26 books for « Catholicism; Autograph »Edit

Sort by
1 2 Next Exact page number ? OK

Reference : 11383

(1589)

‎De La Rochelle, Henri IV ordonne à ses troupes de se tenir prêtes‎

‎[HENRI IV] - BRUNEAU, Jacques.Lettre signée "Bruneau / au nom du Conseil de sa magté", adressée àLouis de Saligné. Très intéressant courrier, écrit ede La Rochelle le 17 août 1589, dans lequel Bruneau, au nom d'Henri IV, prie Louis de Saligné de tenir rapidement prêt le plus grand nombre possible de soldats, pour le service du Roi . "Monsieur de la Lardière parce que nous avons du ? du Roy de vous fe entendre et au gentilhommequi sont en ces quartiers de deca tant en poictou qu'en xaintonge de fe quelque nombre de soldatz por les employer en un affaire qui importe son service et parce que nous savons que vous vous y estes tousiours démonstré des plus affectionnez vous avons bien voullu escrire la pnte pour vous prier d'en tenir de prestz le plus que vous pourrez pour marcher autemps et lieu qu'on vous fera scavoir dedans dix ou douze jours au plustard [...]". Complimentd'une autre main "Vostre plus affectionnez a vous obeyr". L'année 1589 futcelle de la fin du règne d'Henri IIIetcelle du début de règne d'Henri IV. Elle futempreinte par les guerres de Religion entre la puissante Ligue catholique et les protestants. Le chevalier Louis de Saligné (1535-?),seigneur de La Lardière et Badiolle, était totalement dévouéàHenri de Navarre, qui, lorsqu'il devint roi de France, le gardaauprès de lui, à son service, notamment commelieutenant, en Haut-Poitou. Jacques Bruneau, d'origine flamande, était le secrétaire de l'ambassadeur d'Espagne, successivement en France, puis à Londres ou encore en Autriche.‎

‎Encre brune sur papier vergé. Adresse au verso "Monsr de la Lardiere".. Destinataire : Louis de Saligné, seigneur de La Lardière et Badiolle. Date : 17 août 1589. Lieu : La Rochelle. Format : In-4. Etat : Plis centraux, petits manques et usures aux bords. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 1‎


De La Rochelle, Henri IV ordonne à ses troupes de se tenir prêtes.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR1,000.00

Reference : 11730

(1623)

‎Les îles de Casau et labbaye de Sainte-Croix‎

‎[ÎLES DE CASAU -ABBAYE DE SAINTE-CROIX]. Parchemin. Reconnaissance des îles de Casau faite «pour les affaires de labbaye de Sainte-Croix, ordre de Saint-Benoît de Bourdeaux, sétant assemblées capitulairement au son de la cloche au chapitre dudit monastère []».‎

‎Encre brune sur parchemin.. Date : 8 mars 1623. Lieu : « Bourdeaux, au chapitre dudit monastère Sainte-Croix». Format : Grand in-4. Etat : Bon, trois minimes trous sans gravité. Nombre de documents : 1. Type de document : parchemin signé. Nombre de pages : 3 pp.‎


Les îles de Casau et labbaye de Sainte-Croix.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR400.00

Reference : 12096

(1622)

‎Manuscrit de 1622 sur les règles de la Confrérie du St Sacrement, à la Ferté-Hubert‎

‎Manuscrit sur parchemin concernant les règles de la «Confrairye du St Sacrement en lesglise St Sulpice de la Ferté Hubert 1622».Une douzaine de signatures de confrères. Rare document. «Nous soubzsignez confraires de la confrairye du Sainct Sacrement pour la devotion que nous avons à icelle & pour augmenter de plus en plus laffection que nous debvons au service et gloire de dieu, avons accordé ce qui ensuit: Et premièrement sera par monsieur le curé de La Ferté célébré par chacun jour de jeudy une messe haulx du sainct Sacrement à laquelle après estre sonnée à branle par le marguillier de lesglise de ladicte Ferté assisterons tous les confraires []». Après une énumération des différents points (procession du saint-sacrement «avecq torches» chaque dimanche après les Vêpres, chant de matines par le curé, etc.), sont apposées les signatures des confrères, la première étant celle du «vénérable et discrette personne Mre Estienne Hervé prestre curé de ladicte Ferté», puis celle du bailli Claude Fontanet. Enfin, la liste des confrères, mise à jour, avec inducation des décès, jusquen 1628.‎

‎Encre brune. Ratures et ajouts.. Date : Jour du saint-sacrement 1622. Lieu : La Ferté [-Hubert], [Loir-et-Cher]. Format : In-folio. Etat : Bon. Nombre de documents : 1. Type de document : manuscrit. Nombre de pages : 4 pp. ‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR680.00

Reference : 12390

‎Trois imprimés des XVIIe et XVIIIe siècle relatifs aux miracles, au quiétisme, etc.‎

‎Ensemble de3 imprimés de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe, relatifs aux miracles, au quiétisme et affaires religieuses - Mandement de son éminence Monseigneur le cardinal de Noailles archevesque de Paris à l'occasion du miracle opéré dans la Paroisse de Sainte-Marguerite, le 31 may, jour du Saint Sacrement. A Paris, chez Jean-Baptiste Delespine, 1725. 26 pp. in-4. Belles armes imprimées du Cardinal de Noailles sur le titre, répétées sur le bandeau gravé. Brochage épais, tranchesmouchetées. Sur le miracle survenu en la personne d'Anne Charlier. Débroché.Rare document. - Sentence renduë contre maistre Philibert Robert prêtre, curé de la ville de Seurre, accusé du Quiétisme & d'Inceste Spirituel. Dijon, 1698.3 pp. in-4. Joli bandeau gravé. - Lettre à M*** au sujet de l'Instruction Pastorale de Monseigneur l'Archevêque de Paris. S.l.n.d. 7 pp. in-4. Tranches rouges. Grandes marges.‎

‎. Format : In-4. Etat : Bon, pâles mouillures. Nombre de documents : 3. Type de document : imprimés. Nombre de pages : 26, 7 et 3 pp.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR320.00

‎Alfred Baudrillart (1859-1942) Prélat et historien, académicien (1918).‎

Reference : 5893

(1936)

‎Mgr Baudrillart excédé par les demandes incessantes.‎

‎Alfred Baudrillart, qui vient de recevoir une nouvelle demande d'allocations de Mme de Rauville, révèle que, durant trente ans, il a soutenu son mari à maintes reprises et en toutes circonstances, «lui faisant obtenir des allocations de l'Institut de France à peu près tous les ans». Il explique : «l'enseignement libre a déjà suffisamment de peine à vivre ; on ne peut lui demander de se charger gratuitement de tous les enfants de ceux qui ont servi la cause catholique et qui manquent de ressources [...] Je ne puis vous cacher en outre que les perpétuelles réclamations de Mme de Rauville ont fini par fatiguer tous ceux auxquels elle s'adresse, se croyant le droit de continuer indéfiniment les demandes de son mari, et notamment à l'école Massillon où il est très difficile maintenant de parler d'elle [...]».‎

‎En-tête de l'Institut Catholique de Paris. Avec enveloppe. Il est joint une gravure représentant Pippo Buono avec, au dos, une mention autographe au crayon de Mgr Baudrillart indiquant les circonstances dans lesquelles elle lui a été offerte.. Destinataire : Loys d'Abbadie. Date : 12/11/1936. Lieu : Paris. Format : In-8. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre dactylographiée signée. Nombre de pages : 2‎


Mgr Baudrillart excédé par les demandes incessantes.. Alfred Baudrillart (1859-1942) Prélat et historien, académicien (1918).
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR130.00

‎Antoine de Bourbon (1518-1562) Prince du sang de la maison capétienne de Bourbon, membre de la branche cadette de Bourbon-Vendôme.Duc de Vendôme, premier prince du sang etroi de Navarre par son mariage avec Jeanne d'Albret, sa vie est marquée par son oscillation entre le catholicisme et leprotestantisme.‎

Reference : 11220

(1561)

‎Rare lettre du roi de Navarre Antoine de Bourbon‎

‎Belle lettre avec septlignes autographes de la main d'Antoine de Bourbon, adressée à M. de Limoges, ambassadeur de Navarre en Espagne, auprès du roi Philippe II. "[...] Monsr de Limoges, le sieur Dozansm'a tant et si avantsatisfaict et contenté du bon et grand devoireque vousavezfaites en mon affaire et dit avecques quelle affection vous l'embrassez que je ne scauroys a mon gré vous assurer? comment je m'en tient obligé à vous. Et neseray jamais aise que je ne vous aye fait congnoistre et sentir ce que vous avez mérité dema bonne grâce. Cependant je vous prye Monsr de Limoges ayant si biencommencé ? vous lassé et avecques voz moyens et votre activité faire que je puisse tirer quelque fo? de ma juste cause et vous l'espérance du labeur et de la peyne que vous pouvez pour la promouvoir. Ne voyant poinct qu'il y ayt de quoi plus s'excuser estant mes deppartemens action et ma volonté en ce que désir leRoy catholique telz que Ch? sery? et ne tient pas à moy que les choses ne vont mieulx mais j'espère au bon ordre que sa ? par tout que le temps ra? ce qui y sera de mal. Pour le momen se peult il ass? il n'y aura rien qui le regarde et concours que je n'y mette toute la considération et le rapport que j'auray toujours envers ung prince que j'honore et duquel j'espèrefaveur et gratification laquelle ayant receue j'enauraiencore plus d'occasion. Comme je vous prye lui faire bien entendre et que nous sachions au plus tost ce que aura puavancer en cet endroit l'arméepar dela Dalmede pryant Dieu monsr de Limoges vous donner ce que plus désiré. A St Germain en Laye le 6 janvier 1561. Lignes autographes : "Monsr l'ambassadeur vous prenestant de peine pour moy ? ? vous estes que je ne seroisassezvous remercier. Je serois très ayse que par dessa il se présenta occasion pour m'en revencher et me tiendra a faulte de vous que je ne vous en de mener envers vous[...].Vostre très bon amy [...]". Adresse au verso : "A Monsr de Limoges conseiller du Roy medes reqtres son hôtel etambassadeur en Espaigne" et d'une autre main "Le rde Navarre le 6 janvier 1561". Sébastien de l'Aubespine, évêque de Limoges, conseiller, maître des requêtes de l'hôtel du roi et ambassadeur en Espagne en1561. Il était frère de Claude de l'Aubespine, secrétaire d'État. Antoine de Bourbon, avait espéré quePhilippe IIlui permettrait de réunifier laHaute-Navarreet laBasse-Navarre.‎

‎Encre brune sur papier vergé filigrané. Adresse au verso avec encadrement de papier fort contrecollé.. Destinataire : Sébastien de l'Aubespine, évêque de Limoges, son ambassadeur auprès du roi d'Espagne Philippe II. Date : 6 janvier 1561. Lieu : Saint-Germain-en-Laye. Format : In-folio. Etat : Pliures centrale, minimes taches. Nombre de documents : 1. Type de document : Lettre signée avec 7 lignes autographes . Nombre de pages : 1 p.‎


Rare lettre du roi de Navarre Antoine de Bourbon. Antoine de Bourbon (1518-1562) Prince du sang de la maison capétienne de Bourbon, membre de la ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR3,500.00

‎Charles Montalembert (comte de) (1810-1870) Historien, fondateur avec Lamennais du journal l'Avenir, académicien (1851), parlementaire royaliste et catholique. Pair de France (1831).‎

Reference : 4401

(1831)

‎Montalembert annonce la suppression de l'Avenir et son départ pour Rome.‎

‎Belle et intéressante lettre annonçant la suppression de l'Avenir [célèbre journal fondé par Lamennais qui défendait les idéaux du catholicisme libéral et dont Sibour était l'un des collaborateurs] à la veille de son départ pour Rome. «Il me serait difficile de vous exprimer quelle a été l'émotion de mon illustre ami [Lamennais] et la mienne en recevant votre touchante lettre [...]». Ils sont cependant obligés de décliner son «offre généreuse» et Lamennais, embarrassé, charge Montalembert de lui répondre. «J'espère que vous avez assez de confiance dans la sincérité de mes paroles pour croire à la vérité et la profondeur de ma gratitude que nous vous avons tous deux voués. Heureusement le danger n'était pas si pressant que je l'avais cru et le défenseur le plus célèbre du catholicisme dans les temps modernes n'en est pas encore réduit à abuser de la charité de ses amis». Il évoque la suppression de l'Avenir, décrétée deux jours plus tôt. «Le Nr de l'Avenir du 15 novembre vous aura appris le parti que nos perfides et acharnés adversaires nous ont forcé de prendre. Je ne doute pas qu'après un premier moment de tristesse et d'abattement, vous ne vous félicitiez avec tous les bons catholiques de notre décision et de tout ce qu'a de consolant pour la foi et pour l'affection même de nos amis, ce pélerinage». [Sur l'initiative de Lamennais, dont l'Essai sur l'indifférence et l'ultramontanisme fervent avaient été salués en leur temps par le pape Léon XII, les rédacteurs de l'Avenir décident d'en appeler directement au jugement du nouveau pape, Grégoire XVI, et de s'y soumettre, quel qu'il soit. Le 22 novembre 1831, Lacordaire, Lamennais et Montalembert, partent ensemble pour Rome]. «Pour nous, nous partons le coeur tranquille et intrépide, car que peut-on craindre quand on sait que tout doit tourner en bien de la sainte épreuve de Dieu et de la vérité. Si nous n'étions pas aussi intimement convaincus de la vérité de nos doctrines, je vous souhaiterais presque d'être condamnés afin de pouvoir montrer au monde ce que c'est que la foi et la soumission des vrais catholiques [...]».‎

‎Adresse et marques postales au dos. Cachet de cire noire (brisé à l'ouverture).. Destinataire : Marie Dominique Auguste Sibour (1792/1857), futur archevêque de Paris, assassiné le 3 janvier 1857.. Date : 17/11/1831. Lieu : Paris. Format : In-8. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 3‎


Montalembert annonce la suppression de l'Avenir et son départ pour Rome.. Charles Montalembert (comte de) (1810-1870) Historien, fondateur avec ... Montalembert annonce la suppression de l'Avenir et son départ pour Rome.. Charles Montalembert (comte de) (1810-1870) Historien, fondateur avec ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR650.00

‎Dom Pierre Basset (Abbé) (1892-1953) Bénédictin français. Il fut abbé à l'abbaye de Saint-Martin de Ligugé.‎

Reference : 12191

(1940)

‎Dom Pierre Basset, abbé de Ligugé, évoque les religieux combattants‎

‎Belle lettre du père bénédictin, Dom Pierre Basset, abbé de Ligugé, relative aux soldats religieux de la guerre de 14. Il fut lui même un héros de la Première guerre mondiale. Bassetdisserte au sujet d'un article de son correspondant et évoque le sort des religieux combattants de la guerre de 1914 "tous les religieux ont répondu avec un dévouement magnifique à l'appel du pays, et on sait très bien qu'ils continuaient à y répondre [...]".Il se dit très touché par l'hommage consacré au Cardinal Jean Verdier, ancien archevêque de Paris, que son correspondant à fait publier dans Le Figaro. Il adhère "sans la moindre restriction dans votre vénération affectueuse et votre admiration pour ce grand homme d'église que nous pleurons [...]". Il voudrait venir à Paris, mais ne le peut pour l'instant, ayant été nommé "par la bienveillance de Monseigneur l'Évêque de Poitiers, pro-curé de la paroisse voisine de Ligugé [...]".‎

‎Encre noire sur deux feuillets de papier vergé filigrané "Original India Mill". En-têtes imprimés "Abbaye Saint-Martin de Ligugé".. Destinataire : "Cher Monsieur", journaliste au Figaro. Date : 17 avril 1940. Lieu : [Abbaye de Ligugé]. Format : In-4. Etat : Bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 4 pp. ‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR240.00

‎Ferdinand-François Chatel (1795-1853) prélat démocrate et libéral, il crée sa propre église, l'Église catholique française, indépendante de Rome. Elle autorise le mariage des prêtres et les fidèles participent à sa gestion.‎

Reference : 8861

(1835)

‎L'abbé réformateur Ferdinand-François Chatel tente de rééditer de son almanach.‎

‎L'Abbé Chatel tente de trouver un accord nécessaire à la réédition de la Réforme radicale. Nouvel eucologe à l'usage de l'Église catholique française par A. Blanchelaine Saint-Estève, accord entre la veuve de l'auteur et Madame Deville : « L'Eucologe, Madame, est à sa fin. Il serait donc nécessaire que nous fissions immédiatement un arrangement pour la nouvelle impression. Ce livre de prières étant une oeuvre philanthropique, un très grand nombre d'exemplaires ont été distribués gratis, en sorte que j'en suis pour mon argent avancé, qui me rentera, à la vérité, mais qui n'ajoutera rien aux finances si modestes de l'Église française. J'attends votre réponse sans délai pour prendre un parti. » Cet almanach est révélateur de l'essor pris par l'Église Catholique Française, église gallicane créée par l'abbé, et désormais à la tête d'écoles et pensionnats, d'un séminaire et de journaux.‎

‎A len-tête de lÉglise catholique primatiale. Adresse et marques postales au dos. Ancienne collection Denaeyer (chemise).. Destinataire : Mme Blanchelaine Saint-Estève, "artiste au théâtre de Tournay".. Date : 23/03/1835. Lieu : Paris. Format : In-4. Etat : Rares rousseurs, pliures.. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1‎


L'abbé réformateur Ferdinand-François Chatel tente de rééditer de son almanach.. Ferdinand-François Chatel (1795-1853) prélat démocrate et libéral, il ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR250.00

‎Félicité Robert de Lamennais (1782-1854) Philosophe chrétien, ultramontain, précurseur du catholicisme libéral et social. Il rompt avec l'Eglise, en 1834, en publiant Paroles d'un croyant, aussitôt condamné par Grégoire XVI.‎

Reference : 12625

(1831)

‎2 très belles lettres de Lamennais sur l'Avenir et les révolutions européennes‎

‎Deux très intéressantes lettres de Lamennais, adressées à l'historien Edouard d'Ault-Dumesnil. Quelque mois après avoir fondéavecCharles de Montalembertet Henri Lacordaire, le journal L'Avenir, Lamennais propose une collaboration à l'historien Edouard d'Ault-Dumesnil. Cette même année1831, révolté par la condamnation dusoulèvement de la Pologne, Lamennaiss'oppose au papeGrégoire XVI. Dans une première lettre, il revient sur l'élection manquéede son correspondant, le remercie pour l'exposé de ses opinions, qui a produit un grand effet et évoque "la déloyauté de plusieurs royalistes". Selon lui, "ces Messieurs qui parlent tant d'honneur [...] après nous voir traité de jacobins, arrivent à pleines voiles dans nos doctrines, à cela près pourtant de ce qui en fait la force, et en règle l'application, la vérité catholique. Je suis très flatté de l'approbation que vous accordez à mes articles sur l'avenir de la société. J'ai lu les vôtres avec un extrême plaisir, et j'en attends la suite avec impatience. C'est, sans aucune comparaison, ce qui a été écrit de mieux sur l'expédition d'Alger. Vous n'avez pas fait une simple relation, mais de l'histoire".Lamennais évoque la politique internationale : la triple restauration en France, en Belgique et en Pologne. "Je ne saurais m'expliquer ce qui se passe en France et dans le reste de l'Europe, qu'en supposant un plan arrêté entre les puissances d'effectuer simultanément une triple restauration, en France, en Belgique et dans la Pologne, et je ne serais pas surpris que ce plan, s'il existe en effet, ne se réalisât dans l'année ou dans la prochaine. En ce qui nous concerne il en résultera le gain de quelques libertés qu'il faudra aussitôt défendre contre le pouvoir, en même temps qu'on devra combattre pour obtenir celles qu'on aura refusées, quoique aussi nécessaires [...]". Par une seconde lettre, Lamennaisse réjouit que d'Ault-Dumesnil ait accepté de s'associer à ses travaux. "Il nous tarde de voir arriver la mi-novembre, afin de nous concerter avec vous, pour donner ensemble un nouvel élan à tout ce que l'on n'a pu guère que commencer jusqu'ici. Votre idée, au sujet des littératures étrangères, me parait excellente [...]", mais il craint qu'elle ne trouve sa place dans l'Avenir. Il attend ded'Ault-Dumesnil un article sur le dramaturge espagnol Pedro Calderón de la Barca. "L'Espagne a un grand nombre d'écrivains remarquables, et presque aussi inconnus en France que les auteurs du Mahabharata et du Ramayana. Quant à l'Allemagne, il faudrait trouver, pour rendre compte de ses productions, quelqu'un qui pût les examiner d'un autre point de vue que M. d'E. [le baron d'Eckstein], les analyser avec plus de netteté, et les mieux juger par rapport à nous, avec une raison sévère et élevée, sans préjugés nationaux et sans engouement pour ce qui vient du dehors ; car souvent il en vient des choses fort ridicules, témoin ce que la Revue européenne nous a dernièrement donné des doctrines de M. de Bander [...]". Il ajoute : "M. de Montalembert voyage en ce moment dans le midi de la France. Partout, jusqu'à présent, il a reçu le meilleur accueil.Son voyage sera fort utile à L'Agence et même à L'Avenir. Ce qui nuit surtout à celui-ci, c'est l'opposition des évêques et d'une certaine partie du clergé. On défend de s'abonner et même de lire. La lumière qui jaillira des événementsqui se préparent, dissipera, je l'espère, les préjugés qui aveuglent beaucoup d'esprits, et calmera les passions qui semblent, depuis quelques temps, s'exalter de plus en plus [...]". ‎

‎Encre brune sur deux doubles feuillets. Un en-tête "Agence générale pour la Défense de la liberté religieuse". Adresses aux dos des seconds feuillets avec marques postales.. Destinataire : Edouard d'Ault-Dumesnil (1796-1870). Date : 16 juillet et 6 octobre 1831. Lieu : Paris et Juilly. Format : In-4 et in-8. Etat : petites déchirures aux plis d'une lettre . Nombre de documents : 2. Type de document : lettres autographes signées. Nombre de pages : 4 pp. 1/2‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR800.00

‎Félicité Robert de Lamennais (1782-1854) Philosophe chrétien, ultramontain, précurseur du catholicisme libéral et social. Il rompt avec l'Eglise, en 1834, en publiant Paroles d'un croyant, aussitôt condamné par Grégoire XVI.‎

Reference : 12157

‎Ensemble de 3 lettres et une liste autographe de Lamennais‎

‎Ensemble de trois lettres de Lamennais (une signée et deux paraphées) et une pièce autographe. 2 lettres autographes paraphées, adressées à Hippolyte Romand (1808-1877), médecin et dramaturge, rédacteur de feuilletons dans le journal de Lamennais. Au sujet d'une affaire financière désastreuse :"[...] Ce pauvre M.[Mathieu] a achevé ma ruine. Je suis loin de lui en faire aucun reproche ; seulement je regrette le peu d'aisance que si péniblement j'avais cru me préparer pour mes vieux jours [...]". Il demande à son correspondant de faire suivre une lettre à ce Mathieu, et ajoute : "Il y a un an je me laissai aller à porter à un légitimiste pour le tirer d'un extrême embarras. C'est encore comme si je les avais jetés à la rivière". Etajoute l'adresse du fameux Mathieu, à Londres : 30 Weymouth Street, Portland Place. Lettre autographe signée, adressée à E. Guillemot, "27 rue Royale". Il demande des nouvelles de l'affaire Verberie, village de l'Oise où il souhaitait acheter une petite propriété: "[...] Le propriétaire, sitôt qu'il a su qu'on pensait à acheter sa maison, a déclaré qu'il ne voulait plus la vendre, à moins qu'on n'achetât en même temps de mauvais bois évalués par lui à un prix déraisonnable [...]". "D'extravagance en extravagance" il ne veut pas suivre le propriétaire sur cette "route". Pressé par le temps, Lamennais veut savoir s'il peut espérer pouvoir traiter tout de même avec ce vendeur. Ces trois courriersfurent publiés dans l'ouvrage de Louis Le Guillou,Félicité Robert de Lamennais,Correspondance générale, 1841-1854.Colin, Tome VIII, 1981, p. 410 et 550, avec la précision :collection de Mme Geistdoerfer. Liste autographe de la main de Lamennais. Elle contient les noms et parfois les adresses deCormenin, Arago, Martin (de Strasbourg), Mauguin, Maillefer, Ch. Didier, Leroux, Béranger, Pascal, Louis Blanc, Marliani, Clément, Dupont, Mme. Champy-Boiserand [cousine de Lamennais], M. de Musigny, Cadet, Eloi Jourdain, Blaize, Chateaubriand, etc. On joint une lettre de Mme Champy-Boiserand, cousine et correspondante de Lamennais : "Mme Champy Boiserand renouvelle tous ses remerciemens à Monsieur [probablement le médecin Pierre-François] Rayer. Elle lui fait remettre deux lettres de l'abbé de Lamenais [...]". Elle propose de procurer à Rayer d'autres autographes pour compléter sa collection, commeLaplace, Lagrange et Legendre, etc. S.l.n.d. 1 p. in-8.‎

‎Adresses aux versos (2).. Destinataire : Hippolyte Romand et E. Guillemot . Date : "Samedi 28 mars", "vendredi", "Lundi 8 décembre". Format : Petit in-12 et in-16. Etat : Bon. Nombre de documents : 4. Type de document : Lettres autographes signées ou paraphées et une pièce autographe. Nombre de pages : 7 pp. 1/2‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR400.00

‎Félicité Robert de Lamennais (1782-1854) Philosophe chrétien, ultramontain, précurseur du catholicisme libéral et social. Il rompt avec l'Eglise, en 1834, en publiant Paroles d'un croyant, aussitôt condamné par Grégoire XVI.‎

Reference : 5295

(1825)

‎Lamennais se désole de la situation politique auprès de Coriolis d'Espinouse.‎

‎Belle lettre de Lamennais après la lecture du recueil poétique de Coriolis d'Espinouse, Songe du roi Charles X. «Il n'est pas, certes, donné à tout le monde de parler avec un pareil talent ; mais si tout le monde du moins voulait parler avec une pareille franchise !, nous ne serions pas où nous sommes, et l'on entreverrait encore quelques espérances dans l'avenir. Au reste, les provinces commencent à être terriblement désabusées, et nos grands hommes y deviennent plus petits de jour en jour. Elles suivent tout naturellement le conseil que S. Remi donnait à Clovis, elles brisent ce qu'elles adorèrent et c'est leur manière de se convertir. L'esprit de pénitence s'est même tellement répandu parmi le peuple, qu'il s'est mis à soupirer ses regrets et ses douleurs dans une sorte de complainte dont je n'ai retenu que ces trois couplets : Or écoutez, petits et grands / Ecoutez tous la triste histoire / Les deux chevaliers d'écritoire / Qui, pour leurs méfaits imprudents / Furent pendus en même temps [...]. Je trouve quelque chose de fort touchant dans cette fraternité de potence ; mais le peuple a un sentiment si vrai, toutes les fois qu'on ne gâte pas son goût naturel [...]».‎

‎Adresse au dos.. Destinataire : Charles Louis Alexandre de Coriolis, marquis d'Espinouse (1770/1841), poète et correspondant de Lamennais.. Date : 03/07/1825. Lieu : La Chenaie. Format : In-4. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 3‎


Lamennais se désole de la situation politique auprès de Coriolis d'Espinouse.. Félicité Robert de Lamennais (1782-1854) Philosophe chrétien, ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR650.00

‎Gaspard Mermillod (1824-1892) Evêque de Lausanne et Genève (1883-1891), un des acteurs majeurs du catholicisme social. Il est le second cardinal suisse de l'histoire (en 1890, par Léon XIII).‎

Reference : 6955

(1884)

‎Mgr Mermillod donne son sentiment sur les mariages mixtes.‎

‎L'évêque de Lausanne et Genève, Gaspard Mermillod, répond à la question délicate du mariage mixte. «Les mariages mixtes offrent toujours de grands périls. Tant de questions divisent les coeurs qu'il importe de se rencontrer au moins dans l'unité des convictions religieuses. Toutefois l'Eglise les tolère à certaines conditions. Aussi nous les acceptons lorsque ces conditions sont promises et tenues exactement. Je comprends que le nom de monsieur de Foras, allié au grand souvenir de St François de Sales et de monsieur de Maistre, paraisse un obstacle à une semblable union. Je n'ose donc le blâmer de son hésitation. Peut-être qu'après un entretien avec lui, examinant les avantages sérieux de sa fille, je pourrai acquiescer à votre projet [...]». Il invite M. de Foras à venir le voir pour en discuter.‎

‎En-tête de l'Evêché de Lausanne et Genève.. Date : 11/10/1884. Lieu : Fribourg (Suisse). Format : In-4. Etat : bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 1 p. 1/2‎


Mgr Mermillod donne son sentiment sur les mariages mixtes.. Gaspard Mermillod (1824-1892) Evêque de Lausanne et Genève (1883-1891), un des acteurs ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR180.00

‎Georges Bernanos (1888-1948) Ecrivain.‎

Reference : 10718

(1946)

‎Important manuscrit de Bernanos sur l'opinion catholique.‎

‎Manuscrit complet d'une chronique de Georges Bernanos pour Témoignage Chrétien, sur l'état de l'opinion catholique après la guerre. "Ayant toujours compté parmi les chrétiens de l'espèce la plus ordinaire, il est certain que l'état présent de l'opinion moyenne catholique aurait de quoi influer dangereusement sur ma santé, comme aussi d'ailleurs sur la vôtre. L'opinion moyenne catholique n'a jamais été qu'une espèce de composé organique assez fragile. Or ces derniers n'opposent, on le sait, que peu de résistance aux brusques changements de température. L'opinion moyenne catholique, en 1945, a subi cette sorte d'épreuve, et elle n'y a pas résisté. Pour parler franchement, elle est aujourd'hui en pleine décomposition [...]". Il développe longuement son argumentation et conclut : "Je reprendrai le bateau, comme en 1938, le jour où ma présence me paraîtra, en conscience, plus utile ailleurs qu'ici. Car il existe dans le monde des millions d'hommes qui ont besoin de la France, et qui méritent qu'on la leur donne - ou du moins qu'on leur donne le peu qu'on en a. Aussi longtemps que ces hommes auront besoin de la France, et qu'elle ne leur sera pas refusée, les générations indignes qui viennent de dissiper en vingt cinq ans le patrimoine de dix siècles, continueront à se déshonorer en vain".‎

‎. Date : 13/04/1946. Format : In-4. Etat : Marque de trombone avec petite déchirure sur la première page.. Nombre de documents : 1. Type de document : manuscrit autographe signé. Nombre de pages : 7 pp.‎


Important manuscrit de Bernanos sur l'opinion catholique.. Georges Bernanos (1888-1948) Ecrivain.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR2,200.00

‎GHEON (Henri Vangeon dit Henri). Bray-sur-Seine, 1875 - Paris, 1944.‎

Reference : 2835

(1915)

‎AUTOGRAPHE. ‎

‎Correspondance autographe signée de 1895 à 1915, avec Edouard Ducoté, directeur de la Revue l'Ermitage qui a parfois indiqué au crayon l'année. Joint deux poèmes, "Lied", vers libres d'une page, et "Le Potager", 5 pages et demie datées juillet 1897. - 1895 - Il remercie Ducoté avec la revue L'Ermitage d'avoir "ouvert ses portes" en publiant son "Etude sur Griffin". 2 pages in-8°. - 1897 - Il a reçu les livres de Ducoté et en fait une étude et une critique très élogieuse. - 1898 - Il remercie Ducoté de l'envoi de son manuscrit Calypso et décrit ce qu'il aime dans cette oeuvre. "...Votre tragédie n'est pas à proprement patler une oeuvre de théâtre mais un traité comme ceux de Gide, sous une forme dialoguée plus continue...". 3 pages in-8°. - 1899 - Organisation d'une rencontre en Normandie : "Ma mère et ma soeur se réjouissent de passer la journée avec votre charmante femme..." Puis il rapporte "Je reçois en même temps une lettre de Gide qui me dit que sa femme ne peut songer à nous rencontrer à Cabourg. Mais il ajoute... qu'il prendra peut-être un de ses jours sa bicyclette pour venir vous surprendre avec son beau-frère et qu'il me télégraphiera pour que je le rejoigne chez vous...". Et il informe "Nous prendrons le train de 10h. 8 à Trouville et nous serons à 11h. 30 à votre Bretèche...". 2 pages in-12°. - 1900 - Des nouvelles de ses travaux d'écriture, des amis qui l'entourent, des difficultés de Paul Fort pour se faire éditer, et du voyage avec Gide en Algérie. 5 lettres in-12°, 1 page in-8° et 1 page in-folio (à l'en-tête du Grand Hôtel à Constantine), soit environ 19 pages manuscrites. - 1901 - Il s'installe à Bray-sur-Marne, il est médecin de campagne et visite ses malades à bord d'une voiturette. Il continue son travail littéraire "une longue chronique où j'avais entrepris de juger Wagner" et "l'eau de vie qui à nouveau distille". Il veille à ce que la revue ne manque pas de matériaux à imprimer. Il donne des nouvelles des amis qui viennent le voir, qu'il préfère à ses connaissances de Bray. 6 lettres in-12 et in-8°, 18 pages manuscrites. - 1902 - Il évoque l'enquête de l'Ermitage auprès de deux cents personalités littéraires, qui pose la question : quel est le plus grand poète au XIXème siècle. Il déplore les difficultés de Ducoté à produire sa pièce et donne des nouvelles sur sa propre production. 4 lettres in-12°, 15 pages manuscrites. - 1903 - "J'ai l'espoir de réintégrer paris cet hiver... Que n'ai-je Paris sous la main et la plupart de mon temps libre. Cela viendra". 1 lettre 4 pages in-12°. - 1904 - Il est encore à Bray. C'est peut-être la dernière année de parution de l'Ermitage et les derniers poèmes et chroniques qu'il envoi. 4 lettres in-12° et in-8°, 6 pages manuscrites. - 1905 - Il regrette "...l'intrusion des Van Bever Leautaud dans l'Ermitage est une triste chose ! Le prochain numéro comporterait-il cinq pages de mes vers ? En tout cas je vous les envoie. Donnez-moi de vos nouvelles...". Et "...Je déplore la perte de l'Ermitage...Il aurait fallu produire davantage pour occuper la place. La place a été prise, tant pis...". 2 lettres in-12°, 3 pages manuscrites. - 1908 2 janvier - "...Vous savez que je deviens peintre : j'expose aux Indépendants, sans préjudice de la littérature : un demi roman scandaleux dont la seconde moitié s'active...". 1 lettre in-12°, 2 pages. Cette année, André Gide le fait nommer à la direction de la NRF.- 1911 - " J'ai usé mes vacances entre les affaires de ma soeur...et les répétitions du "Pain" qui m'absorbent entièrement depuis deux semaines... Le surmenage d'un genre nouveau m'éberlue... Après plusieurs essais je tiens enfin mon Pierre Franc : Karl, le Dimitri des Karamazov...". 1 lettre in-8°, 1 page et demi. - 1912 - Il raconte la mort accidentelle de sa mère. 1 lettre in-8°, 1 page et demi. - 1913 - C'est maintenant Ducoté qui propose son livre pour une chronique dans un numéro de la NRF. "... Dès le retour de Gide je poserai la question de votre livre...Sans engager encore la revue...". 1 lettre in-8°, 1 page. - 1915 - (10 janvier). Sur une carte postale à l'usage des militaires, il envoie ses voeux aux Ducoté et son adresse au front, ilest "aide major 29° Artillerie..." Il écrit "Je ne regrette pas mon voyage ; je vis dangereusement (pas trop, mais un peu) et gaiement."- 1915, 13 avril, Il raconte son expérience de médecin engagé sur le front de la Somme qui contribura à sa conversion. "On vit au front sous "le fatum" ; il frappe un peu plus souvent voilà tout ; mais la "grâce" aussi a les siens ; c'est dans cet espoir qqu'il faut vivre... On dit la fin de la guerre prochaine. Pourquoi ? Nous l'ignorons." Une page in-8° recto-verso d'une fine écriture serrée. Très belle lettre. - [ sans date, 1915] Il espère changer de régiment et explique comment cela se produira. Il remercie Ducoté "pour son entremise". Une page in-8°. Voyage en Algérie, L'installation à Bray en tant que médecin, La mobilisation, L'expérience du feu (La Somme), Médecin auxiliaire en 1915, "L'eau de vie", La relation avec Gide, La collaboration à l'Ermitage, La mort de sa mère, etc.‎

‎Ecrivain, ami d'André Gide qui le fit rentrer à la revue L'Ermitage, la première guerre mondiale va changer l'orientation de sa vie et, en partie, de sa carrière. Engagé comme médecin sur le front de Belgique, il recouvre la foi catholique à Noël 1915. Foi dont il devient un fervent défenseur. L'Homme né de la guerre, pour reprendre le titre donné au récit de sa conversion, va désormais mettre son art au service de Dieu et de l'apostolat. Il devient tertiaire de l'ordre Dominicain en 1922.Il fut l'un des fondateurs de la Nouvelle Revue Française avec André Gide et Marcel Drouin. ‎


Image-Ecrit

Phone number : 06 89 34 53 59

EUR380.00

‎Giovanni Maria, comte Mastaï-Ferretti Pie IX (1792-1878) Pape de 1846 à 1878.‎

Reference : 12660

(1873)

‎Lettre autographe signée du pape Pie IX‎

‎Lettre entièrement autographe signée du Pape Pie IX, adressée à une duchesse. Il félicite cette dernière pour son nouveau-né, le bénit et la remercie de ses voeux pourl'anniversaire de son élection au pontificat. "Mi rallegro colla mia Duchessa per bel fanciullo dato alla luce, come vostra altezza ha la bontà di annunziarni ed io lo benedico con una benedizione particolare ringrazio di more dell'interesse che Ella prende nella occasione anniversaria della mia elezione al sommo Pontificate [...]".‎

‎Encre brune sur feuillet double de papier filigrané "P.M Fabriano". Tranches dorées.. Destinataire : Une duchesse, "Altezza". Date : 12 juillet 1873. Lieu : Le Vatican . Format : In-4. Etat : Bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 1 p. ‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR750.00

‎Henri Dominique Lacordaire (le père) (1802-1861) Dominicain, l'un des plus brillants orateurs du XIXe, académicien (1860).‎

Reference : 11257

(1845)

‎Jolie lettre d'Henri Lacordaire‎

‎Belle lettre d'Henri-Dominique Lacordaire : "[...] Rien ne m'a été plus facile que d'entrer dans les raisons que vous l'exposer au sujet de l'oeuvre que j'avais pris la liberté de vous recommander. Vos occupations seules, si graves et si grandement accrues, auraient suffi bien audelà pour m'expliquer votre silence [...]". L'archevêque de Toulouse lui a proposé par l'intermédiaire de ses vicaires généraux la chaire "de son église métropolitaine". "Malheureusement cette invitation m'est tombée au moment où j'allais m'établir à Paris pour n'en plus sortir d'ici à longtemps, même à l'époque du Carême. Voici neuf années que je n'habite plus Paris [...]". Il disserte à propos du Carême, de ses conférences de Notre-Dame "dont je livrerai chaque année la suite à l'impression, et qui ne seront pas terminées avant cinq ou six ans. Dieu a béni [...] la publication du 1er volume, dont quatre mille exemplaires ont été vendus en moins de six mois. C'est une preuve que le public a faim et soif de ce genre de polémique, et je dois par conséquent m'y livrer avec plus de travail et de soins encore que par le passé [...]. Jean Cabanis fut maire de Toulouse du 3 janvier 1845 au 15 janvier 1847.‎

‎Encre brune sur double feuillet. Adresse au verso du second feuillet avec marques postales.. Destinataire : M. Cabanis. Date : 25 juin 1845. Lieu : Paris. Format : In-4. Etat : Pliures centrales, petit manque de papier par bris du cachet.. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 2 pp. 1/2‎


Jolie lettre d'Henri Lacordaire. Henri Dominique Lacordaire (le père) (1802-1861) Dominicain, l'un des plus brillants orateurs du XIXe, académicien ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR200.00

‎Jacques Nicolas Colbert (1655-1707) Fils du grand Colbert, archevêque de Rouen (1691-1707), il est élu à l'Académie française où il est reçu par Racine.‎

Reference : 12130

‎Jacques Nicolas Colbert, archevêque de Rouen, adresse ses condoléances‎

‎De Gatteville, Jacques Nicolas Colbert, archevêque de Rouen de 1691 à 1707 (et académicien), adresse sescondoléances : "Japprens avec un extreme deplaisir Monsieur, la perte que vous venez de faire. Je vous prie destre persuade que jy prens toutte la part que je dois et que personne nest plus veritablement que moy Monsieur vostre très humble et obeissant serviteur [...]".‎

‎Encre brune sur double feuillet de papier vergé filigrané.. Destinataire : "M. le P. gnal" [Procureur général]. Date : "25 avril". Lieu : Gatteville (Manche). Format : In-8. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 1 p.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR280.00

‎Jean-Philippe Roothaan (1785-1853) Supérieur général de la Compagnie de Jésus, il est reconnu comme le second fondateur de la Compagnie.‎

Reference : 12184

(1842)

‎Jan Philip Roothaan et les missionnaires jésuites de Calcutta‎

‎Lettre du père jésuite néerlandaisJean Philippe Roothaan,restaurateur de la Compagnie de Jésus. Elle est adressée au baron Antoine de Jessé (1792-1854), Président du Conseil central de la Propagation de la Foi, de1841 à sa mort, à Lyon. Beau document, évoquant lesmissionnaires jésuitesde Calcutta. Très intéressantelettre deJean Philippe Roothaan. Jessé demande à ce que les Nouvelles des Missions de l'Asie orientale ne paraissent dans le Journal Catholique de Calcutta "qu'après avoir été publiées dans les annales" ou du moins de "s'abstenir d'y insérer, comme pour une première publication, les lettres et lesrelations détaillées".Roothaans'engage à en avertir le Père Moré,supérieur actuel des Missionnaires de Calcutta [bordelais d'origine, il était également recteur du collège Saint-Xavier de cette ville]. Il ajoute "Je suis vraiment surpris qu'on n'ait pas regardé comme un devoirsacré de justice et de reconnaissance, d'envoyer au Conseil central le The Catholic Herald, j'espère qu'un pareil oubli ne tardera pas à être réparé. S. E. le Cardinal [Giacomo Luigi]Brignole a fait verser entre les mains du P. Chiereghini un nouvel acompte de la somme qu'il a été chargé de remettre pour nos missions [...]".‎

‎Encre brune sur feuillet double de papier vergé filigrané d'une coquille Saint-Jacques. Adresse au verso du second feuillet avec marques postales. Petite découpe de papier pour l'ouverture, sans manque ni atteinte.. Destinataire : Antoine de Jessé. Date : 14 février 1842. Lieu : Rome. Format : In-4. Etat : Bon. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre signée. Nombre de pages : 2 pp.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR250.00

‎Joseph-René Vilatte (1854-1929) Prêtre puis évêque français, non reconnu par le Vatican. Il fut également Grand maître de l'Ordre de la Couronne d'Épine. Il fonda nombre d'églises au Canada et aux États-Unis, où il vécut longtemps. ‎

Reference : 12230

(1893)

‎Vilatte, l'Ordre de la Couronne d'épines et les médisances papistes‎

‎Virulentelettre de ce très curieux et contesté personnage, Joseph-René Vilatte, rédigée de sa souple et ample écriture, adressée à Monseigneur Guy de Lusignan. "Je suis profondément chagriné de voir les mensonges qui sont publiés dans les journaux de Paris, au sujet de notre Saint Ordre. Mais je puis vous assurer que depuis que j'ai l'honneur d'être le grand maître de l'Ordre de la Couronne d'Epines, pas un seul français a été reçu dans l'ordre par moi". Il explique avoir refusé toutes les admissions des parisiens depuis 6 mois, contrairement à son prédécesseur, qui, ayant reçu des journalistes "jaloux les uns des autres", a généré les fameux mensongesrépétés dans les journaux de Paris. Il ajoute "la France est un pays romain, soumise au Pape de Rome, il suffit pour notre ordre de la couronne d'épines de refuser la bénédiction du Pape infaillible pour que les journaux français soient en harmonie avec le Pape de Rome pour maudire et mépriser les Ordres religieux qui sont catholiquessans être romain ou papiste [...]". Vilatte, curieux prêtre anglican, puis grand maître de l'Ordre de la Couronne d'Épine et consacré évêque à Ceylan, vivait alors aux États-Unis et s'occupait de l'Église Saint-Joseph de Walhain, dans le Wisconsin. Belle signature.‎

‎Encre noire sur feuillet double à lignes. En-tête tamponné aux armes de Vilatte, avec sa devise : Soli Deo honor et gloria. Chiffre gaufré "RVW".. Destinataire : Mgr Guy de Lusignan . Date : 29 décembre 1893. Lieu : Kewaunee, Wisconsin (Etats-Unis). Format : In-4. Etat : Bon, une petite tache.. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 4 pp.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR500.00

‎Kléber Haedens (1913-1976) Écrivain français, romancier, essayiste et journaliste.‎

Reference : 11871

(1975)

‎Belle lettre de Kléber Haedens‎

‎Belle lettre autographe signée de Kléber Haedens, adressée à l'Abbé Casy Rivière. "Je suis sensible à vos prières et je vous remercie du fond du coeurpour vos pensées. Vous ne vous êtes pas trompé. Je ne renonce pas à l'espérance. Votre texte sur Maritain est à la fois nourri et sensible. Les mots de René Hugues sur votre interview par Gavoty m'ont beaucoup touché. Je suis certain qu'il[s] traduisent exactement la vérité, l'émotion que vous avez su créer en allant bien au-delà de ces apparences où presque tout le monde s'arrête [...]". Il s'inquiète de la réception ou non de l'ouvrage Adios, malgré une adresse incomplète. Heureux d'avoir passé du temps à Lourdes, avecl'abbé Rivière, Haedens espère le revoir rapidement. Casimir dit Casy Rivière (1905-1987) prêtre hors-normefut l'ami deJacques Brel, Mauriac, Claudel, Camus ouMontherlant.‎

‎Encre noire sur papier filigrané "Rhodia".. Destinataire : Abbé Casy Rivière. Date : 6 novembre 1975. Lieu : S.l.. Format : Grand in-8. Etat : Bon . Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 2 pp.‎


Belle lettre de Kléber Haedens. Kléber Haedens (1913-1976) Écrivain français, romancier, essayiste et journaliste.
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR280.00

‎[Ligue - Manuscrit]‎

Reference : 16512

(1595)

‎Billet secret signé ‎

‎(19 x 20 cm) envoyé par Henry de Savoie (marquis de Saint Sorlin) à "Monsieur de Javercy, je vous prie in continant la présente veue de vous acheminer jusques ycy pour ce que je désire par vous fé entendre a ses messieurs avec quy fault traicter de la tresve chose que je ne veux escrire ne parles d’aulcune a fé concernant ce fait la que je ne vous aye parlé et demendes un passeport pour le sieur de Marolle quy vous asitera a la negotiation. M’asseurant que me feres ce plaisir et en vous atendant je demeure votre plus assuré et meilleur amy Henry de Savoie" (signature autographe). En post scriptum, de la main de Henry de Savoie : "Je vous prye sy vous aimes monsieur mon frère et moy de ne faire ny bruit ni rien que ie ne vous aie parlé. HS".‎

‎Nous sommes vers la fin de 1595 ; Charles Emmanuel de Savoie, duc de Nemours, vient d’être assassiné par empoisonnement ; son frère, Henry marquis de Saint-Sorlin, un des derniers chefs de la Ligue avec son frère utérin Charles de Lorraine duc de Mayenne, voudrait entamer des négociations avec Henri IV ; il charge François de Gauville, sieur de Javercy, capitaine des gardes du corps du duc de Nemours et homme de confiance des chefs de la Ligue, de mener les négociations qui aboutiront à l’accord de Folembray du 12 janvier 1596. Important document par lequel Henry de Savoie fait connaitre, et c’est la première fois, son désir de traiter avec le roi qu’il a combattu pendant plusieurs années. Le billet était replié tout petit (25 x 100 mm) avec le nom du destinataire : A Monsieur de Javercy. Port et assurance inclus pour tout envoi en France Métropolitaine (sauf mention contraire).‎


Billet secret signé . [Ligue - Manuscrit]
Librairie Ancienne Clagahé - Lyon

Phone number : 04 78 37 21 35

EUR950.00

‎Louis Thomas d'Aquin (1667-1710) Homme d'Église français,évêque de Fréjus puis évêque de Séez, dans l'Orne.‎

Reference : 10978

(1708)

‎Louis d'Aquin alerte Mme de Maintenon de l'état déplorable de l'évêché de Séez‎

‎Belle lettre de l'évêque de Séez (Sées), adressée à la très dévote Madame de Maintenon, dans laquelle il dresse un portrait alarmiste de l'état de son évêché. [...] come vous avez bien voulu Madame, avec cette bonté et cette sagesse supérieure que Dieu vous a donnée, entrer dans la connaissance de cette affaire, elle est devenue sacrée par moy ; et la religieuse délicatesse que je conserverai toute ma vie, pour toutes les choses, ou vous aurais touché, me persuade que je ne dois point répondre dans l'occasion présente, qu'après que j'aurai reçu sur cela vos volontés. Au reste, Madame, l'état de cette communauté est toujours aussi déplorable que vous l'avés connus et les causes de cette misère spirituelle et temporelle sont toujours les memes. [...]" La ville ornaisede Séez fut rebaptisée 'Sées' sur ordre du Premier ConsulNapoléon Bonaparte, après lacampagne d'Italie. En effet, la France comptait alors deux villes de Séez (lanormande et lautre, dans le duché de Savoie, conquis par l'armée française). Louis Thomas d'Aquin, devenu évêque de Séez en 1699, avait entamé des séries de visites desquelques 500 paroisses que comptait sonévêché, même des plus humbles, pour lutter contre l'indiscipline de son clergé et la corruption des paroissiens. Ces visites "leconduisirent dans des endroits où, de mémoire d'homme, on n'avait pas vu d'évêque". (Pierre Flament,Les moeurs des laïques au diocèse de Sèez sous lépiscopat de Monseigneur dAquin (1699-1710),In Revue d'histoire de l'Église de France, tome 41, n°137, 1955. pp. 235-281).‎

‎Encre brune sur papier vergé filigrané.. Destinataire : Madame de Maintenon . Date : 16/10/1708. Lieu : Séez, Orne. Format : In-folio. Etat : Pliure centrale, petites taches. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 2‎


Louis d'Aquin alerte Mme de Maintenon de l'état déplorable de l'évêché de Séez. Louis Thomas d'Aquin (1667-1710) Homme d'Église français,évêque de ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR400.00

‎Maurice Le Sage d'Hauteroche d'Hulst (1841-1896) Ordonné prêtre en 1865, il est le premier recteur de l'Institut catholique de Paris et prélat domestique. Il est député du Finistère en 1892.‎

Reference : 9999

(1891)

‎Onze lettres du fondateur de l'Institut catholique de Paris, Monseigneur d'Hulst.‎

‎Cette correspondance de Monseigneur Maurice Le Sage d'Hauteroche d'Hulst témoigne de ses nombreuses activités : recteur de l'Institut catholique de Paris, prêtre, député, etc. Il écrit en prélat, en enseignant, en ami. Ainsi, il répond à un journaliste du Figaro, qui lui demande de s'exprimer dans ses colonnes : « Il m'en coûte de refuser une chose si gracieusement demandée, je me mets à votre place et je comprends que vous la désiriez, dans l'intérêt de votre mission d'écrivain entendue au sens le plus élevé. Mais veuillez aussi vous mettre à la mienne. Les partis sont là qui me guettent. Je sais très bien ce que je pense sur la question, ma philosophie et ma théologie du pouvoir sont toutes faites. Je traiterai ces questions au Carême prochain à Notre-Dame. Mais si je dis dans le Figaro ce que je pense de la légitimité, je vais être fusillé à droite par la Gazette, à gauche par l'Univers. On dénaturera mes paroles, il faudra que je réponde, que je réplique. On n'a jamais fini avec les journaux ; par profession ils ont toujours le dernier mot. »‎

‎On joint deux papillons et deux enveloppes autographes. Certaines lettres sont à lentête de lArchevêché de Paris, dautres de la Chambre des Députés, dautres encore de lInstitut catholique.. Destinataire : A divers, dont le Comte de Geslin, un journaliste du Figaro, le Commandant Bigot des bataillons de Douaniers.. Date : 1876-1891. Lieu : Paris, Louville. Format : Divers. Etat : bon. Nombre de documents : 11. Type de document : lettres autographes signées. Nombre de pages : 16‎


Onze lettres du fondateur de l'Institut catholique de Paris, Monseigneur d'Hulst.. Maurice Le Sage d'Hauteroche d'Hulst (1841-1896) Ordonné prêtre en ...
Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR320.00

‎Michel Martin Drolling (1786-1851) Peintre néoclassique français. Il fut formé par son père,Martin Drolling et parJacques Louis David. Il fut lauréat duPrix de Rome,en 1810. ‎

Reference : 12422

(1814)

‎Le peintre Michel Martin Drolling raconte le retour de Pie VII à Rome‎

‎Lettre du peintre Michel Martin Drolling, adressée depuis Rome à son père Martin Drolling, dont il fut l'élève, avant de continuer son apprentissage dans l'atelier de Jacques Louis David.Drolling "fils" obtint le prix de Rome en 1810 puis restera àla villa Médicis, lAcadémie de France à Rome, de 1811 à 1816. Passionnantcourrier dans lequel Drolling relate précisément l'entrée du pape Pie VII dans Rome, après plusieurs années de captivité notamment à Fontainebleau. Orthographe fantaisiste. "[...] Je vais te donner des détails de cette journée mémorable. Je passerai seulement sous silence le détail des préparatifs immenses que l'on avoit fait pour le recevoir carce seroit trop long. Lorsque le pape fût arrivé à Ponte Molle [Pont Milvius] qui est à une petite lieue de la ville il quitta la voiture et les habits de voyage. Il prit les habits pontificaux et monta dans la voiture dont le roi d'Espagne lui avoit fait présent, laquelle fut trainé depuis Ponte molle jusqu'à son palais par 64 bourgeois de la ville divisée en deux bandes qui se relayaient tour à tour. Il étoit précédé de tout le clergé des cardinaux des prélats & et puis des généraux et ambassadeurs autrichiens et anglais [...]". A son arrivée, tous les clochers résonnèrent et "toute la ville retentit d'un cri d'allégresse". Le pape pria et se retira dans son palais de Monte-Cavallo (le palaisdu Quirinal). "Je me trouvai dans un instant entouré de toute la lie du peuple le plus effréné qui crioit sans discontinuer : Viva il papa, accidents ai giacobini. Vive le pape, malheur aux jacobins. Malgré cela il n'est rien arrivé de fâcheux. L'on avait eu la précaution d'emprisonner quelques jours avant, tous ceux qui avoient contribué à l'enlèvement du pape parmi lesquels se trouvent plusieurs princes [...]".Drolling décrit le formidable enthousiasme lors de l'arrivée de Pie VII à Saint-Pierre, les mouvements de foule, les illuminations aux fenêtres dans la ville, puis les actions du pape les jours qui suivirent. À la fin se son courrier,Drolling mentionne le manque d'argent des pensionnaires de l'Académie "nous sommes obligés de vivre d'emprunts" et ajoute "On dit que M. David est partit pour Rome quand tu m'écriras dis moi si cela est vrai, écris moi, écris moi écris moi".‎

‎Encre brune sur feuillet double de papier vergé filigrané. Adresse au verso du second feuillet avec marques postales.. Destinataire : Son père, le peintre Martin Drolling. Date : 29 mai 1814. Lieu : Rome. Format : In-4. Etat : Bon. Manque de papier par bris du cachet, avec petite atteinte au texte.. Nombre de documents : 1. Type de document : lettre autographe signée. Nombre de pages : 3 pp.‎


Traces Ecrites - Paris

Phone number : 01 43 54 51 04

EUR650.00
1 2 Next Exact page number ? OK
Get it on Google Play Get it on AppStore
Search - Catholicism; Autograph

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !