Previous 1 ... 131 132 133 134 ... 378 622 866 1110 ... 1113 Next Exact page number ? OK

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 48471

(1981)

‎Mal vu mal dit‎

‎Editions de Minuit, Paris 1981, 14x19,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 114 exemplaires numérotés sur alfa mousse, le nôtre un des 15 hors commerce. Envoi autographe signé de Samuel Beckett à une amie. Bel exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 46802

(1975)

‎Pas moi‎

‎Les éditions de minuit, Paris 1975, 10x18cm, broché.‎


‎Edition originale, un des quelques exemplaires hors commerce sur vélin supérieur, tirage de tête avec 92 exemplaires numérotés sur vélin supérieur. Envoi autographe signé de Samuel Beckett à Ludovic (Janvier). Agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 54724

(1975)

‎Pas moi‎

‎Les éditions de minuit, Paris 1975, 10,5x18cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 150 exemplaires numérotés sur vélin d'Arches, le nôtre non justifié, seuls grands papiers avec 92 vélin supérieur et quelques hors commerce. Envoi autographe signé de Samuel Beckett à une proche amie. Agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 46803

(1968)

‎Poèmes‎

‎Les éditions de minuit, Paris 1968, broché.‎


‎Edition originale imprimée à 762 exemplaires numérotés sur vélin cuve B.F.K. de Rives, le nôtre un des100 exemplaires hors commerce. Envoi autographe signé de Samuel Beckett à Ludovic (Janvier) et à sa femme Agnès. Dos très légèrement insolé sans gravité. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 51865

(1968)

‎Poèmes‎

‎Les éditions de minuit, Paris 1968, 14,5x19,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 100 exemplaires hors commerce numérotés sur B.F.K. de Rives, seuls grands papiers avec 662 autres B.F.K. de Rives. Précieux envoi autographe daté de Février 1968 et signé de Samuel Beckett à son ami le peintre Geer (Van Velde) et à sa femme Lise. Petites piqûres sur le premier plat marginalement et légèrement insolé. « Que dire de ces plans qui glissent, ces contours qui vibrent, ces corps comme taillés dans la brume, ces équilibres qu'un rien doit rompre, qui se rompent, et se reforment à mesure qu'on regarde ? Comment parler de ces couleurs qui respirent, qui halètent ? de cette stase grouillante ? de ce monde sans poids, sans force, sans ombre ? Ici tout bouge, nage, fuit, revient, se défait, se refait. Tout cesse, sans cesse. On dirait l'insurrection des molécules, l'intérieur d'une pierre un millième de seconde avant qu'elle ne se désagrège. C'est ça la littérature. » (La Peinture des van Velde ou Le monde et le pantalon, in Cahiers d'Art n°11-12, Paris 1945) Beckett ne parle pas ici, malgré les apparences, de son uvre littéraire mais de la peinture de Geer Van Velde, ajoutant quelques lignes plus loin: «[Bram] Van Velde peint l'étendue. G[eer] Van Velde peint la succession.» Cet éloge, publié à l'occasion de la double exposition des Van Velde, Geer chez Maeght et Bram à la galerie Mai, est le premier texte d'importance sur ces peintres alors à peu près inconnus du public: «On ne fait que commencer à déconner sur les frères VanVelde. J'ouvre la série. C'est un honneur.» Il est aussi le premier texte critique écrit directement en français par un jeune écrivain irlandais qui n'a encore jamais publié en France. Ainsi, le premier et plus important écrit sur l'art de Beckett, composé à l'aube de sa carrière littéraire, instaure, dès l'origine, une relation fondamentale entre son uvre en gestation et la peinture de ses amis: «Aussi a-t-on souvent lu ce texte en creux, ou en miroir, comme une des rares désignations de la poétique (à venir) de Beckett par lui-même, une sorte de programme anamorphique d'écriture» (Un pantalon cousu de fil blanc: Beckett et l'épreuve critiquepar Pierre Vilar) Véritable déclaration d'intention du dramaturge, ce texte fondamental - dont Beckett confesse dès l'introduction la valeur introspective: «avec les mots on ne fait que se raconter» - inaugure la période créatrice la plus fructueuse de l'écrivain. En effet, à l'instar d'Apollinaire et de Cendrars, Beckett puise dans les problématiques artistiques de ses contemporains le ferment de son écriture à venir par «la mise en cause la plus profonde des présupposés narratifs, figuratifs ou poétiques.» (Pascale Casanova inBeckett l'abstracteur) L'influence majeure de la peinture moderne sur la structure - ou déstructuration - narrative du théâtre et des romans de Beckett sera révélée et analysée par de nombreux penseurs, dont Gilles Deleuze, Julia Kristeva ou Maurice Blanchot. C'est justement à partir de la peinture des Van Velde, de Geer, puis de Bram, que Beckett formalise cette volonté de traduire la question picturale en dramaturgie. Ainsi refuse-t-il les décors de Nicolas de Staël pourEn attendant Godotcar: «Il faut que le décor sorte du texte, sans y ajouter. Quant à la commodité visuelle du spectateur, je la mets là où tu penses. Crois-tu vraiment qu'on puisse écouter devant un décor de Bram, ou voir autre chose que lui?» (Lettre à Georges Duthuit, 1952). Lorsqu'il rencontre Geer en 1937, «Beckett traverse une crise existentielle majeure, il vient de remodeler son premier romanMurphy, refusé par un grand nombre d'éditeurs, il sombre dans l'alcoolisme, quitte l'Irlande et s'installe définitivement à Paris» (Le Pictural dans l'uvre de Beckett,Lassaad Jamoussi). Il revient d'un long voyage artistique en Allemagne où il s'est imprégné d'uvres classiques et d'art contemporain - c'est lors de ce voyage qu'il découvre lesDeux hommes contemplant la lunede Caspar David Friedrich, à l'origine deEn attendant Godot. L'art est alors au cur de sa réflexion créatrice et l'amitié qui va le lier à Geer puis plus tard à Bram et à leur sur Jacoba (avec laquelle il entretint peut-être une relation plus qu'amicale) va profondément influencer sa vie et son écriture. Son premier écrit sur l'art est une courte notice sur Geer Van Velde dont il impose les uvres à sa nouvelle amante Peggy Guggenheim à l'occasion de la création de sa galerie londonienne. Malgré l'échec relatif de l'exposition (qui suit celle de Kandinsky), il obtient de Peggy une bourse d'un an pour son ami. James Knowlson avance même que «si Beckett a longtemps gardé des liens étroits avec Peggy, c'est d'abord et avant tout parce qu'elle était susceptible de donner un sérieux coup de pouce à ses amis artistes, à commencer par Geer Van Velde.» (inBeckettp. 474) Enigmatique, la petite note que Beckett rédige alors à la demande de Peggy contient déjà en germe la pensée du dramaturge: «Believes painting should mind it on business, i.e. colours. i.e no more say Picasso than Fabritius, Vermeer. Or inversely. » (« Pense que la peinture devrait se mêler de ses propres affaires, c'est-à-dire la couleur, c'est-à-dire pas plus de Picasso que de Fabritus ou Vermeer. Et inversement. ») Plus lents à croître, son amitié pour Bram et son intérêt pour sa peinture modifient peu à peu le regard de Beckett sur la peinture de Geer et lorsque, dix ans après sa première rencontre avec les frères, il écritLe Monde et le Pantalon, Beckett met à jour une dualité symbolisée par ce titre tiré d'une anecdote placée en exergue de l'article. Le monde, c'est l'uvre «imparfaite» de Dieu créé en six jours à laquelle le tailleur oppose la perfection de son pantalon achevé en six mois. La relation entre cette anecdote et les frères Van Velde est peut-être à chercher dans le second essai que Beckett leur consacre en 1948,Peintres de l'empêchement(Derrière le miroirn°11/12): «L'un d'eux dira: Je ne peux voir l'objet, pour le représenter, parce qu'il est ce qu'il est. L'autre: je ne peux voir l'objet, pour le représenter, parce que je suis ce que je suis. Il y a toujours ces deux sortes d'empêchement, l'empêchement-objet et l'empêchement-il. [...] Geer Van Velde est un artiste de la première sorte [...], Bram Van Velde de la seconde.». Résistance de l'objet ou impuissance de l'artiste, cette fable, «véritable noyau narratif premier en forme de kôan zen» (P. Vilar), se retrouvera ensuite dispersée dans l'ensemble de l'uvre de Beckett et occupera plus particulièrement une place centrale dansFin de Partie, dont Roger Blin, note par ailleurs la similitude avec l'uvre de Geer: «Il était ami à cette époque des frères Geer et Bram van Velde, hollandais et peintres tous deux. Geer était un peintre dans la lignée de Mondrian. J'ai le sentiment que Beckett voyaitFin de partiecomme un tableau de Mondrian, avec des cloisons très nettes, des séparations géométriques, de la géométrie musicale.» (R. Blin,Conversations avec Lynda PeskineinRevue d'Esthétique). L'affinité grandissante de Beckett avec l'uvre de Bram Van Velde et l'énergie qu'il dépense pour défendre son travail, notamment auprès de la galerie Maeght ou de son ami, l'historien d'art Georges Duthuit, se feront sans doute aux dépens de ses relations avec Geer. Cependant, malgré quelques malentendus, leur amitié ne sera jamais rompue, ni le dialogue silencieux mais agité que l'écrivain entretient avec l'uvre du petit frère van Velde dont il possédait deux grandes toiles: «Le grand tableau de Geer me fait enfin des signes. Dommage qu'il ait si mal tourné. Mais ce n'est peut-être pas vrai.» (lettre à Georges Duthuit, mars 1950) «Geer dégage un grand courage. Des idées un peu tranchantes, mais peut-être seulement en apparence. Je l'ai toujours beaucoup estimé. Mais pas assez je crois.» (lettre à Mania Péron, août 1951) La mort de Geer Van Velde en 1977 affecte profondément Beckett et coïncide avec une période d'intense nostalgie durant laquelle l'écrivain décide de se livrer à un «grand ménage» dans sa demeure pour vivre entre des «murs gris comme le propriétaire». Confiant ses états d'âme à son amie, la décoratrice de théâtre Jocelyn Herbert, Beckett témoigne de l'indéfectible affection qu'il porte au peintre depuis quarante ans:«plus de toiles sous les yeux, y compris celle du grand Geer Van Velde derrière le piano». Précieux témoignage de l'amitié de ces compagnons de route qui, depuisle premier roman de Beckett pour lequel ils vérifiaient ensemble la vraisemblance de la partie d'échecs opposant Murphy à M. Endon, ont affronté ensemble les grands enjeux de la modernité: «C'est qu'au fond, la peinture ne les intéresse pas. Ce qui les intéresse, c'est la condition humaine. Nous reviendrons là-dessus.» (Beckett à propos des frères Van Velde, inLe Monde et le Pantalon) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00

‎BECKETT, Samuel.‎

Reference : 1173

(1969)

‎Sans.‎

‎ — Paris : Édition de Minuit (impr. Corbière et Jugain à Alençon), 1969. Grand in-12 carré, 190 x 142 : 20 pp., (2 ff.), couverture imprimée. — Broché. ‎


‎Édition originale de cet ouvrage composé en français en 1969. Beckett est alors au sommet de sa carrière, se voyant la même année attribuer le prestigieux prix Nobel de littérature qu'il accueille avec froideur car il est pour lui synonyme de contraintes mondaines et universitaires.Tirage unique à 742 exemplaires sur Vélin cuve BFK Rives, celui-ci un des 100 hors commerce justifié H.-C. LXXXII.Précieux exemplaire enrichi d’un envoi autographe de l’auteur sur le titre : « Pour Alain et [Yvonne]. // Bien amicalement. // Sam // Paris février 1970 ».Exemplaire en parfait état de conservation.Bibliographie : Vignes, Bibliographie des éditions de Minuit, n°584. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 81 63 22

EUR800.00

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 46806

(1969)

‎Sans‎

‎Les éditions de minuit, Paris 1969, 14,5x19,5cm, broché.‎


‎Edition originale imprimée à 742 exemplaires numérotés sur vélin cuve B.F.K. de Rives, le nôtre un des100 exemplaires hors commerce. Envoi autographe signé de Samuel Beckett à Ludovic (Janvier). Dos et premier plat très légèrement insolés en tête sans gravité. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎BECKETT Samuel‎

Reference : 51864

(1969)

‎Sans‎

‎Les éditions de minuit, Paris 1969, 14,5x19,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 100 exemplaires hors commerce numérotés sur B.F.K. de Rives, seuls grands papiers avec 642 autres B.F.K. de Rives. Précieux envoi autographe daté de Janvier 1970 et signé de Samuel Beckett à son ami le peintre Geer (Van Velde) et à sa femme Lise. Agréable exemplaire. « Que dire de ces plans qui glissent, ces contours qui vibrent, ces corps comme taillés dans la brume, ces équilibres qu'un rien doit rompre, qui se rompent, et se reforment à mesure qu'on regarde ? Comment parler de ces couleurs qui respirent, qui halètent ? de cette stase grouillante ? de ce monde sans poids, sans force, sans ombre ? Ici tout bouge, nage, fuit, revient, se défait, se refait. Tout cesse, sans cesse. On dirait l'insurrection des molécules, l'intérieur d'une pierre un millième de seconde avant qu'elle ne se désagrège. C'est ça la littérature. » (La Peinture des van Velde ou Le monde et le pantalon, in Cahiers d'Art n°11-12, Paris 1945) Beckett ne parle pas ici, malgré les apparences, de son uvre littéraire mais de la peinture de Geer Van Velde, ajoutant quelques lignes plus loin: «[Bram] Van Velde peint l'étendue. G[eer] Van Velde peint la succession.» Cet éloge, publié à l'occasion de la double exposition des Van Velde, Geer chez Maeght et Bram à la galerie Mai, est le premier texte d'importance sur ces peintres alors à peu près inconnus du public: «On ne fait que commencer à déconner sur les frères VanVelde. J'ouvre la série. C'est un honneur.» Il est aussi le premier texte critique écrit directement en français par un jeune écrivain irlandais qui n'a encore jamais publié en France. Ainsi, le premier et plus important écrit sur l'art de Beckett, composé à l'aube de sa carrière littéraire, instaure, dès l'origine, une relation fondamentale entre son uvre en gestation et la peinture de ses amis: «Aussi a-t-on souvent lu ce texte en creux, ou en miroir, comme une des rares désignations de la poétique (à venir) de Beckett par lui-même, une sorte de programme anamorphique d'écriture» (Un pantalon cousu de fil blanc: Beckett et l'épreuve critiquepar Pierre Vilar) Véritable déclaration d'intention du dramaturge, ce texte fondamental - dont Beckett confesse dès l'introduction la valeur introspective: «avec les mots on ne fait que se raconter» - inaugure la période créatrice la plus fructueuse de l'écrivain. En effet, à l'instar d'Apollinaire et de Cendrars, Beckett puise dans les problématiques artistiques de ses contemporains le ferment de son écriture à venir par «la mise en cause la plus profonde des présupposés narratifs, figuratifs ou poétiques.» (Pascale Casanova inBeckett l'abstracteur) L'influence majeure de la peinture moderne sur la structure - ou déstructuration - narrative du théâtre et des romans de Beckett sera révélée et analysée par de nombreux penseurs, dont Gilles Deleuze, Julia Kristeva ou Maurice Blanchot. C'est justement à partir de la peinture des Van Velde, de Geer, puis de Bram, que Beckett formalise cette volonté de traduire la question picturale en dramaturgie. Ainsi refuse-t-il les décors de Nicolas de Staël pourEn attendant Godotcar: «Il faut que le décor sorte du texte, sans y ajouter. Quant à la commodité visuelle du spectateur, je la mets là où tu penses. Crois-tu vraiment qu'on puisse écouter devant un décor de Bram, ou voir autre chose que lui?» (Lettre à Georges Duthuit, 1952). Lorsqu'il rencontre Geer en 1937, «Beckett traverse une crise existentielle majeure, il vient de remodeler son premier romanMurphy, refusé par un grand nombre d'éditeurs, il sombre dans l'alcoolisme, quitte l'Irlande et s'installe définitivement à Paris» (Le Pictural dans l'uvre de Beckett,Lassaad Jamoussi). Il revient d'un long voyage artistique en Allemagne où il s'est imprégné d'uvres classiques et d'art contemporain - c'est lors de ce voyage qu'il découvre lesDeux hommes contemplant la lunede Caspar David Friedrich, à l'origine deEn attendant Godot. L'art est alors au cur de sa réflexion créatrice et l'amitié qui va le lier à Geer puis plus tard à Bram et à leur sur Jacoba (avec laquelle il entretint peut-être une relation plus qu'amicale) va profondément influencer sa vie et son écriture. Son premier écrit sur l'art est une courte notice sur Geer Van Velde dont il impose les uvres à sa nouvelle amante Peggy Guggenheim à l'occasion de la création de sa galerie londonienne. Malgré l'échec relatif de l'exposition (qui suit celle de Kandinsky), il obtient de Peggy une bourse d'un an pour son ami. James Knowlson avance même que «si Beckett a longtemps gardé des liens étroits avec Peggy, c'est d'abord et avant tout parce qu'elle était susceptible de donner un sérieux coup de pouce à ses amis artistes, à commencer par Geer Van Velde.» (inBeckettp. 474) Enigmatique, la petite note que Beckett rédige alors à la demande de Peggy contient déjà en germe la pensée du dramaturge: «Believes painting should mind it on business, i.e. colours. i.e no more say Picasso than Fabritius, Vermeer. Or inversely. » (« Pense que la peinture devrait se mêler de ses propres affaires, c'est-à-dire la couleur, c'est-à-dire pas plus de Picasso que de Fabritus ou Vermeer. Et inversement. ») Plus lents à croître, son amitié pour Bram et son intérêt pour sa peinture modifient peu à peu le regard de Beckett sur la peinture de Geer et lorsque, dix ans après sa première rencontre avec les frères, il écritLe Monde et le Pantalon, Beckett met à jour une dualité symbolisée par ce titre tiré d'une anecdote placée en exergue de l'article. Le monde, c'est l'uvre «imparfaite» de Dieu créé en six jours à laquelle le tailleur oppose la perfection de son pantalon achevé en six mois. La relation entre cette anecdote et les frères Van Velde est peut-être à chercher dans le second essai que Beckett leur consacre en 1948,Peintres de l'empêchement(Derrière le miroirn°11/12): «L'un d'eux dira: Je ne peux voir l'objet, pour le représenter, parce qu'il est ce qu'il est. L'autre: je ne peux voir l'objet, pour le représenter, parce que je suis ce que je suis. Il y a toujours ces deux sortes d'empêchement, l'empêchement-objet et l'empêchement-il. [...] Geer Van Velde est un artiste de la première sorte [...], Bram Van Velde de la seconde.». Résistance de l'objet ou impuissance de l'artiste, cette fable, «véritable noyau narratif premier en forme de kôan zen» (P. Vilar), se retrouvera ensuite dispersée dans l'ensemble de l'uvre de Beckett et occupera plus particulièrement une place centrale dansFin de Partie, dont Roger Blin, note par ailleurs la similitude avec l'uvre de Geer: «Il était ami à cette époque des frères Geer et Bram van Velde, hollandais et peintres tous deux. Geer était un peintre dans la lignée de Mondrian. J'ai le sentiment que Beckett voyaitFin de partiecomme un tableau de Mondrian, avec des cloisons très nettes, des séparations géométriques, de la géométrie musicale.» (R. Blin,Conversations avec Lynda PeskineinRevue d'Esthétique). L'affinité grandissante de Beckett avec l'uvre de Bram Van Velde et l'énergie qu'il dépense pour défendre son travail, notamment auprès de la galerie Maeght ou de son ami, l'historien d'art Georges Duthuit, se feront sans doute aux dépens de ses relations avec Geer. Cependant, malgré quelques malentendus, leur amitié ne sera jamais rompue, ni le dialogue silencieux mais agité que l'écrivain entretient avec l'uvre du petit frère van Velde dont il possédait deux grandes toiles: «Le grand tableau de Geer me fait enfin des signes. Dommage qu'il ait si mal tourné. Mais ce n'est peut-être pas vrai.» (lettre à Georges Duthuit, mars 1950) «Geer dégage un grand courage. Des idées un peu tranchantes, mais peut-être seulement en apparence. Je l'ai toujours beaucoup estimé. Mais pas assez je crois.» (lettre à Mania Péron, août 1951) La mort de Geer Van Velde en 1977 affecte profondément Beckett et coïncide avec une période d'intense nostalgie durant laquelle l'écrivain décide de se livrer à un «grand ménage» dans sa demeure pour vivre entre des «murs gris comme le propriétaire». Confiant ses états d'âme à son amie, la décoratrice de théâtre Jocelyn Herbert, Beckett témoigne de l'indéfectible affection qu'il porte au peintre depuis quarante ans:«plus de toiles sous les yeux, y compris celle du grand Geer Van Velde derrière le piano». Précieux témoignage de l'amitié de ces compagnons de route qui, depuisle premier roman de Beckett pour lequel ils vérifiaient ensemble la vraisemblance de la partie d'échecs opposant Murphy à M. Endon, ont affronté ensemble les grands enjeux de la modernité: «C'est qu'au fond, la peinture ne les intéresse pas. Ce qui les intéresse, c'est la condition humaine. Nous reviendrons là-dessus.» (Beckett à propos des frères Van Velde, inLe Monde et le Pantalon) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00

‎BECKETT Samuel & BRUN Janine‎

Reference : 75477

(1980)

‎Molloy, "personnage" de Beckett‎

‎Université de Paris Sorbonne, Paris 1980, 21x29,5cm, broché.‎


‎Edition originale du mémoire de maîtrise présenté par Janine Brun sous la direction de Robert Mauzi. Agréable exemplaire. Précieux envoi autographe daté et signé de Samuel Beckett à Janine Brun : "Pour Janine Brun, mes meilleurs voeux. Samuel Beckett. Paris Février 1981." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,000.00

‎BECQUE Henry‎

Reference : 7970

‎BECQUE HENRY‎

‎LETTRE MANUSCRITE SIGNEE‎


‎"Le naturalisme au théâtre ; le grand dramaturge réaliste qu'est Henry Becque dépeint la médiocrité sociale, introduit la tragédie dans le drame bourgeois et fait œuvre engagée tout en refusant un théâtre idéologique. Il n'eut pas la reconnaissance de son oeuvre de son temps, mais il marqua la mise en scène théatrale pour le siècle à venir ; Descriptif : L.A.S non datée : 1 feuille double, au format in-12 ( 115 x 178 ), texte au recto du premier volet uniquement, document très frais en bel état ; Texte : Mon cher Ginesty, / Je vous envoie par colis postal une comédie en deux actes intitulée Le suicide d'un nom et dont l'auteur est M. Henry de Chennevières, conservateur adjoint au Louvre. / Je vous serai bien obligé de remettre cet ouvrage à M. Samson et de lui demander de ma part un tour de faveur. / A bientôt et bien à vous / (signé) Henry Becque."‎

Patrick Chirouleu - Toulouse

Phone number : 06 79 83 76 02

EUR15.00

‎BECQUE (Henry).‎

Reference : 80846

(1878)

‎La Navette. Comédie en un acte.‎

‎Paris Tresse 1878 1 vol. broché plaquette in-12, brochée, 35 pp. Edition originale avec un envoi autographe signé de l'auteur au journaliste et auteur dramatique Abraham Dreyfus. Excellent exemplaire.‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR70.00

‎BECQUE Henry‎

Reference : 34843

(1882)

‎Les corbeaux‎

‎Tresse, Paris 1882, 15,5x22,5cm, relié.‎


‎Edition originale sur papier courant. Reliure en demi chagrin rouge à coins, dos à cinq nerfs sertis de filets dorés orné de doubles caissons dorés, encadrements de doubles filets dorés sur les plats de papier marbré, nombreuses épidermures sur les plats, coupes frottées, gardes et contreplats de papier à la cuve, tête dorée. Envoi autographe signé de Henry Becque au "terrible et fin critique du Figaro". Provenance : bibliothèque de Georges Van Parys avec son ex-libris encollé au verso du premier plat de reliure. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR120.00

‎BECQUE Henry‎

Reference : 70173

(1882)

‎Les corbeaux‎

‎Tresse, Paris s.d. (1882), 15x23cm, relié.‎


‎Edition originale. Reliure frottée en demi basane chocolat, dos lisse orné de doubles caissons et de filets à froid, coiffes supérieures arasées, initiales dorées en queue, reliure de l'époque. Exemplaire exempt de rousseurs. Envoi autographe signé d'Henry Becque à Adrien Bernheim. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR60.00

‎BECQUE (Henry).‎

Reference : 25957

(1882)

‎Les Corbeaux. Pièce en quatre actes.‎

‎Paris Tresse 1882 1 vol. broché in-8, broché, non coupé, 152 pp. Edition originale avec un envoi de l'auteur. Quelques rousseurs éparses.‎


‎ 7 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR100.00

‎[Librairie Internationale, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie] - ‎ ‎BECQUE, Henry‎

Reference : 58087

(1871)

‎Michel Pauper [ Edition originale - Avec une L.A.S. de l'auteur ]‎

‎1 vol. in-12 br., Librairie Internationale, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, Bruxelles, 1871, 100 pp.‎


‎Avec une lettre autographe signée d'Henry Becque, datée du 1er février 1888 : "Mon cher Directeur, je vous serai bien obligé de me donner une loge pour ce soir, vous me ferez grand plaisir. Mille remerciements de votre dévoué Henry Becque". Etat satisfaisant (fente partielle à un mors, trace de trombone sur lettre et page de titre, bon état par ailleurs). Ce drame social "Michel Pauper" marque un tournant vers le drame social de la part d'Henry Becque (1837-1899), célèbre auteur des "Corbeaux"‎

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR150.00

‎BECQUEREL (Antoine).‎

Reference : 97301

‎Lettre autographe signée adressée à Alfred Firmin-Didot.‎

‎ 1 page in-12, s.l., 25 février 1876. Lettre de condoléances du physicien Antoine Becquerel (1788-1878), après le décès d'Ambroise Firmin Didot, "un véritable ami dont le souvenir me sera toujours cher". Pour raison de santé il regrette de ne pouvoir venir "rendre les derniers devoirs", ajoutant "ce même motif m'empêche d'assister aux funérailles de mon confrère Mr Brongniart" [le botaniste Adolphe-Théodore Brongniart].‎


Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR100.00

‎BEDARD J.C.‎

Reference : 590909

‎Pour un art schématique: étude d'un monoïde graphique.‎

‎Editions De Beaune & Editions Goutal-Darly Montrouge 1978 In-8 oblong "à l'italienne" ( 215 X 300 mm ) pleine toile sérigraphiée, sous coffret de bois avec inscription de marques schématiques. Edition originale, tirage de tête limité à 215 exemplaires, celui-ci 1 des 155 exemplaires ( N°69 ) sur papier Iconolux accompagné d'une sérigraphie originale justifiée et signée par l'auteur sous coffret de bois articulé permettant une lecture du livre sans l'en dissocier le couvercle est inscrit de marques schématiques. Très bel exemplaire. D'autres photos sur www.cazitel.com ‎


Phone number : 04 91 42 63 17

EUR230.00

‎BEDARRIDES Albert‎

Reference : 63692

(1962)

‎La fin de la semaine‎

‎Seuil, Paris 1962, 13,5x19,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 10 exemplaires numérotés sur vélin neige, le nôtre un des 3 hors commerce, seuls grands papiers. Bel exemplaire. Envoi autographe signé d'Albert Bedarrides à Jean Bardet, co-fondateur avec Paul Flamand des éditions du Seuil. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR80.00

‎BEDAT Claude‎

Reference : 28486

(1974)

‎L'académie des beaux-arts de Madrid 1744-1808‎

‎Université de Toulouse Le Mirail, Toulouse 1974, 16,5x24,5cm, broché.‎


‎Edition originale. Envoi autographe signé de l'auteur. Dos très légèrement éclairci, agréable exemplaire. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR45.00

‎BEDEL Maurice‎

Reference : 4681

‎1883 - 1954. Romancier. Prix Goncourt en 1927. L.A.S. datée 5 décembre 1938.‎

‎À propos d’une maison d’édition. Très curieuse écriture. “Personnellement j’ai eu toute satisfaction avec les Oeuvres françaises ... C’est une jeune maison dirigée par des hommes sincères ...” ‎


Phone number : 06 79 21 01 07

EUR60.00

‎Bedel (Maurice).‎

Reference : 13993

(1937)

‎Géographie de Mille Hectares. Service de Presse.‎

‎paris Grasset 1937 1 Un volume broché de format petit in 8° de 144 pp.; couverture illustrée, rempliée.‎


‎Quelques rousseurs sur les gardes; sinon bel état; bel envoi autographe signé de l'auteur. Voir les photos. oscar wilde; a. tolstoï‎

Librairie Daniel Sciardet - Allemans du Dropt

Phone number : 09 67 00 34 76

EUR25.00

‎BEDEL (Maurice).‎

Reference : 43875

(1951)

‎Le Mariage des couleurs.‎

‎Paris Gallimard 1951 1 vol. broché in-12, broché, non coupé, 224 pp. Edition originale avec un envoi de l'auteur. Bande éditeur conservée. Très bon état.‎


‎ 2 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR20.00

‎BEDEL Maurice‎

Reference : 1018

(1928)

‎MOLINOFF INDRE-ET-LOIRE‎

‎ 1928 broché (paperback) in-octavo, dos (spine) crème, couverture imprimée (cover printed), long papier (fore-edge - great paper), envoi autographe manuscrit de l'Auteur sur la page de faux-titre (author's autograph on the half title page), exemplaire spécial sur papier bleu édité pour la soirée littéraire Flammarion du 11 Décembre 1928 (limited and special edition - printed with blue paper), sans illustration (no illustration), 223 pages, 1928 à Paris Librairie Gallimard - Editions de la Nouvelle Revue Française,‎

‎édition originale (first edition) bon état (very good condition) ‎


Phone number : 06 81 28 61 70

EUR76.00

‎BEDEL (Maurice).‎

Reference : 11407

‎Mémoire sans malice sur les Dames d'aujourd'hui.‎

‎ Paris, Gallimard, 1935. In-12, broché, 270 pp. ‎


‎Exemplaire du S.P. enrichi d'un envoi autographe de l'auteur à Benjamin Crémieux. Testes sur : Mistinguett, Mrs Smith, Master Muff, Mme Pergamino, Guzidé Chukru. Sur les Norvégiennes, Les Finlandaises, Les Estonniennes, Les Turques, Les Grecques, etc. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 09 50 67 82 02

EUR40.00

‎BEDEL Maurice - MAYLANDER A. & R.‎

Reference : 573837

‎JERÔME 60° latitude nord.‎

‎Gallimard NRF Paris 1927 Petit in-4 carré ( 220X 170 mm ) de 262 pages, plein maroquin vert-émeraude, dos à nerfs décoré de caissons richement ornés de motifs géométriques dorés, triple filet doré d'encadrement sur les plats, coupes et coiffes filetées d'or, quintuple filet doré d'encadrement aux contre-plats, contre-plats et gardes de moire chamois, tranches dorées, couvertures et dos conservés, étui bordé ( Reliure signée de A. & R. MAYLANDER ). EDITION ORIGINALE, 1 des 109 exemplaires réimposés in-quarto tellière numérotés sur papier vergé Lafuma-Navarre ( N°XLIX ). MAGNIFIQUE EXEMPLAIRE fort bien relié enrichi d'une PAGE MANUSCRITE ORIGINALE DU MANUSCRIT reliée en début d'ouvrage. De la bibliothèque de José PERAYA avec son ex-libris frappé sur le premier contre-plat. D'autres photos sur www.cazitel.com ‎


Phone number : 04 91 42 63 17

EUR980.00
Previous 1 ... 131 132 133 134 ... 378 622 866 1110 ... 1113 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Autographs

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !