‎CHANTEMERLE (Isabelle) - [CELINE (Louis-Ferdinand)].‎
‎Céline.‎

‎ S.l., Editions Artefact, (1987). Un vol. au format in-4 (283 x 213 mm) de 179 pp., broché.‎

Reference : 22552


‎ Edition originale agrémentée d'une abondante iconographie. ''C'est l'étude de l'écriture de Céline qui occupe ici la première place. Témoignage irréfutable d'une oeuvre qui détient plus d'un mystère, elle est présentement abordée sous l'angle d'une analyse artistique - essentiellement. Quels sont, en ce sens, les arguments que Céline utilise pour parler de son art ? Quelles répliques peut-on lui opposer quand il s'agit de parler d'art avec l'art ? Questions auxquelles je tente de répondre maintenant''. Très belle condition. ‎

€30.00
Babel Librairie
Bookseller's contact details

Babel Librairie
M. Mathieu Salzgeber
25 bis, Rue aux Coqs
14400 Bayeux
France

desesseintes@gmx.fr

06.84.15.59.05

Contact bookseller

Payment mode
Cheque
Others
Sale conditions

Conformes aux usages de la profession.

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 64327

(1947)

‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline au docteur Tuset et à Henri Mahé "Ces choses-là ne s'oublient pas. Tout est poésie ! "‎

‎Copenhage 10 avril [1947], 22,5x28,4cm, 6 pages sur 3 feuillets.‎


‎Très longue lettre autographe signée "Dest" au docteur Tuset et à Henri Mahé, datée du 10 avril [1947] à Copenhage, 130 lignes à l'encre bleue sur six pages pleines, corrections et soulignements de la main de l'auteur. La date indiquée par l'auteur du 10 mars est erronée, Naud n'acceptant de défendre Céline qu'en avril 1947. Pliures inhérentes à la mise sous pli ayant provoqué d'infimes déchirures sans manque de texte. Affaibli par son exil, Céline se réfugie dans sa correspondance où les multiples évocations du passé constituent des repères qui le rattachent à la vie. En 1947, Céline, poursuivi par la justice française pour son engagement collaborationniste, est reclus à Korsør, au Danemark. Epuisé par son isolement, Céline tente de maintenir un contact permanent avec son cercle d'amis français et parmi eux, le docteur Augustin Tuset, figure autour de laquelle gravite le monde des arts de Quimper, «cette petite Athènes au bord de l'Odet». La période d'exil permet à Céline de renouer avec le monde de l'avant-guerre ressurgissant à travers les abondantes listes de noms parfois non identifiés: «et Mme. Le Gallou? Et votre assistante? Et Desse? [...] Et les frères confitures, et leur grand-père divin! et Le Floche? Et Rosbras? [...] Et Troulalaire? Et notre si gentille crêpière. Je n'en aurais pas fini». Les différentes époques de la vie de Céline s'entrecroisent dans la correspondance du Danemark, donnant à la mémoire un rôle à la fois néfaste et salvateur pour l'auteur: «Je suis inépuisable aux souvenirs. L'atroce est que je n'oublie jamais rien. Il faudrait bien que j'oublie certaines choses [...] Ah Marie Bell, mes amours! [...] elle était vraiment extraordinaire dans Armide! Ces choses-là ne s'oublient pas. Tout est poésie!». L'écriture de la lettre épouse le fil de la pensée de l'auteur, n'effectuant aucune transition entre les sujets: «Maria le Bannier nous écrit souvent. Je l'aime bien. C'est un tempérament et tout un trésor de Bretagne. Et Saudemont? Vers quelles ivresses? Serre bien la main de Pipe. Affection à Stève. [...] comment va la mère de Madeleine? Nous parlons souvent de la «Puce». Leur pauvre petite chatte... » Aucune affaire n'est épargnée par la soif de Céline de retrouver les repères familiers dans sa solitude où finit par poindre la fatigue qui l'accable: «Jusqu'où vont nos souvenirs...» A l'instar de plusieurs autres missives de la correspondance danoise, cette lettre est destinée à deux interlocuteurs: le docteur Tuset, mais aussi le peintre Henri Mahé, qui présenta d'ailleurs le premier à Céline. Le ton change significativement lorsque l'écrivain, s'adressant à son ami de longue date, quitte cette bienveillance nostalgie pour laisser éclater sa colère: «[...] prévenez Henri que Karen est à rayer une fois pour toutes!». Ici s'ouvre le long et virulent récit de l'un des tournants principaux de l'épopée du Danemark. Céline avait, avant son exil, confié de l'or à la danseuse Karen Jensen (dédicataire de L'Eglise). Assistée d'Ella Johansen, cette dernière mit des appartements à la disposition des Destouches qui s'y réfugièrent à leurs sorties respectives de prison. Dépositaires de l'or de Céline dont la réserve diminue de manière suspecte, les deux femmes sont ici violement prises à partie: «Elle [Karen] et son amie se sont comportées comme des sorcières de Macbeth et en plus pillardes, canailles. Des monstres. Elles ont littéralement torturé la pauvre Lucette. Deux mégères en délire [...] Son amie Johansen, ivrogne aussi hystérique, méchante, envieuse, un monstre.». Céline va même jusqu'à les comparer à «Landru [...] plus timides, plus sournoises, mais textuelles». La colère doublée de frustration de Céline n'épargne personne, pas même sa propre fille: «La mienne d'enfant, Colette, végète à Paris, la pauvre conne» L'exil mais surtout la période de prison que Céline a endurée lui fournissent une source intarissable de fureur qui lui inspire des lignes aussi percutantes que celles qui forment ses romans : «Ce fut un cauchemar de 17 mois, méticuleux. Et avec toute la monstrueuse hypocrisie protestante! Pour notre bien! toujours de superbes alibis pour les pires crimes, les plus écurantes lâchetés. Au résultat, j'ai été dépouillé de quelques millions, le plus hypocritement du monde, sous chantage, et rien à dire, absolument rien». Les aphorismes, particulièrement présents dans cette lettre, sont le signe de la fusion permanente entre style et écriture épistolaire: «L'or rend fou, vous le savez, et folle, car tout ce monde est rastaquouère, vit bien au-dessus de ses moyens. Voyages, robes, alcools, jeu, etc... Victimes du cinéma!». L'éloignement de Céline le rend d'autant plus soucieux de l'évolution de sa situation dans la capitale, auprès de ses amis comme de ses ennemis, parmi lesquels se distinguent une fois encore toutes les relations artistiques de Céline: «Daragnès, qui me condamnait fort à la pendaison en juin 1943 [...] se rachète, il semble, en se remuant un petit peu auprès de ses amis: . du Quai d'Orsay. Il le faut.» La mention de Gen Paul, autre figure de peintre qu'il a quitté sur une dispute, est significative de son affection pour celui qui appelle «son frère» et dont il fera un personnage central de Féerie pour une autre fois, alors en travail à cette époque: «Quant à Popaul, jaloux comme trente-six tigres, maléficieux comme 40 sorcières, je l'aime bien et tout est dit. Il a au moins l'immense avantage de ne jamais être emmerdant». Cette lettre d'une grande densité constitue un témoignage quotidien des étapes de «l'affaire Céline» notamment du côté de sa défense: «[...] Maître Naud, l'avocat de Laval, qui veut bien prendre ma défense». On note aussi l'une des premières occurrences de Milton Hindus «un très affectueux défenseur [...] un juif professeur de littérature à Chicago» qui manifeste à l'auteur son admiration pour son écriture et qui lui rendra visite en 1948. Céline ne ménage pas ses opposants, armé de son sarcasme habituel: «[...] son attaché de presse Raynaud, un petit merdeux chienlit, maquisard, pénible scribouilleux de quelque Marmande, mais communiste, qui me relance dans les canards danois. Bref on s'amuse. Que de coups de pieds au cul...» Cette précieuse lettre saisit un moment clef de l'exil danois où apparaît un Céline qui ne vit qu'à travers sa correspondance: «Positivement nous ne tenons plus debout ni l'un ni l'autre. Même Bébert en fut. Il nous fait bien plaisir d'avoir de vos nouvelles qui nous rendent un peu d'espoir et d'existence.» - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR4,000.00

‎Hindus (Milton) sur Louis-Ferdinand Céline - André Belamich, traduction‎

Reference : 88218

(1971)

‎L.-F. Céline tel que je l'ai vu traduit de l'anglais par André Belamich - dans la collection Essais et Philosophie (Louis-Ferdinand Céline, correspondance, lettres à Milton Hindus)‎

‎Editions de l'Herne , Essais et Philosophie Malicorne sur Sarthe, 72, Pays de la Loire, France 1971 Book Condition, Etat : Bon broché, sous couverture imprimée éditeur à rabats blanche, titre en vert, illustrée d'une photographie en noir et blanc de Céline jeune en médaillon grand In-8 1 vol. - 263 pages‎


‎ 1ere traduction en français, 1971 Contents, Chapitres : Préface à une nouvelle édition de Céline - Introduction - 1ere partie - 2eme partie : La visite - Paris - Sur le départ - Epilogue - Une dernière mise au point - Appendice - Correspondance (pages 127 à 240 de lettres de Céline à Hindus) - Céline, une nouvelle appréciation - Milton Hindus est un écrivain et universitaire américain né le 26 août 1916 à New York et mort le 28 mai 1998 à Waltham. - Né en 1916, Milton Hindus est principalement connu pour son ouvrage L.-F. Céline tel que je lai vu (The Crippled Giant), paru en 1950 aux États-Unis, qui fait le portrait de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline, rencontré au cours de lannée 1948 alors qu'il est en exil au Danemark, étant accusé, par la justice française, de collaboration pendant l'occupation allemande de la France. En effet, l'universitaire, alors jeune professeur de littérature à l'université de Chicago, dans les années 1930, découvre l'écrivain à travers ses deux premiers ouvrages, Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit. Il est cependant déçu par les opinions antisémites de l'auteur, manifestées dans les pamphlets Bagatelles pour un massacre, L'École des cadavres et Les Beaux Draps. Après la guerre, Milton Hindus reste cependant un défenseur de Céline, et entretient avec lui une correspondance, alors que ce dernier est emprisonné au Danemark. Il a entretemps été nommé professeur à la Brandeis University, et fait paraître une édition de Mort à Crédit traduite en anglais, quil préface. L'Américain décide de rencontrer Céline, sur son invitation, et part pour l'Europe en juillet 1948, où il croise d'abord Jean Paulhan et Gen Paul, deux proches de lécrivain, avant de partir pour le Danemark, où il passe trois semaines aux côtés de Céline, Lucette et leur chat Bébert. Cette rencontre se passe relativement mal et Hindus écrit, à partir de cette rencontre, son ouvrage L.-F. Céline tel que je lai vu. Il y fait un portrait peu flatteur de lécrivain, le décrivant « aussi bourré de mensonge qu'un furoncle de pus ». Louis-Ferdinand Céline essaye d'intenter un procès, mais l'ouvrage n'a que peu d'échos en France. Les deux hommes se perdent de vue après ces événements. Du reste, son ouvrage sur Céline est le premier livre de nature biographique consacré à l'écrivain, et constitue une source importante pour l'étude célinienne, puisque l'auteur décrit en détail la vie, laspect et les manières de Louis-Ferdinand Céline. Il semble que Céline se soit inspiré de lui pour son personnage du professeur Y dans ses Entretiens avec le professeur Y (1955). (source : Wikipedia) couverture à peine jaunie avec une infime trace de pliure au coin supérieur droit du plat supérieur sans aucune gravité, intérieur frais et propre, papier à peine jauni, cela reste un bel exemplaire, signature de l'ancien propriétaire sur la première page avec une date, cet ouvrage contient une abondante correspondance entre Céline et Milton Hindus qui commence le 1er mars 1947‎

Librairie Internet Philoscience - Malicorne-sur-Sarthe
EUR45.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 63242

(1947)

‎Lettre autographe signée de Louis-Ferdinand Céline à Henri Mahé "Le martyr, c'est le crachat des imbéciles"‎

‎s.l.[Copenhague] 23 avril [1947], 22,5x28,4cm, 6 pp. in-folio.‎


‎Lettre autographe signée de Céline à Henri Mahé, datée du 23 avril [1947], 113 lignes à l'encre noire sur trois feuillets, corrections de la main de l'expéditeur. Pliures inhérentes à la mise sous pli, quelques petites taches sur le premier feuillet sans manque de texte. Empreinte de l'emblématique style célinien, cette longue lettre à l'un de ses plus intimes amis, révèle un exilé fébrile, tiraillé entre mal du pays et rancur vis-à-vis de ses détracteurs. En 1947, Céline, poursuivi par la justice française pour son engagement collaborationniste, est reclus au Danemark. Cette période de grande solitude, pénible à l'écrivain, est marquée par une importante correspondance avec ses contacts parisiens et notamment avec «[son]cher vieux», Henri Mahé, l'un des rares fidèles qui lui rendront visite dans sa captivité. L'artiste peintre, rencontré en 1929, entretient une relation amicale privilégiée avec Céline, immortalisée par son avatar dans le Voyage, et dont on perçoit toute la portée dans la lettre que Céline lui adresse. Retenu prisonnier contre son gré, Céline fantasme une Bretagne mythifiée, berceau de son amitié avec Mahé: les filles de celui-ci, filleules des Destouches, deviennent des «fées», images de la «Bretagne en fleur». La pensée nostalgique de ce pays devient un refuge récurrent durant les années difficiles: «Mon Dieu, que vous devez être heureux». Articulée autour de «la petite musique» célinienne, la lettre, à l'image de toute la correspondance, fait partie intégrante de l'uvre de l'auteur où se côtoient grotesque et tragique: «Jojo n'a pas de veine alors. [...] La ténacité, bien agréable dans le cas, est souvent récompensée. Tuset représente admirablement le géniteur fin, philosopheet magnifiquement vivant... Je n'irai tout de même pas jusqu'à le recommander à Madame Jojo!»/«J'ai vu finalement l'attaché de presse Raynaud et sa femme, deux petites ambitions promenades d'Alger satisfaites sans aucun sacrifice ni risques, champignons poussés sur le fumier de la catastrophe et des décombres». A l'instar des romans, cette lettre met en exergue le talent d'argotiste de Céline: «Là je te dis que l'on ergote, trafouille, cafouille que c'est une joye.» Son ressentiment n'est pas seulement perceptible dans ses mots mais transparaît aussi par sa graphie, de plus en plus irrégulière, espacée et démesurée au fur et à mesure qu'il s'échauffe, certains mots étant rageusement soulignés de plusieurs traits : «Vous, vous, chère petit tête précieuse, bien habile et bien planquée, que ferez-vous, vous, pas un autre, pas le Pape, vous?». L'ennui qui ronge Céline se devine dans l'empressement avec lequel il enjoint Mahé de lui rapporter des nouvelles de la France, qu'elles soient privées ou politiques: «Comment est l'enfant Mourlet? Sont-ils bêcheurs? Et Desse?[...] Que pense-t-on de de Gaulle? Boulanger? Badinguet? Kerensky?». La plume agitée de Céline jette les informations sur le papier, multipliant les noms, sans organisation ni transitions entre les différentes affaires qui l'intéressent: «Tu ne me parles pas des Mondains? Je te recommande une jolie revue «Courrier du Continent» [...] Le cinéma français me semble bien mort...» La régularité et l'ardeur que Céline met à sa correspondance est signe de sa détermination à ne pas être oublié ni de ses amis ni de ses défenseurs potentiels: «Je lui [Naud] ai envoyé tout mon dossier, et puis une aucune nouvelle! Je voudrais bien qu'on le stimule. Qu'on lui demande ce qui se passe? [...] Tu vois comme tout ceci est critique [...] Il faudrait prouver à Naud que j'ai des amis distingués à Paris». La haine de Céline face aux hommes, déjà profondément enracinée dans le Voyage, s'intensifie durant l'exil et face aux accusations, qu'il subit: «Pas un jour de peine, tout en bénéfice. Ecurant! Tout perdre, tout souffrir pour des petits cafouilleux pareils. J'ai honte.» Mais Céline, impuissant, déplore au-delà de cette injustice présumée, la bêtise de ses accusateurs: «Il [Charbonnière] a écrit des lettres aux Danois dont la bêtise, la gafferie, la balourdise, me font pleurer, pas le crime, la sottise, les sottises ». La lettre est progressivement envahie par l'aigreur de Céline qui, accablé par ses prises de positions précédentes, choisit de rester ironiquement sur ses gardes face aux événements présents: «Moi je dis: je serai cette fois avec le plus fort et que l'on rira bien ». Belliqueux, Céline pousse la provocation jusqu'à l'image crue: «Je ne prendrai parti que lorsque tous les vainqueurs auront leurs organes coupés et enfoncés dans la bouche au plus profond, plus bas que les sophages». À travers cette agressivité, transparaît une misanthropie, plus précisément dirigée contre ses compatriotes, dont il se présente comme la victime: «Je ne reproche pas aux Français de m'avoir baisé, mais ils me font mal. Ils me butent. Tout ce qu'ils racontent pour m'accabler est idiot, m'atteint tout de travers. Ils me font mal». Cette position, dans laquelle il s'enfermera après son retour en France, causant d'ailleurs la rupture avec Mahé, entretient l'idée qu'il est seul contre tous: «Chez moi rien n'est gratuit. J'ai payé pour tout, effroyablement payé. A la guerre - et dans la paix. Les autres trichent, truquent. Je suis toujours prêt à mettre ma peau sur ma table et mes malheureux 4 sous. D'ailleurs s'il la veut, me parler, d'Honneur, homme à la disposition! au pistolet à 25 mètres, quand on veut, comme on veut, où l'on veut, tout tordu de rhumatismes que je suis. Mais on ne sait que m'envoyer en cellule, me faire pourrir en cachot ». L'isolement atteint Céline bien plus que tout autre châtiment au point qu'il en vient presque à émettre des regrets : «Quelle misère, morale, mentale! Avoir été se foutre là-dedans! Quel imbécile! Je suis éreinté par «la France du Sud-Ouest»! Voyez-vous ça! Que sait la France du Sud-Ouest! C'est atroce. Ce sont des coups de pieds de l'âne perpétuels. Le martyr, c'est le crachat des imbéciles ». Ultime trait sarcastique, la lettre se clôt sur un jugement sans appel: «Mais le peuple, ce peuple qui ne veut se battre qu'à 10.000 contre un, qu'osera-t-il?» Ces pages acerbes dévoilent l'état d'esprit de Céline, épuisé par son exil forcé, et offrent un rare aperçu de l'effondrement que représente cet épisode qu'il lui permettra de cultiver son image de vaincu. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR3,800.00

‎[Du Lérot, Le Lérot rêveur] - ‎ ‎PIA, Pascal ; D'ARRIBEHAUDE, Jacques ; GIBAULT, François ; CELINE, Louis-Ferdinand ; DAUPHIN, Jean-Pierre ; ‎

Reference : 57286

(2011)

‎Céline en liberté. Chroniques publiées dans Carrefour [ Avec : ] Le Cinéma de Céline[ Avec : ] Mireille Martine avec Céline, Marcel Aymé et Hen Paul à Montmartre 1940-1944 [ Avec : ] Céline - Bloy [ Avec : ] Préfaces et Dédicaces [ Avec : ] Bibliographie des articles de presse & des Etudes en langue française consacrés à L. -F. Céline 1914-1961[ Avec : ] Le Procès de Céline 1944-1951. Dossiers de la Cour de Justice de la Seine et du Tribunal militaire de Paris‎

‎7 vol. in-8 ou in12 br., Céline en liberté. Chroniques publiées dans Carrefour, Du Lérot, 2011 [ Avec : ] Le Cinéma de Céline, Le Lérot rêveur, 1987 [ Avec : ] Mireille Martine avec Céline, Marcel Aymé et Hen Paul à Montmartre 1940-1944, Du Lérot, 2002 [ Avec : ] Céline - Bloy, Du Lérot, 2005 [ Avec : ] Préfaces et Dédicaces, Du Lérot, Tusson [ Avec : ] Bibliographie des articles de presse & des Etudes en langue française consacrés à L. -F. Céline 1914-1961, Du Lérot, Tusson, 2011 [ Avec : ] Le Procès de Céline 1944-1951. Dossiers de la Cour de Justice de la Seine et du Tribunal militaire de Paris, Du Lérot, 2010‎


‎Bel ensemble en très bel état réunissant 7 volumes d'études et de bibliographie célinienne. Prix de l'ensemble, non séparable.‎

SARL Librairie du Cardinal

Phone number : 09 82 20 86 11

EUR99.00

‎CELINE Louis-Ferdinand‎

Reference : 67454

(1976)

‎Cahiers Céline : collection complète‎

‎Gallimard, Paris 1976-1988, 14x20,5cm, 8 volumes brochés.‎


‎Edition originale dont il n'a pas été tiré de grands papiers (sauf pour le N°7) pour chacun des volumes. Notre série complète se compose ainsi : Cahiers Céline 1 : Céline et l'actualité littéraire 1932-1957. Cahiers Céline 2 : Céline et l'actualité littéraire 1957-1961 Cahiers Céline 3 : Semmelweis et autres écrits médicaux Cahiers Céline 4 : Lettres et premiers écrits d'Afrique 1916-1917 Cahiers Céline 5 : Lettres à des amies Cahiers Céline 6 : Lettres à Albert Paraz 1947-1957 Cahiers Céline 7 : Céline et l'actualité 1933-1961 Cahiers Céline 8 : Progrès suivi de Oeuvres pour la scène et l'écran. Iconographie. Première garde du premier volume ombrée en raison d'une coupure de presse. Rare ensemble complet. - Photos sur www.Edition-originale.com - ‎

Le Feu Follet - Paris

Phone number : 01 56 08 08 85

EUR600.00
Get it on Google Play Get it on AppStore
CHANTEMERLE (Isabelle) - [CELINE ...

The item was added to your cart

You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
More information about shipping
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !