6 books for « Sciences & technique; ... »Edit

Sort by

‎[BOISYVON (Charles de)].‎

Reference : 4727

(1665)

‎Éclaircissement de l'abyme du flux et reflux de la mer, contre deux nouvelles opinions de leur cause, amplement réfutées au commencement de ce livre. Avec un agréable portrait géographique en général. Par F.C.D.B.‎

‎Avranches, Philippes Motays, 1665. 1665 1 vol. in-12° (164 x 109 mm.) de : [16] ff. (titre, epistre, préface, explications, corrections); 184 pp. (paginées par erreur 183); [4] ff. Vignette gravée sur cuivre au titre figurant 1 cube en perspective contenant un globe surmonté d'une représentation schématique du Mont Saint-Michel et de l'ilôt de Tombelaine, visant à illustrer le mouvement des marées ; lettrines gravées sur bois. Deux extraits de catalogues sur la première garde. Ex-libris manuscrit D. Virgue 1713 au dos du second plat. [Joint à l'ouvrage: article consacré au livre publié dans Ouest France en Décembre 1950 dEugène Deprez (professeur honoraire à la Faculté des Lettres de Rennes)]. Plein vélin d'époque, tranche fil traversant les coiffes, dos lisse avec titrage à l'encre estompé, tranches jaspées rouge. (Taches, griffures, et défauts d'usage aux plats avec petit manque au coin inférieur du premier plat ainsi que sur la coupe inférieure du second plat, contres-gardes tachées par un ancien collage.)‎


‎Edition originale de la plus grande rareté de cet ouvrage sur les marées composé par un moine capucin normand, Charles de Boisyvon. Imprimé dans la ville d'Avranches, proche du Mont Saint-Michel et mondialement célèbre pour l'ampleur de ses marées de plus de 14 mètres, cet ouvrage curieux est une tentative d'explication de ce phénomène. L'étonnante gravure figurant sur la page de titre vise à illustrer le mouvement des marées : elle montre la sphère terrestre inscrite dans un cube en perspective, et au-dessus, la grève et la baie, avec le Mont Saint-Michel et l'îlot de Tombelaine. Lauteur indique que sur le côté du cube se trouve lécusson des Armoireries (écu pâlé dargent et dazur) de ceux qui se ne nomment Boisyvon que Dieu veuille toujours les assister et conserver. Avant de donner son explication, lauteur réfute deux opinions communément répandues pour expliquer la cause des marées. La première expliquait les marées par un mouvement rectiligne et alternatif de la terre le long de laxe du monde dun pôle vers lautre en six heures et en autant de temps pour son retour. Et cela en raison dune vertu magnétique à chaque pôle qui, alternativement, attire la terre soixante pieds de six heures en six heures. La seconde opinion assurait que le flux et le reflux se faisaient par les rayons du soleil réfléchis de dessus le corps de la lune et quà mesure quelle croît et décroît, la mer fait de même régulièrement. De Boisyvon qualifie la première théorie de grotesque car les vertus magnétiques lui semblent impertinentes tandis quil qualifie la seconde dun conte à dormir debout. Par la suite, l'auteur livre sa propre explication pseudo-scientifique du phénomène qu'il attribue aux mouvements internes de la terre, dotée de fissures et de cavernes répondant à une mystérieuse influence lunaire. Puis, dans une deuxième partie beaucoup plus longue, l'auteur développe, au gré de sa prose sinueuse, sa représentation de la physionomie de la terre, offrant un "Portrait Géographique" composé de plusieurs chapitres: "De la Terre et des Principes de la Géographie", "Description exacte des Figures Géographiques, tant généralles que particulières, pour la correction des deffauts de celles dont on se sert habituellement", "Divisions du Globe Terrestre", "L'Europe", "L'Asie", "L'Afrique", "La Mexicane", "La Perüane", et "La Magellanique". Les 8 dernières pages, absentes de la plupart des exemplaires, contiennent des citations de Saint François d'Assise et des compositions religieuses en vers. Dans lune delles, on y apprend que de Boisyvon vint au monde dans la septième année de mariage de ses parents et quil était frère de lOrdre Saint-François, et parle ainsi de son ouvrage: "Jespère que les lieux et la Mer et la Terre Payront de leurs secrets ma curiosité, Et quaucun deformais nen fera point accroire A la stupidité. Mes écrits ne sont pas de recherches sublimes, Mais leur diversité contente le désir." Il est difficile de dire quels mobiles ont déterminé ce religieux à tenter une explication personnelle des phénomènes physiques des marées, plus difficile de connaître létendue de ses connaissances mathématiques. Il nétait certes pas au courant des découvertes de la science et ne devait pas lire le Journal des Savants qui paraissait à Paris à cette époque. L'ouvrage est dédié "à très noble et très illustre messire Pierre de Boisyvon, chevallier, seigneur, baron et patron de Boisyvon, des Essarts, de Saint-Martin, de Fontenermon, de Saint-Pierre Langer, de Coulange, de la Réauté, de Thievile et de Brecé...". La dédicace contient des informations sur la famille de Boisyvon: leurs aieux étaient aux Croisades avec Godefroy de Bouillon; dautres étaient conseillers à la cour souveraine de Rouenet ceux qui sappelaient de Boisyvon ne jouissaient pas tous des caresses de la fortune. Il y ajoute, avec humour :Si la mer avait de lintelligence comme elle montre de la régularité dans son mouvement, elle avouerait que sabaissant à vos pieds; son élévation serait dautant plus fameuse que vous ferez un plus favorable accueil à ce divertissement hydro-géographique que je vous dédie. Ouvrage rarissime: à notre connaissance seulement deux exemplaires sont répertoriés en bibliothèque dans le monde (B.N.F. et Bibliothèque Mazarine) dont un est incomplet des 4 derniers feuillets. Bel exemplaire conservé dans sa reliure en parchemin dorigine. 1 vol. in-12 ° of : [16] ff. ; 184 pp. ; [4] ff. Title with a vignette engraved representing 1 cube in perspective which contains a globe surmounted by a schematic representation of Mont Saint-Michel and the islet of Tombelaine, aiming to illustrate the movement of the tides; initial letters engraved on wood. Two extracts from catalogs on the first guard. Handwritten ex-libris D. Virgue 1713 on the back of the second cover. [Attached to the book: loose article devoted to the book published in Ouest France in December 1950 by Eugène Deprez (honorary professor at the Faculty of Letters of Rennes).] Full contemporary vellum. Very rare first edition of this work on the tides composed by a Norman Capuchin monk, Charles de Boisyvon. Printed in the town of Avranches, near Mont Saint-Michel, world famous for the magnitude of its tides of more than 14 meters, this curious work is an attempt to explain this phenomenon. The astonishing engraving on the title page aims to illustrate the movement of the tides: it shows the terrestrial sphere inscribed in a cube in perspective, and above, the beach and the bay, with Mont Saint-Michel and the islet of Tombelaine. The author indicates that the coat of arms of his family is located on the side of the cube: lécusson des Armoireries (écu pâlé dargent et dazur) de ceux qui se ne nomment Boisyvon que Dieu veuille toujours les assister et conserver. Before giving his explanation, the author refutes two commonly held opinions to explain the cause of the tides. The first explained the tides by a rectilinear and reciprocating motion of the earth along the axis of the world from pole to pole in six hours and in just as much time for its return. The underlying mechanism of this motion was said to be a magnetic virtue at each pole which attracts, in turns, the earth sixty feet by six hours in six hours. The second view asserted that the ebb and flow was due to the rays of the sun reflected from the moon's body and that, as it grew and fell, the sea followed its movements. De Boisyvon qualifies the first theory as grotesque because the magnetic virtues seem impertinent to him, while he calls the second a ludicrous tale. Subsequently, the author delivers his own pseudo-scientific explanation of the phenomenon that he attributes to the internal movements of the earth, endowed with cracks and caverns responding to a mysterious lunar influence. Then, in a much longer second part, the author develops, according to his sinuous prose, his representation of the physiognomy of the earth, offering a "Portrait Géographique" ("Geographical Portrait") composed of several chapters: "De la Terre et des Principes de la Géographie", "Description exacte des Figures Géographiques, tant généralles que particulières, pour la correction des deffauts de celles dont on se sert habituellement", "Divisions du Globe Terrestre", "L'Europe", "L'Asie", "L'Afrique", "La Mexicane", "La Perüane", et "La Magellanique". The last 8 pages, absent from most of the copies, contain quotes from Saint Francis of Assisi and religious compositions in verse. In one of them, we learn that de Boisyvon was born in the seventh year of his parents' marriage and that he was a brother of the Order of Saint Francis, and thus speaks of his work: "Jespère que les lieux et la Mer et la Terre payront de leurs secrets ma curiosité, et quaucun deformais nen fera point accroire à la stupidité. Mes écrits ne sont pas de recherches sublimes, mais leur diversité contente le désir." It is difficult to say what motives determined this religious to attempt a personal explanation of the physical phenomena of the tides, more difficult to know the extent of his mathematical knowledge. He was certainly not aware of the discoveries of science and was not to read the Journal des Savants which appeared in Paris at that time. The work is dedicated "à très noble et très illustre messire Pierre de Boisyvon, chevallier, seigneur, baron et patron de Boisyvon, des Essarts, de Saint-Martin, de Fontenermon, de Saint-Pierre Langer, de Coulange, de la Réauté, de Thievile et de Brecé...". The dedication contains information on the Boisyvon family: their ancestors were at the Crusades with Godefroy de Bouillon; others were advisers to the sovereign court of Rouen, and not all of those called de Boisyvon enjoyed the caresses of fortune. He adds, with humor: Si la mer avait de lintelligence comme elle montre de la régularité dans son mouvement, elle avouerait que sabaissant à vos pieds; son élévation serait dautant plus fameuse que vous ferez un plus favorable accueil à ce divertissement hydro-géographique que je vous dédie. (translated : "If the sea had intelligence as it shows regularity in its movement, it would confess that lowering itself at your feet; its elevation would be all the more famous as you will give a more favorable reception to this hydro-geographical entertainment that I dedicate to you.) Extremely rare book: to our knowledge only two copies are listed in libraries around the world (B.N.F. and Mazarine Library), one of which is incomplete from the last 4 pages. Beautiful copy preserved in its original parchment binding.‎

J-F Letenneur Livres Rares - Saint Briac sur Mer

Phone number : 02 99 88 92 44

EUR3,500.00

‎DOUNOT (DIDIER)‎

Reference : 4650

(1611)

‎Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant. Cy devant mise en lumiere souz le nom de Guillaume le nautonnier.‎

‎Paris, François Huby, 1611. 1611 1 vol in-4° ( x mm.), ff. [4], 42, Vignette gravée sur le titre, bandeaux et lettrines, shémas dans le texte. Plein vélin, tranches rouges. Marquage brun de la marge du titre et du feuillet de dédicace du à la reliure.‎


‎Édition originale de ce texte de toute rareté du à Didier Dounot, uvre critique de la « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) de Guillaume le Nautonier de Castelfranc (1560-1620). Ce pasteur protestant passionné de mathématiques et d'astronomie rechercha un moyen de calculer les longitudes. Son livre lui avait valut d'être nommé géographe ordinaire du roi Henri IV, en 1609. Aussi, à peine imprimé, louvrage fut utilisé, dés sa première expédition de 1603, par Samuel de Champlain, pour ses travaux cartographiques en Nouvelle-France. En 1611 , Dounot fait parraitre sa « Confutation de l'invention des longitudes ou de la mecometrie de l'eymant », critique très argumentée de louvrage de Dounot quil accuse de ne pas démontrer ses affirmations et de rejeter comme fausses toutes les observations sur la déclinaison de la boussole qui ne corroboraient pas sa théorie, présentant et discutant les théories et observation de plusieurs auteurs contemporains concernant le calcul des longitudes et la déclinaison du compas. Mercator est le premier, au XVIe siècle, à tenter de déterminer la longitude en la mesurant. Parallèlement, le médecin britannique William Gilbert établit les tables de cette déclinaison. Louvrage de Nautonnier est l'un des premiers à spéculer sur le lien entre la longitude et la déclinaison de l'aimant. Inspiré par les ouvrages de ses prédécesseurs : Jean-Baptiste de la Porte, Michel Coignet, Sanutus, Bessard, Il défend l'idée de deux pôles magnétiques fixes, vers lesquels l'aiguille des aimants est orientée en permanence. Didier Dounot (1574-1640), qui enseigna les mathématiques à Paris et fut l ami de Descartes et de Marin Mersenne, critique ici sa théorie sur le géomagnétisme émise par Nautonnier en 1603. Reprenant et réfutant point par point ses théories et se référant aux observations des navigateurs ( dont celles faites à St Helene, aux iles Tristan de Concha et à Canton en Chine). Enfin il consacre son dernier chapitre à la critique des observations de Samuel Champlain en Nouvelle France sur la micrométrie, non sans un certain humour : « Que le sieur de Castel-Franc vouloit conclure universellement pour toute la terre, mes démonstrations précédentes lempêcheront. Car encore quil ait cinq cent sieurs de Champlain observant en cinq cent endroits de la terre, et que toutes leurs observations conviennent avec la mecometrie, je ne veux que deux ou trois petites observations contraires pour ruiner tout. Et quil dit tant quil voudra quune hirondelle ne fait pas le printemps, il ne faut quune induction particulière pour détruire une proposition universelle. Mais je voudrais bien savoir quelle certitude peut avoir le Sieur Champlain quune longitude observée par la mecometrie, à la Nouvelle France, sera véritable ? Aura-t-il point trouvé en Canada quelques Ptolémée manuscript, qui contiennent les longitudes diceluy. » Lalande, p. 156. Houzeau & Lancaster, n°10324. Jérôme Lamy, «Le problème des longitudes en mer dans les traités d'hydrographie des Jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles» in Histoire & Mesure, 2006. 1 vol. in-4°. woodcut device on title, woodcut initials and headpieces, woodcut diagrams. Later vellum. Original edition of this text of any rarity from Didier Dounot (1574-1640), critical work of the « Mécométrie de l'aimant, c'est-à-dire, la manière de mesurer les longitudes » (Venes, 1603) by Guillaume de Nautonier de Castel-franc (1560-1620), a book that earned him the title of Ordinary Geographer to King Henry IV in 1609. Just printed, his work was used by Samuel de Champlain (circa 1570-1635) during his first expedition of 1603 for his cartographic work of New France. In 1611, Dounot published his " Confutation de l'invention des longitudes", a very well-argued criticism of Dounot's work, which he accuses of not demonstrating his claims and rejecting them as false. Mercator was the first in the sixteenth century to attempt to determine longitude by measuring it. In parallel, the British doctor William Gilbert establishes the tables of this declination. Nautonnier's work is one of the first to speculate on the link between the longitude and the declination of the magnet. He defends the idea of two fixed magnetic poles, towards which the needle of the magnets is oriented permanently. Dounot, mathematics teacher in Paris and friend of Descartes, criticizes here Nautonniers theory on geomagnetism. Repeating and refuting point by point his theories and referring to the observations of navigators (including those made made in St Helena, Tristan de Concha and Canton in China). Finally, he devotes his last chapter to the criticism of Samuel Champlain's observations in New France using the mecrometry, not without some humor: "That the Sieur de Castel-Franc wanted to conclude universally for all the earth, my previous demonstrations will prevent it. For although he has five hundred Sieurs de Champlain observing in five hundred places of the earth, and all their observations agree with the mecometrie, I want only two or three small contrary observations to ruin everything. And that he says as long as he wants a swallow does not make spring, it only takes a particular induction to destroy a universal proposition. But I would like to know what certainty Sieur Champlain may have that a longitude observed by mecometrie in New France will be true? Will he not have found in Canada some Ptolemy manuscript, which contain the longitudes of the place?. "‎

J-F Letenneur Livres Rares - Saint Briac sur Mer

Phone number : 02 99 88 92 44

EUR12,000.00

‎La Nature - nouvelles scientifiques / supplément à la nature‎

Reference : 6726

(1697)

‎ Nature - Sciences et techniques‎

‎ 1697 N° 1697 (2 dec 1905) au 1748 ( 24 nov 1906) de 1906 - éditeur - cartonnage‎


‎très bon état - - ‎

Librairie Le Père Pénard - Lyon

Phone number : 04.78.38.32.46

EUR45.00

‎MARIOTTE (Abbé Edmé)‎

Reference : MMARESS2

(1681)

‎Essays de Physique ou Mémoires pour Servir à la science des choses naturelles - Quatrième Essay. De la Nature des Couleurs‎

‎ A Paris Chez Estienne Michallet 1681 In-12 (17x9.5 cm), reliure plein vélin époque, auteur et titre manuscrits au dos, [8]-575[i.e. 755]- [1] pp. avec un certain nombre d'erreurs de pagination, sans manque, 17 planches hors-texte. Bel exemplaire à grandes marges, en reliure d'époque un peu salie, ex-libris R. Rickaert. Edition originale du plus important des Traités du grand physicien.‎


‎Mariotte (c. 1620-1684) apparait comme l'un des plus féconds savants de la seconde moitié du XVIIè siècle, par ses travaux sur les domaine des fluides et des solides, ainsi que sur l'optique, les couleurs et la vue, à la suite de Descartes et Newton.‎

Librairie Michel Defer - Crosne

Phone number : 33 0 1 69 48 51 06

EUR2,200.00

‎PRESTET (Jean)‎

Reference : MPREELE1

(1675)

‎Elemens des Mathematiques ou principes généraux de toutes les sciences qui ont les grandeurs pour objet. Contenant un méthode courte et facile pour comparer ces grandeurs et pour découvrir leurs rapports par le moyen des caractères des nombres ....‎

‎ A Paris Chez André Pralard 1675 Un volume in-4 (26x19.5 cm), reliure contemporaine, dos à nerfs orné de fleurons dorés, étiquette de titre, [1] f.fbl., titre et 7 ff. signés, 418 pp., 2 tableaux dépliants. Rare édition originale. Jean Prestet (1648-1690), mathématicien et oratorien français, né à Chalons-sur-Saône, élève de Malebranche. Ces Elemens contiennent un grand nombre de problèmes curieux, destinés à exercer les jeunes mathématiciens (Larrousse XIX ème).‎


‎Reliure usée à restaurer, une petite déchirure sur 1 cm sans manque à 1 ff., trous de vers sans atteinte au texte des ff. Gg aux ff. Qq.‎

Librairie Michel Defer - Crosne

Phone number : 33 0 1 69 48 51 06

EUR800.00

‎[PRESTET, (Jean)].‎

Reference : 4567

(1675)

‎Elémens de mathématiques ou principes généraux de toutes les sciences qui ont les grandeurs pour objet. Contenant une méthode courte et facile pour comparer ces grandeurs et pour découvrir leurs rapports par le moyen des caractères des nombres et des lettre de l'alphabeth. Dans laquelle les choses sont démontrées selon l'ordre geometrique, et l'annalyse rendue beaucoup plus facile, et traittée plus à fonds que l'on a fait jusqu'ici.‎

‎Paris, André Pralard, 1675. 1675 1 vol. in-4° (250 x 180 mm.) de : [8] ff. ; 418 pp. ; 2 tableaux dépliants. Pleine basane d'époque, dos à nerfs orné et titré à l'or, tranche jaspées rouge. (Rares rousseurs ou taches, petites restaurations de papier).‎


‎Édition originale de ce texte dû à Jean Prestet (1648-1691), dans lequel ce mathématicien qui fut lélève de Nicolas Malebranche (1638-1715) donne la première démonstration (page 368) de la "règle des signes" que Descartes avait énoncé sans justification dans sa Géométrie en 1637. Leibnitz avait bien indiqué un élément de démonstration, mais il ne la donna pas réellement. Prestet reconnu que sa propre démonstration était insuffisante et il fallut attendre 1828 et les travaux de Gauss avant d'en avoir une démonstration plus poussée. Jean Prestet originaire de Chalon-sur-Saône, était un prêtre oratorien et mathématicien. Dans ses « Éléments de mathématiques », son uvre majeure, il cherche à fonder les mathématiques sur larithmétique et lalgèbre plutôt que sur la géométrie. Prestet a passé sa jeunesse à composer son ouvrage, sous la direction de Malbranche (de 1670 à 1675). Le Privilège est daté du 27 septembre 1672, l'enregistrement du 21 octobre 1675 et l'achevé d'imprimer du 20 novembre 1675. L'ouvrage est dédié au Supérieur général de l'Oratoire, A. de Sainte- Marthe, et la dédicace signée J. P., alors que le titre ne comporte aucun nom d'auteur. Louvrage est divisé en deux parties : la première traite des opérations arithmétiques et algébriques sur les nombres entiers, les fractions, les puissances, les radicaux, ainsi que les proportions et certaines de leurs applications (comme la règle de compagnie), et les logarithmes. La seconde partie explique ce que Prestet appelle les fondements de l'analyse, c'est-à-dire la théorie algébrique des équations, l'analyse diophantienne, et contient aussi un chapitre de combinatoire. Le texte est illustré de 2 tableaux dépliants. Prestet produisit une seconde édition en 1689, puis une troisième en 1701. Son uvre manuscrite est totalement disparue. On a mention d'un traité de géométrie par la correspondance entre Malebranche et Charles René Reyneau (1656-1728). Le seul autographe de sa main connu des historiens est sa lettre à Leibniz de 1675. Bel exemplaire de cet important traité, conservé dans sa reliure dépoque. 1 vol in-4°. 2 fold. tables. Contemp. sheep.Original edition of this work due to Jean Prestet (1648-1691), in which this mathematician who was the student of Nicolas Malebranche (1638-1715) gives the first demonstration (page 368) of the "rule of signs" that Descartes had stated without justification in his Geometry in 1637. Leibnitz had clearly indicated a demonstration element, but he did not really give it. Prestet recognized that his own demonstration was insufficient and it was not until 1828 and Gauss's work before having a further demonstration. Jean Prestet native of Chalon-sur-Saone, was an oratorian priest and mathematician. In his "Elemens de Mathematiques", his major work, he seeks to base mathematics on arithmetic and algebra rather than geometry. Prestet spent his youth composing his work, under the direction of Malbranche (from 1670 to 1675). The Privilege is dated September 27, 1672, the recording of October 21, 1675 and the completed printing of November 20, 1675. The work is dedicated to the Superior General of the Oratory, A. de Sainte-Marthe, and the dedication signed JP, while the title has no author name. The work is divided into two parts : the first deals with arithmetic and algebraic operations on numbers, integers, fractions, powers, radicals, as well as proportions and some of their applications (such as the rule of companionship), and logarithms. The second part explains what Prestet calls the foundations of analysis, that is to say the algebraic theory of equations, the Diophantine analysis, and also contains a chapter of combinatorics. The text is illustrated with two fold. tables. Prestet produced a second edition in 1689, then a third in 1701. His manuscript work has totally disappeared. There is mention of a treatise on geometry by him in the correspondence between Malebranche and Charles Rene Reyneau (1656-1728). The only autograph of his hand known to historians is his letter to Leibniz of 1675. Fine copy of this important treatise, preserved in its period binding.‎

J-F Letenneur Livres Rares - Saint Briac sur Mer

Phone number : 02 99 88 92 44

EUR2,200.00
Get it on Google Play Get it on AppStore
Search - Sciences & technique; ...

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !