‎CHÉREAU (Jacques).‎
‎ Tripoli.‎

‎Paris, Chéreau, [circa 1760]. 336 x 510 mm.‎

Reference : LBW-575


‎ Rare vue du port et de la ville de Tripoli gravée par Jacques Chéreau d'après Aveline. Bel exemplaire à grandes marges.‎

€2,000.00 (€2,000.00 )
Bookseller's contact details

Librairie Le Bail
Didier Le Bail
13 rue Frédéric Sauton
75005 Paris
France

librairie.lebail@orange.fr

33 01 43 29 72 59

Contact bookseller

Payment mode
Others
Cheque
Others cards

Contact bookseller about this book

Enter these characters to validate your form.
*
Send

5 book(s) with the same title

‎[VATTIER DE BOURVILLE (Charles-Joseph-Auguste)].‎

Reference : 225321

‎Minutes de ma correspondance, tenant lieu de copies de lettres. Commencé à Tripoli de Barbarie ce mois de 7bre 1823.‎

‎S.l., [1823-24] in-4, [41] ff. n. ch. couverts d'une écriture moyenne et lisible (environ 25 lignes par page), ratures et biffures, en feuilles, cousu, lacets de soie verte. ‎


‎Très rare document inédit sur la présence française en Lybie.Il s'agit du registre de correspondance privée regroupant les brouillons des lettres de Charles-Joseph-Auguste-Désiré Vattier de Bourville (né à Lattaquié le 14 décembre 1795), nommé le 14 septembre 1821 chancelier-interprète au Consulat général de France à Tripoli (actuellement en Libye, à ne pas confondre avec Tripoli de Syrie dans le Liban actuel, qui constituera au demeurant un des postes ultérieurs de Joseph). Plusieurs éléments biographiques insérés dans les textes de nos lettres permettent de le cerner davantage : appartenant à une des familles consulaires qui monopolisaient les relations commerciales avec le Levant et la Barbarie, il avait précédemment séjourné dans les possessions asiatiques du Grand Seigneur (qu'il préfère d'ailleurs à son affectation actuelle) ; il venait juste, au moment de débuter cette correspondance, de subir coup sur coup deux deuils intimes (son père Charles-Hyacinthe-Sauveur Vattier de Bourville, mort lors des épidémies qui ont suivi les massacres de Chios le 23 juin 1822, et sa tante religieuse, qui se chargeait de l'éducation de sa jeune soeur) ; il était tuteur de cette dernière et de deux jeunes frères, issus du remariage de son père, dont l'aîné, nommé Henri, commençait sa carrière, et le second, Bienaimé, se trouvait encore au collège (c'est le futur explorateur, de la Cyrénaïque, en général dénommé Joseph, 1812-1854). Parmi ses correspondants, figurent le comte Alexis de Noailles (1783-1835), Madame Lhuillier (supérieure des Ursulines de Versailles), le père Pierre Ronsin (1771-1846, un des Jésuites français qui avaient oeuvré à la restauration de la Compagnie), le médecin Charles-Emmanuel Gaultier de Claubry (1785-1855), Jean-Honoré Fortoul, avoué et avocat à Marseille qui est également son beau-frère et le tuteur de Bienaimé, un cousin Latil de Thimécourt (de Trévoux).Quelques autres agents consulaires figurent aussi parmi les destinataires des lettres : son cousin Henry Guys (1787-1878), vice-consul à Chios ; un autre Guys consul général de France à Tunis (à partir de 1824) ; Pierre David (1772-1846), consul général de France à Smyrne (de 1819 à 1826) ; Emmanuel-Alexandre-Auguste Mure de Pelanne (1782-1826), consul à Lisbonne ; Parodi, consul de Sardaigne près la Régence de Tripoli. Mais leur objet est encore généralement d'ordre privé, par exemple pour obtenir de la faveur de David une place d'élève-interprète pour Henri. Seule une missive à Parodi (f. 28v) concerne les affaires.Terminons cette esquisse par quelques mots sur la carrière ultérieure de notre auteur : il faut nommé vice-consul de Tripoli en 1828, puis fut affecté à Tunis (1829), Tripoli de Syrie (1833), au Caire (1839) et enfin à Damas (1846) et à la Canée (Crète, 1848). Écarté en 1852, il fut cependant réintégré en 1854 comme agent des Affaires étrangères à Marseille, poste qu'il occupa jusqu'à sa mise à la retraite en 1860. Il mourut le 17 mai 1883, s'étant marié très tard (1845) avec Calixte Le Vassor de La Touche (1822-1874), qui lui donna au moins quatre enfants.Pour le corps du texte, précisons que les occasions de joindre la France étaient fort rares, tant les courriers directs abondaient peu ("Voici bientôt un an qu'est parti le dernier bâtiment pour Marseille", est-il écrit dans une longue lettre du 10 mai 1824 à son cousin Latil), et les missives mettaient en moyenne six mois pour parvenir.En-dehors des nombreuses préoccupations personnelles (succession de ses parents décédés, carrière et avancement, avenir de son jeune frère Henri et de sa soeur), l'ensemble est émaillé de notes toujours intéressantes sur le poste à vrai dire isolé et marginal que le rédacteur dut prendre en charge dès son arrivée (le Consul général avait en effet posé un congé et était parti, ce qui le laissait en responsabilité complète), et qui ne figurait pas parmi les plus recherchés, loin de là.On lira par exemple avec attention la description générale du pays donnée dans le compte rendu du 6 novembre 1823 à Alexis de Noailles : "Quoique capitale, Tripoli de Barbarie est infiniment au-dessous de ce que je connais en Turquie. Les Barbaresques n'ont presque de commun avec les Orientaux que le mahométisme. En général, ceux-ci sont plus civilisés et leurs moeurs préférables. La ville n'est remarquable que pour avoir été fondée par les Romains dans le voisinage de la fameuse Leptis Magna. On voit encore un arc de triomphe, mais qui est défiguré par l'état où l'ont réduit l'ignorance et l'avarice. Croiriez-vous que l'on en a tiré parti pour y pratiquer un mauvais magasin et une chétive chambre. L'architecture est ici vraiment pitoyable. Tout annonce la misère dans la classe du peuple, et chez les riches on ne trouve qu'un luxe massif et dégoûtant. Le commerce est moins actif qu'à Tunis ; il est, pour la plus part, entre les mains des Juifs de Livourne qui correspondent avec ceux du pays, ainsi qu'avec des chrétiens. Marseille fait aussi quelque chose (...). Le caractère du Tripolitain est doux par lui-même, et la sévérité du pacha le rend tout à fait paisible. Les Européens sont respectés, les Anglais crains, mais les Français généralement considérés et aimés."Et, dans une lettre du 8 novembre suivant : "La capitale que j'habite ne vaut pas, pour la beauté, une de nos villes du troisième ordre. Représentez-vous des rues qui ne sont point pavées, des maisons qui n'ont aucune apparence extérieure ; car soit par préjugé, comme par bizarrerie de goût, les fenêtres donnent sur une assez grande cour que l'on ménage au milieu du corps de logis. Les magasins, les boutiques sont pitoyables (...). La forme du gouvernement ne varie pas trop chez les despotes absolus. Celui de cette Régence l'est, comme les autres, dans toute la force du terme. il vit au fond de son château dans un bien petit cercle de jouissances arabes. C'est à sa cour seulement que viennent briller les richesses du pays, et où l'on déploie grossièrement un luxe massif et mal entendu. Figurez-vous des amas de pierreries, des bracelets en diamans pour bras et jambes, de gros anneaux d'or, ou d'argent, d'un poids massif, et pour le même usage ; des rideaus en brocarts de Lyon, ou velours ..."Puis : "La société européenne se compose des consulats de France, d'Angleterre, Espagne, Suède, Danemarck, sarde et des États-Unis d'Amérique. Elle peut être augmentée par ceux de Naples, Toscane, Portugal et Hollande, qui sont vacants dans ce moment-ci. Il y a quelquefois des réunions d'étiquette, des dîners de cérémonie ; plus souvent des soirées familières. On a compté jusqu'à trente ou quarante couverts à des soupers de bals masqués. Le voisinage de Malte augmente chaque jour le nombre des Chrétiens qui abordent sur cette côte. L'église des missionnaires italiens établis ici compte maintenant plus de mille paroissiens. Au sortir de la messe du dimanche, on croirait être en chrétienneté, à la vue des fidèles réunis."Du 29 avril 1824, à ses oncle et tante Magnan : "Quoiqu'après Pâques, je vous dirai en passant un mot de notre carnaval. Il a été assez brillant ; six ou sept bals dont un masqué, sans qu'il ait été permis la moindre exception pour qui que ce soit. J'ai vainement essayé de ne pas faire comme les autres ; on m'a allégué l'exemple de personnes beaucoup plus âgées que moi, et il a fallu céder. J'ai donc pris le costume d'un avocat : grande robe noire, toque, rabat et rouleau de papiers sous le bras. Près de quarante personnes, et pas même deux déguisements égaux."En fait la première missive est datée d'octobre 1823 (sans quantième), et la dernière du 24 mai 1824. Le f. 40 reproduit une Note demandée par la dépêche de Son Excellence [le ministre des Affaires étrangères] sous la date du 7 janvier 1824, laquelle permet d'identifier exactement l'auteur du recueil.‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 43 26 71 17

EUR3,500.00 (€3,500.00 )

‎CARETTE / HOEFER / FRANK‎

Reference : 102439

‎ALGERIA - TRIPOLI - TUNISI.‎

‎ Antonelli, Venezia, 1853. In-8 p. (mm. 220x142), 3 opere in 1 volume, mz. pelle coeva (piatti con mancanze), fregi e tit. oro al dorso. Lopera, con testo su due colonne, molto ben illustrata da complessive 27 (su 35) tavole inc. in rame (poste alla fine del volume), cos composta:- "Algeria" di Carette E., pp. (6),355 (incluso lIndice), con 1 cartina geografica, ripieg., relativa allAlgeria del 1849 e 6 tavv. di vedute. Mancano le prime 32 pagg. dedicate ad Algeri di Rozet P. con le relative 8 tavole.- "Reggenza di Tripoli" di Hoefer F., pp. 144 (incluso lIndice), con 1 cartina geografica, ripieg., che rffigura Algeria. Impero di Marocco, Reggenze di Tunisi e Tripoli, 1845, e 1 bella tavola con la veduta dellarco di Marco Aurelio a Tripoli.- "Reggenza di Tunisi" di Frank L, riveduta e corredata di un compendio cronologico e di illustrazioni desunte dagli scrittori orientali da Marcel G.G., pp. 252 (inclusa lAppendice dedicata alla descriz. delle monete di Tunisi, e lIndice), con 18 tavv. che raffigurano usi e costumi, vedute e monumenti di: Tunisi, Marocco, Barberia, monete di Tunisi.Volume della Collana LUniverso o Storia e descrizione di tutti i popoli, loro religioni, costumi ed usanze, ecc..Esemplare ben conservato.‎


Logo ILAB

Phone number : +39 02 804607

EUR100.00 (€100.00 )

‎TULLY Richard‎

Reference : 43575

(1819)

‎Voyage à Tripoli, ou Relation d'un séjour de Dix années en Afrique, contenant des Renseignements et des Anecdotes authentiques sur le Pacha régnant, sur sa famille, et sur différens personnages de distinction de la Cour de Tripoli, ainsi que des Observations sur les moeurs privées des mores , des Arabes et des Turcs. Traduit de l' Anglais sur la seconde édition par J. Mac Carthy.‎

‎Paris, chez P. Mongie Ainé 1819 2 volumes pet. in-8, X- 392- 394 pp. 7 planches gravées à l'aquatinte et 1 carte repl. Reliure composite : le premier volume demi-basane verte, dos lisse, filets et dentelles dorés, lég. fanée, quelques rousseurs éparses ; le seconde volume demi-basane brune, filets, dentelles et fleurons dorés, lég. fanée, rares rousseurs.‎


‎Première traduction française par Jacques Mac-Carthy de cet important témoignage sur l'état barbaresque de Tripoli, établi à titre posthume par la soeur du consul britannique à la cour de Tripoli, dont la famille fut intimement liée pendant plusieurs années avec celle du pacha. Une description de la ville et tableau vivant des “mœurs domestiques des Maures, des Arabes et des Turcs", et de la famille royale, dans l’intimité du sérail ou furent admis les membres féminins de la famille Tully. On trouve à la fin du second volume un petit glossaire de vocabulaire mauresque. Très bon état d’occasion ‎

Librairie de l'Avenue - Saint-Ouen

Phone number : 01 40 11 95 85

EUR659.00 (€659.00 )

‎MAC CARTHY (J.);‎

Reference : 14649

(1819)

‎Voyage à TRIPOLI, ou relation d'un séjour de dix années en AFRIQUE, contenant des renseignements et des anecdotes authentiques sur le Pacha régnant, sur sa famille, et sur différens personnages de distinction de la Cour de Tripoli, ainsi que des observations sur les mœurs privées des Mores, des Arabes et des Turcs.‎

‎Mongie ainé Paris 1819 2 vol. 2 vol. in-8 de 4 pp. (catalogue) X 392 pp. et 2 ff.n.ch. 394 pp. 1 f.n.ch. (errata); demi-basane de l'époque, dos lisse fileté, tranches jaunes.‎


‎Première édition française rédigée par Miss Tully. Traduction de l'anglais sur la seconde édition (Gay 1496 bis). Richard Tully était consul britannique à Tripoli ayant des relations personnelles étroites avec le Pacha au pouvoir et sa famille (Barbier, Suppl. col. 262). "Documents importants sur les harems au XVIIIe siècle". Ouvrage orné de 7 planches gravées hors texte (costumes et scènes) et d'une carte repliée (régences de Tripoli et de Tunis). Très bon exemplaire.‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 33 01 43 29 97 00

EUR1,000.00 (€1,000.00 )

‎COLLECTIF‎

Reference : RO10081584

(1911)

‎"L'ILLUSTRATION JOURNAL UNIVERSEL N° 3584 - Gravures: la répression italienne à Tripoli - la faction du ""Berlin"" - la prise de Benghazi, une colonne d'Arabes tente, sous le feu de la flotte italienne, d'aller s'opposer au débarquement (19 octobre, 11h15.."‎

‎Au bureau du journal. 4 novembre 1911. In-Folio. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 16 pages environ illustrées de nombreuses gravures en noir et blanc - Paginées de 338 à 360 - avec couverture et pages publicitaires.. . . . Classification Dewey : 70.4417-L'illustration / Figaro salon‎


‎"SOMMAIRE : Gravures: la répression italienne à Tripoli - la faction du ""Berlin"" - la prise de Benghazi, une colonne d'Arabes tente, sous le feu de la flotte italienne, d'aller s'opposer au débarquement (19 octobre, 11h15 du matin) par L.Trinquier / Articles: la mésaventure de la Vénus d'Arles par Gustave Babin - la révolution en Chine par Albéric Cahuet - le monde musulman et la guerre italo-turque par Pierre Millé - Tripoli la barbaresque par Myriam Harry - la guerre italo-turque, la prise de Benghazi par Réginald Kann - les derniers combats à Tripoli par R.K.- un village de ""joyeuse"" au Maroc par H.L. Classification Dewey : 70.4417-L'illustration / Figaro salon"‎

Logo SLAM Logo ILAB

Phone number : 05 57 411 411

EUR29.80 (€29.80 )
Get it on Google Play Get it on AppStore
The item was added to your cart
You have just added :

-

There are/is 0 item(s) in your cart.
Total : €0.00
(without shipping fees)
What can I do with a user account ?

What can I do with a user account ?

  • All your searches are memorised in your history which allows you to find and redo anterior searches.
  • You may manage a list of your favourite, regular searches.
  • Your preferences (language, search parameters, etc.) are memorised.
  • You may send your search results on your e-mail address without having to fill in each time you need it.
  • Get in touch with booksellers, order books and see previous orders.
  • Publish Events related to books.

And much more that you will discover browsing Livre Rare Book !