‎Daniel DESSERT‎
‎LES MONTMORENCY‎

‎Un ouvrage de 331 pages, format 135 x 220 mm, illustré, broché couverture couleurs, publié en 2015, Flammarion, collection "Au fil de l'Histoire", bon état‎

Référence : LFA-126724006


‎Mille ans au service des Rois de France‎

20,00 €
Lettre de France, L'Art de Vivre à la Française
Coordonnées du libraire

Lettre de France, L'Art de Vivre à la Française
M. Olivier Auriol de Bussy

lettre-de-france@laposte.net

04 74 33 45 19

Contacter le libraire

Mode de paiement
Chèque
Autres
Conditions de vente

Vente par correspondance, lors de salons à l'extérieur ou au Château de Vallin lors de manifestations culturelles. Nous vous accueillerons notamment les 22,23, 24 et 25 janvier 2021 (de 14 h à 17 h 30) pour une vente de livres au Château de Vallin, demeure historique des XIVe et XVIIIe siècles (38110 Saint Victor de Cessieu). (entrée libre)

Contacter le libraire à propos de ce livre

Entrez ces caractères pour valider le formulaire.
*
Envoyer

5 livre(s) avec le même titre

‎ANNE-MAURICE DE MONTMORENCY-LUXEMBOURG.‎

Référence : 10711

‎Eloge funèbre (?) de Anne-Maurice de Montmorency-Luxembourg, décédée le 4 juillet 1760. ‎

‎ Manuscrit français daté du 5 juillet 1760, avec sa traduction latine. 10ff. in-4. ‎


‎Anne-Maurice (8 mars 1729 4 juillet 1760 - Paris), fille de Charles II Frédéric de Montmorency (1702 1764), duc de Piney-Luxembourg, et de Marie-Sophie Colbert (1711 - 1747), marquise de Seignelay, comtesse de Tancarville et dame de Gournay. Elle avait épousée le 26 février 1745 à Paris, son cousin Anne-Louis-Alexandre de Montmorency (1724 - 1812), 7e prince de Robech, grand d'Espagne de 1re classe, est un membre de la maison de Montmorency, dernier des Montmorency-Robech.Ensemble, ils eurent 2 enfants morts en bas âge. Elle eut une liaison du roi en 1749, qui ne dura pas et se consola dans les bras du marquis de Stainville, futur duc de Choiseul. Il semble qu'elle entretaint une aversion pour les encyclopédistes et accorda sa protection à Palissot auteur d'une comédie "Les Philosophes" et fervent opposant à Rousseau et Diderot, Anne-Maurice mourut au moment où son père hébergeait Rousseau au "Petit château" de Montmorency (1759-1762 ; ancienne maison de campagne du peintre Charles le Brun). Dans le présent élogefunèbre l'auteur évoque les voix qui entouraient la princesse et lui faisait entendre "le langage de Babylone, pour l'éloigner du culte du vrai Dieu". Son mari se remaria en mars 1761 avec Alexandrine de La Rochefoucauld. Ils n'eurent pas d'enfant. Son titre passa à son cousin Anne Louis Christian de Montmorency (1769-1844), comte de Tancarville._________________Fille de Charles-François II de Luxembourg, duc de Piney-Luxembourg et de Marie Colbert, marquise de Segneilay, Anne-Marie vit le jour le 8 mars 1729. Elle avait un frère plus jeune qu'elle, Anne-François duc de Montmorency (1735-1761).À 16 ans, on la maria à Louis-Anne Alexandre de Montmorency, prince de Robecq dont elle eut deux enfants, tous deux morts en bas âge : Louis-Anne Alexandre (1746-1749) et Anne-Sophie Rosalie (1749-1753).Le prince de Robecq appartenait à la brance des Fosseux, établie dans les Pays-Bas, appartenant au comte de Horn, décapité pendant les troubles des Pays-Bas et la célèbre Françoise de Montmorency-Fosseux dite la Belle Fosseuse que Henri de Navarre avait délaissé pour Diane d'Andouins dite la belle Corisande. À la mort du maréchal de Montmorency, décapité à Toulouse en 1632, la branche des Fosseux était rentrée en France.La princesse de Robecq devint petite maitresse de Louis XV vers 1749.Les ennemis de la Pompadour la propulsèrent sur le pas du monarque pour déstabiliser le règne de la favorite.On disait que le roi aimait Mme de Robecq et qu'il avait rougi lorsqu'il avait demandé à la reine une place de dame du palais pour elle. On avait remarqué qu'à un voyage de de la Muette Louis XV et la princesse avaient disparu un quart d'heure environ.Enfin, à Choisy, le Roi s'était montré très sec avec madame de Pompadour : la pauvre marquise, en proie à la douleur, ne voulait pas descendre au salon et s'était dite malade ; le monarque envoya la Martinière savoir ce qu'elle avait, et lorsqu'il revint en déclarant qu'elle était assez sérieusement indisposée : « A-t-elle la fièvre? lui demanda-t-il. Non , Sire ! Eh bien , qu'elle descende ! »Tous ces détails, saisis avidement et commentés à l'infini, donnèrent un nouveau courage aux ennemis de la marquise, et leur permirent d'espérer que bientôt ils parviendraient à la faire renvoyer.Mais la princesse de Robecq ne put jouir de son triomphe pendant longtemps. Quand le duc de Choiseul, son ancien amant, autorisa de jouer la pièce à Paris, à ce moment là, elle était déjà malade, crachait le sang et était jugée « sans ressource ». Mourante, elle ne demandait à Dieu que la grâce de vivre jusqu'à la première représentation, la grâce de mourir en disant : « c'est maintenant Seigneur, que vous laissez aller votre servante ; car mes yeux ont vu la vengeance ». La pièce fut représentée quinze fois.Mme de Robecq survécut peu à la représentation des Philosophes. Elle mourut le 4 juillet 1760Ces derniers moments furent empoisonnés par sa belle mère (la 2ème épouse de son père), Madeleine Angélique de Neufville, maréchale de Luxembourg qui ne l'aimait pas. Elle était brouillée avec elle longtemps à cause de Choiseul (ayant été toutes les deux ses maîtresses) et venait s'asseoir à son chevet et s'employait, si l'on en croit Besenval, à lui faire « mille noirceurs ». Loin d'être attendrie « par le spectacle touchant de voir une jolie créature descendue dans le tombeau à la fleur de l'âge et de chercher à la distraire des terreurs que lui causait sa mort, non seulement la contrariait, mais même par des propos détournés, elle cherchait à lui faire connaître son état pour le lui rendre plus affreux ». Elle mit le comble à sa barbarie deux jours avant la mort de Mme de Robecq qui ne parlait déjà plus, En entrant dans sa chambre, elle dit, assez haut pour que la malheureuse mourante pût l'entendre, « qu'on ne pouvait y tenir, qu'on y sentait le cadavre à en être suffoqué ».Il y a un portrait de Mme de Robecq où « l'agonie, suivant l'expression de Goncourt, lui donne comme une canonisation » ; la gravure où Saint-Aubin l'a représentée la tête sur l'oreiller, à sa dernière heure, lui prête la sainteté de la mort. « On la voit encore dans une brochure du temps sous la figure de l'humanité avec la paix au front, de grands yeux bleus sous des sourcils noirs, des cheveux blonds, sereine et douce ».(http://favoritesroyales.canalblog.com/archives/2014/01/16/28963563.htmlFLEURY (Comte). Louis XV intime et les petites maîtresses. P., Plon et Nourrit, 1899. ‎

La Librairie Bourbonnaise - Vichy

Téléphone : 04 70 98 92 23

120,00 EUR

‎"Revue Illustrée des Communes de Fance" ‎

Référence : QWA-12417

‎Montmorency ‎

‎Revue Illustrée des Communes de France, 1909, in-8 br., 266 p., illustrations photos, nombreux portraits en médaillon, plans de la ville, bon état. ‎


‎Une monographie qui se veut complète et aussi exacte que possible, reposant sur de nombreuses sources historiques locales. Thèmes traités : La Rosière - Sociétés Locales - L'Aplanos - Personnalités - Situation géographique - Géologie - Orographie - Hydrographie - Climat - Origine du nom de Montmorency - Les différents types de noms - Moyens de communications - Les Champeaux de Montmorency - Les anciens châteaux - Eglise Saint-Martin - La Maison des Oratoriens - Les religions à Montmorency - L'Herbier du Père Cotte - Les cimetières - Les Seigneurs de Montmorency - Montmorency pendant la Ligue - Le 14 juillet 1790 à Montmorency - La Révolution à Montmorency (Deux lois spéciales, Robespierre à Montmorency) - Napoléon 1er à Montmorency - Henri Heine - L'invasion allemande - Instruction publique - L'Industrie - La Place du Marché - Les Mareyeurs - Les cochons à Montmorency - Vignoble - Les Anes - Le Costume des femmes - Les cerises - Pour J.-J. Rousseau de 1884 à 1904 - Histoire du monument J.-J. Rousseau à Montmorency - Statue de J.-J. Rousseau. ‎

Librairie de la Garenne

Téléphone : 01 42 70 11 98

25,00 EUR

‎MONTMORENCY-MARISCO-MORRES (Hervé de)‎

Référence : 7679

(1828)

‎LES MONTMORENCY DE FRANCE ET LES MONTMORENCY D'IRLANDE ou précis historique des démarches faites à l'occasion de la reprise du nom de ses ancêtres par la branche de Montmorency-Marisco-Morrès par le chef de cette dernière maison avec la généalogie complète et détaillée des Montmorency d'Irlande.‎

‎ 1828 à Paris, de l' Imprimerie de Plassan et Cie, 1828, reliure demi-veau , faux nerfs dorés, pièce de titre chagrin noir, 21x26 cm, 215 pages. 5 tables généalogiques dont une dépliante, 12 eaux fortes pleine-page hors texte, nombreuses armoiries dans le texte, note manuscrite de l'auteur certifiée, cachet de cire aux armes.‎


‎bon état (restauration en queue de reliure) ‎

Le Barde Bourguignon - Dijon

Téléphone : 33 03 80 30 32 77

1 200,00 EUR

‎(HISTOIRE / RENAISSANCE / ANNE DE MONTMORENCY). COLLECTIF.‎

Référence : 26881

‎Anne de Montmorency, un homme de la Renaissance.‎

‎ Catalogue d'exposition du Musée de Montmorency, 1993, in-4 broché, couverture souple d'édition illustrée couleurs. 119 pages. Importante iconographie couleurs. Parfaite condition.‎


‎Hercule et l'épée des seigneurs de Montmorency, Anne de Montmorency et la vie intellectuelle de son temps (splendide exposition d'ouvrage de la Renaissance). ‎

Librairie la Ciguë - Saint-Etienne

Téléphone : 04 77 38 47 31

20,00 EUR

‎[MONTMORENCY] - [GONTAUT-BIRON].‎

Référence : 3611

‎Exposé des griefs et des moyens d'opposition des représentants de la Famille de Montmorency contre les prétentions de M. Arnaud de Gontaut-Biron.‎

‎ S.l., s. N;, s.d. (Imprimerie Coquemard, à Angoulème, 1935) ; plaquette in-4, brochée. 64pp. Bon état.‎


‎Requête d'opposition contre A. de Gontaut-Biron qui souhaite augmenté son nom du patronime de Montmorency. 82 représentants et descendants de la famille de Montmorency, adressent au Ministre de la Justice une pétition - opposition justifiant leur refus de laisser le comte de Gontaut-biron, relevé le nom de Montmorency. Cette pétition est reproduite, accompagnée du fac-similé des signatures de tous les déposants, d'une étude généalogique, etc. La demande du Comte de Gontaut-Biron sera rejetée par le Conseil d'Etat le 14 février 1935. (Provenancce, Bibliothèque du château de La Palice (Allier). ‎

La Librairie Bourbonnaise - Vichy

Téléphone : 04 70 98 92 23

50,00 EUR
Téléchargez l'application sur Google Play Téléchargez l'application sur l'AppStore
Daniel DESSERT - LES MONTMORENCY

L'article a été ajouté à votre panier

Vous venez d'ajouter :

-

Il y a 0 article(s) dans votre panier.
Total : 0,00 €
(hors frais de livraison)
En savoir plus sur la livraison
A quoi sert un compte utilisateur ?

A quoi sert un compte utilisateur ?

  • Toutes vos recherches sont mémorisées dans votre historique permettant de retrouver et d'effectuer à nouveau des recherches antérieures.
  • Vous pouvez gérer une liste des recherches favorites que vous faites régulièrement.
  • Vos préférences (paramètres de recherche, langue de consultation du site, etc) sont mémorisées.
  • Vous pouvez envoyer les résultats de recherche sur votre adresse mail sans avoir à la renseigner à chaque fois.
  • Contacter les libraires, passer des commandes, voir l'historique de vos commandes.
  • Publier des Evènements en rapport avec le livre.

Et bien d'autres choses que vous découvrirez en parcourant Livre Rare Book !