4 books for « Bibliophilism »Edit

Sort by

‎BOURGEOIS (Emile)‎

Reference : 017965

(1896)

‎LE GRAND SIÈCLE. LOUIS XIV - Les Arts - Les idées. D'après Voltaire, Saint-Simon, Spanheim, Dangeau, Madame de Sevigné, Choisy, La Bruyère, Laporte, Le Mercure de France, La Princesse Palatine, etc.‎

‎Paris Librairie Hachette et Cie 1896 Un volume grand in-4 (22 x 32cm) de XVI-483 pp. Reliure éditeur, demi-maroquin à coins rouge, dos à nerfs orné du nom, du titre, de pointillés et de caissons dorés, double filet d'encadrement sur les plats, tête dorée, dos et couvertures conservées. (salissure et tâches sombres au bas du premier plat, volume un peu frotté, présence de rousseurs sur les tranches et sur les feuillets dans les marges). Très nombreuses gravures en noir & blanc dont 22 en hors-texte. Un des vingt exemplaires sur papier de chine numérotés (n° 18)‎


Aparté - Pézenas

Phone number : 33 04 67 98 03 04

EUR175.00

‎FENELON‎

Reference : 015847

(1885)

‎Méditations et réflexions pieuses, précédées d'une introduction par le R. Libercier, avec une lettre d'approbation de Mgr l'Archevêque de Bordeaux‎

‎Paris Gruel et Engelmann 1885 in-8 étroit (8 x 16cm), plein maroquin aubergine (reliure signée Gruel en queue), dos à nerfs orné de l'auteur, du titre et d'initiales frappés en or, plats ornés de motifs estampés à froid, filets dorés sur les coupes, chaînette et filets dorés sur les contre-plats, tranches décorées sous or, date frappée en or en milieu de garde, signet, (11), IV-XXVI, (2), 339, (2), 37pp. (frottis à la reliure). Frontispice et faux-titre gravés. Bandeaux, lettrines et cul-de-lampe. Dédicace manuscrite en page de garde. Magnifique exemplaire établi par GRUEL et imprimé par JOUAUST sur papier de Hollande.‎


Aparté - Pézenas

Phone number : 33 04 67 98 03 04

EUR150.00

‎GIDE, André‎

Reference : YQV-130

(1902)

‎L’IMMORALISTE‎

‎Le faux-titre porte un envoi autographe signé de l’auteur à Octave Mirbeau. ‎


‎Paris, Société du Mercure de France, 1902 In-12 (167 x 107 mm) de 257-[3] pp. ; bradel demi-maroquin bleu-nuit avec coins, couverture conservée (sans le dos), non rogné, tête dorée (Paul Vié). Édition originale. Elle a été tirée à 300 exemplaires, tous sur vergé d'Arches. Le chef-d’œuvre romanesque de Gide, « d'une lumineuse cruauté » (Charles du Bos). « Bien accueilli par la critique, le livre, s'il ne conquit pas à Gide la grande notoriété que lui vaudraient plus tard La Porte étroite et Les Caves du Vatican, consacra son originalité et sa maîtrise aux yeux du public lettré » (En français dans le texte). Plus tard, le régime de Vichy accusa L'Immoraliste, non seulement l'ouvrage mais l'auteur ainsi surnommé, d'avoir corrompu la jeunesse. « Le succès précédent de Gide, Les Nourritures terrestres, eut plus d'influence sur la jeunesse, mais il est somme toute vague et sirupeux. Ici les tendances destructrices implicites dans l'obsession païenne du corps, l'homosexualité latente que le désert fait ressortir, sont annonciatrices de certains aspects de sa propre vie, si profondément modifiée par sa rencontre avec Wilde et Douglas » (Cyril Connolly. Envoi autographe signé de l’auteur à la plume, sur le faux-titre : À Octave Mirbeau, en cordial hommage André Gide. Attentives, prudentes, discontinues, mais jamais interrompues et empreintes d’une admiration mutuelle – en dépit des différences artistiques et de caractère –, les relations entre Octave Mirbeau et André Gide s’épanouirent au tournant du siècle et connurent leur pic justement à l’époque de la publication de L’Immoraliste. C’est grâce à un retentissant article dans le Figaro du 24 août 1890 que Gide lit La Princesse Maleine de Maeterlinck. La même année, il fait à ses cousines la lecture du Calvaire de Mirbeau, mais en « censurant » les passages qu’il jugeait trop osés. Gide s’intéressait aux questions sociales qui obsédaient Mirbeau, lequel n’était pas indifférent à la vague symboliste qui envahissait alors les lettres par l’entremise des petites revues. Tous deux furent des admirateurs (et des préfaciers) de La Faim de Knut Hamsun, dont la tonalité antibourgeoise et vitaliste les enchantait ; tous deux partageaient un dreyfusisme sincère. Autant de proximités, d’affinités et de « différences électives » qui maintenaient une sorte de champ magnétique entre les deux écrivains. Dès la publication de son premier livre, Gide adressera régulièrement un exemplaire dédicacé de ses ouvrages à son influent confrère. Si la phase « individualiste » et sensuelle de l’écriture gidienne, qui débute en 1893 avec son premier voyage en Algérie et l’affirmation de son homosexualité, éloigne pour un temps les deux écrivains, la crise de l’éthique conquérante exprimée dans Les Nourritures terrestres et l’élaboration de L’Immoraliste rapprochent à nouveau Gide de Mirbeau. Le premier continuera cependant à critiquer en privé les livres du second, et ce n’est qu’avec la publication en 1903 de la fameuse pièce-brûlot de Mirbeau, Les Affaires sont les affaires, qu’une entente (presque) cordiale laissera la place à une véritable estime. Quant à Mirbeau, il fera l’éloge de Gide et de L’Immoraliste lors d’une interview au journaliste Vauxcelles publiée le 8 août 1904 dans Le Matin : « Citez-moi, dis-je enfin, des "jeunes" intéressants, originaux. Octave Mirbeau me loua vivement L’Immoraliste d’André Gide, "admirable livre dont on n’a pas parlé". » Agréable exemplaire, sobrement relié à l’époque par Paul Vié, qui cédera son atelier en 1907. Dos de la reliure en partie reteinté. Provenance : Octave Mirbeau, 1848-1917 (envoi). ‎

Librairie Métamorphoses - Paris

Phone number : 0660877546

EUR3,000.00

‎MONTAIGNE, Michel de‎

Reference : YQV-127

‎Journal de voyage de Michel de Montaigne en Italie, par la Suisse & l'Allemagne, en 1580 & 1581 ; avec des Notes par M. de Querlon‎

‎Exemplaire en veau glacé portant les pièces d'armes des Rohan-Chabot.‎


‎Paris, Le Jay, 1774 In-4 de 1 portrait, 4 ff.n.ch., LIV, 416 pp. ; veau fauve glacé, dos à nerfs, compartiments ornés de fleurons et fers d'angle, pièces d'armes dans les angles des plats (macle et chabot alternés), roulette intérieure, deux filets sur les coupes, tranches rouges (reliure de l'époque). LUXUEUSE EDITION, LA PREMIERE DANS LE FORMAT IN-4, PARUE L'ANNEE DE L’ORIGINALE. Elle est ornée en frontispice d'un portrait gravé par Saint-Aubin : cette reprise de la gravure de Nicolas Voyer (1771) permit de diffuser largement l'image d'un Montaigne « au chapeau ». Le manuscrit original du Journal du voyage en Italie, que son auteur ne destinait pas à la publication mais conservait à son seul usage, fut oublié pendant près de deux siècles. Il ne fut retrouvé dans un coffre au château de Montaigne, par l'abbé Prunis, qu'en 1770. L'éditeur parisien Le Jay confia la tâche de l'éditer à Anne-Gabriel Meunier de Querlon, gardien des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, qui dédia le livre à Buffon. Quatre éditions virent le jour en 1774. La première fut imprimée en deux volumes in-12. Peu après parurent une édition in-quarto, puis une édition en trois volumes au format in-12. Une quatrième, enfin, vit le jour en deux volumes in-12, mais amputée du texte italien. Le Jay choisit Rome comme adresse fictive d'édition, sans doute pour souligner le caractère italien du journal. Complément du maître-livre de Montaigne, le Voyage est même « un essai plus vrai que les Essais » (Paul Faure, préface à l'édition de 1948). De plus, par un coup du destin, le manuscrit autographe ayant disparu peu de temps après sa découverte, l'édition de 1774 représente le seul texte « original » à la disposition des lecteurs. « Le cul sur la selle » à travers l'Europe. Le Journal du voyage en Italie, rédigé pour partie en français et pour partie en italien, a été tenu lors du voyage entrepris par Montaigne juste après qu'eut paru la première édition des Essais : dix-sept mois d'un périple au gré de l'humeur, du 22 juin 1580 au 30 novembre 1581, interrompu par la nomination de l'auteur comme maire de Bordeaux. Fuyant la routine d'une vie de gentilhomme campagnard, Montaigne s'ennuie du monde et de ses tracas. Aussi va-t-il, « par gambades », « promener sa philosophie » comme l'écrit joliment le préfacier, Meunier de Querlon. Le voyage devait nourrir le livre III des Essais : « Le voyager me semble un exercice profitable. L'âme y a une continuelle exercitation à remarquer les choses inconnues et nouvelles ; et je ne sache point meilleure école, comme j'ai dit souvent, à former la vie que de lui proposer incessamment la diversité de tant d'autres vies, fantaisies et usances, et lui faire goûter une si perpétuelle variété de formes de notre nature. (…) 'Vous ne reviendrez jamais d'un si long chemin !' Que m'en chaut-il ! Je ne l'entreprends ni pour en revenir, ni pour le parfaire. » Montaigne écrivain italien ? Une grande partie du Journal – environ 30 % du texte – a donc été rédigée directement en italien par Montaigne. Cette langue traitée de façon cavalière, à la fois expressive et savoureuse, ce style vif et heurté ont suscité de nombreux commentaires et analyses (Louis Lautrey, Charles Dédéyan, Aldo Rosellini, etc.), mais seule Fausta Garavini a su « restituer à l'italien de Montaigne sinon une pureté du moins une normalité qu'on lui déniait jusque-là, en replaçant ses prétendues "erreurs" ou "libertés" dans le contexte linguistique très fluide de l'époque » (François Rigolot, Journal de Voyage de Michel de Montaigne, 1992, préface, p. xxiv). Est-il légitime d'affirmer – en renversant une réflexion de Gilles Deleuze sur l'écrivain habitant en étranger sa propre langue – que Montaigne n'a jamais été davantage lui-même, dans le Voyage, que lorsqu'il a écrit en Italien ? Si l'écrivain, comme dit Proust, « invente dans la langue une nouvelle langue, une langue étrangère en quelque sorte » (Deleuze), l'italien de Montaigne constitue, dans le contexte problématique du Voyage – deux auteurs, deux scripteurs, deux langues – un témoignage littéraire et psychologique exceptionnel, car il restitue la « voix » de Montaigne en même temps que son plaisir de communiquer, « plus important que celui de montrer sa maîtrise en un "languaige estrangier"... La correction de la langue est bonne pour les pédants : rien ne lui est plus étranger » (F. Rigolot). Regarder, rêver, "essayer"… On retrouve la même créativité chez le "touriste" Montaigne. Jean-Marc Chatelain a brillamment analysé l'usage que Montaigne fait de la toponymie et de sa puissance d'évocation. Il s'agit moins de « produire une raison étymologique que de faire affluer, par le seul fait de nommer le lieu, une mémoire de l'Antiquité qui prend la forme d'un sentiment poétique plutôt que d'un principe de connaissance. Comme tout lettré de la Renaissance faisant le voyage d'Italie, Montaigne accorde beaucoup d'attention aux vestiges antiques dans les régions qu'il visite ; mais on a aussi remarqué que cette attention est comme négligente et qu'il ne s'attache pas à déchiffrer exactement les inscriptions qu'il relève et à les fixer dans un savoir : sa mémoire de l'Antiquité n'est décidément pas celle des 'antiquaires', qui enregistrent, vérifient, établissent. Elle est bien plus de l'ordre d'une rêverie, d'un vagabondage de l'esprit le long duquel les vivants peuvent lier avec les morts une impossible et fantastique "accointance". Sur les lieux qu'ont fréquenté les Anciens, Montaigne ne traque pas une connaissance, il se dispose à l'émotion que procure l'imagination du passé... Il resterait à savoir s'il n'est pas loisible de deviner dans cet art discrètement mélancolique de voyager la forme plus générale d'un rapport à la culture qui nourrit jusqu'à l'écriture même des Essais, dans l'usage qui y est fait des citations ». Cet exemplaire a vraisemblablement fait partie de la bibliothèque de Guy-Auguste de Rohan-Chabot (1683-1760) – ce même Chevalier de Rohan qui fit bastonner et embastiller Voltaire en 1726 –, avant de passer dans celle de son fils, Louis-Antoine de Rohan-Chabot (1733-1807), correspondant de Madame du Barry et personnalité de l'Émigration. Les exemplaires du Journal du voyage de Montaigne en belle reliure du temps et dotés d'une provenance significative sont rares. Cachet anciennement gratté sur le titre, épidermures peu prononcées sur les plats, habile restauration à la coiffe supérieure. Références : Desan, nº 111 : « En accord avec le goût bibliophilique du XVIIIe siècle, le format in-4 est considéré comme le plus désirable ». – Lacouture, Montaigne à cheval, 1996, pp. 193-225 : « L'érudit s'est fait philosophe, le retraité combattant. La déambulation cavalière à travers la Rhénanie, la Suisse, la Bavière, le Tyrol et les Italies aura contribué à accoucher le Montaigne qui va agir sur l'histoire de son temps »). – J.-M. Chatelain, "Noms de pays : l'Italie de Michel de Montaigne", in Poètes, princes & collectionneurs. Mélanges offerts à Jean Paul Barbier-Mueller, Genève, 2011, pp. 351-366). ‎

Librairie Métamorphoses - Paris

Phone number : 0660877546

EUR8,000.00
Get it on Google Play Get it on AppStore
Search - Bibliophilism

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !