18 books for « Librairie Philippe Sér... »Edit

‎(2) ‎

Reference : 51414

(1540)

‎Ordonnances du trèschrestien Roy de France, Françoys premier de ce nom, réduictes par tiltres & articles & ordre selon les matières, ordonnées estre gardées & observées en ces pays de Provence, Forcalquier & terres adjacentes : selon & en ensuyvant la réformation par luy faicte sur le faict de la justice desdictz pays, lan mil cinq cens trente cinq. Avec aussi les taux moderations sallaires & émolumens deuz aux greffiers du parlement, advocatz peureurs & sigillifères, des lieutenans des juges ordinaires ensemble & aussi des huyssiers & sergens & aultres gens de justice. Donné à Compienne le XVII jour doctobre l'an M.D.XXXIX. Avec l'ordonnance des bailliages & seneschaulsées. Le grand arrest donne touchant la confirmation de la justice. La modération des amendes de douze vingt livres en cas d'erreur par articles. Item plusieurs constitutions observées en praticq. journellement audict pays de Provence. La confirmation du Roy touchant la réduction des notaires & sergens en certain nombre. Edict sur la réformation de la justice en son pays de Marseille. La forme de pceder aux pces criminels. Et plusieurs arrestz donnez par le Roy nre sire & son parlement à cause desdictes choses et aussi à cause appellations ressortissans audict parlement des juges royaulx & aultres inférieurs tresutiles à toute gens de practique par tout le royaume de France.‎

‎S.l., 1540, [Avignon, Jean de Channey, 1536], in-4 de 105 ff. en ch. romains-9 ff. n.ch. (table des matières), caractères gothiques ; pleine basane moderne, genre ancien, dos à nerfs, dos et plats ornés à froid. -7 ff. courts de marge sup., avec très lég. atteinte du titre courant pour 4 d'entre eux ; rousseurs éparses.‎


‎Baudrier X-303 ; Rép. biblio. des livres imprimés en France au XVIe, I-pp.244-45 : 50 ; Pansier, Histoire du livre et de l'imprimerie à Avignon du XIVe au XVIe siècle II-pp. 75-76.Très rare impression gothique avec de jolies lettres ornées et un titre dans un encadrement à décor architectonique, de Jean de Channey, l'un des principaux imprimeurs avignonnais du XVIe siècle. Il exerça son art de 1513 à 1536."Dernier ouvrage daté sorti des presses de Jean de Channey []. L'explicit porte la date d'août 1536, tandis que le titre est daté de 1540. Pour des raisons inconnue, l'ouvrage serait resté en magasin, et le titre aurait été imprimé en 1540 après la mort de Jean de Channey par son fils Bernard pour pouvoir vendre le volume." (Pansier II-pp. 75-76).Recueil d'actes législatifs fondamentaux de François Ier, concernant les institutions judiciaires de la Provence au début du XVIe siècle. Il comprend, entre autres : L'ordonnance d'Is-sur-Tille, d'octobre 1535 (ff. 2 à 74) ; L'édit de Joinville de septembre 1535 (ff. 74 à 79) ; L'érection du parlement de Provence par l'édit de juillet 1501 et sa confirmation par lettres patentes de Grenoble du 26 juin 1502 (ff. 88 à 93).En 1534, "la Provence est unie à la couronne de France depuis plus de cinquante ans. Le gouvernement royal n'a cessé de s'occuper des affaires provençales ; mais les institutions du pays ont toutes été maintenues et respectées ; pendant ce demi-siècle, une seule innovation importante : la création du Parlement, dans lequel les Provençaux ont pu voir la reprise de l'uvre de Louis II. Mais ce parlement est présidé par des magistrats étrangers tout dévoués au roi, ses membres sont directement nommés par le souverain ; le jeu même de cette institution importée donne au roi l'occasion d'intervenir fréquemment dans le fonctionnement de la justice : il fait le meilleur accueil aux doléances formulées par les Etats en cette matière, et son gouvernement songe à ramener la justice provençale aux formes communes, -surtout à détruire le grand sénéchal.- [] Il nomme une commission composée d'abord de Denis Poillot, président au parlement de Paris, Jean Feu, président au parlement de Rouen et Nicolas Dupré, seigneur de Passy, maître des comptes à Paris, auxquels fut adjoint Durand de Sarta, conseiller au parlement de Toulouse. Le président Poyet, du parlement de Paris, -le futur chancelier de France-, y remplaça Denis Poillot, à la fin de 1534.Les commissaires firent plusieurs voyages en Provence.Leur enquête commença le 1er mai 1534. Leur premier rapport sur l'état de l'administration et de la justice en Provence fut prêt le 17 juillet de la même année.La réforme fut ensuite préparée et instruite dans les formes de la procédure judiciaire et soumise au jugement d'un véritable tribunal composé de présidents, de conseillers du parlement et de maîtres des comptes de Paris, qui formulèrent leurs avis et leurs observations. Le tout fut transmis au Conseil privé pour décision.Les résultats de ces travaux furent consignés en deux actes fondamentaux : l'édit signé à Joinville dans les tout premiers jours de septembre 1535, et l'ordonnance d'Is-sur-Tille, d'octobre suivant.Le rapport qui existe entre ces deux textes est analogue à celui qui, dans la législation moderne, unit la loi et le décret portant règlement d'administration publique : l'une fixant les principes, l'autre déterminant les détails et les modes d'application. []Tel qu'il est, avec le mélange singulier de ses dispositions d'ordre général et de ses prescriptions particulières d'intérêt très secondaire, l'édit de Joinville est, pour la Provence, le monument le plus considérable et le plus original de la législation de la monarchie." (R. Busquet, Encycl. des Bouches-du-Rhône III-pp. 340-341)."Le grand sénéchal perd, à partir de la "Réformation", ses droits sur la justice souveraine ; il devient simplement le chef des juges subalternes. Mais, et ceci est une conséquence que le roi n'a pas prévue, le Parlement prétendra être l'héritier des prérogatives que ce grand personnage a perdues et, jusqu'à l'aube de la Révolution, il se considérera comme le successeur des droits qu'avait celui-ci, aussi bien avant qu'après l'annexion de la Provence à la couronne de France.La cour souveraine est donc la principale bénéficiaire de la réforme. Elle reçoit les appels des sentences prononcées par les lieutenants général et particuliers du sénéchal. Elle juge tous les cas en dernier ressort, tout en conservant sa compétence en première instance définie par les édits antérieurs. Il lui est interdit, toutefois, de se mêler des affaires financières. Toutes ces prescriptions sont complétées par l'ordonnance d'octobre 1535, qui est à la fois, comme le dit si bien M. Busquet, "un code de procédure et l'équivalent d'un de nos règlements d'administration publique rédigés en vue de l'application d'une loi".Beaucoup plus étendue que l'édit de Joinville, elle a pour but, dit le préambule, de donner satisfaction aux plaintes des Provençaux, qui "avoient par cy-devant soustenu grands travaux, peines, despenses et fraiz inutiles, sans encore pouvoir avoir justice à cause dudit désordre y estant, tant pour la cause des officiers, que aussi pour la prolixité des procez qui estoient si très mal conduits et démenez, que justice y estoit immortelle".L'ordonnance contient les prescriptions les plus minutieuses sur les devoirs des magistrats, des avocats, des procureurs, des greffiers ; sur le recrutement des magistrats, la tenue des audiences et enfin sur certaines règles de la procédure civile et criminelle." (Wolff, La vie des parlementaires provençaux au XVIe siècle, pp. 3 et 4).Par sa grande "Réformation de la justice en Provence" de 1535, qui tient essentiellement dans l'édit de Joinville et l'ordonnance d'Is-sur-Tille, "le gouvernement de François 1er accomplit en Provence, comme dans tout le royaume, son uvre de centralisation et d'unification []. En définitive, le personnage du grand sénéchal, dont les origines et les pouvoirs dataient de la période antérieure à l'union, a été supprimé dans le gouverneur. Celui-ci n'exerce plus qu'une charge de représentation et des attributions de commandement militaire. Dès lors, l'autorité réelle, la direction de l'administration et de la justice passent d'Aix à Paris : l'édit de Joinville a porté un coup mortel à l'autonomie provençale.Mais, s'il est contraire à l'esprit de la Constitution, s'il détruit même des privilèges depuis longtemps acquis à la Provence (par ex., le droit des Etats de "faire statutz et ordonnances", supprimé par l'article 34), l'édit est entré, par un enregistrement régulier, dans la législation du pays. Les formes ont été respectées." (Raoul Busquet, Encycl. des Bouches-du-Rhône, p. 290). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR3,000.00

‎(2) MARGALET (Claude).‎

Reference : 50235

(1559)

‎Statuta aquensis curiæ submissionum, ac forma in ea agendi copiose tribus livris tractata. Trium librorum materia sequens pagina aperte tibi paucis indicabit.‎

‎Impressum Avenione apud Mathæum Vincentium Typographum, 1559, pet. in-4 de 319-(29) pp. ; plein vélin moderne, genre ancien. -Travail de vers dans la marge sup. (bord sup.) des 20 premiers ff. sans atteinte du texte, habilement restauré avec du papier ancien ; mouillures claires marginales sur une quarantaine de ff., atteignant lég. le texte sur une dizaine de ff. (sans gravité).‎


‎Edition originale. Très rare.Pansier II-166; Rép. biblio. des livres imprimés en France au XVIe siècle I-259: 3 ; Pellechet, Notes sur les imprimeurs du Comtat venaissin, p. 93.Pansier nen connaissait pas dexemplaire, il ne le mentionnait que daprès Massilian (n° 2503 de la B.M. dAvignon) et les catalogues des bibliothèques Ch. Cottier (n° 83) et Ch. Giraud (n° 857) ; manque à la Bibliothèque Calvet d'Avignon.Les impressions de Mathieu Vincent sont peu nombreuses: on en connaît trois entre 1557 et 1559. La rareté des "Statuts de la Cour des soumissions" est probablement due à la faillite de cet imprimeur, survenue en 1559."Une dernière forme de contrôle ratione materiae peut être évoquée, celle portant sur les lettres de clameur. En exception à la règle d'ordre public selon laquelle les parties ne peuvent désigner d'elles-mêmes l'ordre des juridictions, il était alors possible en matière contractuelle, d'établir par un acte sous seing privé passé devant un notaire obligatoirement provençal, que les voies d'exécution relèveront de la juridiction de la chambre des Soumissions, nouvelle appellation donnée par l'édit de mars 1554 à l'ancienne Chambre rigoureuse. Dans le cadre limité des dettes d'argent, le créancier demande au greffe de cette juridiction des lettres de clameur, qui valent jugement, permettant la confiscation des biens du débiteur défaillant, car "l'obligation est considérée comme une condamnation à laquelle la partie elle-même s'est soumise". Cette juridiction était particulièrement défavorable au débiteur, notamment par la possibilité de procéder à la contrainte par corps et par le paiement d'une lourde amende, appelée le droit de latte." (Le Parlement de Provence 1501 - 1790. Actes du colloque d'Aix-en-Provence, 6 et 7 avril 2001, p. 159). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR1,500.00

‎(Concile de Trente) CHARLES IX.‎

Reference : 55196

(1563)

‎Petitiones Caroli Noni galliarum regis christianissimi nomine factae, ab illustrissimis oratoribus in concilio tridentino.‎

‎Patavii, Apud Christophorum Cryphium, 1563, petit in-4 de 4 ff. n.ch. ; demi-percaline bradel XXe. -Très bel exemplaire.‎


‎Exigences gallicanes de Charles IX lors du Concile de Trente (1562-1563).Rare. Le CCFr. et l'U.S.T.C. ne localisent qu'un seul exemplaire en France, celui de la B.N.F..Au début de l'année 1563, les ambassadeurs de France présentent au Pape les 34 articles de réformation voulus par Charles IX.Après lecture, le Pape estima que ces articles visaient à saper l'autorité religieuse : il adressa un courrier à Charles IX pour lui indiquer qu'il souhaitait que le concile prît en compte une partie seulement de ces articles. Le Pape adressa ces 34 articles au concile : ils furent au centre de violents débats. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR600.00

‎(Droit romain.) VAN WESENBEKE (Mathieu).‎

Reference : 56824

(1579)

‎Matthaei Wesenbecii in Pandectas juris civilis et codicis Justinianei, Lib. IIX commentarii. Hi quidem nunquam antea editi: illi vero sub Paratitlorum nomine iam saepius, ob diligentem recognitionem & insignem accessionem novis similes prodeunt. Cum indice gemino.‎

‎Cum privilegio Caesareo ad sexenniumn Regio ad quinquennium. Basileae, Par Eusebium Episcopium, & Nicolai fr. haeredes, 1579, 2 parties en 1 vol. in-folio de (8)-3896-(19) pp. (Index)-1 f. blanc-(2) pp. et (2)-82-(7) pp. (Index)-1 p. blanche ; plein vélin usagé de l'époque, important manque de peau sur le dos (un caisson), manques de peau sur les coupes, plats tachés. -Mouillures marginales sur l'ensemble des ff. atteignant parfoiis lég. le texte, ff. lég. roussis, rousseurs éparses, petites taches d'encre sur 5 ff.‎


‎2e édition (E.O. : 1576).U.S.T.C. 675328 ; V.D. 316-W-2161 ; Van Bemmel, Patria Belgica, p. 98.Van Wesenbeke, originaire des Flandres, fut l'élève de Gabriel Mudee avant de devenir docteur en droit à Iena en 1558, puis professeur de droit romain à Wittenberg."Comme Mudee, il unissait dans son enseignement les humanités au droit et il s'affranchissait de l'abus de citations. On remarquait à Iena comme une grande nouveauté qu'il donnait les Institues rapidement, in transcursu, au lieu de les allonger par la glose et la glose de la glose. Il avait été séduit durant un séjour à Paris par le logicien Pierre Ramus [...]. Wesenbeeck appliqua avec succès la méthode de Ramus à la jurisprudence ; l'Allemagne a suivi jusque bien avant dans le siècle passé cette méthode qui procède rigoureusement et mathématiquement [...]." (Van Bemmel).On a relié au début de l'ouvrage la première partie de : CUJAS (Jacques). Paratitla in libros IX codicis Justiniani repetitae praelectionis. Ad nobilissimum longeque omnium jurisperitorum praestantissimum D. Paulum de Foix, consiliarium sanctioris intimiq. consessus christianissimi regis. Parisiis, Apud Sebastianum Nivellium, 1583, (16)-235 pp.. La seconde partie de 84-(6) pp. manque. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR350.00

‎(Droit.) GARRAULT (François).‎

Reference : 57137

(1590)

‎1) Sommaire des édicts et ordonnances royaux concernant la Cour des monnoyes, & officiers particuliers d'icelles : ensemble les changeurs, orfèvres, joailliers, affineurs, tireurs, batteurs d'or & d'argent, & autres respondans justiciables de ladite Cour. Reveu & augmenté par l'autheur.‎

‎Tours, Jamet Mettayer, 1590, 8-82-(3) pp. ; (suivi de). -2) Mémoires et recueil des nombres, poids, mesures, et monnoyes anciennes & modernes des nations plus renommées, rapport & conférence des unes aux autres : avec une réduction aux Royales de la France, qui sont en usage en la ville de Paris. Paris, Jamet Mettayer, & Pierre L'Huillier, 1595, (4)-40 feuillets ; soit 2 ouvrages en 1 vol. in-12 ; plein veau XIXe, dos à nerfs orné, triple filet doré en encadrement sur les plats, dentelle dorée intérieure, coiffe sup. arrachée, coins très lég. ém..‎


‎Ex-libris manuscrit, daté de 1612, de Gaspard Froment, professeur de droit à l'université de Valence, dont la bibliothèque était célèbre.F. Garrault, général en la Cour des monnaies, puis trésorier de France, participa notamment avec Malestroit aux états généraux de l'économie convoquées par Henri III pour trouver une solution au renchérissement du coût de la vie.1) 2e édition (E.O. : 1582).Labarre, Répertoire biblio. des livres imprimés en France au XVIe siècle, Tours, n° 83.C'est un recueil d'ordonnances royales sur les monnaies de 1414 à 1584.2) Première édition sous ce titre. L'ouvrage avait paru en 1576 sous le titre Les recherches des monnoyes, poix et manières de mesurer.L'ouvrage est une histoire des monnaies et des mesures depuis l'Antiquité, et donne les tables de conversion. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR500.00

‎(Lyon) ‎

Reference : 56030

(1571)

‎Discours sur l'espouvantable et merveilleux desbordement du Rosne dans & à l'entour de la ville de Lyon, & sur les misères & calamitez qui y sont advenues.‎

‎Paris, Au Mont S. Hilaire à l'enseigne du Pélican [Hier. de Marnef], 1571, in-12 de 16 pp. ; cartonnage bradel moderne. -Mouillures marginales sur l'ensemble des ff., ff. lég. roussis.‎


‎2e édition parue l'année suivant l'originale, imprimée à Lyon en 1570.Monfalcon, Histoire de la ville de Lyon, II-p. 683."Le samedi 2 décembre 1570, une inondation extraordinaire menaça Lyon d'une ruine complète : le temps était sombre et nébuleux ; il avait plu beaucoup. Pendant la nuit une crue énorme et soudaine du Rhône se déclara ; jamais, de mémoire d'homme, pareil débordement n'avait été vu. A onze heures du soir le fleuve et la rivière s'étaient réunis sur la place des Jacobins ; toute la plaine était inondée à une distance immense, et laGuillotière entière était sous les eaux. Grand nombre de maisons s'écroulèrent ; quelques personnes périrent dans les villages submergés ; quantité de bétail, des arbres, des lits, des objets mobiliers de toute sorte furent entraînés par les flots. On parla quelque temps de cette inondation terrible ; mais de plus grands malheurs la firent bientôt oublier." (Monfalcon).Cette brochure sur Lyon a été réimprimée dans les Archives nouvelles du Rhône, I-p. 20. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR450.00

‎(Militaria) LIPSE (Juste).‎

Reference : 54293

(1598)

‎De militia romana libri quinque, commentarius ad polybium. Editio nova, aucta varie & castigata.‎

‎Antverpiae, Ex Officina Plantiniana, Apud Joannem Moretum, 1598, 2 parties en 1 vol. in-4 de 366 pp. + 1 pl. dépl. h.t. et XXIX-(5) pp. ; plein veau XVIIe, dos à nerfs orné, double filet et fleuron au centre des plats, coiffes et partie des charnières habilement restaurées. -Illustrations in-texte sur 17 pages.‎


‎La seconde partie contient : Analecta sive observationes reliquae ad militiam et hosce libros. Antverpiae, Ex Officina Plantiniana, Apud Joannem Moretum, 1598.2e édition revue et corrigée, tirée à 1500 exemplaires (E.O. : 1595).V. Berlincourt, Commenter la Thébaïde (XVIe-XIXe siècles), pp. 543-545 ; L'art de la guerre de Machiavel à Clausewitz n° 21 ; Bibliotheca Belgica III-L 370.Lipse associe l'étude de l'art militaire antique à une réflexion critique sur l'état des armées contemporaines. Le De militia romana est un commentaire de nombreux extraits de Polybe, qui donne à Lipse le rôle de l'expert. "Le rapprochement avec le présent est ostensible dans le dernier développement [...] consacré à une comparaison qui aboutit à une sévère critique des pratiques militaires modernes. Le De militia aura une influence directe sur les réformes entreprises par le Prince d'Orange, Maurice de Nassau, pour améliorer l'efficacité de l'armée des Pays-Bas septentrionaux dans sa lutte contre les troupes espagnoles." (V. Berlincourt).Remarquable illustration : 15 figures sur bois et 13 sur cuivre. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR1,200.00

‎(Plantin, impression de.) VIRGILE.‎

Reference : 54218

(1575)

‎P. Virgilius Maro, et in eum Commentationes, & Paralipomena Germani Valentis Guillii, PP. Ejusdem Virgilii Appendix, cum Josephi Scaligeri Commentariis & castigationibus.‎

‎Antverpiae, Ex officina Christophori Plantini, 1575, 2 parties en 1 vol. in-folio de (26)-630-(2) pp. et 98-(4) pp. ; pleine basane XVIIe, dos à nerfs muet (refait), motif doré au centre des plats, coins restaurés. -Mouillures sur l'ensemble des ff., cernes clairs sur 3/4 des marges inf..‎


‎Voet, The Plantin press, n° 2460.La seconde partie contient l'Appendix, avec un titre propre.Edition originale du Commentaire.Germain Vaillant de Guélis, abbé de Paimpont, évêque d'Orléans en 1588, fut un humaniste et poète latin lié avec Ronsard, Jamyn, Baïf ...Jamyn lui dédia d'ailleurs une ode sur son Virgile.De Guélis est l'éditeur de ce Virgile, bellement imprimé par Plantin, qu'il dédie à Elisabeth d'Autriche, épouse de Charles IX.Le texte de Virgile est présenté en "paragraphes" d'une quinzaine de lignes, suivi à chaque fois du commentaire."Fifth edition of Virgilius's works printed by Plantin, but the first and most important edited by Germain Vaillant de Guélis (Germanus Valerus Guellius), abbot of Paimpont (1516 - 1587), with an appendix by Joseph Scaliger presented as a separate book." (E. Speeckaert, Labore et constantia n° 448). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR400.00

‎ AUDEBERT (Germain).‎

Reference : 52654

(1583)

‎Germani Audeberti Aurelii Venetiae ad Sereniss. Ac. Sapientiss. Venetiarum. Principem Nicolaum Deponte et Illustriss. Atq. Prudentiss. Senatores. Patriciosq. Venetos.‎

‎Venetiis, Apud Aldum, 1583, in-4 de (16)-181 pp. plein vélin de l'époque (taché), titre manuscrit à la plume à l'envers, au bas du dos. -Mouillure sur la majorité des ff..‎


‎Edition originale.Renouard, Alde, p. 233 n° 6.Germain Audebert est né à Orléans vers 1520. Il prit le chemin de l'Italie en 1539 pour y séjourner plusieurs années. De retour à Orléans, il y cultiva les lettres en "humaniste des plus distingués" et entretint des relations avec "une foule d'érudits et de beaux esprits." (Picot)."En 1574, c'est au tour de son fils, Nicolas, de faire le pèlerinage humaniste qui consiste à parcourir l'Italie []. Le jeune Nicolas emporte avec lui de longs fragments des trois poèmes composés par son père sur Venise, Rome et Naples. On entrevoit ici que la fonction des poèmes de Germain lors du voyage de Nicolas est de fournir à ce dernier un moyen d'entrer en contact direct " avec les hommes doctes les plus renommés" en leur soumettant un texte qui bien souvent leur renvoie une image flatteuse d'eux-mêmes." (Le poète et son uvre, Actes du colloque de Valenciennes, 1999, pp. 85-86)."Son premier ouvrage, qui est consacré à la louange de Venise, est le plus important. Le poème, divisé en trois chants, contient une description exacte, et parfois même très minutieuse, de la ville des doges. Son histoire, sa construction, ses poissons et ses coquillages, ses monuments, ses palais, ses trésors, ses gondoles, ses théâtres et ses foires attirent successivement l'attention de l'auteur. Germain rappelle avec reconnaissance l'accueil bienveillant qu'il reçut de Guillaume Pellicier, qui dirigea de 1539 à 1543 l'ambassade de France. Grâce à lui, il put monter sur le Bucintoro un jour de grande fête. Le poète n'oublie pas les grands hommes de Venise. Il cite particulièrement Pietro Bembo, Andrea Navagero, Gio. Battista Cipelli, dit Egnazio, qu'il avait entendu lui-même parler avec éloquence, Ermolao Barbaro, Gasparo Contarini, Domenico Venler, enfin et surtout Paolo Manuzio. []Germain Audebert pria l'ambassadeur de Venise en France, Lorenzo Priuli, qui retournait auprès de la Seigneurie, [de faire, de son ouvrage] hommage au grand Conseil. La présentation eut lieu le 31 mars 1583, et les Vénitiens furent si charmés du poème qu'ils décidèrent, le jour même, de donner à l'auteur le titre de chevalier, plus une chaîne d'or, du prix de 200 écus, et une médaille de Saint Marc. Il fut arrêté, en même temps, que l'ouvrage serait imprimé à 400 exemplaires aux frais de la République. Il parut en effet en 1583." (Emile Picot, Les Français italianisants du XVI siècle, II-p. 157). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR1,000.00

‎ EUSEBIUS PAMPHILIUS (Evêque de Césarée).‎

Reference : 40681

(1542)

‎Opera omnia, quae hactenus ubiq. Gentium maxima eruditorum industria inueniri potuerunt [].‎

‎Basilae, Henricus Petrus, 1542, 4 parties en 1 vol. petit in-folio de (36)-214 pp.-1 f. blanc ; 287 pp. ; 211 pp.-1 p. bl. et 2 ff.n.ch.-169 ff.-(3) pp. ; plein vélin moderne, genre ancien. -Mouillures claires marginales sur la moitié des ff..‎


‎Très bel exemplaire, grand de marges (y compris la page de titre).Le titre est dans un très bel encadrement gravé sur bois, attribuable à Hans Holbein le Jeune.Première édition collective en latin, des uvres d'Eusèbe de Césarée (ca 263 - 339), le plus important historien chrétien de l'antiquité. La première édition en grec n'a été publiée qu'en 1628.Adams E 1070 ; Graesse, Trésor de livres rares et précieux II-p. 525 ; Réro 1826456 ; Frank Hieronymus, Oberrheinische Buchillustration 2, n° 391 ; VD 16, Verzeichnis der im deutschen Sprachbereich ersch. Drucke des XVI. Jahrhundert, E 4260 ; Sondercatalog Griechischer Geist aus Basler Pressen GG 419."Encadrement de titre gravé sur bois non signé, attribuable à Hans Holbein (d'après Hieronymus). Cet encadrement a été utilisé par Adam Petri dans son édition du Nouveau Testament de 1522 ; la date de 1523 et la signature d'Adam Petri ont été gommées." (Réro).Cette édition contient :I. De evangelii praeparatione, Georgio Trapezuntio interprete ; II. De evangelii demonstratione, Donato Veronensi interprete ; III. De historia ecclesiastica, Ruffino interprete. Item Ruffini presbyteri Aquileiensis historiae ecclesiasticae quae Eusebius aliis post se commemoranda reliquit. Eusebii adversus haeresim Hieroclis ; IV. Chronicon Eusebii quod D. Hieronymus transtulit. Item D. Hieronymi presbyteri, Prosperi Aquitanici, Matthaei Palmerii Florentini, Matthiae Palmerii Pisani. Item duorum quorumdam doctrina et fide insignium virorum qui res gestas memoratu dignas usque ad hoc tempus perscripserunt. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR1,500.00

‎ JUSTINIEN 1er (Empereur).‎

Reference : 53826

(1571)

‎Justiniani Imperatoris edicta : item Justini, Tiberii ac Leonis Augustorum Novelle constitutiones. Henrico Agylaeo interprete.‎

‎Lugduni, Apud Gulielmum Rouillium, 1571, in-18 de 913-(13) pp. + 1 f. blanc ; plein maroquin de l'époque, dos à nerfs orné, coiffe sup. arrachée, 1 charnière fendue sur 3 cm, médaillon doré au centre des plats, tranches dorées et ciselées, 2 coins ém.. -Ex. réglé.‎


‎S. von Gultlingen, Index Aureliana X-p. 172 : 742 ; Baudrier XVIII-p. 337 ; J.A.B. Mortreuil, Histoire du droit byzantin et du droit romain de l'Empire d'Orient, pp. 304-306 ; Henry René, Pierre Noailles et Alphonse Dain, les nouvelles de Léon VI le Sage, compte-rendu, l'Antiquité classique, 1945, n° 2, pp. 430-432.L'édition princeps des Novelles de Léon VI le Sage (866 - 912) est due à Scringer, qui ne corrigea qu'imparfaitement le manuscrit ; Henri Estienne l'imprima en 1558 et publia en fin de volume une série de corrections. La première traduction latine parut en 1560 par Henri Agylee. La première adjonction de l'oeuvre de Léon, les Novelles, à l'oeuvre de Justinien, eut lieu en 1571 dans notre édition.Dans cette édition, "le texte de Scringer [en grec] faisant face à la traduction d'Agylee, occupe les pp. 235 à 665" (Mortreuil). Suivent ensuite : La constitution de Zénon, les Castigationes d'Henri Estienne, Le livre des fiefs, Les constitutions de Frédéric II, les Extravagantes et le Livre de la paix de Constance.L'oeuvre de Léon ne vise pas à "légiférer au gré des circonstances, mais de mettre sur pied une oeuvre qui a son point de départ dans une législation plus ancienne qu'il s'agit de confirmer, d'améliorer ou d'abolir, ou parfois de compléter par la consécration ou le rejet des coutumes non écrites." (H. René)."Cette édition est devenue la base de toutes les éditons non glosées." (Mortreuil). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR800.00

‎ OVIDE.‎

Reference : 54714

(1561)

‎Fastorum. Lib. VI. Tristium Lib. V. De Ponto Lib. IIII. Ad factorum explicationem adiecta sunt inerrantium stellarum singularum significationes, ex Cl. Ptolemae.‎

‎Antverpiae, Ex Officina Christophori Plantini, 1561, in-18 de 108-(11) feuillets ; plein maroquin XVIIIe, dos à nerfs orné, triple filet doré encadrant les plats, tranches dorées. -Feuillets lég. roussis.‎


‎Ruelens et De Backer, Annales plantiniennes, p. 25 ; H. Cazes, Les bonnes fortunes d'Ovide au XVIe siècle, pp. 239 à 264 (University of Victoria - Canada) ; Voet, n° 1843."Les Fastes assortis des Tristes servent de cours d'astronomie dans les pays germaniques et dans la région de Lyon [...] Les éditions des petits formats destinées à un public scolaire témoignent de cette utilisation pédagogique des poèmes classiques : Publius Ovidis Nasonis Fastorum. Lib VI. Tristium Lib. V. De Ponto Lib IIII." (H. Cazes)."Second volume of the edition in three volumes of Ovidius's works published by Plantin in 1561 [...]. Contains works of Ovidius : Fastorum libri VI ; Tristium libri V ; De Ponto libri III ; the treatise on fixed stars by Claudius Ptolemaeus translated from Greek into Latin by Nicolaus Leonicus, introduced by a foreword to the reader, dated Lyons, 17 August 1534, trying to explain why this treatise should be added to the works of Ovidius." (Voet).Très rare édition plantinienne. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR500.00

‎ PEUCER (Gaspar).‎

Reference : 54202

(1553)

‎Commentarius de praecipuis divinationum generibus, in quo a prophetiis divina autoritate traditis, et physicis praedictionibus, separantur Diabolicae fraudes & superstitiosae observationes, & explicantur fontes ac causae physicarum praedictionum, Diabolicae et supersititiosae confutatae demnantur, ea serie, quam tabula indicis vice praefixa ostendit.‎

‎Wittenberg, Typis Excudebat Iohannes Crato, I Aprilis 1553, petit in-8 de 6 ff. n.ch.-2 ff. blancs-ff. 9 à 335 ; plein veau de l'époque, dos à nerfs orné, plats décorés de motifs à froid, fermoirs, manque de cuir sur la coiffe sup., charnière sup. lég. fendue. -Petit manque de papier sur le f. de titre, ayant entraîné la perte de 3 lettres ; mouillures claires marginales sur 1/4 des ff. ; ex-libris et petite inscription à la plume sur le f. de titre.‎


‎Exemplaire incomplet du tableau dépliant.Edition originale. Très rare.Houzeau et Lancaster 4860 ; VD 16, p. 1972 ; Durling 3611 ; Adams, p. 928 ; Alexandrian, Hist. de la philosophie occulte, p. 173 ; Ceard, La nature et les prodiges : l'insolite au XVIe siècle, pp. 178 à 186."Chaldéens, Assyriens, Egyptiens, Perses, Grecs, Romains [...] avaient pratiqué la divination, avec la caution d'admirables philosophes ; et d'un autre côté, on ne pouvait méconnaître les arguments contraires, de la plus haute spiritualité, de penseurs aussi prodigieux que les Pères de l'Eglise. Des humanistes essayèrent donc de trouver une justification raisonnable, ne compromettant par la foi chrétienne, de l'usage des arts divinatoires. A cet égard, le premier ouvrage capital fut celui que publia à Wittenberg en 1553 Kaspar Peucer, médecin et mathématicien, gendre de Mélanchton, Commentarius de praecipuis divinationum generibus divinationum ; il y en eut cinq rééditions avec des ajouts, tant ce sujet préoccupait le public. Peucer passa en revue tous les genres de divinations pour "séparer les sainctes prophéties et les prédictions naturelles d'avec les impostures des malins esprits et le fard des superstitions". On le lut avidement parce qu'on se souciait de savoir ce qui était permis et ce qui était défendu à un bon chrétien." (Alexandrian)."La vaste synthèse à laquelle s'essaie le gendre de Mélanchton a pour objet principal de distinguer les "sainctes prophéties" et les "prédictions naturelles" des "ruses et impostures de Satan". Peucer veut montrer à la fois que le diable a profondément troublé et vicié la certitude de la divination et qu'il ne faut pas rejeter et condamner indifféremment toutes les sortes de divinations." (Ceard). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR750.00

‎ PLATINA (Bartholommeo de Sacchi, dit Battista).‎

Reference : 40290

(1530)

‎De vita et moribus summorum Pontificum historia, cui aliorum omnium qui post Platinam viverunt ad haec usque tempora, Pontificum res gestae sunt additae : insertique sunt canones institutorum coenobitarum qui maximopere desiderabantur, adjecta etiam pontificum nomenclatura.‎

‎[Paris], Joannis Parvi, 1530, in-8 de CCCLXVIII ff.-(8) pp. (Tabula) ; plein vélin moderne, genre ancien. -Petites mouillures lég. dans les marges d'une cinquantaine de ff.. -Très bon exemplaire.‎


‎Marque de Jean Petit et encadrement à décor architectonique sur la page de titre.Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle 2246 ; Adams P : 1417 ; Brunet IV-692.Première histoire des papes rédigée, entre 1471 et 1475, par l'humaniste lombard Bartolomeo Sacchi (1421-1481) sur l'ordre du pape Sixte IV. Elle fut publiée pour la première fois à Venise en 1479."Les vies des papes de Platine sont écrites avec élégance, et elles renferment certaines particularités assez remarquables ; aussi ont-elles eu une grande vogue pendant près de deux siècles et on en compte un grand nombre d'éditions. "(Brunet).Platine fut désigné en 1478, par Sixte IV, pour diriger la bibliothèque vaticane. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR500.00

‎ PROBUS (Marcus Valerius).‎

Reference : 51726

(1527)

‎De scripturis antiquis compendiosum opusculum.‎

‎Parisiis, Apud Simonem Colinaeum, 1527, in-12 de 27 ff. n.ch. + 12 ff. blancs rajoutés, comportant qq. annotations du XVIIIe siècle ; pleine basane de l'époque, dos à nerfs orné, reliure habilement restaurée.‎


‎"First Colines edition of a very useful treatise on the abbreviations employed in Roman inscriptions and other writings. The manuscript of this work, traditionally attributed to Valerius Probus, the foremost Roman grammarian of the first century A.D., was discovered by Poggio in 1417. In view of the great interest in Roman inscriptions shown by humanists and antiquarians, combined with the difficulty of interpreting their mysterious abbreviations, this handbook provided an invaluable aid. First printed at Brescia, 1486, the work was re-issued often, and served as a model for several Renaissance tracts." (Schreiber, Simon de Colines 23). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR1,000.00

‎ ROBERT (Anne).‎

Reference : 56569

(1597)

‎Annaei Roberti Aurelii rerum judicatarum libri IIII. Ad Illustriss. et ornatiss. D. Achillem Harlaeum. Editio secunda.‎

‎Parisiis, Apud Jametium Mettayer & Petrum L'Huillier, 1597, in-4 de (6)-204-130 ff. ; plein vélin à recouvrement de l'époque, titre manuscrit sur le dos. -Petit travail de vers dans les marges de 1/3 des ff. sans atteinte du texte, mouillures marginales claires sur 1/3 des ff., ex-libris raturé à la plume sur le f. de titre.‎


‎2e édition (E.O. : 1596). Très rare.Camus et Dupin, n° 1308 (éd. postérieure) : l'USTC n'en localise que 4 exemplaires en France (B.M. de Condé en Oude ; B.M. de Toulouse ; Bib. Sainte-Geneviève et B.M. de Versailles) et 2 exemplaires à l'étranger (Toronto university ; Bibliothèque nationale d'Autriche) ; Dictionnaire des juristes français, p. 672 ; Marie Houllemare, Un avocat parisien entre art oratoire et promotion de soi (fin XVIe), in Revue historique, t. 306, fasc. 2 (630) (avruk 2004), pp. 283 à 302.Anne Robert, avocat au Parlement de Paris, fut l'un des premiers arrêtistes du XVIe siècle.Ce recueil "intitulé Annaei Roberti Aurelii rerum judicatarum libri IIII [...] connaît plusieurs rééditions entre 1599 et 1620, ainsi que deux traductions françaises, en 1611 et en 1622. Dans sa dédicace à Achille de Harlay, l'auteur [...] explique sa démarche, à la fois juridique et rhétorique : présenter la langue du Palais, tout en l'embellissant. Par le fait de mettre à la disposition des praticiens les décisions du Parlement de Paris dans 71 affaires récentes (de 1571 à 1595), civiles et criminelles, cet ouvrage forme aussi comme une mise à jour de ceux de Jean De Luc, Papon et Gilles Le Maistre. [...] De plus, dans de nombreux cas, l'auteur a le souci de comparer les arrêts rendus par la cour parisienne dans des affaires similaires. Dans une affaire de partage d'héritage, il va jusqu'à mentionner les contradictions jurisprudentielles des parlements de Paris et de Bordeaux. Mais cet ouvrage, qui n'est pas uniquement jurisprudentiel, s'apparente à un recueil de plaidoyers, genre alors en plein essor [...]. Anne Robert, pour sa part, fait le choix de présenter pour chaque affaire des plaidoyers en pour et en contre, ce qui donne à son ouvrage toute son originalité." (M. Houllemas). ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR400.00

‎ SAINT PAULIN DE NOLE.‎

Reference : 56564

(1560)

‎Divi Paulini episcopi Nolani, quotquot extant opera omnia, partim soluta oratione, partim carmine conscripta, D. Henrici Grauii, viri trium linguarum peritissimi, studio arq ; industria ex vetustis exemplaribus restituta, ac argumentis illustrata. Vixit temporibus A. Augustini.‎

‎Coloniae, Apude Maternum Cholinum, 1560, in-8 de (24)-705-(1) pp. ; plein vélin postérieur, dos à nerfs, titre manuscrit sur le haut du dos. -Rousseurs, marge ext. de 1 f. restaurée avec du papier de l'époque sans atteinte du texte (p. 627) ; 1 f. restauré sans manque (p. 121) ; petit manque de papier dans la marge inf. du f. de titre sans atteinte du texte, références et ex-libris à la plume sur le f. de titre et mention manuscrite biffée à l'encre, laquelle a brûlé le papier.‎


‎2e édition (E.O. : 1516).D. Amherdt, Ausone et Paulin de Nole. Correspondance, pp. 13 à 16 ; F. Dolveck, La poésie de Paulin de Nole, p. 242.Paulin est né entre 352 et 355 à Bordeaux dans une famille de l'aristocratie sénatoriale romaine, et c'est dans cette ville qu'il reçoit sa formation grammaticale et rhétorique. Ausone fut l'un de ses maîtres.Arrivé au faîte des honneurs (il reçoit la magistrature curule), il décida de se retirer du monde et de se consacrer à Dieu.Les oeuvres de Paulin sont composées de poésies et de lettres, notamment à ses amis aquitains."La langue de Paulin est profondément marquée par les raffinements formels : n'oublions pas qu'Ausone fut son maître. [...] Toute son oeuvre est consacrée à diffuser la parole du Christ incarné, qui est au centre de la théologie." (D. Amherdt).A Bordeaux et dans le diocèse, le culte de Saint Paulin est très présent, deux églises lui sont dédiées : à Carbon-Blanc et à Jaux-Dignac-et-Loirac dans le Médoc, ainsi qu'une chapelle. Son souvenir est également présent dans la ville avec une rue importante qui porte son nom. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR600.00

‎ SCHOPPER (Hartmann).‎

Reference : 56776

(1574)

‎Speculum vitae aulice. De admirabili fallacia et astutia vulpeculae Reinikes libri quatuor, nunc primum ex idiomate Germanico latinitate donati, adiectis elegantissimis iconibus, veras omnium apologorum animaliumque species ad vivum adumbrantibus.‎

‎Francof. ad Moenum, Sigismundi Feyrabend, 1574-1575, in-12 de (20)-506-(20) pp. (Index) ; cartonnage muet XIXe, étiquettes manuscrites sur le dos. -Mouillures claires marginales sur 1/3 des ff., rousseurs éparses, petite déchirure sans manque sur 1 feuillet de l'Index, restauré avec du filmoplast. -52 figures in-texte.‎


‎Edition originale de cette traduction en latin du Roman de Renart, par le poète et romaniste allemand Schopper.Elle est illustrée de 52 bois, la plupart monogrammés I A. Jost Aman les a gravés sur des dessins de Virgil Solis. ‎

Librairie Philippe Sérignan - Avignon

Phone number : 04 90 86 57 40

EUR500.00
Get it on Google Play Get it on AppStore
Search - Librairie Philippe Sér...

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !