Previous 1 ... 160 161 162 163 ... 379 595 811 1027 ... 1030 Next Exact page number ? OK

‎BRETON André‎

Reference : 65171

(1937)

‎L'amour fou‎

‎Gallimard, Paris 1937, 14x19cm, broché.‎


‎Edition originale, un des exemplaires du service de presse. Quelques discrètes restaurations, tampon à froid du dédicataire sur une garde. Iconographie. Précieux envoi autographe signé d'André Breton à Pierre Rigault. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,800.00 (€2,800.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 69420

(1945)

‎L'amour fou‎

‎Gallimard, Paris 1945, 14x19,5cm, broché.‎


‎Deuxième tirage limité à 2750 exemplaires sur chataîgnier. Agréable exemplaire. Envoi autographe daté et signé d'André Breton à Claude Nerguy. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR600.00 (€600.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 64263

(1917)

‎"L'An Suave" : poème autographe de jeunesse dédié à Marie Laurencin : « Ai-je omis la Nymphe miraculeuse, / Icare au buissons neigeux [...] »‎

‎circa 1917-1918, 22,3x27,6, une feuille sous chemise et étui.‎


‎Remarquable poème de jeunesse autographe d'André Breton dédié à Marie Laurencin, intitulé "L'an Suave", 15 vers à l'encre noire sur papier vergé, composé en avril 1914. Notre manuscrit fut rédigé entre mars 1917 et le début de l'année 1918. Notre poème est présenté sous chemise et étui aux plats de papier à motifs abstraits, dos de la chemise de maroquin vert olive, gardes et contreplats de daim crème, feuille de plexiglas souple protégeant le poème, étui bordé de maroquin vert olive, étiquette de papier olive portant la mention "poème autographe" appliquée en pied du premier plat de l'étui, ensemble signé de Thomas Boichot. Poème essentiel de la période pré-dadaïste de l'auteur, il fait partie d'un ensemble cohérent de sept poèmes manuscrits de Breton (désigné sous le nom de coll.X. dans les uvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1071). Ces poèmes, de sa graphie de jeunesse, sont soigneusement calligraphiés à l'encre noire sur papier vergé filigrané. Cet ensemble a étéadressé à son cercle d'amis et d'écrivains, où figurent notamment Valéry, Apollinaire, Théodore Fraenkel, et son frère d'armes André Paris. Il fut par la suite publié dans son premier recueil, Mont de piété, qui parut en juin 1919 à la maison d'édition Au sans Pareil, nouvellement fondée par son ami René Hilsum. La datation précise de cet ensemble de poèmes autographes est déterminée par l'écriture du dernier poème de la collection («André Derain»),composé le 24 mars 1917, qui offre un terminus post quem absolu. En outre, une version plus ancienne du poème «Age», dédié à Léon-Paul Fargue, figure dans notre collection sous son nom originel «Poème». Daté par l'auteur du 19 février 1916 - le jour de ses vingt ans - et créé 10 jours plus tôt selon sa correspondance, il ne fut rebaptisé et remanié que pour sa publication en juillet 1918 dans Les Trois Roses. Selon toute vraisemblance antérieurs à la parution de ce dernier poème, les sept poèmes autographes furent probablement rédigés courant 1917 ou au début de l'année 1918, alors que Breton poursuit son internat au Val-de-Grâce et fait la rencontre décisive de Louis Aragon. Les poèmes qui constitueront Mont de piété représentent un rare et précieux témoignage de ses influences de jeunesse, à l'aube de son adhésion au mouvement Dada et sa découverte de l'écriture automatique. Assez brefs et parfois sibyllins, on y sent poindre des accents symbolistes empruntés à Mallarmé, qu'il redécouvre lors de matinées poétiques au théâtre Antoine, au Vieux-Colombier, en compagnie de son camarade de lycée Théodore Fraenkel. Durant le premier mois de la guerre, Breton se consacre également à Rimbaud, et se plonge dans Les Illuminations, seul ouvrage emporté dans la confusion et la hâte qui suivit la déclaration de guerre. De ses lectures rimbaldiennes naquirent les poèmes «Décembre», «Age», et «André Derain», tandis qu'il emprunte à Apollinaire sa muse Marie Laurencin à qui il dédie «L'an suave». Par ailleurs, l'héritage poétique de l'auteur sera particulièrement marqué par la figure de Paul Valéry, avec qui il entre en correspondance dès 1914. Valéry joue dans l'écriture des poèmes de Mont de Piété un rôle considérable par l'attention et les conseils qu'il prodigue au jeune poète. Admiratif de l'audace de son disciple, qui lui adressa chacun de ses poèmes, il apprécie le poème «Facon» (1916) en ces termes: «Thème, langage, visée, métrique, tout est neuf, mode future, façon» (Lettre de juin 1916,uvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1072). Ces fleurons incontournables de la jeunesse de Breton furent composés entre sa dix-septième et vingt-troisième année. Surpris à Lorient par la déclaration de guerre, il devient infirmier militaire, puis officie dans plusieurs hôpitaux et sur le front pendant l'offensive de la Meuse. Il fait à Nantes la connaissance de Jacques Vaché, qui lui inspire un projet d'écriture collective, ainsi que l'illustration du futur recueil Mont de Piété, finalement réalisée par André Derain. La fréquentation de ce «dandy révolté contre l'art et la guerre», qui partage son admiration pour Jarry, et le contact des aliénés du centre neuro-psychiatrique de Saint-Dizier marquent une étape décisive dans la genèse du surréalisme. Affecté au Val-de-Grâce à partir de 1917, Breton trouve à Paris l'effervescence littéraire nécessaire à sa quête poétique et récite Rimbaud en compagnie d'Aragon. C'est par l'entremise d'Apollinaire qu'il se lie d'amitié avec Soupault, futur co-auteur des Champs magnétiques, et Reverdy, fondateur de la revue Nord-Sud, qui publiera des poèmes de Mont de piété. Les sept poèmes de la collection seront par la suite publiés dans des revues littéraires d'avant-garde (Les Trois Roses, Solstices, Nord-Sud) entre 1917 et le début de l'année 1919. Quatre des sept poèmes furent dédiés aux maîtres et amis de l'auteur: Léon-Paul Fargue, et surtout Apollinaire, à qui Breton avait consacré une étude dans l'Eventail. L'auteur rend également hommage à Marie Laurencin et André Derain, créateurs "d'oeuvres plastiques encore toutes neuves, en butte à un décri et une intolérance presque unanimes", chères à Breton tout au long de sa vie (XXe siècle, n°3, juin 1952). Il multiplie avec ces dédicaces les allusions croisées, dédiant à l'un un poème inspiré par l'autre, à l'exemple du poème "Age", dédié à Léon-Paul Fargue, qui fait écho à Rimbaud et son poème «Aube» (Les Illuminations, 1895). Ce poème est dédié à "Madame Marie Laurencin", que Breton ne connaissait alors que par son art et sa relation avec Apollinaire. Valéry lui réserve un accueil chaleureux : "Ce sonnet, [...] est un délicieux artifice : il est un choix charmant de ses mots". L'oeuvrefut publiée pour la première fois après la rédaction de notre manuscrit dans la revueNord-Sud, n°6-7, en août 1917 et rééditée en 1922 dans un numéro deL'Eventailen hommage à l'artiste. Composé durant le premier mois de la guerre en août 1914, il figure parmi les poèmes les plus anciens du recueilMont de piété. On devine sans peine l'influence de Mallarmé dans les allusions mythologiques qui inondent la troisième strophe : «Ai-je omis la Nymphe miraculeuse, Icare aux buissons neigeux, tu sais, parmi Les douces flèches - l'an suave quel ami! - Et criblé de chansons, par Echo, le silence» A l'instar des autres pièces mallarméennes de l'époque ("Hymne", "Rieuse" "D'or vert"), Breton prend le parti d'une expression précieuse et marquée par des visions récurrentes, teintées de blanc avec la "lune", les "buissons neigeux", le "souhait de plume" et le "toquet blanc". Breton consacra par ailleurs le premier de ses trois essais critiques à Marie Laurencin - avant ceux de Jarry et d'Apollinaire, ainsi qu'un étonnant poème à son chien, "Coquito". Rarissime manuscrit de la jeunesse symboliste du jeune Breton dédié à Marie Laurencin, "Nymphe miraculeuse" d'Apollinaire et muse imaginaire de Breton le temps d'un poème. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR4,000.00 (€4,000.00 )

‎BRETON (André).‎

Reference : AWD-491

‎Le Revolver à cheveux blancs.‎

‎Paris, éditions des Cahiers libres, 1932. In-8 br., couverture imprimée, 173 pp. Édition originale sur alfa non justifiée. Envoi autographe au journaliste Guy Crouzet, « avec les sentiments très reconnaissants et très amicaux d’André Breton. » Couverture un peu détachée sinon bon état.‎


Actualités - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 00 33 (0)6 72 07 91 06

EUR350.00 (€350.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 59335

(1932)

‎Le revolver à cheveux blancs‎

‎Edition des cahiers libres, Paris 1932, 14,5x19,5cm, relié.‎


‎Edition originale, un des 1000 exemplaires numérotés sur alfa, le nôtre non justifié. Agréable exemplaire. Reliure à la bradel en plein papier gaufré à motifs abstraits, dos lisse, pièce de titre de maroquin noir, couvertures lavées conservées, reliure signée P. Goy & C. Vilaine. Envoi autographe signé d'André Breton au poète Guy Lavaud. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR800.00 (€800.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 76727

(1932)

‎Le revolver à cheveux blancs‎

‎Edition des cahiers libres, Paris 1932, 14,5x19,5cm, relié.‎


‎Edition originale, un des 1000 exemplaires numérotés sur alfa, le nôtre non justifié. Quelques petites piqûres. Reliure à la bradel en pleine toile crème, dos lisse, pièce de titre de chagrin bordeaux comportant un petit manque angulaire, couvertures conservées, gardes et contreplats de papier marbré. Précieux envoi autographe signé d'André Breton : "A Madame Victoria Ocampo très respectueusement. André Breton." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,800.00 (€1,800.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 36647

(1947)

‎Les manifestes du surréalisme suivis de Prolégomènes à un troisième manifeste du surréalisme ou non‎

‎Sagittaire, Paris 1947, 12x19cm, broché.‎


‎Première édition collective, en partie originale, un des exemplaires du service de presse. Envoi autographe signé de André Breton à Louis Chauvet. Agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR450.00 (€450.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 48139

(1946)

‎Les manifestes du surréalisme suivis de Prolégomènes à un troisième Manifeste du surréalisme ou non‎

‎Editions du Sagittaire, Paris 1946, 12x19cm, broché.‎


‎Edition en partie originale, un des exemplaires du service de presse. Envoi autographe signé de André Breton à Roger Lannes. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR600.00 (€600.00 )

‎BRETON (André).‎

Reference : 81758

(1924)

‎Les Pas perdus.‎

‎Paris Gallimard, coll. "Les Documents Bleus" 1924 1 vol. broché in-12, broché, 212 pp., index. Édition originale de ce recueil d' articles écrits entre 1917 et 1923 d'abord parus en revues, notamment Littérature, ou pour des expositions. On y retrouve la fougue intellectuelle de celui qui rédigera, quelques mois plus tard, le manifeste du Surréalisme. Exemplaire du service de presse enrichi d'un envoi autographe signé de l'auteur au peintre cubiste Amédée Ozenfant. Dos décoloré, sinon bon état général.‎


‎ 7 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR600.00 (€600.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 007408

(1955)

‎Les Vases communicants‎

‎Paris Gallimard 1955 In-12 Broché ‎


‎Seconde édition enrichie de 8 planches hors texte. Exemplaire du service de presse portant un ENVOI AUTOGRAPHE signé d'André Breton, orné du tampon rouge "1932 - Avant les procès de Moscou - 1955 mais les vases communiquent toujours". Bel exemplaire complet du prospectus sur papier jaune. Très bon exemplaire 0‎

Phone number : 01 42 66 38 10

EUR350.00 (€350.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 33852

(1932)

‎Les vases communicants‎

‎Editions des Cahiers Libres, Paris 1932, 14x18,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 2000 exemplaires sur vélin Omnia, seul tirage avec 25 japon, le nôtre exemplaires du service de presse non numérotés. Envoi autographe signé de André Breton à Pierre Lagarde. Couverture illustrée par Max Ernst. Dos et plats marginalement insolés, exemplaire complet de son prière d'insérer. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR680.00 (€680.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 48110

(1932)

‎Les vases communicants‎

‎Editions des Cahiers Libres, Paris 1932, 13,5x18,5cm, broché.‎


‎Edition originale sur papier courant. Précieux envoi autographe signé d'André Breton à Marcel Jouhandeau : "... avec la profonde estime et la vive sympathie d'André Breton." Quelques repères de lecture et passages soulignés au crayon de papier probablement tracés par le dédicataire en marge de certains feuillets Papier jauni comme généralement. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00 (€1,500.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 61532

(1932)

‎Les vases communicants‎

‎Editions des Cahiers Libres, Paris 1932, 14x18,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 2000 exemplaires sur vélin Omnia, seul tirage avec 25 japon, le nôtre un des exemplaires du service de presse non numérotés. Envoi autographe signé d'André Breton à Dominique Braga. Couverture illustrée par Max Ernst. Un mors légèrement pincé, agréable exemplaire complet de son prière d'insérer. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR680.00 (€680.00 )

‎BRETON André:‎

Reference : 4343

(1932)

‎Les vases communicants.‎

‎Paris, Editions des Cahiers libres, 1932. In-8 de 172-[4] pages, couverture illustrée d’un composition en noir et rose de Max Ernst. ‎


‎ Edition originale tirée à 2025 exemplaires, celui-ci non numéroté, avec une dédicace d’André Breton à Benjamin Crémieux. En bel état, non coupé. ‎

Phone number : +4122 310 20 50

CHF1,000.00 (€1,023.50 )

‎BRETON André‎

Reference : 75729

(1953)

‎Lettre autographe signée inédite adressée au critique Charles Estienne : "Allons, ce n'est pas encore cette fois que dans la révolte je parviendrai à introduire la "mesure" que nous prêche aimablement M. Camus."‎

‎Paris 8 janvier 1953, 21x27cm, 1 pages et quelques lignes sur un feuillet.‎


‎Lettre autographe signée inédite d'André Breton adressée au critique Charles Estienne?; une page et quelques lignes à l'encre noire sur un papier à en-être de la galerie de l'Étoile Scellée. Deux pliures transversales inhérentes à l'envoi, un petit manque angulaire en marge haute droite. Très belle lettre rendant compte de la disparition de l'un des amis les plus chers d'André Breton et de sa brouille avec Albert Camus. Breton fait part à son ami de la disparition de l'artiste surréaliste tchèque Jind?ich Heisler?: «?Votre lettre parlait de ces jours où il semble «?qu'il y ait juste assez de feu pour vivre?»?: c'était bien loin d'être assez de feu lundi, lorsqu'elle me parvenait?: un de mes deux ou trois meilleurs amis, Heisler, pris soudain de malaise en se rendant chez moi le samedi, avait dû être hospitalisé d'urgence et je venais de recevoir le pneumatique de Bichat m'annonçant sa mort. Je suis resté longtemps hagard devant ce fait non moins impensable qu'accompli?: il n'était pas d'être plus exquis que celui-ci, mettant plus de chaleur dans ses entreprises, dont la plus constante était de tout alléger et embellir à ceux qu'il aimait.?» Les deux poètes étaient en effet très proches?: Heisler avait participé, au côté de Breton, au lancement de Néon en 1948 et l'avait soutenu lors d'un épisode dépressif, l'accompagnant avec d'autres amis à l'île de Sein. «?Le début de l'année 1953 est assombri par la mort de Jind?ich Heisler (le 4 janvier). Fidèle entre les fidèles, il «?a vécu intégralement pour le surréalisme?» selon Breton qui rend hommage à son activité d'animateur?: «?C'est ainsi qu'il fut de 1948 à 1950 l'âme de Néon et jusqu'à ses derniers instants le plus grand enfanteur de projets que son génie lui soufflait le moyen de réaliser comme par enchantement.?»?» (Henri Béhar, André Breton) Dans cette lettre empreinte de douleur, Breton fait soudainement référence à L'Homme révolté d'Albert Camus paru deux années plus tôt?: «?Allons, ce n'est pas encore cette fois que dans la révolte je parviendrai à introduire la «?mesure?» que nous prêche aimablement M. Camus.?» Les deux écrivains se rencontrent à New York à la fin mars 1946 alors que Camus est invité aux États-Unis pour une tournée de conférences comme représentant de Combat. «?Tous deux se concertent sur la meilleure façon de préserver le témoignage de certains hommes libres des distorsions idéologiques. Ils rêvent à une sorte de pacte par lequel des gens de leur trempe s'engageraient à ne s'affilier à aucun parti politique, à lutter contre la peine de mort, à ne jamais prétendre aux honneurs quels qu'ils soient.?» (ibid.) Avec d'autres intellectuels, ils fonderont en 1948 le Rassemblement démocratique révolutionnaire (RDR). Cet idylle prendra fin quelques années plus tard, à l'automne 1951, lorsque Camus publiera «?Lautréamont et la banalité?» extrait de son Homme révolté à venir. Breton, extrêmement blessé, lui répond dans un article intitulé «?Sucre jaune?» (in Arts)?: «?Cet article [...] témoigne de [l]a part [de Camus], pour la première fois, d'une position morale et intellectuelle indéfendable. [...] Il ne veut voir en Lautréamont qu'un adolescent «?coupable?» qu'il faut que lui - en sa qualité d'adulte - il morigène. Il va jusqu'à lui trouver dans la seconde partie de son uvre?: Poésies, une punition méritée. À en croire Camus, Poésies ne serait qu'un ramassis de «?banalités laborieuses?» [...] Il n'y aurait encore que demi-mal si l'indigence de ces vues ne se proposait d'élever la thèse la plus suspecte du monde, à savoir que la «?révolte absolue?» ne peut engendrer que le «?goût de l'asservissement intellectuel?». C'est là une affirmation toute gratuite, ultra-défaitiste qui doit encourir le mépris plus encore que sa fausse démonstration.?» Ainsi, deux ans plus tard, Breton tient encore rigueur du crime de lèse-majesté de Camus envers celui que Breton a érigé en père du surréalisme, mais plus encore, cette allusion à la philosophie pacifiste de Camus, témoigne de l'incompatibilité entre une pensée de la modération et une poésie de la révolution. Exceptionnelle lettre mélancolique sur la disparition des êtres et de l'esprit surréaliste dans ce monde d'après guerre, mais rédigée sur papier à en-tête de la toute nouvelle galerie d'André Breton, l'étoile scellée, qui réussira à faire renaître le phénix surréaliste. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR3,500.00 (€3,500.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 75175

(1948)

‎Lettre autographe signée inédite adressée à Gaston Puel : «Mais il faut continuer à vivre et pour cela se réserver une part de solitude qu'avec angoisse aussi je vois diminuer chaque jour.»‎

‎Antibes 9 mars 1948, 21,8x27cm, 2 pages sur un feuillet.‎


‎Lettre autographe signée inédite d'André Breton adressée à Gaston Puel ; deux pages sur un feuillet rédigées à l'encre bleue d'une écriture fine et soignée, nombreux soulignements. Rousseurs et traces d'adhésif marginales. Très belle lettre, empreinte de bienveillance, dans laquelle le Pape du Surréalisme fait part de ses nombreuses et chronophages occupations à son jeune épistolier, tout en rassurant celui-ci sur son talent et son avenir. Gaston Puel commença à correspondre avec André Breton à la Libération. Ils ne se sont, au moment de cette lettre rédigée pourtant quatre ans plus tard, jamais rencontrés: «Je suis heureux que vous ayez pensé à m'adresser votre photographie. C'est un grand pas de fait pour rompre la distance et il ne se peut guère que nous ne nous rencontrions bientôt.» Les deux écrivains semblent pourtant très proches, comme en témoigne le ton paternel et rassurant de Breton: «Ne parlez pas comme à regret de ceux qui avancent: vous en êtes et j'en sais bien peu qui soient si loin que vous, déjà. Ce que vous m'écrivez - pas seulement cette fois - est toujours pour moi de haute importance...» Travailleur sans relâche, Breton fait ici part de sa frustration et de sa lassitude à Puel: «Mais il faut continuer à vivre et pour cela se réserver une part de solitude qu'avec angoisse aussi je vois diminuer chaque jour.» Gaston Puel, alors âgé de 24 ans, participe depuis quelques temps aux activités du groupe surréaliste autour de Joë Bousquet, d'André Breton et de René Char. Son mentor lui prédit ici un avenir tout tracé: «Mon cher Ami, je souhaite très vivement que vous preniez une part active à la rédaction de «Néon». Il suffirait d'une très légère transposition de ton pour que les pages que vous m'adressez puissent y trouver place et en constituer un des éléments primordiaux. Il en va, naturellement, de même pour «Supérieur inconnu» si cette revue peut voir le jour.» Cette dernière revue, censée réconcilier et unir les conservateurs et les novateurs du surréalisme, ne verra le jour que quarante-huit ans plus tard sous l'impulsion de Sarane Alexandrian. Gaston Puel intègrera en revanche bien la rédaction de Néon, mais finira par se détourner des surréaliste - tout en conservant son amitié pour Breton - en 1950. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00 (€1,500.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 76379

(1956)

‎Lettre autographe signée inédite adressée à Jean Schuster : "Enfin ! Considérant l'objet fermé, disons-nous qu'il n'y a plus qu'à attendre les événements..."‎

‎Saint-Cirq-Lapopie 9 octobre 1956, 13,5x18cm, 1 page sur un double feuillet et une enveloppe.‎


‎Lettre autographe signée d'André Breton adressée à Jean Schuster ; une page rédigée à l'encre noire sur un double feuillet de papier blanc. Enveloppe jointe. La rédaction de cette lettre coïncide avec la date de parution du tout premier numéro de la revueLe Surréalisme même: "Enfin ! Considérant l'objet fermé, disons-nous qu'il n'y a plus qu'à attendre les événements..." Breton, alors dans sa maison de Saint-Cirq-Lapopie, prévoit de rentrer à Paris à cette occasion : "Il fallait cela - et le grand froid du matin - pour nous ramener à Paris : nous y serons vendredi et je passerai le soir au Musset." Jean Schuster (1929-1995) rejoint le groupe surréaliste en 1947. Proche de Benjamin Péret et André Breton, il deviendra l'exécuteur testamentaire de ce dernier. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR800.00 (€800.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 76444

(1959)

‎Lettre autographe signée inédite adressée à Jean Schuster évoquant la création de la célèbre "Boîte alerte"‎

‎Saint-Cirq-Lapopie 17 août 1959, 21x27cm, une page sur un feuillet.‎


‎Lettre autographe signée inédite d'André Breton adressée à Jean Schuster, une page rédigée à l'encre bleue sur un feuillet à en-tête de l'Exposition internationale du Surréalisme (EROS) 1959-1960.Pliures transversales inhérentes à l'envoi.Jean Schuster (1929-1995), le destinataire de cette lettre, rejoignit le groupe surréaliste en 1947. Proche de Benjamin Péret et André Breton, il deviendra l'exécuteur testamentaire de ce dernier. Intéressante lettre rendant compte de la préparation de la huitièmeExposition internationale du Surréalisme, placée sous le signe de l'érotisme, qui eut lieu durant l'hiver1959-1960 à la GalerieDaniel Cordier. André Breton, alors en son fief de Saint-Cirq-Lapopie, se trouve en compagnie d'amis : "José Pierre et Nicole sont ici depuis hier. Il va aussi bien que possible mais reste astreint pour deux ou trois mois à de grandes précautions."Le critique José Pierre (1927-1999), spécialiste du mouvement surréaliste qu'il rejoignit en 1952, est en convalescence après une opération de la rétine. Malgré cette lourde intervention, c'est lui qui sera en charge d'une très grande partie de la logistique de l'Exposition à venir. Cette importante lettre évoque également la création de la Boîte alerte, uvre collective réalisée à l'initiative de l'artiste québécoise Mimi Parent et aujourd'hui conservée au Centre Pompidou : "Robert, qui est ici depuis une huitaine de jours ainsi que Toyen, m'a fait entendre de curieux enregistrements de Dufrène, dont l'un pourrait, je crois, être retenu pour un des disques de la boîte aux lettres. Il s'agit d'une lecture à grands effets de vois et d'intonations de l'"Histoire Naturelle" de Benjamin. Le système consiste (je ne sais si l'on vous en a parlé) à lire, par exemple, un fragment du Cinquième Chant de Maldoror comme on conterait le Petit Poucet à des enfants, un fragment du Sixième Chant à la façon d'un reportage sportif radiophonique." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,000.00 (€2,000.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 75184

(1948)

‎Lettre autographe signée inédite adressée à Marcel Jean et son enveloppe présentant un quatrain autographe‎

‎Antibes 5 février 1948, 21x27cm, une page sur un feuillet, enveloppe jointe.‎


‎Lettre autographe signée d'André Breton, inédite et adressée à Marcel Jean, une page rédigée à l'encre bleue sur un feuillet de papier bleu d'une écriture fine et soignée. Est jointe l'enveloppe accompagnant cette lettre, rédigée par André Breton et présentant un amusant quatrain autographe?: «?C'est à Paris, rue Hégésippe / Moreau 17, que Marcel Jean / Croise, tels soufre et vif-argent, / Le perroquet et la tulipe.?» Au dos, l'adresse de Breton à Antibes «?Shady Rock Avenue des Pins?»?; il s'agit de la villa de Marie Cuttoli et son mari Henri Laugier. Cette enveloppe est d'une importance capitale?: elle résume à elle seule le style des tableaux de Marcel Jean?; l'artiste a d'ailleurs choisi de la reproduire dans son ouvrage?: «?Frédérick Kiesler arrangea pour moi [...] une exposition de mes toiles «?arcimboldiesques?» comme j'en composais alors, au sujet desquelles j'avais reçu d'André Breton une lettre à l'adresse mallarméenne?: [transcription de l'enveloppe accompagnant notre lettre]?». (Marcel Jean, Au galop dans le vent, 1991) Cette lettre a été rédigée peu de temps après la sortie du n°1 de Néon, première revue surréaliste à paraître après-guerre?: «?Je viens d'écrire à Maurice Henri [sic], qui m'interpellait au sujet de Néon dont l'apparition t'a, paraît-il, agité, toi aussi. Je n'ai pas trop envie de me redire. Demande-lui, si tu veux bien, de te faire part de mon point de vue.?» «?En janvier 1948 paraît enfin le premier numéro d'une revue surréaliste Néon «?N'être rien?; Être tout?; Ouvrir l'être.?» De facture originale (elle utilise toutes les possibilités offertes par l'offset), elle est dirigée par les nouveaux venus au surréalisme?: Sarane Alexandrian, Jindrich Heisler, Véra Hérold, Stanislas Rodanski, Claude Tarnaud. Le texte de présentation, fâcheusement idéaliste, parle d'un «?groupe électif se situant au-delà des idées?». Craignant une sorte de dissidence, les anciens, Maurice Henry, Marcel Jean, Henri Pastoureau, s'agitent. D'Antibes (où, faute de moyens, il prolonge son séjour en compagnie d'Elisa chez Marie Cuttoli), Breton écrit pour calmer les passions.?» (Henri Béhar, André Breton) «?Le "coup des billets" a été vivement ressenti (un retour prématuré n'est pas impossible). On ne voit personne autre que Matisse, qui est d'une fraîcheur d'esprit stupéfiante.?» Le «?coup des billets?» fait probablement référence à un projet que mettront en place les surréalistes en collaboration avec les anarchistes en publiant dans Le Libertaire une série de billets s'échelonnant d'octobre 1951 à janvier 1953. «?à Antibes, Breton montra Néon à Matisse, qu'il voyait souvent, et dont il vanta «?la stupéfiante fraîcheur d'esprit?». D'après ce qu'il voulut bien nous en dire, le jugement du grand peintre fut définitif. «?En quoi Néon me concerne-t-il' aurait demandé Matisse. Quelle responsabilité, même la plus lointaine, puis-je avoir dans cette chose??» (Marcel Jean, op. cit.) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,000.00 (€2,000.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 76388

(1945)

‎Lettre autographe signée inédite adressée à Marcel Jean : "Je suis, de nouveau, en mauvais termes avec Max Ernst, Masson devenu gaulliste est parti hier pour Paris." ‎

‎New York 23 octobre 1945, 17,1x25,4 cm, 2 pages sur un feuillet et une enveloppe.‎


‎Lettre autographe signée inédite d'André Breton adressée à Marcel Jean, deux pages rédigées à l'encre bleue sur un feuillet. Enveloppe "air mail" jointe. Pliures inhérentes à l'envoi. Cette lettre est évoquée et très brièvement citée dans l'autobiographie de Marcel Jean,Au galop dans le vent. Importante et longue lettre envoyée depuis New York alors que Breton, en exil depuis 1943 car considéré comme "anarchiste dangereux" par le gouvernement pétainiste, a été contraint - à l'instar de nombreux intellectuels - de quitter la France pour pouvoir continuer à travailler. Il fait part à son ami de "l'accablement" dans lequel le met la ville et l'on sent encore son empressement à rejoindre sa patrie. Peintre, dessinateur et décorateur, Marcel Jean rejoignit le groupe surréaliste en 1933 et devint l'un des premiers chroniqueurs du mouvement. On sent toute son émotion à la réception de cette lettre dont il parle longuement dans son autobiographie : "Octobre 1945, j'écris à André Breton à New York. En réponse, deux pages serrées de fine calligraphie. Ma lettre, dont le ton a dû le séduire, lui a fait "vraiment plaisir". Il me retrouve "sain, sauf et nullement dénué de cette façon de voir lucide, souriante, très humaine" qu'il m'a toujours connue ("Je viens de penser, dit-il, à ta rude poignée de main..."). Je lui ai signalé l'étude sur Lautréamont dont je rapporte les éléments, il m'engage à en donner des extraits, à un numéro surréaliste en préparation de la revueVrille, "cela sans préjudice de dessin de toi queVrilledevrait reproduire", et, pour la même revue, de soumettre "un certain nombre d'ouvrages récents à un commentaire analytique et critique approfondi". Suivent des conseils et des encouragements en vue d'un travail de critique littéraire qu'il souhaiterait me voir entreprendre. Puis quelques nouvelles de l'Amérique et de nos amis : Max Ernst, Tanguy, Péret, qui s'ennuie à Mexico, Matta, qui "peint de grands panneaux dans un nouveau genre (figuratif sadique) très remarqués.". Et la signature fougueuse. Les lettres de Breton, leur contraste entre le texte, à l'écriture extrêmement régulière, et le paraphe, bousculé, et dans les deux graphismes quelque chose de surveillé m'ont toujours donné l'impression qu'en m'écrivant il me faisait la faveur d'un autographe. Son message esquissait pour moi un programme de chroniqueur en vue de son retour à Paris au printemps, mais j'avais en tête autre chose que de commenter les commentaires des critiques dont il me signalait l'intérêt - Maurice Blanchot ou Léon-Pierre Quint. Mes projets concernaient l'étude de Lautréamont et puis - ou en même temps : peindre, et dessiner." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,000.00 (€2,000.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 76435

(1947)

‎Lettre autographe signée inédite adressée à Michel Fardoulis-Lagrange : "Dites-moi : IIIe Convoi ne nous a tout de même pas habitués à cette allure ! "‎

‎Paris 16 février 1947, 20,8x27cm, une page sur un feuillet, enveloppe jointe.‎


‎Lettre autographe signée inédite d'André Breton adressée à Michel Fardoulis-Lagrange, rédigée à l'encre noire sur un feuillet à en-tête de l'Exposition internationale du surréalisme 1947. Enveloppe jointe. Pliures transversales inhérentes à l'envoi. Intéressante lettre évoquant la revueTroisième Convoifondée parJean Maquet etMichel Fardoulis-Lagrange, rédigée peu de temps avant la seconde exposition surréaliste à la galerie Maeght : "Dites-moi : IIIe Convoi ne nous a tout de même pas habitués à cette allure ! "La revue, dont le titre s'inspire desVases communicants("Nous, voyageurs du second convoi."),connut cinq numéros entre 1945 et 1951. Nous n'avons pas trouvé trace d'une collaboration de Breton à cette revue, mais la lettre que nous proposons démontre qu'il a en peut-être été question : "Et vous savez que je reste en assez mauvaise condition, avec cette séquelle de sinusite. [...] Il me faudrait aussi être un peu plus éclairé peut-être sur l'axe de votre quatrième numéro (pour ne pas partir à côté ou faire malgré moi trop divergent). Ne pensez-vous pas ?" - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR700.00 (€700.00 )

‎BRETON André:‎

Reference : 4342

(1926)

‎Légitime défense.‎

‎Paris, Editions surréalistes, septembre 1926. Fragile brochure agrafée (fendue au pli) sur papier uniformément bruni. ‎


‎ Edition originale. Envoi autographe de l’auteur à Georges Lévy. ‎

Phone number : +4122 310 20 50

CHF820.00 (€839.27 )

‎BRETON André‎

Reference : 75170

(1952)

‎Manuscrit autographe de cinq chroniques intitulées "Matière et pronostication", "Dernières positions", "Mise au point", "Touchant 'Un livre écrit en dedans et en dehors'" et "Toi, le seigneur vermeil..."‎

‎novembre 1952, 21x13,5cm et 21x27cm, deux feuillets.‎


‎Manuscrit autographe d'André Breton constitué de cinq textes intitulés "Matière et pronostication", "Dernières positions", "Mise au point", "Touchant 'Un livre écrit en dedans et en dehors'" et "Toi, le seigneur vermeil...", rédigés pour le n°1 de novembre 1952 de la revueMédium.Manuscrit, rédigé à l'encre noire d'une écriture fine et constitué de plusieurs collages ; ratures, soulignements et corrections à l'encre rose. Il s'agit de versions intermédiaires de ces textes ; d'autres variantes de ces articles, dont le texte est approchant mais pas aussi abouti, sont visibles sur le site des Archives Breton. - "Matière et pronostication" évoque l'article deCombatdans lequel Micea Eliade présente les thèses de Jung sur l'alchimie. - "Dernières positions" relate deux interviews de Breton données à La Liberté du Morbihan et à La Razon (Buenos Aires). La première concerne Jacques Prévert : "Une assez grande partie de la jeunesse, en portant aux nues Paroles, s'est peut-être fermée à l'intelligence de messages qui vont plus loin et exigent aussi plus d'efforts, tels après tous ceux de Nerval, de Baudelaire, de Rimbaud. Par ailleurs l'influence de Prévert sur le plan "formel" est désastreuse."La seconde interview, quant à elle, met à mal l'existentialisme : "Ce qui me déplait dans l'existentialisme, ce qui - pour tout dire - m'indispose totalement à son égard, c'est que c'est là un débat limité entreprofesseurs..." -"Mise au point" est une reconnaissance de Victor Brauner comme artiste surréaliste : "Nos différends (d'un autre ordre) avec Victor Brauner nous ont laissé libres d'apprécier à sa valeur sa récente exposition à la Galerie de France, où des toiles (...) peuvent être, aujourd'hui comme hier, revendiquées par le surréalisme, du fait qu'ils sont des chefs d'oeuvre devoyance." -"Touchant 'Un livre écrit en dedans et en dehors'" s'intéresse à la publication par Malcolm de Chazal de trois ouvrages:La Bible du mal, Évangile de l'eau,etLa Fin du monde. - Enfin, "Toi, le seigneur vermeil...", est un très bref et informatif hommage à Pierre Mabille, proche ami de Breton "mort brusquement le lundi 13 octobre, à 17 heures". Accueillant Breton lors de sa démobilisation en 1940, Mabille fut le médecin-accoucheur de Jacqueline, épouse du Pape du Surréalisme et c'est lui qui invita ce dernier à le rejoindre en Haïti en 1945. Très bel ensemble de chroniques. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,300.00 (€2,300.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 75167

(1952)

‎Manuscrit autographe de deux chroniques intitulées "Assez souillé !" et "Courrier transpyrénéen"‎

‎novembre 1952, 20,9x13,4cm, une feuille.‎


‎Manuscrit autographe d'André Breton constitué de deux courts textes intitulés "Assez souillé !" et "Courrier transpyrénéen", rédigés pour le n°1 de novembre 1952 de la revueMédium.18 lignes rédigées à l'encre noire d'une écriture soignée sur un feuillet blanc. Un infime trou d'épingle en marge haute droite du feuillet. "Assez souillé !" relate l'accueil réservé par la revue Médium au panégyrique de Céline par Albert Paraz. La chronique intitulée "Courrier transpyrénéen" annonce quant à elle la publication du dernier ouvrage du critique Juan Eduardo Cirlot intituléSurrealismo. Breton y évoque également l'ouvrage de Robert BenayounLe Livre du Non-Sensqui portera finalement le titre d'Anthologie du non-senset paraîtra en 1957 chez J.- J. Pauvert. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,350.00 (€1,350.00 )

‎BRETON André‎

Reference : 75166

(1953)

‎Manuscrit autographe intitulé "Un peu jaguar..."‎

‎mai 1953, 21x27 cm, une feuille.‎


‎Manuscrit autographe d'André Breton intitulé "Un peu jaguar...", rédigé pour le n°7 de mai 1953 de la revueMédium.12 lignes rédigées à l'encre noire d'une écriture soignée sur un feuillet blanc. Deux pliures transversales sans gravité. Il s'agit de la version finale du texte ; une version intermédiaire de cet article est visible sur le site des Archives Breton. Intéressante chronique concernant le peintre suédoisMax Walter Svanberg : "De Malmö (Suède) notre très admiré amiMax Walter Svanberg nous écrit pour protester contre la manière dont ont été récemment présentées ses toiles à Paris..." "C'est en 1953 que Breton et ses amis découvrent l'uvre de Svanberg. En 1954 il illustre entièrement le numéro 3 de la revue surréalisteMédiumet en 1955 Breton préface sa première exposition particulière à Paris à la galerie " À l'étoile scellée". " (Archives Breton) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,000.00 (€1,000.00 )
Previous 1 ... 160 161 162 163 ... 379 595 811 1027 ... 1030 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Autographs
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !