Previous 1 ... 285 286 287 288 ... 495 702 909 1116 ... 1119 Next Exact page number ? OK

‎COLETTE.‎

Reference : 82372

(1944)

‎Broderie ancienne.‎

‎Monaco Editions du Rocher 1944 1 vol. relié petit in-4, demi-maroquin à gros grain bleu nuit à coins, dos à quatre fins nerfs, plats de papier marbré bleu, doublures et gardes de papier bleu, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Honnelaître), 66 pp. Edition originale de ce recueil de nouvelles, soigneusement imprimée en deux couleurs et tirée uniquement à 800 exemplaires numérotés sur vélin chiffon d'Annonay. Exemplaire enrichi d'une dédicace autographe signée de Colette à Jacques Lambert : "envoi bien cordial de la brodeuse... ancienne elle aussi". En parfaite condition. À l’exception de «Noces» qui avait été publié quelques mois plus tôt dans l’édition suisse de Gigi et qui sera remplacé par «L’Enfant malade» dans la réédition chez Ferenczi, tous les textes paraissent ici pour la première fois. Fait rare, on ne leur connaît aucune édition pré-originale, ce qui laisse à penser que Maurice Goudeket aura pioché dans la masse des papiers inédits de Colette pour former la matière d’un recueil de circonstances.Suivant un parcours typique des recueils de cette période, tous les textes seront ensuite réutilisés pour nourrir la matière d’autres ouvrages ou recueils : «Vieux papiers» sera en partie repris dans L’Étoile Vesper, «Noces», «Domino» et «Le Long-Chat» dans les Œuvres complètes du Fleuron. Le titre, tout comme l’envoi autographe à Jacques Lambert, rappelle le goût de Colette pour la broderie qu’elle aimait à comparer à l’écriture. «Le besoin de faire de la tapisserie et l’invention littéraire se lient d’amitié, puis se séparent, puis se réconcilient», écrira-t-elle dans L’Étoile Vesper.Un goût apparemment partagé par «le meilleur ami» qui semble en avoir fait le maître mot de ses activités éditoriales… (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR400.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82355

(1940)

‎Chambre d'hôtel.‎

‎Paris Arthème Fayard 1940 1 vol. relié in-12, demi-maroquin à gros grain bleu de Prusse à coins, dos à fins nerfs, plats de papier caillouté, doublures et gardes de même papier, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Alix), 217 pp. Edition originale. Un des 60 exemplaires hors commerce numérotés sur papier vélin azuré de Voiron, celui-ci enrichi d'un envoi autographe signé de l'auteur à Germaine [Patat] : "c'est notre deuxième guerre, mon enfant Germaine. Au moins laissez-moi me réjouir que nous ayons passé la seconde comme la première : coeur à coeur". Exemplaire également truffé d'une belle lettre autographe signée à la même (2 p. in-4 sur papier bleu, s.l.n.d. [vers 1940]). Composé à la façon de Bella-Vista (voir n°47), Chambre d’hôtel réunit deux nouvelles parues précédemment dans la presse: «La Lune de pluie» publiée en 6 livraisons dans Match du 25 août au 28 septembre 1939 et, pour la 1ère partie du texte, une nouvelle parue sous le titre «Gîte de hasard» dans Paris-Soir en 14 livraisons du 16 au 29 avril 1940. Leur rédaction eut lieu dans les premiers mois de la guerre et lors de l'exode. «Gîte de hasard» aurait été en partie écrit à Lyon où Maurice Goudeket et Colette séjournèrent, un peu contraints, sur le chemin qui de Curemonte devait les ramener à Paris. C’est le premier texte que Colette publie aux éditions Fayard après le départ en zone libre des frères Ferenczi. Comme beaucoup de textes publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, les deux nouvelles s’inspirent de souvenirs personnels liés à la Belle Époque. Colette poursuit ici un procédé littéraire initié avec La Naissance du jour qui consiste à mettre en scène une narratrice nommée Colette et à mêler à la fiction des personnages réels, ce que la critique contemporaine nomme autofiction et que Colette pratiquait à la manière de Monsieur Jourdain pour la prose.Si «Chambre d’hôtel» permet à Colette de retrouver l’univers du théâtre et des comédiens, qu’elle connaît bien, «La Lune de pluie» est un texte plus étonnant dans la production de l’écrivaine puisqu’il témoigne de son goût pour la voyance: «Je la tiens pour simple, réservée aux simples, inexpliquée, inexplicable autant que certains resplendissants coloris, certains dessins mystérieusement figurés sur le papillon, l’oiseau, le fauve, le poisson.» Colette eut souvent recours à des voyantes – quatre ou cinq confie-t-elle dans L’Étoile Vesper - moins, d’ailleurs, pour connaître l’avenir que pour attester de la présence des morts dans nos vies. Dans «La Lune de pluie», le don de Mme Elise prend un tour inquiétant puisqu’à l’art de la divination elle mêle sorcellerie et magie noire au service d’un sentiment souvent éprouvé par les héros de Colette: la jalousie et le dépit amoureux.De jalousie il fut d’abord question entre la couturière Germaine Patat et Colette, la première entretenant une liaison avec l’époux de la seconde, Henry de Jouvenel. Mais nul besoin de sortilège pour l’écrivaine qui avait très tôt éprouvé le pouvoir de la solidarité féminine contre l’infidélité des hommes et sut faire de sa rivale une de ses meilleures amies.Témoins de cette amitié la longue et abondante correspondance que les deux femmes échangèrent - aujourd’hui conservée à la Bibliothèque nationale de France - et les ouvrages de Colette dédicacés à Germaine Patat souvent enrichis de fragments de manuscrits ou de lettres autographes inédites.La lettre reliée dans l’exemplaire peut être datée du début du mois de novembre 1940 alors que Colette corrige les épreuves de Chambre d’hôtel: «Je finis à peine ce travail minutieux et em…nnuyeux de la correction d’épreuves sur deux volumes, l’un pour tout de suite (Chambre d’hôtel) l’autre dans deux ou trois mois (Journal à rebours). Vous voyez que je tâche de me défendre du chômage.» Une urgence à gagner sa vie qui s’exprimera tout au long de cette période alors que se font ressentir de plus en plus durement le froid et les privations de nourriture.Les exemplaires de Germaine Patat sont très recherchés. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR1,500.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82301

(1918)

‎Dans la foule. ‎

‎Paris Georges Crès et Cie 1918 1 vol. relié petit in-12 carré, bradel demi-maroquin ocre rouge à coins, dos lisse avec pièce de titre de maroquin vert gris, plats de papier moucheté ocre, doublures et gardes de papier marbré, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Stroobants), 158 pp. Edition originale de cette série d’articles d’actualité, chacun décoré de jolis bandeaux et culs-de-lampe à motifs floraux. Un des 6 exemplaires de tête numérotés sur Chine, celui-ci truffé d'une belle lettre autographe signée "Colette Willy" à propos de "l'affaire Steinheil" (3 p. in-16, à l'en-tête imprimé du "25, rue Torricelli", s.l.n.d., infimes perforations ne gênant pas la lecture). Bel exemplaire dans une sobre reliure de Stroobants.Un an après Les Heures longues, Colette rassemble d’autres articles du Matin, parus cette fois avant-guerre, pour former la matière d’un nouveau recueil, dont le titre reprend celui d’un article paru le 2 mai 1912 consacré à «l’arrestation» de Jules Bonnot. Les sources d’inspiration des textes réunis ici sont multiples:faits divers (affaire de la bande à Bonnot, procès Guillotin), politique intérieure (élection législative), sport (arrivée du Tour de France, match de boxe, course cycliste, vol en dirigeable). Dans chaque texte s’exprime magistralement cet art de la chose vue dont Colette journaliste fit sa marque: «voir et non inventer».Le manuscrit joint répond à l’enquête féministe du journal Fin de siècle sur l’affaire Steinheil, intitulée «Opinions de quelques femmes célèbres». Rappelons que Marguerite Steinheil, maîtresse de Félix Faure, fut accusée d’être la complice du meurtre de son mari. La réponse de Colette fut intégralement publiée dans le journal du 7 mars 1909: «Une «faible femme» n’a nullement besoin, pour tuer une, deux, trois ou dix personnes, d’un complice effectif. Une femme, toute seule, aura toujours assez de force nerveuse pour tuer, et pour se livrer ensuite, avec un génie enfantin et inégal, à une mise en scène intelligente qui pêchera toujours par plus d’un point. Force nerveuse incalculable, duplicité, fausse légèreté, mépris du risque, inconscience – très relative –, machiavélisme imparfait servi par l’insuffisance des juges et de la police… Voilà ce que je démêle, à peu près, en madame Steinheil.» (extrait)On pourrait s’étonner qu’Henri Clarac ait choisi de truffer son exemplaire d’une lettre antérieure de plusieurs années au recueil, mais ce choix témoigne au contraire d’une lecture très attentive, puisque dans le texte intitulé «À Tours» - reprenant deux articles parus dans Le Matin le 27 et le 28 juin 1912 consacrés à l’affaire Guillotin -, Colette fait un parallèle entre Mme Guillotin, elle-même accusée d’être la complice de son cousin dans le meurtre de son mari, et Mme Steinheil. On notera, d’ailleurs, que le titre du second article initialement publié dans Le Matin était «Que c’est solide une femme!» qui reprend l’idée développée dans la réponse de Colette à l’enquête sur l’affaire Steinheil et que l’on trouvait déjà exprimée dans La Vagabonde (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac). ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR2,500.00

‎COLETTE‎

Reference : 66833

(1936)

‎Discours de réception à l'académie royale belge de langue et littérature françaises‎

‎Grasset, Paris 1936, 14,5x19,5cm, broché.‎


‎Edition originale, un des 21 exemplaires numérotés sur Hollande, tirage de tête après 9 vieux Japon et 11 Japon impérial. Dos légèrement fendillé en tête, agréable exemplaire. Bel envoi autographe signé de Colette : "A monsieur L. Gosset en souvenir du pire trac de ma vie." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR500.00

‎COLETTE‎

Reference : 82343

(1955)

‎Hommage à Colette.‎

‎Monaco Imprimerie Nationale de Monaco 1955 1 vol. Broché in-4, en feuilles, sous couverture rempliée, non paginé. Belle plaquette éditée par le Conseil littéraire de la Principauté de Monaco en souvenir de feue sa présidente d'honneur. Avec 41 petites photographies contrecollées, sans doute parmi les dernières de Colette, un texte inédit de l'écrivain et des hommages par Rainier de Monaco, Jean Giono, Julien Green, André Maurois, Marcel Pagnol, Jules Supervielle, André Billy, Roland Dorgelès, Georges Duhamel, Pierre Gaxotte, Maurice Genevoix, Franz Hellens, Emile Henriot, Léonce Peillard, André Siegfried, Henri Troyat. Excellent exemplaire offert à l'écrivain et journaliste Michèle Manceaux avec des envois autographes signés par les dix écrivains précédemment cités.«Monaco est le seul pays dont les frontières sont des roses», se plaisait à dire Colette. Amie de longue date de Pierre de Polignac, avant qu’il ne devienne par son mariage prince de Monaco, Colette eut le bonheur de voir l’affection du père se transmettre à son fils, le prince Rainier III, dont elle fut dans les années 40 et 50 l’invitée permanente. À la recherche de repos et d’un peu de chaleur pour soigner l’arthrite qui l’handicapait, Colette passa de fréquents séjours à l’Hôtel de Paris. On dit même que c’est dans le hall de l’hôtel qu’elle remarqua, lors d’un tournage, une jeune figurante alors inconnue qu’elle choisit pour incarner sur scène Gigi et qui devait connaître une brillante carrière: Audrey Hepburn.Le conseil littéraire de la Principauté de Monaco fut créé à l’initiative du prince Pierre de Monaco, protecteur des lettres et des arts. Il était constitué de membres de l’Académie Goncourt et divers écrivains francophones chargés de remettre un prix récompensant un auteur de langue française de renom pour l’ensemble de son œuvre. Quelques mois après la mort de Colette, l’ensemble des membres et plusieurs lauréats lui rendent hommage dans un ouvrage soigneusement imprimé, avec de nombreuses photographies en noir et blanc contrecollées qui en font un véritable album-souvenir. C’est également dans ce recueil qu’est reproduit pour la première fois le discours que Colette enregistra en 1954 pour des étudiants venus assister à une projection du Blé en herbe dont on dit – à juste titre – qu’il est un peu son testament moral et littéraire : «Laissez-moi vous révéler que l’expérience ne compte pour rien. Tout ce qui m’a étonnée dans mon âge tendre m’étonne aujourd’hui bien davantage. L’heure de la fin des découvertes ne sonne jamais. Le monde m’est nouveau à mon réveil chaque matin et je ne cesserai d’éclore que pour cesser de vivre.» (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR350.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82353

(1941)

‎Journal à rebours.‎

‎Paris Arthème Fayard 1941 1 vol. relié in-12, demi-maroquin à gros grain bleu de Prusse, dos à fins nerfs, plats de papier caillouté, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Alix), 215 pp. Edition originale. Un des 60 exemplaires hors commerce numérotés sur vélin azuré de Voiron, celui-ci enrichi d'un envoi autographe signé de Colette : "Pour Renée, beaucoup de noir sur un peu d'azur : c'est un livre de 1941 / son amie Colette". En excellente condition.Sans doute pressée par le besoin d’argent, exacerbé par les premières années de guerre, Colette réunit à la hâte divers articles parus pour l’essentiel dans Le Journal, mais aussi dans Candide, Paris-Soir, La Revue de Paris, Le Figaro et Marie-Claire entre 1935 et 1940 pour les plus récents, ainsi que différents textes parus dans des volumes à tirage limité: Affaires de cœur, Cahiers Colette, Splendeur des papillons, Le Mystère animal, Maurice Ravel par quelques-uns de ses familiers et Guirlande des années.Peu ou pas d’unité thématique entre la vingtaine de textes qui composent le recueil. Le lecteur passe de l’évocation des paysages de Corrèze - Curemonte où Colette et Maurice Goudeket se sont réfugiés après l’exode -, à ceux de Provence pour mieux retrouver ceux de la Bourgogne natale.Au salon de la princesse de Polignac succède le tribunal de Fez où on juge Oum-el-Hassen, terrible tortionnaire et meurtrière marocaine. Toutefois, on aurait tort de négliger ce recueil qui contient de véritables pépites, qu’il s’agisse de «La Chaufferette» évoquant l’absence de vocation littéraire de l’écrivaine ou «Un salon en 1900» décrivant avec une sûreté et une justesse de trait rares Gabriel Fauré et Maurice Ravel.C’est aussi dans ce recueil que se trouve une des images les plus justes décrivant la période de l’exode fin juin 1940 : «La France glissant sur elle-même»…Exemplaire sur papier de couleur (bleue) dédicacé au «Petit corsaire», Renée Hamon, rencontrée dans les années 20 et qui fut à partir de 1932 une amie proche de Colette qui encouragea ses projets de voyages à Tahiti et aux îles Marquise et préfaça son ouvrage Aux îles de lumière (Flammarion, 1939). Selon Claude Pichois et Alain Brunet «Renée fut certainement un des êtres que Colette a le plus aimés.»Belle provenance. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR900.00

‎[PICART LE DOUX (Ch.)] - ‎ ‎COLETTE.‎

Reference : 82341

(1920)

‎La Chambre éclairée.‎

‎Paris Edouard Joseph, coll. "L'Edition originale illustrée" 1920 1 vol. relié in-8, cartonnage bradel de papier brique, tête dorée, non rogné, couverture illustrée d'une vignette en couleurs et dos conservés (Honnelaître), 196 pp. Edition originale illustrée en frontispice d'un bois en deux couleurs et de nombreux dessins en noir in-texte par Picart Le Doux. Exemplaire sur vélin parcheminé Lafuma non numéroté et complété à la justification par cet amusant envoi autographe signé à Francis Carco : "n°? Mais "numéro un", voyons, comme la tendresse que je porte à Carco. Colette de Jouvenel".Largement inspiré par la Première Guerre mondiale, le recueil, constitué pour l’essentiel d’articles parus dans Excelsior, complète Les Heures longues (1917) et met en scène tour à tour Bel-Gazou, la fille unique de l’écrivaine qui fait ici une de ses premières apparitions dans l’œuvre, les bêtes familières et les êtres malmenés par l’Histoire. Colette y évoque avec justesse, émotion et drôlerie parfois, la vie à l’arrière, cet envers du front dont elle est sans doute une des plus fines observatrices. Colette avait rencontré Francis Carco, de treize ans son cadet, en 1918 devant les bureaux du journal L’Eclair. Entre l’auteur de Jésus-la-Caille et la célèbre «vagabonde», ce fut un véritable coup de foudre littéraire et amical comme en témoigne cette dédicace inédite, deux ans après leur rencontre. Une amitié P.L.V. comme l’écrit Carco, c’est-à-dire «Pour La Vie», dont le ciment fut une fascination commune pour le Paris interlope, la poésie des rues et des cabarets de la Butte. Colette et Carco échangèrent une abondante correspondance et se retrouvèrent en 1945 à la table des Goncourt. Après la mort de sa «grrrrande amie», Carco lui consacra un magnifique livre d’hommage: Colette, "mon ami" (1955). Très belle provenance. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR1,800.00

‎COLETTE.‎

Reference : 55927

(1933)

‎La Chatte.‎

‎Paris Grasset, coll. "Pour mon plaisir" 1933 1 vol. Relié in-12, maroquin tabac, dos lisse, gardes bord à bord et contreplats de box chamois, tranches dorées sur témoins, couvertures et dos conservés, non rogné, étui bordé (Louise Lévêque), 207 pp. Edition originale. Un des 40 exemplaires numérotés sur simili Japon bleu, celui-ci adressé à Hélène Picard avec ce bel envoi de Colette : "A mon admirable Hélène, un peu de bleu pour sa chambre à rêver, avec ma tendre et profonde amitié". Superbe exemplaire.Edition originale de cette tragédie à trois personnages qui relate l'amour d'Alain pour Saha, la chatte qui domine sa vie, et la jalousie de Camille l'épouse délaissée. Ce court roman est d'abord paru en feuilleton dans "Marianne" du 12 avril au 7 juin 1933. De son premier titre, Le Chien de pique, célèbre figure du tarot de Marseille, le roman qui paraît chez Grasset au mois de juin 1933 conserve l’idée d’une sombre fatalité qui pèse sur les protagonistes de ce nouveau triangle amoureux.Alain Amparat appartient à la bonne bourgeoisie industrielle de Neuilly. Son destin semble tout tracé: reprendre l’affaire familiale et épouser une jeune femme de son milieu, Camille. Mais c’est sans compter sur Saha, la chatte, fidèle compagne d’Alain depuis l’enfance. Entre Camille et Saha la rivalité inévitable se mue très vite en haine mortelle. Roman de la préférence accordée à la bête sur l’homme, La Chatte est d’abord une nouvelle illustration de la difficulté, voire de l’impossibilité qu’éprouvent les jeunes héros colettiens à quitter l’univers protecteur de l’enfance. Saha, plus humaine que féline, plus divine qu’humaine, est tout à la fois l’incarnation de ce monde perdu et la médiatrice qui permet au héros de le rejoindre. Crépusculaire à la manière de «La Lune de pluie», ce court récit, construit comme une tragédie, brille d’un éclat sombre et fascinant. Colette que l’on dit volontiers «terrienne» se montre souveraine quand il s’agit d’évoquer la porosité entre le monde réel et celui du rêve, entre l’homme et l’animal et les irrémédiables sortilèges de l’enfance.Bien que l’ouvrage semble éloigné des explorations autobiographiques de cette période, La Chatte peut toutefois apparaître comme un magnifique hommage rendu à celle qui était entrée dans la vie de Colette en 1926 et qui n’avait voulu d’autre nom que «La Chatte», avec un C majuscule. Entre elles, la même connivence qu’entre Alain et Saha, la même compréhension au-delà ou en-deçà du langage. Morte en 1939, elle fut «La Chatte dernière» Colette n’ayant plus souhaité posséder d’autre animal. Le roman qui portait son nom fut son tombeau.Edmond Jaloux dans Excelsior ne cacha pas son enthousiasmeau moment de la publication : «Il faut le dire tout de suite: La Chatte est un chef-d’œuvre. Un chef-d’œuvre, comme nous en avons un certain nombre dans notre littérature, un chef-d’œuvre de concision, d’art, de perfection classique, avec le maximum de vérité, d’intelligence et de poésie.»La Chatte est le seul roman que Colette publia dans la célèbre maison d’édition de la rue des Saints-Pères. Les sollicitations pourtant ne manquaient pas de la part de Bernard Grasset qui rêvait, comme son grand concurrent Gaston Gallimard, de ravir Colette à Ferenczi. Quelques jours avant la sortie du roman, il ne cachait pas sa satisfaction: «Nous avons la joie de pouvoir compter enfin Colette parmi nos auteurs. Le plus grand écrivain féminin français nous donne dans « Pour mon plaisir » un roman qui sera le joyau de la nouvelle série, si riche cependant en grandes œuvres. Nous voulions le signaler tout spécialement à MM. les libraires» (Bibliographie de la France du 19 juin 1933).Il faut dire que depuis quelques années, l’éditeur ne ménageait pas ses efforts. En 1928, il avait entrepris l’édition des «Œuvres de Colette» dans sa prestigieuse collection «La Bibliothèque Grasset», vendue par souscription. Onze titres parurent jusqu’en 1933, mais les tiraillements avec Alex et Henri Ferenczi, notamment au moment de la publication de La Seconde, mirent fin à cette première entreprise. Qu’à cela ne tienne, en 1936, il commande à Pierre Clarac, célèbre professeur de Khâgne à Louis-le-Grand, une anthologie (voir préface) et la même année lors d’un déjeuner à Saint-Tropez il propose à Colette de racheter à Ferenczi toute son œuvre, lui offrant des conditions fort avantageuses et lui commandant un ouvrage provisoirement intitulé Femmes. Mais pour Colette, son passage chez Grasset ne fut qu’«une collaboration hors-série» et Claude Pichois et Alain Brunet ne sont pas loin de penser que La Chatte ne fut donné que pour avoir la paix. L’expérience ne se renouvellera pas et ce même lorsque les frères Ferenczi seront contraints à l’exil pendant l’Occupation.Colette fait la connaissance d’Hélène Picard en 1919. Fraîchement arrivée à Paris après son divorce, munie des quelques plaquettes de poèmes, elle se présente au Matin et est engagée par l’écrivaine récemment promue directrice littéraire, pour y être sa secrétaire. Un peu étrange, sa légèreté et sa simplicité plaisaient à l’écrivaine dans le fond plus méthodique et rigoureuse qu’on ne le dit souvent. Très tôt, la poétesse rejoint le premier cercle des amis et devint une habituée des étés à Rozven.Colette voyait en elle un grand poète. Pour évoquer son dernier recueil, Pour un mauvais garçon – dont on trouvera ici un exemplaire exceptionnel -, elle convoque Baudelaire, Berlioz et même Rimbaud pour saluer «un volume soumis à l’envoûtement, éclairé par la seconde vue, jeté, comme une fleur assez maléfique, à un visage de chair, jeune et maudit».Manifestant une attention et une générosité rares, Colette mit sa notoriété à son service. En 1923, elle publie un roman, Sabbat, dans la collection qu’elle dirige chez Ferenczi et lui permet d’obtenir en 1928 une bourse du Prix de la Renaissance littéraire et artistique où elle siège en tant que membre du jury. Très tôt malade et immobilisée par une douloureuse pathologie osseuse, Hélène Picard vécut pendant «un quart de siècle environ» recluse dans son appartement de la rue d’Alleray – un nom familier aux lecteurs de Colette puisqu’il donna son nom à la Dame en blanc du Blé en herbe -, entourée de perruches et d’un désordre d’opalines et de bibelots bleus.À sa mort, qui en 1945 devait seule interrompre «son rosaire de rimes», Colette, elle-même rattrapée par la douleur, lui consacra un magnifique portrait d’abord publié dans La Revue de Paris puis repris, en 1946, dans L’Étoile Vesper, véritable exercice de canonisation littéraire où Hélène Picard apparaît à la fois nonne et sainte, pure, pour reprendre un adjectif colettien. Une des plus belles et émouvantes provenances pour un des chefs-d’œuvre de Colette. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR3,000.00

‎COLETTE.‎

Reference : 82304

(1916)

‎La paix chez les bêtes.‎

‎Paris Georges Crès & Cie, nouvelle collection "Les Proses" 1916 1 vol. relié in-12, broché, bradel demi-maroquin chocolat à fines bandes, dos lisse, plat de papier marbré reprographié, doublures et gardes de papier vert anis, tête dorée, non rogné, couvertures conservées (Honnelaître), VII+242 pp. Edition originale ornée d'un frontispice de Steinlen. Un des quelques exemplaires imprimés pour l'auteur, celui-ci portant le n°XLVII, sur papier vert anis, avec un envoi autographe signé "Colette de Jouvenel" au scénariste et réalisateur Jacques Bousquet : "en souvenir de la visite qu'il fit en 1915 à une bienheureuse captive de Verdun. Et en témoignage de ma vieille amitié". Très bel exemplaire.Premier ouvrage (sur trois) de Colette publié pendant la Première Guerre mondiale. Il est composé de 33 textes, dont certains sont repris de Prrou, Poucette et quelques autres et des Vrilles de la vigne. Les autres avaient été publiés dans la presse, pour l’essentiel avant-guerre dans Le Matin, mais aussi dans Les Humoristes et la revue Akademos. Colette invite ainsi ses lecteurs, selon ses propres termes, « comme dans un enclos où "il n’y ait pas la guerre"». Avec ces textes elle amorce également un tournant dans sa façon d’aborder le «mystère animal», renonçant définitivement à l’anthropomorphisme des premiers dialogues de bêtes en faveur d’une vision plus radicale de l’altérité animale, pour «rouvrir un paradis terrestre que la civilisation avait fermé». Une exploration qu’elle prolongera avec bonheur dans un recueil ultérieur comme Prisons et Paradis (1932) ou dans La Chatte (1933). Le destinataire de l’envoi, Jacques Bousquet, était le collaborateur de l’illustrateur Rip et l’auteur de nombreuses pièces de théâtre. Colette fait allusion dans sa dédicace à ses séjours de clandestine à Verdun. Bravant l’interdiction faite aux femmes de se rendre sur le Front, Colette avait décidé de rejoindre son mari, Henry de Jouvenel, à Verdun, où, sous le nom d’Anna Godé, elle séjourna à plusieurs reprises en 1914 et 1915, hébergée par le couple Lamarque, 15 bis rue d’Anthouard. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle se souviendra dans un article intitulé «J’ai connu Albert Lebrun pendant la guerre à Verdun», publié dans Paris-Soir le 27 mars 1930, d’y avoir vu «Charles Humbert, Jacques Bousquet, Me Moro-Giafferri, Henry de Jouvenel, Albert Lebrun, Léon Abrami» qui «trouvaient un feu de charbon, l’amitié, la table mise, un menu où le bœuf de l’Intendance rencontrait un fastueux panier de truffes envoyées par Anatole de Monzie, des chocolats et du beurre frais venus avec moi de Paris, un dessert explosif, chargé d’une grêle de dragées, inventé par le confiseur local Bracquier, et baptisé «bombe de Verdun».» (Colette journaliste, Libretto, p. 317).Malgré la mention du numéro XLVII le tirage sur papier de couleur (bleu ou vert) est inconnu des bibliographes. Seulement trois exemplaires de ce tirage ont pu être recensés. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR1,500.00

‎COLETTE.‎

Reference : 1304

‎L.A.S., 1 page in-8, (249 x 198), [sans lieu ni date], [1925], sur papier bleu à l'en-tête du "69, boulevard Suchet à Auteuil."‎


‎Lettre autographe signée de Colette à un destinataire inconnu, probablement un éditeur, auquel elle s’adresse par un impersonnel «Cher Monsieur».Le papier à lettre à l’en-tête du 69 boulevard Suchet, où Colette résida entre novembre 1916 et décembre 1926, ainsi que la référence à sa pièce «Chéri» : «Les représentations de «Chéri» au Daunou n’ont pas suscité quelque tirage ?» nous permettent de dater la lettre de 1925.Colette répond à son interlocuteur à propos d’une potentielle traduction polonaise : «La Pologne a une monnaie chère, et il n’y a pas de danger que je diminue un chiffre déjà trop bas. Je préfère de beaucoup, n’être pas traduite en polonais.»Pliures et trace brune laissée par un trombone dans la partie supérieure de la lettre. ‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 81 63 22

EUR400.00

‎colette‎

Reference : 1977

(1929)

‎la seconde. roman‎

‎ 1929 Paris J. Ferenczi et Fils, 1929, In-12, broché, , 270 pp. Édition originale. Un des 35 Exemplaire numérotés sur vélin bibliophile / H.C numéro 111, envoi autographe" à Charles Brun , sa confrère et amie Colette" le dos est pratiquement manquant, couverture en mauvais état‎


‎Edition originale +‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 43 54 04 70

EUR100.00

‎COLETTE‎

Reference : 29820

(1913)

‎L'entrave‎

‎Librairie des lettres, Paris 1913, 12x19cm, broché.‎


‎Edition originale sur papier courant. Important envoi de Colette à la vicomtesse Jeanne de Bellune "... à Jeannot de Bellune / affectueux souvenir de son amie..." Dos très légèrement passé, petites taches claires sans gravité sur les plats. Colette et Jeanne de Bellune se sont probablement rencontrées en 1905 à la Villa d'Eylau où se tenait le cercle Victor-Hugo ou «Cercle des arts et de la mode» à l'occasion duquel fut réalisée la revue Le Damier. Si «Jeannot» hante la correspondance de l'écrivaine bourguignonne, on ne sait que très peu de choses d'elle. Vicomtesse de Juromenha, cette cocotte fin de siècle fut l'amante de nombreuses figures féminines intellectuelles de ce début de XXème siècletelles que Renée Vivien ou Liane de Pougy qui la qualifiait de «petit gnome». Il ne demeure aucune image de cette «lesbienne des plus cocasses» (Jacques Ars) dans les collections publiques et le seul portrait qu'on lui connaisse est celui brossé par Natalie Clifford-Barney, celui d'une «ivrognesse au visage rouge et sans beauté». Les exemplaires dédicacés de sa bibliothèque demeurent de précieux témoignages de l'émancipation saphique des femmes à l'aube du XXème siècle. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,300.00

‎COLETTE‎

Reference : 32333

(1913)

‎L'entrave‎

‎Lib. des lettres , Paris 1913, 16,5x25,5cm, relié.‎


‎Edition originale, un des 20 exemplaires numérotés sur Arches réservés à la société des bibliophiles des "XX", tirage de tête avec 10 exemplaires sur Van Gelder réimposés. Reliure en plein maroquin rouge, dos à cinq nerfs comportant en son milieu un infime accroc sans gravité, date en queue, roulettes dorées sur les coiffes, doubles filets dorés sur les coupes, encadrement d'un filet doré sur les gardes de maroquin kaki, contreplats de soie rouge, doubles couvertures et dos conservés, tête dorée sur tranches, étui bordé de maroquin rouge à intérieur de feutrine beige, très élégante reliure signée Canape. Signature autographe de l'auteur à la justification du tirage. Ex-libris encollé au verso de la première garde de soie. Très bel exemplaire superbement établi dans une reliure doublée signée de Canape. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR3,000.00

‎COLETTE‎

Reference : 66829

(1913)

‎L'entrave‎

‎Les belles lettres, Paris 1913, 12x19cm, broché.‎


‎Edition originale sur papier courant. Agréable exemplaire. Envoi autographe signé de Colette à monsieur Lesgouvé. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR350.00

‎COLETTE‎

Reference : 29818

(1913)

‎L'envers du music-hall‎

‎Flammarion, Paris s.d. (1913), 12x19cm, relié.‎


‎Edition originale, un des exemplaires du service de presse. Reliure en demi maroquin cerise, dos à cinq nerfs, plats de papier marbré, gardes et contreplats de papier à la cuve, couvertures légèrement piquées et dos passé conservés, tête dorée, reliure signée de Goy Vilaine. Important envoi de Colette à la vicomtesse Jeanne de Bellune "... affectueux souvenir de sa vieille amie..." Gardes et page de faux-titre ombrées, quelques petites rousseurs marginales. Colette et Jeanne de Bellune se sont probablement rencontrées en 1905 à la Villa d'Eylau où se tenait le cercle Victor-Hugo ou «Cercle des arts et de la mode» à l'occasion duquel fut réalisée la revue Le Damier. Si «Jeannot» hante la correspondance de l'écrivaine bourguignonne, on ne sait que très peu de choses d'elle. Vicomtesse de Juromenha, cette cocotte fin de siècle fut l'amante de nombreuses figures féminines intellectuelles de ce début de XXème siècletelles que Renée Vivien ou Liane de Pougy qui la qualifiait de «petit gnome». Il ne demeure aucune image de cette «lesbienne des plus cocasses» (Jacques Ars) dans les collections publiques et le seul portrait qu'on lui connaisse est celui brossé par Natalie Clifford-Barney, celui d'une «ivrognesse au visage rouge et sans beauté». Les exemplaires dédicacés de sa bibliothèque demeurent de précieux témoignages de l'émancipation saphique des femmes à l'aube du XXème siècle. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR2,500.00

‎COLETTE‎

Reference : 29819

(1913)

‎L'envers du music-hall‎

‎Flammarion, Paris s.d. (1913), 12x19cm, broché.‎


‎Edition originale, un des exemplaires du service de presse. Important envoi de Colette à son amie Louise Vallée "... à la chatte grise rayée et à madame Louise Vallée..." Dos passé, une petite tache sur le premier plat, gardes et page de faux-titre ombrées, sinon agréable état intérieur. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00

‎[DIGNIMONT, DARAGNES, MOREAU (Luc-Albert), DUNOYER DE SEGONZAC.] - ‎ ‎COLETTE.‎

Reference : 82391

‎Les Cahiers de Colette (n°1 à 4). ‎

‎Paris Les Amis de Colette [Atelier de Daragnès] 1935-1936 4 vol. broché 4 vol. gr. in-4, brochés, couvertures rempliées, sous chemise et étui de papier bois, 99, 88, 91 et 95 pp. Collection complète, en édition originale, illustrée pour le premier cahier de 6 eaux-fortes par André Dignimont, pour le deuxième de 6 eaux-fortes par Jean-Gabriel Daragnès, pour le troisième de 6 lithographies par Luc-Albert Moreau et pour le quatrième et dernier cahier de 6 eaux-fortes par André Dunoyer de Segonzac. Tirage limité, pour chaque cahier, à 175 exemplaires numérotés sur Arches, tous signés par l'auteur. Très bel ensemble ayant appartenu à Ernest Simon, avec son ex-libris. Chaque volume porte un envoi de l'illustrateur à lui adressé, et le premier cahier est enrichi d'un envoi autographe signé de Colette : "Pour Monsieur Ernest Simon, en échange d'un feuillet bien plus bleu, bien plus suave, et qui en outre a le mérite d'être vierge!". On joint également à ce cahier 3 lettres autographes signées de Colette (1 p. in-4, 2 p. in-8 obl. et 1 p. in-4, s.l.n.d.) toutes relatives à la couleur bleue de son papier à lettres. Le troisième cahier est enrichi de deux gravures de Luc-Albert Moreau : l'une représentant Colette en train de danser, datée de 1941 et dédicacée à Ernest Simon ; l'autre un portrait de l'écrivain avec cette légende autographe de l'artiste : "Tirage particulier du frontispice de Mes Cahiers (1941)". Alors que Colette devait sans cesse imaginer de nouveaux projets pour assurer son indépendance financière, Maurice Goudeket, son dernier mari, ancien courtier en perles converti au commerce du livre ancien grâce aux conseils avisés de Pierre Bérès, eut l’idée de réunir des manuscrits inédits de Colette en une publication de luxe destinée à un petit cercle d’amateurs. C’est ainsi que naquirent «Les Amis de Colette» dont le comité était composé de Tristan Bernard, Pierre Brisson, Francis Carco, Jean Giraudoux, Édouard Herriot, François Mauriac et Paul Morand, Pierre Bérès assurant le rôle de trésorier. Quatre volumes furent édités, trois en 1935, et le dernier au début de l’année 1936. Chaque volume était tiré à 175 exemplaires réservés aux membres de l’association qui devaient s’acquitter de 1.000 francs pour recevoir l’ensemble de la collection. L’illustration fut confiée aux peintres amis de Colette: André Dignimont, Luc-Albert Moreau, André Dunoyer de Segonzac et Jean-Gabriel Daragnès qui fut également chargé de l’impression.Si on en croit les confidences de Pierre Bérès, les souscriptions furent lentes à venir et Colette se désintéressa du projet dont elle confia la conduite et le suivi à Maurice Goudeket. C’est lui qui choisit les différents inédits: les premières versions de Chéri, les notes marocaines, des notes de tournée et quelques portraits. En résultèrent quatre magnifiques ouvrages longtemps prisés par les collectionneurs. (Notice de Frédéric Maget pour le catalogue de la collection Colette des Clarac)Rare ensemble dédicacé par les illustrateurs et par Colette à Ernest Simon, enrichi de 3 lettres autographes de Colette et de deux gravures de Luc-Albert Moreau dont un portrait qui servira de frontispice à Mes Cahiers (Aux Armes de France, 1941). Bien que son nom n’ait pas laissé de trace dans les biographies consacrées à Colette, l’envoi et les lettres jointes à l’exemplaire suggèrent qu’Ernest Simon fut sinon papetier du moins pourvoyeur de papier bleu, la couleur élue par Colette. Dans ses lettres, l’écrivaine se confie sur le choix des bleus: «le bleu plus pâle c’est pour les lettres. Mais pour le travail, il faut assombrir mon champ…», remercie pour l’envoi d’un nouveau papier «j’étrenne pour vous ce champ d’azur» ou «ce papier d’un bleu si doux». «Est-on un vieil écrivain sans être maniaque?» s’interroge-t-elle ingénument, elle qui avait hérité de son père, le Capitaine, la manie papetière… ‎


‎ 6 ‎

Vignes Online - Eymoutiers
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 55 14 44 53

EUR3,000.00

‎Colette‎

Reference : 22829

‎L'etoile Vesper - Souvenirs‎

‎ Milieu du Monde, 1946. Format 12x19 cm, broche, 218 pages. La couverture est tachetee de rousseurs. Envoi autographe de l'auteur.Bon etat, petites traces d'usage sur un livre d'occasion.‎


Phone number : 06 30 21 18 72

EUR200.00

‎COLETTE‎

Reference : 75220

(1914)

‎Lettre autographe signée adressée à Adrien Peytel : "Je suis sans nouvelles de Sidi. Je me fais toute une chevelure de soucis."‎

‎Paris 1914, 13,6x21,2cm, en feuillets.‎


‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son ami l'homme de lettres et avocat Adrien Peytel, deux pages rédigées à l'encre noire d'une écriture hâtive sur un double feuillet à en-tête du journalL'Eclair. Une pliure centrale inhérente à la mise sous pli de la missive. Belle lettre de Colette, témoignage de la confusion qui s'empara de la France à l'aube de la Grande Guerre : "Rien ne marche. Je suis bloquée ici pour un papier qu'on me demande."L'écrivaine s'inquiète : "Je suis sans nouvelles de Sidi [Henry de Jouvenel]. Je me fais toute une chevelure de soucis. Je ne sais pas où il est, il m'a écrit qu'il partait avec le 29è pour la Somme. Ah ! la la la la la la..." "Colette a entendu sonner le tocsin en Bretagne, où elle passait un séjour ensoleillé avec le baron Henry de Jouvenel, et leur fille, dans sa maison de Rozven. La guerre la surprend en plein bonheur, à quarante et un ans. [...] Son mari, appelé dès le 2 août, devant rejoindre le 29e régiment d'infanterie, à Verdun, elle a aussitôt envoyé sa fille, à peine âgée d'un an, avec sa nurse, au château de Castel Novel, en Corrèze - chez sa belle-mère. Et elle est rentrée à Paris." (Dominique Bona,Colette et les siennes) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR900.00

‎COLETTE‎

Reference : 75257

(1923)

‎Lettre autographe signée adressée à Adrien Peytel‎

‎Marseille s.d. (novembre 1923), 13,7x18,7cm, une page sur un double feuillet.‎


‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son ami l'homme de lettres et avocat Adrien Peytel, une page rédigée à l'encre noire sur un double feuillet à en-tête du Grand Hôtel de Noailles et Métropole à Marseille. Une pliure centrale inhérente à la mise sous pli de la missive. Jolie lettre adressée depuis Marseille alors que Colette effectue une tournée de conférences : "Je finis ma tournée. Je serai dimanche à Paris, et nous nous occuperons de cette histoire, - à laquelle je n'ai encore rien compris." "En novembre 1923, elle traita (...) d'un sujet qu'elle connaissait par coeur,Le Théâtre vu des deux côtés de la rampe. Son très jeune amant Bertrand de Jouvenel la rejoignit à Marseille, auGrand Hôtel de Noailles et Métropole. Scandale : Bertrand de Jouvenel n'était autre que le fils de son deuxième mari, le diplomate Henry de Jouvenel ; émoi garanti autour de l'écrivaine âgée de cinquante ans, tandis que le fils de son mari venait de fêter son vingtième anniversaire. Colette avait, deux ans plus tôt, initié à l'amour le futur économiste et politologue, dans cette liaison scandaleuse qui fournit thème et situations duBlé en herbe(publié en cette même année 1923)." (Rémi Duchêne,L'Embarcadère des lettres) - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR700.00

‎COLETTE‎

Reference : 75260

(1920)

‎Lettre autographe signée adressée à Adrien Peytel : "Voilà La Cigale qui me réclame demain soir..."‎

‎Marseille s.d. (circa 1920), 19,8x25,2cm, une page sur un feuillet.‎


‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son ami l'homme de lettres et avocat Adrien Peytel, neuf lignes rédigées à l'encre noire. Quelques pliures inhérentes à la mise sous pli de la missive. "Et puis flûte, à la fin. VoilàLa Cigalequi me réclame demain soir, et je ne l'ai pas volé, puisque j'ai accepté, et même demandé, de faire la critique café-concertale au même titre que l'autre." - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR500.00

‎COLETTE‎

Reference : 74160

(1936)

‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson : "On croit toujours que la pensée, qui est une force, touche son but aussi bien qu'un message écrit."‎

‎Paris s.d. (12 mars 1936), 17,8x22,6cm, 2 pages sur un feuillet.‎


‎Belle lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson. Deux pages rédigées à l'encre sur un papier bleu à en-tête de l'immeuble Marignan, demeure de l'écrivaine entre 1936 et 1938.Pliures transversales inhérentes à la mise sous pli de la missive. Emouvante lettre adressée par Colette à sa proche amie suite au décès de son père Alexandre Natanson : "[...] ce dimanche va être un dimanche bien pénible. Je t'écris à l'heure juste où tu conduis ton père."Consciente de la souffrance et du "chagrin" de sa "chère Bolette", elle lui témoigne affectueusementson soutien"On croit toujours que la pensée, qui est une force, touche son but aussi bien qu'un message écrit.", achevant sa lettre sur une très belle déclaration : "Beaucoup de visages humains se penchent vers le tien et tu ne les aimes pas tous. Le mien, que tu ne verras pas, te suit de loin et s'inquiète de toi."Bolette se suicidera quelques mois plus tard. Evoluant depuis sa plus tendre enfance dans les milieux artistiques - elle est la fille d'Alexandre et la nièce de Thadée Natanson, les créateurs de la fameuse Revue Blanche - Bolette Natanson (1892-1936) se lia d'amitié avec Jean Cocteau, Raymond Radiguet, Georges Auric, Jean Hugo ou encore Colette. Passionnée par la couture, elle quitte Paris pour les Etats-Unis avec Misia Sert, grande amie de Coco Chanel et est embauchée chez Goodman. Avec son mari Jean-Charles Moreux, ils créèrent en 1929 la galerie Les Cadres boulevard Saint-Honoré et fréquentèrent de nombreux artistes et intellectuels. Leur succès fut immédiat et ils multiplièrent les projets : la création de la cheminée de Winnaretta de Polignac, la décoration du château de Maulny, l'agencement de l'hôtel particulier du baron de Rothschild, la création de cadres pour l'industriel Bernard Reichenbach et enfin la réalisation de la devanture de l'institut de beauté de Colette en 1932. Bolette Natanson encadra également les uvres de ses prestigieux amis peintres: Bonnard, Braque, Picasso, Vuillard, Man Ray, André Dunoyer de Segonzac, etc. En dépit de cette fulgurante ascension, elle mettra fin à ses jours en décembre 1936 quelques mois après le décès de son père. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,500.00

‎COLETTE‎

Reference : 74161

(1935)

‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson : "Nous aurions été ensemble, hier, voir la propriété de Simone Berriau à Hyères"‎

‎s.l. [Saint-Tropez] s.d. (circa 1935), 20,8x26,9cm, 2 pages sur un feuillet.‎


‎Belle lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson. Deux pages rédigées à l'encre sur un papier bleu.Pliures transversales inhérentes à la mise sous pli de la missive. Colette, alors dans sa "petite maison" de la Treille Muscate à Saint-Tropez,se languit de l'absence de son amie, lui décrivant la nature avec la poésie caractérisant son style: "On voudrait beaucoup t'avoir ci, simplement parce qu'il fait radieux, que la région est plus verte et plus fraîche qu'elle ne fut jamais, que les prés sont comme en mai, - et que tu es Bolette."Elle raconte également à sa "chère Bolette" sa visite de la veille chez l'actrice Simone Berriau à Hyères audomaine viticole de Mauvanne. En 1935, Colette a d'ailleurs écritle scénario deDivine, dans lequel Simone tint le premier rôle. Colette fait un compte rendu de la propriété des plus détaillés à son amie Bolette passionnée de décoration d'intérieur : "l'intérieur neuf d'une énorme maison parfaitement neuve et ordonnée, le luxe des salles de bains (très bien, d'ailleurs) et le vide majestueux, à caractère définitif, d'une maison aménagée pour des ombres". Elle lui parle avec passion des "produits de Cogolin", tapis d'un grand luxe réalisés dans la région : "tu sais si je m'excite sur de pareilles matières !"Evoluant depuis sa plus tendre enfance dans les milieux artistiques - elle est la fille d'Alexandre et la nièce de Thadée Natanson, les créateurs de la fameuse Revue Blanche - Bolette Natanson (1892-1936) se lia d'amitié avec Jean Cocteau, Raymond Radiguet, Georges Auric, Jean Hugo ou encore Colette. Passionnée par la couture, elle quitte Paris pour les Etats-Unis avec Misia Sert, grande amie de Coco Chanel et est embauchée chez Goodman. Avec son mari Jean-Charles Moreux, ils créèrent en 1929 la galerie Les Cadres boulevard Saint-Honoré et fréquentèrent de nombreux artistes et intellectuels. Leur succès fut immédiat et ils multiplièrent les projets : la création de la cheminée de Winnaretta de Polignac, la décoration du château de Maulny, l'agencement de l'hôtel particulier du baron de Rothschild, la création de cadres pour l'industriel Bernard Reichenbach et enfin la réalisation de la devanture de l'institut de beauté de Colette en 1932. Bolette Natanson encadra également les uvres de ses prestigieux amis peintres: Bonnard, Braque, Picasso, Vuillard, Man Ray, André Dunoyer de Segonzac, etc. En dépit de cette fulgurante ascension, elle mettra fin à ses jours en décembre 1936 quelques mois après le décès de son père. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎COLETTE‎

Reference : 74162

(1936)

‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson : "Tu te languis de moi, que tu dis, bougresse, et tu as as le front de t'en plaindre ?"‎

‎Paris s.d. (avant Noël 1936), 17,8x22,6cm, 2 pages sur un feuillet.‎


‎Belle lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson. Deux pages rédigées à l'encre sur un papier bleu à en-tête de l'immeuble Marignan, demeure de l'écrivaine entre 1936 et 1938.Pliures transversales inhérentes à la mise sous pli de la missive. Colette félicite son amie pour l'une de ses réalisations artistiques : "C'est magnifique ! Tu n'as pas envie de faire des sortes de paysages, arabesques, tableaux, trucs et ci et ça, pour Noël en plumages ? Le mien est admirablement encadré." Bolette créait en effet avec son mari Jean-Charles Moreux des sortes de paysages réalisés avec des éléments naturels conservés entre deux plaques de verre ; Colette parle très probablement de l'une de ces oeuvres dont il ne subsiste aujourd'hui plus que quelques exemplaires. A la manière d'une mère, Colette rabroue gentiment Bolette"Tu te languis de moi, que tu dis, bougresse, et tu as as le front de t'en plaindre ? Qui est-ce qui n'est jamais seule en dehors de son "cravail" ?" avant de la rassurer quant à sa fidélité :"Tu sais bien que tu peux toujours venir à la fin de la journée, voyons ! Et tu sais aussi que je t'aime ! Et il n'y a rien de moins volage, ni de moins changeant que ta vieille amie" Evoluant depuis sa plus tendre enfance dans les milieux artistiques - elle est la fille d'Alexandre et la nièce de Thadée Natanson, les créateurs de la fameuse Revue Blanche - Bolette Natanson (1892-1936) se lia d'amitié avec Jean Cocteau, Raymond Radiguet, Georges Auric, Jean Hugo ou encore Colette. Passionnée par la couture, elle quitte Paris pour les Etats-Unis avec Misia Sert, grande amie de Coco Chanel et est embauchée chez Goodman. Avec son mari Jean-Charles Moreux, ils créèrent en 1929 la galerie Les Cadres boulevard Saint-Honoré et fréquentèrent de nombreux artistes et intellectuels. Leur succès fut immédiat et ils multiplièrent les projets : la création de la cheminée de Winnaretta de Polignac, la décoration du château de Maulny, l'agencement de l'hôtel particulier du baron de Rothschild, la création de cadres pour l'industriel Bernard Reichenbach et enfin la réalisation de la devanture de l'institut de beauté de Colette en 1932. Bolette Natanson encadra également les uvres de ses prestigieux amis peintres: Bonnard, Braque, Picasso, Vuillard, Man Ray, André Dunoyer de Segonzac, etc. En dépit de cette fulgurante ascension, elle mettra fin à ses jours en décembre 1936 quelques mois après le décès de son père. Emouvante lettre, un des derniers échanges épistolaires quelques jours avant la mort de Bolette. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,200.00

‎COLETTE‎

Reference : 74177

(1935)

‎Lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson : "Tu es ma "provision d'hiver", la jeunesse dont j'aurai besoin, plus tard, bien plus encore qu'à présent"‎

‎s.l. [Paris] s.d. (circa 1935), 17,7x22,5cm, 2 pages sur un feuillet.‎


‎Belle lettre autographe signée de Colette adressée à son amie Bolette Natanson. Deux pages rédigées à l'encre sur un papier bleu.Pliures transversales inhérentes à la mise sous pli de la missive. Comme à son habitude très protectrice et maternelle avec son amie, Colette la complimente : "Comme tu es gentille, - comme tu es Bolette". De dix-neuf ans son aînée, elle loue la jeunesse de "[son] enfant" :"Tu es ma "provision d'hiver", la jeunesse dont j'aurai besoin, plus tard, bien plus encore qu'à présent. Soigne-toi bien ma jeunesse en grange". Evoluant depuis sa plus tendre enfance dans les milieux artistiques - elle est la fille d'Alexandre et la nièce de Thadée Natanson, les créateurs de la fameuse Revue Blanche - Bolette Natanson (1892-1936) se lia d'amitié avec Jean Cocteau, Raymond Radiguet, Georges Auric, Jean Hugo ou encore Colette. Passionnée par la couture, elle quitte Paris pour les Etats-Unis avec Misia Sert, grande amie de Coco Chanel et est embauchée chez Goodman. Avec son mari Jean-Charles Moreux, ils créèrent en 1929 la galerie Les Cadres boulevard Saint-Honoré et fréquentèrent de nombreux artistes et intellectuels. Leur succès fut immédiat et ils multiplièrent les projets : la création de la cheminée de Winnaretta de Polignac, la décoration du château de Maulny, l'agencement de l'hôtel particulier du baron de Rothschild, la création de cadres pour l'industriel Bernard Reichenbach et enfin la réalisation de la devanture de l'institut de beauté de Colette en 1932. Bolette Natanson encadra également les uvres de ses prestigieux amis peintres: Bonnard, Braque, Picasso, Vuillard, Man Ray, André Dunoyer de Segonzac, etc. En dépit de cette fulgurante ascension, elle mettra fin à ses jours en décembre 1936 quelques mois après le décès de son père. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris
Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR1,000.00
Previous 1 ... 285 286 287 288 ... 495 702 909 1116 ... 1119 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Autographs
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !