armes et grandeur ancienne de la ville, Horrible massacre des Nantais l'an 829, Sièges, Fin tragique de Pierre Landais, Henri IV et Louis XIII à Nantes, Conciles à Nantes, Tour de Piremil bâtie, Tremblement de terre, incendie, inondation au XVe siècle, Gilles de Rais exécuté, Université érigée (1460), Fondations de la cathédrale, la collégiale, les Bénédictins, les Cisterciens etc., Prieurés, Paroisses, Chapelles, , Hôpital, Naissances de Marie de Luxembourg et de la Duchesse Anne, Environs (Ancenis, Chateaubriant, Machecoul, Saint Nazaire etc.) suivis du Catalogue généalogique et chronologique des ducs de Bretagne avec le Catalogue chronologique des (CI.) Évêques de Nantes. On joint une table manuscrite (4 pp.) postérieure. Reliure épidermée. Source rare et précieuse sur l'histoire de Nantes. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR2,000.00

Reference : 207106

‎[Notes d'un artilleur]. Commandant Martel.‎

‎S.l., s.d., (1915-18), in-8, [68] ff. n. ch., réglés (cahier scolaire), écriture large et lisible, et [39] ff. volants, toile Bradel grise modeste, dos muet (reliure de l'époque).‎


‎"La partie contenue dans le cahier couvre les dates du 10 août 1915 au 17 janvier 1916, tandis que les feuillets volants commencent le 6 décembre 1917 et se terminent le 2 novembre 1918, soit dix jours avant l'armistice. L'ensemble forme en fait un recueil de notes quotidiennes concernant les tâches à faire ou les taches accomplies ; le style est concis, le cahier étant à usage personnel, et nullement destiné à la communication, comme le confirme la graphie négligée. L'essentiel concerne l'armement, sa fabrication, des essais (séances de tir), sa livraison, ce qui laisse supposer que son auteur était affecté aux services du matériel pour l'artillerie de campagne."‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR1,000.00

Reference : 16543

(1786)

‎[Palais Royal. Carnet manuscrit d'un libertin].‎

‎ 1786-1844 1 1786-1844. Manuscrit in-16 (6 x 11 cm) de (46) ff. à 16 lignes par page à l'encre brune, 12 vignettes gravées et 1 dessin le tout colorié et contrecollé dans le texte, maroquin rouge, dos lisse orné, attributs de Cupidon réunis dans un médaillon entouré d'une tresse florale au centre des plats, motif de roses aux angles, triple filet doré d'encadrement (reliure de l'époque). ‎


‎Précieux carnet d'un libertin resté anonyme, conservé, annoté et complété sa vie durant depuis les dernières années de l'Ancien Régime jusqu'au règne de Louis-Philippe alors que le Palais Royal est encore un espace de prostitution consacré au coeur de Paris.Jusqu'aux premières années de la Révolution, notre jeune galant (de brefs indices biographiques situent sa naissance en 1767) qui a des ambitions plutôt littéraires sous l'influence possible de Rétif de la Bretonne, fait le portrait des filles du Palais Royal (elles résident à l'Hôtel de Flandre rue Coquillière) avec pour trois d'entre elles leurs signatures autographes découpées et conservées dans le calepin : Anne-Joséphine Renault "sensible à l'amour que la nature avait allumé dans son coeur" reçoit "entre autres les hommages du sieur Auguste Desbuissons" (acteur et peintre en miniature il connut un succès d'estime sous le nom de Hipolite Desbuisson, 1770-1845 ndlr), sa soeur Babet Renault, Françoise Picard, Marie-Louise Henocq "en apprentissage chez Madame Jansenne couturière", Agathe Murat, Félicité Girardin. Leurs qualités attribuées ("tempérament chaud et amoureux") et succès affichés ("plusieurs amants") n'empêchent pas le libertin de parfois céder au moraliste : « ce fut alors qu'elle apprit à connaître que les plaisirs ne naissent que pour nous causer des regrets et qu'elle pouvait se dire à elle-même heureuses celles qui marchent dans la voie du Seigneur et qui ne s'écartent point du sentier de l'honneur ».Version manuscrite et personnelle des almanachs des demoiselles et autres calendriers du plaisir vendus au Palais Royal, cette source précieuse et inédite éclaire la « nouvelle géographie du divertissement sexuel (…) à l’époque révolutionnaire, le déclin des grands bordels d’Ancien Régime, l’augmentation du nombre des prostituées parisiennes et la dépénalisation de la prostitution en 1791 dans le cadre de la refonte des codes criminel et correctionnel par les révolutionnaires contribuent à l’imposition du Palais Royal sur le devant de la scène prostitutionnelle : ce dernier, selon l’observateur Louis-Sébastien Mercier, concentre alors "dans un point" l’ensemble du scandale de la prostitution de la capitale » (Clyde Plumauzille).Avec le Consulat cessent les portraits au profit d'une stricte comptabilité calendaire jusqu'au 8 février 1844, dernière date consignée tandis que l'auteur est dans sa soixante-dix-septième année. Depuis 1829 et les mesures prises par de Belleyme et Mangin, le jardin du Palais Royal était interdit aux filles publiques.À la manière d'un keepsake galant, le carnet est illustré de treize vignettes choisies contrecollées dont un portrait d'homme dessiné en buste ("il ne peut servir ni Mars ni Vénus") et douze gravures d'une étonnante variété, certaines légendées : L'Amour dans la tulipe, De tous ces Dieux le plus puissant / Qui le croirait ? C'est un enfant (gravée par Patas), Cette femme est à craindre (profil en miniature), Demande/Réponse, Elle peut satisfaire à tous vos désirs, Les Tablettes de l'Amour.Exceptionnel témoignage autographe d'un libertin conservé dans sa première reliure en maroquin rouge décorée aux emblèmes d'Eros/Cupidon : deux coeurs couronnés sur un piédestal, un oiseau au vol éployé, une torche et un carquois.[Voir : Clyde Plumauzille, Le « marché aux putains » : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais-Royal dans le Paris révolutionnaire]. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR7,500.00

Reference : 15159

(1743)

‎[Paris. Faubourg Saint-Antoine. Manuscrit].‎

‎ 1743-1753 1 1743-1753. Manuscrit in-4 sur vélin de (164) ff. en 17 cahiers brochés à 23 lignes par page recto verso, cachets fiscaux de la Généralité de Paris en tête de page. ‎


‎Précieux registre manuscrit établi entre 1743 et 1753 relatif à l'adjudication d'une maison sise en cette ville de Paris grande rue du Faubourg Saint Antoine Paroisse Sainte Marguerite, aisances, circonstances et dépendances saisies réellement de l'autorité du Châtelet sur le sieur Guillaume Neveu bourgeois de Paris, Jean René Estienne Chefdeville et demoiselle Geneviève Antoinette Gendre fille majeure par ledit exploit comparu au greffe de la cour de Maistre Charles Desjobert procureur en icelle. « Principal lieu de travail privilégié de la capitale, par son étendue et par le nombre d'artisans qu'il abrite, le faubourg Saint-Antoine rassemble les professions de l'ameublement, comme celles du textile, du métal, du cuir ou encore de la poterie et de la faïence. Il échappe théoriquement au contrôle des jurandes parisiennes depuis 1657 puisqu'elles ne peuvent visiter des artisans exempts de lettres de maîtrises. Il est néanmoins l'objet de leur surveillance et de leur opposition. L'étude des saisies opérées par les jurés parisiens sur les artisans "libres" du Faubourg Saint-Antoine, est par conséquent une des méthodes pour mesurer l'application des privilèges et mieux cerner les rapports entre deux catégories d'artisans qu'on pourrait croire totalement opposés » (Thillay). Ces présentes - les requestes du palais à Paris Conseiller du Roy notre Sire en sa cour de Parlement Commissaire aux dites requestes - Salut scavoir faisons ce que comme par vertu d'une sentence contradictoirement rendue au Consul de Paris le quatre septembre mil sept cent quarante trois Collation scellée et signifiée à la requeste du sieur Benoist ofiicier de pour les armées de Sa Majesté demeurant ordinairement à Maubeuge pour lequel domicile en la maison de et après Jean Sauvé (Incipit). La maison est difficilement localisable, faute d'indication topographique et de numérotation inconnue à l'époque. Une date antérieure aux premières adjudications a été portée sur le premier feuillet : 20 Janvier 1733. Ajudication Maison grande rue Faubourg St. Antoine. « Les registres d'enregistrement des saisies réelles et les procès-verbaux des conseillers des Requêtes présentent une activité des chambres des requêtes qui découle de l'exercice de leur juridiction. Les saisies réelles intervenaient à la suite d'un commandement exécutoire des différentes Chambres du Parlement. Elles avaient pour objet la saisie d'un fond immobilier (par opposition aux saisies mobilières) exécutées par l'exploit. Il s'ensuivait une adjudication par décret, la criée des biens et la consignation, entre les mains du receveur des consignations, du prix des biens vendus par autorité de justice. L'étude globale de ces registres pourrait fournir l'indication d'un certain processus de renouvellement de la propriété foncière et immobilière sous l'Ancien Régime. Pris ponctuellement, ils fournissent déjà de multiples renseignements sur la topographie parisienne (changements de propriétaires de biens immobiliers ; dates des titres de propriété ; partages, morcellement ou regroupement des biens fonciers » (Bercé et Soman). Charles Desjobert (1711-1808) cité comme officier fut Lieutenant procureur au Parlement de Paris, Conseiller-secrétaire de la Chancellerie du Roi. France. Tribunal de la prévôté et vicomté de Paris, le Châtelet de Paris fut le siège de la justice royale dans la capitale compétent pour tout le royaume, bien que relevant directement du Parlement de Paris. Rare et copieuse pièce d'archives parisienne relative au Faubourg Saint-Antoine. Références : Alain Thillay. La liberté du travail au faubourg Saint-Antoine à l'épreuve des saisies des jurandes parisiennes (1642- 1778) - Revue d'histoire moderne et contemporaine Année 1997, vol. 44 n°4 pp. 634-649 ; Yves-Marie Bercé, Alfred Soman, La Justice royale et le parlement de Paris (XIVe-XVIIe siècle) Bibliothèque de l'École des chartes, tome 153 p. 428. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR3,500.00

Reference : 3174

(1905)

‎[Photographie] - 13 plaques de verre, photographies de manuscrits enluminés.‎

‎ vers 1905, 13 documents. (12 cm x 9 cm), boîte. 13 plaques de verre, négatifs au gélatino-bromure d'argent, exemplaires uniques d'un photographe de la ville de Royat. Manuscrits enluminés des 14 et 15e siècle, non identifés.‎


‎Il n'existe pas de tirage récent sur papier de ces plaques. Très bon état. ************* Remise 20 % pour toute commande supérieure à 100 €, frais d'envoi gratuits en courrier suivi et assurance à partir de 30 € d'achat (France seulement).‎

Yves Oziol

Phone number : 04 73 91 84 71

EUR350.00

Reference : 16363

(1725)

‎[Provence. Peste à La Valette. Manuscrit de l'abbé Sauvageon]. Etat et recueil des lettres à moy écrites pendant le temps que la ligne a resté en le lieu de Valette, pour la peste se trouver dans le Bas Comtat, sçavoir dans Avignon, et autres lieux, comme aussi à Orange, où l'on remarquera les différentes affaires qui me tombèrent entre les mains, et dont je m'acquittay le mieux qu'il me fut possible. Commencé led[it] livre le 23 8bre 1725. [Explicit :] Fait et achevé par moy à Tulette ce 3 avril 1726. J. Sauvageon.‎

‎Tulette 1725-1726 1 Tulette, 1725-1726. Manuscrit in-12 de 210 ff. à 13 lignes par page à l'encre brune, basane brune, dos à trois nerfs daté 1725 (reliure de l’époque). ‎


‎Témoignage épistolaire inédit contemporain de la peste de 1720 en Provence, Comtat et Languedoc qui décima les deux tiers du village de La Valette près de Toulon (aujourd'hui La Valette-du-Var) « un des niveaux de mortalité les plus élevés enregistrés par la Provence au cours de cette catastrophe (…) Les autorités valettoises, en liaison avec les édiles de Toulon, informés, dès le 31 juillet 1720, de la mise en interdit de Marseille, adoptent aussitôt diverses mesures pour mettre la cité en état de supporter l'éventuel choc de la contagion (…) le conseil de ville prononce l'organisation de la "serrado" soit d'une quarantaine générale par l'interruption totale des échanges et l'enfermement de la population dans les maisons (…) après l'épidémie, en avril 1722, la communauté mit en vente plusieurs charges de blé "provenant des provisions faites pour raisons de contagion". Si le grain n'a pas manqué, le spectre de la famine ne saurait masquer l'appréhension fondamentale pour les autorités » (Gilbert Buti).C'est en cette même année 1722 qui marqua la fin de l'épidémie, que l'abbé Sauvageon de Tulette (Dauphiné) consigna la correspondance reçue de rescapés valettois - dont plusieurs membres de sa famille - qu'il établit d'octobre 1725 au 3 avril 1726 en guise de témoignage soit 91 lettres d'affaires courantes empreintes de la catastrophe encore récente : Me voicy arrivé à ma patrie, charmé de voir un peuple, qui joüit d'une santé parfaite depuis un temps qui fait croire que la contagion y a cessé entièrement je m'alla promener hier au soir avec une personne qui avoit eü la peste, laquelle je ne vois pas être plus à craindre, que les autres gents.Répertoriés dans le Dictionnaire des Paroisses et communes de France (C.N.R.S.), l'abbé Sauvageon laissa deux manuscrits complémentaires à la même époque dont une Notice sur la peste, en 1722, dans le Dauphiné et le Comtat-Venaissin. et le Journal de ce qui s'est passé a Tulette et dans les environs, en 1719 et 1720.Pièce exceptionnelle d'une lecture parfois malaisée, l'abbé Sauvageon a pris soin de faire suivre son manuscrit d'une Table de toutes les lettres contenues dans le présent volume avec les noms des Valettois concernés, complément essentiel aux très rares archives du village à l'heure de la contagion - dont le "Livre jaune" registre tenu par le notaire valettois Jean-François Bouyon, en 1721 « qui constitue sans nul doute le pivot de l'enquête (mais) ne peut fournir à lui seul, l'ensemble de l'information utile pour restituer au mieux la tragédie » (Gilbert Buti).[Sur La Valette :] Laurent Germain Histoire de La Valette (Var). 1891 ; Gilbert Buti, La Peste à La Valette : la peste au village, 1720-1721. Marseille, 1996 ; [sur l'abbé Sauvageon :] Marie Élisabeth Martin-Laprade, Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique C.N.R.S., 1981, XXVI. Drôme, p. 524. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR4,500.00

Reference : 16650

(1659)

‎[Provence. Tarascon. 1659-1670]. Livre de Raison pour Noble Olivier de Mottet du premier septembre mil six cent cinquante neuf.‎

‎ 1659-1670 1 1659-1670. Manuscrit in-4 (20 x 27 cm) à l’encre brune de 582 pp. chiffrées 593, à 40 lignes par page, vélin souple à rabat, dos lisse muet, super-libris manuscrit "O.D. Mottet" sur la tête, traces de lacet (reliure de l’époque). ‎


‎Livre de raison renseigné pour la période 1659-1670 provenant d’une des familles les plus illustres de Provence présentée dès 1693 par Robert de Brianson dans L'État de la Provence dans sa noblesse (II, p. 412) : « La famille de Mottet de la ville de Tarascon est une des plus anciennes de cette ville et elle conserve encore les provisions de la Commanderie de Bordeaux qui fut donnée le 28 de Novembre de l’an 1417 à Galiot Mottet, Chevalier de Rhodes (…} Rostan de Mottet sieur de Molières marié l’an 1609 avec Jeanne de Georges, fille d’Olivier de Georges Seigneur de Fons en Languedoc. Rostan de Mottet laissa deux fils, Olivier et Jean de Mottet. Olivier fut maintenu dans sa noblesse par le même arrêt que Nicolas et Charles de Mottet ses cousins. Et Jean fut reçu Chevalier de Malte l’an 1628 et enfin pourvu de la Commanderie de Bordeaux l’an 1665 ». Premièrement ledit jour premier septembre 1659 noble Roustan de Mottet mon feu père est décédé ab intestat âgé de soixante douze ans et six mois environ l’heure de midi avant été attaqué d’une apoplexie entre six et sept du matin il n’a point été surpris d’une mort si soudaine puisqu’il se préparait de bien mourir de longue main se confessant et communiant toutes les semaines et même le samedi avant sa mort qui arriva le lundi il s’était confessé et communié dans l’église des RR Pères de la doctrine chrétienne et ce petit mémoire servira de consolation pour ses successeurs (…) Plus ledit N. Roustan de Mottet a laissé après son trépas trois enfants deux mâles et une fille savoir moi Olivier de Mottet âgé de quarante-neuf ans complets et révolus depuis le premier septembre étant né un pareil jour et une même heure que mon père est mort (…) Plus ce jour d’huy 8 de septembre 1659 j’ai fait faire ce présent livre de raison à Monsieur Sauret et bénéficié de Sainte Marthe (Incipit).Recueil dense et copieux d’une décennie d’activités de la Maison Mottet occupée aux vendanges de ses deux vignobles mais aussi à la culture des oliviers réparties sur leurs domaines de Tarascon et Marguerittes - nécessitant des voyages à Aix, Arles, Avignon, Nîmes, Beaucaire etc.Cette remarquable archive provençale est à la fois le témoin de la gestion d'un important domaine terrien et de la comptabilité domestique d’une maison noble au XVIIe siècle tenue chaque jour avec son résumé en manchettes : "louage et soins des chevaux", "taille des grains", "antimoine", "chapeau à la forme ronde", "vignes arrachées", "souliers des laquais", "foires", "mon cousin Charles de Mottet", "Catherine d’Archambault apothicaire à Tarascon", "cinquante huiles", "Raymond de Modene", "grains perçus à Marguerittes", "main de papier" etc.Pièce manuscrite d'une grande lisibilité copiée d'une même main avec très peu de biffures. Coupes et dos de la reliure partiellement déchirés avec petits manques de peau ; deux petits trous de ver sur les quinze premiers feuillets, galerie de ver marginale sur les derniers feuillets. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR8,000.00

Reference : 209556

‎[Rapport de renseignement]. ‎

‎S.l., s.d., (1796), in-folio, [20] ff. n. ch., couverts d'une écriture moyenne, soignée et très lisible (environ 30 lignes par page), en feuilles, cousu, dans emboîtage demi-basane violine, dos à nerfs orné de filets et pointillés dorés, filet et pointillés dorés sur les plats.‎


‎"Passionnant rapport au Directoire exécutif d'un ""informateur"" envoyé en Angleterre, grosso modo un espion. Le texte, bien rédigé, soigneusement calligraphié, entremêle les étapes de son voyage avec des résumés de mémoires sur les différents objets qui faisaient partie de sa mission d'information, ce qui donne à son récit un côté brouillon. On a en effet successivement : 1. Le récit de son arrivée à Douvres, via Calais, où il se débrouilla pour créer un incident douanier au secrétaire de l'ambassade d'Espagne. 2. Une série d'aperçus successifs (et brefs) sur la composition du cabinet britannique, sur les principales figures politiques de l'émigration française, sur la police londonienne, sur un projet d'expédition de secours pour les Chouans. Ce dernier retient l'attention de notres espion : on parle de débarquer à Avranches. A partir de là, l'envoyé fait ce qui semble le plus naturel : une infiltration. Il cherche à se faire passer pour un agent des Chouans auprès des émigrés les plus impliqués dans un débarquement éventuel. 3. Le compte-rendu de plusieurs conférences qu'il eut en cette qualité avec un des représentants de l'émigration, qu'il appelle Nantier, mais qui est plus vraisemblablement celui qui se faisait appeler le baron de Nantiat, et dont il est question dans les Mémoires de Puisaye, comme d'un agent particulièrement remuant des milieux français londoniens. Il avait été l'un des principaux organisateurs de l'Expédition de Quiberon. 4. Un long exposé intitulé Forces générales de la Grande-Bretagne (ff. 6v - 11), dans lequel il essaye de donner un aperçu des plus détaillés de la situation des forces armées britanniques, divisées en quatre classes : troupes de ligne, milice, les Fencibles (de ""defencible"") - levées de volontaires encadrés par des officiers d'active et destinés à protéger le territoire d'un débarquement hostile -, et naturellement la marine, force la plus considérable du pays. 5. L'analyse d'une brochure anglaise sur le caractère de Georges-Félix de Wimpfen (ff. 11v - 12). Ce dernier se cachait alors dans la région de Bayeux après son imprudente action en faveur des Girondins en juin 1793. 6. Un compte-rendu des agissements prévaricateurs d'un dénommé Courson, inspecteur général de l'artillerie, chargé de l'achat de 1000 chevaux à Wesel. 7. Le récit très détaillé de son arrestation un 14 février, de sa comparution devant un juge de paix, de ses interrogatoires devant le Privy Council, et de sa détention dans une prison londonienne avant son expulsion à Hambourg où il arriva le 30 avril (ff. 14-17). Il y demeura jusqu'au 11 mai avant de retourner à Paris. D'après les informations collectées, il semble qu'il fut trahi auprès de Nantiat par des fuites en provenance de Calais. Ce dernier était d'ailleurs venu le visiter en prison deux jours avant son expulsion, pour lui révéler qu'il n'avait jamais été dupe de sa qualité d'espion du Directoire. Les interrogatoires menés par le duc de Portland (William Cavendish-Bentick, 1738-1809) comme secrétaire d'Etat de l'Intérieur portèrent sur les activités (commerciales) du prévenu, sa connaissance du Directoire, la possession de cartes de la Grande-Bretagne trouvées dans ses papiers, etc. 8. Un rapport final sur l'accessibilité des ports anglais (Deal et Douvres). Un dernier mot sur le dernier feuillet promet un rapport plus complet : ""Je remettrai au Directoire un supplément dans lequel se trouveront les détails que le tems ne me permet pas d'insérer dans le présent rapport et qui ne seront cependant pas dénués d'intérêt"". Tel quel, ce rapport est passionnant non tant par les événements décrits que par la lumière qu'il jette sur les pratiques d'information en usage chez les deux gouvernements ennemis de France et de Grande-Bretagne, avec, comme intermédiaire nécessaire, les milieux émigrés de Londres. De chaque côté, l'enjeu immédiat est d'organiser un débarquement militaire sur les côtes de l'adversaire (ce fut Quiberon en juin 1795 pour les Anglais et les émigrés ; l'Irlande en 1797 pour le Directoire). La date et l'attribution sont en revanche plus délicates à établir. Pour la date, on peut suggérer avec vraisemblance le début de l'année 1796 (le Directoire est en place,consécutivement à l'Affaire de Quiberon, les services sont obsédés par les possibilités de débarquement). En revanche, il semble très difficile d'attribuer avec certitude le texte à un agent précis, le Directoire ayant employé quantité de personnes (pas forcément liées au régime) pour les missions de renseignement."‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR5,000.00

Reference : 16195

‎[Recueil de Menuets choisis des meilleurs auteurs. A Paris, le 13 août 1778].‎

‎ 1778 - circa 1830 1 1778 - circa 1830. Manuscrit in-12 oblong (14 x 22 cm) à l'encre brune de (10)-115 pp. de musique notée à sept portées par page - 2 feuillets manquent (pp. 93/96) -, table, veau marbré, dos lisse orné, pièce de titre en maroquin rouge, tranches rouges (reliure de l'époque). ‎


‎Manuscrit musical en deux parties qui comprend un premier recueil daté 1778 dont les menuets indexés d'Arnoult, de Passy, d'Exaudet, Donphilipe, Villefeaux, Fitz, La Haute, Martiny, Hauff, menuet du Roy de Prusse, Carlin, Blavet, menuets du Dauphin et de la Dauphine, de "l'aloyaud", de Richter, des menus plaisirs, Menuet Italien, du Dragon, du Coucou, Menuet de Karmell, Menuet allemand, du morico, de Fitscher etc. suivi un demi-siècle plus tard (page 66 et suivantes) des partitions "romances de salon" françaises et italiennes composées par Auber (Ballade sur l'Air du Philtre) et sa compagne Pauline Duchambge (Restez Pauvre fille ballade pour guitare et chant, Rien n'est changé dans ma patrie romance), Suivons le cours de l'eau barcarolle de Galice, musique Auguste Panseron, Minuetto, O Pescator dell'Onda, Air de Matrimonio Segreto, musique de Cimarosa, Veneziana, Romance musique de Donizetti. Charmant recueil à deux temps, du classique au romantique. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR2,000.00

Reference : KXI-10434

(1857)

‎[Revol, correspondance diplomatique, inventaire manuscrit] Inventaire des papiers d'état de Louis de Revol 1590 Ce recueil dont nous allons donner la description se trouve en 1857 dans les archives de Mme la comtesse de Revol, née d'Urve, au château de Portes, près Bougé-Chambalud (Isère) et forme un gros volume in-folio recouvert en parchemin en forme de portefeuille, on lit sur le plat, N° 184, lettres écrites au roy, reçues par M de Revol, secrétaire d'état et ministre en 1590, et sur le verso du premier feuillet, lettres des estrangers, ambassad[eu]rs et plusi[eu]rs seig[neu]rs et gentilzhommes français au roy l'an 1590 receues par mons[ieu]r de Revol cons[eille]r et secrétaire d'éstat, 1590, signé Revol [suivi de] Extrait de pièces tirées des archives de la cour de Turin et communiquées par M. Jules Baux, archiviste du département de l'Ain [suivi de] Lettre du roi Henri IV à M. de Colon, lieutenant du roi en la ville du Puy et aux consuls de la dite ville [suivi de] Correspondance de Lesdiguières [et de] [notice sur Beauvois La Nocle]‎

‎s.l de gallier [ca 1857] 165 , 4 , 16 , 4 , 2 ff. titre, 164 feuillets de transcription d'un premier manuscrit, 4 feuillets de " table des pièces composant les papiers d'état de Louis de Revol ", 16 feuillets de documents tirés des archives de Turin, 4 feuillets consacrés à une lettre de Henri IV et à la correspondance du connétable de Lesdiguieres, 2 feuillets de notice sur Beauvois La Nocle in-4 Demi-basane (reliure XIXeme siècle), dos lisse, titre doré (papiers d'estat), monogramme doré en queue du dos Coupes et dos frottés, néanmoins bon exemplaire Provenance : de Gallier, vignette ex-libris armoriée ex bibliotheca de Gallier et monogramme AG (Anatole de Gallier ? (1821-1898) qui fut président de la Société d'archéologie et de statistique de la Drôme) ‎


‎Transcription manuscrite signée M. de Gallier Manuscrit réglé avec une marge, transcription d'une écriture régulière du XIXeme siècle d'un ensemble de documents concernant l'histoire de France au XVIeme siècle. Il débute par la transcription d'un inventaire manuscrit conservé en 1857 par une descendante de Louis de Revol. Louis de Revol, secrétaire d'État d'Henri III et d'Henri IV, avait reçu en 1588 la charge des relations de la couronne avec le reste de l'Europe. À ce titre, il est considéré comme le premier ministre des Affaires étrangères de France. Toute la correspondance diplomatique adressée à Henri III puis à Henri IV était traitée et recueillie par Revol. On y retrouve tous les problèmes de l'époque, à travers lesquels se dessinait la personnalité des principaux acteurs politiques de l'époque, en même temps que les grands courants idéologiques qui s'affrontaient. Le transcripteur qui a signé de Gallier, donne une description physique du volume d'inventaire : " cette collection de 306 lettres ou documents, le premier feuillet écrit, il y a trois feuillets blancs après le titre, est une lettre en chiffes adressée au roi et signée La Boderie, à la fin huit feuillets lacérés ou rongés par les rats, sur ces huit feuillets l'avant dernière lettre du recueil est signée Théodore de Beze et Laroche, la dernière est signée Regnault, les quatre derniers feuillets blancs. Les lettres dont quelques unes sont autographes et un certain nombre en chiffres portent la signature ou le paraphe de leurs auteurs, elles sont scellées au dos pour la plupart, des armes en cire d'Espagne ou en cire en forme de sceaux. Les documents sont en général des copies, mais des copies authentiques et de l'écriture du temps, à part les dernieres feuilles que nous avons signalées. Tout est dans un bon état de conservation. Pour faciliter la classification, nous avons donné un numéro d'ordre à chaque pièce, quoiqu'elles n'en portent pas " (signé M. de Gallier). Les lettres chiffrées ne sont pas transcrites (cf lettre 1), si elles n'ont pas été déchiffrées (le document 3 est le déchiffrement de la lettre 2). Contrairement au nombre de documents annoncé au titre et à la table, il y a un document numéroté 307 : Lettre originale de Théodore de Beze (Genève, 30 décembre 1590) et un document numéroté 308, lettre de Regnault à monseigneur de Revol (30 décembre 1590). Il ne s'agit pas d'une erreur puisque le transcripteur qui signale ces lettres au feuillet de titre signale : " les deux lettres ont été tellement lacérées ou rongées par les rats qu'on ne peut en saisir le sens général ". Suivent de la même main la transcription de 19 documents " tirés des archives de Turin ", datés de 1582 à 1598, 4 feuillets consacrés à une lettre de Henri IV et à la correspondance du connétable des Lesdiguières, et d'une notice consacrée à Beauvoir la Nocle qui en 1562 " commandait avec son beau-frère le vidame de Chartres au Havre qui était alors au pouvoir des protestants ". Les différentes parties sont séparées par des feuillets blancs‎

Jean-Denis Touzot Libraire - Paris

Phone number : 01 43 26 03 88

EUR350.00

Reference : 15481

(1815)

‎[Salons musicaux. Carnet de concerts manuscrit].‎

‎ 1815-1829 1 1815-1829. In-12 manuscrit (15,5 x 9,5 cm) de (90) ff. à 35 lignes par page sous vélin portefeuille, lacet (reliure de l'époque). ‎


‎Carnet manuscrit qui consigne par ordre chronologique quinze années de concerts (1815-1829) exécutés dans des salons musicaux. Le registre est tenu par un dénommé Dobelaire (Dobbelaere ?) à la fois hôte ("chez moi") et exécutant dans de nombreux salons. Les noms surtout flamands des commanditaires, peu nombreux mais fidèles (Heyndrix, Van Bosterhaut, Velder, Le Fevre, Stauthamen, Van Poukes) indiquent que la scène se déroule en Belgique où la vie musicale intense perpétua la tradition des salons musicaux entre les deux révolutions de 1789 et 1830. A Liège fut créée en 1826 l'Ecole Royale de musique sur le modèle du Conservatoire parisien. Le registre, immuable pour la période, est établi sur cinq colonnes dont la date, le nom du compositeur, la formation (codée : un triangle pour trio, un carré pour quatuor, un pentagone pour un quintet), l'opus, la réception suivie parfois de la mention "payé". Ainsi en 1815, l'orchestre a joué 71 fois à raison de 4 à 8 pièces exécutées par soirée et un programme toujours renouvelé. C'est une source exceptionnelle sur le répertoire joué dans les salons musicaux à l'époque romantique par les orchestres de musique de chambre qui, avec Haydn, Mozart, Haendel ("Haenzl") Boccherini ("Boquerini") Beethoven ("Vanbeetoven" mort en 1827) Schubert (mort en 1828), renseigne sur leurs nombreux contemporains méconnus voire oubliés : Franz Vincenz Krommer, Jean-Englebert Pauwels, Daniel Gotlieb Steibelt, Felice Alessandro Radicati, Jean-Louis Tulou, Giovanni Battista Viotti, Jean-Jacques Dreuilh, Marie-Alexandre Guénin, Étienne-François Gebauer, Dieudonné-Pascal Pieltain, Antonio Bartolomeo Bruni, Jean Schadeck, Franz Ignaz Danzi, Anton Ferdinand Titz, Georg Jakob Strunz, Giuseppe Maria Gioacchino Cambini, François-Xavier Blyma, Adalbert Gyrowetz etc. etc. Ainsi ce carnet de concerts, minutieusement tenu, offre un inventaire des compositeurs du temps - fort rare par ailleurs, seuls les journaux rendaient compte de la vie musicale - révélateur des goûts musicaux des amateurs, où l'on voit que les grands compositeurs ne se taillaient pas nécessairement la part du lion. Témoignage manuscrit de la plus grande rareté sur la vie musicale à l'époque romantique. Mouillure sur les derniers feuillets, vélin sali. [Voir : José Quitin, La Musique à Liège entre deux révolutions 1789-1830, Sprimont, Mardaga, 1997]. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR2,500.00

Reference : 210515

‎[Testaments et inventaires]. ‎

‎Lieux divers, 1806-1894, 16 pièces in-8, in-4 ou in-folio. en feuilles,‎


‎"Important recueil de dispositions à cause de mort depuis le décès de Nicolas Lemau de La Barre, grand-père paternel de Didier Petit de Meurville, mort à New York le 9 juillet 1806 jusqu'à la fin du XIXe siècle (succession de Didier) : 1. [30 juillet 1806] Inventaire fait à l'amiable (...) des effets délaissés par Mr. Lemeau de La Barre, à la requête des dames de La Barre sa veuve, & du Quesney sa fille : un bifeuillet in-folio entièrement écrit. 2. [s.d.] Inventaire de la succession de M. Lemau de La Barre : 2 bifeuillets petits in-4 entièrement écrits, revenant longuement sur les circonstances de l'émigration de la famille, en partant de l'assassinat de 1794. 3. [7 mai 1824] Procuration donnée par le comte Denis-Félicité Garnier Desgarets (1776-1861) et sa femme Marie-Jeanne Dareste de Saconay en faveur de François-Didier Petit : un bifeuillet in-folio écrit sur 3 pp. (expédition délivrée à Didier Petit en tant que procureur). 4. [1er novembre 1830] Procuration donnée par Louis-Nicolas Petit en faveur de François-Didier Petit : un bifeuillet in-folio écrit sur 4 pp. (expédition du 24 août 1852). 5. [21 août 1842] Faire-part du décès de la comtesse Marie-Thérèse-Françoise Bottu de La Barmondière (1755-1842), ancienne chanoinesse du chapitre noble de Joursay : un bifeuillet in-4 imprimé sur 2 pp. 6. [1842] Du testament olographe de Madame Marie-Thérèse-Françoise Bottu de Labarmondière : un bifeuillet in-folio écrit sur 2 pp. (extrait, lègue deux quarts d'actions sur le canal de Gisors à François-Didier Petit). 7. [1er octobre 1853] Faire-part de décès de la comtesse Jeanne Des Garets, née Dareste de Saconay : un bifeuillet in-4 imprimé sur une page. 8. [13 mars 1861] Testament et codicilles olographes de Mr. Victor Petit, en son vivant officier en retraite (...) demeurant à Metz : 4 ff. in-folio. Victor Petit était le dernier oncle survivant de François-Didier, et il ne fut jamais marié ; son testament étonnamment bavard fourmille de renseignements sur la famille Petit. 9. [27 avril 1873] Faire-part de décès de François-Didier Petit de Meurville : un feuillet in-4 imprimé au recto. 10. [11 janvier 1885] Recommandations de Fanny Petit de Meurville à ses enfants et petits-enfants pour la période d'après son décès (avec un ajout du 14 avril 1887) : un bifeuillet in-8 entièrement écrit. 11. [1er juin 1890] Renonciation de Victorine Petit de Meurville, épouse de Louis-Alfred Doury, à la succession de ses père et mère : un feuillet in-4 écrit au recto. 12. [1er juin 1890] Attestation de Marie-Louis-Didier et Charles-Louis Petit de Meurville d'un legs effectué par leur père en faveur de leur soeur aînée célibataire Marie Petit de Meurville : un feuillet in-4 écrit au recto. 13. [11 juin 1890] Même attestation de la part de François-Xavier Petit de Meurville, agent consulaire à Torre-Vieja : un feuillet in-4 écrit au recto. 14. [15 juin 1890] Même attestation de la part de Charles-Marie-Thérèse-Michel et Henri-Charles-Marie-Louis Petit de Meurville : un feuillet in-4 écrit au recto. 15. [23 novembre 1893] Reçu de Louis Petit de Meurville de pièces appartenant à la succession de François-Didier : un billet in-12 oblong. 16. [12 septembre 1894] Deux notes explicatives au testament de Marie Petit de Meurville : un bifeuillet in-8 et un bifeuillet in-12"‎

Librairie Historique Fabrice Teissèdre - Paris

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR500.00

Reference : 39587

(1788)

‎[Toulon. Manuscrit. 1788]. Journal des fêtes célébrées à Toulon et des honneurs rendus aux Ambassadeurs de Tipoo-Saïb, Souverain dans l’Inde, lors de leur arrivée en cette rade, pendant leur séjour et à leur départ de cette ville.‎

‎Sans lieu 1788 1 vol. Sans lieu, 1788. Manuscrit in-folio (33 x 21 cm) de (22) pp. à 29 lignes par page, chagrin brun janséniste, dos à nerfs, titre doré, rose intérieure (Canape-Belz). ‎


‎Relation inédite et manuscrite de la première mission diplomatique envoyée par un prince indien à une puissance européenne, l’ambassade de Tipû Sâhib (1750-1799, un des principaux opposants à l'installation du pouvoir britannique en Inde qui lui valut le surnom de « tigre de Mysore ») débarquée à Toulon le 9 juin 1788 - récit attribué au commissaire-général de la Marine Gentien Nicolas Rangeard de la Germonière (Blois 1739-1813).Présentation des armes et réception par le Marquis de Castellet directeur Général de l’Arsenal de Toulon accompagné « de plusieurs autres officiers de la Marine tous en grand uniforme ; dans ce moment neuf carrosses se trouvaient préparés pour les conduire, ainsi que tous les gens de leur suite à l’hôtel de Mr. le Commandant »; visites des Corps de la Marine, de la Fonderie Royale, description des costumes et moeurs culinaires des ambassadeurs, représentations à la "Salle de Spectacle" de Richard Coeur de Lion, Aremia ou les Sauvages, l’Étoile d’Orient « accompagnée de plusieurs artifices de différentes espèces », ballets, Exercice de la Joute composé de six bateaux jouteurs, bal à l’Hôtel de l’Intendance etc.Document rare sur une ambassade extraordinaire assez peu renseignée par ailleurs de la bibliothèque de Raoul Hippolyte Edmond Rangeard de La Germonière avec cette note autographe signée : « Récit manuscrit trouvé dans les papiers de mon G.d Père de la Germonnière, H. de La Germonière février 1889 ». Manuscrit d’une grande lisibilité établi dans une élégante reliure signée Canape-Belz. ‎

Bonnefoi Livres Anciens - Paris

Phone number : 33 01 46 33 57 22

EUR5,000.00
Previous 1 2 3 4 ... 99 194 289 384 ... 388 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Manuscripts

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !